conseil dans l’espérance du roi:31 décembre 2016.

 

 

[Nouvel article] 31 décembre 2016.

Boîte de réception
x

 


Nouvel article sur conseil dans l’espérance du roi

31 décembre 2016.

par conseilesperanceduroi

unknown31114

Ce soir, comme chaque année à la même date, à la même heure et en direct du même palais de l’Elysée, le président de la République se croira, une fois encore, obligé d’adresser aux Français ses voeux de nouvel an.

Comme nous, dites à François Hollande tout le bien que vous pensez de son action à la tête de notre pays en vous abstenant d’écouter ses balivernes. Ce soir, comme chaque année pour nous, boycottez le discours d’un homme qui…n’a rien à dire et moins encore à proposer qui puisse servir la France.

Le 31 décembre 2016.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, CJA.

conseilesperanceduroi | décembre 31, 2016 à 8:38 | Catégories : 3- Communiqués officiels du CER | URL : http://wp.me/p2prhf-h0J
Commentaire    Voir tous les commentaires    J’aime
Résilier l’abonnement pour ne plus recevoir d’articles de conseil dans l’espérance du roi.
Modifiez vos préférences d’envoi sous Gestion des abonnements.

Problème de clic? Copiez et collez cette URL dans votre navigateur:
https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/12/31/31-decembre-2016/

 

Publicités
Par défaut

pikabu.ru:moteur de recherche russe-en russe

Комментарии
Горячее
Лучшее
Свежее
Сообщества

469
Захарова напомнила США о $500 млн на выборы в России 1996-го
100 Комментариев FoxIstra 63 дня назад
политика Мария Захарова Россия США Москва Вашингтон Выборы власть текст

Официальный представитель Министерства иностранных дел России Мария Захарова в четверг, 17 августа, напомнила властям Соединённых Штатов о 500 миллионах долларов, отправленных в Россию незадолго до выборов президента в нашей стране в 1996 году.

Данное заявление российский дипломат сделала в ответ на заявления шефа Центрального разведывательного управления (ЦРУ) США Майкла Помпео о том, что Москва якобы десятилетиями осуществляла противозаконные попытки подорвать демократию в США.

«Конечно, странно, что в Вашингтоне забывают о том, что накануне президентских выборов в России в 1996 году Федеральный резервный банк под надуманным предлогом — это цитата: „чтобы избежать ажиотажа старых стодолларовых купюр“ — ввёз в посольство США в Москве 500 миллионов долларов наличными», — заявила представитель российского внешнеполитического ведомства.

Захарова напомнила, что при проворачивании этой финансовой махинации агенты ЦРУ во главе с Майклом Суликом буквально «спали на мешках с наличностью, охраняя их», после чего деньги отправлялись неким частным лицам отдельными партиями.

http://www.mk.ru/politics/2017/08/17/zakharova-napomnila-ssh…

свернуть

100 комментариев, по актуальности
+19

landak отправил 63 дня назад
#

Ну и что? Может, у них туалетная бумага закончилась в посольстве, или еще какие-то обстоятельства были.

А вот то, что американские консультанты помогли Ельцину провести кампанию и выиграть выборы в 1996, куда более интересный факт.

http://content.time.com/time/covers/0,16641,19960715,00.html

https://actualitserlande.wordpress.com/2016/12/18/timerescui…

И всего-то за 250 тысяч долларов, что характерно.
+24

SheihAli отправил 63 дня назад
#

американские консультанты помогли Ельцину провести кампанию и выиграть выборы в 1996

Забавно получилось, что благодаря американской помощи в итоге к власти пришел Путин. А если бы не лезли, то могли бы наблюдать за потешными попытками Зюганова восстановить совок. Причем не ясно, где бы в итоге было больше профита для американцев.
+1

ZepHiR0 отправил 62 дня назад
#
Путин для американцев очень удобный вариант, поэтому они его и не убирают.
Стабфонды в Америку сливает, видимость угрозы создаёт, нефть и газ в Европу стабильно идут уже по сниженной цене.
Коррупция цветёт при нем, развития гражданского сектора мизер по сравнению с теми же США или Китаем, полный контроль в общем-то. Все чинуши хранят бабки, семьи и недвигу на западе, так что смысл его убирать, даже если они его и не ставили, в чем я сильно сомневаюсь.
+35

CKPOMHUK отправлено 63 дня назад
#
Заметим тот факт, что неплохо влиять на америку для « страны бензаколонки » , с загнивающей экономикой….(с)
+20

Lavaol отправил 62 дня назад
#

« …разорванной в клочья экономикой »
+12

efremoff отправил 63 дня назад
#

ну так те 500 лямов были же для добра, как вы не понимаете! Все, что делают они – не корысти ради, а токмо во исполнение воли пославшей их демократии. Вы забыли, кто империя Зла, а кто несет свет и добро? Тут даже говорить не о чем. (если кто вдруг не понял, я не серьезно)
+5

kdbot отправил 63 дня назад
#
« Мы ебашим только светом! »© :)
+1

timanix отправлено 62 дня назад
#
Лазерами или световым мечом?
+10

HbI4 отправил 63 дня назад
#

И выбрали Ельцина, который выбрал Путина, который назначил Захарову. Эт она типа спасибо сказала? Или она против Ельцина? Ведь его же получается за эти деньги выбрали. А как же любовь Путина к Ельцину? Всякие Ельцин центры и прочее..
+2

