Russia Insider: Hillary Clinton Urges Europe to Halt Refugee Flow She Helped Create by Tyler Durden Zero Hedge The Context to Understand the Russian-Ukrainian Naval Clash at Kerch Strait by Rostislav Ishchenko Ukraina.ru Forget Nordstream 2, Turkstream Is the Prize by Tom Luongo Gold Goats ‘n Guns BBC Would Make Soviet Propagandists Cringe by Rob Slane TheBlogMire Venezuela’s Debt Payments to Russia Have Collapsed by RI Staff How Russia’s Air Defenses Evolved From Early S-300 Systems to Present-Day S-400 by Military Watch US Envoy: US, Russian Forces Have Clashed a Dozen Times in Syria by Jason Ditz Antiwar.com In Video: Russian Ship Rams Ukraine Navy Tugboat off Crimea Coast by RI Staff Russia-Ukraine Naval Clash in Kerch Strait: How It Developed by RT Russian Ships Fired on Ukraine Navy Sailors in Crimea Waters, Poroshenko to Declare Martial Law Ahead of Election by RT

Russia Insider:

Today’s headlines

Hillary Clinton Urges Europe to Halt Refugee Flow She Helped Create by Tyler Durden Zero Hedge[field_author_has_account_] (555 views)
The Context to Understand the Russian-Ukrainian Naval Clash at Kerch Strait by Rostislav Ishchenko Ukraina.ru[field_author_has_account_] (1,867 views)
Forget Nordstream 2, Turkstream Is the Prize by Tom Luongo Gold Goats ‘n Guns[field_author_has_account_] (992 views)
BBC Would Make Soviet Propagandists Cringe by Rob Slane TheBlogMire[field_author_has_account_] (947 views)
Venezuela’s Debt Payments to Russia Have Collapsed by RI Staff[field_author_has_account_] (1,842 views)
How Russia’s Air Defenses Evolved From Early S-300 Systems to Present-Day S-400 by Military Watch[field_author_has_account_] (1,343 views)
US Envoy: US, Russian Forces Have Clashed a Dozen Times in Syria by Jason Ditz Antiwar.com[field_author_has_account_] (2,250 views)
In Video: Russian Ship Rams Ukraine Navy Tugboat off Crimea Coast by RI Staff[field_author_has_account_] (2,099 views)
Russia-Ukraine Naval Clash in Kerch Strait: How It Developed by RT[field_author_has_account_] (1,364 views)
Russian Ships Fired on Ukraine Navy Sailors in Crimea Waters, Poroshenko to Declare Martial Law Ahead of Election by RT[field_author_has_account_] (1,482 views)

Hillary Clinton Urges Europe to Halt Refugee Flow She Helped Create
by Tyler Durden Zero Hedge[field_author_has_account_] (555 views) on Mon, Nov 26, 2018
After blaming everyone but herself for her embarrassing upset loss to Donald Trump in the 2016 US presidential election, Hillary Clinton has finally admitted what millions of Americans have known for years now: Maybe Trump made some good points.
Read more »
share on Twitter Like Hillary Clinton Urges Europe to Halt Refugee Flow She Helped Create on Facebook
Back to table of content

The Context to Understand the Russian-Ukrainian Naval Clash at Kerch Strait
by Rostislav Ishchenko Ukraina.ru[field_author_has_account_] (1,867 views) on Mon, Nov 26, 2018
Translated by Ollie Richardson and Angelina Siard at Stalker Zone. This article was written even before the crisis reached its crescendo and the Russian navy and border guards used force.
Read more »
share on Twitter Like The Context to Understand the Russian-Ukrainian Naval Clash at Kerch Strait on Facebook
Back to table of content

Forget Nordstream 2, Turkstream Is the Prize
by Tom Luongo Gold Goats ‘n Guns[field_author_has_account_] (992 views) on Mon, Nov 26, 2018
While the Trump Administration still thinks it can play enough games to derail the Nordstream 2 pipeline via sanctions and threats, the impotence of its position geopolitically was on display the other day as the final pipe of the first train of the Turkstream pipeline entered the waters of the Black Sea. The pipe was sanctioned by Russian President Vladimir Putin and Turkish President Recep Tayyip Erdogan who shared a public stage and held bilateral talks afterwards. I think it is important for everyone to watch the response to Putin’s speech in its entirety. Because it highlights just how far Russian/Turkish relations have come since the November 24th, 2015 incident where Turkey shot down a Russian SU-24 over Syria.
Read more »
share on Twitter Like Forget Nordstream 2, Turkstream Is the Prize on Facebook
Back to table of content

BBC Would Make Soviet Propagandists Cringe
by Rob Slane TheBlogMire[field_author_has_account_] (947 views) on Mon, Nov 26, 2018
I mentioned in a couple of comments yesterday that I don’t own a television. In fact, I haven’t had one since 2001. To begin with it’s hard, but if you stick with it you very soon come to see it as remarkably odd that you’ve spent a significant amount of your time sitting in front of a box, wondering if there’s anything on, and still watching it even if there isn’t, and letting other people drip their agenda and propaganda into your head night after night, through perhaps the most powerful medium ever created.
Read more »
share on Twitter Like BBC Would Make Soviet Propagandists Cringe on Facebook
Back to table of content

Venezuela’s Debt Payments to Russia Have Collapsed
by RI Staff[field_author_has_account_] (1,842 views) on Mon, Nov 26, 2018
Reuters reports that Venezuela’s debt repayment to Russia has slowed down to a trickle: The head of Russian oil company Rosneft (ROSN.MM), Igor Sechin, flew to Caracas this week to meet Venezuelan President Nicolas Maduro and complain over delayed oil shipments designed to repay loans, two sources briefed on the conversation said on Saturday. The visit, which was not publicly disclosed, is one of the clearest signs of strain between crisis-stricken Venezuela and its key financier Russia.
Read more »
share on Twitter Like Venezuela’s Debt Payments to Russia Have Collapsed on Facebook
Back to table of content

How Russia’s Air Defenses Evolved From Early S-300 Systems to Present-Day S-400
by Military Watch[field_author_has_account_] (1,343 views) on Mon, Nov 26, 2018
The S-300 long range surface to air missile system first entered service in the Soviet Air Defence Force in 1978, and has since been extensively modernised to continue to provide Russia with cutting edge air defence capabilities. In service with almost 20 countries today, with several more showing interest in or having placed orders for the platform, the S-300 remains in full production in Russia 40 years later. While the original platform, the highly specialised S-300P anti cruise missile system, was hardly remarkable in its capabilities compared to other systems of its time such as the S-200, the design retained considerable room for modernisation which allowed for the development of ten major variants, some as recently as the 2010s, which are today among the world’s very finest surface to air missile platforms.
Read more »
share on Twitter Like How Russia’s Air Defenses Evolved From Early S-300 Systems to Present-Day S-400 on Facebook
Back to table of content

US Envoy: US, Russian Forces Have Clashed a Dozen Times in Syria
by Jason Ditz Antiwar.com[field_author_has_account_] (2,250 views) on Mon, Nov 26, 2018
Speaking to Russian reporters, US Ambassador James Jeffrey, the special representative for the Syrian War, was asked to comment on incidents in which US troops killed large numbers of Russian military contractors working for the Syrian government. Jeffrey refused to offer details of that incident, but revealed that US and Russian forces have gotten into around a dozen clashes inside Syria over the course of the war, sometimes with direct exchanges of gunfire. Jeffrey further insisted that all the US troops in Syria are “legitimately” there to fight against ISIS, and that all the fighting against Russia was in keeping with the US “right of self-defense.” Russia has not commented on the engagements.
Read more »
share on Twitter Like US Envoy: US, Russian Forces Have Clashed a Dozen Times in Syria on Facebook
Back to table of content

In Video: Russian Ship Rams Ukraine Navy Tugboat off Crimea Coast
by RI Staff[field_author_has_account_] (2,099 views) on Mon, Nov 26, 2018
Inexplicably the video of the incident used by RT cuts off the last few seconds when the ramming occurs and is described as the Russian ship merely « pursuing » the Ukrainian vessel, but the report for the domestic audience sanitizes nothing: The RT version:
Read more »
share on Twitter Like In Video: Russian Ship Rams Ukraine Navy Tugboat off Crimea Coast on Facebook
Back to table of content

Russia-Ukraine Naval Clash in Kerch Strait: How It Developed
by RT[field_author_has_account_] (1,364 views) on Mon, Nov 26, 2018
The waters near the Crimean peninsula were the site of an intense standoff between Russian and Ukrainian ships that involved a chase, some firing and fighter jets, followed by strong statements from Moscow and Kiev.
Read more »
share on Twitter Like Russia-Ukraine Naval Clash in Kerch Strait: How It Developed on Facebook
Back to table of content

Russian Ships Fired on Ukraine Navy Sailors in Crimea Waters, Poroshenko to Declare Martial Law Ahead of Election
by RT[field_author_has_account_] (1,482 views) on Mon, Nov 26, 2018
Russia has confirmed its vessels have used weapons to stop Ukrainian ships that had entered Russian waters in the Black Sea illegally. Three Ukrainian sailors were wounded and have been given medical assistance. Russia has fired at a group of three Ukrainian vessels that entered its territorial waters near Crimea, the Russian Security Service (FSB) has confirmed. The ships were then seized and will be towed to the Crimean port of Kerch. Three Ukrainian sailors, injured in the altercation, were given medical assistance by Russian servicemen. Their lives are out of danger.
Read more »
share on Twitter Like Russian Ships Fired on Ukraine Navy Sailors in Crimea Waters, Poroshenko to Declare Martial Law Ahead of Election on Facebook
Back to table of content

Par défaut

Gaullisme.fr.Barbara Lefebvre : «Christophe Castaner et le 6 février 1934: la double faute du ministre»-un digne cancre de « l’école de la République »

Gaullisme.fr

Accueil
Charles de Gaulle
Hommes de l’Histoire
Textes constitutionnels
Dossiers
Documents
Mes ouvrages
Archives (ancien site)

Libre propos
Charles de Gaulle
Gouvernement
A la une
Politique
Économie
Europe/International
Billet du jour
Sur la toile
Réseau France
Conférences

Accueil » Actu-politique » Barbara Lefebvre : «Christophe Castaner et le 6 février 1934: la double faute du ministre»
Barbara Lefebvre : «Christophe Castaner et le 6 février 1934: la double faute du ministre»
par Barbara Lefebvre

Publié le 26 novembre 2018 par administrateur dans Actu-politique, Sur la toile // 0 commentaire
30 Mai 68 – sur les Champs Élysée

Barbara Lefebvre
Le ministre de l’Intérieur affiche fièrement son ignorance de l’histoire et multiplie les amalgames grossiers, voire odieux, pour «fasciser» les «gilets jaunes», déplore le professeur d’histoire-géographie et essayiste.

