The Economic Collapse : As The Wealthy Flock To The Major Cities On Both Coasts, Poverty And Suicide Soar In Rural Areas

The Economic Collapse

As The Wealthy Flock To The Major Cities On Both Coasts, Poverty And Suicide Soar In Rural Areas

Posted: 21 Aug 2018 10:14 PM PDT

America is increasingly becoming a divided nation. Those with money are flocking to the major cities on both coasts, while many of those that don’t are fleeing to rural areas. As a result, economic conditions can look vastly different depending on where you live. In large cities on the east and west coasts that have been heavily “gentrified”, it can seem like times have never been better. Alternatively, there are certain areas in rural America where it feels like we are in the midst of a horrifying economic depression that never seems to end. Some elitists derisively refer to the rural areas between the east and west coasts as “flyover country”, and they have little sympathy for the struggles of rural Americans. But those struggles are very real, and in this article you will see that poverty and suicide rates are soaring in non-urban parts of the country.

A new study that was just released contains some hard data about the “income sorting” that is going on nationwide. According to CBS News, the study found that those that are moving into expensive cities make much more money than those that are leaving, and conversely those that are moving into poorer cities make much less than those that are leaving for greener pastures…

America’s wealthy households are increasingly moving to coastal cities on both sides of the country, but those with more modest incomes are either relocating to or being pushed into the nation’s Rust Belt, according to a new study.

That’s creating “income sorting” across the country, with expensive cities like Los Angeles, New York and Seattle drawing wealthier residents. For instance, Americans who move to San Francisco earn nearly $13,000 more than those who move away, the study found. Conversely, those who are moving into less expensive inland cities such as Detroit or Pittsburgh earn up to $5,000 less than those who are leaving.

One of the consequences of this phenomenon is that real estate prices are wildly different depending on where you live. As wealthy people have steadily migrated into expensive cities such as New York and San Francisco, this has pushed housing prices into the stratosphere…

The trend may not only hurt poorer residents who are forced out, but also the rich Americans who move to coastal cities. Well-off residents who move to already expensive cities like San Francisco are bidding up real estate prices until property becomes unaffordable for all but the very richest families. Many end up renting — until that, too, becomes unaffordable.

The California real estate bubble has reached dizzying heights in recent years. Earlier today, I came across an article about a rancher in Marin County that has reluctantly decided to sell his ranch, and he seemed quite sad about it.

So what made him decide to pull the trigger?

Well, the ranch that he once paid $40,000 for is now worth a cool 5 million dollars…

Mark Pasternak is a Marin County-based rancher who produces specialty meat products for local shoppers and some of the toniest restaurants in the Bay Area. He bought his 75-acre Devil’s Gulch Ranch in western Marin County back in 1971 for $550 an acre and has been raising pigs, sheep, rabbits and poultry ever since. The farm is a fixture in the local community, so it shocked many when Pasternak announced the ranch is for sale.

He said he’s selling because of the jump in value. The land around his has already been snapped up by wealthy people for private ranches with large homes. The property Pasternak paid less than $40,000 for is now worth about $5 million.

Meanwhile, things continue to go from bad to worse in many rural parts of the country.

According to the U.S. Department of Agriculture, nearly one out of every four children in rural America is living in poverty…

According to estimates by the U.S. Department of Agriculture, nearly a quarter of children growing up in rural America were poor in 2016, compared to slightly more than 20 percent in urban areas.

It was a southwestern state, Arizona, according to the report, that had the highest rural child rate of any state, with 36 percent.

Perhaps not surprisingly, the report found the highest concentrations of child poverty, overall, in the Mississippi Delta, Appalachia and on Native American reservations.

These days, most of the good jobs are concentrated in the major cities. Small businesses and family farms have traditionally been the lifeblood of rural communities, but our “modern economy” has not been kind to small businesses and family farms.

In rural America, times are tough, and that is one of the reasons why the suicide rate is much, much higher in rural areas than it is in the large cities. The following comes from CNN…

The suicide rate in rural America is 45% greater than in large urban areas, according to a study released last fall by the US Centers for Disease Control and Prevention. A more recent CDC report said Montana’s suicide rate leads the nation, coming in at nearly twice the national average. A third long-touted CDC study, currently under review, listed farming in the occupational group, along with fishing and forestry, with the highest rate of suicide deaths.

That occupational study was based on 2012 data, when farming was strong and approaching its peak in 2013, says Jennifer Fahy, communications director for the nonprofit Farm Aid. Farmers’ net income has fallen 50% since 2013 and is expected to drop to a 12-year low this year, the US Department of Agriculture reports.

If things are this bad now, what will it be like when economic conditions really begin to deteriorate?

We live at a time when the gap between the wealthy and the poor is exploding, and this is putting a tremendous amount of strain on our society. At one time the wealthy lived in the “good parts” of our major cities and the poor lived in the “bad parts”, but now the poor are being completely forced out of our expensive cities on a massive scale.

It is most definitely a tale of two Americas, and I don’t think that it is going to have a happy ending.

This article originally appeared on The Economic Collapse Blog. About the author: Michael Snyder is a nationally syndicated writer, media personality and political activist. He is publisher of The Most Important News and the author of four books including The Beginning Of The End and Living A Life That Really Matters.

The post As The Wealthy Flock To The Major Cities On Both Coasts, Poverty And Suicide Soar In Rural Areas appeared first on The Economic Collapse.

Par défaut

DIPLOWEB : Lettre des Ambassadeurs du Diploweb n°213 – 29 octobre 2018.

DIPLOWEB

Lettre des Ambassadeurs du Diploweb n°213 – 29 octobre 2018.
Vous aussi, profitez de la veille géopolitique du compte twitter @diploweb

Maxime Lefebvre

La politique étrangère de Donald Trump marque-t-elle -vraiment- une rupture ?

Maxime LEFEBVRE | Diplomate et professeur affilié à l’ESCP Europe, auteur de « La politique étrangère américaine ». Il s’exprime à titre personnel.

Entré à la Maison blanche en janvier 2017, Donald Trump a rebattu les cartes. En s’appuyant sur les mots et les faits, quelle est sa singularité ? La politique étrangère de Donald Trump représente-t-elle une rupture complète dans la tradition américaine ? Comment peut-il conduire une politique étrangère contre le « système » ? Par son discours antimondialisation, Donald Trump menace-t-il l’économie mondiale ? Existe-t-il une « méthode Trump » dans la diplomatie et la négociation ? Comment interpréter justement la politique de Donald Trump à l’égard de la Chine ? Voici quelques-unes des questions auxquelles Maxime Lefebvre répond très clairement.

Trump, rupture ou/et continuité ? Réponses

Christian Lechervy

Vidéo. C. Lechervy La Nouvelle-Calédonie

C. LECHERVY | Ambassadeur – Secrétaire permanent pour le Pacifique (2014 -2018).

Une présentation documentée particulièrement bienvenue dans le contexte de la consultation référendaire fixée au 4 novembre 2018. L’occasion de découvrir comment s’organise déjà une souveraineté partagée.

Sortir la Nouvelle-Calédonie du silence médiatique

Découvrez LE livre pour comprendre l’Europe

P. VERLUISE (dir.) « Histoire, Géographie et Géopolitique de l’UNION EUROPEENNE. A l’heure du Brexit »

Découvrir maintenant sur Amazon

Disponible au format broché et Kindle

Carte

Carte des grandes agglomérations urbaines dans le monde

Jean-Marc ZANINETTI | Professeur de géographie à l’Université d’Orléans

L’urbanisation de la planète a d’innombrables effets : économiques, politiques, environnementaux, stratégiques, etc. Aussi importe-t-il de prendre conscience de la localisation des grandes agglomérations du monde qui ne sont plus – et de loin – un « privilège » de ce qu’on appelait « le Nord » voici quelques décennies.

Où se trouvent les grandes agglomérations ?

Asie

Dirigé par P. Verluise, un livre Diploweb

Moyen-Orient

Dirigé par P. Verluise, un livre Diploweb

Le 21 novembre, le Diploweb co-organise à Paris une conférence en Sorbonne, en synergie avec « Politique étrangère » (Ifri)

International : L’Etat est-il « has been » ? Inscription en un clic

Rencontrez d’autres passionnés de géopolitique et de stratégie, tissez votre réseau

Vous ne le regretterez pas

Actu des livres géopolitiques

Vidéos du Diploweb

Cartes du Diploweb

RFI

Géopolitique. Brésil: démocratie en danger?

Marie-France CHATIN | Journaliste

Le deuxième tour de l’élection présidentielle qui pourrait bien conduire Jair Bolsonaro à la tête du plus grand pays d’Amérique Latine. Les paris lui donnent 85% de chances de l’emporter face à son rival Fernando Haddad. Jair Bolsonaro, président du Brésil, voilà quelle serait la réponse des Brésiliens à la série de traumas qu’a connus le pays ces dernières années : pire récession de l’histoire du pays, scandales de corruption à répétition dans lesquels tous les partis politiques ont été impliqués, et des niveaux de violence en forte hausse. La survie de la démocratie au Brésil est elle en danger ? Ou le risque est-il plus simplement celui de la qualité de cette démocratie?

Par défaut

Pour une école libre au Québec : Élection de Bolsonaro au Brésil : impact sur les écoles et universités-et varia

Pour une école libre au Québec

Élection de Bolsonaro au Brésil : impact sur les écoles et universités

Posted: 28 Oct 2018 11:13 PM PDT
Dans les classements du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), référence dans le domaine de la mesure des performances des systèmes éducatifs, le Brésil fait office de mauvais élève parmi les pays développés. Il se classe entre la 59e et la 65e place en mathématiques, sciences et lecture.

Jair Bolsonaro préconise donc de changer le contenu et les méthodes des programmes scolaires, avec « plus de mathématiques, de sciences et de portugais », et ce « sans endoctrinement ni sexualisation précoce ». Défenseur des valeurs chrétiennes et de la famille, soutenu par les évangéliques ultraconservateurs, il fait ici référence à son adversaire du second tour, Fernando Haddad. En 2011, alors qu’il était ministre de l’Éducation, ce dernier avait fait distribuer dans les écoles des manuels contre l’homophobie. En août dernier, Jair Bolsonaro avait affirmé à la télévision que ces manuels étaient des « trousses homos », poussant les enfants vers l’homosexualité. Il avait brandi le Guide du zizi sexuel de Titeuf, de l’auteur suisse Zep [plus de détails ici], qui vise à expliquer la sexualité aux enfants.

En dehors des valeurs chrétiennes, le candidat du PSL souhaite mettre en avant dans les programmes scolaires le patriotisme et le nationalisme. Le général Ribeiro Souto, responsable du volet éducation du programme de Jair Bolsonaro, compte mettre en place une « nouvelle bibliographie pour les écoles » pour « enseigner la vérité sur 1964 », date du coup d’État miliaire qui a instauré la dictature jusqu’en 1985.

Enfin, Bolsonaro veut réduire les quotas de places réservées aux Brésiliens noirs dans les universités publiques et dans la fonction publique. « Je ne dirai pas que je vais mettre fin aux quotas, car cela dépend du Congrès. Peut-être, réduire le pourcentage. Non seulement pour l’université, mais aussi dans les concours de la fonction publique. Pour l’amour de Dieu, mettons fin à cette division au Brésil. » (Source)

La loi 12 990 du 9 juin 2014 réserve 20 % des postes vacants dans les concours publics des administrations publiques fédérales, des municipalités, des fondations et des sociétés d’économie mixte ou à économie mixte contrôlées par le gouvernement aux personnes qui se disent noirs ou mulâtres. Les quotas d’admission dans les universités et les établissements fédéraux d’enseignement technique moyen sont définis par la loi n° 12 711 du 29 août 2012. Cette loi exige que 50 % des postes vacants de chaque sélection soient réservés Grâce à diverses mesures de discrimination en faveur des noirs, métisses et mulâtres, le pourcentage de Noirs inscrits dans les universités publiques fédérales est passé de 20 % en 2011 à 40 % en 2016. Notons que le président brésilien ne peut modifier ces lois de son propre chef, il faut que le congrès brésilien où son parti est minoritaire passe une loi. Laquelle loi pourrait être déclarée anticonstitutionnelle par la Cour suprême fédérale. En effet, le tribunal a déjà reconnu la constitutionnalité de la réservation de postes vacants pour les Noirs dans les universités publiques en 2012 et dans les concours publics en 2017.

Écologie — Soyez écolo, mangez de la viande !

Posted: 28 Oct 2018 12:43 PM PDT
On nous incite souvent à réduire notre consommation de viande pour réduire notre empreinte carbone. Mais passer au tout-végétal serait en fait catastrophique. Par Keir Watson pour Quillette. Keir Watson est directeur du département de physique à St Philip Howard Catholic High School.

La viande, nous dit-on, est mauvaise pour la planète. Elle cause le réchauffement climatique, détruit des forêts, détourne une part substantielle des céréales destinées à l’alimentation humaine, le tout pour produire une viande que seuls les riches Occidentaux peuvent se permettre de consommer. En 2002, l’iniquité de cette situation aura conduit George Monbiot [chroniqueur du journal de gauche The Guardian] à déclarer : « Le véganisme est la seule réponse éthique à ce qui est probablement le problème de justice sociale le plus urgent au monde. » Monbiot est ensuite revenu sur ses dires, mais on ne cesse depuis de nous répéter que, pour sauver la planète, il faudrait diminuer radicalement notre consommation de viande. Face à ce qui semble être un consensus universel sur le péché de chair animale, existe-t-il vraiment un argument écologique en faveur de la viande ? Je pense que oui, et je pense aussi que nous devrions en parler. Car non seulement le débat public est extrêmement partial, mais le risque du message anti-viande est de détruire ce même environnement qu’il prétend protéger.