XBinom отправил 62 дня назад
#
По вашей логике, вы должны быть благодарны Гитлеру и Наполеону, ведь если бы не они, то история сложилась бы иначе, и вы бы не родились на свет.
+5

HbI4 отправил 62 дня назад
#

Неа. По моей логике или уж признали бы что бухая мразь была бухой мразью, или не бросались подобными заявлениями.
+1

ukgarage отправлено 63 дня назад
#
Имхо,Захарова обычный публицист. Она озвучивает то,что народу приятно слышать,однако ни к чему не призывает и ничего не делает. Или делает,но что то никак не могу в инете найти результаты ее деятельности,кроме публицистских громких хайповых слов, типа нельзя надругаться над памятью,оскорбление стариков – это недопустимо. Это аксиома и ее может озвучить каждый.Ну и в политике заявляет,что осуждает наших *врагов*,однако дальше слов дело не идет. Сказала-ушла другую умную мысль думать. Кидайтесь в меня помидорами,но это же все очевидно.
+8

andron40000 отправлено 62 дня назад
#

блять, а к чему по твоему должен призывать директор Департамента информации и печати Министерства иностранных дел ??!
-4

Bronsky отправил 62 дня назад
#

Я всегда думал, что подобная должность нужна чтобы доносить до народа суть нашей внешней политики.

Если по её тегу поискать, то она не столько до нас суть доносит, сколько занимается популизмом. Как моська лает на слона, если хотите.

Не в том смысле что сша такие большие, а мы такие маленькие (вовсе нет). А в том смысле, что большинство инфы от неё – это посты, которые не американцы читают, а которые читаем мы.

Я даже как-то раз шок поймал, когда увидел, что она действительно с кем-то на международном уровне общалась (так чтобы её не то что читали, а даже отвечали). И всё это меня так удивило, потому что остальная инфа про Захарову которая тоже оглавляется текстом « Захарова пригрозила США », на самом деле обычный пост во вконтакте. Извините за пошлое клише, но чувак который на свою жигу повесил надпись « Обама чмо », в таком случае тоже обратился к правительству США. Но я почему-то не вижу про это статей.

Даже нелюбимый мною Лавров занимается, в основном, переговорами в ООН. Его слышат, ему отвечают. Для меня – он что-то делает, причём весьма важное. А про Захарову я, к сожалению, такого сказать не могу.
+2

anjal отправила 63 дня назад
#

а какие еще результаты вы хотите найти в интернете у директора Департамента информации и печати? Внутреннюю работу департамента вам вряд ли кто-то расскажет, это все-таки МИД
0

4004 отправил 62 дня назад
#
Популист, а не публицист
-2

ukgarage отправлено 62 дня назад
#
Точно,популист) спасибо за исправление
+1

Konstantinius отправлено 58 дней назад
#
« Спали на мешках с деньгами »
0

nicotine отправлено 54 дня назад
#

эти твари отбили тысячу раз , свои 500 млн. интересный бизнес: вложи немножко в президента алкаша и грабь страну сколько хочешь
0

cJIaB9HuH отправил 58 дней назад
#

Захарова то проговорилась))) типа вы же за бабки купили выборы в 96 году, мы эти бабки в ваш банк под проценты, и вот наша ответочка спустя 20 лет на эти набежавшие проценты- Трамп))
0

DominioncheG отправил 63 дня назад
#
Деньги ввезли, но не вывезли.
Хм ¯\_(ツ)_/¯
+3

Mehanist отправлено 63 дня назад
#

Деньги потом вывели. Те, кто их получил.
-1

MarcusCactus отправил 62 дня назад
#

И на эти деньги Ельцин и выиграл. А без него не было бы нашего Солнцеликого. Пусть скажет спасибо ЦРУ.
Чтобы оставить комментарий, необходимо зарегистрироваться или войти

список тегов
обсуждаемое
[моё]
FAQ
реклама

добавить пост
Комментарий дня ТОП 50
Джентльменам, подающим руку дамам, посвящается.
+1284
lipfroy; 4 часа назад #
Он просто тоже знаком с супругой. Покраснел потому-что испугался что спалил всю контору.
Активные сообщества
Лига Писателей
Истории из жизни
Книжная лига
Лига Юристов
Бизнес
Лига Геймеров
Автомобильное сообщество
Наука | Science 1
Комиксы 1
Новости 2
все сообщества создать
Тенденции
Собчак 39
Выборы 29
президент 16
лошадь 11
все теги объединение тегов

RSS Мобильная версия Правила FAQ Бан Реклама Пикабу на Android Конфиденциальность
Партнеры: BlackBears
Хостинг: Fornex.com
Вконтакте Facebook Telegram
По вопросам работы сайта: admin@pikabu.ru
Внести предложение

Служба поддержки: support@pikabu.ru
Сообщить об ошибке

По вопросам рекламы: ads@pikabu.ru

[Печенька [by maniackz]]

.

Par défaut

Chroniques du Grand jeu:Prix Nobel du pet-et des pissotières!

