World War III -Economy & Markets

World War III

Economy & Markets

This $25 Trillion Bubble is About to Burst

The investment that triggered The Great Depression is at it again. And unfortunately, it’s sitting in the portfolios of 81% of retirees over 65. It’s not stocks or bonds, but they will both crash when its bubble bursts. Here’s proof…
ECONOMY & MARKETS | January 31, 2017
It’s Coming…
Are You Prepared?
By Adam O’Dell, CMT, Chief Investment Strategist, Dent Research

Dear Subscriber,

“World War III” has been mentioned recently by both President Donald Trump and former Soviet leader, Mikhail Gorbachev.

That’s pretty frightening, if you ask me!

Mr. Gorbachev of course knows a thing or two about nuclear war. Between 1986 and 1988, he and U.S. President Ronald Reagan reached agreements to reduce each side’s cache of nuclear missiles. Shortly after, in 1991, the Soviet Union dissolved and the Cold War was ended – crisis averted!

Fast-forward 26 years and five U.S. presidents… and Mr. Gorbachev is once again worried. In an article he wrote for Time magazine, he said “It all looks as if the world is preparing for war… the nuclear threat once again seems real.”

And he makes no bones about who needs to step up (by stepping down) to stop it.

Speaking of his proposed UN Security Council resolution to guard against nuclear conflict, Gorbachev said: “I think the initiative should come from Donald Trump and Vladimir Putin – the presidents of two nations that hold over 90% of the world’s nuclear arsenals and therefore bear a special responsibility.”

Of course, neither Trump nor Putin seems to have any interest in reducing nuclear capability. Both have instead talked of strengthening their nuclear stances.

But I’m not here to talk geopolitics today.

I have my opinions, like everyone. And yes, I’m concerned about our future. But frankly, geopolitics is outside my wheelhouse of expertise. My guess at what could trigger the next global economic crisis – “World War III” or otherwise – is as good as anyone’s.

However, I DO know which investment strategy I’ll be going to war with… whenever, and wherever, calamity strikes.

Our Beta Testers Proved You Could’ve More Than Doubled Your Money (113%) In Just 3 Days

You could’ve jumped 94% in just two days. If you could use some big wins right about now, like in the next four days, you can get full details on our new system here.

That strategy is… trend-following!

Long-time readers know well my love affair with trend-following. I’ve written and talked about it for five years now. The trend-following philosophy underpins my Cycle 9 Alert service, which I’ve been running successfully since 2012. And I’ve incorporated trend-following principles into my latest market-timing model, which I’m currently sharing with early-access subscribers to my new service, Project V.

But the reason I’m talking about trend-following today – alongside warnings of “World War III” – is that it’s the ONLY strategy proven to provide protection (and profits) during times of extreme crisis.

And here’s the chart that proves it…

See larger image

I’ve shown this chart before. It comes from an AQR white paper titled, A Century of Evidence on Trend-Following Investing. And it could be the only chart you need to consider, if you have some degree of suspicion that trouble lies ahead.

The chart shows the 10 worst performance periods for a conventional “60/40” portfolio (60% stocks; 40% bonds). The drawdowns of that 60/40 portfolio are shown above in purple.

As you can see, each of those periods of sharply negative performance coincided with notable financial or geopolitical events.

World War I…

The Great Depression…

Stagflation…

The oil crisis…

The dot.com bubble…

The Great Financial Crisis…

Each of these major world events triggered significant losses in most investors’ portfolios – even the “conservative” portfolios that dutifully held 40% in bonds.

In contrast, the diversified trend-following strategy was not only immune to each crisis, it was able to provide strongly positive returns – acting as the perfect “crisis hedge” to traditional stocks-and-bonds portfolios.

During World War I, the 60/40 portfolio was down… and trend-following was up.

The same thing happened during the most recent Global Financial Crisis.

The trend-following strategy’s ability to provide strongly positive gains during times of crisis is perhaps its most notable and persistent feature.

Kathryn Kaminski – MIT Ph.D. and trend-following expert – coined the term “crisis alpha,” to describe the profit potential that trend-following uniquely provides during major, lasting crises.

Given the fact that the trend-following strategy has a 100-plus year track record of positive returns… and given it’s one of the only strategies I know that performs best in times of crisis… I’m convinced that a trend-following investment strategy will be the only place to hide during the next global crisis – whether that comes from a Chinese “hard landing,” a demographics-driven depression, or a nuclear-inspired “World War III.”

If you’re not a subscriber to Cycle 9 Alert or Project V, then another way to invest in a trend-following strategy is through a managed-futures mutual fund. The Guggenheim Managed Futures Strategy Fund (Nasdaq: RYMFX) is one of the biggest and longest-running funds readily available to retail investors.

But if you’re looking for a more hands-on approach, consider joining my Cycle 9 Alert service. My unique, sector-based approach to trend-following has worked quite well over the last five years. And since it’s built on the foundation of trend-following, I consider Cycle 9 Alert a “crisis-ready” strategy that’s a must-have in today’s tumultuous times.

To good profits,

Adam

Subscribe to Our Premium Monthly Newsletter

Will you be one of the millions of Americans devastated by the coming safe asset slaughter? As a subscriber to Boom & Bust, Harry Dent, Rodney Johnson and Adam O’Dell will make sure you’re not. In fact, they’ll help you profit from the chaos that lies ahead.
Subscribe Now!
STAY CONNECTED
facebook YouTube Google Plus Twitter

Economy & Markets: You are receiving this e-mail as a part of your free subscription to the Economy & Markets E-Letter.

As an Economy & Markets Daily subscriber, you’re eligible for the full details on Harry Dent’s most disturbing prediction in years. To uncover which one of the market’s safest and most popular investments is about to get slaughtered, click here now to view his presentation.

Remove your email from this list: click here

To cancel by mail or for any other subscription issues, write us at:
Dent Research | Attn: Member Services | 819 North Charles Street | Baltimore MD, 21201 | Phone: 888-211-2215 | Fax: 410-223-2682
Website: http://www.dentresearch.com | Privacy Policy: http://www.dentresearch.com/Privacy-Policy

LEGAL NOTICE: Protected by copyright laws of the United States and international treaties. This e-letter may only be used pursuant to the subscription agreement and any reproduction, copying, or redistribution (electronic or otherwise, including on the worldwide web), in whole or in part, is strictly prohibited without the express written permission of Charles Street Publishing.