Des mensonges, encore des mensonges, et des statistiques

Commençons par l’un des chiffres les plus fréquemment serinés pour justifier une réduction de la consommation de viande : l’idée que 100 000 litres d’eau seraient nécessaires pour produire un kilo de bœuf. Un chiffre conséquent, vu qu’il multiplie par plus de 1 000 les exigences d’un kilo de blé. Avec des magazines aussi sérieux que le New Scientist citant sans réserve cette estimation, il n’est pas surprenant qu’elle soit aussi populaire. Prise au premier degré, elle est évidemment choquante et pourrait, à elle seule, dissuader des centaines de milliers d’individus de manger de la viande.

Sauf qu’il existe diverses estimations de cette quantité d’eau nécessaire à la production d’un kilo de bœuf, et qu’elles ne peuvent pas toutes être justes. Les 100 000 litres — la fourchette la plus haute — proviennent d’un agronome, David Pimentel (dont il sera plus amplement question), mais d’autres experts ont aussi voulu faire ce calcul, chacun en partant d’hypothèses et de positions politiques différentes. Dans son livre Meat, A Benign Extravagance, Simon Fairlie, ancien rédacteur en chef de The Ecologist, déconstruit méticuleusement ce chiffre. Il fait valoir qu’un bœuf moyen, élevé pendant 500 jours avant de partir à l’abattoir, génère 125 kilos de viande. Du total de Pimentel, nous pouvons calculer qu’un tel animal a besoin de 12 millions de litres d’eau au cours de sa vie — soit un terrain de 0,4 ha noyé sous 3 mètres d’eau. Sauf qu’une vache ne boit en moyenne que 50 litres d’eau par jour, ce qui nous mène à 200 litres par kilo, soit à peine 0,2 % du chiffre de Pimentel. Comment l’agronome en est-il arrivé à une estimation aussi extravagante ?

Bizarrement, parce qu’il a inclus toute la pluie tombée sur les terres sur lesquelles le bœuf a grandi, en ignorant le fait que ces averses auraient eu lieu que la bête soit en dessous ou pas. Et pour grossir encore un peu plus sa baudruche alarmiste, Pimentel s’est basé sur la pluviométrie extrême qu’il a pu trouver — et sur des bovins de ranch qui arpentent des surfaces bien plus conséquentes que les troupeaux européens moyens. Après avoir patiemment démonté les statistiques d’autres auteurs, Fairlie conclut : « La quantité d’eau consommée par une vache à viande semble une fonction de votre position politique. »

L’histoire de l’écriture du livre de Simon Fairlie nous en dit énormément de l’idéologie sous-jacente aux AVPE (anti-viande prétendument écolos). Fairlie a passé dix ans dans une coopérative de permaculture. L’exploitation faisait 5,2 hectares dont seuls 7 % étaient cultivés. Dans la communauté, tout le monde œuvrait à cette tâche, qui leur fournissait le gros de leurs légumes et une partie de leurs fruits. Dans les 4,8 hectares restants, Fairlie était quasi seul à s’occuper de cochons et de vaches à lait. Mais à cause du végétarisme dominant dans la communauté, Fairlie allait constater que, si ses camarades étaient heureux de consommer son fromage, ses yoghourts et son lait, ils ne touchaient pas aux 350 kilos de viande, graisse et saindoux issus chaque année de ses animaux. Ce que Fairlie vendait sur les marchés. Ce qui aurait pu générer un revenu confortable, si la communauté ne dépensait pas dans les 220 euros par semaine en graisses et protéines alternatives importées du monde entier : tahini, noix, riz, lentilles, beurre de cacahuètes et soja. Une ironie que Fairlie était loin d’ignorer.

[Notons pour être complet que Fairlie s’oppose aux parcs d’engraissement bovin (dans lesquels les animaux sont confinés dans des enclos) aux États-Unis comme « l’une des plus grandes bourdes écologiques de l’histoire moderne ». Ces parcs engloutissent des céréales et le fourrage de pâturages irrigués dans des zones arides vers les animaux d’élevage les moins aptes à les transformer efficacement afin de produire du bœuf suffisamment gras pour la production de hamburgers. Les bovins sont d’excellents convertisseurs d’herbe, mais de mauvais convertisseurs d’aliments concentrés. L’alimentation aurait été utilisée à meilleur escient pour engraisser du porc.

Entre-temps, de nombreuses régions du monde riche ont interdit aux porcs de faire ce qu’ils font de mieux : convertir les déchets en viande. Jusqu’au début des années 90, seuls 33 % des aliments destinés aux porcs au Royaume-Uni étaient constitués de céréales propres à la consommation humaine ; le reste était constitué de résidus de récolte (fanes, foins, racines) et de déchets alimentaires. Depuis lors, la proportion de grains sains dans les aliments destinés aux porcs a doublé. Il en existe plusieurs raisons : les règles établies par les supermarchés ; la domination du secteur de l’alimentation animale par les grandes entreprises, qui ne peuvent gérer les déchets provenant de nombreuses sources différentes ; mais le plus important est la réaction excessive paniquée face à l’ESB (« la maladie de la vache folle ») et aux crises de fièvre aphteuse.

Donner des farines de viande et d’os aux vaches était insensé. Les donner comme nourriture aux porcs, dont le régime naturel comprend un peu de viande, l’est nettement moins à condition qu’il soit bien préparé. La même chose vaut pour la pâtée. Donner des déchets stérilisés aux porcs résout deux problèmes à la fois : l’élimination des déchets et le détournement des céréales. À la place, nous déversons ou incinérons des millions de tonnes de produits alimentaires pour porcs et les remplaçons par du soja dont la production détruit des terres agricoles et forêts mieux utilisées. Selon Fairlie, les déchets alimentaires au Royaume-Uni pourraient représenter 800 000 tonnes de porc, soit un sixième de notre consommation totale de viande.

Mais ces inepties, explique Fairlie, ne sont pas des arguments contre toute consommation de viande, mais des arguments contre le modèle de production actuel. Il démontre que nous avons utilisé la mauvaise comparaison pour juger de l’efficacité de la production de viande. Au lieu de citer un simple taux de conversion des aliments en viande, nous devrions comparer la quantité de terre nécessaire pour produire de la viande à celle nécessaire pour faire pousser des produits végétaux ayant la même valeur nutritionnelle pour l’homme. Les résultats sont alors radicalement différents.

Si les porcs sont nourris avec des résidus et des déchets, et les bovins avec de la paille, des tiges et de l’herbe de jachères et de pâturages — des aliments que les humains ne peuvent ingérer — la viande devient un moyen très efficace de produire de la nourriture.]

L’élevage subventionne en réalité la production céréalière humaine

Parmi les statistiques anti-viande, on retrouve aussi, sous diverses variantes, l’idée qu’il faudrait 20 kilos de céréales pour produire un kilo de bœuf. Une affirmation qui repose sur une hypothèse fausse : que tous les animaux seraient élevés dans des parcs d’engraissement. Mais au Royaume-Uni, par exemple, les vaches et les moutons passent le plus clair de leur vie dans des prairies à brouter. En hiver, quand l’herbe ne pousse plus, on se sert principalement de fourrage (du vert de betterave) ou de déchets agricoles (paille) pour nourrir les animaux. Les céréales sont un ajout exceptionnel pour les quelques semaines nécessaires au « finissage » de l’animal avant son départ pour l’abattoir. En d’autres termes, ce chiffre culpabilisant n’est représentatif que du scénario du pire — des animaux confinés dans un élevage industriel, ce que la majorité des consommateurs européens rejettent pour une foule de raisons indépendantes de la question de la rentabilité alimentaire.

En juillet dernier, à Montréal, lors de la conférence de la Société canadienne de sciences animales, David Pimentel, professeur d’écologie à la faculté d’agriculture et de sciences de la vie de Cornell et déjà responsable du chiffre spécieux sur la quantité d’eau nécessaire à une vache, allait affirmer que « les États-Unis pourraient nourrir 800 millions de personnes avec les céréales consommées par le bétail ».

L’argument est superficiellement convaincant. Malheureusement, outre le choix du scénario le plus défavorable — l’élevage industriel —, Pimentel ignore également le fait que la quasi-totalité des céréales utilisées pour l’alimentation animale est impropre à la consommation humaine, parce qu’elles ont été gâtées ou contaminées d’une manière ou d’une autre. Les producteurs de céréales dépendent du marché des aliments pour animaux pour rentabiliser leurs récoltes corrompues. Et si nous arrêtions tous de manger de la viande, beaucoup de ces céréales seraient tout simplement jetées, un gaspillage qui ferait monter les prix des denrées alimentaires. Dès lors, l’élevage subventionne en réalité la production céréalière humaine et ne la concurrence pas, contrairement à ce que laissent entendre ces statistiques fallacieuses.

En outre, beaucoup d’AVPE oublient de mentionner les sous-produits animaux. En plus d’offrir de la viande pour la consommation humaine, les vaches, moutons et cochons produisent une quantité substantielle de cuir, laine, graisse, sang et os ensuite exploités dans un tas de processus industriels allant de la production d’engrais pour l’agriculture biologique à la fabrication de billets de banque. Avec les animaux d’élevage, quasiment tout se transforme et rien ne se perd.

Les vaches, des éco-vandales ?

Une autre des plus grandes controverses (et idées fausses) sur la production de viande est sa contribution supposée au réchauffement climatique, un sujet prisé par les médias depuis la publication, en 2006, d’un rapport de la FAO dénonçant « l’ombre portée » du bétail sur la planète. Un document où l’on trouve ce chiffre ahurissant : 18 % des gaz à effet de serre sont le fait des animaux d’élevage, ce qui les place avant le secteur routier en termes d’émissions. Je veux bien être naïf, mais je pensais que la cause du réchauffement climatique était notre appétit pour les énergies fossiles. Est-il possible que l’élevage — une activité précédant de milliers d’années l’avènement de la révolution industrielle — soit un problème aussi conséquent ?

Au cours de ces dix dernières années, ce rapport aura contribué au dogme quasi religieux faisant de la réduction de la consommation de viande une arme contre le réchauffement climatique. Cependant, dans les chiffres validés par l’ONU, d’importantes réserves permettent d’ôter quasiment toute sa noirceur à cette « ombre portée » des animaux d’élevage sur l’environnement.

Premièrement, il s’agit d’une moyenne mondiale. Le chiffre cache le fait que le gros de ces émissions proviennent de la déforestation visant à créer de nouvelles prairies pour les animaux ou de nouveaux champs de céréales susceptibles de les nourrir. En d’autres termes, la majorité des émissions de CO2 attribuées aux vaches relèvent en réalité de la destruction de puits de carbone (forêts) précédant l’élevage plutôt que de l’élevage en tant que tel. En outre, une telle activité concerne principalement des pays en voie de développement. À l’inverse, cela fait des décennies que les pays développés voient leurs surfaces forestières augmenter. Par conséquent, si on se limite à une analyse américaine, on s’aperçoit que le bétail américain ne contribue aux émissions de gaz à effet de serre qu’à hauteur de 2,8 %. Dès lors, même si tous les Américains cessaient de manger de la viande, cela ne réduirait leurs émissions qu’à la marge.

Ensuite, dans bien des cas, c’est la valeur du bois qui pousse à la déforestation, et non celle de l’élevage qu’elle pourrait permettre. Même si la production de viande s’arrêtait demain, les arbres seraient quand même abattus.

Troisièmement, le rapport de la FAO ne prenait pas en compte l’utilisation des terres après le départ des bûcherons. De fait, des chercheurs ont depuis déterminé que la conversion en prairies constituait le moyen le plus efficace pour stocker le carbone du sol — bien supérieur aux terres arables et, étonnamment, aux forêts replantées. En effet, le gouvernement irlandais voit dans la restauration des prairies et des pâturages de par le monde une priorité au potentiel considérable pour minorer le réchauffement climatique. Dans son analyse, les émissions de gaz à effet de serre attribuables aux élevages britanniques et irlandais sont négligeables. Cela tient en grande partie au fait que les animaux outre-Manche se nourrissent principalement d’herbe presque toute l’année.

L’élevage laitier est en réalité le moyen le plus écologique de nourrir une population

En réalité, labourer des prairies libère le carbone stocké dans les puits à long terme, ce qui montre combien la conversion des terres d’élevage en terres arables n’a vraiment rien d’écolo. En outre, le labour accélère l’érosion des sols, le ruissellement et l’épuisement des nutriments — autant de facteurs ignorés dans le grand récit des AVPE. À cause en partie de ces problèmes et dans le cadre de ses objectifs environnementaux, le gouvernement britannique a décidé de multiplier les prairies permanentes, vues comme d’importants « puits de carbone capables d’atténuer le changement climatique ».

Vient ensuite la question des produits laitiers. Même si la plupart des anti-viande ne vont pas le crier sur les toits, la production laitière est largement plus verte que la production de viande, et ce même si l’on prend leurs calculs douteux comme référence. Premièrement, parce que les produits laitiers sont une source de protéines durant toute l’année, et pas seulement après l’abattage de la bête. En outre, le mantra estimant qu’il serait plus efficace de nourrir le monde avec des végétaux qu’avec des produits animaux présente un autre grave défaut : de tels calculs prennent en compte la satisfaction des besoins énergétiques humains et ignorent complètement nos besoins spécifiques en protéines.

