Pour une école libre au Québec: France — Une recherche libre est-elle encore possible en histoire ou en lettres ? Alan Bloom : « L’Âme désarmée » republiée Grande-Bretagne — enfants autistes poussés à s’identifier comme transgenres ? L’Alberta menace de retirer les subventions aux écoles dont le règlement interne est trop religieux France

Pour une école libre au Québec:

France — Une recherche libre est-elle encore possible en histoire ou en lettres ?
Alan Bloom : « L’Âme désarmée » republiée
Grande-Bretagne — enfants autistes poussés à s’identifier comme transgenres ?
L’Alberta menace de retirer les subventions aux écoles dont le règlement interne est trop religieux

France — Une recherche libre est-elle encore possible en histoire ou en lettres ?

Posted: 23 Nov 2018 08:39 PM PST
STÉPHANE RATTI(*) est historien de l’Antiquité, agrégé de lettres classiques, professeur des universités, enseigne l’histoire de l’Antiquité tardive à l’université de Bourgogne–Franche-Comté. Il s’alarme de l’entrée en vigueur, à l’université, de nouvelles règles concernant la réalisation de la thèse, qui risquent d’encourager le conformisme et d’appauvrir la vie intellectuelle du pays. Sa lettre ouverte ci-dessous :

« Les doctorants se verront soumis dès la deuxième année de thèse à l’évaluation d’un “comité de suivi de thèse”. Le terme même de comité fait froid dans le dos et on imagine les dérives que ce type » de surveillance collective peut induire.

« Fernand Braudel n’aurait pas écrit “La Méditerranée” sans l’appui intellectuel de son maître Lucien Febvre. Or, au motif de prendre en compte de rares cas d’abus, on a porté atteinte à la spécificité d’une recherche libre qui passe avant tout, pour le futur doctorant, » par le choix sans contrainte d’un maître.

De lourds nuages continuent à s’amonceler à l’horizon de l’université française. Et ils sont chargés de vraies menaces pour les libertés des futurs universitaires. Depuis une décision prise sous le précédent quinquennat, le régime des thèses permettant d’obtenir le doctorat, ce très ancien diplôme créé sous l’Empire, en 1808, et de postuler en principe aux fonctions de maître de conférences dans les facultés a été profondément bouleversé. Afin d’encourager et de stimuler l’avancement de leurs recherches, les doctorants se verront soumis dès la deuxième année de thèse, conformément à un arrêté du 25 mai 2016, à l’évaluation d’un « comité de suivi de thèse » : le terme même de « comité » fait froid dans le dos et on imagine trop aisément les dérives que ce type de surveillance collective peut induire.

Au lieu de fournir l’aide escomptée, les directions collectives risquent de brider le principe originel de toute recherche : le libre choix des méthodes, des lectures, des objectifs affichés et des voies élues pour aboutir à des résultats qui, d’ailleurs, ne seront pas toujours conformes aux objectifs. Par définition, en effet, la recherche est une prise de risque puisqu’elle ne sait pas d’avance ce qu’elle trouvera. De plus, on invite désormais les candidats au doctorat à s’inscrire dans une équipe, un collectif qui dirigera en commun leurs travaux, et ce, parfois, au nom de l’interdisciplinarité, au mépris de la spécialité du candidat.

Le directeur de la thèse, en outre, c’est-à-dire le maître choisi par le doctorant, ne fait plus partie du jury de la soutenance. C’est tout juste si les plus courageux des directeurs osent encore prononcer plus ou moins clandestinement quelques mots pour soutenir leur élève au début de la séance. Mais ils ne signent plus désormais le procès-verbal de soutenance. On a cru protéger ainsi les candidats des pressions de tous ordres auxquelles ils pouvaient se croire soumis au cours de leur thèse. Or, sous couvert de lutter contre d’hypothétiques abus de pouvoir, une suspicion généralisée s’installe, qui non seulement renverse les relations entre maîtres et élèves, mais encore dénature celles qui prévalaient entre collègues, en principe des pairs.

On a de ce fait porté atteinte, au motif de prendre en compte de rares cas d’abus, à la spécificité même d’une recherche libre qui passe avant tout, pour le futur doctorant, par le choix sans contrainte d’un maître. Ce type d’affinités intellectuelles et de proximités personnelles faites, il faut bien le dire, de confiance profonde et d’une forme d’admiration scientifique pour les travaux de celui qu’on choisit pour diriger les siens propres n’est plus désormais un critère quand on entreprend une thèse.

Fernand Braudel n’aurait pas écrit La Méditerranée sans l’appui intellectuel de son maître Lucien Febvre. Le grand latiniste et historien Pierre Grimal n’aurait pas été ce qu’il fut s’il n’avait pas été dirigé à ses débuts par Jean Bayet et Jérôme Carcopino. Précisons d’ailleurs que l’admiration n’est pas la servilité. Au cours de leur vie intellectuelle, les plus grands élèves savent d’eux-mêmes s’affranchir. L’on sait, par exemple, que la biographie de Cicéron par Pierre Grimal cherche à répondre dans son interprétation de la fin de la République romaine à celle de César par Jérôme Carcopino.

De surcroît, on tente d’imposer avec cet arrêté du 25 mai 2016 un abrégement draconien aux études doctorales : la thèse devra être achevée en moins de trois ans, contre aujourd’hui cinq à sept ans, en moyenne, en sciences humaines (soit les anciennes facultés des lettres, philosophie, histoire, psychologie, sociologie). On se demande si, dans ces conditions, ce nouveau délai impératif trop resserré auquel on astreint les doctorants, inspiré de ce qui se fait dans les sciences dures, est vraiment adapté à la réalité que vivent en France à la fois les lettres, les humanités et les professeurs de littérature, de philosophie ou d’histoire qui fournissent le contingent le plus nombreux de thésards et qui, sans aucune aide financière, rédigent courageusement leur thèse en même temps qu’ils assument leur charge d’enseignement de professeur agrégé ou certifié. Enfin, on a ainsi appris tout récemment que les futurs recteurs d’Académie, qui sont chanceliers des universités, pourront être choisis en dehors du corps des professeurs d’université ou des titulaires d’habilitation à diriger des recherches. C’est une victoire de plus pour l’administration, qui prend de ce fait encore davantage le pouvoir dans l’enseignement supérieur au détriment des vrais enseignants-chercheurs.