Chroniques du Grand jeu

Prix Nobel du pet

30 Décembre 2016 , Rédigé par Observatus geopoliticus Publié dans #Etats-Unis, #Russie

Les trois prochaines semaines risquent d’être rock&roll, tant Obamaboul semble décidé à laisser le déluge derrière lui. Humilié d’être totalement marginalisé dans le dossier syrien par la prise en main des trois boss (Russie, Iran, Turquie), régulièrement giflé par Poutine sur la scène internationale, mortifié par l’hilarante débandade de la présidentielle, il nous sort un pet du cerveau dont il a le secret.

La « confidence » d’un « responsable anonyme » de la CIA s’est, par la magie de l’effet boule de neige médiatique, transformée en « piratage de la démocratie » par Poutine. Ah d’accord… Comme pour le Boeing de la Malaysian Airlines au-dessus de l’Ukraine, on attend encore le moindre début de soupçon de preuve, mais le camp du Bien n’en a cure : ce qu’il dit est d’or et ne doit pas être discuté. Des preuves ? Mais voyons, que chantez-vous là, croyez-nous sur parole, le reste n’est que propagande russe

La journaloperie a embrayé au quart de tour, du moins ce matin, car le barrage de critiques des lecteurs a obligé les rédactions à mettre de l’eau dans leur vin. Un ahurissant article du Fig à rot hurlant à la « menace russe sur la démocratie américaine et européenne » (pourquoi pas jupitérienne tant qu’on y est) a disparu corps et bien pour faire place à des analyses plus honnêtes. Est également réapparu le mot « présumé » piratage.

Qu’il soit vrai ou faux – nous nous étions posé la question en juillet -, ce « hackage » est bénin en comparaison des multiples coups d’Etat, changements de régime et autres révolutions de couleur perpétrés par Washington. Comment dit-on l’hôpital se fout de la charité en anglais ?

La mise à disposition du public d’informations véridiques auparavant cachées devrait également être applaudie par les parangons de la liberté de la presse. Ce qui, à une époque, aurait été appelé avancée démocratique est aujourd’hui qualifié de « menace russe » et de fake news. Orwell, nous voilà ! La guerre, c’est la paix… et la vérité, c’est le mensonge.

N’ayant plus que 20 jours à tirer, Barack à frites ne s’arrête pas à ces détails. Pour torpiller encore un peu plus les relations russo-américaines et savonner la planche à son successeur, il expulse 35 diplomates russes et leur famille, et confisque deux « retraites » russes sur le territoire US. C’est sans doute ici que les perfides agents du KGB préparaient la fin du monde :

Ironisant sur la « paranoïa » d’Obama et « l’agonie anti-russe » (dixit Medvedev), Moscou l’a ensuite joué tout en finesse. Réponse de Poutine : il n’expulse personne, souhaite au président états-unien une bonne année et invite les enfants des diplomates américains à Moscou à venir fêter le Noël orthodoxe au Kremlin ! La Maison Blanche doit verdir de rage…

En ne « s’abaissant pas à faire de la diplomatie de cuisine » et en prenant une posture gandhienne, Vladimirovitch a gagné la bataille médiatique face à l’agité du bocal de Washington.

Partager cet article

Share
0


Ady8530/12/2016 21:22

Je pense que quoi que fasse Obama, Poutine et Trump sont assez!

 

Par défaut

Ligne de défense:Chassé croisé russo-américain: la noria des diplo expulsés ne ralentit pas celles des rouliers

Par défaut

Olivier Demeulenaere:La Bundesbank rapatrie son or de New York et Paris « plus tôt que prévu »

La Bundesbank rapatrie son or de New York et Paris « plus tôt que prévu »

gold-reserves-germany

« En janvier 2016, trois ans après avoir débuté le transfert d’une partie de son or détenu à l’étranger dans les coffres de la Banque de France, à Paris, et de la Fed à New York, la Bundesbank a annoncé qu’elle avait rapatrié un total de 366,3 tonnes, portant le total des réserves d’or détenues à Francfort à 1 402 tonnes, soit 41,5% du total de l’or allemand (3 381 tonnes). Une quantité pour la première fois supérieure à celle entreposée à la Fed de New York qui, en date du 27 janvier 2016, hébergeait 39,9% de l’or officiel de l’Allemagne (1 347 tonnes).

« Avec près de 1.403 tonnes, Francfort est, depuis la fin de l’année passée, devant New York le principal lieu de stockage de nos réserves d’or, » a déclaré Carl-Ludwig Thiele, membre du Conseil d’administration de la Bundesbank. « Le rapatriement se déroule sans problèmes. Par rapport à l’année 2014, nous avons réussi à augmenter encore une fois sensiblement le volume de transport. Tout se déroule selon le calendrier prévu, » a ajouté Thiele, en janvier dernier.

En janvier 2013, la Bundesbank avait annoncé son intention d’entreposer la moitié des réserves d’or allemandes dans ses propres coffres à Francfort d’ici 2020, ce qui nécessitait le rapatriement de 300 tonnes d’or de New York et de tout l’or qui se trouvait à Paris, soit 374 tonnes. En janvier 2016, il restait à rapatrier 111 tonnes de New York et 196,4 tonnes de Paris.

