World War III -Economy & Markets

World War III

Economy & Markets

This $25 Trillion Bubble is About to Burst

The investment that triggered The Great Depression is at it again. And unfortunately, it’s sitting in the portfolios of 81% of retirees over 65. It’s not stocks or bonds, but they will both crash when its bubble bursts. Here’s proof…
ECONOMY & MARKETS | January 31, 2017
It’s Coming…
Are You Prepared?
By Adam O’Dell, CMT, Chief Investment Strategist, Dent Research

Dear Subscriber,

“World War III” has been mentioned recently by both President Donald Trump and former Soviet leader, Mikhail Gorbachev.

That’s pretty frightening, if you ask me!

Mr. Gorbachev of course knows a thing or two about nuclear war. Between 1986 and 1988, he and U.S. President Ronald Reagan reached agreements to reduce each side’s cache of nuclear missiles. Shortly after, in 1991, the Soviet Union dissolved and the Cold War was ended – crisis averted!

Fast-forward 26 years and five U.S. presidents… and Mr. Gorbachev is once again worried. In an article he wrote for Time magazine, he said “It all looks as if the world is preparing for war… the nuclear threat once again seems real.”

And he makes no bones about who needs to step up (by stepping down) to stop it.

Speaking of his proposed UN Security Council resolution to guard against nuclear conflict, Gorbachev said: “I think the initiative should come from Donald Trump and Vladimir Putin – the presidents of two nations that hold over 90% of the world’s nuclear arsenals and therefore bear a special responsibility.”

Of course, neither Trump nor Putin seems to have any interest in reducing nuclear capability. Both have instead talked of strengthening their nuclear stances.

But I’m not here to talk geopolitics today.

I have my opinions, like everyone. And yes, I’m concerned about our future. But frankly, geopolitics is outside my wheelhouse of expertise. My guess at what could trigger the next global economic crisis – “World War III” or otherwise – is as good as anyone’s.

However, I DO know which investment strategy I’ll be going to war with… whenever, and wherever, calamity strikes.

Our Beta Testers Proved You Could’ve More Than Doubled Your Money (113%) In Just 3 Days

You could’ve jumped 94% in just two days. If you could use some big wins right about now, like in the next four days, you can get full details on our new system here.

That strategy is… trend-following!

Long-time readers know well my love affair with trend-following. I’ve written and talked about it for five years now. The trend-following philosophy underpins my Cycle 9 Alert service, which I’ve been running successfully since 2012. And I’ve incorporated trend-following principles into my latest market-timing model, which I’m currently sharing with early-access subscribers to my new service, Project V.

But the reason I’m talking about trend-following today – alongside warnings of “World War III” – is that it’s the ONLY strategy proven to provide protection (and profits) during times of extreme crisis.

And here’s the chart that proves it…

See larger image

I’ve shown this chart before. It comes from an AQR white paper titled, A Century of Evidence on Trend-Following Investing. And it could be the only chart you need to consider, if you have some degree of suspicion that trouble lies ahead.

The chart shows the 10 worst performance periods for a conventional “60/40” portfolio (60% stocks; 40% bonds). The drawdowns of that 60/40 portfolio are shown above in purple.

As you can see, each of those periods of sharply negative performance coincided with notable financial or geopolitical events.

World War I…

The Great Depression…

Stagflation…

The oil crisis…

The dot.com bubble…

The Great Financial Crisis…

Each of these major world events triggered significant losses in most investors’ portfolios – even the “conservative” portfolios that dutifully held 40% in bonds.

In contrast, the diversified trend-following strategy was not only immune to each crisis, it was able to provide strongly positive returns – acting as the perfect “crisis hedge” to traditional stocks-and-bonds portfolios.

During World War I, the 60/40 portfolio was down… and trend-following was up.

The same thing happened during the most recent Global Financial Crisis.

The trend-following strategy’s ability to provide strongly positive gains during times of crisis is perhaps its most notable and persistent feature.

Kathryn Kaminski – MIT Ph.D. and trend-following expert – coined the term “crisis alpha,” to describe the profit potential that trend-following uniquely provides during major, lasting crises.

Given the fact that the trend-following strategy has a 100-plus year track record of positive returns… and given it’s one of the only strategies I know that performs best in times of crisis… I’m convinced that a trend-following investment strategy will be the only place to hide during the next global crisis – whether that comes from a Chinese “hard landing,” a demographics-driven depression, or a nuclear-inspired “World War III.”

If you’re not a subscriber to Cycle 9 Alert or Project V, then another way to invest in a trend-following strategy is through a managed-futures mutual fund. The Guggenheim Managed Futures Strategy Fund (Nasdaq: RYMFX) is one of the biggest and longest-running funds readily available to retail investors.

But if you’re looking for a more hands-on approach, consider joining my Cycle 9 Alert service. My unique, sector-based approach to trend-following has worked quite well over the last five years. And since it’s built on the foundation of trend-following, I consider Cycle 9 Alert a “crisis-ready” strategy that’s a must-have in today’s tumultuous times.

To good profits,

Adam

Subscribe to Our Premium Monthly Newsletter

Will you be one of the millions of Americans devastated by the coming safe asset slaughter? As a subscriber to Boom & Bust, Harry Dent, Rodney Johnson and Adam O’Dell will make sure you’re not. In fact, they’ll help you profit from the chaos that lies ahead.
Subscribe Now!
STAY CONNECTED
facebook YouTube Google Plus Twitter

Economy & Markets: You are receiving this e-mail as a part of your free subscription to the Economy & Markets E-Letter.

As an Economy & Markets Daily subscriber, you’re eligible for the full details on Harry Dent’s most disturbing prediction in years. To uncover which one of the market’s safest and most popular investments is about to get slaughtered, click here now to view his presentation.

Remove your email from this list: click here

To cancel by mail or for any other subscription issues, write us at:
Dent Research | Attn: Member Services | 819 North Charles Street | Baltimore MD, 21201 | Phone: 888-211-2215 | Fax: 410-223-2682
Website: http://www.dentresearch.com | Privacy Policy: http://www.dentresearch.com/Privacy-Policy

LEGAL NOTICE: Protected by copyright laws of the United States and international treaties. This e-letter may only be used pursuant to the subscription agreement and any reproduction, copying, or redistribution (electronic or otherwise, including on the worldwide web), in whole or in part, is strictly prohibited without the express written permission of Charles Street Publishing.

This work is based on SEC filings, current events, interviews, corporate press releases and what we’ve learned as financial journalists. It may contain errors and you shouldn’t make any investment decision based solely on what you read here. It’s your money and your responsibility. The information herein is not intended to be personal legal or investment advice and may not be appropriate or applicable for all readers. If personal advice is needed, the services of a qualified legal, investment or tax professional should be sought. We expressly forbid our writers from having a financial interest in any security recommended to our readers. All of our employees and agents must wait 24 hours after on-line publication or 72 hours after the mailing of printed-only publication prior to following an initial recommendation.

Par défaut

Convivium : Canada’s Premier Hub For Faith In Common Life – Facing Quebec’s Religion Problem

Convivium

Canada’s Premier Hub For Faith In Common Life

Facing Quebec’s Religion Problem
The shock wave from the Quebec City mosque tragedy might at last jar loose public recognition of what Quebecers themselves privately know: Quebec has a religion problem. Or perhaps better, Quebec has problems with religion.
Janet Epp Buckingham
January 31, 2017
Facing Quebec’s Religion Problem January 31, 2017 | By Janet Epp Buckingham
Like Convivium? Subscribe to Convivium Weekly, our free weekly email newsletter.

It’s impossible at this early stage to know the cause of the horrifying murder and wounding of Muslims in a Quebec City mosque this week. We may never truly understand what spurred the shootings, which violate the deepest values of Canadians within and outside Quebec.

It would be unreasonable, if not irresponsible, to suggest Quebec as a society, and Quebecers as citizens, bear responsibility for this individual act. I do not say it now, and would never say it.
Related Stories
Impolite Canadian Conversations
PQ Lite
Fighting Over God

That said, the shock wave from the tragedy might at last jar loose public recognition of what Quebecers themselves privately know: Quebec has a religion problem. Or perhaps better, Quebec has problems with religion.

A decade ago, the Quebec government appointed a commission chaired by Gerard Bouchard and Charles Taylor to examine issues of “reasonable accommodation” of those of different cultures and faiths. The impetus was a number of high profile cases of Muslims and Orthodox Jews asking for accommodation in matters of religious diet and modesty.
Social hostility towards religious minorities is not new in Quebec.

The commission hearings occasioned, in some sectors of society, outpourings of hostility against religious minorities. The hostility was visceral enough that it led many Quebecers to acknowledge a deep vein of xenophobia in parts of their society.

The Bouchard Taylor Commission ultimately produced a report urging Quebeckers to learn to get along and reconcile differences through dialogue.

The Quebec government responded by developing a Quebec Charter of Values that would have prohibited the wearing of religious dress in a wide variety of areas. This further exacerbated religious tension. While the Charter did not pass as legislation, much to the relief of Quebecers such as Charles Taylor who led the fight against it, the anti-religious sentiment exploited social hostility.

Social hostility towards religious minorities is not new in Quebec. Back in the 1940s, Jehovah’s Witnesses were persecuted there. I am not one to overuse the word persecuted. But it is the only word to describe the Duplessis government’s treatment of Jehovah’s Witnesses.

In the 1940s, Quebec was a deeply Roman Catholic province. The Church controlled education, labour unions, hospitals and was influential in daily life. Jehovah’s Witnesses, at that time, were profoundly anti-Catholic. It was to be expected that their distribution of pamphlets labeling the Pope the Anti-Christ would be inflammatory.

In the mid 1940s, Premier Maurice Duplessis ordered police to arrest Jehovah’s Witnesses for distributing their literature. They were charged with seditious libel under the Criminal Code. Quebec courts agreed with this creative interpretation and hundreds of Witnesses were prosecuted. In 1946, Aimé Boucher successfully challenged this before the Supreme Court of Canada.

The Duplessis government then passed legislation allowing municipalities to restrict distribution of literature. When the Supreme Court of Canada struck down those bylaws, the Quebec government amended the law. Over an eight-year period, 1,500 Jehovah’s Witnesses were arrested.

Finally, Duplessis went too far. The premier personally ordered the liquor licence of restaurant owner Frank Roncarelli be revoked. Roncarelli was a Jehovah’s Witness and provided bail funds for many Jehovah’s Witnesses as they were arrested. Duplessis managed to put Roncarelli out of business. But Roncarelli brought a successful legal challenge against the premier, which ended the persecution.

Jehovah’s Witnesses were persecuted for more than a decade in Quebec. Prayer meetings were broken up. Literature was seized. Believers were arrested. While some Witnesses were arrested under federal criminal law, many others were arrested for breach of bylaws. Quebec has a history of using seemingly neutral bylaws to restrict unpopular religious groups.

The history of religious persecution in Quebec was formative for developing religious freedom prior to the 1982 Charter of Rights and Freedoms. In addition, Jehovah’s Witnesses lobbied and petitioned for a Bill of Rights. Pierre Trudeau said that living through Quebec’s persecution of Witnesses was one of his motivations for enacting the federal Charter.

Quebec’s restrictions on Jehovah’s Witnesses have not ended. Just over a decade ago, in 2004, a Jehovah’s Witness congregation won a case against the town of Lafontaine over building a house of worship. The municipality had a very small area of town that was zoned for houses of worship, and much of that was taken up by a public park. Basically, that left only two properties that could be used for a Kingdom Hall. The owner did not appear willing to sell.

The congregation tried buying other property, and requesting that it be re-zoned, but were denied. In desperation, they turned to the courts. While the Supreme Court of Canada ruled in their favour, it did not rule that Lafontaine was required to allow the congregation to build. The justices of the Supreme Court of Canada told the congregation to go back and make a formal offer to purchase the property where the owner had previously been unwilling to sell to them. It was a rather hollow victory.
With all eyes on Quebec, it is an important time for federal, provincial and municipal leaders to make it clear that discrimination against religious minorities is not acceptable.

Even over the last few months, the City of Montreal has been using bylaws to restrict two minority religions, Hassidic Jews and Muslims.

The City of Montreal passed a by-law in 2010 restricting building houses of worship. This poses few problems for Christians because Montreal is a city of churches, many of which have very small congregations. But growing religious minorities, such as Muslims, cannot build mosques for their worship.

A recent National Post article estimates that half the places of worship of religious minorities are illegal, in that they are not technically zoned as houses of worship. They might be technically “community centres” but function as mosques, synagogues or temples.

Last summer during Ramadan, it became evident from increased activity during this time of religious observance that some Islamic community centres were really houses of worship.

In the suburb of Outremont, a new by-law also restricts building new houses of worship. While the by-law looks neutral on its face, it is really targeted at the large Hassidic Jewish population. This religious minority is about 25 percent of the population and is continuing to grow. The only area zoned for new houses of worship is at some distance from where most Hasidim live. But because these Jews cannot drive on their day of worship, they cannot get to the location.