Christophe Castaner, comme tant d’autres politiciens aux connaissances historiques superficielles, devrait cesser les références au passé pour argumenter au sujet de faits politiques présents. S’il avait la culture littéraire et historique de De Gaulle, Mitterrand, Séguin ou Chevènement, pour ne citer qu’eux, on serait ravis d’être éclairés par la parole du ministre. Las. La fragilité de M. Castaner en termes de culture générale est par trop criante.

Désormais, nos «grands hommes» s’appuient sur des conseillers qui rédigent leurs discours truffés de références historiques passées au tamis du politiquement correct pour donner de l’épaisseur à la communication ou à la vile stratégie politicienne.

Déjà, le 16 avril dernier, M. Castaner interrogé sur RTL au sujet de la dimension sexiste du hijab bottait en touche avec cette comparaison extravagante: «Il y a quelques années, quand en France, y compris nos mamans portaient un voile, portaient le voile catholique, on ne se posait pas la question.» «Nos mamans» signifie qu’il situait ce fait social dans un passé relativement proche puisque l’intéressé est né en 1966 ; il évoquait donc les années 1950. Malgré les railleries survenues après cette calamiteuse interview, Christophe Castaner n’est jamais revenu sur ses propos pour nous éclairer sur ce fait historique largement méconnu. J’invite toute personne ayant vu dans sa tendre enfance des «mamans avec leur voile catholique» se promener dans les rues, à porter témoignage de ce fait social si peu, voire pas du tout, étudié par les historiens.

Devenu ministre des Cultes, on espère qu’il a révisé ses fiches. Sommes-nous néanmoins fondés à ressentir quelque inquiétude en l’imaginant comme interlocuteur avec les représentants de l’islam au vu de sa connaissance du «fait religieux» en France?

Le désormais ministre de l’Intérieur continue de nous abreuver de références historiques douteuses, et le silence des journalistes présents lors de la conférence de presse de samedi soir en dit long sur leur propre culture historique. Interrogé sur la responsabilité de Mme Le Pen dans le choix des Champs-Élysées pour la mobilisation des «gilets jaunes», M. Castaner commence par répondre en faisant appel au passé. Pas n’importe lequel. «Depuis 1934, il n’y a jamais eu de manifestations politiques sur les Champs-Élysées, uniquement des rassemblements festifs», déclare-t-il d’un air grave. Février 1934 d’un côté, un tweet de Marine Le Pen en novembre 2018 de l’autre. Plus c’est gros, plus ça passe.

Rappelons donc les faits. Le 6 février 1934, différentes ligues d’extrême droite (Camelots du roi, Jeunesses patriotes, Solidarité française) ou de droite traditionaliste (Croix-de-Feu), mais aussi des anciens combattants dont certains proches du Parti communiste et des groupes de droite manifestent en face de la Chambre des députés, place de la Concorde, et non pas sur les Champs-Élysées, première erreur historique. Plusieurs dizaines de morts parmi les manifestants, chute du gouvernement Daladier, formation d’un gouvernement dit d’union nationale dirigé par Gaston Doumergue. On connaît la suite: la gauche du futur Front populaire soutient l’idée d’une tentative de prise du pouvoir par les fascistes le 6 février 1934, ce qu’aujourd’hui la majorité des historiens récuse. C’est un autre sujet.

Tout est bon pour que le «nouveau monde» se maintienne au pouvoir

Deuxième erreur historique et non des moindres: M. Castaner a oublié qu’après 1934 (où il ne se passa rien sur les Champs-Élysées), trois grands moments politiques se sont déroulés sur les Champs-Élysées.

D’abord le 11 novembre 1940, quelques semaines après l’entrevue de Montoire officialisant la collaboration entre le régime de Vichy et l’occupant, près de 3000 jeunes hommes, étudiants et lycéens bravent l’interdiction allemande de célébrer publiquement l’armistice et la victoire française de novembre 1918. Durant les jours précédents, des tracts se diffusaient, se recopiaient, passaient de main en main pour mobiliser. Pas besoin de Twitter ou de Facebook pour bâtir une résistance, on l’oublie un peu vite de nos jours. Les voici, ces jeunes patriotes, en fin d’après-midi, qui chantent La Marseillaise, crient «Vive de Gaulle» sur la place de l’Étoile, non loin de la tombe du Soldat inconnu. Deux cents seront arrêtés par l’armée allemande, plus de la moitié incarcérés un mois durant.

Autre oubli de notre ministre, le 26 août 1944. Rien moins que le défilé de la victoire des troupes de Leclerc en présence du général de Gaulle qui descendent l’avenue, là où quatre ans plus tôt les troupes de l’occupant nazi avaient marché triomphantes. À moins que notre actuel ministre-historien ne voie dans le défilé du 26 août 1944 qu’un «rassemblement festif» sans connotation politique…

Enfin le 30 mai 1968, une immense manifestation populaire en faveur du président de Gaulle, après les heurts estudiantins des semaines précédentes, se déroule sur l’avenue parisienne noire de monde. Quelques heures auparavant, de Gaulle avait annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale. La France gaulliste se rassemblait massivement pour lui témoigner son soutien.

«La France n’est pas pessimiste, mais elle réserve son espérance» Georges Bernanos, en 1946

On comprend bien la stratégie du ministre Castaner avec ses gros sabots pour évoquer le 6 février 1934 quand on l’interroge sur un tweet de la présidente du Rassemblement national. Il s’agit d’une part de remettre Marine Le Pen au centre de l’échiquier politique comme principale opposante au président Macron à l’orée des européennes, et d’autre part d’entretenir la figure démoniaque du «fascisme lepéniste» aux portes du pouvoir dans la perspective de 2022. Seul un nouveau face-à-face Macron-Le Pen pourrait permettre au président un second quinquennat au train où vont les choses. La manœuvre paraît grossière, mais tout est bon pour que le «nouveau monde» se maintienne au pouvoir, y compris fausser le jeu politique et construire des face-à-face sans avenir pour le peuple français.

La présidente du RN, de son côté, est complice de ce système politicien dont elle use et abuse pour exister, par des postures tantôt de victime, tantôt de résistante antisystème, de grandes déclarations tout aussi démagogiques que celles de ses adversaires. Grâce au président et au gouvernement qui l’ont remise en selle, Marine Le Pen a presque réussi à faire oublier son échec cinglant lors du débat de l’entre-deux-tours du printemps 2018, son manque de tenue et de professionnalisme, ses tergiversations politiques sur l’euro, son incompétence sur la politique économique. Elle demeure le «meilleur» adversaire possible pour le président Macron, étant entendu que M. Mélenchon se fait régulièrement hara-kiri. Quant à LR, ils ne savent toujours pas où ils habitent, et on suppose que d’ici 2022 ils resteront des SDF, des Sans Droite Fixe.

Les Français sont légitimes à désespérer de la médiocrité de cette classe politique. Et ce n’est pas en déformant l’histoire que des politiciens détourneront notre attention des enjeux actuels. Chaque jour, ils viennent nous reprocher de pas partager leur optimisme dans le progrès, dans les lendemains radieux de la mondialisation. Ils disqualifient ces «Gaulois réfractaires au changement», ces ploucs de «gilets jaunes», ces intellectuels antimodernes. Non, avertissait déjà Bernanos en février 1946, «la France n’est pas pessimiste, mais elle réserve son espérance. On nous prêche aujourd’hui l’optimisme comme on nous prêchait jadis le pacifisme, et pour les mêmes raisons. L’optimisme qu’on nous prêche, c’est le désarmement de l’esprit».

Barbara Lefebvre

Par défaut

Le blog des Chrétiens d’Orient et ceux qui les soutiennent… Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…

Le blog des Chrétiens d’Orient et ceux qui les soutiennent…

Un pont entre l’Orient et l’Occident… à la rencontre des chrétiens du Levant

Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…

Publié le 26 novembre 2018 par Patrice Sabater
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…
PUBLICITÉ
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…
Soeur Irène et Soeur Catherine: Filles de Monsieur Vincent à Istanbul – Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…

Soeur Irène et Soeur Catherine:

Filles de Monsieur Vincent à Istanbul

Une Communauté de Servantes des Pauvres sur les Rives du Bosphore…

Le 16 septembre 2015, je publiais sur mon Blog (www.chretiensdorient.com) un petit texte présentant les Filles de la Charité d’Istanbul avec le double concours de Sr. Catherine – Supérieure de la Communauté -, et de Nathalie Ritzmann (journaliste française habitant Istanbul). Voici le lien pour retrouver facilement trace de cet article : http://chretiensdorient.over-blog.com/2015/09/des-filles-de-la-charite-a-istanbul-hopital-de-la-paix-une-histoire-de-coeur.html

A l’automne dernier Sœur Catherine est partie d’Istanbul pour une autre mission…, en France ! Elle continue de vivre sa vocation dans un lieu cher à la Famille vincentienne ; et plus particulièrement aux Filles de la Charité. Avant son départ, j’ai rencontré eux fois la Communauté. La première fois, j’y suis allé seul ; et la seconde fois j’accompagnais le Père Lazare de Gérin, cm (en ministère depuis de nombreuses années après avoir été à Jérusalem et en Iran). Ce jour-là, je présidais la Messe, et nous avions partagé le repas avec la petite communauté de l’hôpital, qui a été pendant longtemps le seul hôpital psychiatrique d’Istanbul ; et qui le demeure de nos jours.

Sœur Catherine revenait sur la période durant laquelle elle a été à Istanbul. Une grâce…, et milles grâces pour ce qui a été vécu, pour les personnes et les situations rencontrées, pour la Turquie et ses habitants. Elle n’en finissait pas de louer le Seigneur par maints sourires et des mots tous aussi doux qu’émouvants. Il y avait parmi cette « communauté française », une sœur malade : Sœur Irène. C’était la Sœur grecque de la communauté, qui compte en fait une française, une italienne, une vietnamienne, une grecque, et une Sœur slovène (retournée dans son pays).