Les raisons « politiquement correctes » du transfert, ainsi que la logistique et la mécanique, furent expliquées dans une vidéo de mars 2015 réalisée par la Bundesbank…

Les vraies raisons sont différentes… Suite à la publication de plusieurs rapports semant le doute sur l’état réel du stock d’or, l’équivalent allemand de la Cour des comptes a demandé en octobre 2012 l’établissement d’un audit. Plus précisément, la Cour voulait s’assurer que les quelque 3 400 tonnes d’or, dont plus de 2 000 tonnes étaient détenues à l’étranger, existaient réellement, « parce que l’authenticité et le poids des stocks n’avaient jamais été vérifiés. » Le mouvement de rapatriement s’intensifia suite à des rumeurs selon lesquelles une grande partie de l’or détenu à l’étranger aurait été « ré-hypothéqué », que cet or n’y serait plus, qu’il aurait été refondu, prêté ou vendu.

À cette époque, Carl-Ludwig Thiele déclarait au Handesblatt que ces transferts serviraient à « bâtir la confiance », et il essaya vigoureusement de faire taire les rumeurs. Cela dit, rapatrier l’or conservé dans les banques centrales étrangères est précisément l’opposé d’un « acte de confiance ».

À la fin 2013, la Bundesbank annonça qu’elle n’avait réussi à rapatrier que 37 tonnes sur les 700 prévues au calendrier, ce qui exacerba un peu plus la méfiance de la population locale, qui commençait à croire les rumeurs d’or manquant.

Face à la réaction des médias et du public, la Bundesbank accéléra son programme et rapatria 120 tonnes en 2014 et 210 tonnes en 2015, ce qui laissait entendre que la confiance de la Bundesbank envers les autres banques centrales avait diminué.

Vendredi dernier, après presque un an, le journal allemand Bild a rapporté qu’en 2016, la Bundesbank avait rapatrié plus d’or que prévu, dans le but de détenir la moitié des deuxièmes réserves les plus importantes au monde (après les États-Unis) sur son sol.

« Nous avons ramené beaucoup plus d’or en Allemagne en 2016 que prévu initialement. A l’heure actuelle, près de la moitié des réserves d’or [du pays] sont en Allemagne, » a déclaré le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, au journal allemand ».

Lire la suite sur Goldbroker.fr

 

A propos Olivier Demeulenaere

Olivier Demeulenaere, 51 ans Journaliste indépendant Macroéconomie Macrofinance Questions monétaires Matières premières

Par défaut

BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (30 décembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

 

 

[Nouvel article] BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (30 décembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

Boîte de réception
x

 


e

Nouvel article sur conseil dans l’espérance du roi

BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (30 décembre 2016)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

par conseilesperanceduroi

image31

I. Père Noël ou Père Fouettard ?

Samedi 24 décembre, le Père Noël mais aussi président de l’Eurogroupe (réunion des ministres des finances de l’UE), Jeroen Dijsselbloem, écrivait fièrement ceci : « Heureux de pouvoir dire que nous ouvrons la voie à la mise en œuvre des mesures de court terme du MES (Mécanisme européen de stabilité) destinées à alléger la dette (grecque) .» Ajoutant, pour justifier son cadeau de Noël : « J’ai reçu une lettre dans laquelle mon collègue grec confirme son engagement aux précédents accords. » Ou comment se moquer du monde en profitant des circonstances.

Le 14 décembre, le MES, aujourd’hui principal détenteur de la dette hellène, avait en effet décidé de suspendre les mesures d’allégement de court terme du fardeau grec, pourtant validées lors d’une réunion des ministres des finances de la zone euro neuf jours plus tôt. Motif : le ministre des finances allemand, Wolfgang Schäuble, avait opposé son veto. Il n’avait pas apprécié que le premier ministre grec, Alexis Tspiras, annonce de nouvelles mesures sociales sans consulter ses créanciers.

150219-merkel-grece-cambon

Le 8 décembre, le Premier ministre grec avait en effet promis une prime de Noël aux détenteurs de petites retraites (moins de 850 euros) et un report de la hausse de la TVA pour les îles de la mer Egée, en première ligne dans la crise des réfugiés. Mais ce week-end, M. Tsipras aurait rassuré M. Dijsselbloem, en confirmant notamment que l’aide aux retraités serait ponctuelle.

Ces mesures sont pourtant très limitées, au point qu’elles n’apporteront d’amélioration qu’à la marge et n’auront en réalité aucun effet positif sur la situation économique profonde du pays: les économistes préfèrent parler de « toilettage technique » plutôt que d’allégement. Elles consistent à allonger la maturité de certains prêts, et à en convertir d’autres en prêts à taux fixes. De quoi simplement éviter à Athènes de voir le coût de sa dette remonter en cas de hausse des taux mais…il faudra payer !

Ces aménagements ne pèsent rien au regard des 320 milliards d’euros du total de la dette publique hellène (180 % du produit intérieur brut). « Tout le monde sait qu’il en faudrait plus pour permettre à l’économie grecque de repartir sur des bases saines », juge une source européenne. C’est bien le nœud du problème, et le cœur des désaccords entre les créanciers du pays qui pourtant oublient qu’ils sont mouillés jusqu’au cou dans les causes de cet endettement pour avoir fermé les yeux sur les magouilles de la banque Goldman Sachs et de certains dirigeants grecs lors de l’admission du pays au sein de la zone euro…

De son côté, le Fonds monétaire international (FMI) estime que le surplus budgétaire primaire de 3,5 % du PIB exigé d’Athènes en 2018 est intenable et qu’un objectif de 1,5 % serait plus crédible. Tant que les Européens n’auront pas fait de geste supplémentaire pour soulager la Grèce, l’institution de Washington ne confirmera pas sa participation au troisième plan d’aide de 86 milliards d’euros accordé au pays en août 2015, en échange de nouvelles réformes et politiques de rigueur.