This work is based on SEC filings, current events, interviews, corporate press releases and what we’ve learned as financial journalists. It may contain errors and you shouldn’t make any investment decision based solely on what you read here. It’s your money and your responsibility. The information herein is not intended to be personal legal or investment advice and may not be appropriate or applicable for all readers. If personal advice is needed, the services of a qualified legal, investment or tax professional should be sought. We expressly forbid our writers from having a financial interest in any security recommended to our readers. All of our employees and agents must wait 24 hours after on-line publication or 72 hours after the mailing of printed-only publication prior to following an initial recommendation.

Par défaut

Convivium : Canada’s Premier Hub For Faith In Common Life – Facing Quebec’s Religion Problem

Convivium

Canada’s Premier Hub For Faith In Common Life

Facing Quebec’s Religion Problem
The shock wave from the Quebec City mosque tragedy might at last jar loose public recognition of what Quebecers themselves privately know: Quebec has a religion problem. Or perhaps better, Quebec has problems with religion.
Janet Epp Buckingham
January 31, 2017
Facing Quebec’s Religion Problem January 31, 2017 | By Janet Epp Buckingham
Like Convivium? Subscribe to Convivium Weekly, our free weekly email newsletter.

It’s impossible at this early stage to know the cause of the horrifying murder and wounding of Muslims in a Quebec City mosque this week. We may never truly understand what spurred the shootings, which violate the deepest values of Canadians within and outside Quebec.

It would be unreasonable, if not irresponsible, to suggest Quebec as a society, and Quebecers as citizens, bear responsibility for this individual act. I do not say it now, and would never say it.
Related Stories
Impolite Canadian Conversations
PQ Lite
Fighting Over God

That said, the shock wave from the tragedy might at last jar loose public recognition of what Quebecers themselves privately know: Quebec has a religion problem. Or perhaps better, Quebec has problems with religion.

A decade ago, the Quebec government appointed a commission chaired by Gerard Bouchard and Charles Taylor to examine issues of “reasonable accommodation” of those of different cultures and faiths. The impetus was a number of high profile cases of Muslims and Orthodox Jews asking for accommodation in matters of religious diet and modesty.
Social hostility towards religious minorities is not new in Quebec.

The commission hearings occasioned, in some sectors of society, outpourings of hostility against religious minorities. The hostility was visceral enough that it led many Quebecers to acknowledge a deep vein of xenophobia in parts of their society.

The Bouchard Taylor Commission ultimately produced a report urging Quebeckers to learn to get along and reconcile differences through dialogue.

The Quebec government responded by developing a Quebec Charter of Values that would have prohibited the wearing of religious dress in a wide variety of areas. This further exacerbated religious tension. While the Charter did not pass as legislation, much to the relief of Quebecers such as Charles Taylor who led the fight against it, the anti-religious sentiment exploited social hostility.

Social hostility towards religious minorities is not new in Quebec. Back in the 1940s, Jehovah’s Witnesses were persecuted there. I am not one to overuse the word persecuted. But it is the only word to describe the Duplessis government’s treatment of Jehovah’s Witnesses.

In the 1940s, Quebec was a deeply Roman Catholic province. The Church controlled education, labour unions, hospitals and was influential in daily life. Jehovah’s Witnesses, at that time, were profoundly anti-Catholic. It was to be expected that their distribution of pamphlets labeling the Pope the Anti-Christ would be inflammatory.

In the mid 1940s, Premier Maurice Duplessis ordered police to arrest Jehovah’s Witnesses for distributing their literature. They were charged with seditious libel under the Criminal Code. Quebec courts agreed with this creative interpretation and hundreds of Witnesses were prosecuted. In 1946, Aimé Boucher successfully challenged this before the Supreme Court of Canada.

The Duplessis government then passed legislation allowing municipalities to restrict distribution of literature. When the Supreme Court of Canada struck down those bylaws, the Quebec government amended the law. Over an eight-year period, 1,500 Jehovah’s Witnesses were arrested.

Finally, Duplessis went too far. The premier personally ordered the liquor licence of restaurant owner Frank Roncarelli be revoked. Roncarelli was a Jehovah’s Witness and provided bail funds for many Jehovah’s Witnesses as they were arrested. Duplessis managed to put Roncarelli out of business. But Roncarelli brought a successful legal challenge against the premier, which ended the persecution.

Jehovah’s Witnesses were persecuted for more than a decade in Quebec. Prayer meetings were broken up. Literature was seized. Believers were arrested. While some Witnesses were arrested under federal criminal law, many others were arrested for breach of bylaws. Quebec has a history of using seemingly neutral bylaws to restrict unpopular religious groups.

The history of religious persecution in Quebec was formative for developing religious freedom prior to the 1982 Charter of Rights and Freedoms. In addition, Jehovah’s Witnesses lobbied and petitioned for a Bill of Rights. Pierre Trudeau said that living through Quebec’s persecution of Witnesses was one of his motivations for enacting the federal Charter.

Quebec’s restrictions on Jehovah’s Witnesses have not ended. Just over a decade ago, in 2004, a Jehovah’s Witness congregation won a case against the town of Lafontaine over building a house of worship. The municipality had a very small area of town that was zoned for houses of worship, and much of that was taken up by a public park. Basically, that left only two properties that could be used for a Kingdom Hall. The owner did not appear willing to sell.

The congregation tried buying other property, and requesting that it be re-zoned, but were denied. In desperation, they turned to the courts. While the Supreme Court of Canada ruled in their favour, it did not rule that Lafontaine was required to allow the congregation to build. The justices of the Supreme Court of Canada told the congregation to go back and make a formal offer to purchase the property where the owner had previously been unwilling to sell to them. It was a rather hollow victory.
With all eyes on Quebec, it is an important time for federal, provincial and municipal leaders to make it clear that discrimination against religious minorities is not acceptable.

Even over the last few months, the City of Montreal has been using bylaws to restrict two minority religions, Hassidic Jews and Muslims.

The City of Montreal passed a by-law in 2010 restricting building houses of worship. This poses few problems for Christians because Montreal is a city of churches, many of which have very small congregations. But growing religious minorities, such as Muslims, cannot build mosques for their worship.

A recent National Post article estimates that half the places of worship of religious minorities are illegal, in that they are not technically zoned as houses of worship. They might be technically “community centres” but function as mosques, synagogues or temples.

Last summer during Ramadan, it became evident from increased activity during this time of religious observance that some Islamic community centres were really houses of worship.

In the suburb of Outremont, a new by-law also restricts building new houses of worship. While the by-law looks neutral on its face, it is really targeted at the large Hassidic Jewish population. This religious minority is about 25 percent of the population and is continuing to grow. The only area zoned for new houses of worship is at some distance from where most Hasidim live. But because these Jews cannot drive on their day of worship, they cannot get to the location.