Sœur Irène a été dans la communauté plus précisément la sacristine. Toujours avec un doux sourire, des petites histoires, de la gentillesse, et offrant un bel accueil à « la mode de Monsieur Vincent ». Avec ses Compagnes, Sœur Irène a participé à plusieurs missions à l’hôpital, dans Istanbul, mais aussi sur la proposition de Nathalie Ritzmann auprès de réfugiés. Nathalie avait trouvé là de vraies Servantes des Pauvres qui voulaient simplement malgré leur âge et leur inexpérience en la matière SERVIR ! Je reprends ci-après l’article publié en 2015, ainsi que les photos jointes. Sœur Irène était au milieu de ses Sœurs. Je l’ai revue à Istanbul cette année au mois de septembre. Elle était très fatiguée par les soins et une très méchante maladie qu’il est coutume par pudeur ou par peur de taire le nom… Cela devenait pour elle de plus en plus difficile de se tenir debout, assise… Cependant, elle essayait tant bien que mal vivre ces temps de partage, de présence au cœur de ses Sœurs. Elle gardait le sourire, la paix dans la prière et l’espérance. Au moment du départ, elle m’a demandé si elle me reverrait. Je lui ai dit que oui en sachant que ce ne serait certainement pas cela qui arriverait, et que le rendez-vous serait à remettre beaucoup plus tard dans une autre vie… Le 19 octobre de cette année, Mgr Rubén Tierrablanca Gonzalez, ofm – Vicaire apostolique des Latins d’Istanbul – célébrait les obsèques de notre chère Sœur Irène.

La vie à Istanbul continue, et la Communauté poursuit sa route même si la physionomie n’est pas à l’identique de ce qu’elle était. L’esprit de Monsieur Vincent et de Sainte Louise de Marillac est toujours présent pour servir les Pauvres, les malades, les personnes atteintes de ces pathologies psychiatriques lourdes…, que l’on met à l’écart de la vie des Hommes. Elles sont là comme des sentinelles au milieu d’un monde majoritairement musulman. Pacifiques et accueillantes à toute réalité, elles se donnent et s’abandonnent dans les bras de la Providence comme Sœur Irène.

Merci à celle qui vient de rejoindre le Père.

Merci à Sœur Catherine pour son sourire, pour son rayonnement et son élan toujours positif et curieux.

Merci aux Sœurs de l’Hôpital de la Paix de vivre comme de vraies Filles de Monsieur Vincent !

Bonne Fête de la Médaille Miraculeuse !!!

Père Patrice Sabater Pardo, cm

Par défaut

France-Irak Actualité : MEURTRE DE JAMAL KHASHOGGI: les questions de Recep Tayyip Erdogan et le communiqué de Donald Trump

France-Irak Actualité : actualités sur l’Irak, le Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique

Analyses, informations et revue de presse sur la situation en Irak, au Proche-Orient, du Golfe à l’Atlantique. Traduction d’articles parus dans la presse arabe ou anglo-saxonne, enquêtes et informations exclusives.

Accueil
Catégories »
Pages »
Newsletter
Contact

MEURTRE DE JAMAL KHASHOGGI: les questions de Recep Tayyip Erdogan et le communiqué de Donald Trump

Publié par Gilles Munier sur 26 Novembre 2018, 14:47pm

Catégories : #khashoggi, #erdogan, #trump

Tribune de Recep Tayyip Erdogan

dans le Washington Post*

2 novembre 2018

L’Arabie saoudite a à répondre

à encore beaucoup de questions

en ce qui concerne le meurtre de Khashoggi

L’histoire est des plus connue : Jamal Khashoggi, un journaliste saoudien et homme de famille, a pénétré dans le consulat d’Arabie saoudite le 2 octobre pour y accomplir des formalités de mariage. Personne – pas même sa fiancée qui l’attendait dehors – ne l’a jamais revu depuis. Au cours de ce dernier mois, la Turquie a remué ciel et terre pour apporter de la lumière sur tous les aspects de ce cas. C’est ainsi que tout le monde a su que Khashoggi avait été froidement assassiné par une équipe spécialisée, et que ce meurtre avait été prémédité.

Cela dit, d’autres questions non moins importantes requièrent des réponses qui nous aideront à comprendre cet acte lamentable. Où est le corps de Khashoggi ? Qui était ce « collaborateur local » à qui les Saoudiens auraient soit disant remis le corps ? Qui a donné l’ordre de tuer cette pauvre âme ? Malheureusement, les autorités saoudiennes refusent d’y répondre.

Nous savons que les auteurs de ces crimes font partie des 18 suspects détenus en Arabie saoudite. Nous savons aussi que ces personnes sont venues pour exécuter des ordres : tuer Khashoggi et repartir. Finalement, nous savons que ces ordres sont venus des strates les plus élevées du gouvernement saoudien. Certains espèrent que ce problème disparaîtra avec le temps. Mais nous continuerons à poser ces questions, qui sont cruciales pour l’enquête criminelle turque, mais aussi la famille et les proches de Khashoggi. Un mois après sa mort, nous ne savons toujours pas où est son corps. Il mérite au minimum un enterrement conforme aux coutumes musulmanes. Nous le devons à sa famille et à ses amis, y compris à ses collègues du Post, leur donner l’opportunité de faire leurs adieux et de présenter leur respect à cet homme honorable. Pour s’assurer que tout le monde continue de poser ces questions, nous avons partagé les preuves avec nos alliés et amis, y compris les Etats-Unis.

Alors que nous continuons de chercher les réponses, je voudrais souligner que la Turquie et l’Arabie Saoudite entretiennent des relations amicales. Je ne crois pas une seconde que le roi Salman, le gardien des mosquées sacrées, ait ordonné le meurtre de Khashoggi. Je n’ai donc aucune raison de penser que ce meurtre reflète la politique officielle de l’Arabie saoudite. En ce sens, nous aurions tort de concevoir le meurtre de Khashoggi comme un problème entre les deux pays. Cependant, je dois ajouter que notre amitié avec Riyad n’est pas une raison pour fermer les yeux sur le meurtre prémédité qui s’est déroulé sous nos propres yeux. L’assassinat de Khashoggi est inexplicable. Si une telle atrocité avait eu lieu aux Etats-Unis ou ailleurs, les autorités de ces pays seraient allées au fond des choses. Et il est hors de question pour nous de faire autrement. A l’avenir personne n’osera commettre un tel crime sur le sol d’un pays allié de l’OTAN. S’il quelqu’un choisit d’ignorer l’avertissement, il devra en assumer les conséquences. Le meurtre de Khashoggi était une violation claire et un abus flagrant de la Convention de Vienne sur les relations consulaires. Si un tel acte reste impuni, on risque de créer un précédent. C’est pour cette raison aussi que nous avons été choqués et attristés par les efforts de certains représentants saoudiens pour couvrir un meurtre prémédité au lieu de servir la justice, ainsi que notre amitié l’exigerait. Bien que Riyad détienne 18 suspects, il est inquiétant de voir qu’aucune mesure n’ait été prise à l’encontre du consul général saoudien, qui a menti comme un arracheur de dents aux médias s’empressant de quitter la Turquie peu de temps après. De même, le refus du procureur saoudien – qui a récemment rendu visite à son homologue turc – de coopérer à l’enquête et de répondre à de simples questions est très frustrant.

L’invitation faite aux enquêteurs turcs de se rendre en Arabie saoudite pour poursuivre les discussions ressemble à une tactique dilatoire délibérée et désespérée.

Le meurtre de Jamal Khashoggi implique beaucoup plus qu’un groupe de membres de la sécurité saoudienne, tout comme le Watergate était bien plus qu’une simple effraction, et que les attaques du 11 septembre ne s’arrêtaient pas aux pirates de l’air.

En tant que membre responsable de la communauté internationale ; nous nous devons de révéler les identités de ceux qui tirent les ficelles du meurtre Khashoggi et de découvrir le nom de ceux en qui les représentants saoudiens, qui cherchent toujours à couvrir le meurtre, ont placé leur confiance.

Recep Tayyip Erdogan est le président de la Turquie.

Traduction et Synthèse : Z.E pour France-Irak Actualité

*Source : Recep Tayyip Erdogan: Saudi Arabia still has many questions to answer about Jamal Khashoggi’s killing (Washington Post- 2/11/18)

______

Déclaration du Président Donald J. Trump

sur son soutien à l’Arabie Saoudite**

20 novembre 2018

L’Amérique d’abord !

Le monde est un endroit très dangereux !

L’Iran, par exemple, est responsable d’une guerre par procuration contre l’Arabie saoudite au Yémen, tentant de déstabiliser les fragiles essais démocratiques de l’Irak, soutenant le group terroriste Hezbollah au Liban, renforçant le dictateur Bachar el Assad en Syrie (qui a tué des millions de ses concitoyens) et plus encore. De la même façon les Iraniens ont tué de nombreux Américains et autres personnes innocentes au Moyen-Orient. L’Iran déclare ouvertement et avec beaucoup de vigueur : « Mort à l’Amérique » et « Mort à Israël ». L’Iran est considéré comme le plus grand sponsors du terrorisme.

De l’autre côté, l’Arabie saoudite voudrait bien se retirer du Yémen si les Iraniens acceptaient de partir. Elle offrirait immédiatement l’aide humanitaire qui fait tant défaut. De plus, elle est prête à dépenser des milliards de dollars dans la lutte contre le terrorisme islamique radical.

Après mon voyage âprement négocié en Arabie saoudite l’an dernier, le Royaume a accepté d’investir 450 milliards de dollars aux Etats-Unis. C’est une somme record. Cela va créer des milliers d’emplois, permettre un développement économique énorme, et de la richesse supplémentaire pour les Etats-Unis. Sur ces 450 milliards de dollars, 110 milliards seront alloués à l’achat d’équipement militaire à Boeing, Lockheed Martin, Raytheon et beaucoup d’autres excellents entrepreneurs dans le domaine de la défense américaine. Si nous annulons ces contrats de manière ridicule, la Chine et la Russie seraient les bénéficiaires de ces contrats et très heureux de s’approprier toutes ces nouvelles occasions de faire des affaires. Pour eux, ce serait un cadeau merveilleux de la part des Etats-Unis !