Mais, jugeant que le FMI est le seul garant de la bonne application de ces mesures, l’Allemagne est très attachée à son implication dans le plan. Elle refuse pourtant d’entendre parler d’un allégement plus conséquent de la dette… Ce dialogue de sourds pourrait se prolonger jusqu’aux élections fédérales allemandes, à l’automne 2017. D’ici là, la situation grecque va immanquablement se dégrader, car le pays aura bientôt besoin d’argent frais pour faire face à de nouvelles échéances, dont 3,9 milliards dus à la Banque centrale européenne en juillet. Entendez que la Grèce doit de nouveau emprunter auprès de ses créanciers…pour les rembourser des sommes qu’elle leur a déjà empruntées ! Un système démoniaque qui limite nécessairement les capacités d’investissement du gouvernement grec etne manque pas d’aggraver la misère du peuple.

dessin-grece-1

« En outre, M. Tsipras est de plus en plus fragilisé face à un électorat lassé de l’austérité », rappelle Maxime Sbaihi, économiste chez Bloomberg Intelligence. Et certains n’excluent pas de nouvelles élections grecques ces prochains mois. Ce qui risquerait de « briser la timide reprise enregistrée depuis quelques trimestres », ajoute-t-il.

Et si on reparlait tout simplement du Grexit ?*

* Lire « Le déni de réalité continue » : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2015/07/17/bulletin-climatique-quotidien-17-juillet-2015de-la-republique-francaise/

II. Oui le droit de grâce doit perdurer

Mais à condition de savoir s’en servir !

Il y aura bientôt un an, nous faisions part d’un article de Pauline Mille sur  » l’affaire Jacqueline Sauvage  » dont nous partagions l’analyse et que vous pourrez relire grâce à ce lien : https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2016/02/05/bulletin-climatique-quotidien-5-fevrier-2016-de-la-republique-francaise/. L’auteur y insistait sur la part de manipulation de l’opinion et même du chef de l’Etat par le lobby féministe et quelques officines très actives de la pensée conforme et obligatoire qui  gangrène notre pays.

Or, hier mercredi 28 décembre, un communiqué de la présidence de la République annonçait la grâce totale de celle qui, pourtant, assassina son mari même si l’on peut admettre qu’elle avait sans doute quelques circonstances atténuantes. Elle purgeait alors une peine de dix ans de prison, prononcées par deux cours d’assise, en première instance et en appel. A peine plus de deux heures se sont écoulées entre le communiqué de l’Elysée annonçant la grâce présidentielle et la sortie de prison de Jacqueline Sauvage.

 » Le président de la République a estimé que la place de Mme Sauvage n’était plus aujourd’hui en prison, mais auprès de sa famille « , justifie de façon lapidaire le communiqué. La décision de François Hollande a été saluée par nos élites politiques autant que culturelles et médiatiques, de gauche comme de droite, comme aux plus beaux jours du front républicain.

Les dix années de réclusion criminelle infligées en appel en décembre 2015 avaient choqué une partie de l’opinion, prise de compassion pour cette femme battue. Un comité de soutien a été lancé par la comédienne Eva Darlan et une pétition en ligne a recueilli rapidement plusieurs centaines de milliers de signatures tandis que Valérie Boyer, porte-parole du parti Les Républicains, mobilisait plus de 80 parlementaires. Tout le monde y était, vous dis-je !

Fait unique dans les annales, Mme Sauvage aura bénéficié de deux grâces présidentielles. D’abord le 31 janvier, M. Hollande a accordé une grâce partielle à la condamnée la plus célèbre du moment, levant la période de sûreté dont sa peine d’emprisonnement était assortie. Le chef de l’Etat ne remettait pas en cause la durée de la peine, mais permettait à Mme Sauvage de demander une libération conditionnelle. «  Face à une situation humaine exceptionnelle « , il s’agissait de «  rendre possible, dans les meilleurs délais, le retour de Mme Sauvage auprès de sa famille, dans le respect de l’autorité judiciaire « , expliquait alors le communiqué officiel.

Ces vœux clairement exprimés (que l’on pourrait presque qualifier d’injonctions aux magistrats) n’ont pas été suivis d’effet. En effet, la demande de libération conditionnelle rapidement déposée par ses avocates, Jacqueline Tomasini et Janine Bonaggiunta, a été rejetée par le tribunal d’application des peines de Melun le 12 août. Le 24 novembre, la cour d’appel de Paris refusait à son tour d’ouvrir la porte de la prison. Pour justifier cette décision impopulaire auprès de la toute puissante bien-pensance, les magistrats parisiens ont souligné que sa  » réflexion demeure pauvre et limitée puisqu’elle peine encore à ce jour à accéder au réel et authentique sentiment de culpabilité « .