D’autres limites de la production céréalière sont aussi des plus significatives : dans les climats tempérés, les céréales ne produisent qu’une seule récolte par saison et pour éviter l’épuisement des nutriments dans les sols et le développement des maladies, les agriculteurs doivent alterner avec d’autres cultures, comme les pommes de terre ou le colza. Parce qu’ils ont pris en compte ces cycles et les besoins humains en protéines, des chercheurs néo-zélandais viennent récemment de montrer que, dans les climats tempérés, l’élevage laitier est en réalité le moyen le plus écologique de nourrir une population.

Ainsi, au lieu de voir les herbivores comme des éco-vandales de première, il serait peut-être temps d’apprécier leurs vertus. Leur capacité à convertir des herbes non comestibles en protéines de haute qualité sous forme de viande et de lait devrait être vue comme un cadeau — le brin de magie que les éleveurs et bergers traditionnels connaissent et vénèrent depuis des lustres.

Pâtures et paysages

L’élevage aura façonné nos campagnes pour les rendre plus belles, plus accessibles et plus biologiquement diverses. Beaucoup des paysages parmi les plus célèbres de Grande-Bretagne dépendent des bêtes qui les arpentent. Voyez les pâtures en patchwork dans les campagnes autour de Londres, les vastes étendues des Highlands, la complexité des écosystèmes de la New Forest. Comparez maintenant leur subtilité et la richesse de leur faune avec les déserts céréaliers du Cambridgeshire, où nul ne se promène vu que rien n’est à voir ni à découvrir à des kilomètres à la ronde. Nos choix alimentaires façonnent les paysages qui nous sont chers.

Dans le cœur du Sussex, où j’ai grandi, on trouve des prairies laissées à elles-mêmes, des marécages, des pâtures inondées à certains moments de l’année et des tourbières regorgeant d’espèces. Beaucoup de ces espaces peuvent accueillir du bétail bien adapté à de tels environnements, des vaches descendant des aurochs sauvages qui vivaient là voici des milliers d’années. Réduire notre consommation de viande menace ces paysages, oblige les fermiers à assécher et à « amender » ces terres pour y faire pousser leurs cultures. Est-ce cela que nous voulons ?

Au Royaume-Uni, jeter un œil sur les campagnes préservées, c’est voir toute une continuité de petites modifications remontant directement à l’époque mythique de la forêt primitive. Comme l’explique Richard Maybe dans The Flowering of Britain, les traces de ces environnements pré-humains sont plus que rares, mais nous avons des haies et des bosquets où vivent des espèces continuellement présentes depuis ces temps immémoriaux. De même, bon nombre de riches pâturages anglais n’ont jamais été cultivés depuis l’âge du fer. Il mentionne deux zones du South Downs — l’une n’a jamais été labourée, l’autre a brièvement accueilli des cultures voici plusieurs siècles. Le contraste de biodiversité est toujours manifeste. Certaines choses ne peuvent être annulées.

En revanche, un champ de céréales est une surface morne et sans âme, et ce que nos sens détectent avec une certaine répulsion viscérale provient de leur écologie — de tels champs annihilent ce qu’il nous restait de lien avec la forêt primitive. La biodiversité s’effondre. Les mycorhizes disparaissent pour toujours. Le stockage du carbone cesse. Les produits agrochimiques, les machines et l’érosion des sols font leur œuvre. Voilà pourtant ce que préfèrent les militants écologistes anti-viande à courte vue. Voilà l’avenir qu’ils nous préparent, pour nos paysages et pour notre vie.

Les herbivores maintiennent la biodiversité

Il est de plus en plus reconnu que les herbivores constituent en réalité un élément essentiel de la biodiversité des paysages. Prenons l’exemple des prairies du Trundle — une ancienne colline fortifiée datant de l’âge du fer proche de Goodwood, dans le West Sussex. Pour entretenir les primevères, les orchidées, les pimprenelles, le thym et toutes les autres plantes poussant dans l’herbe fine, les moutons sont essentiels. Une tonte mécanique réussit rarement à conserver la biodiversité aussi efficacement que les herbivores, dont les excréments, l’urine, les sabots et les instincts ne peuvent être reproduits par des machines.

Des institutions comme le National Trust ont même observé que les herbivores réussissaient bien mieux que les humains à maintenir des environnements naturels complexes. Sur les falaises blanches de Douvres, ce sont des poneys d’Exmoor qui entretiennent l’environnement quasiment sans aucune aide humaine. Depuis plus de vingt ans, leur action sur la biodiversité de la région aura été « extrêmement positive ».

Les bois de la New Forest, de Sherwood ou d’Epping, entre autres grandes forêts britanniques, doivent leur diversité et leur exceptionnelle beauté au sylvopastoralisme — des pâtures en forêt. Des systèmes qui ont beaucoup de points communs avec le paysage pré-humain originel, que l’on pense aujourd’hui avoir été fortement façonné par les herbivores sauvages. Le gouvernement britannique reconnaît le rôle important que jouent ces animaux et affirme que le meilleur moyen de « renaturer » le Royaume-Uni consiste à utiliser des herbivores modernes comme substituts à la mégafaune disparue — aurochs et élans. Dans ce système paysan naturaliste, les humains prennent la place des carnivores.

L’idée que l’élevage fasse davantage partie de la solution plutôt que du problème est de plus en plus probable, logique et enthousiasmante. Mais pour que cela réussisse, tous les consommateurs doivent connaître les problèmes en présence et choisir quel type de viande ils veulent acheter et manger. Ce qui ne veut pas dire que nous devrions tous manger de la viande, mais, inversement, que nous devrions réfléchir à deux fois avant de promouvoir le végétarisme comme l’option écolo par défaut. À bien des égards, les prairies permanentes sont plus écologiques que les terres arables — le sylvopastoralisme étant le must. Vos choix de consommation déterminent notre avenir.

Traduction par Peggy Sastre

Voir aussi

Le crépuscule du mouvement réchauffiste ?

Climat — Le point de rupture à nouveau reporté ?

Objectivité — Les journalistes font éclater leur joie à la signature de la 21 COP dans la salle de presse

Le climat, science ou religion ?

CERN : des modèles climatiques à corriger ?

Prof. Henri Masson, Université d’Anvers, déclare les modèles du GIEC « aberration statistique »

Spiritualité autochtone, écologie et norme universelle moderne

Par défaut

Vers où va-t-on ? Quand la vérité devient l’ennemi Les forces et les faiblesses des gauchistes par rapport aux conservateurs La croissance démographique mondiale a cessé en 1988

Vers où va-t-on ?

Quand la vérité devient l’ennemi
Les forces et les faiblesses des gauchistes par rapport aux conservateurs
La croissance démographique mondiale a cessé en 1988

Quand la vérité devient l’ennemi

Posted: 23 Aug 2018 05:24 AM PDT
Article original de Dmitry Orlov, publié le 16 août 2018 sur le site Club Orlov
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Récemment, des gens du monde entier, en particulier en Russie, ont été surpris de découvrir que les Américains semblaient avoir perdu la tête. Depuis plus d’un an, depuis les dernières élections présidentielles, ils se sont montrés hystériques face à une horrible ingérence russe. Au début, cela devait être un effort pour influencer le résultat des élections.

Après qu’une enquête interminable n’a produit aucune preuve, l’accusation a été reformulée de manière plus vague : comme une ingérence dans le processus démocratique américain. Ils ne peuvent pas expliquer ce que cela signifie, mais ça semble sérieux ! Et puis comme ils ne peuvent pas non plus étayer aucune de ces revendications, il est temps de reformater l’accusation, affirmant cette fois que « les Russes » (le terme désormais utilisé comme une sorte d’épithète raciste) exploitent les médias sociaux pour inciter à la violence ou à l’agitation aux États-Unis. Ils ne peuvent pas être sérieux ! Ou alors si ?

Ce que les Américains traversent est difficile mais pas impossible à comprendre. Il n’est pas facile de faire des compliments à ceux qui se comportent si ridiculement, mais essayons. Pour ce faire, nous devons parcourir le chemin de la mémoire et rappeler l’effondrement de l’URSS, l’autre superpuissance du XXe siècle. Jusqu’en 1980 environ, les citoyens de l’URSS se préoccupaient surtout de leur propre opinion pour ce qui se passait dans leur pays et dans le monde et n’étaient pas particulièrement intéressés par les opinions des autres. La plupart des gens estimaient sincèrement que l’URSS était le meilleur pays du monde et que leur mode de vie était le plus progressiste. Bien sûr, il y avait des problèmes, mais c’est le cas partout et à tout moment.

Mais les Jeux Olympiques de 1980 sont passés par là, amenant avec eux une série de magazines sur papier glacé qui montraient comment les gens vivaient dans le monde entier. Ce n’était pas de la propagande et cela ne critiquait personne ; tout était très positif. Il n’y avait pas de comparaison entre deux variétés de pommes ; c’était une exposition, pas un concours. Et donc, ici, nous avions une image d’un soudeur américain qui vivait dans sa propre maison, qui faisait des barbecues avec ses amis et voisins, et qui avait une famille heureuse et une femme dont la cuisine ressemblait au panneau de commande d’un petit vaisseau spatial très stylé.

L’homologue soviétique du soudeur américain, qui vivait dans un immeuble en panneaux de béton surplombant une zone de friche boueuse et devait prendre un bus pour se rendre à son travail, a regardé cet Américain avec sa maison, ses deux voitures et beaucoup d’autres gadgets et autres bricoles et soupiré… Et puis il a commencé à penser que son pays n’était peut-être pas le meilleur du monde après tout. Nous savons tous comment cela s’est terminé : il s’est mis à grogner et à se relâcher au travail pendant que ses enfants tombaient amoureux des jeans, du chewing-gum, du rock-and-roll et, en 1991, leur pays s’est effondré.

Avance rapide de trois décennies et qu’est-ce que nous avons ? Le soudeur américain s’est blessé le dos pendant son travail, on lui a prescrit des opiacés synthétiques et lorsque la prescription a expiré, il est devenu un héroïnomane vivant dans la rue. Sa maison a été saisie après le déménagement de l’usine où il travaillait, au Mexique, et il a perdu son emploi. Sa femme l’a quitté, a emménagé dans la caravane de son nouveau petit ami et s’est transformée en un monstre de 130kg. Les enfants sont tous partis de leur côté : l’un est un accro aux jeux vidéos et ne quitte jamais sa chambre ; un autre s’en sort en faisant des prestations sexuelles devant une webcam ; et le chanceux qui est allé à l’université ne sait plus si « il » est un garçon ou une fille et déteste être blanc.

Pendant ce temps, l’immeuble d’appartements en panneau de béton de son homologue russe a été recouvert d’une nouvelle couche de carreaux de céramique aux couleurs design et son appartement a subi une rénovation « Eurostyle ». Il a été « privatisé », ce qui signifie qu’il le possède maintenant en nue-propriété. La parcelle de terrain vague qui l’entoure a été plantée d’arbres et d’arbustes et une rangée de nouvelles Lada et de BMW brillantes est garée devant. Ses enfants ont tous été formés sur le budget fédéral et ont trouvé un emploi professionnel. Lui et sa femme passent leurs étés dans leur maison d’été (datcha). Leurs enfants et leurs petits-enfants viennent leur rendre visite le jour de la fête nationale russe. Ils cuisinent du chachlyk grillé, mangent des légumes venant directement de leur jardin, boivent des vins de Crimée et chantent des chansons patriotiques. Il s’est avéré que c’est un tour genre poupée Matriochka : sortir la coquille usée de l’URSS, ses ambitions idiotes de superpuissance et une foule indisciplinée de « nations fraternelles » en liberté, pour voir apparaître la Russie, toute neuve et brillante.

Tout comme les Jeux olympiques de 1980 ont montré aux Russes à quoi ressemblait la vie en dehors de l’URSS, les matchs de la Coupe du monde 2018 ont montré au monde à quoi ressemble la vie en Russie. L’image de la Russie en tant que Mordor totalitaire, pauvre et en ruines, a été brisée pour laisser apparaître l’image d’une Russie joyeuse, libre, sûre, bien dirigée et prospère. Au fur et à mesure que cette réalité suinte, de plus en plus d’Américains doivent commencer à penser qu’ils ne seraient pas du tout opposés à vivre comme les Russes, sans déménager en Russie, mais d’amener un peu de Russie dans leur pays d’origine. Plus précisément, beaucoup d’entre eux ne verraient pas de problème à avoir une direction un peu à la Poutine, respecté, et faisant autorité tout en étant autoritaire, compétent et populaire, au lieu de ces faces indignes et leurs bandes d’amis et d’ennemis que l’on ne peut pas distinguer.
Ce développement frappe d’horreur mystique les cœurs des élites dirigeantes américaines, car elles savent déjà comment ce genre d’histoire se termine. C’était précisément la méthode utilisée pour renverser l’URSS, leur ancien concurrent géopolitique. Ils n’ont pas obtenu cet effet par la propagande, mais simplement en disant la vérité : à l’époque, la vie aux États-Unis était simplement meilleure.
Et maintenant, ce n’est tout simplement plus le cas. À l’époque, quelque 80% de la population américaine faisait partie de la classe moyenne ou pouvait aspirer à entrer dans la classe moyenne. Mais à ce jour, la classe moyenne américaine a été divisée par cinq, à 20% de la population. Dans de nombreux secteurs importants, allant de l’accès à Internet haut débit à des logements abordables et de qualité, à l’éducation et aux soins de santé, à la sécurité publique, au démarrage et à la gestion d’une petite entreprise, à la rentabilité de leurs forces armées, les États-Unis ont pris du retard sur la Russie, d’au moins une décennie. Et la vérité de cette sous-performance devient impossible à cacher.