Le crime contre Jamal Khashoggi est mal, un crime que notre pays ne tolère pas. En effet, nous avons pris des mesures fortes à l’encontre de ceux qui ont participé à ce meurtre. Après une investigation indépendante, nous connaissons les détails de ce crime atroce. Nous avons pris des sanctions contre 17 ressortissants d’Arabie saoudite que nous savons impliqués dans le meurtre et la disparition de son corps.

Les représentants de l’Arabie saoudite déclarent que Jamal Khashoggi était un « ennemi de l’Etat » et un membre des Frères Musulmans, mais ma décision n’est en rien fondée sur ces faits, c’est un crime inacceptable et horrible. Nos services secrets continuent d’évaluer toutes les informations, mais il se pourrait bien que le prince héritier ait été au courant de cet évènement tragique – ou peut-être qu’il ne l’était pas !

Cela étant dit, il est possible que nous ne sachions jamais tous les faits qui entourent le meurtre de Jamal Khashoggi. De toute façon, la relation que nous avons est avec l’Arabie saoudite. Elle a été une grande alliée dans notre très importante lutte contre l’Iran. Les Etats-Unis continueront d’apporter leur soutien indéfectible à l’Arabie saoudite afin d’assurer les intérêts de notre pays, d’Israël et de tous les autres partenaires dans la région. Notre objectif primordial est l’élimination complète de la menace terroriste dans le monde !

Je sais qu’il y a des membres du Congrès qui, pour des raisons politiques, préfèrent prendre une direction différente – et ils sont libres de le faire. Je prendrai en considération toute idée qui me sera présentée mais seulement si elle est en ligne avec la sécurité et la sûreté absolue des Etats-Unis. L’Arabie saoudite est le plus gros exportateur de pétrole après les Etats-Unis. Elle a travaillé étroitement avec nous et a été réceptive à ma requête de garder les prix à un niveau raisonnable – ce qui est si important pour le monde. En tant que président des Etats-Unis, je vais m’assurer que dans ce monde si dangereux, l’Amérique poursuive ses intérêts nationaux et je m’opposerai vigoureusement à tous les pays qui veulent nous faire du mal. Ça s’appelle tout simplement l’Amérique d’abord!

**Source : whitehouse.gov

Traduction et Synthèse : Z.E pour France-Irak Actualité

Par défaut

Blondet & Friends: La Bomba a Bin Salman. Un’altra buona idea neocon.

Blondet & Friends:
La Bomba a Bin Salman. Un’altra buona idea neocon.
La Bomba a Bin Salman. Un’altra buona idea neocon.
Maurizio Blondet 26 novembre 2018

L’Arabia Saudita sta negoziando con gli Stati Uniti l’acquisto di varie centrali nucleari Westinghouse, inizialmente 16, per 80 miliardi di dollari, oggi comunque ne sono previste due. E ovviamente l’Arabia Saudita, nel negoziato, ha chiarito che rifiuterà ogni ispezione di ispettori ONU che dovrebbero controllare che il reuccio assassino e impulsivo si limiti, in queste centrali, ad arricchire l’uranio al 4% e non a 95%, onde farsi la Bomba.

Lo ha rivelato il New York Times: https://www.nytimes.com/2018/11/22/world/middleeast/saudi-arabia-nuclear.htmlt

prima che l’impulsivo Bin Salman ordinasse l’omicidio del giornalista Kashoggi nel consolato turco, Rick Perry, il ministro dell’Energia americano (dal ministero dell’energia dipendono le produzioni atomiche anche non civili) ha intrattenuto intensi negoziati segreti con Riyad a fine 2017; interrogato dal Congresso se, almeno l’amministrazione Trump avesse insistito perché al regno oscurantista e wahabita fosse vietata la produzione interna di uranio (o regno ha giacimenti del minerale), Perry ha evitato la domanda. In realtà Khalid Al Falil, il ministro dell’energia saudita, ha dichiarato che “ il regno ha i suoi depositi di uranio e desidera svilupparli piuttosto che affidarsi a un fornitore estero”, anche se costerebbe meno. “Non è naturale”, ha detto, “per noi portare l’uranio arricchito da un paese straniero”. Questo lo disse a marzo, dopo una conferenza-stampa alla fine di un altro colloqui con Perry, minacciando che se non forniranno tecnologia e assistenza gli Stati Uniti, i wahabiti “hanno altre opzioni”, ossia possono farsi assistere (secondo gente della Cia che lo ha riferito al New York Times) “dai russi o dalla Corea”. Così se e quando si scoprirà che il reuccio ha la Bomba in violazione dei trattati i non proliferazione, sarà stato Putin.

Si sa del resto che l’Arabia Saudita ha sostanzialmente finanziato la creazione dell’arsenale atomico del Pakistan (che non aveva i mezzi) e si ritiene che Riyad possa dunque reclamare, al bisogno, un uso in condominio di questa Bomba, magari con lo spostamento degli specialisti militari pakistani sul territorio saudita. Il regno wahabita dispone anche dei vettori, missili a medio raggio equipaggiabili con testate nucleari, che ha comprato nel 1988 dalla Cina.

Da quel che si capisce, gli Usa starebbero per rendere Ryad capace di gestire l’intero processo, dal minerale all’arricchimento, in modo autonomo. Ciò supera di molto la proposta che su sostenuta dal generale Michael T. Flynn, nel breve periodo in cui è stato consigliere della sicurezza nazionale di Trump: di fornire Ryad di reattori in collaborazione con Mosca (per reciproca garanzia), ma non della capacità di produrre in proprio il combustibile atomico.

Ciò è un bello e istruttivo contrasto con il trattamento che Trump ha fatto subire all’Iran: benché Teheran abbia accettato di non produrre proprio uranio arricchito per 15 anni, e accettato di mandare all’estero il 95% della sua produzione sotto garanzia di Russia ed UE, Trump ha stracciato unilateralmente il patto e applicato più severe sanzioni – ovviamente fra gli applausi della nota lobby, che ha condotto una campagna sfrenata (anche in Europa, dove si sono profusi i radicali) contro l’Iran nucleare e i pericoli che faceva correre al mondo intero.

Invece adesso la Bomba in mano al reuccio criminosamente impulsivo, del paese che sta massacrando lo Yemen dopo aver finanziato la distruzione della Siria creando Daesh in alleanza occulta con Usa e Occidente, non rappresenta più un pericolo per nessuno.

Chiunque è in grado qui di sospettare un certo influsso del diritto talmudico nella famiglia del presidente Donald, grazie all’intima amicizia del genero Kushner (Habad Lubawitcher) sia con l’impulsivo Bin Salman sia con noti ambienti israeliani assetati di distruggere l’Iran, non meno del regno saudita.
Trump: “Israele sarebbe nei guai senza Arabia Saudita”

Del resto non occorre sospettare nulla, perché Trump l’ha detto chiarissimo in una conferenza stampa del 23 novembre spiegando perché lui non crede alla colpa del re wahabita nell’assassinio di Kashoggi: “Israele sarebbe nei guai senza Arabia Saudita…Volete che Israele vada via (sparisca)? Abbiamo un forte alleato nell’Arabia Saudita”.

https://www.trtworld.com/middle-east/israel-would-be-in-big-trouble-without-saudi-arabia-trump-21888

“Trump si lascia incidentalmente scappare la verità: il regime saudita, fulcro mondiale dell’oscurantismo islamico, serve per la sopravvivenza di Israele ed è un buon affare per gli Usa, ecco perché non lo si può boicottare”, commenta l’amico Erriu.
Bil Kristol ha un’idea: destabilizzare la Cina

La strategia per la quale Israele ha mobiltato l’America contro “il terrore globale”, non conosce ripiegamenti o stanche.

” Gli USA addestrano 30.000 combattenti curdi per “contenere l’Iran” in Siria ( L’Antidiplomatico)

“Crimea, Russia: Mosca spara contro navi ucraine che hanno sconfinato”, minaccxiando il grande ponte di nuov costruzione che unisce la Crimea alla madrepatria per via d’acqua-. Mentre Kiev ha aumentato enormemente i suoi tiri d’artiglieria sulla repubblica del Donetsk

Poroshenko ha chiesto la legge marziale e lo stato di guerra. Sono in corso misterioose attività di disturbo (jamming) delle trasmissioni radio militari in Europa.

Sputnik News: “Scontro teso tra Russia e Ucraina mentre le navi da guerra si scontrano vicino allo stretto di Kerch. Porošenko è dato nei sondaggi all’8% nelle prossime elezioni e ha chiaramente provocato un conflitto per cercare e rimanere al potere con l’appoggio di USA e Gran Bretagna

rt.com/news/444857-ru…

La rinnovata vicinanza alla Casa Bianca fa sì che si noti una vispa ripresa di attività, di fresche idee e elettrizzanti progetti di quei neocon (j) che hanno “previsto”, voluto e provocato l’11 Settembre per poter lanciare la superpotenza Usa nei seguenti 18 anni di “guerre contro il terrore”, ossia la destabilizzazione sistematica dei Paesi attorno a Israele e di tutto il Mondo Islamico. Per esempio Bill Kristol ha appena lanciato un’idea: Il cambio di regime in Cina non dovrebbe essere un importante obbiettivo della politica estera statunitense per il prossimo paio di decenni?”.
Kristol e Kagan, i due fondatori del PNAC

Un paio di decenni per il regime change in Cina, dopo due decenni di destabilizzazione di Irak, Siria, Libia Afghanistan in frenetica attesa della distruzione del regime in Iran, l’ormai unico rimasto nemico principale? Bill Kristol sa esattamente quello che dice. Celebre direttore del Weekly Standard, è stato, insieme a Robert Kagan (j) marito di Victoria Nuland (Nudelman la destabilizzatrice dell’Ucraina) il fondatore del PNAC – Project for a New American Century: quel “pensatoio” stra-affollato di J (James Rubin, Elliot Abrams (j), Robert Zoellick (j), Martin Indyk dirigente dell’ American-Israel Public Affairs Committee (AIPAC) che nell’anno 2000 pubblicò quel piano chiamato “Rebuilding American Defense” (Ricostruire la Difesa Americana). Era, rivolto al futuro presidente Usa che ancora non si sapeva chi sarebbe stato (fu Bush jr.) l’immenso progetto di riarmo e bellicismo americano cui dobbiamo la condizione in cui è il globo: “L’America” vi si leggeva, “deve preservare ed estendere la sua posizione di leadership globale mantenendo la superiorità delle forze armate USA”. E’ il documento in cui si auspicava “un evento catalizzatore, come una nuova Pearl Harbor” per convincere i cittadini ai sacrifici economici e sociali di questo nuovo riarmo. Allora, avevano fretta di abbattere Saddam Hussein, che da modernizzatore stava facendo dell’Irak una media potenza regionale, e aiutare i curdi a farsi uno stato, destabilizzante di Siria, Irak, Iran.