Tous ces maux ont été avec une avance de quelques décennies dénoncés dans un livre admirable et qui, en 1987, rendit célèbre son auteur non seulement sur le campus de l’université de Chicago — où il apparaissait comme le maître vénéré de son ami Saul Bellow (qui raconta sa vie dans un roman à clef, Ravelstein) et aussi comme le digne disciple de Leo Strauss — mais dans le monde entier. Ce livre dû au critique et philosophe Allan Bloom (1930-1992) porte un titre original, The Closing of the American Mind, curieusement traduit en français par L’Âme désarmée. Il vient tout juste d’être réédité par Les Belles Lettres dans l’excellente collection « Le Goût des idées » dirigée par Jean-Claude Zylberstein, augmenté d’un chapitre inédit. [Voir recension ici.]

Allan Bloom y propose une définition de l’éthos universitaire à partir de Platon et du Banquet notamment : il ne saurait y avoir d’enseignement véritable sans amour du Beau et recherche de la Vérité ; il ne saurait y avoir de pédagogie sans échange dialogué avec un public préparé, averti et curieux. L’utilitarisme qui règne en maître sur les esprits de nos technocrates est dénoncé dans l’ouvrage comme la cause première du déclin de la culture générale et la pratique des humanités (les sciences qui rendent l’homme libre de prendre de bonnes décisions) louée comme la seule voie démocratique vers l’affranchissement. On méditera, parmi d’autres, cette sentence du philosophe : « La concentration démocratique sur l’utile, sur la solution des problèmes que l’ensemble de la population croit être les plus urgents, fait paraître la distance théorique non seulement inutile, mais immorale. »

(*) STÉPHANE RATTI(*) a renouvelé notre vision des relations entre chrétiens et païens aux IVe et Ve siècles. Il a publié de nombreux ouvrages remarqués, comme « Le Premier Saint Augustin » (Les Belles Lettres, 2016). Dans son nouvel essai, « Les Aveux de la chair sans masque » (Éditions universitaires de Dijon, 110 p., 10 €), il analyse l’interprétation discutable, par Michel Foucault, de textes des pères de l’Église sur la sexualité.

Alan Bloom : « L’Âme désarmée » republiée

Posted: 23 Nov 2018 08:32 PM PST
Chronique d’Éric Zemmour à l’occasion de la republication, 30 ans plus tard, de l’ouvrage « L’Âme désarmée » (The Closing of the American Mind) d’Alan Bloom. Allan Bloom (1930-1992), philosophe, élève de Leo Strauss, était un fervent défenseur des textes classiques, fut très critique du système universitaire américain qu’il quitta en 1970 pour aller enseigner à l’étranger. Traducteur de Platon et de Rousseau, il a publié différents essais, le plus célèbre étant L’Âme désarmée.

C’était il y a trente ans. Un essai à la fois profond et acerbe nous décrivait l’envers du décor de cette université américaine que le monde entier admirait. Son auteur s’appelait Allan Bloom. Comme disait son préfacier et ami, Saul Bellow, qui a reçu depuis lors le prix Nobel de littérature : « Ce livre n’est pas un livre de professeur, mais celui d’un penseur qui accepte de prendre les risques que prennent généralement les écrivains. » À la même époque, un film québécois, Le Déclin de l’empire américain, croquait aussi les médiocrités et ridicules des universitaires américains dans une satire réjouissante. Le roi était nu. On ne savait pas alors que ces audacieux iconoclastes écrivaient notre avenir.

On le comprend en lisant aujourd’hui ce livre, réédité aux Belles Lettres avec une traduction inédite d’une partie du texte que les Français avaient alors dédaignée. Certes, nous n’avons toujours pas en France les campus somptueux, les budgets de recherche abondants, les Prix Nobel en bouquets, les meilleurs étudiants du monde qui se pressent aux portes de nos universités. En revanche, nous avons toutes les tares que Bloom décrivait dans son ouvrage : le déclin de la culture générale au bénéfice des « problèmes de société » ; les revendications séparatistes des « minorités » raciales ou sexuelles ; la baisse du niveau scolaire au nom de la lutte contre les inégalités ; la domination du relativisme au détriment de la recherche de la vérité ; ou encore les sciences humaines qui singent les sciences « dures ». Nous avons désormais, de part et d’autre de l’Atlantique, la même jeunesse : « L’objectif de l’éducation qu’ils ont reçue n’était pas de faire d’eux de jeunes gens cultivés, mais de jeunes gens ouverts : il était de les doter d’une vertu morale. » Les jeunes Français, comme les jeunes Américains, ont subi la même éducation, le même endoctrinement, devrait-on dire, où l’enseignement des valeurs (en France, on ajoute « républicaines ») s’est substitué à l’ancienne instruction de la culture générale : « Une telle éducation n’est guère plus que de la propagande. »

Bloom revient sur la scène fondatrice : les années 1960. Il a tout vu, tout compris. Il est à la révolution des années 1960, ce que Burke fut à celle de 1789 : un œil à la fois libéral et conservateur, bienveillant, mais dupe de rien, qui met son immense culture au service de l’analyse fouillée des événements dont il est le contemporain.