As a spokesman for the Outremont Jewish population said, “When they start oppressing the Jews, they go after the synagogues.”

With all eyes on Quebec, it is an important time for federal, provincial and municipal leaders to make it clear that discrimination against religious minorities is not acceptable. They must follow up their public statements with action. Regardless of their sincerity, tears of grief and solidarity in the wake of events such as this week’s murderous rampage are simply not enough.

Janet Epp Buckingham is a Senior Fellow at Cardus, a professor at Trinity Western University, and director of the Laurentian Leadership Centre in Ottawa.

Janet Epp Buckingham Twitter
Associate professor at Trinity Western University and the Director of the Laurentian Leadership Centre, an Ottawa-based, live-in, extension program focusing on leadership in public policy, business and communications. Dr.
YOU MAY ALSO ENJOY

Being a Christian in the World Today

Janet Epp Buckingham

It is dangerous to be a Christian in many parts of the world today, and it appears to be becoming more so. Not a day goes by that I don’t get a report about Christians being executed, facing imprisonment, or having to flee their homes in some part of the world.
Hard-Won Religious Freedom

Janet Epp Buckingham

Can’t begin to understand those who turn their backs on Canada to embrace the death cult of jihadi extremism,eg these 2 bit.ly/XswU8a — Jason Kenney (@kenneyjason) January 21, 2013 The prospect of having harboured terrorists can certainly take the wind out of your sails. With allegations from Algeria that Canadians were part of the band of Islamist militants who attacked a natural gas plant in Algeria, we find another welcome opportunity to check ourselves.
Prentice has mishandled gay-straight alliances

Peter Stockland

When the legal system becomes the automatic proxy for settling social contention, hurry up and wait becomes the order of the day

Par défaut

Conversation ouverte. 1 message non lu.

Aller au contenu
Utiliser Gmail avec un lecteur d’écran

Plus
1 sur 58

L’arène nue
Boîte de réception
x
L’arène nue Se désabonner

22:53 (Il y a 36 minutes)

À brandenburg.ol.
L’arène nue

« les gens s’abstiennent…. parce qu’ils estiment la démocratie ! » entretien avec Nicolas Framont

Posted: 31 Jan 2017 02:49 AM PST

Nicolas Framont est sociologue et enseignant à l’université Paris-Sorbonne. Il est l’auteur, avec Thomas Amadieu, de Les citoyens ont de bonnes raisons de ne pas voter (Le bord de l’eau, 2015), et co-dirige la revue Frustration.

Le présent entretien a été mené par Frédéric Farah.

***

Au début de votre ouvrage « les citoyens ont de bonnes raisons de ne pas voter », vous rappelez six fausses solutions proposées par la classe politique pour inviter à voter ou à limiter les effets de l’abstention : simplifier le vote, rendre le vote sexy, réenchanter l’action , faire de la pédagogie, culpabiliser, punir), le recours aux primaires dans les différents partis de droite ou de gauche peut-il constituer un recours efficace à la défiance des citoyens à l’égard de leurs élus ou au contraire n’est ce pas un énième leurre ?

C’est totalement un leurre en effet. D’abord parce que les primaires successives se sont avérées inefficaces pour lutter contre l’indifférence politique de la majorité des Français. Lors des primaires de droite et des deux primaires du Parti Socialiste, ce sont les citoyens de classe supérieures qui ont constitué la majeure partie des votants, tandis que les classes populaires ont été quasi absentes. Cela signifie que les primaires accentuent le biais sociologique déjà à l’œuvre dans les élections conventionnelles : leurs électeurs ne sont pas représentatifs des citoyens français, pas plus que ceux qui passent des soirées entières à les commenter. Ils sont en quelque sorte des grands électeurs qui permettent d’abord aux deux forces du bipartisme français déclinant de se redonner une légitimité par monopolisation du débat public et omniprésence médiatique. En faisant en quelque sorte « pré-élire » leur candidat, les Républicains et les Socialistes veulent accentuer leur poids électoral et utiliser ce succès pour revendiquer leur monopole sur la politique française. Sans compter la rentabilité financière d’une telle opération. Et pour finir, on ne peut guère dire que les primaires enrichissent la politique française : elles conduisent à la création d’écuries marketing autour des candidats, qui devient un produit dont on doit vendre les atouts, sans la moindre audace programmatique. Le fait que le « revenu universel » (qui ne l’est en réalité plus désormais) de Benoît Hamon passe pour un énorme pavé dans la marre en dit long sur le manque d’envergure idéologique des débats de primaire.

Que révèle selon vous l’abstentionnisme ? La défiance des français à l’égard de leur classe politique vous semble-t-elle justifiée ?

Dans notre livre, nous nous élevions contre les explications psychologisantes ou méprisantes de l’abstention : les gens s’abstiendraient parce qu’ils auraient la flemme et seraient obsédés par leur petite personne. C’est faux : nous vivons dans un pays où l’intérêt pour la politique et le débat d’idée est fort, et où l’on croit encore en l’importance de l’action publique. Et c’est sans doute pour ça que beaucoup s’abstiennent : quand on estime la démocratie, comment trouver un enjeu à voter quand cet acte se réduit de plus en plus souvent à un arbitrage entre candidats et partis qui n’ont pas de différences substantielles sur le plan idéologique ? Il faut être extrêmement tatillon ou chroniqueur sur BFM TV pour trouver qu’il y a un gouffre entre Alain Juppé et François Fillon ou entre eux et Emmanuel Macron. Tous sont imprégnés d’une idéologie libérale et individualiste, qui passe par la destruction progressive des conquêtes sociales du 20ème siècle, et ils sont des contempteurs béats de la mondialisation heureuse et d’une Union Européenne technocratisée. Tous rêvent d’un monde où la décision politique serait une affaire de « bonne gouvernance » en vue d’un projet d’accumulation de richesse inégalitaire. La lutte contre le chômage ou pour le « pouvoir d’achat » ne devient alors qu’un bon prétexte pour satisfaire l’appétit des citoyens les plus fortunés. Quand on aime la démocratie, comme beaucoup de nos concitoyens, on peut vouloir éviter de voter pour des candidats qui en sont les fossoyeurs. Lorsque ceux qui ont enterré le « non » français au traité constitutionnel européen en 2005 et ceux qui usent sans scrupules du 49.3 et des lacrymogènes appellent à la mobilisation populaire et l’élan démocratique, cela peut donner envie de se retirer de ce jeu malsain !