As a spokesman for the Outremont Jewish population said, “When they start oppressing the Jews, they go after the synagogues.”

With all eyes on Quebec, it is an important time for federal, provincial and municipal leaders to make it clear that discrimination against religious minorities is not acceptable. They must follow up their public statements with action. Regardless of their sincerity, tears of grief and solidarity in the wake of events such as this week’s murderous rampage are simply not enough.

Janet Epp Buckingham is a Senior Fellow at Cardus, a professor at Trinity Western University, and director of the Laurentian Leadership Centre in Ottawa.

Janet Epp Buckingham Twitter
Associate professor at Trinity Western University and the Director of the Laurentian Leadership Centre, an Ottawa-based, live-in, extension program focusing on leadership in public policy, business and communications. Dr.
YOU MAY ALSO ENJOY

Being a Christian in the World Today

Janet Epp Buckingham

It is dangerous to be a Christian in many parts of the world today, and it appears to be becoming more so. Not a day goes by that I don’t get a report about Christians being executed, facing imprisonment, or having to flee their homes in some part of the world.
Hard-Won Religious Freedom

Janet Epp Buckingham

Can’t begin to understand those who turn their backs on Canada to embrace the death cult of jihadi extremism,eg these 2 bit.ly/XswU8a — Jason Kenney (@kenneyjason) January 21, 2013 The prospect of having harboured terrorists can certainly take the wind out of your sails. With allegations from Algeria that Canadians were part of the band of Islamist militants who attacked a natural gas plant in Algeria, we find another welcome opportunity to check ourselves.
Prentice has mishandled gay-straight alliances

Peter Stockland

When the legal system becomes the automatic proxy for settling social contention, hurry up and wait becomes the order of the day

Par défaut

L’arène nue : « les gens s’abstiennent…. parce qu’ils estiment la démocratie ! » entretien avec Nicolas Framont

L’arène nue

« les gens s’abstiennent…. parce qu’ils estiment la démocratie ! » entretien avec Nicolas Framont

Posted: 31 Jan 2017 02:49 AM PST

Nicolas Framont est sociologue et enseignant à l’université Paris-Sorbonne. Il est l’auteur, avec Thomas Amadieu, de Les citoyens ont de bonnes raisons de ne pas voter (Le bord de l’eau, 2015), et co-dirige la revue Frustration.

Le présent entretien a été mené par Frédéric Farah.

***

Au début de votre ouvrage « les citoyens ont de bonnes raisons de ne pas voter », vous rappelez six fausses solutions proposées par la classe politique pour inviter à voter ou à limiter les effets de l’abstention : simplifier le vote, rendre le vote sexy, réenchanter l’action , faire de la pédagogie, culpabiliser, punir), le recours aux primaires dans les différents partis de droite ou de gauche peut-il constituer un recours efficace à la défiance des citoyens à l’égard de leurs élus ou au contraire n’est ce pas un énième leurre ?

C’est totalement un leurre en effet. D’abord parce que les primaires successives se sont avérées inefficaces pour lutter contre l’indifférence politique de la majorité des Français. Lors des primaires de droite et des deux primaires du Parti Socialiste, ce sont les citoyens de classe supérieures qui ont constitué la majeure partie des votants, tandis que les classes populaires ont été quasi absentes. Cela signifie que les primaires accentuent le biais sociologique déjà à l’œuvre dans les élections conventionnelles : leurs électeurs ne sont pas représentatifs des citoyens français, pas plus que ceux qui passent des soirées entières à les commenter. Ils sont en quelque sorte des grands électeurs qui permettent d’abord aux deux forces du bipartisme français déclinant de se redonner une légitimité par monopolisation du débat public et omniprésence médiatique. En faisant en quelque sorte « pré-élire » leur candidat, les Républicains et les Socialistes veulent accentuer leur poids électoral et utiliser ce succès pour revendiquer leur monopole sur la politique française. Sans compter la rentabilité financière d’une telle opération. Et pour finir, on ne peut guère dire que les primaires enrichissent la politique française : elles conduisent à la création d’écuries marketing autour des candidats, qui devient un produit dont on doit vendre les atouts, sans la moindre audace programmatique. Le fait que le « revenu universel » (qui ne l’est en réalité plus désormais) de Benoît Hamon passe pour un énorme pavé dans la marre en dit long sur le manque d’envergure idéologique des débats de primaire.

Que révèle selon vous l’abstentionnisme ? La défiance des français à l’égard de leur classe politique vous semble-t-elle justifiée ?

Dans notre livre, nous nous élevions contre les explications psychologisantes ou méprisantes de l’abstention : les gens s’abstiendraient parce qu’ils auraient la flemme et seraient obsédés par leur petite personne. C’est faux : nous vivons dans un pays où l’intérêt pour la politique et le débat d’idée est fort, et où l’on croit encore en l’importance de l’action publique. Et c’est sans doute pour ça que beaucoup s’abstiennent : quand on estime la démocratie, comment trouver un enjeu à voter quand cet acte se réduit de plus en plus souvent à un arbitrage entre candidats et partis qui n’ont pas de différences substantielles sur le plan idéologique ? Il faut être extrêmement tatillon ou chroniqueur sur BFM TV pour trouver qu’il y a un gouffre entre Alain Juppé et François Fillon ou entre eux et Emmanuel Macron. Tous sont imprégnés d’une idéologie libérale et individualiste, qui passe par la destruction progressive des conquêtes sociales du 20ème siècle, et ils sont des contempteurs béats de la mondialisation heureuse et d’une Union Européenne technocratisée. Tous rêvent d’un monde où la décision politique serait une affaire de « bonne gouvernance » en vue d’un projet d’accumulation de richesse inégalitaire. La lutte contre le chômage ou pour le « pouvoir d’achat » ne devient alors qu’un bon prétexte pour satisfaire l’appétit des citoyens les plus fortunés. Quand on aime la démocratie, comme beaucoup de nos concitoyens, on peut vouloir éviter de voter pour des candidats qui en sont les fossoyeurs. Lorsque ceux qui ont enterré le « non » français au traité constitutionnel européen en 2005 et ceux qui usent sans scrupules du 49.3 et des lacrymogènes appellent à la mobilisation populaire et l’élan démocratique, cela peut donner envie de se retirer de ce jeu malsain !

Mais ce n’est pas tout : en même temps que s’homogénéisait le projet économique et social de la plupart de nos partis politiques, leur composition sociale s’embourgeoisait considérablement. Les ouvriers et les employés sont ultra minoritaires au parlement et les ministres de ces dernières décennies ont pour point commun une appartenance à la classe supérieure. De ce fait, ils sont en conflit d’intérêt permanent vis-à-vis du monde la grande bourgeoisie dont ils font tous, de Le Pen aux socialistes, pleinement partis. C’est selon moi la deuxième grande explication de l’abstention : quand vous vous rendez compte que les candidats disent globalement la même chose (même si certains sont plus libéraux que d’autres, veulent supprimer plus de services publics alors que d’autres se content de les tayloriser etc.), vous êtes tentés de vous demander pourquoi : alors vous vous rendez compte que cette homogénéité idéologique est liée à une homogénéité sociale : ceux qui prétendent vouloir nous représenter sont pour la plupart des citoyens fortunés qui sont parties liés avec l’univers social de la grande bourgeoisie française. Les épisodes comme l’affaire Pénélope Fillon ne sont que les révélateurs périodique de cette homogénéité sociale.

Or, comment faire confiance à des gens dont la distance sociale vis-à-vis du reste de la population est devenu si grand qu’ils ne vivent plus sur la même planète ? Quand on sait que dans le même temps, une bonne partie des programmes sont remplacés par une personnalisation croissante des candidatures (le cas ultime est celui de Macron, qui mise tout sur sa personnalité et tarde à publier son programme), comment s’étonner que les Français soient de plus en plus circonspects face à la démocratie représentative ?

Comment expliquez-vous que la classe populaire ou les classes populaires font l’objet d’un tel abandon et d’un tel mépris de la part de la classe politique française ?

D’abord parce que la classe populaire sont victime du mépris de classe usuel de la bourgeoisie, dont les membres éminents de notre classe politique font partis. Je parlais plus haut de leur rapport à l’argent, cela ne suffit évidemment pas pour leur décrire : ce sont des gens qui évoluent dans des cercles de notabilité où l’ouvrier et l’employé sont une figure floue et inconnue. Accentué par le séparatisme géographique parisien, cette distance avec la classe populaire peut se traduire par le mépris mais aussi par la négation : entre Science Po et la Sorbonne, on peut croiser des gens pour qui la classe ouvrière ça n’existe pas, qui pensent que leur réalité sociale n’existe que dans les romans de Zola et qui estiment sincèrement que le monde est composé de bourgeois. La classe populaire disparaît dans leur discours et dans leur préoccupation, et comment s’en étonner ? Même les membres de la classe populaire n’ont souvent plus conscience de former le groupe majoritaire ! 70% des gens qu’on voit à la télévision sont cadres et professions intellectuelles supérieures, alors que 60% de nos concitoyens sont ouvriers et employés !

Ensuite, il y a cette équivalence hâtive qui est faite entre électorat populaire et Front National : les ouvriers et les employés seraient devenus de bons fachos, des beaufs infréquentables. On a beaucoup parlé de cette note du think tank socialiste Terra Nova, qui concluait que les classes populaires ouvrières avaient des valeurs conservatrices et qu’il fallait donc plutôt miser sur les jeunes et les classes moyennes diplômés. C’est de la caricature éhontée, qui se base beaucoup sur cette idée que l’électorat ouvrier PCF serait devenu un électorat ouvrier Front National, à partir d’un « glissement » qui aurait eu lieu dans les années 1990. Bien que la plupart des travaux là-dessus aient démontré la fausseté de ce constat, il reste très répandu. Je crois que dans le fond il arrange bien la plupart des membres de la classe politique, qui ont trouvé là une raison valable de lâcher la classe populaire pour laquelle ils n’ont pas l’intention d’agir : qui veut faire une politique favorable à la classe populaire doit lutter contre les inégalités en sa défaveur et restaurer les protections qui la protégeaient de la précarité. Cela passerait par une ponction sur les revenus des riches et ça, la plupart de nos politiques ne peuvent s’y résoudre.

Lorsque que l’on vous lit, chacun des partis politiques en incluant l’extrême droite et gauche, aucune des formations politique ne semble trouver grâce à vos yeux ? Pourquoi ?

Nous avons écrit le livre entre les élections départementales et régionales : ces élections locales sont trustées par des militants désireux de sauver leurs sièges et de chipoter sur des petits fiefs. Ce n’est pas là que la politique française montre son meilleur visage, d’un bord à l’autre. A l’approche de présidentielle, des choses plus fortes se créent, car c’est l’élection reine où ceux qui veulent contester le système politique et économique peuvent jouer leur rôle, étouffés par la dimension gestionnaire des scrutins locaux.

Mais à présent, je suis agréablement surpris par le mouvement « France Insoumise ». Son affranchissement complet vis-à-vis du Parti Socialiste et de ses satellites permet à son leader, Jean-Luc Mélenchon, de pouvoir jouer sa propre partition et de pouvoir redonner de l’enjeu à notre vie politique. Le projet d’assemblée constituante me séduit : voilà un grand coup de balai qui ne tuera personne mais qui renouvèlera la démocratie représentative. C’est un moyen plutôt rationnel de mettre fin à une situation bloquée sans en arriver au chaos. Ensuite, on a enfin une force politique d’ampleur qui pense en dehors du logiciel libéral caractérisé par le couple compétitivité-union européenne, tout en donnant des perspectives excitantes comme la reconversion écologique. C’est rare qu’un candidat nous donne à voir autre chose qu’un simple nouveau mode de gestion du capitalisme mondialisé.

Mais c’est surtout dans le rapport à la classe populaire que je trouve qu’un grand progrès a été accompli par la France Insoumise : d’abord, Mélenchon parle des ouvriers dans ces discours, et pas de façon abstraite. Dans son discours de Tourcoing, j’ai trouvé remarquable et émouvant (parce que je n’avais pas entendu ça depuis bien longtemps) que le candidat parle des conditions de vie, des petites souffrances quotidiennes de ceux qui sont malades de leur pauvreté. Ensuite, on a pour la première fois une candidature de gauche qui ose braver le tabou du protectionnisme et dire haut et fort que non, faire produire des choses à l’autre bout du monde et dans n’importe quelle condition, ce n’est pas promouvoir l’amitié entre les peuples. Je pense qu’une telle mesure peut parler aux ouvriers et aux employés qui sont ceux qui subissent la mondialisation, tandis que la classe supérieure ne fait qu’en bénéficier.

Dans votre analyse, vous revenez sur le libre échange et la construction européenne comme éléments qui participent de cette crise politique ? Pouvez vous nous en dire davantage ?