Bloom est un grand lecteur de Tocqueville et de Rousseau ; de Hobbes et de Locke ; de Nietzsche et de Hegel. Il vit aux États-Unis avec une culture européenne. Il est une sorte de personnage des Bostoniennes, le célèbre roman de Henry James sur l’Amérique de la fin du XIXe siècle. Il est un homme des Lumières, mais, pour lui, les Lumières débordent largement les philosophes français du XVIIIe siècle, puisqu’il étend leur emprise jusqu’aux grands penseurs du XVIIe, Descartes ou Hobbes. Pour lui, les Lumières, c’est le règne de la « raison » ; c’est la liberté ; c’est l’Occident. Mais il vit dans les années 1960 du XXe siècle, et il observe ses étudiants. Il voit s’imposer le règne de la musique rock sur toute autre forme de musique et sur toute autre forme de culture : « Mick Jagger a joué dans la vie de ces jeunes gens le rôle que Napoléon a joué dans celle des jeunes Français pendant tout le XIXe siècle. » La montée en puissance du féminisme et ses contradictions fondatrices, entre liberté et égalité, libération sexuelle et protection des femmes, libertinage et puritanisme. L’émergence du « pouvoir noir » et les ravages de l’affirmative action (« discrimination positive ») : « Ce qu’exige le pouvoir noir, c’est l’identité noire et non les droits universels […]. La fraternité programmée dans les années 1960 n’a pas abouti à l’intégration ; elle a viré à l’isolement des Noirs ; les Noirs restent entre eux. » Et la révolte de ces élèves qui se sentent humiliés et rejettent ce qu’ils ne parvenaient pas à acquérir : « Les étudiants noirs n’étaient pas des citoyens de seconde classe parce que c’étaient de mauvais élèves, mais parce qu’on les avait obligés à imiter la culture blanche. »

Régis Debray nous a appris que la France et l’Europe étaient devenues une colonie américaine qui cherchait avidement la lumière dans l’œil de son maître. Bloom nous rappelle que le maître américain fut d’abord la fille de l’Europe. Il retrace la généalogie de cette « contre-culture » des années 1960, retrouve sa source dans la pensée de Nietzsche, apportée aux États-Unis par Max Weber, « jetant à la mer le bien et le mal en même temps que la raison » ; pensée de Nietzsche revisitée et approfondie par Heidegger, lui-même traduit et « reconstruit sur une base gauchiste » par les philosophes français de la Libération, les Sartre, Foucault, Derrida, Barthes. Cette « French theory » s’imposera sur les campus américains des années 1960, avant d’être à nouveau importée par des universitaires français pour qui tout ce qui vient d’Amérique est parole d’évangile.

Bloom n’est pas le premier ni le seul à établir sur ces bases la dénonciation de cette « pensée 68 ». Il n’est pas non plus le seul ni le premier à estimer que « l’engagement de Heidegger dans le mouvement nazi n’était pas une conséquence de son innocence politique, mais un corollaire de sa critique du rationalisme ». Mais, confronté à la violence des mouvements étudiants des années 1960 qui menacent et molestent leurs professeurs, il n’hésite pas à écrire : « La formule usée de Marx ne cessait de me revenir à l’esprit : l’histoire se répète toujours deux fois, la première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce. L’université américaine des années 1960 faisait l’expérience du même démantèlement de la structure de l’investigation rationnelle (du champ de la raison) qu’avait connue l’université allemande dans les années 1930. »

Depuis lors, les étudiants des années 1960, aux États-Unis comme en France, sont devenus les patrons de l’Occident. Ils ont imposé leur relativisme en vérité suprême. « Le rationalisme occidental a abouti à un rejet de la raison. Le relativisme parvient à détruire les prétentions universelles de l’Occident […]. Privé de ce besoin de vérité, l’Occident s’effondrera. » Bloom est mort désespéré.

L’Âme désarmée
de Allan Bloom
Essai sur le déclin de la culture générale
paru le 19 septembre 2018
aux Belles Lettres
à Paris
Broché : 504 pages
ISBN-13 : 978-2251448473

Grande-Bretagne — enfants autistes poussés à s’identifier comme transgenres ?

Posted: 23 Nov 2018 05:49 PM PST
Le Daily Mail britannique a récemment publié une histoire choquante. Un enseignant lanceur d’alerte y affirme qu’on y convainc des enfants autistes vulnérables qu’ils seraient dysphoriques du genre. Le Mail on Sunday a révélé que 17 écoliers d’une même école britannique suivent une « thérapie » de changement de sexe. La plupart de ces enfants qui subissent cette transformation sont autistes, selon un enseignant, qui a déclaré que les enfants vulnérables souffrant de problèmes de santé mentale étaient « leurrés » en leur faisant croire qu’ils étaient du mauvais sexe. On trouvera ci-dessous des extraits de cette enquête du Mail on Sunday.

La lanceuse d’alerte dit que peu de ces enfants « transgenres » souffrent de dysphorie de genre — le terme médical pour quelqu’un qui se sent né dans le mauvais corps — mais qu’ils sont facilement influençables, s’accrochant à la croyance erronée qu’ils seraient du mauvais sexe, y voyant un moyen de faire face aux problèmes causés par l’autisme.

Plus tôt cette année, le Mail on Sunday a révélé qu’un tiers des jeunes envoyés à la seule clinique d’identité sexuelle pour enfants du NHS [Santé publique] présentait des « traits autistiques modérés à sévères ».

Cela signifie que 150 adolescents autistes ont reçu des médicaments bloquant la puberté qui empêchent leur corps de mûrir.

L’enseignante dit qu’elle s’est sentie obligée de s’exprimer pour protéger ses élèves, dont beaucoup, selon elle, pourraient déjà prendre des médicaments puissants et subir une chirurgie qui pourrait changer leur vie.