Mais ce n’est pas tout : en même temps que s’homogénéisait le projet économique et social de la plupart de nos partis politiques, leur composition sociale s’embourgeoisait considérablement. Les ouvriers et les employés sont ultra minoritaires au parlement et les ministres de ces dernières décennies ont pour point commun une appartenance à la classe supérieure. De ce fait, ils sont en conflit d’intérêt permanent vis-à-vis du monde la grande bourgeoisie dont ils font tous, de Le Pen aux socialistes, pleinement partis. C’est selon moi la deuxième grande explication de l’abstention : quand vous vous rendez compte que les candidats disent globalement la même chose (même si certains sont plus libéraux que d’autres, veulent supprimer plus de services publics alors que d’autres se content de les tayloriser etc.), vous êtes tentés de vous demander pourquoi : alors vous vous rendez compte que cette homogénéité idéologique est liée à une homogénéité sociale : ceux qui prétendent vouloir nous représenter sont pour la plupart des citoyens fortunés qui sont parties liés avec l’univers social de la grande bourgeoisie française. Les épisodes comme l’affaire Pénélope Fillon ne sont que les révélateurs périodique de cette homogénéité sociale.

Or, comment faire confiance à des gens dont la distance sociale vis-à-vis du reste de la population est devenu si grand qu’ils ne vivent plus sur la même planète ? Quand on sait que dans le même temps, une bonne partie des programmes sont remplacés par une personnalisation croissante des candidatures (le cas ultime est celui de Macron, qui mise tout sur sa personnalité et tarde à publier son programme), comment s’étonner que les Français soient de plus en plus circonspects face à la démocratie représentative ?

Comment expliquez-vous que la classe populaire ou les classes populaires font l’objet d’un tel abandon et d’un tel mépris de la part de la classe politique française ?

D’abord parce que la classe populaire sont victime du mépris de classe usuel de la bourgeoisie, dont les membres éminents de notre classe politique font partis. Je parlais plus haut de leur rapport à l’argent, cela ne suffit évidemment pas pour leur décrire : ce sont des gens qui évoluent dans des cercles de notabilité où l’ouvrier et l’employé sont une figure floue et inconnue. Accentué par le séparatisme géographique parisien, cette distance avec la classe populaire peut se traduire par le mépris mais aussi par la négation : entre Science Po et la Sorbonne, on peut croiser des gens pour qui la classe ouvrière ça n’existe pas, qui pensent que leur réalité sociale n’existe que dans les romans de Zola et qui estiment sincèrement que le monde est composé de bourgeois. La classe populaire disparaît dans leur discours et dans leur préoccupation, et comment s’en étonner ? Même les membres de la classe populaire n’ont souvent plus conscience de former le groupe majoritaire ! 70% des gens qu’on voit à la télévision sont cadres et professions intellectuelles supérieures, alors que 60% de nos concitoyens sont ouvriers et employés !

Ensuite, il y a cette équivalence hâtive qui est faite entre électorat populaire et Front National : les ouvriers et les employés seraient devenus de bons fachos, des beaufs infréquentables. On a beaucoup parlé de cette note du think tank socialiste Terra Nova, qui concluait que les classes populaires ouvrières avaient des valeurs conservatrices et qu’il fallait donc plutôt miser sur les jeunes et les classes moyennes diplômés. C’est de la caricature éhontée, qui se base beaucoup sur cette idée que l’électorat ouvrier PCF serait devenu un électorat ouvrier Front National, à partir d’un « glissement » qui aurait eu lieu dans les années 1990. Bien que la plupart des travaux là-dessus aient démontré la fausseté de ce constat, il reste très répandu. Je crois que dans le fond il arrange bien la plupart des membres de la classe politique, qui ont trouvé là une raison valable de lâcher la classe populaire pour laquelle ils n’ont pas l’intention d’agir : qui veut faire une politique favorable à la classe populaire doit lutter contre les inégalités en sa défaveur et restaurer les protections qui la protégeaient de la précarité. Cela passerait par une ponction sur les revenus des riches et ça, la plupart de nos politiques ne peuvent s’y résoudre.

Lorsque que l’on vous lit, chacun des partis politiques en incluant l’extrême droite et gauche, aucune des formations politique ne semble trouver grâce à vos yeux ? Pourquoi ?

Nous avons écrit le livre entre les élections départementales et régionales : ces élections locales sont trustées par des militants désireux de sauver leurs sièges et de chipoter sur des petits fiefs. Ce n’est pas là que la politique française montre son meilleur visage, d’un bord à l’autre. A l’approche de présidentielle, des choses plus fortes se créent, car c’est l’élection reine où ceux qui veulent contester le système politique et économique peuvent jouer leur rôle, étouffés par la dimension gestionnaire des scrutins locaux.

Mais à présent, je suis agréablement surpris par le mouvement « France Insoumise ». Son affranchissement complet vis-à-vis du Parti Socialiste et de ses satellites permet à son leader, Jean-Luc Mélenchon, de pouvoir jouer sa propre partition et de pouvoir redonner de l’enjeu à notre vie politique. Le projet d’assemblée constituante me séduit : voilà un grand coup de balai qui ne tuera personne mais qui renouvèlera la démocratie représentative. C’est un moyen plutôt rationnel de mettre fin à une situation bloquée sans en arriver au chaos. Ensuite, on a enfin une force politique d’ampleur qui pense en dehors du logiciel libéral caractérisé par le couple compétitivité-union européenne, tout en donnant des perspectives excitantes comme la reconversion écologique. C’est rare qu’un candidat nous donne à voir autre chose qu’un simple nouveau mode de gestion du capitalisme mondialisé.

Mais c’est surtout dans le rapport à la classe populaire que je trouve qu’un grand progrès a été accompli par la France Insoumise : d’abord, Mélenchon parle des ouvriers dans ces discours, et pas de façon abstraite. Dans son discours de Tourcoing, j’ai trouvé remarquable et émouvant (parce que je n’avais pas entendu ça depuis bien longtemps) que le candidat parle des conditions de vie, des petites souffrances quotidiennes de ceux qui sont malades de leur pauvreté. Ensuite, on a pour la première fois une candidature de gauche qui ose braver le tabou du protectionnisme et dire haut et fort que non, faire produire des choses à l’autre bout du monde et dans n’importe quelle condition, ce n’est pas promouvoir l’amitié entre les peuples. Je pense qu’une telle mesure peut parler aux ouvriers et aux employés qui sont ceux qui subissent la mondialisation, tandis que la classe supérieure ne fait qu’en bénéficier.

Dans votre analyse, vous revenez sur le libre échange et la construction européenne comme éléments qui participent de cette crise politique ? Pouvez vous nous en dire davantage ?