Je peux vous répondre en vous parlant du CETA : son cas met bien en valeur les énormes défauts de ces deux processus. Le CETA (pour « Comprehensive Economic and Trade Agreement ») est un accord commercial entre l’Union Européenne et le Canada. Il contient plusieurs dispositions pour harmoniser les normes de production et de commercialisation dans tous les pays concernés de façon à rendre possible des échanges équitables entre ces pays. Un tel traité a des conséquences sur la législation de pays souverain, et les force à une adaptation pour favoriser ce « libre-échange ». Mais dans un accord de libre-échange, on s’aligne toujours vers le bas : car c’est le pays qui a le plus de normes sociales et environnementales qui devient le moins bon marché, et qui va « décourager l’investissement » comme disent les économistes. Contrairement à ce que son nom indique, la zone de « libre-échange » contraint les Etats à s’adapter, et restreint leur marge de manœuvre : toute législation qui défavoriserait les entreprises installés en France pourrait être attaqués en Justice. Un traité de libre-échange est donc un acte éminemment politique : telle une sorte de constitution commerciale, il définit ce dont on ne pourra plus discuter à l’avenir. Il constitue donc une limitation des souverainetés populaires.

En soi, cela n’a rien de scandaleux : un pays peut se contraindre à ne plus avoir de discussion sur une série de principe, comme le prévoit sa constitution. Mais ce qui est intolérable dans le cas du CETA et des traités commerciaux négociés et signés par l’UE, c’est qu’ils ne sont soumis à aucun processus démocratique : les institutions européennes ont agi avec discrétion et la seule instance démocratique qui s’est opposé au processus de ratification du traité – la Wallonie – a fini par être contrainte au silence et n’a obtenu aucun amendement majeur. Parce que dans le logiciel de l’Union Européenne, le CETA n’est pas un acte politique : c’est quasiment un acte bureaucratique, le prolongement d’une logique que la Commission Européenne a inscrite dans ses gênes depuis ses origines : la réalisation de l’utopie néolibérale de la libre-concurrence, qui contraint les Etats et les peuples à renoncer à leurs instances de régulation du capitalisme. Une aubaine pour les grandes entreprises qui sont dûment représentés à Bruxelles, où elles entretiennent une armée de lobbyistes.

Mais ce ne sont pas eux qui contraignent l’UE à tenir ce projet : sa logique le porte tout entier, et contribue à le retirer du débat démocratique.

Mais on aurait tort de considérer l’UE comme une instance autonome, sorte de démiurge aux caprices duquel on devrait se soumettre. Elle est investie de ce pouvoir de concrétisation du projet néolibéral d’affaiblissement de la démocratie et d’affranchissement du capitalisme par des dirigeants bien réels qui ont beau jeu ensuite de jouer les victimes. Nos politiques savent qu’il est payant électoralement d’afficher son scepticisme devant l’Union Européenne, mais ce sont bien eux, droite et socialistes compris, qui l’ont forgé et continuent de lui laisser toute latitude.

Et pour répondre à votre question, libre-échange et Union Européenne contribuent donc à retirer du débat démocratique nombre de questions essentielles. En faisant de nos dirigeants de simples exécutant d’un projet général qu’il est interdit de contester, ces deux processus conjoints contribuent à supprimer tout enjeu à leur élection et plus généralement à déposséder les citoyens de la politique.

Vous montrez que le clivage gauche droite s’est vidé progressivement de tout sens. Faut-il donner raison à Macron qui affirme que le vrai clivage repose sur progressiste et conservateurs et ouverture et repli ? Macron n’est il pas au contraire l’un des symptômes de la crise politique et de son aggravation plus que de sa résolution ?

Ce clivage ne s’est pas vidé de tout sens, il a été vidé de tout sens. Quand un gouvernement continue de se dire de gauche alors qu’il détruit le code du travail, oui ça contribue à brouiller les pistes. Un jeune qui aurait commencé à s’intéresser à la politique sous Hollande doit avoir bien du mal à définir les différences entre ces deux appellations. Encore hier j’entendais à propos du programme de Benoît Hamon qu’il était « très très à gauche » parce qu’il comptait donner 700€ à plein de monde : aux dernières nouvelles, la gauche ce n’était pas la charité, c’était le partage des richesses !

C’est du moins ainsi que ce clivage s’est construit tout au long du 20ème siècle, à une époque où le clivage droite-gauche faisait écho à un clivage de classe : sont de gauche ceux qui sont pour le partage des richesses et la classe ouvrière, de droite ceux qui estiment que la richesse des riches et la liberté des entrepreneurs profitent à tous. Il s’agit de deux positions intéressantes et à partir desquels il est encore possible de mener une discussion : les données du problème n’ont guère changé depuis le 19ème siècle, surtout qu’on est arrivé à une époque qui renoue presque avec le même niveau d’inégalité. La question écologique s’est ajoutée, mais elle se situe sur le même clivage : ou bien vous pensez que par des petits gestes et des entreprises plus « vertes » on va se sortir de ce bourbier climatique, et vous êtes de droite (vous croyez en la Responsabilité Individuelle, très bien), ou bien vous estimez que la collectivité doit s’organiser pour faire face à ce défi et qu’elle doit contraindre un minimum notre économie à s’adapter à cette course contre la montre, et vous êtes de gauche. Bon, si vous pensez qu’il n’y a pas de problème écologique, vous n’êtes ni de droite, ni de gauche, vous êtes aveugle ou malhonnête.

Donc ce clivage a un sens : il est une grille de lecture de notre débat politique et une façon de se situer. Ce n’est pas une frontière absolue et fixe dans le temps, les choses évoluent, bien entendu, mais il a un sens.

Mais quand tout une partie des politiques « de gauche » se mettent à faire la même chose que les politiques de droite et à tenir globalement le même discours, alors oui on n’y comprend plus rien. Et avec Thomas Amadieu on a tendance à penser qu’au point de confusion où on en est, autant trouver d’autres appellations sous peine de céder au chant des sirènes des candidats « de gauche » qui dans trois ans massacreront ce qui reste du code du travail en continuant de célébrer Jaurès et de chanter l’Internationale.

Alors quel autre clivage pouvons-nous utiliser en remplacement ? Macron en a trouvé un, très prisé des néolibéraux et autres gens de droite : « conservateurs repliés sur eux-mêmes » versus « progressistes ouverts sur le monde ». C’est bien pratique : vous pouvez contribuer à tuer des métiers et fermer des usines et être « progressiste » parce que vous aurez « ouvert sur le monde » votre économie, tandis que ces ouvriers qui n’ont pas le bon goût de voyager autant que vous vont devenir de fieffés « conservateurs » repliés sur eux-mêmes alors qu’ils devraient profiter de la mondialisation heureuse. C’est un beau lifting, qui va pouvoir permettre tout un tas de chose au nom du « progrès » et de « l’ouverture ». Bientôt, légaliser l’exil fiscal pourra se faire au nom du « progressisme » vous verrez : on ne va quand même pas être repliés sur nous-mêmes et tourner le dos aux gentils habitants des Îles Caïman quand même ?

Du coup, oui, Macron pousse la logique à l’œuvre dans notre vie politique jusqu’au bout : en détruisant le clivage droite-gauche en en amenant son nouveau clivage, il rend impossible toute discussion économique et social : ceux qui s’enchantent de la mondialisation heureuse, comme son ami Alain Minc, seront « progressistes » (alors qu’avant ils étaient tout simplement « de droite ») tandis que ceux qui luttent contre ses méfaits seront « conservateurs ». Notez le changement d’étiquette : avant la CGT pouvait dire qu’elle luttait « pour le progrès social », et avec Macron elle deviendra un syndicat « conservateur ». Le MEDEF se frotte les mains des prouesses marketing de Macron, car précisons que celui-ci pousse également à son paroxysme la logique de porosité sociale entre la grande bourgeoisie et les politiques. Lui-même rompu à l’art du pantouflage, Macron est soutenu par la génération montante du patronat français, des PDG de la French Tech londonienne qui ont participé à ses dîners de levée de fond à Patrick Drahi, patron de SFR Presse, qui lui a envoyé son meilleur lieutenant, Bernard Mourad, pour épauler sa campagne.

Face au constat que vous livrez, que préconisez-vous pour sortir de cette crise ou en atténuer ses effets ?

Dans le livre, nous prônions des aménagements institutionnels pour limiter la force du bipartisme et permettre le renouvellement de la classe politique. Depuis, comme je le développe dans mon prochain livre, Les Candidats du Système, qui sortira le 14 mars, je suis convaincu qu’on ne résoudra pas la crise politique sans résoudre la crise sociale : tant qu’une minorité de la population sera aussi riche, et à mesure que son pouvoir croîtra, nulle démocratie ne sera possible. L’ascension fulgurante de quelqu’un d’aussi liée à la finance et au patronat qu’Emmanuel Macron montre qu’une bourgeoisie puissante parvient toujours à imposer ses vues sur le destin de notre pays, et qu’elle sait même tirer parti de cette crise politique en investissant dans un produit marketing conçu pour donner l’illusion du changement. Ce pays a besoin d’un choc d’égalité pour redonner le pouvoir aux citoyens, sinon nous sommes condamnés à revivre tous les cinq ans les mêmes désillusions.

Par défaut

La contre-révolution: Doit-on s’adapter au monde moderne ? »Vouloir être dans le vent c’est vouloir être une feuille morte »-Gustave Thibon: »Le monde moderne est contre tous les mondes »-Péguy

La contre-révolution

Doit-on s’adapter au monde moderne ?
Publié le 31 janvier 2017 par ccr2013

gustave-thibonJe crois que ceux qui parlent de s’adapter à tout prix au monde moderne ne savent pas ce dont le monde moderne a besoin : il a besoin de ce qui lui manque, il n’a pas besoin qu’on surabonde dans son propre sens. Il faut différer beaucoup de son siècle pour le servir.
Au reste, aujourd’hui, la modernité commence à se vomir elle-même. Si l’on nous accuse d’immobilisme, parce que, selon la belle formule d’un jeune philosophe contemporain, nous voulons « nous rapprocher de ce qui ne change jamais plus que nous adapter à ce qui change toujours », parce que nous sommes plus soucieux de nous dépasser nous-mêmes que de ne pas nous laisser dépasser, nous répondrons que se rapprocher du modèle divin, sculpter l’existence à l’image de l’essence, imprimer sur ce qui est la marque de ce qui doit être, cela exige tout de même beaucoup d’énergie, de vigilance, d’initiative et de liberté, infiniment plus que suivre passivement le courant de la mode et se laisser emporter comme une feuille morte par « l’air du temps ».

Gustave Thibon

Par défaut

Le blog de Frédéric Delorca : Hidalgo et la salle de prière, le corporatisme de France Info contre Trump, les « médiamensonges », la victoire d’Hamon-Amon Ra,le nouveau Dieu-Soleil des crétins de la gauche irresponsable

Le blog de Frédéric Delorca

Hidalgo et la salle de prière, le corporatisme de France Info contre Trump, les « médiamensonges », la victoire d’Hamon

30 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Les Stazinis, #La gauche

Quelques news un peu en vrac :

Par un arrêt du 26 octobre 2015, la cour administrative d’appel de Paris a annulé pour méconnaissance de la loi sur la laïcité de 1905 la délibération du Conseil de Paris des 22 et 23 avril 2013 et la décision du maire de Paris de conclure le bail emphytéotique administratif consenti à la société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam – Grande Mosquée de Paris – (voir info ici) qui consistait en fait à céder à bas prix à cette association la salle de prière que la ville avait fait construire pour plus de 13 millions d’euros. Selon Causeur, seuls le Parti de gauche et le franc-maçon socialiste M. Gugliemi avaient en 2013 protesté contre ce bail. Paris devra sans doute rembourser le contrat de vente à la GMP s’il est annulé derrière. Le requérant selon Causeur Guy Hanon 75 ans est un athée, ex-French doctor du Biafra et du Kosovo (pro-kosovar) dont les videos sont reprises sur Riposte Laïque. Son action en justice a peut-être provoqué l’abandon, par Anne Hidalgo, début septembre 2015, de la « phase 2 » de l’ICI, qui devait prendre la forme d’un second centre culturel islamique (pour 15 millions d’euros), avec salle de prière également, rue Polonceau, à la place d’une ancienne mosquée, aujourd’hui détruite. La question du remboursement à la société des Habous fait la une de quelques blogs en ce début d’année 2017. Le lien entre le centre-gauche et l’Islam pose problème : non que je sois contre la liberté de culte des musulmans, bien au contraire, mais ce règne de l’entourloupe pour cacher aux citoyens les circuits de financement ne me plait pas. L’affaire des dons du Qatar et de l’Arabie saoudite (ou du président du Nigéria dont la justice couvre les décapiteurs de chrétiens dans son pays) à Hillary Clinton, avec les contre-dons qui venaient derrière via sa chef de cabinet liée aux Frères musulmans, posait aussi ce genre de question.

Une article ignoble sur France Info, qui dénonce le fait que Trump ne cautionne pas les mensonges de CNN sur son compte et brise le rituel de la grand messe des journaux institutionnels en donnant plus la parole aux journaux de droite et même aux bloggueurs. Le corporatisme journalistique se révèle dans toute sa violence avec les représailles qui vont avec – on n’enverra plus que des stagiaires, on mènera par derrière des enquêtes anti-Trump purement à charge etc (une violence transatlantique s’il vous plaît). C’est du Bourdieu mis en pratique.