Une nouvelle demande de grâce présidentielle a été déposée en conséquence le 2 décembre. Dès le début sensible au cas de cette femme, M. Hollande n’a pas traîné à décider cette fois une grâce totale en accordant  » une remise gracieuse du reliquat de sa peine d’emprisonnement « . Ce qui fait hurler l’Union syndicale des magistrats (USM). Cette décision est  » consternante et lamentable « , déclare Virginie Duval, présidente de ce syndicat majoritaire. A l’USM, on s’indigne d’une grâce qui  » remet en cause des décisions de justice « , celles des jurys populaires d’assises sur la condamnation comme celles des magistrats professionnels sur la libération conditionnelle. Et de dénoncer  » une nouvelle atteinte à l’indépendance de la justice par l’exécutif « .

Dans l’entourage de François Hollande, on justifie cette grâce en deux temps par le fait qu’elle «  a déjà fait dix mois de détention supplémentaires depuis sa demande de libération conditionnelle. Le moment était venu « .

Le cas de Mme Sauvage est complexe, comme le révèle la sévérité des verdicts à son égard. Ses avocates avaient choisi de plaider la légitime défense pour obtenir l’acquittement, estimant que ces années de violences répétées constituaient une emprise dont elle ne pouvait s’extraire et qu’elle risquait à tout moment de succomber sous les coups de son mari. Mais cette sorte de légitime défense différée n’existe pas juridiquement.

Mme Sauvage a tué son mari de trois balles dans le dos tirées avec une carabine de chasse. Elle n’était pas, à cet instant, dans les conditions admises pour la légitime défense. Vouloir nier le geste mortel, plutôt que de l’expliquer en plaidant les circonstances atténuantes, n’a en tout cas pas convaincu la justice.

En vérité, il apparaît dans cette affaire que le chef de l’Etat, dépositaire du droit de grâce hérité des anciens rois de France (Mon Dieu, quelle horreur !…), a pris sa décision, comme souvent hélas, en dépit du bon sens :

1/ sous la pression manifeste de son entourage, idéologiquement très marqué en faveur d’un féminisme militant comme il le fut en faveur du mariage gay,

2/ pour finir de régler ses comptes avec la magistrature, comme il l’avait commencé dans ses entretiens avec les journalistes Gérard Davet et Francis Lhomme ( » Un président ne devrait pas dire ça... »),

3/ enfin, il faut l’admettre, après avoir été peut-être bouleversé par les démarches personnelles des trois filles de Jacqueline Sauvage auprès de lui. Mais gouverne-t-on avec des émotions ?

 » Le propre de la justice est d’être humaine, elle peut se tromper, affirme d’ailleurs Frédéric Sicard, le bâtonnier de Paris qui ajoute :  » Il n’est pas anormal que le premier magistrat de France, élu par le peuple au nom de qui la justice est rendue, décide pour des raisons humaines de mettre fin à une situation, même si la méthode est un peu brouillonne.  »

Clarisse Taron, présidente du Syndicat de la magistrature, préfère ne pas se prononcer sur le cas de Mme Sauvage dont elle ne connaît pas le dossier,  » d’autant plus que la grâce est un droit régalien qui ne se motive pas « . Il est donc difficile d’en contester les motivations… Selon elle et sans surprise,  » c’est une survivance de l’ancien régime qui n’a peut-être plus sa place aujourd’hui, mais la question de l’indépendance de la justice est ailleurs « .

Mais tout cela n’a rien à voir avec l’authentique droit de grâce de nos anciens Rois. Ce n’est que la République, petite, mièvre et faible.

 

III. Et de Charybde en Scylla …

Les statistiques sont sans appel. Aujourd’hui, plus nombreux que les Syriens ou les Afghans, les Albanais sont, en 2016, les premiers demandeurs d’asile en France. Entre janvier et fin novembre, 5 700 d’entre eux ont sollicité l’accueil de la France, devançant les ressortissants des pays en guerre alors qu’ils ne débarquent chez nous que pour des raisons économiques.

Les Syriens arrivent en deuxième position avec 5 520 dossiers déposés, suivis des Afghans (5 466) et des Soudanais (5 140). Ces quatre nationalités constituent plus d’un quart des 77 662 enregistrements des onze premiers mois de 2016, et ce classement devrait se maintenir sur l’intégralité de l’année compte tenu de la courbe des arrivées des Balkans. En effet, les 293 demandes d’asile mensuelles déposées par des Albanais au premier trimestre ont été multipliées par trois au fil des mois pour arriver à 973 en novembre.

Néanmoins, ne perdez pas de vue que les trois quarts restants des demandes d’asile sont constitués de nombreuses autres nationalités, pour la plupart d’origine africaine et maghrébine qui, pour la plupart, ne viennent chez nous que parce que l’herbe y est plus verte que chez eux…

En ce qui concerne cette invasion albanaise ET DONC MUSULMANE, cette hausse globale de 93 % entre les onze premiers mois de 2015 et la même période en 2016 pourrait n’être qu’un début, si l’on en croit une note diplomatique du 9 décembre de l’ambassadeur de France à Tirana, Bernard Fitoussi, intitulée  » Poussée migratoire albanaise à destination de la France « , adressée notamment au ministre de l’intérieur, et qui conclut que  » cette situation pourrait s’aggraver  » encore dans les mois à venir avec la mise en œuvre d’une loi diminuant les contrôles des sorties d’Albanie.