Je peux vous répondre en vous parlant du CETA : son cas met bien en valeur les énormes défauts de ces deux processus. Le CETA (pour « Comprehensive Economic and Trade Agreement ») est un accord commercial entre l’Union Européenne et le Canada. Il contient plusieurs dispositions pour harmoniser les normes de production et de commercialisation dans tous les pays concernés de façon à rendre possible des échanges équitables entre ces pays. Un tel traité a des conséquences sur la législation de pays souverain, et les force à une adaptation pour favoriser ce « libre-échange ». Mais dans un accord de libre-échange, on s’aligne toujours vers le bas : car c’est le pays qui a le plus de normes sociales et environnementales qui devient le moins bon marché, et qui va « décourager l’investissement » comme disent les économistes. Contrairement à ce que son nom indique, la zone de « libre-échange » contraint les Etats à s’adapter, et restreint leur marge de manœuvre : toute législation qui défavoriserait les entreprises installés en France pourrait être attaqués en Justice. Un traité de libre-échange est donc un acte éminemment politique : telle une sorte de constitution commerciale, il définit ce dont on ne pourra plus discuter à l’avenir. Il constitue donc une limitation des souverainetés populaires.

En soi, cela n’a rien de scandaleux : un pays peut se contraindre à ne plus avoir de discussion sur une série de principe, comme le prévoit sa constitution. Mais ce qui est intolérable dans le cas du CETA et des traités commerciaux négociés et signés par l’UE, c’est qu’ils ne sont soumis à aucun processus démocratique : les institutions européennes ont agi avec discrétion et la seule instance démocratique qui s’est opposé au processus de ratification du traité – la Wallonie – a fini par être contrainte au silence et n’a obtenu aucun amendement majeur. Parce que dans le logiciel de l’Union Européenne, le CETA n’est pas un acte politique : c’est quasiment un acte bureaucratique, le prolongement d’une logique que la Commission Européenne a inscrite dans ses gênes depuis ses origines : la réalisation de l’utopie néolibérale de la libre-concurrence, qui contraint les Etats et les peuples à renoncer à leurs instances de régulation du capitalisme. Une aubaine pour les grandes entreprises qui sont dûment représentés à Bruxelles, où elles entretiennent une armée de lobbyistes.

Mais ce ne sont pas eux qui contraignent l’UE à tenir ce projet : sa logique le porte tout entier, et contribue à le retirer du débat démocratique.

Mais on aurait tort de considérer l’UE comme une instance autonome, sorte de démiurge aux caprices duquel on devrait se soumettre. Elle est investie de ce pouvoir de concrétisation du projet néolibéral d’affaiblissement de la démocratie et d’affranchissement du capitalisme par des dirigeants bien réels qui ont beau jeu ensuite de jouer les victimes. Nos politiques savent qu’il est payant électoralement d’afficher son scepticisme devant l’Union Européenne, mais ce sont bien eux, droite et socialistes compris, qui l’ont forgé et continuent de lui laisser toute latitude.

Et pour répondre à votre question, libre-échange et Union Européenne contribuent donc à retirer du débat démocratique nombre de questions essentielles. En faisant de nos dirigeants de simples exécutant d’un projet général qu’il est interdit de contester, ces deux processus conjoints contribuent à supprimer tout enjeu à leur élection et plus généralement à déposséder les citoyens de la politique.

Vous montrez que le clivage gauche droite s’est vidé progressivement de tout sens. Faut-il donner raison à Macron qui affirme que le vrai clivage repose sur progressiste et conservateurs et ouverture et repli ? Macron n’est il pas au contraire l’un des symptômes de la crise politique et de son aggravation plus que de sa résolution ?

Ce clivage ne s’est pas vidé de tout sens, il a été vidé de tout sens. Quand un gouvernement continue de se dire de gauche alors qu’il détruit le code du travail, oui ça contribue à brouiller les pistes. Un jeune qui aurait commencé à s’intéresser à la politique sous Hollande doit avoir bien du mal à définir les différences entre ces deux appellations. Encore hier j’entendais à propos du programme de Benoît Hamon qu’il était « très très à gauche » parce qu’il comptait donner 700€ à plein de monde : aux dernières nouvelles, la gauche ce n’était pas la charité, c’était le partage des richesses !

C’est du moins ainsi que ce clivage s’est construit tout au long du 20ème siècle, à une époque où le clivage droite-gauche faisait écho à un clivage de classe : sont de gauche ceux qui sont pour le partage des richesses et la classe ouvrière, de droite ceux qui estiment que la richesse des riches et la liberté des entrepreneurs profitent à tous. Il s’agit de deux positions intéressantes et à partir desquels il est encore possible de mener une discussion : les données du problème n’ont guère changé depuis le 19ème siècle, surtout qu’on est arrivé à une époque qui renoue presque avec le même niveau d’inégalité. La question écologique s’est ajoutée, mais elle se situe sur le même clivage : ou bien vous pensez que par des petits gestes et des entreprises plus « vertes » on va se sortir de ce bourbier climatique, et vous êtes de droite (vous croyez en la Responsabilité Individuelle, très bien), ou bien vous estimez que la collectivité doit s’organiser pour faire face à ce défi et qu’elle doit contraindre un minimum notre économie à s’adapter à cette course contre la montre, et vous êtes de gauche. Bon, si vous pensez qu’il n’y a pas de problème écologique, vous n’êtes ni de droite, ni de gauche, vous êtes aveugle ou malhonnête.

Donc ce clivage a un sens : il est une grille de lecture de notre débat politique et une façon de se situer. Ce n’est pas une frontière absolue et fixe dans le temps, les choses évoluent, bien entendu, mais il a un sens.

Mais quand tout une partie des politiques « de gauche » se mettent à faire la même chose que les politiques de droite et à tenir globalement le même discours, alors oui on n’y comprend plus rien. Et avec Thomas Amadieu on a tendance à penser qu’au point de confusion où on en est, autant trouver d’autres appellations sous peine de céder au chant des sirènes des candidats « de gauche » qui dans trois ans massacreront ce qui reste du code du travail en continuant de célébrer Jaurès et de chanter l’Internationale.