Ici Trump redresse quelques mensonges médiatiques (si la video ne s’affiche pas, cherchez la sur sur Youtube c’est l’interview sur Fox News du 26 janvier) :

Comprenez moi bien. Je n’aime pas beaucoup Trump, avec ses mesures un peu folles comme le bras de fer avec la Chine ou la fermeture brutale des frontières aux réfugiés de pays en guerre (je le préfère quand il tweete comme hier « Senators should focus their energies on ISIS, illegal immigration and border security instead of always looking to start World War III »). Mais tous les jours les médias inventent une immondice sur son compte. Ils ont prétendu que le nouveau président a viré de son bureau la statue de Martin Luther King – c’est faux -, qu’il y aurait eu une sombre manip russe derrière son élection – ça ne tient pas debout -, qu’il n’y avait presque personne à son investiture – les images ont finalement montré le contraire. Toujours les mêmes sarcasmes contre lui, le même sourire aussi imbécile qu’arrogant contre tous ses propos. Aujourd’hui même une revue de midinettes (une revue « people ») se permettait de le prendre de haut en disant « il est mal placé pour critiquer la vulgarité de Madonna à son encontre lui qui disait vouloir prendre les femmes par la chatte » – sauf que ce dernier propos il l’a tenu en privé et un micro indiscret l’a divulgué, quel rapport avec les éructations délibérées de la popstars devant des milliers de personnes. Et pendant ce temps évidemment personne ne dit que Trump se bat contre l’establishment républicain pour débloquer de l’argent pour les routes, pour les écoles, comme il le dit dans son interview… Evidemment, car si on le disait il faudrait admettre que la moitié du peuple américain qui a voté pour lui n’est pas seulement une populace crétine et facho…

De toute façon, les journalopes ont réponse à tout et retombent toujours sur leurs pattes. Hamon sort-il vainqueur de la primaire ? On fait une « une » le lendemain pour dire que ça va faire triompher Macron. Bah voui ! On va quand même pas admettre qu’il reste encore des gens de gauche en France, même au PS ! des gens qui refusent le brainwashing merdiatique… Alors oui, que des gens préfèrent Hamon à Valls ça ne peut avoir aucun sens, aucun intérêt pour les médiacrates. C’est juste un coup de pouce à leur chouchou centriste libéral, ça ne peut avoir que cette signification-là. Les médias ont toujours détesté la gauche du PS. En 81, ils haïssaient le programme de Mitterrand qui avait devancé le centrisme de Rocard. C’était de la ringardise à leurs yeux, ils ont adoré son abandon en 1983. Les corporations journalistiques n’aiment pas le socialisme, ni non plus le gaullisme. Rien qui puisse protéger le citoyen. Ils auraient adoré Fillon s’il n’avait pas été si chrétien ni si pro-russe. Au moins son thatchérisme leur convenait-il à merveille. Heureusement pour eux les scandales financiers risquent de couler l’ex-premier ministre, et tout le monde en 2022 aura renoncé au principe des primaires.

Hamon peut-il s’imposer face à la haine médiatique autrement qu’en écrasant Mélenchon ? Pas évident. L’homme a aussi peu de charisme que l’ensemble des « frondeurs » qui pendant tout le quinquennat furent incapables d’en imposer à Valls. En tout cas saluons la défaite de ce dernier. L’homme qui a brutalisé la jeunesse de ce pays avec la réforme du code du travail et l’odieuse répresssion du mouvement étudiant, le matamore en chef, spécialiste de l’état d’urgence à perpétuité,méritait de disparaître aux oubliettes. Hélas l’amour des journalistes pour lui pourrait encore nous imposer sa binette dans cinq ans. Ah ! Si seulement Mélenchon ne s’était pas présenté ! Hamon aurait eu de meilleurs chances d’écraser Macron et le candidat de la droite… Mélenchon, la candidature de trop. Il avait déjà tout dit en 2012… et dilapidé bêtement son capital politique en offrant ses voix sans contrepartie au candidat Hollande au 2ème tour. Aucun principe moral n’oblige à se présenter à chaque élection. Il eût mieux fait d’attendre la suivante…

Par défaut

Zuckerberg’s holiday home stirs up dark history of West Coast capitalism in Hawaii- nsnbc international-le nain qui a inventé cinquante « genres » se prend pour le Roi des crétins numériques dans le paradis des pervers

Zuckerberg’s holiday home stirs up dark history of West Coast capitalism in Hawaii

nsnbc international

Nouvel article sur nsnbc international

Zuckerberg’s holiday home stirs up dark history of West Coast capitalism in Hawaii
par nsnbc

Henry Knight Lozano (TC) : Facebook CEO Mark Zuckerberg’s purchase of a US$100m, 700-acre piece of land in Kauai, Hawaii, sparked controversy after he filed lawsuits against hundreds of Hawaiians who hold long-standing “quiet title” rights to parcels of land on the property.

Facebook_backstabbing_NEOZuckerberg said that he and his family wanted to “plant roots and join the community ourselves,” and that he pursued this route to ensure that Hawaiian land owners were fairly compensated. But the billionaire faced a public and media outcry on behalf of local families, who could have been forced to sell interests in the land, lost their right to traverse the property and faced costly legal fees.

This response prompted an about-turn from Zuckerberg. In a recent letter to the Kauai Garden Island, the Facebook billionaire said that the quiet title actions had been a “mistake”, not least because he “did not take the time to fully understand the quiet title process and its history”.

Indeed, history also shows us that Zuckerberg is just the latest in a long line of West Coast capitalists to purchase a slice of Hawaii.
Hawaiian Land and Californian capitalists

The arrival of US missionaries to the Kingdom of Hawaii in the first half of the 19th century led to a series of major land reforms (the “Great Mahele”), which in the 1840s replaced the traditional Kanaka Maoli system of land stewardship with a Western model of private property. For the the first time, foreigners could legally own Hawaiian land.

The 1850 Kuleana Act was designed to ensure the maka’ainana (commoners) received land titles. The “quiet titles” refer to kuleana lands that have passed onto the descendants of the first Hawaiian owners in the absence of a will. The Zuckerberg suits follow other quiet title actions in Hawaii that date back to the Great Mahele. In reality, few of the native Kanaka Maoli people secured land grants. Instead, foreigners – especially Americans – purchased the vast majority of Hawaiian real estate, divorcing the Kanaka Maoli from their spiritual ties to the land.

Californians played a key role here. During the Gold Rush, newly-minted Californian capitalists looked to the Hawaiian Islands as a new frontier for American settlers, and an opportune location for real estate speculation. Confident that Hawaiian land “will become of immense value under the influence of a modicum of … California capital,” West Coast Americans led the call for US annexation of Hawaii in the 1850s.

Not so sweet: Claus Spreckels. Wikimedia Commons

Not so sweet: Claus Spreckels. Wikimedia Commons

The annexation failed, but West Coast interest in Hawaiian land did not. In the 1870s, the United States and the Kingdom of Hawaii agreed a duty-free reciprocity treaty, which dramatically increased the trade between the two nations. Shortly afterward, Claus Spreckels, a San Francisco-based sugar magnate, became one of the first of many newcomers, referred to by the older white residents of the islands as “Californians”.

Spreckels developed close connections with King Kalakaua and purchased vast tracts of land on the island of Maui. By 1892, Spreckelsville had become one of the largest sugar estates in the world, having grown to over 40,000 acres. Spreckels’ Californian-owned Hawaiian Commercial Company exemplified how West Coast capital sank deep roots into Hawaiian land well before the formal US acquisition of Hawaii in 1898.

For native Hawaiians, Californian acquisition of Hawaiian real estate and development of sugar plantations further cut them off from the land. It also supported US claims that Hawaii was an American territory in all but name, commercially bound to the West Coast. “The whole speculative population of California is said to be looking this way,” a Honolulu magazine observed in 1893. That year, Americans in the islands overthrew Queen Liliuokalani and in 1898 secured annexation to the United States, over the mass protests of the Kanaka Maoli.
Good stewards?

Zuckerberg is no Spreckels. For one thing, his Hawaiian land purchase was not speculative like Spreckels’ lucrative sugar empire. Zuckerberg bought land to build a family home – albeit one that will be situated in 700 acres.

Mark Zuckerberg’s history lesson. Presidência do México/Wikimedia Commons, CC BY

Mark Zuckerberg’s history lesson. Presidência do México/Wikimedia Commons, CC BY

Moreover, he plans to help preserve endangered species. He argued that his purchase has saved the land from alternative futures, including commercial development that would have led to denser housing and far greater ecological impact. Zuckerberg and his family, he says, “are committed to being good stewards of this beautiful land”.

Yet the historical context is telling here also. Stewardship speaks to the traditional Hawaiian concept of land as ‘aina: a spiritual entity that can never be owned. But the Kuleana Act and Great Mahele severed this relationship. Hawaiian land became real estate – a commodity to be bought and sold. Californian capitalists bought a lot of it – and they have continued to ever since.

Clearly, Zuckerberg has been burned by the public outcry, which saw him accused of being “the face of neo-colonialism” and “using the same legal loopholes sugar barons in Hawaii exploited centuries ago”. It is a good thing that he is delving into Hawaiian history: some of it makes for uncomfortable reading.

Henry Knight Lozano, The Conversation – Henry Knight Lozano is a Senior Lecturer in American Studies at Northumbria University, Newcastle.

nsnbc | janvier 31, 2017 à 8:12 | Étiquettes : Hawaii, Kauai Garden Island, USA |

Par défaut

Tonight: Defunding Planned Parenthood webcast- Kristan Hawkins | Students for Life

Tonight: Defunding Planned Parenthood webcast

Kristan Hawkins | Students for Life

I hope you can join me and many of our movement’s leaders tonight on an urgent NATIONWIDE Defunding Planned Parenthood Webcast. I’ve pasted all of the details below for you.

WHAT: « Defunding Planned Parenthood » urgent nationwide webcast

DATE: TONIGHT: Tuesday, January 31st

TIME: 9 PM Eastern (8 PM Central, 7 PM Mountain, 6 PM Pacific)

REGISTER TO ATTEND AT: http://www.defundingplannedparenthood.com

Click to attend the Defunding Pro-Life Webcast

During this historic webcast, you’ll hear from me as well as many of our nation’s top pro-life leaders:

Marjorie Dannenfelser, Susan B. Anthony List
David Daleiden, Center for Medical Progress
Lila Rose, Live Action
Ryan Bomberger, Radiance Foundation
Abby Johnson, Former Planned Parenthood Director, ATTWN
Steve Aden, Alliance Defending Freedom
Kristan Hawkins, Students for Life of America (Me!)
Tom McClusky, March for Life
Carol Tobias, National Right to Life Committee
Eric Scheidler, Pro-Life Action League, #ProtestPP
Kristi Hamrick, Americans United for Life
Fr. Frank Pavone, Priests for Life
Jim Sedlak, ALL, Stop Planned Parenthood
David Bereit, Host

By attending, you’ll learn:

Why RIGHT NOW is the most strategic opportunity to defund America’s largest abortion chain that the pro-life movement has seen in decades
The 5 COMPELLING MESSAGES that are most effective at showing the general public why Planned Parenthood must be defunded
The 3 PRIMARY SOURCES of Planned Parenthood’s $1.3 Billion annual income … and which source is most vulnerable over these next 60 days
BREAKING NEWS from Capitol Hill on the exact process, timing, and collaborative action needed to help Congress and President Trump act swiftly on their promise to defund the abortion giant
WHAT YOU CAN DO to help create the massive public pressure needed to overcome media bias and abortion industry propaganda … and succeed at defunding Planned Parenthood
This is the moment we’ve been waiting for!

Olivier, please register to join this webcast and learn how we can seize this historic opportunity and END Planned Parenthood’s death grip on our taxpayer dollars.

Spaces on the Defunding Planned Parenthood urgent nationwide webcast are limited, and hundreds of thousands of pro-life Americans are being invited, so claim your spot now at: http://www.defundingplannedparenthood.com

For Life,

Kristan Hawkins
President, Students for Life of America

Students for Life of America (SFLA) is a 501(c)3 organization. All donations are 100% tax-deductible.

Students for Life of America
4755 Jefferson Davis Highway
Fredericksburg, VA 22408
Office: 540.834.4600

Par défaut

Le blog de Liliane Held-Khawam: Agir dans le chaos.Dossier-après le chaos,l’ordre revient comme le veau temps après l’orage mais restent des cadavres sur le trottoir

Le blog de Liliane Held-Khawam

Agir dans le chaos.Dossier

L’effet-papillon, base de la théorie du chaos. Vous aussi vous pouvez mettre à profit le modèle…

La théorie du chaos est la base de toutes les réorganisations qui secouent le monde depuis plus de 3 décennies.