Elle croit que les écoles et certains hommes politiques ont avalé « les hameçons, les lignes et les plombs » d’un » sophisme » politiquement correct colporté par un puissant lobby transgenre.

Elle a demandé au Mail on Sunday de cacher son identité de peur d’être licenciée après presque 20 ans d’enseignement, mais dans une interview choquante, la femme, que nous appellerons Carol, raconte comment :

On lui a conseillé de garder les parents et les autres enseignants dans l’ignorance si un élève disait être transgenre ;

Des élèves plus âgés de son école qui ont changé de sexe ont » préparé » des élèves plus jeunes, principalement autistes, à faire de même ;

Une adolescente autiste va bientôt subir une double ablation du sein ;

Les élèves qui disent qu’ils sont nés du mauvais sexe imitent les vedettes transsexuelles de YouTube. Carol croit que c’est en partie à cause de cela qu’ils ont convaincu les enfants vulnérables qu’ils souffrent de dysphorie de genre.

Hier soir, le député conservateur David Davies a déclaré : » Je félicite cette enseignante d’être venue nous dire ce que je soupçonnais depuis longtemps dans les écoles. Il est horrible que les enfants soient encouragés par d’autres élèves à s’identifier comme transgenres, en particulier s’ils sont autistes.

Les parents n’en sont pas informés et il n’y a aucun moyen de contredire ces élèves qui ont été convaincus par les autres qu’ils avaient un problème qu’ils n’ont presque certainement pas. Tragiquement, le résultat final pourrait être des procédures chirurgicales irréversibles. C’est scandaleux.

L’enseignante, qui a son propre enfant, croit aussi que bon nombre de ceux qui disent qu’ils sont du mauvais sexe sont juste homosexuels, mais qu’ils feraient face à de l’intimidation s’ils devaient le dire. En revanche, dit-elle, les enfants transgenres de l’école sont idolâtrés par les autres élèves.

Anna Friel et Callum Booth-Ford dans le feuilleton Butterfly (Papillon),
Max, 11 ans, s’y identifie comme une fille et veut vivre sa vie comme Maxine.

Elle s’est également inquiétée du fait que de nombreux enseignants ont maintenant trop peur de contester les affirmations des élèves selon lesquelles ils sont transgenres parce qu’ils craignent d’être licenciés ou poursuivis pour avoir été transphobes.

Les 17 élèves qui s’identifient aujourd’hui comme transgenres suivent les traces d’une adolescente qui a quitté l’école et prévoit une double ablation du sein.

Cette étudiante, qui est née femme, a dit à Carol qu’elle voulait s’identifier comme personne non binaire — une personne — sans sexe spécifique — en janvier 2014, à l’âge de 16 ans et deux ans après avoir été diagnostiquée comme autiste.

Après avoir consulté ses parents, l’école a accepté de changer le nom de l’élève sur le registre pour un nom non sexiste. Les enseignants ont également accepté d’utiliser des pronoms masculins et féminins selon le sexe de l’élève identifié comme tel un jour donné.

« Ces pronoms pouvaient changer d’une heure à l’autre selon la façon dont l’élève se sentait », de dire Carol.

Carol a mis l’élève en contact avec un groupe de soutien pour transgenres, mais elle dit maintenant qu’elle regrette amèrement d’avoir géré ainsi ce cas. « Cet enfant a été diagnostiqué autiste à l’âge de 14 ans et n’était certainement pas transsexuel », a-t-elle ajouté. Elle avait d’autres problèmes de santé mentale compliqués. C’est une tragédie que sa demande ait été acceptée si facilement. Maintenant, elle va mutiler son corps.

Au cours des quatre années suivantes, les 17 élèves qui se sont » révélés » comme transgenres sont devenus puissants au sein de l’école, dit Carol.

Ils portent des vêtements et des coiffures identiques et adoptent souvent les noms des vedettes transgenres de YouTube. Elle a également été témoin de première main de la façon dont les élèves plus âgés ont persuadé des autistes plus jeunes qu’eux aussi étaient nés du mauvais sexe — un processus qu’elle a comparé au « grooming » [NdeFDS : méthode d’endoctrinement des bandes de prédateurs sexuels musulmans avec les très jeunes filles – les bandes de « dresseurs » de filles].

« Ce sont juste des jeunes ayant des problèmes de santé mentale qui ont trouvé une identité et qui veulent faire partie d’un groupe de personnes aux vues similaires », a-t-elle dit.

J’ai vu des filles ayant changé de sexe endoctriner [groom] des filles plus jeunes à faire la même chose… et dans presque tous les cas, elles sont autistes, dit l’institutrice.

Au cours d’une carrière d’enseignante sans tache qui s’étend sur deux décennies, Carol a consacré une grande partie de son temps au bien-être émotionnel et personnel des élèves dont elle a la charge.

Ainsi, lorsqu’une élève de 16 ans qu’elle connaissait depuis de nombreuses années lui a confié tranquillement qu’elle se sentait piégée dans le mauvais corps et qu’elle envisageait de changer de sexe, son instinct a été de prendre l’adolescent avec amour sous son aile.

Même si Carol savait que l’enfant avait été diagnostiquée autiste deux ans plus tôt, elle a juré de lui fournir le soutien dont elle avait besoin pour la guider dans ce qui serait évidemment un voyage difficile.

Nous étions en janvier 2014 et le débat sur les droits des transgenres, si surchargé aujourd’hui, avait à peine commencé.

L’éventail déconcertant de la terminologie utilisée pour définir les diverses permutations de ce qu’on appelle » l’identité de genre » n’avait pas encore émergé et Carol admet qu’elle ne savait pas vers qui se tourner pour obtenir de l’aide.

Mais parce qu’elle était responsable de la pastorale des élèves, Carol a été contactée par une organisation qui avait pour but d’aider les jeunes transsexuels.