C’est pourquoi les élites américaines se débattent dans un paroxysme de désespoir. Elles ont été placées dans la même position que les membres du Politburo soviétique dans les années 1980. Elles savent exactement à qui reprocher leur situation : la Russie bien sûr, mais ils ont beaucoup de mal à formuler leur accusation. Alors qu’ils ont jugé bon de se mêler des affaires soviétiques dans les années 1980 et dans les affaires russes depuis lors, ils tentent maintenant de qualifier les efforts de communication de la Russie d’« expansionnisme » et de « révisionnisme ». Qu’en est-il des droits de l’homme et de la liberté d’expression ? Est-ce qu’on interdit aux Américains de savoir comment vivent les Russes et ce qu’ils considèrent comme bon et correct ? Leurs dirigeants ont-ils peur de la Russie ou ont-ils peur que leur propre peuple découvre la vérité sur la Russie ?

Pour déterminer à quel point ils ont peur, nous pouvons utiliser la liste suivante de contre-mesures pratiques et voir jusqu’où ils vont être forcés de descendre dans cette liste.

1. L’autocensure. Ceux qui ont déjà essayé de faire connaître la vérité deviennent plus réticents et plus enclins à l’équivoque, car tout écart par rapport au récit officiel est maintenant puni d’ostracisme.

2. Évitement du sujet. Ils commencent à éviter certains problèmes « chauds » qui, selon eux, sont les plus susceptibles de leur causer des problèmes, créant ainsi des zones d’enclavement géantes qui rendent de plus en plus les États-Unis aveugles face aux nouveaux développements dans le monde.

3. Réponse au harcèlement. Quelques incidents de harcèlement officiel amènent les médias à commencer à diluer ou à retirer leur contenu, ce qui fait que certaines parties de l’histoire contemporaine apparaissent puis disparaissent sur la base des caprices officiels.

4. Liste noire. Les fonctionnaires ont recours à la censure du contenu au cas par cas, bloquant ou fermant certains sites Internet qu’ils considèrent particulièrement dangereux.

5. Blocage des communications. Les fonctionnaires commencent à s’occuper sérieusement des « cas difficiles », des individus peu coopératifs, en fermant leurs communications, en désactivant leurs comptes sur les médias sociaux et leurs téléphones portables, en fermant leur accès à Internet et en leur imposant des restrictions de voyage.

6. Détention. Les personnes jugées peu coopératives, qui tentent de contourner les restrictions, sont rassemblées et envoyées dans des lieux inconnus.

Rassurez-vous, ces mesures seront toutes temporaires. Dans tous les cas où les élites dirigeantes ont été forcées de tenter de bloquer la vérité, le résultat final fût une « perestroïka » ou une « révolution colorée »… ou un effondrement. Les membres des élites dirigeantes qui veulent avoir un avenir feraient bien d’écouter ce conseil : prenez le parti de la vérité. Il n’a fallu qu’un seul garçon pour souligner que le roi était nu. Sois ce garçon.

[Inspiré par A. Zapolskis]

Les cinq stades de l’effondrement
Dmitry Orlov

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie » c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Les forces et les faiblesses des gauchistes par rapport aux conservateurs

Posted: 23 Aug 2018 05:19 AM PDT
Article original de Brandon Smith, publié le 8 Août 2018 sur le site alt-market.com
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Avant de me lancer dans ce sujet, je devrais probablement aborder une idée fausse répandue parmi les gens qui sont nouveaux dans l’activisme du Mouvement pour la Liberté. La première fois que les gens entendent parler du concept du « faux paradigme gauche/droite », ils supposent à tort que cela signifie qu’il n’y a « aucune idéologie de gauche ou de droite », que tout est fabriqué pour diviser les masses. C’est une idée fausse.

Lorsque nous parlons du faux paradigme gauche/droite dans le Mouvement pour la Liberté, nous faisons généralement référence aux élites au sommet de la pyramide politique et financière. Ces gens n’ont PAS de loyauté envers un parti politique, et ils n’adhèrent pas non plus aux croyances d’un côté ou de l’autre. Ils sont heureux, cependant, d’exploiter les gauchistes ou les conservateurs en ciblant leurs faiblesses. Ils le font dans le but de créer un résultat social qui favorise leurs objectifs, mais c’est tout. En d’autres termes, ces gens sont des globalistes et ont leur propre agenda séparé de la gauche ou de la droite politique, mais ils feront semblant de se tenir d’un côté ou de l’autre pour contrôler le récit. D’où la « fausseté » de leur théâtre politique gauche/droite.

Le citoyen ordinaire, cependant, a en effet tendance à faire reposer légitimement ses idéaux sur un spectre de gauche à droite, du progressiste au conservateur. Et dernièrement, la séparation entre ces deux parties s’élargit de plus en plus.

Pour être clair, ce n’est pas faire le jeu des globalistes que de souligner les différences entre les deux camps. Les deux côtés sont concrets, ils sont le prolongement naturel de processus humains, et ils existeraient même si les globalistes n’existaient pas. Les globalistes n’ont pas créé de différences philosophiques entre la gauche et la droite, c’est leur donner trop de crédit. Ils ne cherchent qu’à profiter des divisions de la pensée qui existent déjà.

Là où les choses tournent horriblement mal, c’est lorsqu’un côté ou l’autre est poussé artificiellement vers le fanatisme. C’est là que les globalistes créent le chaos, en influençant la gauche ou la droite pour subvertir leurs propres principes et abandonner la diplomatie au nom de la destruction de l’autre partie. C’est alors que les désaccords se transforment en guerre et que le processus politique devient une querelle sanglante. Les globalistes tentent parfois de conjurer des conditions aussi violentes lorsqu’ils veulent effacer l’ardoise et introduire un nouveau système social. En général, leur but est encore plus de centralisation et de contrôle.

Au fil des ans, j’ai critiqué les DEUX côtés de l’éventail politique, et parfois encore plus les militants du Mouvement de la Liberté lorsque j’ai vu le mouvement être égaré par la désinformation. La réalité est que tant les gauchistes que les conservateurs perçoivent de graves déséquilibres dans le fonctionnement de notre société et de notre gouvernement. Ce qui nous différencie beaucoup, c’est la façon dont chaque partie rejette la responsabilité de nos problèmes et la façon dont elle prévoit de résoudre ces déséquilibres.
Pour comprendre pourquoi la gauche et la droite sont si près d’une guerre ouverte, nous devons sortir de la bulle politique et regarder nos différences d’une manière plus objective. Commençons d’abord par un examen de la mentalité gauchiste…

Comment les gauchistes voient le monde

La clé pour comprendre les gauchistes réside dans leur inclination vers le collectivisme comme moyen de protection et de pouvoir. Pour dire les choses plus directement, les gauchistes aiment et embrassent la mentalité de foule.

C’est pourquoi la gauche politique semble s’organiser beaucoup plus efficacement que les conservateurs dans de nombreux cas. Alors que les conservateurs s’engagent dans des débats internes les uns avec les autres sur les principes et les solutions pratiques, les gauchistes sont beaucoup plus déterminés dans leur quête d’influence sociale. Ils semblent graviter l’un vers l’autre comme des fourmis autour d’un cube de sucre, et en cela ils peuvent être efficaces pour éliminer les obstacles et gagner des territoires politiques. Cela peut être considéré comme une force, mais aussi comme une faiblesse.

L’idéal gauchiste est un idéal dans lequel tous les gens sont généralement d’accord – ils pensent que tous les gens sont liés les uns aux autres dans une grande chaîne sociale, que chaque action individuelle a des conséquences pour tous les autres dans cette chaîne et, par conséquent, que toutes les actions individuelles, aussi petites soient-elles, devraient être réglementées afin d’éviter qu’une personne ne vienne s’ajouter à une catastrophe potentielle pour le reste de l’humanité. Le véritable individualisme est perçu comme étant « égoïste » et perturbant les perspectives de survie du groupe.
Ainsi, la notion de « société » devient un mécanisme de contrôle utilisé par les gauchistes. « Nous faisons tous partie de cette société, que cela nous plaise ou non. » Ils disent souvent : « Les gens doivent accepter les règles pour le plus grand bien du plus grand nombre ».

Lorsque nous regardons cela objectivement, il s’agit clairement d’un totalitarisme se posant comme une rationalité humanitaire. Qui décide de ce qui est « le plus grand bien » ? Eh bien, notre conscience inhérente fait cela, mais la conscience est un trait individuel. Quand les foules se réunissent et s’engagent dans une pensée de foule, la conscience a tendance à sortir par la fenêtre.

Par exemple, il est impossible d’instituer une telle chose comme la « justice sociale » ; homogénéiser arbitrairement un groupe entier en fonction de la couleur de la peau, de l’orientation sexuelle, de la situation financière, etc. et décider ensuite comment ils devraient être récompensés (ou punis). Cela efface les réalisations individuelles et les crimes des personnes au sein de ce groupe que vous venez de créer arbitrairement.

Il est vrai que certains comportements ont tendance à être culturels, et dans ce cas, le mieux que l’on puisse faire moralement est de signaler ces comportements en les encensant ou en les critiquant. Dans le cas des globalistes, vous avez un exemple réel de criminalité organisée au sein d’un groupe de personnes définissable. Cela peut en effet être jugé sur une large échelle mais doit encore être puni sur la base d’actions individuelles.

Nous pouvons juger un individu pour son comportement basé sur des preuves, mais personne sur Terre n’est dépourvu de préjugés, et personne sur Terre n’a la sagesse omnipotente requise pour distribuer des punitions ou des prix à toute une sous-culture de gens en masse.

Ces gauchistes avec de bonnes intentions désirent un monde sans souffrance. C’est peut-être une chose noble. Malheureusement, ce monde n’existe pas et n’existera jamais. Il y aura toujours une inégalité des résultats parce que tous les gens ne sont pas égaux en capacité ou en volonté. Je me rends compte que les gauchistes ont subi un lavage de cerveau en pensant que tous les gens sont également capables, si ce n’est pas complètement les mêmes de toutes les façons imaginables. Mais, croire cela n’en fait pas un fait.

Le mieux que nous puissions espérer est la liberté de poursuivre la recherche de prospérité en tant qu’individus, mais dans leur quête de l’égalité totale, les gauchistes encouragent l’effacement de la liberté individuelle et des opportunités. Ils croient que le mieux pour l’individu est qu’il sacrifie son individualisme au profit de la foule composée du plus petit dénominateur commun. Quand on comprend que la foule est moralement relative, qu’elle n’a ni âme ni conscience, cette suggestion sonne comme de la folie. Et franchement, c’est de la folie.

Inutile de dire que la pensée collectiviste des gauchistes en fait une proie facile pour les élites sociopathes mondiales. Cependant, pour être juste, les conservateurs sont également visés par la manipulation parce qu’ils représentent la menace la plus viable pour le succès du globalisme en tant que construction.

Comment les conservateurs voient le monde

Alors que la gauche politique s’enfonce dans les erreurs du fanatisme, les conservateurs ne sont pas à l’abri de l’aveuglement idéologique. Ce n’est un secret pour personne que je considère la position conservatrice comme étant de loin supérieure à celle de la gauche – je résumerai les forces de cette position aussi brièvement que possible afin que nous puissions passer à la question plus importante des faiblesses.

La gauche voit le monde comme un nœud gordien complexe qu’il faut couper en deux et démêler méticuleusement jusqu’à ce que tout soit égal. Les conservateurs considèrent que les problèmes de la société sont beaucoup plus simples – les problèmes de chaque individu sont les siens. Chaque individu doit travailler dur pour s’élever et résoudre ses problèmes sans embarquer d’autres personnes dans le processus. Chaque personne est une île, et bien que nous puissions parfois nous allier les uns avec les autres, nous ne sommes pas liés de façon permanente les uns aux autres dans une sorte de relation symbiotique sans fin. Comme l’indique le principe de non-agression, vous me laissez tranquille, et je vous laisserai tranquille, et tant que personne ne tentera de voler les autres, d’asservir les autres ou d’assassiner les autres, je resterai tranquille et paisible.

La dynamique conservatrice tourne mal, cependant, quand les conservateurs abandonnent leurs principes fondateurs pour tenter de gagner un combat contre une menace imminente.

Comme les gauchistes vénèrent la foule et le pouvoir gouvernemental, les conservateurs ont tendance à vénérer des héros, dont certains sont de faux prophètes. Les conservateurs sont toujours désespérément à la recherche de l’homme au cheval blanc pour les mener vers la terre promise. Ils sont toujours à la recherche d’un autre messie. Et en cela, ils se rendent faibles.

Ce qu’ils devraient développer, ce sont leurs principes et leur héritage seulement. Seuls les principes et les vérités comptent, car ils sont éternels. Ils ne sont pas corrompus comme les gens peuvent l’être. Mais que l’homme de spectacle ou la mascotte de droite viennent réciter le bonne rhétorique d’une manière excitante, et beaucoup de conservateurs deviennent de la pâte à modeler entre les mains des élites politiques.

Je crois que c’est dû au problème d’organisation dont souffrent les conservateurs. Les individualistes ne sont pas toujours d’accord sur tout et abhorrent normalement la pensée de foule. La droite politique est frustrée de voir à quel point il est facile pour les gauchistes de se rassembler en une foule efficace, et la tyrannie de la majorité est horrifiante pour le conservateur moyen. Ainsi, en réponse, les conservateurs cherchent des leaders unificateurs, des gens qui semblent avoir les mêmes valeurs et dans lesquels les conservateurs peuvent déverser tous leurs espoirs et leurs rêves pour l’avenir. Quand cela se produit, la pensée de groupe peut se propager et se propage aussi comme un cancer à travers la droite politique.