Alors quel autre clivage pouvons-nous utiliser en remplacement ? Macron en a trouvé un, très prisé des néolibéraux et autres gens de droite : « conservateurs repliés sur eux-mêmes » versus « progressistes ouverts sur le monde ». C’est bien pratique : vous pouvez contribuer à tuer des métiers et fermer des usines et être « progressiste » parce que vous aurez « ouvert sur le monde » votre économie, tandis que ces ouvriers qui n’ont pas le bon goût de voyager autant que vous vont devenir de fieffés « conservateurs » repliés sur eux-mêmes alors qu’ils devraient profiter de la mondialisation heureuse. C’est un beau lifting, qui va pouvoir permettre tout un tas de chose au nom du « progrès » et de « l’ouverture ». Bientôt, légaliser l’exil fiscal pourra se faire au nom du « progressisme » vous verrez : on ne va quand même pas être repliés sur nous-mêmes et tourner le dos aux gentils habitants des Îles Caïman quand même ?

Du coup, oui, Macron pousse la logique à l’œuvre dans notre vie politique jusqu’au bout : en détruisant le clivage droite-gauche en en amenant son nouveau clivage, il rend impossible toute discussion économique et social : ceux qui s’enchantent de la mondialisation heureuse, comme son ami Alain Minc, seront « progressistes » (alors qu’avant ils étaient tout simplement « de droite ») tandis que ceux qui luttent contre ses méfaits seront « conservateurs ». Notez le changement d’étiquette : avant la CGT pouvait dire qu’elle luttait « pour le progrès social », et avec Macron elle deviendra un syndicat « conservateur ». Le MEDEF se frotte les mains des prouesses marketing de Macron, car précisons que celui-ci pousse également à son paroxysme la logique de porosité sociale entre la grande bourgeoisie et les politiques. Lui-même rompu à l’art du pantouflage, Macron est soutenu par la génération montante du patronat français, des PDG de la French Tech londonienne qui ont participé à ses dîners de levée de fond à Patrick Drahi, patron de SFR Presse, qui lui a envoyé son meilleur lieutenant, Bernard Mourad, pour épauler sa campagne.

Face au constat que vous livrez, que préconisez-vous pour sortir de cette crise ou en atténuer ses effets ?

Dans le livre, nous prônions des aménagements institutionnels pour limiter la force du bipartisme et permettre le renouvellement de la classe politique. Depuis, comme je le développe dans mon prochain livre, Les Candidats du Système, qui sortira le 14 mars, je suis convaincu qu’on ne résoudra pas la crise politique sans résoudre la crise sociale : tant qu’une minorité de la population sera aussi riche, et à mesure que son pouvoir croîtra, nulle démocratie ne sera possible. L’ascension fulgurante de quelqu’un d’aussi liée à la finance et au patronat qu’Emmanuel Macron montre qu’une bourgeoisie puissante parvient toujours à imposer ses vues sur le destin de notre pays, et qu’elle sait même tirer parti de cette crise politique en investissant dans un produit marketing conçu pour donner l’illusion du changement. Ce pays a besoin d’un choc d’égalité pour redonner le pouvoir aux citoyens, sinon nous sommes condamnés à revivre tous les cinq ans les mêmes désillusions.

Par défaut

La contre-révolution: Doit-on s’adapter au monde moderne ? »Vouloir être dans le vent c’est vouloir être une feuille morte »-Gustave Thibon: »Le monde moderne est contre tous les mondes »-Péguy

La contre-révolution

Doit-on s’adapter au monde moderne ?
Publié le 31 janvier 2017 par ccr2013

gustave-thibonJe crois que ceux qui parlent de s’adapter à tout prix au monde moderne ne savent pas ce dont le monde moderne a besoin : il a besoin de ce qui lui manque, il n’a pas besoin qu’on surabonde dans son propre sens. Il faut différer beaucoup de son siècle pour le servir.
Au reste, aujourd’hui, la modernité commence à se vomir elle-même. Si l’on nous accuse d’immobilisme, parce que, selon la belle formule d’un jeune philosophe contemporain, nous voulons « nous rapprocher de ce qui ne change jamais plus que nous adapter à ce qui change toujours », parce que nous sommes plus soucieux de nous dépasser nous-mêmes que de ne pas nous laisser dépasser, nous répondrons que se rapprocher du modèle divin, sculpter l’existence à l’image de l’essence, imprimer sur ce qui est la marque de ce qui doit être, cela exige tout de même beaucoup d’énergie, de vigilance, d’initiative et de liberté, infiniment plus que suivre passivement le courant de la mode et se laisser emporter comme une feuille morte par « l’air du temps ».

Gustave Thibon

Par défaut

Le blog de Frédéric Delorca : Hidalgo et la salle de prière, le corporatisme de France Info contre Trump, les « médiamensonges », la victoire d’Hamon-Amon Ra,le nouveau Dieu-Soleil des crétins de la gauche irresponsable

Le blog de Frédéric Delorca

Hidalgo et la salle de prière, le corporatisme de France Info contre Trump, les « médiamensonges », la victoire d’Hamon

30 Janvier 2017 , Rédigé par Frédéric Delorca Publié dans #Revue de presse, #Les Stazinis, #La gauche

Quelques news un peu en vrac :

Par un arrêt du 26 octobre 2015, la cour administrative d’appel de Paris a annulé pour méconnaissance de la loi sur la laïcité de 1905 la délibération du Conseil de Paris des 22 et 23 avril 2013 et la décision du maire de Paris de conclure le bail emphytéotique administratif consenti à la société des Habous et des Lieux Saints de l’Islam – Grande Mosquée de Paris – (voir info ici) qui consistait en fait à céder à bas prix à cette association la salle de prière que la ville avait fait construire pour plus de 13 millions d’euros. Selon Causeur, seuls le Parti de gauche et le franc-maçon socialiste M. Gugliemi avaient en 2013 protesté contre ce bail. Paris devra sans doute rembourser le contrat de vente à la GMP s’il est annulé derrière. Le requérant selon Causeur Guy Hanon 75 ans est un athée, ex-French doctor du Biafra et du Kosovo (pro-kosovar) dont les videos sont reprises sur Riposte Laïque. Son action en justice a peut-être provoqué l’abandon, par Anne Hidalgo, début septembre 2015, de la « phase 2 » de l’ICI, qui devait prendre la forme d’un second centre culturel islamique (pour 15 millions d’euros), avec salle de prière également, rue Polonceau, à la place d’une ancienne mosquée, aujourd’hui détruite. La question du remboursement à la société des Habous fait la une de quelques blogs en ce début d’année 2017. Le lien entre le centre-gauche et l’Islam pose problème : non que je sois contre la liberté de culte des musulmans, bien au contraire, mais ce règne de l’entourloupe pour cacher aux citoyens les circuits de financement ne me plait pas. L’affaire des dons du Qatar et de l’Arabie saoudite (ou du président du Nigéria dont la justice couvre les décapiteurs de chrétiens dans son pays) à Hillary Clinton, avec les contre-dons qui venaient derrière via sa chef de cabinet liée aux Frères musulmans, posait aussi ce genre de question.