Comme tous les pays de la région, l’Albanie bénéficie d’une exemption de visa pour entrer dans l’espace Schengen. Les trois pages rédigées par le diplomate rappellent que, «  déjà depuis quelque temps, le service de sécurité intérieure de Macédoine signale des tentatives de passage toujours plus nombreuses au départ de l’aéroport de Skopje (…). L’officier de liaison en poste au Kosovo signale également de nombreux départs d’Albanais depuis Pristina « .

Cet exode n’est pas une nouveauté puisqu’un tiers des Albanais (1,4 million de personnes) vivent en dehors du pays, notamment en Grèce et en Italie. Mais la France, qui n’était pas une destination très prisée, avec une communauté évaluée à 3 800 personnes en 2012, est en train de gagner en attrait depuis que l’Allemagne a durci le ton. Le quotidien Süddeutsche Zeitung révélait ainsi mercredi 28 décembre que, sur les 55 000 départs volontaires de migrants d’Allemagne en 2016, 15 000 concernaient les Albanais. Une partie est chez nous…

Traditionnellement considérés comme des migrants économiques, les Albanais sont cependant moins nombreux que la moyenne des demandeurs d’asile à accéder au statut de réfugié.  » Seuls 16 % en ont bénéficié cette année, dont 10 % en premier examen, rappelle Pascal Brice, le directeur de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), le plus souvent des femmes victimes de violences ou des personnes poursuivies pour vendetta.  » Un motif sur lequel l’ambassadeur Bernard Fitoussi reste dubitatif. Pour lui, en effet, «  les demandes d’asile pour risque de vendetta sont totalement abusives. (…) Les 130 familles victimes de vendetta sont parfaitement localisées et identifiées dans le pays « . Et de rappeler que  » plusieurs associations et ONG qui ont pignon sur rue à Tirana établissent de fausses attestations vendues entre 300 et 500 euros l’unité « .

Mais 16% de statuts de réfugiés pour les Albanais, c’est déjà inacceptable pour des ressortissants d’un pays considéré comme  » sûr « . Et, en tout état de cause, que deviennent les déboutés ? Sont-ils renvoyés aussitôt chez eux ou restent-ils sur le territoire français ?

Ajoutez-y que, si la loi française prévoit que tous les demandeurs d’asile aient un toit le temps de la procédure, ce n’est pas le cas pour tous. En effet, faute de places suffisantes, s’est installée une hiérarchie qui octroie aux Albanais 10 % des places en centres d’hébergement pour demandeurs d’asile et 17 % des hébergements d’urgence. Comme 96 % des Albanais arrivent en famille, ils sont plus souvent pris en charge que les hommes seuls. Ils étaient même 892 au 30 novembre à avoir conservé leur chambre une fois déboutés de l’asile, et un tiers d’entre eux (32 %) y résident depuis 2015. Un scandale de plus dans ce pays passoire.

Confronté à l’impossibilité prétendument  » humanitaire  » de laisser des familles à la rue et à la nécessité d’optimiser un dispositif d’hébergement insuffisant, M. Leschi ne voit de solution que dans un examen plus rapide de la demande d’asile des ressortissants des Balkans. Les ressortissants Albanais devraient être fixés sur leur sort deux semaines après l’ouverture du dossier. Or, l’Ofpra rend sa réponse au bout de 3,3 mois en moyenne, durée qui s’allonge à 6,8 mois en cas d’appel de la décision. Pascal Brice estime avoir déjà  » considérablement réduit le temps d’instruction des dossiers « , et rappelle que ses agents sont soumis à de multiples priorités portant aussi bien sur  » la demande syrienne que sur celle des personnes évacuées de la “jungle” de Calais en octobre « .

Pour M. Leschi, ce délai rend les renvois vers les Balkans difficiles, grève son budget d’allocations de demandeur d’asile – il est tenu d’en verser une le temps de l’examen du dossier –, et bloque des places qu’il souhaiterait voir attribuées à des personnes ayant plus manifestement besoin de protection.

15697224_10154303821014150_6536458765281114539_n-978x649

Que pensent d’ailleurs de cet exode le prince Léka des Albanais et son épouse qui distribuaient il y a peu des cadeaux de Noël dans une école locale ? Leur Fondation humanitaire ne devrait-elle pas se pencher sur cette question ?…*

Reste que, si l’Ofpra s’était concentré sur davantage de dossiers albanais en 2016, la France ne pourrait afficher un taux moyen de protection de 37,7 % des demandeurs – soit 6,7 points de plus qu’en 2015 – comme l’exigent les autorités européennes ! Panacher les demandes syriennes (qui obtiennent une protection dans 97 % des cas), afghanes (80 %) et soudanaises (40 %) avec celles des ressortissants des pays  » sûrs  » reste la clé pour tendre doucement vers les 45 % de la moyenne européenne. Bref, il ne s’agit que de manipulations pour plaire à Bruxelles en faisant payer la note aux citoyens français et sans se soucier du renvoi légitime de ceux qui sont déboutés de leur demande d’asile.

Il est urgent de quitter tous ces organismes qui imposent leurs règles chez nous et de dénoncer tous les accords sur le droit d’asile dans notre pays , signés à une époque où nous n’étions pas victimes de ces nouvelles  » Grandes Invasions barbares « .