L’organisme, que Carol nous a demandé de ne pas nommer parce qu’elle craignait que cela puisse les identifier, elle et l’élève, avait récemment ouvert un centre à proximité.

L’étudiante, qui est née femme, avait insisté sur le fait qu’elle voulait maintenant s’identifier comme une personne non binaire — une personne n’ayant pas de sexe spécifique — alors Carol l’a favorablement envoyée vers le groupe. Mais la douce mère en est venue à regretter amèrement cette décision.

« Une fois rentrée dans ce groupe, on ne peut rebrousser chemin », dit-elle. « On a décidé qu’elle était transgenre et c’est tout, ça n’a jamais été contesté et je m’en veux pour ça ».

Carol croit maintenant fermement que l’élève n’a jamais souffert de dysphorie de genre — le terme médical pour quelqu’un qui se sent né dans le mauvais corps — mais qu’il était simplement autiste et aurait dû recevoir plus d’aide pour faire face à ses difficultés émotionnelles et sociales.

Ce qui rend la situation encore plus douloureuse pour Carol, et c’est l’une des raisons pour lesquelles elle a choisi de s’exprimer aujourd’hui, c’est qu’elle a appris que la jeune fille prévoit une double ablation des seins dans le cadre de son réalignement de sexe.

Elle dit : « Cet enfant a été diagnostiqué autiste à l’âge de 14 ans et n’était certainement pas transgenre — elle avait des problèmes compliqués de santé mentale. C’est une tragédie qu’elle s’apprête à mutiler son corps. »

Elle se souvient que l’école a fait tout ce qu’elle a pu pour accommoder l’élève. Après avoir consulté les parents de l’enfant, l’école a accepté de changer le nom de l’élève sur le registre pour un nom non sexiste. Les enseignants ont également commencé à utiliser les pronoms masculin et féminin en fonction du sexe auquel l’élève s’identifiait un jour donné. « Les pronoms pouvaient changer d’une heure à l’autre selon la façon dont l’élève se sentait », a dit Carol.

L’adolescente a demandé si elle pouvait organiser une assemblée pour dire aux autres élèves de l’école qu’elle était transgenre, mais Carol l’a empêchée.

Elle comprend maintenant que l’élève « éduquait » de manière informelle ses camarades, ce qui, selon Carol, aurait pu être le catalyseur d’une vague de cas « imitateurs » chez les élèves autistes.

Au cours des quatre années suivantes, Carol a été témoin d’une explosion étonnante du nombre d’enfants prétendant être transgenres.

Dans presque tous les cas, dit-elle, les enfants avaient été officiellement diagnostiquées comme autistes par l’autorité scolaire locale. Les personnes qui n’ont pas reçu de diagnostic officiel montraient des signes évidents de leur autisme, dit-elle.

Selon Carol, neuf des 18 écoliers qu’elle a vus s’identifier comme transgenres ont reçu un diagnostic d’autisme, tandis que les autres présentaient des signes précis de cette maladie. « En général, ces enfants sont des introvertis doués », dit-elle.

« Je ne crois pas qu’ils soient réellement transgenres. Ce ne sont que des jeunes ayant des problèmes de santé mentale complexes qui ont trouvé une identité et qui veulent faire partie d’un groupe de personnes aux vues similaires ».

Selon un rapport interne, un tiers des patients envoyés à la Tavistock Clinic, le seul lieu du Service de Santé National (NHS) du Royaume-Uni pour les jeunes dont le sexe est confus, ont de fortes caractéristiques autistiques.

L’augmentation spectaculaire du nombre d’élèves désireux de changer de sexe a coïncidé avec une clameur croissante des militants qui réclament plus de droits pour les personnes transgenres.

Le Gouvernement mène actuellement des consultations sur la question de savoir s’il faut autoriser les gens à changer de sexe sans diagnostic médical.

Cela a déclenché un débat acharné sur la question de savoir si les hommes qui disent qu’ils s’identifient comme des femmes devraient être autorisés à pénétrer dans les espaces réservés aux femmes.

Carol n’est pas favorable à cette initiative, mais elle est sympathique aux transgenres. Elle a déclaré : « Si un enfant souffre réellement de dysphorie de genre, il doit bien sûr recevoir tout l’amour et le soutien dont il a besoin. »

Mais je crois que les enfants autistes qui ne sont pas transgenres sont exploités par le lobby transgenre. On leur fait subir un lavage de cerveau pour leur faire croire qu’ils sont transgenres.

Elle a dit que ce qui était le plus inquiétant, c’est que certains d’entre eux pourraient prendre de fortes drogues » bloqueuses de puberté » qui interrompent le développement physique.

Ils le font à l’insu de leurs parents et sans surveillance médicale, même si les produits chimiques » peuvent leur causer de graves problèmes de santé plus tard dans leur vie « .

L’école, dont Carol a demandé à ce que l’emplacement soit gardé secret, compte 17 élèves qui prétendent être transgenres.

La majorité est formée de filles qui prétendent être » non binaires » ou » s’identifier » comme garçons et un petit nombre de garçons qui s’identifient comme filles. Elle dit qu’il s’agit souvent d’élèves brillants, sympathiques et populaires.

D’autres filles affluent vers elles comme s’il s’agissait d’idoles adolescentes et certaines sortent avec elles.

Il semble, dit Carol, que la transsexualité soit à la mode.

Carol décrit comment certains des enfants transgenres les plus déclarés surveillent le langage et le comportement des autres, accusant souvent les enseignants et leurs camarades de « mégenrer ».

L’infraction est causée par l’utilisation d’un pronom incorrect ou par le fait de ne pas reconnaître la nouvelle identité sexuelle d’un élève.

L’an dernier, le Daily Mail a révélé qu’un enseignant de l’Oxfordshire a été accusé de faute professionnelle quand il a accidentellement traité un élève transgenre de « fille » alors que l’élève se disait alors être un garçon.