Adesso gli stessi ambienti vedono bene, in funzione anti-Iran, fornire la Bomba al criminale folle saudita, loro ormai aperto alleato. L’atomica a Bin Salman: che cosa può andare storto?

E intanto, perché no, una sovversione della Cina per vent’anni. Non vi sembrino sogni impossibili: la “guerra al terrore” di Bush jr. sta durando da quasi altrettanto. I neocon sono tornati pieni di nuove idee per il genero Kushner.

https://vdare.com/posts/regime-change-in-china-the-kristol-never-rests

Par défaut

medias-presse.info : Pakistan : lueur d’espoir pour Asia Bibi par Jean-Pierre Dickès

medias-presse.info :

Pakistan : lueur d’espoir pour Asia Bibi
par Jean-Pierre Dickès

Khadim Hussain Rizvi est le chef du TLP (Tehrik-i-Labbaik Pakistan), le parti défendant la loi sur le blasphème ; cet homme veut pendre Asia Bibi pour le compte d’Allah. Et le gouvernement du Pakistan vient d’arrêter cet homme! En réalité son parti n’est représenté que par trois sièges au parlement de Sinh, un des États du Pakistan.

Oui! Le gouvernement du Pakistan, qui a déclaré il y a quelques jours avoir convenu avec cet individu et son parti que la condamnation d’Asia Bibi serait révisée et qu’elle serait empêchée de quitter le Pakistan ; ce même gouvernement a arrêté cet agitateur et un grand nombre de ses partisans.

Les membres de ce parti ont confirmé que la police faisait des raids sur les mosquées de ce groupe pour arrêter des militants et des dirigeants. Ils parlent de dizaines de détenus au cours des dernières heures. Ce qui n’a jamais été vu au Pakistan en aussi peu de temps.

À Lahore, capitale du Pendjab pakistanais où réside la famille d’Asia Bibi, les affrontements entre la police et les membres du TLP ont été très durs. Au moins une demi-douzaine de personnes ont été blessées. Mais l’accord entre le gouvernement et le TLP avait pour but de neutraliser les émeutes qui paralysaient le pays. Or les événements de ces dernières heures confirment que le gouvernement du Premier ministre Imran Khan n’a pas l’intention de se soumettre aux diktats de ce parti, comme les précédents dirigeants l’ont fait au cours des huit dernières années. Et dans ce sens, il faut être optimiste.

Le bon côté de cette réalité est la fermeté manifestée par le gouvernement d’Imran Khan, sunnite de 66 ans, originaire de Lahore. Khan est arrivé à la haute direction du pays en août dernier et depuis, il est Premier ministre et également ministre de l’Intérieur. Il a fait ses études en Europe au Keble College d’Oxford, a été chancelier de l’Université de Bradford et il était le représentant de l’UNICEF pour le sport. Il préside deux fondations, le Shaukat Khanum Memorial Trust, qui a construit le seul hôpital de cancérologie de son pays, et la Fondation Imran Khan, dédiée au travail social. Entre 1976 et 1992, il a été membre de l’équipe nationale de cricket du Pakistan (sport préféré dans ce pays), avec lequel il a remporté le championnat du monde. En 1996, il fonda son parti, le Mouvement pour la justice du Pakistan, de nature modérée et centriste.

Les antécédents du Premier ministre pakistanais permettent d’espérer en l’avenir d’Asia Bibi, car il veut en finir avec cette question qui dessert l’image du Pakistan sur le plan international. Ce pays est très compliqué. 98% de la population est musulmane et une partie non négligeable de ce pourcentage partage les idées du TLP. Mais pour le moment, le gouvernement Imran Khan fait des gestes positifs, en tenant compte des circonstances. Les évènements récents peuvent nous donner l’espoir d’une libération d’Asia Bibi.

Jean-Pierre Dickès

Par défaut

Arrêt sur Info Que peuvent encore attendre les Gilets jaunes en détresse d’un pareil énergumène? Le spectre du Phanar – Le schisme de l’orthodoxie en Ukraine La Russie empêche la marine ukrainienne de militariser la mer d’Azov Danger de guerre: les USA et le Royaume-Uni engagent encore plus de forces militaires en Ukraine Ce n’est pas en s’en prenant à Netanyahou que la gauche se guérira de son complexe d’occupation

Arrêt sur Info:

Que peuvent encore attendre les Gilets jaunes en détresse d’un pareil énergumène?
Le spectre du Phanar – Le schisme de l’orthodoxie en Ukraine
La Russie empêche la marine ukrainienne de militariser la mer d’Azov
Danger de guerre: les USA et le Royaume-Uni engagent encore plus de forces militaires en Ukraine
Ce n’est pas en s’en prenant à Netanyahou que la gauche se guérira de son complexe d’occupation
Pierre Le Corf depuis Alep: «Les roquettes à l’arme chimique, on les a reçues d’Idlib»

Que peuvent encore attendre les Gilets jaunes en détresse d’un pareil énergumène?

Posted: 26 Nov 2018 07:24 AM PST
Meeting du 10/12/16 à Paris : quand Emmanuel Macron hurlait à pleins poumons Que pensent aujourd’hui ceux des Français qui l’ont cru, ardemment applaudi ? Emmanuel Macron hurle et ne veut pas céder face à […]

Le spectre du Phanar – Le schisme de l’orthodoxie en Ukraine

Posted: 26 Nov 2018 03:57 AM PST
Le monde russe se retrouve pris dans un drame. Son Eglise orthodoxe dirigeante affronte un schisme dans le cadre d’une recherche d’indépendance religieuse. Si le régime de Kiev atteint son but, le fossé entre la Russie […]

La Russie empêche la marine ukrainienne de militariser la mer d’Azov

Posted: 26 Nov 2018 02:54 AM PST
Le gouvernement ukrainien dirigé par l’oligarque Petro Porochenko est en campagne électorale. C’est une des raisons pour lesquelles il se livre à de nouvelles provocations contre la Russie. Hier, selon les rapports, les forces ukrainiennes ont […]

Danger de guerre: les USA et le Royaume-Uni engagent encore plus de forces militaires en Ukraine

Posted: 26 Nov 2018 01:28 AM PST
Deux nouvelles conflictuelles sont parues en même temps : selon RT, « Moscou ouvre le feu pour arrêter des navires de guerre ukrainiens ayant violé ses eaux territoriales ». De l’autre côté, pour Le Figaro, c’est la Russie qui est responsable […]

Ce n’est pas en s’en prenant à Netanyahou que la gauche se guérira de son complexe d’occupation

Posted: 26 Nov 2018 01:09 AM PST
Toutes les catastrophes d’Israël n’ont pas commencé avec le meurtre de Rabin, et tous ses maux ne prendront pas fin lorsque Netanyahou sera remplacé. Mais quand on n’ a rien à offrir, on rejette toute la […]

Pierre Le Corf depuis Alep: «Les roquettes à l’arme chimique, on les a reçues d’Idlib»

Posted: 25 Nov 2018 11:32 AM PST
25.11.2018 Jugeant que tous les jours les médias mainstream mentent sur ce qui se passe en Syrie, Pierre Le Corf, humanitaire français vivant à Alep, souligne que l’attaque aux substances toxiques menée samedi soir par les […]

Par défaut

Japon infos:l’affaire Carlos Ghosn, la visite de Sud-Coréens sur une île disputée et la détermination de Shinzô Abe

Japon infos

Société
Économie
Culture
Tourisme
Édition Abonnés

Publicité
Accueil Revue de presse Affaire Ghosn | Visite contestée | Shinzô Abe déterminé

7j-decouverteRevue de presse

Affaire Ghosn | Visite contestée | Shinzô Abe déterminé
Par
Pierre-Etienne –
26 novembre 2018
0
32

Quotidiennement, notre équipe sélectionne et trie toute l’actualité du Japon afin de vous livrer l’essentiel de l’information japonaise. Nos revues de presse sont composées de quatre à cinq sujets, principalement axés sur la politique, l’économie, la société ou encore les faits divers, puis un dernier plus léger pour vous faire découvrir un autre regard de l’Archipel.

Cette revue de presse est offerte avec les abonnements à Japon infos et sera inaccessible prochainement pour les non-abonnés.

Dans cette revue de presse du lundi 26 novembre, nous aborderons : l’affaire Carlos Ghosn, la visite de Sud-Coréens sur une île disputée et la détermination de Shinzô Abe

L’affaire Ghosn continue

Après avoir vu sa garde à vue prolongée, après avoir perdu sa place chez Nissan, Carlos Ghosn a été démis de ses fonctions dans le groupe Mitsubishi motor, entreprise d’ailleurs habituée au scandales. Cependant, l’homme d’affaires continue de nier les faits qui lui sont reprochés. Selon Nobuo Gohara, ancien procureur aujourd’hui avocat, Carlos Ghosn pourrait être « victime » du système de négociation de peine mis en place en juin dernier. Ce système permet d’atténuer la peine en échange d’aveux ou d’une dénonciation de complice et également d’accélérer le processus judiciaire. Toujours selon lui, les preuves incriminantes sont faibles et les conditions d’arrestation troubles. Il avance même que des personnes en désaccord au sein de Nissan auraient pu utiliser les problèmes judiciaires de Ghosn pour le pousser vers la sortie. Dans le même temps, le PDG de Nissan, Hiroto Saikawa, qui avait été virulent lors de sa prise de parole contre Ghosn a indiqué lors d’une réunion avec des employés qu’il souhaitait revoir l’alliance avec Renault qu’il ne trouve « pas équitable ».
Une visite contestée

Huit parlementaires sud-coréen se sont rendus sur les îlots Takeshima, contrôlés par la Séoul mais revendiqués par Tôkyô, pour y inspecter les différentes installations. Les îlots abritent notamment du personnel de sécurité depuis 1954. Cette visite a bien sûr fait réagir le Japon dans un contexte de regain de tensions entre les deux pays. Une protestation officielle a été faite par les voies diplomatiques, aussi bien dans l’Archipel que sur le continent. La précédente visite de ce type avait eu lieu le 22 octobre dernier avec un groupe mené par le président du comité sur l’éducation de l’Assemblée nationale.
Shinzô Abe déterminé !