Une article ignoble sur France Info, qui dénonce le fait que Trump ne cautionne pas les mensonges de CNN sur son compte et brise le rituel de la grand messe des journaux institutionnels en donnant plus la parole aux journaux de droite et même aux bloggueurs. Le corporatisme journalistique se révèle dans toute sa violence avec les représailles qui vont avec – on n’enverra plus que des stagiaires, on mènera par derrière des enquêtes anti-Trump purement à charge etc (une violence transatlantique s’il vous plaît). C’est du Bourdieu mis en pratique.

Ici Trump redresse quelques mensonges médiatiques (si la video ne s’affiche pas, cherchez la sur sur Youtube c’est l’interview sur Fox News du 26 janvier) :

Comprenez moi bien. Je n’aime pas beaucoup Trump, avec ses mesures un peu folles comme le bras de fer avec la Chine ou la fermeture brutale des frontières aux réfugiés de pays en guerre (je le préfère quand il tweete comme hier « Senators should focus their energies on ISIS, illegal immigration and border security instead of always looking to start World War III »). Mais tous les jours les médias inventent une immondice sur son compte. Ils ont prétendu que le nouveau président a viré de son bureau la statue de Martin Luther King – c’est faux -, qu’il y aurait eu une sombre manip russe derrière son élection – ça ne tient pas debout -, qu’il n’y avait presque personne à son investiture – les images ont finalement montré le contraire. Toujours les mêmes sarcasmes contre lui, le même sourire aussi imbécile qu’arrogant contre tous ses propos. Aujourd’hui même une revue de midinettes (une revue « people ») se permettait de le prendre de haut en disant « il est mal placé pour critiquer la vulgarité de Madonna à son encontre lui qui disait vouloir prendre les femmes par la chatte » – sauf que ce dernier propos il l’a tenu en privé et un micro indiscret l’a divulgué, quel rapport avec les éructations délibérées de la popstars devant des milliers de personnes. Et pendant ce temps évidemment personne ne dit que Trump se bat contre l’establishment républicain pour débloquer de l’argent pour les routes, pour les écoles, comme il le dit dans son interview… Evidemment, car si on le disait il faudrait admettre que la moitié du peuple américain qui a voté pour lui n’est pas seulement une populace crétine et facho…

De toute façon, les journalopes ont réponse à tout et retombent toujours sur leurs pattes. Hamon sort-il vainqueur de la primaire ? On fait une « une » le lendemain pour dire que ça va faire triompher Macron. Bah voui ! On va quand même pas admettre qu’il reste encore des gens de gauche en France, même au PS ! des gens qui refusent le brainwashing merdiatique… Alors oui, que des gens préfèrent Hamon à Valls ça ne peut avoir aucun sens, aucun intérêt pour les médiacrates. C’est juste un coup de pouce à leur chouchou centriste libéral, ça ne peut avoir que cette signification-là. Les médias ont toujours détesté la gauche du PS. En 81, ils haïssaient le programme de Mitterrand qui avait devancé le centrisme de Rocard. C’était de la ringardise à leurs yeux, ils ont adoré son abandon en 1983. Les corporations journalistiques n’aiment pas le socialisme, ni non plus le gaullisme. Rien qui puisse protéger le citoyen. Ils auraient adoré Fillon s’il n’avait pas été si chrétien ni si pro-russe. Au moins son thatchérisme leur convenait-il à merveille. Heureusement pour eux les scandales financiers risquent de couler l’ex-premier ministre, et tout le monde en 2022 aura renoncé au principe des primaires.

Hamon peut-il s’imposer face à la haine médiatique autrement qu’en écrasant Mélenchon ? Pas évident. L’homme a aussi peu de charisme que l’ensemble des « frondeurs » qui pendant tout le quinquennat furent incapables d’en imposer à Valls. En tout cas saluons la défaite de ce dernier. L’homme qui a brutalisé la jeunesse de ce pays avec la réforme du code du travail et l’odieuse répresssion du mouvement étudiant, le matamore en chef, spécialiste de l’état d’urgence à perpétuité,méritait de disparaître aux oubliettes. Hélas l’amour des journalistes pour lui pourrait encore nous imposer sa binette dans cinq ans. Ah ! Si seulement Mélenchon ne s’était pas présenté ! Hamon aurait eu de meilleurs chances d’écraser Macron et le candidat de la droite… Mélenchon, la candidature de trop. Il avait déjà tout dit en 2012… et dilapidé bêtement son capital politique en offrant ses voix sans contrepartie au candidat Hollande au 2ème tour. Aucun principe moral n’oblige à se présenter à chaque élection. Il eût mieux fait d’attendre la suivante…

Par défaut

Zuckerberg’s holiday home stirs up dark history of West Coast capitalism in Hawaii- nsnbc international-le nain qui a inventé cinquante « genres » se prend pour le Roi des crétins numériques dans le paradis des pervers

Zuckerberg’s holiday home stirs up dark history of West Coast capitalism in Hawaii

nsnbc international

Nouvel article sur nsnbc international

Zuckerberg’s holiday home stirs up dark history of West Coast capitalism in Hawaii
par nsnbc

Henry Knight Lozano (TC) : Facebook CEO Mark Zuckerberg’s purchase of a US$100m, 700-acre piece of land in Kauai, Hawaii, sparked controversy after he filed lawsuits against hundreds of Hawaiians who hold long-standing “quiet title” rights to parcels of land on the property.

Facebook_backstabbing_NEOZuckerberg said that he and his family wanted to “plant roots and join the community ourselves,” and that he pursued this route to ensure that Hawaiian land owners were fairly compensated. But the billionaire faced a public and media outcry on behalf of local families, who could have been forced to sell interests in the land, lost their right to traverse the property and faced costly legal fees.

This response prompted an about-turn from Zuckerberg. In a recent letter to the Kauai Garden Island, the Facebook billionaire said that the quiet title actions had been a “mistake”, not least because he “did not take the time to fully understand the quiet title process and its history”.

Indeed, history also shows us that Zuckerberg is just the latest in a long line of West Coast capitalists to purchase a slice of Hawaii.
Hawaiian Land and Californian capitalists

The arrival of US missionaries to the Kingdom of Hawaii in the first half of the 19th century led to a series of major land reforms (the “Great Mahele”), which in the 1840s replaced the traditional Kanaka Maoli system of land stewardship with a Western model of private property. For the the first time, foreigners could legally own Hawaiian land.