Carol dit : « J’ai discuté du sujet des menstruations pendant un cours récemment et j’ai été rappelée à l’ordre par l’une des élèves qui s’identifie maintenant comme un garçon pour ne pas avoir dit que les garçons peuvent aussi avoir leurs règles. Bien sûr qu’ils ne peuvent pas et ça ressemble à une plaisanterie, mais beaucoup d’enseignants sont terrifiés à l’idée de commettre un impair ».

Carol dit que dans le climat actuel, elle » n’oserait pas » suggérer à un élève disant être » trans » qu’il pourrait se tromper. « S’il y avait une plainte, je pourrais être renvoyée. »

Selon elle, les élèves transgenres ont tendance à se convertir par groupe de deux ou trois vers l’âge de 14 ans et d’une manière très uniforme : ils coiffent leurs cheveux avec une raie et se teignent en bleu, noir ou blond, et commencent à porter de grandes lunettes rondes, des bottes du Dr Martens, des vestes d’âne et des pantalons moulants.

Je suppose qu’elles doivent toutes porter des bandes pour le torse [afin d’aplatir les seins] et on m’a parlé d’une fille qui rembourrait ses sous-vêtements pour faire croire qu’elle avait un pénis.

Malgré le grand nombre d’enfants transgenres qui fréquentent l’école, Carol dit que le ministère de l’Éducation ou les cadres supérieurs ne donnent que peu d’indications sur la façon de les gérer.

Son syndicat l’a dirigée vers un groupe de soutien transgenre, Mermaids [les Sirènes], dont les conseils en ligne avertissent les enseignants de ne pas dire aux parents qu’un élève veut changer de sexe à moins qu’il ne s’agisse de sécuriser l’enfant.

Carol ajoute « À mon avis, il y a toujours un problème de sécurisation — surtout quand on sait que l’enfant a des problèmes de santé mentale sous-jacents. Tous les parents ont le droit de savoir. Le conseil de garder le secret enfreint la règle n° 1 de la protection de l’enfance. »

Le groupe des Mermaids n’était pas disponible pour commentaires hier soir,

Carol dit que les élèves transgenres de son école adoptent parfois les noms de trans YouTubers qui ont trouvé la gloire en ligne.

Il est arrivé qu’un groupe d’élèves qui s’identifient comme des garçons utilisent tous le même nom.

Certaines célébrités de l’Internet ont été accusées d’influencer les jeunes enfants à penser qu’ils sont transgenres alors qu’ils ne le sont pas.

Dans une vidéo, la vedette populaire Alex Bertie raconte à un jeune qui a dit qu’il était « confus » et « ne se sentait pas assez trans » qu’il réprimait son identité transgenre.

Carol pense que plusieurs des filles se disant transgenres sont, en fait, lesbiennes. Elles sortent avec d’autres filles qui sont à la fois trans et non-trans, révèle-t-elle.

« En parlant à ces filles, l’idée d’être une femme hétérosexuelle est terrifiante pour elles, mais le fait d’être connue comme lesbienne est aussi désagréable et elles deviennent transgenres. »

« Je pense qu’en tant que lesbiennes, elles feraient face à davantage d’intimidation, mais en tant qu’enfants transgenres, elles deviennent presque populaires ».

L’attrait, dit-elle, c’est qu’« en devenant trans, ces enfants socialement maladroits qui ont lutté pour se faire accepter voient soudainement leur popularité monter en flèche. »

Elles ont des filles qui les entourent comme des servantes parce qu’elles ressemblent à de jolis petits garçons », dit-elle.

Elles reflètent les fantasmes des adolescentes, ressemblant à des vedettes de la pop comme Justin Bieber. « Ces jeunes trans deviennent très puissantes à l’école.»

[…]

Carol a raconté comment des enfants en détresse venaient la voir et lui disaient qu’ils étaient trans, lui expliquant : « Je me sentais très perdue, mais [une élève transgenre plus âgée] m’a trouvée en train de pleurer dans le couloir et m’a aidé à comprendre qui je suis vraiment « .

Ses préoccupations viennent s’ajouter à l’inquiétude croissante face à l’augmentation du nombre d’adolescentes désireuses de changer de sexe.

Plus de 1 000 personnes ont été orientées vers un traitement cette année, comparativement à seulement 40 en 2010. La ministre des Égalités, Penny Mordaunt, a ordonné une enquête pour savoir pourquoi.

Carol dit : « Je suis maintenant tellement alarmée par la force des intentions des transgenres que je ne sais pas combien de temps encore je peux continuer, car je ne peux plus être honnête avec les étudiants.

Nous sommes sous la coupe de groupes qui ne connaissent pas ces enfants, pour prendre des décisions qui leur sont nuisibles.

Et nous donnons aux enfants un grand nombre d’organismes pour qu’ils puissent prendre des décisions quand ils ont besoin de limites pour se sentir en sécurité. C’est comme entrer dans un cauchemar.

Dans 20 ans, nous repenserons la ruée vers le changement du sexe de nos enfants comme l’un des chapitres les plus sombres de la médecine », dit le psychothérapeute BOB WITHERS.

Permettez-moi d’être tout à fait clair : je n’ai aucun doute qu’il y ait des gens qui se sentent être de l’un des sexes, mais ont le corps de l’autre.

Vivre avec un conflit interne aussi constant et constant est horrifiant pour beaucoup de personnes touchées et ne devrait jamais être ignoré.

Personne ne devrait chercher à supprimer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une autre personne.

Mais la question que nous devons nous poser aujourd’hui est : comment déterminer quels sont les besoins réels ? Et comment, alors, devrions-nous les traiter ?

[…]

Je suis psychothérapeute depuis plus de 30 ans et, au cours de cette période, j’ai travaillé avec un nombre restreint, mais important de patients qui souhaitaient changer de sexe.