Lorsque les conservateurs se concentrent sur le leadership, ils se centralisent sans le vouloir et deviennent facilement contrôlables. Les globalistes peuvent soit coopter le leader, soit ils peuvent détruire le leader et donc les espoirs de tous ceux qui se sont investis en lui. Ils peuvent utiliser le leader comme un placebo, ce qui fait que les conservateurs attendent que les choses changent alors qu’ils devraient agir eux-mêmes. Et, les globalistes peuvent aussi lier toutes les bévues perçues ou réelles de ce leader autour du cou de sa base politique ; ce qui signifie que les conservateurs peuvent se rallier autour d’un faux prophète et que lorsqu’il tombe en disgrâce, toute pensée conservatrice tombe également avec lui.

Lorsque les conservateurs concentrent tous leurs efforts et leur énergie en un seul leader, ils se préparent à l’échec. L’organisation n’a pas besoin d’être modelée du haut vers le bas. Elle peut être construite à partir de la base et de manière décentralisée. Lorsque les conservateurs ignorent leurs propres principes et commencent à centraliser, des choses très laides peuvent se produire. Le zèle n’est pas seulement un vice de la gauche. Je me souviens de la folie de la guerre en Irak, par exemple, et dans ce cas, j’ai vu des conservateurs autoproclamés agir comme la foule qu’ils méprisaient. Cela s’est produit parce qu’ils étaient effrayés par ce qu’ils percevaient comme une menace imminente et qu’ils cherchaient un leadership dans tous les mauvais endroits au lieu de penser de façon critique.

Les deux côtés du spectre politique sont une réalité de la vie (à moins, bien sûr, que les globalistes obtiennent ce qu’ils veulent et remplacent tout par leur propre relativisme moral). Un côté est souvent utilisé contre l’autre pour obtenir en sous-main une réponse autodestructrice. Comprendre d’où viennent les uns et les autres nous aide à rester vigilants et à éviter l’exploitation par les pouvoirs en place.

Brandon Smith

Note du Saker Francophone

Cet auteur nous parle de sa vision des américains, vus du cœur de l’alt-right, comme Kunstler nous en parle depuis une certaine gauche radicale. Les 2 ayant une vision large des problèmes économiques mondiaux, avec leurs propres biais, cela permet de suivre l’évolution de cette société américaine qui supporte l’Empire de notre temps, un Empire en déclin.

La croissance démographique mondiale a cessé en 1988

Posted: 23 Aug 2018 01:41 AM PDT
Article original de Chris Hamilton, publié le 18 juillet 2018 sur le site Econimica
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Depuis, la population n’a fait que vieillir

Image associée

Voici les naissances mondiales, par périodes de cinq ans, selon l’ONU. Le monde a cessé de croître vers 1988… Depuis, la population n’a fait que vieillir.

eco_grow_p1

Voici maintenant les naissances et les estimations des variantes moyennes et basses de l’ONU jusqu’en 204 … plus ma meilleure estimation des naissances les plus probables. Malgré la population totale beaucoup plus grande (plus âgée), les naissances continuent à se languir et semblent devoir décliner. Depuis 2000, le nombre total de naissances diminue partout sauf en Afrique.

eco_grow_p2

En supposant que la variante moyenne de l’ONU, graphique ci-dessous, montre les naissances pour l’Afrique, l’Asie du Sud (Inde, Pakistan, Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Népal, Iran, Sri Lanka) et le monde moins l’Afrique et l’Asie du Sud…

eco_grow_p3

Ou, en regardant les naissances par RNB (revenu national brut) par habitant. Seules les nations les plus pauvres ont plus d’enfants, alors que toutes les autres nations (en termes de revenus) en ont beaucoup moins (revenu élevé et moyen supérieur) ou stagnent (nations à revenu moyen inférieur).

eco_grow_p4

Les graphiques suivants montrent les populations porteuses d’enfants des pays à revenu élevé, moyen-supérieur, moyen-inférieur et à faible revenu (sur la base du RNB par habitant de 2016, détaillé par la Banque mondiale).

Pour les pays à revenu élevé, la croissance annuelle maximale de la population infantile a eu lieu en 1963, mais la population infantile totale n’a pas atteint son maximum avant 2009. La population capable de se reproduire continuera à baisser au moins jusqu’en 2030 et probablement encore beaucoup plus longtemps.

eco_grow_p5

La croissance annuelle maximale des pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure a eu lieu en 1985 et la population totale en âge de procréer est également devenue négative en 2009… et elle continuera à diminuer indéfiniment.

eco_grow_p6

Les pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure ont connu une croissance annuelle de leur population infantile maximale en 2000 et leur croissance annuelle continue de ralentir.

eco_grow_p11

La croissance annuelle de la population infantile des pays à faible revenu continue d’augmenter et ne devrait pas atteindre son maximum avant 2040, tandis que la population totale de jeunes enfants continuera d’augmenter jusqu’en 2060 environ.

eco_grow_p8

Enfin, le meilleur indicateur de l’activité économique est la consommation d’énergie. Le graphique ci-dessous montre la consommation réelle et estimée de l’EIA jusqu’en 2040. De toute évidence, la croissance démographique en Asie du Sud (revenu intermédiaire inférieur) et particulièrement en Afrique (pays à faible revenu) n’a pas et ne devrait pas entraîner une consommation énergétique ou une activité économique significative.

eco_grow_p9

À quoi cela ressemble-t-il en %.

eco_grow_p10

Quelqu’un devrait écrire sur ce sujet.

Chris Hamilton

Par défaut

The Economic Collapse !Medicare For All? Shock Poll Discovers That 70 Percent Of Americans Want Single-Payer Healthcare To Happen

The Economic Collapse
Medicare For All? Shock Poll Discovers That 70 Percent Of Americans Want Single-Payer Healthcare To Happen

Medicare For All? Shock Poll Discovers That 70 Percent Of Americans Want Single-Payer Healthcare To Happen

Posted: 23 Aug 2018 10:22 PM PDT

Should the U.S. government provide medical care for everybody? A shocking new poll that was just released found that 70 percent of all Americans actually want this to happen. Of course if they also asked people if they wanted their taxes to double in order to pay for such a system, the percentage of favorable responses would have probably been a lot lower. But still, this poll result shows that Americans are willing to embrace socialism to a degree that would have been absolutely unthinkable a decade or two ago. Of course “Medicare for all” is not going to happen as long as Donald Trump resides in the White House, but if future polls keep returning similar results it is only a matter of time before a Democratic administration will implement such a policy. And as we have seen with Obamacare, once a new social program is in place it can be nearly impossible to get rid of it.

We all knew that a high percentage of Democrats were in favor of “Medicare for all”, but what really shocked me was that this poll found that 52 percent of Republicans are now in favor of it….

A vast majority — 70 percent — of Americans in a new poll supports “Medicare for all,” also known as a single-payer health-care system.

The Reuters–Ipsos survey found 85 percent of Democrats said they support the policy along with 52 percent of Republicans.

Wow.

At one time I was pretty certain what a “Republican” was, but things have changed so dramatically that I am not really sure anymore.

Of course nobody likes paying the sky high health insurance premiums that have been forced on us thanks to Obamacare, and so I definitely understand the hunger for change.

But fully socialized medicine would greatly accelerate our trip down the road toward national bankruptcy. According to one recent study, a “Medicare for all” system would result in a rise in federal spending of more than 30 trillion dollars over a 10 year period…

Medicare for all has been in the headlines after a study by the libertarian-leaning Mercatus Center at George Mason University found it would lead to a $32.6 trillion increase in federal spending over a 10-year period.

The study’s author, Charles Blahous, wrote in The Wall Street Journal earlier this month that even doubling taxes would not cover the bill for a single-payer health-care system.

I don’t know about you, but I sure do not want my taxes doubled so that the left can implement a government-controlled healthcare system.

But what we have today is certainly not working. That is why many of us are deeply, deeply frustrated with the Republicans in Congress. They had a golden opportunity to repeal Obamacare during this two-year period that they have been in control, and they have completely fumbled the ball. It is a political failure of the highest order, and millions upon millions of American families are deeply suffering as a result.

Just recently, Bloomberg profiled one of those families…

When their son Sky was born four years ago, Lindsie and Chris Bergevin were hit with a big surprise: $7,000 in bills for the birth that their health plan didn’t cover. Sky was two when the couple jettisoned their medical insurance, which helped them eventually pay off the debt.

Now that they’re ready to have a second child, they’re not going back to their old coverage, with its premiums of more than $350 a month. Instead, they’ve patched together an alternative through a religious group and a primary-care doctor whom they can visit anytime for a monthly fee.

The health insurance system that we have today is a complete and utter failure. Families are paying ridiculously high premiums for deeply flawed policies with extremely high deductibles, and a lot of people are saying enough is enough.

For example, it is being estimated that more than one million Americans have now joined “health sharing ministries”…

The number of people joining so-called health-care sharing ministries—religion-based cost-sharing plans—rose 74 percent from 2014 to 2016, according to the latest Internal Revenue Service data. An alliance for the groups said that more than 1 million people now participate in such programs. Similarly, primary-care clinics like the one Julie Gunther started in 2014 have grown to almost 900 from just a handful in the early 2000s, according to the Direct Primary Care Coalition, a trade group for the clinics.

There are free market solutions out there that actually work. In addition to health sharing ministries, direct primary care and association buying groups are other free market models that have shown that they have tremendous potential.

Unfortunately, that is not where society is trending.

Even though Republicans are in control of Washington for the moment, the federal government just keeps getting bigger and bigger. Earlier today, I was astounded to learn that 52 percent of all U.S. children live in a household that receives benefits from the U.S. government each month…

In 2016, according to the most recent data from the Census Bureau, there were approximately 73,586,000 people under 18 in the United States, and 38,365,000 of them — or 52.1 percent — resided in households in which one or more persons received benefits from a means-tested government program.

These included the Supplemental Nutrition Assistance Program (food stamps), Medicaid, public housing, Supplemental Security Income, the Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants and Children, Temporary Assistance for Needy Families and the National School Lunch Program.

All throughout American history, social programs have steadily expanded, and until things completely collapse they will probably continue to expand.

In addition to wanting free government healthcare, it turns out that most Americans also want free college education…

The new Reuters poll also showed that a majority of Americans supports free college tuition. Forty-one percent of Republicans said they supported the policy, pollsters found, compared with 79 percent of Democrats.

“Free stuff” always sounds great until you figure out that someone has to pay for it.

And in our case, we have already stolen more than 21 trillion dollars from future generations to pay the bills. How in the world are we going to be able to afford everything else that the socialists want to do?

This article originally appeared on The Economic Collapse Blog. About the author: Michael Snyder is a nationally syndicated writer, media personality and political activist. He is publisher of The Most Important News and the author of four books including The Beginning Of The End and Living A Life That Really Matters.

The post Medicare For All? Shock Poll Discovers That 70 Percent Of Americans Want Single-Payer Healthcare To Happen appeared first on The Economic Collapse.

Par défaut

The Economic Collapse : Another Sign The Bitcoin Bubble Is Ending? China Launches An Unprecedented Crackdown On Cryptocurrencies…

The Economic Collapse

Another Sign The Bitcoin Bubble Is Ending? China Launches An Unprecedented Crackdown On Cryptocurrencies…

Another Sign The Bitcoin Bubble Is Ending? China Launches An Unprecedented Crackdown On Cryptocurrencies…

Posted: 24 Aug 2018 05:59 PM PDT

Those that sold their cryptocurrencies at the peak of the market made a tremendous amount of money, but those that hold on to the bitter end are going to be gravely disappointed. For a while there, it seems like cryptocurrency prices were going to go up forever. 2017 was the best year for cryptocurrencies ever, and lots of investors were becoming millionaires on paper. But now the “Bitcoin bubble” has burst, and the losses are absolutely staggering. Unfortunately for crypto investors, it looks like things are about to go from bad to worse, because China has just launched an absolutely unprecedented crackdown on cryptocurrencies. Potential government intervention was always the “elephant in the room” for cryptocurrency enthusiasts, and now it is becoming a reality in a major way.

How would you feel if the value of your investments fell by 75 percent in just 7 months?

Well, that is precisely what has happened to cryptocurrency investors. The following comes from the New York Times…

After the latest round of big price drops, many cryptocurrencies have given back all of the enormous gains they experienced last winter. The value of all outstanding digital tokens has fallen by about $600 billion, or 75 percent, since the peak in January, according to data from the website coinmarketcap.com.

Sadly, this could potentially be just the beginning of big trouble for the cryptocurrency industry.

China has not completely banned cryptos yet, but they appear to be moving in that direction. As Robert Wenzel recently noted, the crypto crackdown in China is becoming very intense…

Financial officials in an eastern district of Beijing issued a notice last week to stores, hotels and offices urging them not to host any cryptocurrency related speeches, events or activities. The document also asked that any activity be reported to local officials and said authorities were acting on behalf of a working group led by the central bank to clean up cryptocurrency trading, reports The Wall Street Journal.

In a commentary published in state media on Friday, according to the Journal, Sheng Songcheng, an adviser to the People’s Bank of China, said that after fundraisings called initial coin offerings were banned last year, government regulation will become even more restrictive. He wrote that earlier this week, authorities blocked a number of public accounts involving ICOs on the popular messaging app WeChat.

In addition, we have just learned that China has decided to permanently block over 120 offshore cryptocurrency exchanges…

More than 120 offshore cryptocurrency exchanges have been blocked by Chinese authorities, the South China Morning Post reports. The exact reasoning is not entirely clear — the central bank didn’t respond to calls from SCMP reporters — though some speculate that the crackdown is a response to increasing financial risk and instability.