The 1850 Kuleana Act was designed to ensure the maka’ainana (commoners) received land titles. The “quiet titles” refer to kuleana lands that have passed onto the descendants of the first Hawaiian owners in the absence of a will. The Zuckerberg suits follow other quiet title actions in Hawaii that date back to the Great Mahele. In reality, few of the native Kanaka Maoli people secured land grants. Instead, foreigners – especially Americans – purchased the vast majority of Hawaiian real estate, divorcing the Kanaka Maoli from their spiritual ties to the land.

Californians played a key role here. During the Gold Rush, newly-minted Californian capitalists looked to the Hawaiian Islands as a new frontier for American settlers, and an opportune location for real estate speculation. Confident that Hawaiian land “will become of immense value under the influence of a modicum of … California capital,” West Coast Americans led the call for US annexation of Hawaii in the 1850s.

Not so sweet: Claus Spreckels. Wikimedia Commons

Not so sweet: Claus Spreckels. Wikimedia Commons

The annexation failed, but West Coast interest in Hawaiian land did not. In the 1870s, the United States and the Kingdom of Hawaii agreed a duty-free reciprocity treaty, which dramatically increased the trade between the two nations. Shortly afterward, Claus Spreckels, a San Francisco-based sugar magnate, became one of the first of many newcomers, referred to by the older white residents of the islands as “Californians”.

Spreckels developed close connections with King Kalakaua and purchased vast tracts of land on the island of Maui. By 1892, Spreckelsville had become one of the largest sugar estates in the world, having grown to over 40,000 acres. Spreckels’ Californian-owned Hawaiian Commercial Company exemplified how West Coast capital sank deep roots into Hawaiian land well before the formal US acquisition of Hawaii in 1898.

For native Hawaiians, Californian acquisition of Hawaiian real estate and development of sugar plantations further cut them off from the land. It also supported US claims that Hawaii was an American territory in all but name, commercially bound to the West Coast. “The whole speculative population of California is said to be looking this way,” a Honolulu magazine observed in 1893. That year, Americans in the islands overthrew Queen Liliuokalani and in 1898 secured annexation to the United States, over the mass protests of the Kanaka Maoli.
Good stewards?

Zuckerberg is no Spreckels. For one thing, his Hawaiian land purchase was not speculative like Spreckels’ lucrative sugar empire. Zuckerberg bought land to build a family home – albeit one that will be situated in 700 acres.

Mark Zuckerberg’s history lesson. Presidência do México/Wikimedia Commons, CC BY

Mark Zuckerberg’s history lesson. Presidência do México/Wikimedia Commons, CC BY

Moreover, he plans to help preserve endangered species. He argued that his purchase has saved the land from alternative futures, including commercial development that would have led to denser housing and far greater ecological impact. Zuckerberg and his family, he says, “are committed to being good stewards of this beautiful land”.

Yet the historical context is telling here also. Stewardship speaks to the traditional Hawaiian concept of land as ‘aina: a spiritual entity that can never be owned. But the Kuleana Act and Great Mahele severed this relationship. Hawaiian land became real estate – a commodity to be bought and sold. Californian capitalists bought a lot of it – and they have continued to ever since.

Clearly, Zuckerberg has been burned by the public outcry, which saw him accused of being “the face of neo-colonialism” and “using the same legal loopholes sugar barons in Hawaii exploited centuries ago”. It is a good thing that he is delving into Hawaiian history: some of it makes for uncomfortable reading.

Henry Knight Lozano, The Conversation – Henry Knight Lozano is a Senior Lecturer in American Studies at Northumbria University, Newcastle.

nsnbc | janvier 31, 2017 à 8:12 | Étiquettes : Hawaii, Kauai Garden Island, USA |

Par défaut

Tonight: Defunding Planned Parenthood webcast- Kristan Hawkins | Students for Life

Tonight: Defunding Planned Parenthood webcast

Kristan Hawkins | Students for Life

I hope you can join me and many of our movement’s leaders tonight on an urgent NATIONWIDE Defunding Planned Parenthood Webcast. I’ve pasted all of the details below for you.

WHAT: « Defunding Planned Parenthood » urgent nationwide webcast

DATE: TONIGHT: Tuesday, January 31st

TIME: 9 PM Eastern (8 PM Central, 7 PM Mountain, 6 PM Pacific)

REGISTER TO ATTEND AT: http://www.defundingplannedparenthood.com

Click to attend the Defunding Pro-Life Webcast

During this historic webcast, you’ll hear from me as well as many of our nation’s top pro-life leaders:

Marjorie Dannenfelser, Susan B. Anthony List
David Daleiden, Center for Medical Progress
Lila Rose, Live Action
Ryan Bomberger, Radiance Foundation
Abby Johnson, Former Planned Parenthood Director, ATTWN
Steve Aden, Alliance Defending Freedom
Kristan Hawkins, Students for Life of America (Me!)
Tom McClusky, March for Life
Carol Tobias, National Right to Life Committee
Eric Scheidler, Pro-Life Action League, #ProtestPP
Kristi Hamrick, Americans United for Life
Fr. Frank Pavone, Priests for Life
Jim Sedlak, ALL, Stop Planned Parenthood
David Bereit, Host

By attending, you’ll learn:

Why RIGHT NOW is the most strategic opportunity to defund America’s largest abortion chain that the pro-life movement has seen in decades
The 5 COMPELLING MESSAGES that are most effective at showing the general public why Planned Parenthood must be defunded
The 3 PRIMARY SOURCES of Planned Parenthood’s $1.3 Billion annual income … and which source is most vulnerable over these next 60 days
BREAKING NEWS from Capitol Hill on the exact process, timing, and collaborative action needed to help Congress and President Trump act swiftly on their promise to defund the abortion giant
WHAT YOU CAN DO to help create the massive public pressure needed to overcome media bias and abortion industry propaganda … and succeed at defunding Planned Parenthood
This is the moment we’ve been waiting for!

Olivier, please register to join this webcast and learn how we can seize this historic opportunity and END Planned Parenthood’s death grip on our taxpayer dollars.

Spaces on the Defunding Planned Parenthood urgent nationwide webcast are limited, and hundreds of thousands of pro-life Americans are being invited, so claim your spot now at: http://www.defundingplannedparenthood.com

For Life,

Kristan Hawkins
President, Students for Life of America

Students for Life of America (SFLA) is a 501(c)3 organization. All donations are 100% tax-deductible.

Students for Life of America
4755 Jefferson Davis Highway
Fredericksburg, VA 22408
Office: 540.834.4600

Par défaut