Dans l’intérêt de tous, je crois que la chirurgie — qui est irréversible — ne devrait jamais être qu’un dernier recours. Nous devrions toujours commencer par aider l’esprit à mieux s’adapter au corps avant de commencer à modifier le corps pour l’adapter à l’esprit.

Pourtant, dans le NHS d’aujourd’hui, les professionnels permettent à des centaines, voire des milliers d’adolescents, de subir une intervention chirurgicale majeure pour changer leur sexe.

C’est fait, presque sans contestation, au nom des droits des transgenres. Mais dans 20 ans, je crois que nous considérerons cette folie comme l’une des périodes les plus sombres de l’histoire de la médecine moderne.

On nous demandera pourquoi nous n’avons pas réussi à contester leur croyance qu’ils sont nés dans les “mauvais” corps.

On nous demandera pourquoi nous avons si facilement ignoré les sonnettes d’alarme qui retentissaient, à savoir que beaucoup étaient autistes ou avaient des problèmes de santé mentale.

Ce à quoi nous sommes confrontés aujourd’hui est extrêmement préoccupant. Si 17 enfants sont en transition dans cette école secondaire, il ne fait aucun doute qu’il se produit la même chose dans d’autres écoles. Ce qui se passe, c’est que nous amenons à cela une génération d’enfants qui ont des problèmes de santé mentale assez complexes.

S’identifier comme trans peut apparaître être un moyen d’expliquer cette souffrance. Plutôt que de comprendre d’où cela pourrait provenir — se sentir seul ou isolé, être victime d’intimidation, avoir un trouble du spectre autistique ou être aux prises avec de nombreux problèmes allant des sévices sexuels à l’automutilation — nous leur permettons de changer de sexe.

C’est une solution paresseuse et dommageable que les professionnels du NHS [Ministère de la Santé], les enseignants, les politiciens et la loi sont impatients d’adopter pour faire valoir leurs points de vue progressistes.

En 2015, j’ai publié un article primé, mais controversé, sur la question de savoir si un traitement pourrait remplacer le besoin perçu par certains patients en matière de chirurgie.

Personnellement, je pense qu’en tant que société, nous devrions célébrer la variabilité entre les sexes. Certains de mes patients ont été capables de vivre de manière créative avec le décalage entre leur esprit et leur corps. Là où ce n’est pas possible — et où un patient souffre manifestement — nous devrions toujours faire quelque chose à ce sujet.

Pourtant, le débat sur cette question a été réduit au silence par des activistes transgenres qui qualifient de “transphobes” quiconque ose défier leur dogme.

Cette adhésion aveugle à l’idéologie a des conséquences réelles et dangereuses.

Dans mon domaine, par exemple, de nombreux psychothérapeutes ont maintenant peur d’interroger correctement un patient qui s’identifie comme trans : peur d’explorer leur passé, de poser des questions sur leur sexualité ou de s’intéresser à leur santé mentale. Ils n’y aventureront pas, de peur d’être radiés.

Le principal problème qui se pose aujourd’hui est que si vous ne prétendez pas que le patient est transgenre, vous risquez d’être accusé de pratiquer une “thérapie de conversion”.

La thérapie de conversion consiste à essayer de convaincre une personne homosexuelle qu’elle est vraiment hétéro. […] À présent, des organismes puissants, dont le NHS et les principales organisations de conseil, ont signé un protocole d’accord — un accord sur les modalités de pratique — qui étend la définition de la thérapie de conversion aux patients transgenres.

Et cette note de service bien intentionnée est utilisée par les activistes trans pour empêcher les thérapeutes, les psychologues et d’autres personnes de poser des questions rigoureuses pour savoir si un patient souffre réellement d’une véritable “dysphorie de genre”.

Un thérapeute peut avoir de bonnes raisons de croire que l’adolescent qui se dit trans qui le consulte déteste son corps parce qu’il a subi des sévices sexuels dans son enfance et se sent vulnérable. Mais ils ne peuvent plus explorer cette possibilité.

Ils pourraient alors peut-être se rendre compte qu’un groupe d’écolières se sont prétendues trans après avoir vu qu’une de leurs camarades est devenue un papillon social (très populaire) après avoir dit qu’elle se sentait “garçon”.

Il faut négliger l’effet de mode et l’attrait de la popularité

Pourtant, psychothérapeutes, psychiatres et enseignants ne peuvent plus évoquer aucune de ces possibilités sans encourir des risques pour leur carrière. Récemment, 650 activistes trans ont signé une lettre publiée dans Therapy Today, la revue de la British Association of Counselling and Psychotherapy, pour demander l’exclusion de toutes les personnes ne pratiquent pas la “thérapie d’affirmation”. Si le gouvernement persiste dans ses projets visant à permettre aux gens de s’identifier comme bon leur semble, sans validation externe, je crains que cela ne renforce la position de ceux qui plaident en faveur d’un traitement « transaffirmatif”.

À mon sens, éviter de poser des questions aussi pénétrantes à des patients que prétendent être transsexuels — en particulier à des adolescents — constitue un manquement lâche à notre devoir.

Nous renonçons à notre responsabilité si nous devenons simplement des béni-oui-oui et ne faisons que les référer machinalement à la prochaine étape du processus de changement de sexe.

Le danger est qu’une fois sur la voie médicale menant à un changement de sexe, il est très difficile d’en revenir.

Les écoliers envoyés au Service de développement de l’identité de genre géré par The Tavistock et le Portman NHS Foundation Trust à Londres ont déclaré n’avoir subi que six séances pour déterminer s’ils étaient oui ou non trans. Plusieurs membres du personnel m’ont dit qu’ils étaient consternés en leur âme et conscience par le fait que, trop souvent, aucune psychothérapie n’est proposée avant le début du traitement médical.