* http://www.noblesseetroyautes.com/leka-et-elia-des-albanais-cadeaux-pour-les-enfants/

Le 30 décembre 2016.

Jean-Yves Pons, CJA.

Commentaire    Voir tous les commentaires    J’aime
 

 

Par défaut

EuroLibertés:L’Armée de l’Ombre-« Tout ce qui est excessif est insignifiant »-Talleyrand

 

 

 

par François Celier (Conseiller National du Comité de pilotage « Volontaires Pour la France ». Chargé des Relations Internationales)

Conversant avec un ami analyste sur la résistance française, une réflexion nous conduisit à la définir comme un mouvement de « Gardiens de la Mémoire ».La France est prise d’assaut de nos jours par des hordes de damnés, sans foi ni loi, si ce n’est l’idéologie mystique de s’en emparer.

La France est riche de son histoire brillante et de sa terre accueillante.

Outre ses talents et son génie, elle peut s’enorgueillir de la première

déclaration des droits de l’homme et du citoyen, reprise en 1948 dans la Déclaration Universelle des Nations Unies, avec quatre libertés fondamentales : liberté d’expression, liberté de religion, liberté de vivre à l’abri du besoin et liberté de vivre sans peur.

Jadis souveraine, elle est de nos jours confrontée à l’afflux massif de populations étrangères qui ne veulent pas de nos us et coutumes et contraintes sociétales. La menace qui en découle l’oblige à déployer des moyens humains et financiers ruineux, comparables au coût d’une guerre civile, afin de vaincre ces envahisseurs étrangers métamorphosés en force d’occupation.

Dépourvues d’une volonté opérationnelle offensive adaptée à leurs attaques brutales et protéiformes, les autorités politiques tentent d’y répondre par un principe de laïcité républicaine qui sera vite, telle une ligne Maginot virtuelle de démarcation, violée et bafouée, au nom de leur idéologie criminelle agressive.

La conjonction des conflits internationaux, l’ampleur du délitement de ses structures étatiques et de ses pouvoirs régaliens n’ont pu empêcher que ces populations importent avec elles leurs maux et leurs conflits inhérents, prenant en otage les pays qui les avaient accueillis. Leurs guerres extérieures sont devenues nos guerres intérieures par la voie du terrorisme.

Ces envahisseurs musulmans arabo-africains expérimentés, usent de ruse rampante, d’un phagocytage progressif tactique, d’un communautarisme métastatique et de violences moyenâgeuses.

Dès lors, la France plonge en sidération, se retrouve bâillonnée par des droits de l’homme inadaptés, s’endeuille du sang de ses citoyens, perpétrés par des « s’en-foutent-la-mort » au nom d’un dieu barbare. Bernée et impunément massacrée, une partie de la France se rebelle pour dire : ça suffit ! Une partie de son âme a décidé de réagir, de réanimer son bon sens jusque-là assommé de désinformations médiatico-politiciennes et d’activer son instinct de survie.

Sourde aux déclarations de politiciens singeant des menteries sur les podiums et les écrans, cette France qui se réveille refuse de se voir humiliée. Par ailleurs, elle ne veut plus se soumettre aux directives européennes bureaucratiques, imposées par 27 pays incompétents, nantis d’une pléthore de fonctionnaires politiquement nommés.

Telle une Armée de l’ombre de 2016, dispersée en de nombreux îlots d’insoumis, la France historique des Martel, d’Arc et de Moulin entre en résistance patriotique avec le devoir de retrouver la fierté d’être fidèle à sa geste insurrectionnelle, à ses hauts faits d’armes de jadis, à son brillant patrimoine intellectuel et son génie créatif. Chaque français de souche et de cœur se doit d’en être redevable pour l’avenir des générations futures.

D’où la levée des « Volontaires pour la France », des « Gardiens de la Mémoire » et d’innombrables autres groupes d’insoumis. Pour rendre la parole à l’ensemble du peuple français, ils sont prêts à faire la guerre de l’ombre pour rétablir nos libertés républicaines. Cela nécessite un nouvel État de Droit par les urnes, un État nettoyé de ses corruptions et de ses lâchetés, pour recouvrer l’honneur de servir, de s’allier avec des pays de « l’Europe à l’Oural » pour une collaboration militaire, économique et sociale.

Au prix de la libération de cette invasion barbare, la France retrouvera son âme et sa grandeur. Nos vies, celles de nos enfants, notre honneur et notre liberté chérie sont en jeu. Défendons-les ! Chassons hors de nos frontières ces Sarrasins relookés jihadistes ! Nous devons reconquérir notre liberté avec furia car « Si je t’oublie, ô douce France, Que ma main droite se dessèche ! Que ma langue s’attache à mon palais, Si je perdais ton souvenir, Si je ne mettais en toi toute ma joie, ô ma belle et douce France ! »

Humbles et courageux supplétifs de nos armées conventionnelles, marine, armées de terre et aérienne, n’ayons pour seul bagage moral que notre foi patriotique et nos valeurs de loyauté et de justice. Entrons dans l’Armée de l’ombre, pour l’amour de nos enfants, héritiers légitimes de notre pays bien-aimé.

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

A propos de l’auteur

Euro Libertes

 

Par défaut