Le premier ministre Shinzô Abe a réaffirmé sa détermination à résoudre les problèmes territoriaux avec la Russie lors de la séance à la Diète d’aujourd’hui. « Moi et le président Poutine partageons une forte détermination à mettre fin au problème plutôt que de repousser la décision aux générations futures » a-t-il notamment indiqué. Les deux dirigeants avaient notamment discuté de ce point lors d’un récent sommet et il en était ressorti que l’accord de paix qui devrait reposer sur une déclaration de 1956 prévoit de rendre deux îles sur les quatre qui composent les Territoires du Nord. Interrogé sur ce point en particulier, il a répondu que ses « positions pour régler le différent territorial puis signer un accord de paix restent inchangées. »

Par défaut

le Saker Francophone: Armée US : état des lieux [1/3] Introduction et contexte impérial

Armée US : état des lieux [1/3]
Introduction et contexte impérial

Pourquoi l’armée US n’est (mal)heureusement pas préparée pour un conflit conventionnel majeur

Analyse écrite par l’équipe de South Front : Brian Kalman, Daniel Deiss, Edwin Watson.

Source

Seule une nation qui envisage d’envahir et d’occuper d’autres pays, et qui se retrouvera toujours dans un environnement hostile, aura besoin de tant de véhicules de transports blindés. Aucune autre armée majeure dans le monde n’a décidé de suivre ce nouveau modèle américain. Cela est peut-être dû au fait que le principal devoir de leurs forces armées est de se défendre. Les armées de défense nationale n’ont pas besoin de se préparer à combattre une population autochtone hostile.

Sommaire

Armée US : état des lieux [1/3] Introduction et Contexte impérial
Armée US : état des lieux [2/3] Contre-insurrection et déboires de l’US Navy
Armée US : état des lieux [3/3] Catastrophe du JSF et Corruption institutionnelle

Introduction

Dans le résumé du Département de la défense sur la stratégie de défense nationale des États-Unis pour 2018, le secrétaire James Mattis expose de manière succincte les défis et les objectifs de l’armée américaine dans l’avenir immédiat. Fait important à noter, il reconnaît que les États-Unis sont devenus beaucoup trop concentrés sur la contre-insurrection au cours des deux dernières décennies, mais il semble oublier l’origine de cette mission au départ.
Related image
Char M-1 Abrams en Irak

La politique étrangère des États-Unis et son recours à l’intervention militaire pour résoudre tous les supposés problèmes, le changement de régime et l’aventurisme impérialiste, ont entraîné la nécessité d’occuper ou de détruire des nations. Cela conduit à la croissance des insurrections et au renforcement du radicalisme religieux, qui couve depuis longtemps, et du sentiment anti-occidental au Moyen-Orient et en Asie centrale. L’armée américaine s’est volontairement jetée tête baissée dans une prophétie auto-réalisatrice.

Les États-Unis se sont livrés à des guerres inutiles et, alors que ces guerres ont été facilement remportées à court-terme sur le champ de bataille, le manque de planification pour l’occupation a provoqué des insurrections de guérilla qui n’étaient pas si faciles à affronter pour une armée conventionnelle. L’armée américaine n’était pas préparée à la guérilla dans les zones urbaines, ni à la tactique brutale et immorale [sic, NdT] dans laquelle ses nouveaux ennemis étaient prêts à s’engager. Elle n’avait évidemment pas réfléchi à l’expérience soviétique en Afghanistan, ni à la nature de ses nouveaux ennemis. Alors que les pertes causées par les engins piégés, les tireurs d’élite et les kamikazes dissimulés parmi les civils se multipliaient au sein de la population civile, l’armée américaine et le secteur de la défense ont été forcés de trouver des moyens de protéger les soldats et de rendre les véhicules moins vulnérables à ce type d’attaques. Cela a eu pour résultat que les véhicules de toute espèce ont été blindés et que de nouveaux véhicules résistant aux IED [engins explosifs improvisés] ont été conçus et mis en service en grand nombre. Cela a entraîné une énorme quantité de temps, d’efforts et d’argent. Cela a également incité les services militaires américains et l’industrie de la défense à se désintéresser de la guerre conventionnelle contre les nations à parité.

Après une décennie de lutte contre l’insurrection en Afghanistan et presque aussi longtemps en Irak, la direction américaine a décidé de détruire la nation souveraine libyenne et de déclencher une guerre en Syrie immédiatement après. Aujourd’hui, connaissant les événements historiques, il ne fait aucun doute que la CIA et le département d’État ont facilité l’invasion étrangère de la Syrie par des radicaux islamistes. Ils ont financé et armé ces groupes, organisé une formation clandestine et facilité le déplacement logistique des combattants et des armes dans un pays souverain afin de provoquer sa désintégration. Dans ces deux exemples, ils ont décidé de ne pas occuper ces pays, mais de détruire tout semblant de société ordonnée et de la remplacer par un chaos brutal et violent. Les dirigeants politiques et militaires des États-Unis semblent avoir appris que leur aventurisme passé avait entraîné des occupations coûteuses. Cependant, au lieu de s’abstenir d’utiliser l’option militaire comme moyen de modifier les réalités géopolitiques qu’ils n’aimaient pas, ils ont simplement choisi d’ignorer ensemble la responsabilité de l’occupation et la reconstruction.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Benghazi, en Libye. Un exemple de progrès démocratique et de stabilité en Afrique du Nord grâce à une “intervention humanitaire” menée par les États-Unis.

Alors que Mattis, le secrétaire américain à la défense a décrit les nations « à parité » que sont la Chine et la Russie comme des « puissances révisionnistes », il oublie que ce ne sont pas ces nations qui ont pris les décisions irresponsables et téméraires qui ont affaibli l’institution militaire des États-Unis, ni affirmé l’intention de réviser les catastrophes mal conçues et exécutées par leurs « pairs » américains. Ils ont atteint, dans de nombreux domaines, un état de parité militaire et technologique, et même parfois une position de supériorité vis-à-vis des États-Unis, car ils ont eu un meilleur jugement au cours des deux dernières décennies, investi leur temps, leur talent et leur richesse dans le développement de puissants systèmes conventionnels et nucléaires, en s’abstenant d’utiliser leurs moyens de défense nationale pour punir leurs adversaires présumés en causant davantage de dommages à eux-mêmes. À bien des égards, le piètre exemple des États-Unis et de ses expéditions militaires mal conçues a incité la Russie et la Chine à progresser sur des chemins différents. Maintenant, sans reconnaître ni admettre les échecs dans le leadership et la prise de décision qui ont conduit l’armée américaine à cette situation affaiblie, les États-Unis ont déclaré qu’ils traversaient maintenant une période de concurrence stratégique avec les deux autres caïds les plus forts du quartier.

Pour comprendre comment le secrétaire Mattis en est venu à une telle déclaration, nous devons examiner les décisions, actions, erreurs et défaillances militaires américaines au plus haut niveau qui nous ont conduits à ce point. Une brève analyse de la métamorphose de l’armée américaine résultant d’une force de combat conventionnelle robuste et équilibrée, appuyée par une dissuasion nucléaire viable en une force obsédée par l’occupation et la contre-insurrection, doit être menée. Ceci doit être suivi d’une étude sur la manière dont l’armée américaine a décidé d’investir son financement considérable, sur les systèmes d’armes qu’elle a mis au point et sur la manière dont elle considère que c’est la meilleure façon de protéger les intérêts de l’État en matière de sécurité nationale. Enfin, il convient de comparer les capacités de ses adversaires stratégiques déclarés. On peut alors tirer une conclusion quant à la capacité de l’armée américaine d’engager avec succès et de vaincre ces adversaires dans un futur conflit.

Expansion impériale, changement de régime et occupation

Lorsque l’Union soviétique s’est dissoute en décembre 1991, un vide du pouvoir mondial s’est immédiatement créé. Indépendamment des nombreuses assurances données au gouvernement de Gorbatchev – finalement révélées dans les correspondances officielles de l’OTAN publiées en décembre 2017 dans les archives de la sécurité nationale – que l’OTAN ne se développerait pas et que les anciens États fédérés soviétiques seraient inclus dans le système économique et de sécurité européen établi, les États-Unis se sont immédiatement engagés dans une politique d’expansion de l’OTAN et d’exploitation économique des territoires post-soviétiques.

Juste quelques mois plus tôt, les États-Unis avaient déployé des forces militaires en Arabie saoudite en tant que colonne vertébrale d’une coalition internationale pour contrer l’invasion irakienne du Koweït. Cela a abouti à l’Opération Desert Shield, le plus grand déploiement de forces militaires combinées de la part de l’armée américaine depuis la guerre du Vietnam. En janvier 1991, moins d’un mois après la disparition de l’URSS, l’opération Desert Shield est passée à l’opération Desert Storm, avec l’invasion de l’Irak et du Koweït. La puissance militaire conventionnelle utilisée par les États-Unis était extrêmement efficace et la plupart des systèmes de combat fonctionnaient extrêmement bien sur le champ de bataille. La supériorité aérienne devint bientôt absolue, l’armée de l’air irakienne laissant largement le ciel libre. Le grand succès de l’opération Desert Storm a largement contribué à donner aux planificateurs militaires du Pentagone un faux sentiment de supériorité, ce qui, comme nous le verrons, a conduit à un certain nombre d’hypothèses erronées et de mauvaises décisions concernant le développement et la transformation futurs de l’armée américaine.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Un peloton de chars Abrams M1A2 avance pendant l’opération Desert Storm. Les véhicules de combat blindés de l’armée américaine se sont révélés très efficaces contre un adversaire bien inférieur dans ce conflit, mais ils se sont révélés capables et fiables. Par contre les exigences logistiques se sont avérées être un défi.