The government will continue to monitor for any new crypto news sites and announcements of Initial Coin Offerings (ICOs). If any appear, the government will shut them down immediately and deny user access by blocking their IP addresses.

That is an absolutely devastating blow to the cryptocurrency industry.

On top of everything else, Chinese tech giants have decided to ban crypto-related transactions…

In a move that will likely make it even harder for cryptocurrency aficionados to trade Bitcoin and its ilk in China, the mobile payments titans of the country have barred crypto-related transactions.

WeChat Pay and Ant Financial’s Alipay are monitoring their platforms for transactions related to cryptocurrencies, with WeChat saying Friday that it would prohibit users from sending funds related to such digital assets on its social media platform. Its a notable move, Chinese citizens have rapidly adopted the technology. Over $12 trillion changed hands via mobile in the first 10 months of 2017 alone in the Middle Kingdom.

A coordinated effort to kill the cryptocurrency industry in the second largest economy on the planet appears to be well underway, and this is going to have very serious implications for cryptocurrency prices.

Meanwhile, the cryptocurrency industry just suffered another blow at the hand of U.S. regulators…

The U.S. Securities and Exchange Commission has rejected another round of attempts to list exchange-traded funds backed by bitcoin, blocking ETFs from ProShares, GraniteShares and Direxion, on concern prices could be vulnerable to manipulation.

In a trio of orders posted on the agency’s website Wednesday, the commission said proposals to allow the funds failed to show how exchanges seeking to list the products would “prevent fraudulent and manipulative acts and practices.”

For a long time I have warned that the ultimate fate of the cryptocurrency industry was going to be determined by what national governments decided to do.

They seemed to have a “hands off” policy for quite a while, and the cryptocurrency industry thrived.

But now a global crackdown has begun, and it could ultimately mean the death of the entire sector.

This article originally appeared on The Economic Collapse Blog. About the author: Michael Snyder is a nationally syndicated writer, media personality and political activist. He is publisher of The Most Important News and the author of four books including The Beginning Of The End and Living A Life That Really Matters.

The post Another Sign The Bitcoin Bubble Is Ending? China Launches An Unprecedented Crackdown On Cryptocurrencies… appeared first on The Economic Collapse.

Par défaut

Vers où va-t-on ? La malédiction de Thomas Malthus-et varia

Vers où va-t-on ?

La malédiction de Thomas Malthus

Posted: 25 Aug 2018 05:57 AM PDT
Article original publié le 3 août 2018 sur le site The Next Wave
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

En parcourant quelques notes de l’année dernière, je suis tombé sur un article de Dietrich Vollrath publié en 2017 que j’avais imprimé pour lui donner toute l’attention qu’il mérite. Il s’intitule Qui appelez-vous un malthusien ? » et aborde la question intéressante pour l’avenir de savoir pourquoi traiter quelqu’un de « malthusien » est une forme d’attaque ad hominem si efficace qu’elle met fin à tout argumentation possible.

Pauvre vieux Malthus. Il a une mauvaise réputation depuis qu’il a prédit, vers la fin du XVIIIe siècle, que la surpopulation conduirait à la famine puis à l’effondrement social. Cela ne s’est pas passé ainsi, en grande partie parce que nous sommes tombés sur un approvisionnement unique d’énergie bon marché, cause de la révolution industrielle. Et, parce qu’il s’est avéré être dans l’erreur, cela signifie que si vous mentionnez Malthus de nos jours, vous êtes instantanément étiqueté comme excentrique.
Donc Vollrath nous rend service dans son long article de deux façons. Premièrement, il essaie de replacer l’argument de Malthus dans son contexte original, et deuxièmement, il revient sur les relations qui se cachent derrière le modèle du monde de Malthus.

Relations malthusiennes

Les relations sont simples.
Premièrement, le niveau de vie est inversement lié à la taille de la population. En effet, au moment de la rédaction de ces idées, le principal facteur de production était la terre, dont l’offre est en grande partie fixe. Vollrath partage un diagramme, issu de l’œuvre de Greg Clark, qui le démontre. Le modèle de Peter Turchin dans Secular Cycles a effectivement cette relation au centre de sa réflexion.

Clark UK population and real wages Malthus
Clark – Population anglaise et salaires réels – Malthus
Deuxièmement, la croissance de la population est corrélée positivement au niveau de vie. Comme le note Vollrath,

C’est peut-être parce que les enfants sont un bien normal et que la fécondité augmente lorsque les gens ont des revenus plus élevés. Ou peut-être parce que la santé est un bien normal, de sorte que les gens prennent mieux soin d’eux-mêmes (et de leurs enfants) lorsqu’ils ont un revenu plus élevé.

Il existe aussi une troisième version, à savoir que l’amélioration du niveau de vie a augmenté la croissance de la population parce que les gens étaient mieux nourris et mieux habillés, et moins susceptibles de mourir de maladie. (Certains travaux sur les survivants de la peste noire montrent que les cohortes ayant les meilleurs taux de survie ont été élevées avec plus de nourriture. Il s’agit probablement d’une explication causale avec un décalage.)
Vollrath note également qu’il y a des preuves indiquant que la deuxième relation pourrait ne pas tenir. Les données sont médiocres et ambiguës ; différentes études concluent des choses différentes. Mais il n’y avait aucun moyen pour Malthus d’avoir accès à de telles données.
Donc, pour résumer, les deux propositions qui sous-tendent l’économie malthusienne sont :

les niveaux de vie sont inversement corrélés avec la taille de la population ;
la croissance démographique est corrélée positivement avec le niveau de vie.

Point d’équilibrage

Blog – Malthus 1
Les relations malthusiennes. Source : Dieter Vollrath
Lorsque vous les mettez ensemble, vous obtenez un ensemble de boucles : une boucle d’équilibrage [1] et une boucle de renforcement [2].
Comme l’écrit Vollrath :

Tout dans le système pousse vers un terrain d’équilibre où la ressource par personne, et donc le niveau de vie, est juste au bon niveau pour que la croissance de la population soit nulle. Sans changement dans la population, il n’y a pas de changement dans le niveau de vie, donc il n’y a pas de changement dans la croissance de la population, donc il n’y a pas de changement dans la population. L’économie stagne au niveau de vie, ce qui entraîne une croissance démographique nulle.

Malthus pensait que ce système s’équilibrerait au niveau de l’économie de subsistance, mais Vollrath suggère que ce n’est pas nécessairement vrai. Le niveau de vie « stagnant » peut être plus élevé que cela, selon le niveau de préférence pour avoir des enfants.
Il fait également d’autres observations sur le modèle de Malthus :

Les chocs de technologie/productivité augmentent temporairement le niveau de vie, mais augmentent de façon permanente la population. Il y a des données réelles qui appuient cette affirmation.
Le retour à un niveau de vie « stagnant » (ou stable) peut prendre beaucoup de temps.

En d’autres termes, le système peut être instable à court et moyen terme s’il y a un changement dans la technologie ou les conditions environnementales qui modifient la relation entre le niveau de vie et la taille de la population (la partie contraignante du diagramme ci-dessus).

Pouvoir de négociation

C’est donc cela l’économie malthusienne. Mais il y a aussi une sorte de société malthusienne où les changements démographiques ont influencé le pouvoir de négociation des paysans, et donc les salaires, et cela a ensuite façonné ou remodelé les institutions sociales. Il y a toute une série de débats historiques qui portent sur le pouvoir politique et sur la façon dont il est acquis et exercé. Vollrath aborde certains d’entre eux.

North et Thomas soutiennent que les changements dans la population, en changeant les salaires relatifs et le pouvoir de négociation des paysans, ont contribué à changer les institutions en Europe occidentale avant la révolution industrielle. Brenner et Bois, d’autre part, disent que l’effet des changements démographiques sur les conditions de travail dépendait du pouvoir politique réel des paysans, qui n’était pas nécessairement affecté par la population.

Élites politiques

Dans leur livre Secular Cycles, Peter Turchin et Sergey Neverov passent en revue les arguments sur Malthus dans un premier chapitre, avant de procéder à une série d’études de cas d’une série de sociétés pré-industrielles. Ils observent que la critique de Malthus par Robert Brenner s’inspire de la période qui a suivi la peste. Différentes sociétés qui avaient été affectées de la même manière par la peste ont suivi des chemins différents par la suite. De plus, dans certains pays, comme l’Angleterre, les prix et les salaires ont suivi le modèle de Malthus, mais la croissance démographique ne l’a pas fait.
Ils s’inspirent de la critique de Brenner pour suggérer que le modèle économique de Malthus manque de quelques variables importantes : en particulier, le système de propriété foncière dans un territoire donné, ainsi que la structure et la cohésion de la classe dirigeante. Dans leur travail, l’État pré-moderne est une variable manquante, en particulier la mesure dans laquelle il coopte ou rivalise avec ses élites dirigeantes dans la lutte pour les ressources.
Vollrath n’aborde pas le travail de Turchin et Neverov, et en général le modèle des cycles séculaires n’est pas aussi connu qu’il devrait l’être. En bref, Secular Cycles commence par les questions relatives à la capacité de charge, et l’argument est le suivant :

Comme la capacité de charge dépasse les limites, vous obtenez des pénuries de terre et de nourriture, et une offre excédentaire de main-d’œuvre ; les prix des aliments augmentent ensuite et les salaires réels diminuent, ce qui conduit à une baisse de la consommation par habitant, en particulier parmi les plus pauvres ; ceci conduit à la détresse économique, avec des niveaux de fécondité plus faibles et des taux de mortalité plus élevés.

Blog Malthus 2
Modèle simplifié des cycles séculaires

Prospérer deux fois
Jusqu’à présent, c’est assez malthusien, mais Turchin et Neverov se penchent aussi sur le comportement de l’élite dans ces circonstances. En effet, les propriétaires fonciers et les employeurs de la main-d’œuvre (souvent les mêmes personnes) prospèrent deux fois plus. En résumé, ils en profitent à la fois parce qu’ils sont des employeurs de main-d’œuvre (et paient moins cher) et parce qu’ils sont propriétaires d’actifs (qui sont mis en concurrence par l’élite). Les pressions exercées sur les pauvres conduisent parfois à des conflits politiques, et parfois non. Cela dépend si les élites se divisent ou se serrent les coudes.
Bien que les études de cas datent d’avant la révolution industrielle, les travaux récents de Turchin se sont tournés vers les États-Unis plus contemporains. Cela devrait probablement faire l’objet d’un autre article, mais un monde dans lequel l’accroissement de la population (mondiale) entraîne une baisse des salaires réels, une forte hausse des prix des actifs et une intensification de la concurrence entre les élites semble malheureusement familier en 2018.

Limites de la croissance

Pour en revenir à Malthus, il y a aussi une troisième série d’arguments connexes importants, au sujet de la nature des limites de la croissance. Vollrath caractérise les arguments des « limites » comme tombant dans deux écoles :

la croissance démographique est une donnée et ne répond pas au niveau de vie.
la croissance démographique réduit le niveau de vie (en raison de la pénurie de ressources) et la population “augmente » en conséquence (une boucle de rétroaction négative).

L’autre lacune de l’article de Vollrath est qu’il utilise l’expression « limites à la croissance » mais ne discute pas des “Limites à la croissance » (comme dans le livre et le modèle World3). Les limites de la croissance méritent d’être considérées sous l’angle malthusien.

Production industrielle

C’était l’une des critiques à la fois du modèle original des « Limites à la croissance » et du livre, et peut-être plus intense à l’époque parce que Paul Ehrlich venait d’écrire sa très malthusienne Bombe démographique, qui prévoyait que la population mondiale en plein essor conduirait à la famine dans un avenir très proche. Il convient de noter qu’il est sorti au moment où la croissance de la population mondiale atteignait son taux le plus élevé. 1
Bien sûr, le modèle des limites de la croissance est plus sophistiqué que cela (voici ma version d’un article précédent ).
Et il y a des points critiques qui valent la peine d’être identifiés. Le modèle des Limites à la croissance ne concerne pas directement la population, sauf dans la mesure où l’augmentation de la population pourrait être corrélée à l’augmentation de la production industrielle. La production industrielle est fonction des ressources non renouvelables et du capital industriel (il s’agit d’un type de modèle se basant sur les « facteurs de production »). La production industrielle augmente la « pollution persistante », qui est un fourre-tout de modélisation des externalités environnementales au sens large ; les critiques commettent parfois l’erreur de lire le mot trop étroitement ou trop littéralement. Cela réduit la production agricole, ce qui signifie que la production industrielle diminue. En retour, cela signifie que la base industrielle ne peut soutenir une population aussi importante.
Et comme Dennis Meadows l’a dit cent fois ou plus depuis sa première publication, face à ce changement systémique, la technologie ne peut que retarder l’effondrement d’un système donné. Le cas principal (« cycle standard ») du modèle World3, qui a suivi de près le comportement du système mondial de 1971 et 2000 (et peut encore le faire), conduit à un déclin industriel à la fin des années 2020 et à un déclin de la population une décennie plus tard.