N’y voyez rien de complotiste. La théorie du chaos est un concept bien réel, basé sur une approche qui se veut scientifique qui a parfois révolutionné le monde pour le meilleur et trop souvent pour le pire.

Son principe se base sur l’effet papillon. Il s’agit d’une expression qui résume une métaphore concernant le phénomène fondamental de sensibilité aux conditions initiales de la théorie du chaos (Wikipédia). La formulation exacte qui en est à l’origine, fut exprimée par Edward Lorenz lors d’une conférence scientifique en 1972, par la question suivante :

« Le battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut-il provoquer une tornade au Texas ? »

Les tenants du leadership organisationnel l’ont promue dans TOUS les domaines de la planète tant privés que publics.Le monde de l’entreprise a été le point de départ de sa mise en place. Sa résonance fut amplifiée par sa mise en place dans le secteur public. Ce faisant, les administrations publiques n’ont plus répondu à leurs fonctions traditionnelles de structurer et de porter l’Etat. Les repères nationaux se sont alors effondrés emportant avec eux la confiance des citoyens dans leurs autorités, le sentiment de sécurité et la confiance dans l’avenir.

Pour nous ici, tout a commencé avec le management du chaos qui a frappé la gestion d’entreprise dès les années 90. Les multitudes de restructurations-fusions-acquisition, l’émiettement des entités en structures plus petites, le reengineering des structures de production dans un but de la globaliser, la mise en place de la transversalité des processus qui a révolutionner la production, mais surtout la mise en réseaux mondial et global des entreprises préalablement émiettées, ont imposé un bouleversement organisationnel tel que notre monde en est chamboulé.

Observez bien par exemple, comment votre environnement professionnel est organisé aujourd’hui. Vous conviendrez bien qu’un nombre impressionnant de repères a disparu. Voici quelques exemples de mutations.

Tout d’abord, les repères qu’un collaborateur pouvait développer envers son entreprise se sont envolés. Le collaborateur est livré à lui-même avec un sentiment d’insécurité suffisamment puissant qui l’empêche de percevoir son avenir au-delà du court terme.

Le statut de fonctionnaire a disparu, emportant le lien à l’Etat, employeur potentiel ultime, qui « garantissait » une « sécurité » professionnelle.

Il n’est plus possible de s’abriter derrière une figure hiérarchique rassurante. Vous êtes tout aussi exposé que votre patron au regard scrutateur de votre environnement, qui vous considère selon une équation de coûts/profits.

Tout collaborateur est soumis à des résultats censés être mesurables et contrôlables. S’il ne fait pas l’affaire, il est renvoyé chez lui. En Suisse, il est admis que la baisse d’efficacité soit un motif de licenciement.

La performance suit une pente ascendante. Des objectifs même irréalistes sont fixés qui mettent d’emblée la personne en situation d’échec. Il peut être demandé à des commerciaux par exemple une croissance du chiffre d’affaires d’une année à l’autre hors de toute réalité.

La mise en concurrence avec les jeunes d’abord, puis l’étranger low cost et enfin la machine a pour objectif de maintenir sur la brèche des collaborateurs qui vont tout donner pour ne pas perdre leur précieux salaire.

Ce point, nous amène directement à la tentation de piloter par le stress qui amène le « chef » à répercuter ses angoisses sur son équipe. La pression imposée est une conséquence directe d’une peur généralisée qui a de fortes chances d’aboutir à des maladies ou au dopage. Amphétamines, cocktails caféinés, cocaïne… Il y en a pour tous les goûts.

En 2009, une étude révélait que « des traces de cocaïne sur 90% des billets de banque ». Le journal El periodico publia alors un article qui attirait l’attention sur le fait que « des centaines de travailleurs dans le secteur financier, affirme Don Serratt -un ancien employé d’une banque d’investissement devenu directeur de la clinique pour les toxicomanes Life Works – prennent des drogues pour affronter l’anxiété des licenciements ou la baisse des rémunérations. « Un toxicomane en proie à l’anxiété plus il se sent anxieux plus il prend de la cocaïne. Et comme la cocaïne accroit l’anxiété, c’est un cercle vicieux ». Et Serrat d’accuser les compagnies financières de fermer les yeux puisque la consommation n’affecte pas directement le travail des employés ». (SOURCE)

Novethic titrait en 2016 un article « Les entreprises sortent enfin du déni ». Le rédacteur relevait que « pour des raisons personnelles ou pour rester performants, certains salariés consomment des substances illicites. » Depuis les causes n’ont cessé de s’aggraver…

Plus récemment, les exigences en matière de droit du travail des traités TTIP, CETA, TISA qui découlent de la globalisation du monde sont telles que la perte de repères cède la place à une révolution. Il se pourrait que le statut de salarié disparaisse pour laisser la place à celui d’indépendant payé à la mission.

Voilà ce qu’en dit E Masuyer dans une publication sur les mutations des droits du travail sous influence européenne:

Le contexte social européen de cette dernière décennie est marqué par le Livre vert de la Commission sur la modernisation du droit du travail (Livre vert, 2006), qui parmi d’autres recommandations, préconise, pour réduire les coûts sociaux, un plus large recours aux formes de travail indépendant, atypique. Ces modalités de travail sont favorisées pour satisfaire aux exigences de « flexicurité », que l’on peut résumer comme l’octroi de droits de protection sociale minimaux face à un recours massif à des relations de travail flexibles. Le droit du travail apparaît dans cette conception comme un facteur de rigidité et de segmentation du marché du travail par l’obligation qu’il fait de respecter un certain nombre de règles de protection du salarié (procédure de licenciement, délai de préavis, octroi d’une indemnisation en cas de rupture injustifiée, défense syndicale…). Ces règles devraient donc, dans cette vision des choses, être assouplies voire supprimées. La « sécurisation des parcours professionnels », par le bénéfice de prestations sociales de chômage, de congés maternité, prestations maladie, est censée améliorer le statut précarisé du travailleur dont l’emploi effectif serait soumis à une incertitude tenant au caractère atypique du contrat de travail (travail intérimaire, à temps partiel, à durée déterminée, etc.) voire aux droits attachés au statut de travailleur indépendant. C’est en ce sens que l’on peut penser que la flexibilité des relations de travail entraîne concomitamment un recul du salariat comme cadre traditionnel de la relation de travail et un brouillage entre salariat et travail indépendant.

Une révolution des droits du travail est donc en cours sur fond de chômage structurel et d’une migration vouée à l’exploitation salariale. Tout cela mène le chaos dans le monde du travail à son paroxysme. Alors oui l’effet papillon a bien pris racine dans l’entreprise pour le plus grand bonheur de quelques investisseurs du grand casino financier planétaire et pour le plus grand malheur de la grande majorité. Ce chaos devenu structurel avec les différentes crises, ne peut qu’être amplifié par des conflits culturo-ethnico-religieux latents.

Bref, ce ne sont là que quelques exemples de la révolution que vous avez subi dans votre environnement professionnel. Or, le modèle s’étend à tous les aspects de la vie… famille, éducation de vos enfants, gouvernance politique, rapports à la finance, mise en place d’une oligarchie, révolution technologique,…

Alors?

Alors pourquoi le grand nombre de personnes insatisfaites n’utilisent pas elles-mêmes le principe de l’effet papillon pour faire évoluer le monde dans la direction qu’elles souhaitent? Vos compétences sont un trésor dont vous ne soupçonnez ni l’ampleur, ni la puissance qu’elles peuvent dégager… Libérez-les!

Ne comptez plus sur quelqu’un d’autre pour libérer vos capacités et votre créativité. Il est toutefois indispensable de commencer par quitter l’habit de peur, d’insécurité, de sous-estimation de soi et autre déstabilisation personnelle.

L’échec n’est pas un problème. La paralysie dans l’action l’est.

Liliane Held-Khawam

Ci-dessous: Deux scientifiques nous parlent de la théorie du chaos
Pourquoi parle-t-on de théorie du chaos ? Jean-Luc Nothias (2009)

Certains physiciens pensent que leur science du XXe siècle se résume à trois découvertes : la relativité, la mécanique quantique et… le chaos. La relativité d’Einstein a fait sortir la physique de l’autoroute newtonienne où l’espace et le temps sont absolus. La mécanique quantique a également bousculé les principes newtoniens selon lesquels tout était mesurable. Enfin, la théorie du chaos a montré que le monde n’avait pas une prédictibilité déterministe.

C’est Pierre-Simon de Laplace qui avait postulé, en 1812, que si, à un moment donné, on connaissait la position et la vitesse de tous les objets de l’Univers ainsi que les forces qui s’exercent sur eux, on pourrait alors calculer leur devenir pour tous les moments à venir. Or la théorie du chaos prouve qu’il y a des processus que l’on ne peut pas complètement prédire.
Inventeur de «l’effet papillon» lors d’une conférence de 1972, Edward Lorenz est décédé l’an dernier à l’âge de 90 ans.
Inventeur de «l’effet papillon» lors d’une conférence de 1972, Edward Lorenz est décédé l’an dernier à l’âge de 90 ans.

Toutefois, un système chaotique n’est pas un système sauvage qui fait n’importe quoi n’importe comment. Sous son désordre apparent, se cache un ordre très strict. Un système chaotique obéit aux principes physiques qui s’appliquent à tous les autres systèmes. Mais il est d’une part impossible de prévoir son comportement sur le long terme et, d’autre part, inversement, de savoir quel était précisément son état dans le passé. On parle pour cela de «sensibilité aux conditions initiales», largement popularisée par la fameuse expression de «l’effet papillon».

C’est en 1972 qu’Edward Lorenz donne une conférence scientifique intitulée : «Prédictibilité : le battement d’ailes d’un papillon au Brésil provoque-t-il une tornade au Texas ?» L’image va faire le tour du monde et donner toute son ampleur aux théories du chaos (ce mot ne sera d’ailleurs «créé» que trois ans plus tard par deux autres mathématiciens).

Ancêtre des ordinateurs

Mais pendant sa conférence, Lorenz demande aussi à ses auditeurs de réfléchir à deux autres questions. En premier lieu, si un battement d’ailes peut induire une tornade, chaque battement d’ailes de ce papillon et de ses innombrables congénères provoque-t-il le même effet ? Enfin, un battement d’ailes de papillon peut-il empêcher la formation d’une tornade ?

Météorologue et mathématicien, Edward Lorenz travaillait au Massachusetts Institute of Technology. Il possédait l’un des tout premiers ordinateurs, qui ne s’appelait d’ailleurs pas encore comme cela. Une énorme machine électronique dotée de tubes à vide faisant un bruit terrible et tombant en panne très souvent. Lorenz avait mis au point un des premiers simulateurs météorologiques. En tâtonnant, il avait fait un modèle atmosphérique intégrant douze équations mettant en relation température, pression et vitesse du vent. Et il faisait tourner sa machine pour obtenir des simulations de situations météorologiques.

Chaque minute quand elle marchait, sa machine modélisait une journée météo. Ce qu’il trouvait lent. Un jour, à l’hiver 1961, voulant accélérer le processus, il lança ses programmes au milieu de leur exécution en tapant des données chiffrées à la main. Et avec seulement trois décimales au lieu de six. Après être allé boire un café pour échapper aux cliquetis de la machine, il constata que le résultat n’était pas du tout celui attendu.

Son premier réflexe est d’incriminer la machine. Puis, Lorenz réfléchit. Et vit que l’écart provenait du fait qu’il avait enlevé des décimales, pensant que c’était si minime qu’il n’y aurait pas de différence. Il n’aura de cesse dans les années suivantes d’explorer ce nouveau champ scientifique en utilisant les mathématiques.
Des systèmes dynamiques difficilement prévisibles

Conduisant ainsi à une redécouverte de prédécesseurs oubliés. Comme le grand mathématicien français Henri Poincaré à la fin du XIXe siècle. Lequel avait déjà touché du doigt dans ses travaux sur la mécanique céleste le problème des conditions initiales. Jacques Hadamard, lui aussi mathématicien français (qui aurait servi, dit-on, de modèle au savant Cosinus du fait de sa distraction), avait également exploré une partie du problème.

Une des caractéristiques de cette théorie, c’est qu’elle est totalement transversale dans tous les domaines scientifiques, que ce soit la physique, l’astronomie, la biologie, l’économie ou les sciences sociales. Partout se trouvent ces systèmes dynamiques trop difficilement prévisibles : croissance ou décroissance de populations animales, répartition de capitaux et flux financiers, systèmes stellaires et planétaires.