La première « intervention humanitaire » militaire de l’après-guerre froide, menée par les États-Unis, a concerné le conflit civil en Yougoslavie en 1995. Sur la base d’une escalade des atrocités ethniques, l’intervention de l’OTAN était en fait conçue pour diviser l’ancienne République yougoslave, et installer un certain nombre de nations favorables à l’OTAN, ou pro-US et atlantistes, à la périphérie de la Russie dans les Balkans. La Slovénie est devenue membre de l’OTAN en 2004, suivie de la Croatie en 2009, puis du Monténégro en 2017. Parallèlement à la guerre civile qui sévissait dans l’ancienne République de Yougoslavie, les États-Unis et leurs alliés des États du Golfe ont fomenté et soutenu des insurrections islamiques dans les républiques caucasiennes de la Fédération de Russie nouvellement formée [Tchétchénie…] s’efforçant de l’affaiblir davantage et de l’encercler. À la fin de l’intervention américaine dans les Balkans, qui comprenait le déploiement de forces terrestres américaines dans le cadre de multiples opérations dirigées par l’OTAN, notamment l’opération Joint Endeavour, les opération Joint Guard et Joint Forge en Bosnie-Herzégovine et la Kosovo Force (KFOR), les États-Unis ont créé de facto l’État croupion du Kosovo. Pas moins de 43 000 soldats de l’OTAN ont participé à ces opérations entre 1995 et 2002.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Camp Bondsteel, dans le protectorat du Kosovo parrainé par les États-Unis et situé dans le sud-ouest de la Serbie. L’intervention au Kosovo n’a rien à voir avec les préoccupations humanitaires, mais était le moyen pour implanter une base militaire permanente dans les Balkans.

Comme je l’ai décrit et expliqué dans une analyse antérieure intitulée « L’évolution des véhicules blindés de l’armée US au XXIe siècle ; le système de combat de l’avenir cède le pas à la puissance de feu protégée et mobile », bien que la direction de l’armée américaine se soit félicitée des performances de ses véhicules blindés et de ses systèmes d’armes hérités des opérations Desert Storm et Joint Endeavour, elle n’était pas satisfaite par le temps qu’il a fallu pour déployer de grandes unités d’armes combinées via la capacité de transport maritime et aérien disponible. La logistique complexe liée à la mobilisation et au déplacement d’unités blindées lourdes ne permet pas un déploiement rapide, en particulier sur des distances importantes. Même le pré-déploiement d’équipements blindés lourds, soit dans des pays hôtes, soit chargés dans des navires stationnés en réserve dans des bases avancées – telles que celle de Diego Garcia – ou amarrés dans les principaux ports de la zone continentale des États-Unis, présente un ensemble de défis logistiques.

Le désir de rationaliser la logistique militaire américaine et de créer un cadre de combat plus facile à déployer, plus flexible, tout en maintenant les niveaux de létalité les plus élevés, et grâce aux technologies de l’information et aux systèmes de communication de pointe, a conduit à la genèse du système de combat de demain [Future Combat System : FCS]. En adoptant le concept de FCS, l’Armée de terre a fixé des objectifs de déploiement très ambitieux, qui se révéleraient inaccessibles. Le général Eric Shinseki, alors chef d’état-major de l’armée, a déclaré que l’armée s’efforcerait de déployer une brigade de combat n’importe où dans le monde en 96 heures, une division complète en 120 heures et pas moins de cinq divisions en un mois. Le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, était un ardent défenseur du concept FCS. L’armée américaine suivra finalement le programme FCS, le plus important programme d’acquisition de défense de l’histoire militaire américaine, dont le prix avoisinerait les 200 milliards de dollars. Le programme a finalement été annulé en 2009, mais son influence dans la transformation de l’armée américaine s’est révélée considérable et a eu une influence négative sur la capacité de l’armée à se battre aux côtés d’adversaires à parité dans l’environnement de combat d’aujourd’hui.

L’armée américaine deviendra une force d’invasion et d’occupation au cours de l’ère néocon allant de l’an 2000 à nos jours. En 2003, les États-Unis envahissaient à nouveau le territoire irakien, cette fois-ci au cours de l’opération Iraqi Freedom. À ce moment-là, l’armée américaine avait partiellement pris en compte certains aspects du FCS, principalement dans la région où des forces prêtes au combat de la taille d’une brigade se déployaient rapidement. L’opération Iraqi Freedom a été conçue comme une invasion rapide faisant appel à des équipes de combat hautement mobiles, autonomes et combinées, appuyées par une puissance aérienne écrasante. L’armée irakienne était beaucoup plus faible en 2003 qu’en 1991. C’était l’ombre de ce qu’elle fut, elle avait été attaquée à plusieurs reprises au cours de la décennie, notamment ses réseaux de défense aérienne, de commandement et de contrôle. Une force terrestre combinée d’environ 148 000 hommes a été déployée, prête pour des opérations offensives, en un mois et demi environ. Les opérations terrestres de l’invasion ont duré du 20 mars au 1er mai 2003. La victoire initiale était impressionnante, mais il est vite devenu évident qu’il n’existait aucun plan réaliste et pragmatique visant à occuper le pays et à aider un nouveau gouvernement stable et capable.

Ce qui a suivi a été une période de crise pour l’armée américaine. Lorsque les soldats américains ne furent pas accueillis comme des libérateurs et que se formèrent plusieurs insurrections anti-occupation organisées et impitoyables, les unes motivées par le patriotisme, d’autres par des convictions tribales et religieuses, et enfin certaines par le terrorisme de groupes tels qu’al-Qaïda, les soldats en charge de l’occupation de l’Irak n’étaient malheureusement pas préparés à la tâche qui leur était confiée. Les troupes américaines déployées dans un pays dont elles venaient tout juste de détruire l’infrastructure civile minimale ont été chargées de la reconstruction de la nation dans un pays où se développait une insurrection croissante à plusieurs niveaux. Les convois et les patrouilles étaient de plus en plus la cible d’embuscades d’insurgés opérant le long des routes principales et dans les centres urbains. Les véhicules légers et les transports militaires ont été ciblés et détruits en nombre considérable, et les équipages ne bénéficiaient d’aucune protection contre les armes légères et de petit calibre, ainsi que contre les engins explosifs improvisés (IED) extrêmement puissants.

L’administration Bush qui avait, à l’époque, prétendu que les troupes des États-Unis seraient largement accueillies comme libératrices a commencé à se démener pour trouver des moyens de réduire le nombre croissant de victimes américaines. La solution a été d’ajouter une protection blindée à tous les véhicules existants dans les unités logistiques, qu’il s’agisse de véhicules HMMWV [Humvee] ou de LMTV [un peu plus gros] et HEMMT [très gros]. L’ajout de blindages aux véhicules de soutien logistique qui ne sont pas destinés au combat de première ligne a considérablement augmenté leur consommation de carburant – d’une grande importance dans le secteur de la logistique – et n’a, par ailleurs, été réalisé qu’à un coût élevé. L’armée américaine n’avait à ce moment-là qu’un seul véhicule blindé en service actif, le M1117, en petit nombre. La décision fut prise de protéger le très répandu HMMWV et de lui confier les tâches de patrouille blindée, de sécurité intérieure et de contrôle des foules. Le HMMWV a été conçu et utilisé de manière assez efficace comme véhicule utilitaire léger et s’est toujours bien comporté dans ce rôle, mais il n’a jamais été conçu pour les tâches qu’il a été appelé à effectuer après 2003.

L’obsession des MRAP [véhicule anti-mines]

Un certain nombre de types de blindages différents ont été développés pour le HMMWV, principalement dans le but d’accroître les chances de survie de l’équipage. Le Hummer blindé n’était qu’un palliatif jusqu’à ce que des véhicules blindés spécialement conçus à cet effet puissent être développés et mis en service en plus grand nombre. Bien qu’efficace contre les armes légères, les grenades et les mines, le M1117 a été utilisé en nombre très limité en 2003 avec des unités de la police militaire, principalement chargées de la sécurité sur des installations militaires. Des commandes importantes du véhicule ont été passées après l’invasion de l’Irak en 2003, et leur nombre est passé d’environ 50 à plus de 1 800 unités en service actif.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Une colonne de HMMWV et un LMTV arrêtés le long d’une route en Irak peu de temps après l’invasion de 2003.

L’armée américaine sollicita l’aide de l’industrie de la défense américaine et internationale pour produire un véhicule blindé qui pourrait mieux servir les besoins actuels d’une armée d’occupation qui fait face, non seulement à une nation rebelle, mais à deux. Entre 2003 et 2007, l’armée américaine a déploré de plus en plus de victimes sur les théâtres d’occupation irakien et afghan. Dans le cas de l’Afghanistan, le nombre de victimes continua à augmenter jusqu’en 2010 avant de diminuer pendant plusieurs années consécutives. La plupart de ces victimes résultaient d’embuscades avec des engins piégés. Ces attaques ont été multipliées par six entre 2003 et 2007.

Le département de la Défense (DOD) dépensera des milliards de dollars en contrats pour des véhicules munis d’une protection anti-mines (MRAP) entre 2003 et aujourd’hui. Le coût total d’acquisition des différents MRAP commandés et mis en service dépasse, au bas mot, $45 milliards. L’armée américaine compte pas moins de sept types différents de MRAP en service à ce jour, plus que tout autre pays, et de loin. Alors que les États-Unis ont réduit leur présence active en Afghanistan et en Irak, ils ont vendu bon nombre de ces véhicules aux forces de sécurité locales, et même aux forces de police nationales des États-Unis, car ils ne sont guère utiles sur un champ de bataille contesté où l’armée américaine se battrait dans un conflit conventionnel avec un adversaire puissant. La liste suivante détaille les principaux types de MRAP utilisés par l’armée américaine et les coûts associés :

M-ATV

La genèse du véhicule MRAP tout terrain (M-ATV) était le désir d’obtenir à la fois la protection contre les IED apportée par un MRAP et la mobilité d’un véhicule tout-terrain plus léger. On s’est vite aperçu que la variante blindée M1114 HMMWV sacrifiait une grande partie de ses performances hors-route avec l’ajout d’une plaque de blindage lourde, sans toutefois fournir une protection adéquate. Un MRAP léger construit à cet effet était nécessaire. Oshkosh Corporation a obtenu un contrat initial d’un milliard de dollars pour la fourniture du nouveau M-ATV à l’US Army, à l’USMC [Marine Corps], à l’US-Air Force et au Special Operations Command – qui regroupe les éléments de tous les services militaires d’opérations spéciales – à la mi-2009. La commande initiale a été multipliée par quatre en quelques années et le nombre total de M-ATV produits à ce jour a atteint près de 10 000 unités de différentes variantes. Le coût d’acquisition non corrigé de l’inflation dépassera probablement les $4 milliards et des contrats supplémentaires ont été attribués pour la mise à jour et le réaménagement de toutes les unités en service. Depuis, de nombreuses unités ont été remises aux gouvernements alliés du Moyen-Orient et d’Europe à des prix très réduits. Les pays bénéficiaires de l’OTAN incluent la Pologne et la Croatie. Les Émirats Arabes Unis et l’Arabie saoudite ont tous deux utilisé le M-ATV dans le conflit au Yémen et en ont perdu un nombre considérable au combat.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Taille comparée du blindé HMMWV et du M-ATV. L’omniprésent « Hummer » n’a jamais été conçu pour être une voiture blindée et des centaines ont été détruits par des engins piégés en Irak et en Afghanistan.