Juste malchanceux

Il ne reste plus qu’à penser que Malthus n’a peut-être pas eu de chance avec son timing. Il aurait été difficile pour lui de savoir que les petites exploitations de charbon qu’il aurait pu observer à son époque, étaient en fait un avant-goût de l’exploitation minière à grande échelle des XIXe et XXe siècles, ou que nous tomberions sur encore plus d’énergie gratuite sous la forme de pétrole au XXe siècle.
Cela laisse le mystère plus large de savoir pourquoi Malthus, et le « malthusianisme » sont devenus, dans les faits, des abus idéologiques. L’utilisation du terme « malthusien », du moins de mon vivant, a été une forme d’attaque paresseuse et personnelle qui permet à l’orateur d’ignorer ce qui a été dit. On ne peut pas dire simplement que Malthus avait tort ; beaucoup de ses contemporains se trompaient sur d’autres choses et sont simplement devenus des notes de bas de page dans les livres d’histoires.
La raison, je pense, est que Malthus jette un doute sur toute la notion de progrès et de croissance qui a été notre discours dominant au cours des 150 dernières années, certainement dans les pays qui s’en sont bien tirés de la révolution industrielle. Plus encore : il s’agit de notre seul discours dominant admissible. Et si Malthus a été malchanceux dans son calendrier, son argument implique toujours que nous aurions pu, en tant qu’espèce, être chanceux plutôt qu’intelligents en trébuchant sur toute cette énergie facile. Ce qui, à son tour, jette un doute sur une grande partie de l’histoire sur les capacités humaines et le développement humain qu’est l’histoire des Lumières.

Notes

50 ans plus tard: Ehrlich a récemment déclaré qu’il avait mal jugé du calendrier, et de certains détails, mais l’argument est toujours valable. ↩

Découvrons le F-15 X, le chasseur remplaçant du F-15C/D Eagle de Boeing

Posted: 24 Aug 2018 11:39 PM PDT
Article original de Tyler Rogoway, publié le 3 février 2017 sur le site The Drive
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

Boeing

La semaine dernière, la communauté de la défense aérospatiale a été intriguée par un rapport de Defenseone.com selon lequel Boeing présenterait une nouvelle variante de sa ligne de chasseurs F-15 Eagle, vieille de 45 ans à l’United States Air Force. Pourtant, presque rien n’est connu de cette initiative, y compris d’où elle vient et ce qu’elle implique exactement. Bien qu’elle ait été présentée comme une invitation de Boeing à l’USAF, c’est le contraire qui est vrai : l’USAF a commencé la discussion il y a plus d’un an et demi. Depuis lors, les pourparlers en cours ont été maintenus incroyablement silencieux sur les détails de ce nouvel avion, jusqu’à maintenant.

Selon des sources proches des discussions, « The War Zone » a pris connaissance des origines du F-15X, de ses capacités et de ses caractéristiques, et de la place qu’il occuperait dans l’écosystème de la puissance aérienne tactique de l’USAF.
Tyler Rogoway / Les F-15C exécutent une bousculade d’alerte simulée.
L’USAF regarde vers l’avenir
Le F-15X est l’aboutissement d’une requête silencieuse de l’US Air Force auprès de Boeing et de Lockheed Martin concernant la mise en service d’un avion qui pourrait s’intégrer parfaitement à leur infrastructure de combat aérien existante dans le cadre d’une stratégie mieux définie d’un mix de capacité basse et haute – ce dernier modèle étant destiné à aider spécifiquement à contre-balancer la diminution de structure de la force aérienne.

La cellule devrait être rentable à la fois en termes d’exploitation et d’acquisition, à très faible risque et, surtout, elle ne devrait pas perturber l’initiative plus vaste d’approvisionnement en F-35. Si c’était le cas, il faudrait la considérer comme un complément au F-35, et non comme une solution de rechange.
USAF – F-15 et F-35
L’USAF ne s’est pas procuré de chasseur de 4e génération depuis 2001. Cela fait plus de 15 ans avant que les discussions qui ont mené au F-15X aient commencé. Pendant une décennie et demie, les pontes de l’USAF avaient été catégoriques avec l’idée d’acheter seulement des chasseurs furtifs de 5ème génération pour remplir leurs rangs en jets tactiques. Même la mise à niveau ou la conservation de plates-formes de chasseurs existantes et éprouvées au combat a été remise en question au début de la présente décennie, car le service était axé sur la stabilisation du programme des F-35. Le resserrement des budgets de la défense sous séquestre n’a pas aidé la situation non plus.

Au fil du temps, il est devenu évident que le F-35 n’était peut-être pas la solution universelle pour l’US Air Force. Ce n’est pas une sanction contre le F-35, mais la réalité que l’USAF a des besoins tactiques en puissance aérienne qui ne nécessitent pas ou même ne bénéficient pas des capacités uniques et coûteuses du F-35.
USAF / Le dernier F-16 livré à l’USAF a été contracté en 2001. Une poignée de F-15E a également été commandée cette année là pour remplacer les avions perdus. Ils étaient les derniers jets de combat de 4ème génération que l’USAF a achetés.
L’initiative F-15X n’est donc pas un appel à froid de Boeing, elle est née de centaines de discussions de plus en plus nombreuses entre les différents acteurs de l’USAF et le constructeur aéronautique. Toutes les parties concernées ont travaillé dur pour ne pas divulguer les discussions par respect pour les programmes d’approvisionnement en cours et les besoins déclarés de l’USAF. De plus, le fait de ne pas fournir suffisamment de détails aurait certainement eu pour conséquence que le F-15X aurait mal été interprété par la presse comme étant un énorme concurrent du F-35, alors que cela n’a jamais été le cas selon la portée de l’initiative proposée.
Le concept F-15X est né
Le résultat de ces discussions est le F-15X. Nos sources décrivent l’avion comme une variante à siège unique du dernier dérivé avancé F-15 Strike Eagle – le F-15QA destiné au Qatar – mais il intégrera également de nombreuses fonctionnalités et mises à niveau que l’USAF a l’intention (ou voulait autant que possible) d’inclure dans sa flotte de F-15C/D vieille de presque quatre décennies. Et non, l’avion n’est pas un reconditionnement du concept semi-furtif F-15 Silent Eagle que Boeing a avancé il y a près d’une décennie. Le F-15X ne présente aucune amélioration de furtivité de quelque sorte que ce soit.
Boeing Rendering / Le F-15X est une excroissance des derniers dérivés Strike Eagle d’exportation et de la voie de mise à niveau que l’USAF a conçue pour sa flotte F-15C/D vieille de plusieurs décennies. Il s’appuie également sur des concepts antérieurs tels que la configuration du F-15 2040C vue dans cette image et dans l’image de la bannière en haut de cet article.
La configuration du F-15X est impressionnante car elle comprend un cockpit en verre avec écran plat, un visiocasque JHMCS II (HMD), une structure d’aile interne révisée, des commandes de vol électriques, un radar AESA APG-82, l’activation des voilures extérieures une et neuf, un ordinateur de mission évolué, un affichage tête haute, des communications radio et satellite mises à jour, un système de surveillance électronique et de surveillance électronique du Système évolué de survie active Eagle (EPAWSS), un système de recherche et de suivi infrarouge de type Legion Pod ( IRST) et la liste continue.

Boeing’s advanced Eagle cockpit is very slick. The latest Strike Eagle derivative WSOs finally have a much needed big display for targeting. The F-15C/D Golden Eagle fleet needs this to make the most out of its upgraded capabilities if it is to soldier on for decades. pic.twitter.com/ZdrvaEnyHV
— Tyler Rogoway (@Aviation_Intel) January 5, 2018

Le cockpit avancé de l’Eagle de Boeing est très élégant. Les derniers WSO dérivés du Strike Eagle ont enfin un grand écran indispensable pour le ciblage. La flotte F-15C/D Golden Eagle en a besoin pour tirer le meilleur parti de ses capacités améliorées si elle doit durer pendant des décennies.

Avec l’aide des nouveaux porte-missiles AMBER de la société, le F-15X pourra transporter 22 missiles air-air en une seule sortie. Alternativement, il pourrait voler avec huit missiles air-air et 28 bombes de petit diamètre (SDB), ou jusqu’à sept bombes de 2000 livres et huit missiles air-air. Nous parlons de « folles » capacités de transport d’armes ici. Gardez à l’esprit que le F-15C/D Eagle peut transporter huit missiles air-air actuellement, et l’avant-dernière variante Eagle actuellement en construction, la F-15SA, peut en transporter une douzaine.

#Saudi Advanced test aircraft SA-2 (12-1002) and SA-4 (12-1004) rejoin over the #PacificOcean to aerial refuel during a Load Limiter envelope-expansion test sortie conducted off the coast of #California. pic.twitter.com/Dqwa8Xs3P1
— محمد بن خالد (@MbKS15) July 23, 2018

Les avions de test #Saudien Advanced SA-2 (12-1002) et SA-4 (12-1004) rejoignent le ravitaillement aérien #PacificOcean lors d’une sortie d’essai d’expansion du limiteur de charge effectuée au large de la Californie.

Ce que le F-15X n’inclut pas, c’est un prix élevé. Le magazine The War Zone a appris que Boeing a l’intention de livrer le F-15X à un coût bien inférieur à celui d’un F-35A, qui coûte environ 95 millions de dollars par exemplaire. Et ce n’est pas seulement une tentative de prendre des parts de marchés avant de livrer un avion qui coûte beaucoup plus que promis. Nos sources nous disent que Boeing est prêt à mettre leur argent en accord avec leur parole en proposant le F-15X dans le cadre d’un contrat à prix fixe. En d’autres termes, quels que soient les coûts réels des avions à réaction, le Pentagone paiera un prix fixe – Boeing devra se manger les dépassements.

F-15SA bristles with a dozen AIM-120 missiles during Star Wars Canyon run showing off its ever-growing weapons carrying capabilities. (You should just click for the Eagle pics alone, they will melt your brain!)https://t.co/ZNzCyGReKh
— Tyler Rogoway (@Aviation_Intel) June 25, 2018

F-15SA se hérisse d’une douzaine de missiles AIM-120 lors de la course Star Wars Canyon qui montre ses capacités de port d’armes en constante augmentation. (Vous devriez juste cliquer pour les photos du Eagle seul, elles vont faire fondre votre cerveau!)

C’est possible parce que le F-15 est un produit très connu puisqu’il est en production depuis 45 ans et qu’il a volé des centaines de milliers d’heures dans des configurations de plus en plus performantes. De plus, les clients étrangers ont déjà payé pour le développement avancé de l’avion, avec environ 5 milliards de dollars déjà dépensés par les opérations internationales pour faire évoluer l’avion au cours de la dernière décennie et demie.
Tyler Rogoway / Un F-15K Slam Eagle Sud Coréen part en sortie Drapeau Rouge
Boeing est également susceptible de passer un accord avec le Pentagone sur le F-15X, car cela l’aidera à assurer la production de chasseurs dans l’usine de St Louis de la société pour les années à venir. Il fournirait également une relation tactique continue de production d’avions avec l’USAF. Cette relation pourrait également être soutenue par le contrat TX qui vise à remplacer les jet d’entrainement T-38 Talon de l’USAF depuis un demi-siècle, mais qui gagnera exactement ce contrat reste un point d’interrogation car le prix ne devrait arriver que tardivement cet été au plus tôt.
Vendre de l’ancien pour du nouveau
La question la plus importante à propos du F-15X est: où ces jets de combat seraient-ils insérés dans la structure des forces existantes de l’USAF? La réponse à cette question, et toute l’impulsion derrière le programme F-15X, nous ont été clairement indiquées: le jet est destiné à remplacer directement l’ensemble de la flotte de F-15C/D de l’USAF. Cela n’aurait aucun impact sur la flotte existante de F-15E Strike Eagle ou sur sa mise à niveau prévue qui est en cours.

Actuellement, les forces composées du F-15C/D sont en grande partie positionnée le long des frontières maritimes de l’Amérique, avec cinq unités de la Garde nationale aérienne utilisant le type A, un escadron à la RAF de Lakenheath en Angleterre et deux escadrons sur la base aérienne de Kadena au Japon complètent cette force de première ligne. Un petit nombre de F-15C/D sont également affectés à des unités de test, d’évaluation et de développement tactique, et une seule école basée à Kingsley Field en Oregon fournit des «pilotes Eagle» à cette flotte d’environ 235 unités de « supériorité aérienne ».
Tyler Rogoway / Un chasseur F-15C de la 173e Fighter Wing revient à son emplacement de stationnement à Kingsley Field à Klamath Falls, connu à l’intérieur de l’USAF comme la «terre des durs à cuire». L’unité est l’unique escadron d’entraînement F-15C/D de l’USAF et elle est réputée pour produire certains des meilleurs pilotes de chasse au monde.
Le sort du F-15C/D dans les rangs de l’US Air Force est incertain depuis plus d’un an, l’USAF évaluant si elle continuera à améliorer profondément et finalement reconstruire ses forces de F-15C/D ou si elle les remplacera entièrement par des F-16 améliorés. En fait, rien qu’en mai dernier, des rapports ont révélé que l’USAF avait presque officiellement annoncé qu’elle retirerait la flotte de F-15C/D.

Échanger des F-15 contre des F-16 signifie un déficit de capacité à presque tous égards. Même si l’USAF veut le faire, il en résulterait vraisemblablement un combat aérien majeur sur Capitol Hill. Mais le remplacement de l’ancienne flotte de F-15C/D par des F-15 considérablement améliorés pourrait atténuer cette pierre d’achoppement majeure et s’avérer une option beaucoup plus attrayante.
Tyler Rogoway / La flotte de F-15E de l’USAF ne serait pas affectée par le plan F-15X.
Même si le F-15X est moins cher qu’un F-35 et finit par être plus proche d’un Super Hornet dernière mouture (environ 65M $), l’argent devra provenir de quelque part pour acquérir cette flotte. Mais dépenser de l’argent maintenant pour acquérir des F-15X peut effectivement permettre d’économiser de l’argent à long terme. L’USAF avait déjà l’intention de moderniser sa flotte de F-15C/D afin qu’elle puisse rester viable jusqu’aux années 2030 et peut-être bien au-delà. Cela coûterait plusieurs millions de dollars par avion, surtout si ces avions finissent par avoir besoin de nouvelles ailes dans la prochaine décennie, ce qui, selon la plupart des récits, sera le cas. Et puis on a encore un avion qui est dans la seconde moitié de sa durée de vie et coûte plus cher à garder dans les airs qu’un jet tout frais.