Elle est aussi complètement redevable au développement de l’informatique. À la fois parce que les ordinateurs ont permis de visualiser simplement ces états «chaotiques» et qu’ils ont permis, grâce à leur puissance de calcul, d’expliquer certains phénomènes naturels sur lesquels les chercheurs s’arrachaient les cheveux. Et qui ont été «résolus» par la théorie du chaos. Et un système chaotique n’est pas forcément complexe. Un pendule ou une balançoire peuvent ainsi parfois montrer des comportements chaotiques. Mais encore une fois, chaotique ne veut pas dire «irraisonné».
LE HASARD ET LE CHAOS. Par Noël Benalou, mathématicien
INTRODUCTION

D’emblée remarquons que l ‘interprétation scientifique du hasard commence par l’introduction du calcul des probabilités. Dans ce cadre, nous savons évaluer l’univers des possibles. Ainsi si nous lançons en l’air une pièce de monnaie équilibrée, l’univers des possibles est composé de pile et face et à chaque issue nous pouvons associer une probabilité qui est égale à 0,5. De même si nous lançons deux dés équilibrés un bleu et un rouge, l’univers des possibles est composé de 36 issues. C’est pourquoi calculer la probabilité d’un événement suppose la connaissance de l’univers des possibles. Cependant, dans la plupart des situations nous sommes confrontés à une infinité d’états du monde, et donc tout n’est pas probabilisable. Mais à vrai dire cela n’est guère étonnant dans la mesure où l’incertitude ne saurait se réduire au risque, lequel peut en effet être domestiqué au moyen du calcul des probabilités. En la matière il suffit de penser au monde de l’assurance ou bien au placement boursier avec ses rendements aléatoires. Ainsi connaissant deux paramètres tels que l’espérance mathématique et la variance , nous sommes à même de comparer deux portefeuilles d’actions du point de vue du risque, et, partant prendre une décision en fonction de notre attitude à l’égard du risque. Bref faire un choix dans l’incertain n’est une tâche aisée dans le concret du réel, et cela en dépit du perfectionnement les outils de calcul, car l’incertitude n’est pas probabilisable du fait que nos connaissances sont limitées, en ce sens que nous ne pouvons pas connaître tous les états du monde.

Après une brève discussion du conflit entre hasard et déterminisme, nous présenterons la théorie du chaos en mettant un accent particulier sur la croissance exponentielle et la dépendance sensitive aux conditions initiales. Délibérément nous avons choisi d’expliquer le chaos par des exemples afin d’en donner une idée intuitive. Ici le chaos n’est pas synonyme de désordre comme c’est le cas dans le langage courant, mais il s’agit d’un modèle dans lequel l’incertitude initiale joue un rôle fondamental en rendant vaine toute tentative de prédiction même sur un horizon temporel court de l’ordre de quelques jours. En la matière il suffit de penser aux prévisions formulées par les météorologistes, sans parler de la difficulté des prévisions dans le domaine des sciences molles telles que l’économie, bien que cette discipline affiche son ambition de mimer la démarche des sciences exactes comme la physique.

Bien évidemment, nous pouvons formuler des prévisions en assimilant l’économie à un système dynamique régi par des équations récurrentes et en exploitant les séries temporelles. Mais force est de constater que cette manière d’étudier l’évolution temporelle d’un système aussi complexe que l’économie ne prend en compte qu’un groupe restreint de variables économiques En outre elle présente le sérieux inconvénient de traiter l’incertitude comme des chocs exogènes ou des aléas. En tout cas cette manière de modéliser le monde réel, bien qu’elle soit privilégiée en macroéconomie, ne semble pas en mesure de prendre en compte l’incertitude endogène, à savoir l’idée selon laquelle l’incertitude ne vient pas seulement de la nature mais aussi des autres, un peu à l’instar de l’enfer c’est les autres! Du point de vue historique la théorie du chaos a été développée initialement par les mathématiciens français Hadamard et Henri Poincaré, puis elle a été redécouverte par le météorologue Edward Lorenz (MIT) dans les années 1960, grâce à des simulations sur ordinateur lors de l’étude des prévisions météorologiques. A cette occasions Lorenz a découvert les attracteurs étranges: c’est une courbe décrivant l’état de la convection atmosphère en dimension trois. Elle montre que l’évolution temporelle de la convection atmosphérique est très sensible aux conditions initiales. Cette étude a fourni un argument très fort en faveur de l’imprédictibilité des mouvements de l’atmosphère. Depuis nous savons pourquoi les prédictions à long terme des météorologues sont sujettes à caution.
Hasard et déterminisme

La question qui est au centre de la physique et donc de la compréhension du monde dans lequel nous vivons est de savoir si nous vivons dans un monde déterministe ou bien un monde dominé par le jeu des aléas et donc du hasard. A cet égard, il est utile de rappeler que la mécanique de Newton nous donne une image complètement déterministe du monde. En substance elle nous dit la chose suivante: si l’on connaît l’état de l’univers à un instant initial (d’ailleurs arbitraire), on peut déterminer son état à tout autre moment. Comme on peut le remarquer on est complètement dans un monde déterministe où le hasard n’a pas droit de cité, bien qu’il faille rappeler que depuis cette vision mécaniste a été réduite à une configuration particulière grâce à l’apport de la physique relativiste initiée par Albert Einstein et la physique quantique qui fait jouer au hasard un rôle de premier plan, du fait qu’il est impossible, par exemple, de spécifier simultanément la vitesse et la position d’une particule: si l’on améliore la précision sur la vitesse, on dégrade celle sur la position et vice-versa!

A ce propos le mathématicien français Simon de La Place a donné au déterminisme une formulation élégante qu’il convient de reproduire ici:

«Une intelligence qui, pour un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée, et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ces données à l’analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps et ceux du plus léger atome: rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir comme le passé serait présent à ses yeux. L’esprit humain offre, dans la perfection qu’il a su donner à l’astronomie, une faible esquisse de cette intelligence.». Remarquons que cette citation a un parfum théologique et suscite en tout cas diverses questions. Ainsi ce déterminisme laplacien ne laisse aucune place au hasard et au libre arbitre de l’homme. On retrouve le vieux problème théologique de la prédestination défendu par Saint Augustin, Saint Thomas d’Aquin et Calvin. Ce qui est opposé au libre arbitraire humain ce n’est pas le déterminisme de la mécanique classique, mais l’omniscience et l’omnipotence de Dieu: rejeter la prédestination (Dieu a déjà opéré le tri entre les élus et les damnés) , c’est limiter les pouvoirs du Tout-Puissant, mais l’accepter revient à rendre inutile tout effort moral. Or, depuis nous avons appris grâce au théorème d’incomplétude de Gödel que ce qui explique notre libre arbitraire c’est notre complexité d’être humain! Autrement dit nous ne pouvons décider si une assertion est vraie ou fausse , et donc nous ne pouvons contrôler le futur en raison notamment des problèmes de calculabilité.

Il va sans dire que le déterminisme laplacien ne laisse aucune place au hasard. Par exemple, si je jette une pièce de monnaie équilibrée en l’air, les lois de la mécanique classique déterminent avec certitude si elle tombera pile ou face. Comme le hasard et les probabilités jouent en pratique un rôle important dans notre compréhension de la nature, nous pouvons être tentés de rejeter le déterminisme.

En réalité le dilemme hasard/ déterminisme est un faux problème, car il n’y a pas incompatibilité logique entre hasard et déterminisme: l’état d’un système à l’instant initial, au lieu d’être fixé de manière précise, peut être distribué selon une certaine loi de probabilité et donc de hasard. S’il en est ainsi à tout autre instant le système aura aussi une distribution au hasard, et cette distribution pourra être déduite de la distribution au moment initial, grâce aux lois de la mécanique.

Notons qu’en pratique l’état d’un système à l’instant initial n’est jamais connu avec une précision parfaite, c’est-à-dire que l’on admet un petit chouia de hasard pour l’état initial du système. C’est précisément ce petit peu de hasard qui peut donner beaucoup de hasard et donc beaucoup d’indétermination à un moment ultérieur. Ainsi en pratique hasard et déterminisme peuvent cohabiter de manière harmonieuse. Par conséquent il est possible de présenter la mécanique classique sans parler de hasard, mais ceci n’est pas vrai en mécanique quantique. A cet égard le paradigme du chaos explore le hasard déterministe et aboutit à la conclusion selon laquelle la prédiction est rendue difficile par la sensibilité du système aux conditions initiales. Une petite perturbation sur les conditions initiales d’un système peut avoir de grands effets à long terme sur sa trajectoire temporelle.

Cette idée simple a été introduite par les mathématiciens français comme Hadamard et Henri Poincaré en étudiant les systèmes dynamiques où le temps joue un rôle prépondérant. Ainsi pour Poincaré le hasard et le déterminisme sont rendus compatibles par l’imprédictibilité à long terme. Dans son style concis et précis voici comment il exprime la chose: «Une cause est très petite, qui nous échappe, détermine un effet considérable que nous ne pouvons pas ne pas voir, et alors nous disons que cet effet est dû au hasard.» Poincaré croyait au déterminisme et en même il savait que le hasard joue un grand rôle dans la vie de tous les jours. Il voulait trouver où le hasard avait sa source, sachant qu’à son époque on ignorait l’incertitude quantique. En tout cas il a compris qu’une description déterministe classique du monde pouvait donner lieu à une idéalisation probabiliste. Le mécanisme par lequel le hasard s’insinue dans le monde déterministe est celui de la dépendance sensitive aux conditions initiales.
Le problème de la sensibilité aux conditions initiales.

Pour comprendre cette histoire de dépendance sensitive aux conditions initiales d’un système dynamique tel que la circulation atmosphère ou le système économique soumis à des chocs exogènes, nous devons au préalable préciser la notion de croissance exponentielle.

Commençons par l’histoire de l’inventeur du jeu d’échecs qui fait appel à une suite géométrique et donc à une croissance à taux constant. Au roi qui voulait le récompenser, ce sage avait demandé que l’on mette un grain de blé sur la première case de l’échiquier, deux sur la seconde, quatre sur la troisième, et ainsi de suite en doublant le nombre de grains de blé à chaque case. Le Roi pensa d’abord que c’était là une récompense fort modeste et il ne s’est pas rendu compte que la quantité de blé est énorme, et que toute la production mondiale de blé, de 2015 par exemple, s’avère notoirement insuffisante pour la satisfaire. Ceci est facile à vérifier:

Si l’on double une quantité dix fois, on la multiplie par 1024 (2 puissance 10=1024), en vingt fois, on la multiplie par plus d’un million, et cetera… Quand une quantité croît de manière à doubler au bout d’un certain temps, puis qu’elle double de nouveau après le même intervalle de temps, et ainsi de suite, on dit que cette quantité croît exponentiellement, donc elle devient énorme. On en présence d’une situation de croissance exponentielle ou d’une croissance à taux constant.

Par exemple si je dépose 1000 euros à la banque à un taux de 5%, la somme doublera en un peu plus de 14 ans en résolvant l’équation suivante: 1000(1,05) puissance t = 2000, à condition de négliger les impôts et l’inflation! Notons que ce type de croissance s’observe dans le monde qui nous entoure, mais il ne dure pas très longtemps.

A présent nous allons utiliser l’exemple du crayon en équilibre pour illustrer la croissance exponentielle et montrer le rôle de la dépendance sensitive aux conditions initiales. Essayons de mettre un crayon en équilibre sur sa pointe; bien entendu nous n’y arriverons pas à moins de tricher. En effet le crayon n’est jamais lâché en équilibre, toute déviation le fera tomber d’un côté ou de l’autre. Les lois de la mécanique classique suggèrent que la chute du crayon s’effectue à un rythme exponentiel. Ainsi la déviation du crayon par rapport à sa position d’équilibre sera multipliée par 2 dans un certain intervalle de temps, puis par 2 de nouveau dans l’intervalle de temps suivant, et ainsi de suite, et bientôt le crayon se trouvera allongé au sol tel un gisant!

Cet exemple a moins la vertu de nous donner une illustration de la dépendance sensitive aux conditions initiales. En clair, un petit changement dans l’état du système à l’instant zéro (changement dans la position et la vitesse initiales du crayon) produit un changement ultérieur qui croît au fil du temps à un rythme exponentiel. Ainsi une petite cause telle que pousser le crayon à droite ou à gauche a un grand effet. Il importe de remarquer que quel que soit l’état du système au temps zéro, si l’on pousse un peu à droite ou à gauche, il en résultera des effets importants à long terme. Certes c’est contre-intuitif et il a fallu un certain temps aux mathématiciens et aux physiciens pour bien comprendre le mécanisme du chaos, et donc l’évolution temporelle d’un système intervenant dans un contexte purement déterministe.

Nous allons maintenant discuter l’exemple d’un jeu de billard avec des obstacles convexes en négligeant les frottements. Nous nous intéressons à la trajectoire décrite par le mouvement du centre de gravité de la boule de billard. En l’absence de toute collision, ce mouvement est rectiligne et uniforme. En revanche quand la boule heurte un obstacle, tout se passe comme si le centre de la boule était réfléchi par un obstacle plus grand. La trajectoire du centre de la boule est réfléchie précisément de la même manière qu’un rayon lumineux est réfléchi par un miroir. Cette analogie du miroir va nous permettre de comprendre le changement des conditions initiales dans le cas d’un jeu de billard.