Cougar

Le Cougar est un véhicule beaucoup plus robuste que le M-ATV, il ressemble à un camion lourdement blindé. Il existe en version 4 x 4 et, plus grand, 6 x 6, avec plusieurs modèles basés sur ces deux plates-formes, en fonction du rôle souhaité. Le Cougar a été développé par Force Protection, Inc. en 2004. La société a ensuite été rachetée par General Dynamics en 2011. Le Cougar a été mis en service à la hâte après un programme d’essais très simple et rudimentaire en 2004, l’armée américaine souhaitant bénéficier de milliers de MRAP en service en Irak dès que possible. Le Cougar peut faire remonter sa lignée à d’anciens véhicules conçus et mis au point en Afrique du Sud. Il a également été adopté par les Britanniques et le Canada. Le Cougar a été produit en grand nombre entre 2004 et 2010 pour l’armée américaine, tandis que les Britanniques ont passé de nouvelles commandes dans au moins quatre variantes différentes. Un certain nombre ont également été offerts à d’autres pays de l’OTAN ayant des contingents en Afghanistan. L’armée américaine a dépensé entre $2,5 et 3,0 milliards pour acquérir ses Cougars, et des fonds supplémentaires ont été dépensés pour améliorer environ 20% de la flotte survivante pouvant rester en service.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Armée britannique : variantes du Cougar 4 × 4 et 6 × 6 (Mastiff et Ridgeback) d’un convoi protégeant les transports militaires en Afghanistan.

Caiman

Le MRAP probablement le plus rentable, question coût, mis au point pour répondre aux besoins du programme de véhicule MRAP, est le Caiman, conçu par Armor Holdings – acheté depuis par BAE Systems. Au départ, le Caiman partageait 85% de ses composants de base avec la famille de véhicules tactiques militaires (FMTV) de Stewart & Stevenson/Oshkosh. Cette famille de camions, légers à moyens, est produite depuis le début des années 1980, avec plus de 74 000 unités de configurations variées mises en service. Cette économie d’échelle a permis de réduire les coûts de fabrication, de maintenance et des stocks. Le coût total du contrat Caiman – y compris un contrat ultérieur pour la mise à niveau et l’amélioration de véhicules conformes à la norme relative aux véhicules multizones – s’est élevé à plus de $1,15 milliard. Les États-Unis ont vendu aux Émirats Arabes Unis, 1 150 MRAP Caiman excédentaires pour les opérations au Yemen.

MaxxPro

Fabriqué par Navistar Defence, une filiale de Navistar International Corporation, le MRAP MaxxPro est basé sur un châssis de camion commercial et utilise autant que possible une armature blindée boulonnée. Cela réduit les coûts de fabrication par rapport à la construction soudée et permet une réparation plus facile sur le terrain. Environ 9 000 MRAP MaxxPro ont été construits pour l’armée américaine, le Corps des marines et l’armée de l’air. Avec un coût unitaire moyen de $515 000, le Maxxpro a coûté plus de $4,6 milliards à l’armée américaine, sans compter un certain nombre de contrats de mise à niveau. Sur les 9 000 unités construites et livrées, les services militaires américains ont annoncé en 2013 leur intention de n’en conserver qu’un tiers en service au-delà de 2014.

Buffalo

Le plus grand MRAP de l’inventaire américain, le Buffalo a été conçu comme un véhicule IED et de déminage. Fabriqué par Force Protection Inc., il est basé sur le MRAP Casspir qui est utilisé par l’armée sud-africaine depuis des décennies. Le Buffalo est un véhicule blindé 6 × 6 avec une masse maximale en service de 25 tonnes. Après la construction des 200 premières unités, le Buffalo a été mis au niveau A2 en 2009, après quoi 450 unités supplémentaires ont été produites. Au total, plus de 750 unités ont été produites, dont 650 en service dans l’armée américaine pour un coût de plus d’un milliard de dollars.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Buffalo MRAP enlevant un engin explosif à l’aide de sa griffe articulée à commande hydraulique.

Les origines du Buffalo sont clairement une réponse aux dangers d’une occupation militaire prolongée dans un environnement actif de guérilla. Il était basé sur une conception éprouvée et a été extrêmement efficace dans le rôle prévu. Le véhicule traditionnel de déminage ou d’élimination des IED serait normalement un MBT [char d’assaut] équipé d’un appareil de déminage. Le Buffalo est moins cher à fabriquer, à entretenir et à exploiter qu’un MBT, et il est légèrement plus flexible dans une multitude d’environnements. Il peut également accueillir 12 soldats en plus d’un équipage normal de deux personnes.

Nyala RG-31 / 33

Fabriqué par Land Systems OMC (BAE Land Systems) en Afrique du Sud et FNSS en Turquie, le RG-31/33 Nyala MRAP est produit en versions 4 × 4 (RG-31) et 6 × 6 (RG-33) et répond aux exigences d’un véhicules MRAP. Bien que l’armée américaine en ait utilisé le plus grand nombre – près de 2 000 véhicules – dix autres pays utilisent ce MRAP dans une certaine mesure. Le Corps de marines US en a commandé 1 385 de la variante Mark 5E et exploite plus de RG-31 que tout autre service de l’armée. Le coût total de l’acquisition du RG-31/33 dépasse facilement $2,7 milliards.

JLTV

Le plus ambitieux de tous les programmes MRAP, le véhicule tactique léger (JLTV) est destiné à remplacer le HMMWV utilisé par toutes les branches militaires des États-Unis. Bien que la conception du nouveau véhicule vise à le rendre plus performant dans un certain nombre de tâches militaires, il s’agit essentiellement d’un véhicule protégé des embuscades et résistant aux mines. Le JLTV est apte à prendre en charge les tâches de reconnaissance blindée légère, de sécurité blindée, d’opérations spéciales, de protection des convois – troupes et marchandises. Le JLTV se veut suffisamment flexible pour effectuer toutes ces tâches et sa conception permet même l’adaptation du système de blindage et d’armement à la tâche requise.

Le US Accountability Office (GAO) [Cour des comptes US] a estimé en 2015 que le coût du JLTV, pour tous les services, s’élèverait probablement à $53,5 milliards, avec un total de 5 500 unités pour le US Marine Corps et de 49 099 pour l’US Army. En 2016, le ministère de la Défense a affirmé que le coût total du programme serait réduit en raison des coûts unitaires révisés et des « méthodes d’estimation des coûts » adaptées [sic, NdT]. Cependant, l’expérience passée a prouvé que le Pentagone est généralement assez mauvais pour gérer ses finances. Selon le calendrier d’achat proposé, les premiers JLTV seront livrés à partir de 2018 et ne seront achevés qu’en 2040 pour l’armée américaine. Les 5 500 unités demandées par l’US Marine Corps devraient être livrées entre 2018 et 2022.

Le programme JLTV incarne clairement l’attachement de l’armée américaine à ses expériences en Irak et en Afghanistan avec l’occupation et les insurrections qui en ont résulté motivées par un anti-américanisme inévitable et des sentiments anti-occidentaux. Les envahisseurs ne sont jamais vus comme des libérateurs, mais toujours comme des asservisseurs et des occupants. Les occupants ne sont jamais en sécurité, car la ligne de front est partout. L’armée américaine a réagi pour se protéger en blindant tout. Les véhicules utilitaires légers et le transport logistique de toutes les catégories étaient blindés. Seule une nation qui envisage d’envahir et d’occuper d’autres pays, et qui se retrouvera toujours dans un environnement hostile, aura besoin de tant de MRAP et de transports blindés. Aucune autre armée majeure dans le monde n’a décidé de suivre ce nouveau modèle américain. C’est peut-être dû au fait que le principal devoir de leurs forces armées est de se défendre. Les armées de défense nationale n’ont pas besoin de se préparer à combattre une population autochtone hostile.
Why the U.S. Military is Woefully Unprepared for a Major Conventional Conflict
Comparons côte à côte un HMMWV non blidé et un JLTV blindé. Le nouveau véhicule est deux fois plus lourd que le HMMWV standard.

Le JLTV est un monstre blindé tout-terrain pouvant supporter une charge utile allant de 1 600 à 2 300 kg, des armes de la taille du SHORAD (variante de la défense aérienne à courte portée du missile Hellfire) ou du canon automatique M230LF de 30 mm, et garantit la survie l’équipage dans la plupart des attaques par IED. Le Département de la défense a décidé de remplacer à la fois la plateforme MRAP et la famille de véhicules utilitaires HMMWV par la nouvelle plate-forme JLTV. Le JLTV est équipé d’un V8 diesel de 6,6 litres pouvant produire au moins 300 ch. Le véhicule pèse entre 7 et 9 tonnes selon le modèle. En comparaison, le HMMWV non blindé pèse 3,8 tonnes, entièrement chargé et utilise un V8 diesel – certains modèles utilisent un turbo diesel – d’une puissance maximale de 190 ch. Même en tenant compte de l’efficacité accrue obtenue grâce à la technologie moderne des moteurs à combustion interne, un véhicule qui pèse deux fois plus et nécessite une puissance plus grande entraînera une consommation de carburant plus élevée et nécessitera une maintenance plus importante.

Analyse écrite par l’équipe de South Front : Brian Kalman, Daniel Deiss, Edwin Watson.
Article suivant

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

Par défaut

medias-presse.info : La France orange mécanique, la France interdite par Francesca de Villasmundo-un gentil bengladais violeur de deux jeunes filles;acquitté pour l’une ,sursis pour l’autre: »il n’avait pas « le code culturel » pauvre choux

medias-presse.info :

La France orange mécanique, la France interdite
par Francesca de Villasmundo

« La « Justice » a officiellement renoncé à tout » pour sauver les oripeaux de la France multi-culturelle, d’un « vivre-ensemble », de l’accueil migratoire, devenus cauchemar pour les Français…

Francesca de Villasmundo

Par défaut