Le F-15X aura une durée de vie de 20 000 heures. Oui, vous avez bien lu, 20 000 heures, soit trois fois plus que la plupart des jets produits dans le monde. En tant que tel, un nouveau F-15X peut servir pendant environ 80 ans. Lorsqu’on répartit le coût du jet sur tout ce temps de vol, cela semble être une aubaine, comparativement.
Boeing / Boeing avait commercialisé une version du F-15SA comme le F-15 Advanced, mais le F-15X incorporera plusieurs des dernières capacités d’exportation d’Eagle ainsi que les mises à niveau destinées à la flotte F-15C/D vieillissante de l’US Air Force.
En outre, nos sources nous disent que le coût par heure de vol F-15X a été étudié en profondeur par Boeing et par des tiers en tirant parti des mesures des opérations sur les anciens F-15 et celles des dérivés des dernières versions de Strike Eagle et même d’autres jets dans l’inventaire de l’USAF. Le chiffre final serait d’environ 27 000 dollars par heure de vol. C’est beaucoup moins que le coût d’exploitation horaire du F-15C/D vieillissant (environ 42 000 $ l’heure) et environ 6 000 $ de plus que ce que l’USAF paye aujourd’hui pour piloter sa flotte de F-16.

Comparé au F-22 ou au F-35, ce chiffre est également très attrayant. Apparemment, il prend également en compte un ensemble de missions à siège unique et à rôles multiples semblable à un F-16 et aux exigences de l’équipage qui y sont associées, et pas seulement un rôle de supériorité aérienne. Et encore une fois, parce que le F-15 est un produit connu, ce chiffre n’est pas optimiste.
Compte tenu de tout cela, l’analyse de rentabilisation du F-15X est que les avions seront amortis d’ici une dizaine d’années en fonction des économies de coûts opérationnels sur leurs frères F-15C/D seuls, dont le dernier a été construit en 1986.
L’intégration harmonieuse et le plein de capacité de production
Il convient également de noter que le coût du développement d’un avion – qui est en l’occurrence nul – et son « prix de départ » ne représentent qu’une partie de son histoire financière. Les nouvelles chaînes logistiques ; les installations de soutien centralisées ; les escadrons d’entraînement ; l’infrastructure unique requise pour chaque base ; les bureaux de programme ; le développement des tests opérationnels et des tactiques ; l’intégration des armes, etc. sont tous extrêmement coûteux mais sont des aspects rarement abordés lors de la sortie d’un nouvel avion de combat. Le F-15X est spécifiquement configuré pour ne rien exiger de cela.

Il s’insère directement dans l’infrastructure Eagle existante de l’USAF et utilise le même équipement de support au sol que ses prédécesseurs F-15C/D et F-15E. Même la formation des pilotes est censée être transparente, avec soi-disant juste une sortie unique, un peu de travail en classe, et quelques sauts au simulateur pour convertir un pilote Eagle existant en un dérivé avancé de Strike Eagle. C’est vraiment un concept plug-and-play par-dessus tout.
Tyler Rogoway / La ligne de vol de la 142e unité de chasseurs. Le F-15X sera en mesure de tirer parti de l’infrastructure du F-15C et du F-15E.
Le F-15X pourrait également permettre aux unités F-15C/D actuelles de migrer vers des ensembles de missions multi-rôles au lieu de missions strictement air-air qu’elles exécutent traditionnellement. Le F-15QA sera capable de déployer à peu près toutes les armes dans l’inventaire des armes de combat tactiques du Pentagone, tout comme le F-15X. Cela inclut des armes comme le JSOW, le Harpoon et même le HARM. Mais une fois de plus, prendre de nouvelles missions peut être fait de manière sélective et les unités F-15C/D pourraient tout aussi bien continuer à se concentrer exclusivement sur le combat air-air.
Pourtant, même un rôle de suppression/destruction des défenses aériennes ennemies (SEAD/DEAD) qui exploite les puissantes suites de mesures de surveillance et de guerre électronique du F-15X, ainsi que de nouvelles armes comme le JSOW et le HARM, se fondrait dans la communauté « Grey Eagle » dans son rôle de contrôle de l’espace aérien.

Quant à la rapidité avec laquelle l’USAF pourrait obtenir des F-15X pour remplacer sa flotte de F-15C/D, cela dépend vraiment de l’USAF. On sait que la ligne de production du F-15 est assez élastique et pourrait atteindre des dizaines de jets par an si la demande était là. Actuellement, les Eagles pour l’Arabie saoudite sont en cours de construction et/ou remis à neuf dans la configuration F-15SA et bientôt le premier des 36 F-15QA du Qatar commencera à être en production. Il est probable que le Qatar lèvera également une option pour 36 autres Eagles.

VIDEO: Bulding the #RSAF🇸🇦 F-15SA pic.twitter.com/ZLglwd9H27
— محمد بن خالد (@MbKS15) July 20, 2018

F15SA en construction

Une autre commande d’Israël pour les F-15 est plus susceptible de se produire à ce stade, et d’autres perspectives d’exportation subsistent, de l’Europe à l’Asie. Mais remettre l’USAF sur les carnets de commandes de l’Eagle serait un énorme coup pour le programme et cela pourrait très bien mener à d’autres commandes étrangères.
Le poids lourd des plates-formes tactiques d’armes aériennes
L’initiative F-15X vise à mettre à la disposition de l’USAF des capacités déjà disponibles à un coût modique, mais à l’avenir, le jet pourrait jouer un rôle crucial en soutenant plusieurs des concepts de combat aérien les plus dignes d’intérêt, discutés par l’USAF de nos jours. Il s’agit notamment du couplage homme-machine, dans laquelle le F-15X jouerait le quarterback pour les véhicules aériens sans pilote (UCAV) furtifs qui peuvent aller là où même le F-35 et le F-22 ne le peuvent pas.

Le F-15X pourrait également agir comme un « camion d’armes » pour les chasseurs furtifs opérant en avant de leur position dans l’espace aérien le plus fortement contesté. Cela deviendra une capacité particulièrement critique car les armes à ultra longue portée deviennent trop grandes pour les « soutes à bombes » des chasseurs furtifs ou pour être transportées en nombre approprié par des jets de combats moins sophistiqués.

Dans les décennies à venir, il est très probable qu’un support de brouillage tactique de saturation sera nécessaire pour assurer les capacités de survie du groupe actuel de combattants à faible écho de l’armée américaine. Le Growler E/A-18G fournit ceci dans une certaine mesure aujourd’hui, mais une capacité additionnelle organique à l’USAF pourrait venir avec des F-15X équipés des blocs de brouillage électronique installés dans des réservoirs de carburant modifiés ou « pack rapide ». Cette mission pourrait également bénéficier de la longévité du F-15.
Domaine public

À l’origine, les packs rapides étaient envisagés dans les années 1970 comme ayant beaucoup plus d’utilisations que de transporter du carburant supplémentaire. Cette adaptabilité est encore une ressource largement inexploitée pour la famille Eagle, en particulier dans une ère de réseaux conformes et de capteurs de plus en plus miniaturisés et même de systèmes à énergie dirigée.

Les armes à énergie dirigée – à savoir les lasers – et les grands capteurs de surveillance, et même les armes antimissiles balistiques hors normes, seraient plus à l’aise sur le F-15X que sur pratiquement n’importe quel autre chasseur. La légendaire capacité du jet à transporter de grandes charges sur de longues distances pour exécuter des attaques à distance pourrait également être très bénéfique, surtout si l’on considère la vulnérabilité croissante des avions ravitailleurs, un problème qui ne fera que s’aggraver à l’avenir. Un jet de combat avec un rayon d’action plus grand qui peut transporter plus d’armes pour atteindre plus de cibles que ses compagnons d’armes équivaut à une capacité de survie améliorée pour les avions ravitailleurs qui les soutiennent et moins de dépendance vis-à-vis d’eux en général.
La faisabilité accrue d’un Eagle
En ce qui concerne le sérieux de cette proposition d’achat de l’USAF autour du F-15X en remplacement du F-15C/D, des sources proches des discussions en cours indiquent que l’armée est très sérieuse à ce sujet. Et franchement, pour les décideurs qui doivent prendre une décision sur le sort des F-15C/D en dépensant des milliards pour moderniser la flotte juste pour la retirer du service dans quelques années, cela n’a aucun sens et ce serait un incroyablement gaspillage.

Par-dessus tout, le fait que le concept du F-15X soit en réalité est une chose, et qu’il soit en préparation depuis au moins deux ans, est une indication prometteuse que l’USAF est en train de faire face à la nécessité de disposer d’un mélange varié de capacités tactiques avec des jets rapides, chaque plate-forme apportant quelque chose de spécial à la table. Une force furtive semble bonne, mais en réalité, elle est financièrement insoutenable et n’est pas bénéfique, et elle serait même un obstacle à de nombreuses missions que l’USAF mène quotidiennement et qu’elle continuera de faire pour les décennies à venir. Les capacités de porter des charges sur de longues distances de l’Eagle (ancien ou nouveau) sont à elles seules indispensables en ce qui concerne l’avenir du combat aérien.
NASA / Le F-15 est, parmi les chasseurs, le porteur de grosse charge de référence de l’USAF. Il a été utilisé pour lancer des armes antisatellites et pour tester des missiles surdimensionnés, y compris le missile d’essai hypersonique AIM-54 comme vu ci-dessus. Il y a même eu des concepts qui envisageaient des F-15 portant des missiles Patriot pour des missions de missiles anti-balistiques.
En fin de compte, pour ce qui est des besoins en puissance tactique de l’USAF, elle doit investir dans des chasseurs à faible écho radar, des UCAV à large écho à faible pénétration et des jet de combats non furtifs qui peuvent transporter beaucoup d’armes sur une bonne distance et/ou fournir des solutions économiques pour les missions de combat sans risques de l’USAF. Vous n’avez pas besoin d’un F-35 pour vaporiser un laboratoire d’opium des Talibans ou pour rester vigilant jour après jour pour garder l’espace aérien souverain des États-Unis.

Et c’est ce que propose le F-15X. C’est une solution sans risques, pertinente et soi-disant rentable pour de nombreux problèmes de l’USAF. Et encore une fois, il n’est pas destiné à rivaliser avec le programme F-35.

Le récent précédent de la US Navy, qui attribue au moins en partie l’intention de l’administration de répartir les richesses du Pentagone en matière d’achat d’avions de combat et de faire pression pour un budget de défense plus important, fait également la part belles à des commandes de super Hornet avancés, donnant une crédibilité supplémentaire au concept F-15X.

Dans le cas des récentes commandes avancées du Super Hornet par la Marine, ce n’est pas comme si la Navy annulait les achats de F-35C, qui atteindra sa capacité opérationnelle initiale l’an prochain. Elle vient tout juste d’acter du fait que l’achat de plus de Super Hornets atténue maintenant les risques qui se sont manifestés dans le programme des F-35 et, par-dessus tout, soulage la pression la flotte de chasse de la Navy.

Cet achat a également contribué à alléger les propres problèmes de jets de combat de l’USMC, car il permet aux plus jeunes F/A-18C de la Navy d’être transférés à l’USMC, dont beaucoup recevront leurs propres améliorations substantielles. Et les Super Hornets et les F-35C se complèteront bien sur de nombreux niveaux pour les décennies à venir. En d’autres termes, les deux types de jets de combats peuvent coexister dans des lignes de production. Il ne doit pas s’agir d’une proposition « tout ou rien », comme beaucoup ont essayé de le faire depuis une dizaine d’années.

Quant à savoir si l’USAF devrait réellement aller de l’avant et se procurer le F-15X en remplacement direct du F-15C/D, nous conserverons notre analyse pour un article à venir. Mais le concept est certainement séduisant et il est plus pertinent maintenant qu’il y a une décennie quand l’USAF a vu la furtivité comme un qualificatif indispensable pour presque toutes les futures opérations avec des jets de combat en première ligne.

Nous vous tiendrons au courant dès que nous en apprenons davantage sur le F-15X et son futur potentiellement brillant dans les rangs de l’USAF.
Tyler Rogoway / Auteur
Tyler Rogoway

Note du traducteur

Bien sûr cet article fait la promotion de Boeing et de son chasseur relooké et l’auteur a sans doute accès aux bases de l’USAF pour cela. L’intérêt de cet article est de comprendre le bras de fer souterrain au sein du complexe militaro-industriel et on peut imaginer que Boeing a fermement soutenu Trump dans sa campagne surtout si on se souvient de ces déclarations contre le F-35. On peut aussi imaginer que l’affaiblissement du programme du F-35 soit une manière de toucher les pays de l’OTAN (dont la Turquie) trop engagés dans ce programme.

Cette traduction fait suite à la publication d’une analyse de dedefensa.org qui suit l’affaire du point de vue du récit autour du JSF et de sa capacité à dissoudre les capacités réelles de l’USAF derrière un mur de mots et de corruption.

Cette analyse est donc très intéressante car elle dévoile certaines réalités sans trop égratigner le programme F-35, tout en enfonçant certaines portes ouvertes …

Dossier à suivre ..

Liens

http://www.opex360.com/2018/07/22/boeing-presente-nouvelle-version-f-15-capable-demporter-24-missiles-air-air
https://fr.sputniknews.com/defense/201807271037386304-missiles-us-air-force-avion-de-chasse-boeing
https://www.popularmechanics.com/military/aviation/a22563768/super-eagle-f-15x

Par défaut