Sur une table de billard supposons que nous avons une boule réelle et une boule imaginaire initialement au même endroit. On pousse simultanément les deux boules dans les deux directions légèrement différentes, mais avec la même vitesse. Les trajectoires des deux boules forment un certain angle que nous appelons alpha. Nous constatons que la distance entre les deux boules sera proportionnelle au temps, mais cette croissance proportionnelle n’est pas l’explosive croissance exponentielle. En effet, si le centre de la boule réelle et le centre de la boule imaginaire ont, après une seconde, une distance d’un micron, leur distance après 20 secondes ne sera que de 20 microns, autrement dit l’écart reste petit. D’autre part une réflexion sur le bord droit de la table n’apporte aucune modification à l’angle, cela veut dire que les trajectoires réfléchies forment le même angle alpha que précédemment. Par conséquent la distance entre la boule réelle et la boule imaginaire reste proportionnelle au temps ( on a le même effet qu ‘avec la réflexion de la lumière sur un miroir droit).

Intéressons-nous à présent aux collisions des boules avec les obstacles convexes de la table de billard. Ces obstacles ronds vont jouer le rôle des miroirs convexes. En effet on sait que les images réfléchies par un miroir convexe sont différentes de celles réfléchies par un miroir droit. Dans le cas de notre table de billard, initialement les deux boules forment un angle alpha, nous avons dit que cet angle ne change pas par réflexion sur un bord droit de la table de billard. Mais après un choc contre un obstacle convexe ou rond, les trajectoires divergent et forment un angle alpha prime qui est le double de l’angle initial alpha. Après un nouveau choc contre un obstacle rond, les trajectoires divergeront avec un angle 4 alpha. Après 10 chocs, l’angle sera multiplié par 1024 ( 2 puissance 10), et ainsi de suite. Si nous avons un choc par seconde, l’angle entre les trajectoires de la boule réelle et de la boule imaginaire va croître exponentiellement avec le temps. La distance entre les deux boules croîtra aussi exponentiellement avec le temps. Ainsi nous avons une sensibilité du système aux conditions initiales. En raison de cette incertitude sur l’état initial et des heurts avec les obstacles les deux mouvements n’ont plus rien à voir l’un avec l’autre.

En résumé on est en présence du chaos quand un peu d’incertitude initiale conduit à l’imprédictibilité à long terme du futur du système. En réalité beaucoup de systèmes dynamiques ont un comportement mixte où la prédiction est possible pour certaines conditions initiales, mais pas pour d’autres. Dans les systèmes complexes, l’évolution temporelle est irréversible en raison de l’entropie qui croît au cours du temps, et nous avons là une sensibilité du système aux conditions initiales. C’est cette condition qui semble être à l’origine du désordre et donc de l’impossibilité de formuler des prédictions fiables à long terme. Une petite cause peut avoir de grands effets au fur et à mesure le temps passe. C’est pourquoi l’effet papillon peut expliquer certains phénomènes complexes tels que la convection atmosphérique ou les évolutions historiques en rendant impossible l’éternel retour qui est censé se produire dans les systèmes simples.

Share this:

Publier un articleTwitterFacebook83ImprimerEmailGoogleTumblrPinterestLinkedInRedditPocket

Sur le même thème

La Nouvelle Ere, de l’Oeuvre au Noir au Satanisme. Par Bruno BertezDans « Autres articles »

D’une Bourgeoisie Internationale à une bourgeoisie Transnationale Par Prof Robinson et Harris 3/12Dans « Autres articles »

Les dettes ont explosé depuis les subprimes… Liliane Held-KhawamDans « Autres articles »
Cette entrée a été publiée dans Autres articles. Bookmarquez ce permalien.
Navigation des articles
← Nous avons besoin d’une presse indépendante de la haute finance. Liliane Held-Khawam. Interview de Elise Lucet
Une réflexion sur “Agir dans le chaos.Dossier”

Par défaut

EDA, Eglise d’Asie – Agence d’information des Missions étrangères de Paris → L’Eglise catholique déplore l’exécution d’une employée domestique philippine au Koweït-« La religion de pais et d’amour » a encore frappé chez les richards

EDA, Eglise d’Asie – Agence d’information des Missions étrangères de Paris

→ L’Eglise catholique déplore l’exécution d’une employée domestique philippine au Koweït

Asie du Nord-EstAsie du Nord-Est
Asie du Sud-EstAsie du Sud-Est
Birmanie / Myanmar
Brunei
Cambodge
Indonésie
Laos
Malaisie
Philippines
Singapour
Thailande
Timor-Oriental
Vietnam
Asie du SudAsie du Sud
Asie centraleAsie centrale
De divers horizonsDe divers horizons

Rechercher
Par mots clés : Rechercher :
Par pays : Rechercher :
Par date :
/ /
Rechercher :
Par mois :
/
Rechercher :
Recevoir gratuitement nos dépêches
Asie du Sud-Est –
Imprimer
L’Eglise catholique déplore l’exécution d’une employée domestique philippine au Koweït
L’Eglise catholique déplore l’exécution d’une employée domestique philippine au Koweït

31/01/2017

« La Conférence des évêques catholiques des Philippines exprime ses sincères condoléances à la famille de la regrettée Jakatia Pawa, notre concitoyenne philippine qui a été exécutée au Koweït », a déclaré Mgr Socrates Villegas, …

… président de la CBCP, au nom de la Conférence épiscopale philippine. Exécutée le 25 janvier 2017, à l’âge de 44 ans, Jakatia Pawa exerçait comme employée domestique au sud de Koweit City, dans le district d’al-Qurain, avant d’être accusée du meurtre de la fille de sa patronne.

Selon un communiqué de la sénatrice philippine Cynthia Villar, publié sur le site d’information philippin Rappler, l’employée domestique a été jugée coupable, en 2008, du meurtre de la jeune fille de 22 ans, tuée de plusieurs coups de couteau durant son sommeil, le 14 mai 2007. Selon Cynthia Villar, l’ADN retrouvée sur l’arme du crime ne correspondait pourtant pas à celle de Jakatia Pawa, qui a clamé son innocence jusqu’à son dernier souffle. En 2010, le vice-président du Sénat, Noli de Castro, s’était rendu au Koweït pour défendre le cas de Jakatia Pawa, afin que la peine capitale ne soit pas appliquée, mais sans succès. La famille de la victime koweitienne a ensuite refusé les compensations financières proposées par la famille Pawa, et l’exécution de Jakatia Pawa a alors été programmée rapidement.

Originaire de Zamboanga, ville située sur l’île de Mindanao, au sud de l’archipel philippin, Jakatia était mère de deux enfants, âgés de 16 et 18 ans. Bien que diplômée d’un premier cycle universitaire en banque et finance, Jakatia avait dû, comme des dizaines de milliers de Philippins, quitter son pays pour travailler comme employée domestique à l’étranger, afin de subvenir aux besoins de sa famille.

carte zamboanga.jpg

« Nous devons agir. La vie a du prix et compte. Le gouvernement ne devrait pas sous-estimer la valeur de la vie », a déclaré Mgr Ruperto Santos, évêque de Balanga, en charge de la Commission épiscopale pour les migrants et les gens du voyage. « J’appelle le gouvernement actuel à agir rapidement et avec fermeté au sujet des autres Philippins emprisonnés à l’étranger », et à ne pas rétablir la peine de mort qui « lui ferait perdre son autorité morale et légale », lorsqu’il demanderait la clémence aux pays concernés.

Un appel à rejeter la peine de mort

Pour les évêques catholiques philippins, « le fait que Jakatia ait clamé son innocence jusqu’au bout souligne l’horreur de la peine de mort. La tristesse que nous éprouvons au sujet de sa mort devrait tous nous mobiliser contre la peine capitale », ont-ils ajouté. Rodrigo Duterte, président des Philippines au pouvoir depuis juin 2017, a en effet promis de rétablir la peine de mort, abolie depuis 2006. La coalition du gouvernement Duterte, qui domine à la Chambre des représentants, espère réunir suffisamment de voix pour faire passer ce projet de loi, actuellement en discussion au Congrès philippin. Ces jours-ci, contre toute attente, le gouvernement philippin a annoncé qu’il suspendait sa guerre anti-drogue. Effet d’annonce ou tactique politicienne pour rallier suffisamment de voix et faire passer plus facilement le retour de la peine capitale ? Difficile de se prononcer pour l’instant.

Dans un communiqué daté du 30 janvier, la CBCP a tenu à réitérer son opposition à la peine capitale. « Nous regrettons ces efforts acharnés visant à rétablir la peine de mort. Même si les crimes commis sont odieux, personne n’est exclu d’une possible rédemption, et nous n’avons pas le droit de renoncer. Lorsque nous condamnons la violence, nous ne pouvons, à notre tour, commettre cette violence, et lorsque nous nous insurgeons contre des meurtres, nous ne pouvons nous-mêmes participer à ces assassinats, même s’ils sont prévus légalement par le piège d’un système judiciaire. A travers le monde, la tendance actuelle est au recul et les conventions internationales signées par les Philippines nous obligent à ne pas rétablir la peine capitale. Nous appelons le gouvernement philippin à devenir le défenseur de la vie de tous ! », déclarent avec force les évêques catholiques philippins.

(eda/nfb)
Copyright

Légende photo : La Philippine Jakatia Kawa a été exécutée au Koweït le 25 janvier 2017.
(Migrant International Facebook page)

Mots Clés
Aceh Asie BJP Badjao Bajau Bajo Bangladesh Birmanie Chine Conférence Corée du Nord Corée du Sud Dadri Deepak Metha Eglise Esprit Saint Guwahati, Assam, Arunachal Pradesh, Manipur, Meghalaya, Mizoram, Nagaland et Tripura. Hanawon Iligan Inde Indonésie Japon Jung Jin-heon Malaisie Mgr Thomas Menamparampil, Northeast Peace Team, Nord-est de l’Inde,Berghof Foundation, Michel Chambon Mongolie Nagasaki Narendra Modi Népal Philippines SRI LANKA Shiv Nadar Singkil Synode Takami Thanksgiving Uttar Pradesh Vache sacrée Vietnam Ye Xiaowen, corruption, Tibet, Dalai Lama, tibétains, Ye Xiaowen , Zhu Weiqin , weibo, bouddha vivant, Global Times aborigène agnès simon-perret catholique christianisme chrétien décret de 2006 famille hindou hindouisme hindutva islam liberté religieuse lieu de culte mariage migrant mission missionnaire musulman non-chrétien permis de construire protestant protestantisme réfugié spiritaine sumatra sumatra-nord viande bovine église évangélisation

e

[ Portail des MEP ] [ Archives des MEP ] [ Animation ] [ Vocations ] [ Volontariat ] [ Eglises d’Asie ] [ Librairie asiatique ]

Agence d’information des Missions Etrangères de Paris – 128 rue du Bac 75007 Paris – 01 44 39 10 63

Contact – Plan du site – Signaler un problème technique – Mentions légales – Copyright – Aide à la navigation – Connexion

Par défaut

Paul Craig Roberts : Another Goldman Sachs Administration?-l’inéperience de Trompe-la-mort risque de lui jouer un sale tour:GS n’est qu’un ramassisde ruffians qui ont mis les Etats-Désunis et l’UE à genoux

Paul Craig Roberts

Another Goldman Sachs Administration?
January 31, 2017 | Categories: Guest Contributions | Tags: | Print This Article Print This Article

Another Goldman Sachs Administration?

Nomi Prins says that based on the past history of Goldman Sachs executives in public service, President Trump’s appointment of Goldman Sachs alumni Steven Mnuchin and Gary Cohn means that the one percent of the one percent will continue to feast on the rest of us.

The Goldman Sachs Effect
How a Bank Conquered Washington
By Nomi Prins

Irony isn’t a concept with which President Donald J. Trump is familiar. In his Inaugural Address, having nominated the wealthiest cabinet in American history, he proclaimed, “For too long, a small group in our nation’s capital has reaped the rewards of government while the people have borne the cost. Washington flourished — but the people did not share in its wealth.” Under Trump, an even smaller group will flourish — in particular, a cadre of former Goldman Sachs executives. To put the matter bluntly, two of them (along with the Federal Reserve) are likely to control our economy and financial system in the years to come.

Infusing Washington with Goldman alums isn’t exactly an original idea. Three of the last four presidents, including The Donald, have handed the wheel of the U.S. economy to ex-Goldmanites. But in true Trumpian style, after attacking Hillary Clinton for her Goldman ties, he wasn’t satisfied to do just that. He had to do it bigger and better. Unlike Bill Clinton and George W. Bush, just a sole Goldman figure lording it over economic policy wasn’t enough for him. Only two would do.

The Great Vampire Squid Revisited
Whether you voted for or against Donald Trump, whether you’re gearing up for the revolution or waiting for his next tweet to drop, rest assured that, in the years to come, the ideology that matters most won’t be that of the “forgotten” Americans of his Inaugural Address. It will be that of Goldman Sachs and it will dominate the domestic economy and, by extension, the global one.

At the dawn of the twentieth century, when President Teddy Roosevelt governed the country on a platform of trust busting aimed at reducing corporate power, even he could not bring himself to bust up the banks. That was a mistake born of his collaboration with the financier J.P. Morgan to mitigate the effects of the Bank Panic of 1907. Roosevelt feared that if he didn’t enlist the influence of the country’s major banker, the crisis would be even longer and more disastrous. It’s an error he might not have made had he foreseen the effect that one particular investment bank would have on America’s economy and political system.

There have been hundreds of articles written about the “world’s most powerful investment bank,” or as journalist Matt Taibbi famously called it back in 2010, the “great vampire squid.” That squid is now about to wrap its tentacles around our world in a way previously not imagined by Bill Clinton or George W. Bush.

No less than six Trump administration appointments already hail from that single banking outfit. Of those, two will impact your life strikingly: former Goldman partner and soon-to-be Treasury Secretary Steven Mnuchin and incoming top economic adviser and National Economic Council Chair Gary Cohn, former president and “number two” at Goldman. (The Council he will head has been responsible for “policy-making for domestic and international economic issues.”)

Now, let’s take a step into history to get the full Monty on why this matters more than you might imagine. In New York, circa 1932, then-Governor Franklin Delano Roosevelt announced his bid for the presidency. At the time, our nation was in the throes of the Great Depression. Goldman Sachs had, in fact, been one of the banks at the core of the infamous crash of 1929 that crippled the financial system and nearly destroyed the economy. It was then run by a dynamic figure, Sidney Weinberg, dubbed “the Politician” by Roosevelt because of his smooth tongue and “Mr. Wall Street” by the New York Times because of his range of connections there. Weinberg quickly grasped that, to have a chance of redeeming his firm’s reputation from the ashes of public opinion, he would need to aim high indeed. So he made himself indispensable to Roosevelt’s campaign for the presidency, soon embedding himself on the Democratic National Campaign Executive Committee.

After victory, he was not forgotten. FDR named him to the Business Advisory Council of the Department of Commerce, even as he continued to run Goldman Sachs. He would, in fact, go on to serve as an advisor to five more presidents, while Goldman would be transformed from a boutique banking operation into a global leviathan with a direct phone line to whichever president held office and a permanent seat at the table in political and financial Washington.

Now, let’s jump forward to the 1990s when Robert Rubin, co-chairman of Goldman Sachs, took a page from Weinberg’s playbook. He recognized the potential in a young, charismatic governor from Arkansas with a favorable attitude toward banks. Since Bill Clinton was far less well known than FDR had been, Rubin didn’t actually cozy up to him from the get-go. It was another Goldman Sachs executive, Ken Brody, who introduced them, but Rubin would eventually help Clinton gain Wall Street cred and the kind of funding that would make his successful 1992 run for the presidency possible. Those were favors that the new president wouldn’t forget. As a reward, and because he felt comfortable with Rubin’s economic philosophy, Clinton created a special post just for him: first chair of the new National Economic Council.

It was then only a matter of time until he was elevated to Treasury Secretary. In that position, he would accomplish something Ronald Reagan — the first president to appoint a Treasury Secretary directly from Wall Street (former CEO of Merrill Lynch Donald Regan) — and George H.W. Bush failed to do. He would get the Glass-Steagall Act of 1933 repealed by hustling President Clinton into backing such a move. FDR had signed the act in order to separate investment banks from commercial banks, ensuring that risky and speculative banking practices would not be funded with the deposits of hard-working Americans. The act did what it was intended to do. It inoculated the nation against the previously reckless behavior of its biggest banks.

Rubin, who had left government service six months earlier, wasn’t even in Washington when, on November 12, 1999, Clinton signed the Gramm-Leach-Bliley Act that repealed Glass-Steagall. He had, however, become a board member of Citigroup, one of the key beneficiaries of that repeal, about two weeks earlier.

As Treasury Secretary, Rubin also helped craft the North American Free Trade Agreement (NAFTA). He subsequently convinced both President Clinton and Congress to raid U.S. taxpayer coffers to “help” Mexico when its banking system and peso crashed thanks to NAFTA. In reality, of course, he was lending a hand to American banks with exposure in Mexico. The subsequent $25 billion bailout would protect Goldman Sachs, as well as other big Wall Street banks, from losing boatloads of money. Think of it as a test run for the great bailout of 2008.

A World Made by and for Goldman Sachs
Moving on to more recent history, consider a moment when yet another Goldmanite was at the helm of the economy. From 1970 to 1973, Henry (“Hank”) Paulson had worked in various positions in the Nixon administration. In 1974, he joined Goldman Sachs, becoming its chairman and CEO in 1999. I was at Goldman at the time. (I left in 2002.) I remember the constant internal chatter about whether an investment bank like Goldman could continue to compete against the super banks that the Glass-Steagall repeal had created. The buzz was that if Goldman and similar investment banks were allowed to borrow more against their assets (“leverage themselves” in banking-speak), they wouldn’t need to use individual deposits as collateral for their riskier deals.

In 2004, Paulson helped convince the Securities and Exchange Commission (SEC) to change its regulations so that investment banks could operate as if they had the kind of collateral or backing for their trades that goliaths like Citigroup and JPMorgan Chase had. As a result, Goldman Sachs, Lehman Brothers, and Bear Stearns, to name three that would become notorious in the economic meltdown only four years later (and all ones for which I once worked) promptly leveraged themselves to the hilt. As they were doing so, George W. Bush made Paulson his third and final Treasury Secretary. In that capacity, Paulson managed to completely ignore the crisis brewing as a direct result of the repeal of Glass-Steagall, the one I predicted was coming in Other People’s Money, the book I wrote when I left Goldman.

In 2006, Paulson was questioned on his obvious conflicts of interest and responded, “Conflicts are a fact of life in many, if not most, institutions, ranging from the political arena and government to media and industry. The key is how we manage them.” At the time, I wrote, “The question isn’t how it’s a conflict of interest for Paulson to preside over our country’s economy but how it’s not?” For men like Paulson, after all, such conflicts don’t just involve their business holdings. They also involve the ideology associated with those holdings, which for him at that time came down to a deep belief in pursuing the full-scale deregulation of banking.

Paulson was, of course, Treasury Secretary for the period in which the 2008 financial crisis was brewing and then erupted. When it happened, he was the one who got to decide which banks survived and which died. Under his ministrations, Lehman Brothers died; Bear Stearns was given to JPMorgan Chase (along with plenty of government financial support); and you won’t be surprised to learn that Goldman Sachs thrived. While designing that outcome under the pressure of the moment, Paulson pled with Nancy Pelosi to press the Democrats in the House of Representatives to support a staggering $700 billion bailout. All those taxpayer dollars went with the 2008 Emergency Financial Stability Act that would save the banking system (under the auspices of saving the economy) and leave it resplendently triumphant, bonuses included), even as foreclosures rose by 21% the following year.
Once again, it was a world made by and for Goldman Sachs.

Goldman Back in the (White) House
Running for office as an outsider is one thing. Instantly inviting Wall Street into that office once you arrive is another. Now, it seems that Donald Trump is bringing us the newest chapter in the long-running White House-Goldman Sachs saga. And count on Steven Mnuchin and Gary Cohn to offer a few fresh wrinkles on that old alliance.

Cohn was one of the partners who ran the Fixed Income, Currency and Commodity (FICC) division of Goldman. It was the one that benefited the most from leverage, trading, and the complexity of Wall Street’s financial concoctions like collateralized debt obligations (CDOs) stuffed with derivatives attached to subprime mortgages. You could say, it was leverage that helped propel Cohn up the Goldman food chain.

Steven Mnuchin has proven particularly adept at understanding such concoctions. He left Goldman in 2002. In 2004, with two other ex-Goldman partners, he formed the hedge fund Dune Capital Management. In the wake of the 2008 financial crisis, Dune went shopping, as Wall Street likes to do, for cheap buys it could convert into big profits. Mnuchin and his pals found the perfect prey in a Pasadena-based bank, IndyMac, that had failed in July 2008 before the financial crisis kicked into high gear, and had been seized by the Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC). They would pick up its assets on the cheap.

At his confirmation hearings, Mnuchin downplayed his role in throwing homeowners (including members of the military) out of their heavily mortgaged homes as a result of that purchase. He cast himself instead as a genuine hero, the guy who convened a cadre of financial sharks to help, not harm, the bank’s customers who, without their benevolence, would have fared so much worse. He looked deeply earnest as he spoke of his role as the savior of the common — or perhaps in the age of Trump “forgotten” — man and woman. Maybe he even believed it.

But the philosophy of swooping in, attacking an IndyMac-like target of opportunity and converting it into a fortune for himself (and problems for everyone else), has been a hallmark of his career. To transfer this version of over-amped 1% opportunism to the halls of political power is certainly a new definition of, in Trumpian terms, giving the government back to “the people.” Perhaps what our new president meant was “the people at Goldman Sachs.” Think of it, in any case, as the supercharging of a vulture mentality in a designer suit, the very attitude that once fueled the rise to power of Goldman Sachs.

Mnuchin repeatedly blamed the FDIC and other government agencies for not helping him help homeowners. “In the press it has been said that I ran a ‘foreclosure machine,’” he said, “On the contrary, I was committed to loan modifications intended to stop foreclosures. I ran a ‘Loan Modification Machine.’ Whenever we could do loan modifications we did them, but many times, the FDIC, FNMA, FHLMC, and bank trustees imposed strict rules governing the processing of these loans.” Nothing, that is, was or ever is his fault — reflecting his inability to take the slightest responsibility for his undeniable role in kicking people out of their homes when they could have remained. It’s undoubtedly the perfect trait for a Treasury secretary in a government of the 1% of the 1%.

Mnuchin also blamed the Federal Reserve for suggesting that the Volcker Rule — part of the Dodd-Frank Act of 2010 designed to limit risky trading activities — was harming bank liquidity and could be a problem. The way he did that was typically slick. He claimed to support the Volcker Rule, even as he underscored the Fed’s concern with it. In this way, he managed both to make himself look squeaky clean and very publicly open the door to a possible Trumpian “revision” of that rule that would be aimed at weakening its intent and once again deregulating bank trading activities.

Similarly, at those confirmation hearings he said (as Trump had previously) that we needed to help community banks compete against the bigger ones through less onerous regulations. Even though this may indeed be true, it is also guaranteed to be another bait-and-switch move likely to lead to the deregulation of the big banks, too, ultimately rendering them even bigger and more dangerous not just to those community banks but to all of us.

Indeed, any proposition to reduce the size of big banks was sidestepped. Although Mnuchin did say that four monster banks shouldn’t run the country, he didn’t say that they should be broken up. He won’t. Nor will Cohn. In response to a question from Democratic Senator Maria Cantwell, he added, “No, I don’t support going back to Glass-Steagall as is. What we’ve talked about with the president-elect is that perhaps we need a twenty-first-century Glass-Steagall. But, no I don’t support taking a very old law and saying we should adhere to it as is.”

So, although the reinstatement of Glass-Steagall was part of the 2016 Republican election platform, it’s likely to prove just another of Trump’s many tactics to gain votes — in this case, from Bernie Sanders supporters and libertarians who see too-big-to-fail institutions and a big-bank bailout policy as wrong and dangerous. Rest assured, though, Mnuchin and his Goldman Sachs pals will allow the largest Wall Street players to remain as virulent and parasitic as they are now, if not more so.

Goldman itself just announced that it was the world’s top merger and acquisitions adviser for the sixth consecutive year. In other words, the real deal-maker isn’t the former ruler of The Celebrity Apprentice, but Goldman Sachs. The government might change, but Goldman stays the same. And the traffic pile up of Goldman personalities in Trump’s corner made their fortunes doing deals — and not the kind that benefited the public either.

A former Goldman colleague recently asked me whether it was just possible that Mnuchin was a good person. I can’t answer that. It’s something only he knows for sure. But no matter how earnest or sympathetic to the little guy he tried to be before that Senate confirmation committee, I do know one thing: he’s also a shark. And sharks do what they’re best at and what’s best for them. They smell blood in the water and go in for the kill. Think of it as the Goldman Sachs effect. In the waters of the Trump-Goldman era, don’t doubt for a second that the blood will be our own.

This article is reproduced by permission of the author. It orignially appeared on TomDispatch http://www.tomdispatch.com/post/176236/tomgram:_nomi_prins,_goldmanizing_donald_trump/

Share
8
Dr. Paul Craig Roberts was Assistant Secretary of the Treasury for Economic Policy and associate editor of the Wall Street Journal. He was columnist for Business Week, Scripps Howard News Service, and Creators Syndicate. He has had many university appointments. His internet columns have attracted a worldwide following. Roberts’ latest books are The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West, How America Was Lost, and The Neoconservative Threat to World Order.
Newsletter Notifications Signup Form
More from Guest Contributions ↓

The Neoconservative Threat to World Order

PAPERBACK & EBOOK EDITIONS

How America Was Lost

PAPERBACK EDITION

EBOOK EDITION

*NEW* AUDIOBOOK EDITION
The_Failure_of_Laissez_Faire_Capitalism_052713-400×600

Aleksandr Solzhenitsyn (1)

Par défaut