On leur donne ensuite des médicaments “bloqueurs de la puberté” qui arrêtent les développements physiques — des médicaments puissants non autorisés pour le traitement des transgenres adultes car, c’est attesté, ceux-ci peuvent affaiblir les os, peut-être à vie. Il existe peu de données à long terme sur leur sécurité, mais le NHS les distribue régulièrement à des adolescents.

Ensuite, la plupart recevront des hormones de réassignation sexuelle, qui comportent leurs propres risques. Donner de la testostérone aux femmes, par exemple, peut augmenter le risque de cancer de l’ovaire.

On ne sait pas exactement combien d’entre eux effectuent la transition chirurgicale complète vers le sexe “opposé ‘. Que celle-ci apporte un bonheur durable est encore moins clair. Des études à court terme, généralement menées peu de temps après l’intervention, suggèrent que les patients sont immédiatement plus heureux. Mais les quelques études à long terme qui existent brossent un tableau différent.

L’une d’elles, qui suivait des hommes qui avaient fait la transition pour devenir des femmes pendant 15 à 20 ans après l’opération, a montré qu’ils avaient 20 fois plus de risques de suicide que les autres hommes dont l’âge, la classe sociale et les problèmes de santé mentale étaient comparables.

Sur YouTube, certains transsexuels publient maintenant des vidéos qui avertissent les jeunes de ne pas procéder à une réaffectation.

Le ressac a commencé

Il ne faudra certainement pas longtemps avant qu’une nouvelle génération ne pose des questions plus difficiles. Ils se demanderont pourquoi personne ne les a arrêtés, ne leur a dit que le traitement pourrait détruire leur vie sexuelle – ou ne les ont avertis que cela les rendrait infertiles et ne les rendrait peut-être pas heureux après tout. Il se peut aussi que des avocats posent les mêmes questions, ayant en vu des millions en guise de compensation.

Nous avons besoin d’un peu d’honnêteté maintenant, libérée du correctivisme politique.

Sinon, nous nous dirigeons vers la catastrophe. »

Voir aussi

Jordan Peterson et les jeunes « trans » (M-à-j avis de Debra Soh sur l’augmentation de ceux-ci)

Le genre et l’université : une chape de plomb s’abat

Chronique de la parentalité moderne : une femme qui se dit homme et qui accouche est-elle le « père » de son bébé ?

Carence de crimes haineux, il faut les inventer ?

Canulars embarrassants : revues « savantes » dupées par de fausses études adoptant des mots clés à la mode

L’Alberta menace de retirer les subventions aux écoles dont le règlement interne est trop religieux

Posted: 23 Nov 2018 04:02 PM PST
Pour faire suite à notre billet Le Ministère de l’Éducation de l’Alberta (NPD) veut couper le financement d’écoles chrétiennes.

Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF.ca) a répondu mercredi à l’ordonnance du ministère de l’Éducation d’Alberta imposant aux écoles religieuses les politiques du gouvernement NDP (gauche dite progressiste).

L’ordonnance, émise mercredi matin, impose une politique ministérielle aux écoles dont les règlements ne seraient pas conformes à l’article 45.1 de la Loi scolaire de l’Alberta (The School Act).

Cette ordonnance remplace d’autorité les règlements et politiques propres aux écoles par des règlements et politiques uniques prescrites par le gouvernement. Politiques et règlement qui s’accordaient avec leur caractère religieux et l’identité propre à chaque école.

L’ordonnance du ministère exige également des écoles qu’elles s’engagent à collaborer avec lui même si les parents de l’école s’y opposent, raisons protégées par la Constitution, en acceptant de ne pas divulguer aux parents la [possible] participation de leurs jeunes enfants à des Clubs d’alliance homo-hétéro (Gay Straight Alliance).

Au cours de la semaine du 1er au 5 octobre, plusieurs écoles dont les règlements « sûrs et bienveillants » avaient été déclarés non conformes par le Ministère de l’Éducation de l’Alberta ont demandé au ministère de préciser en quoi le point de vue religieux de leurs règlements s’opposait à la diversité ou étaient « peu accueillants, insensibles ou irrespectueux ». La correspondance d’octobre démontre que le Ministère de l’Éducation albertain justifie l’interdiction des références religieuses dans les politiques scolaires sur la seule base de « l’opinion du ministre ».

Le ministère de l’Éducation albertain ordonne que ces passages soient supprimés des règlements scolaires de ces écoles :

« Nous pensons que les hommes et les femmes ont été créés à l’image de Dieu, et ont donc une valeur intrinsèque transcendante » (violerait prétendument la Loi sur l’Instruction parce que : « peu accueillant, insensible ou irrespectueux »).
« Développer une attitude pieuse envers le mariage et la famille, ainsi que la compréhension et les compétences nécessaires pour établir un foyer honorant Dieu. »
« … Les parents ont la responsabilité d’élever leurs enfants et sont les principaux éducateurs de leurs enfants. Par conséquent, l’école impliquera les parents de manière appropriée et nécessaire en ce qui concerne la participation de leurs enfants aux groupes d’élèves conformément aux pratiques habituelles de notification. » (violerait la Loi sur l’Instruction)
« La vérité immuable et infaillible de la Parole de Dieu » (censé enfreindre l’exigence de la Loi selon laquelle la « diversité » doit être « respectée »).
« Dès réception d’une demande pour la création d’un cercle ou la tenue d’une activité, le directeur d’école déterminera si ledit cercle ou ladite activité créerait un environnement sûr, attentionné, accueillant et respectueux compatible avec la vision et la mission de l’école. »
« Dieu a créé l’homme et la femme, égaux en dignité et en valeur, mais avec des rôles distincts et complémentaires » (violerait l’exigence de la Loi sur l’Instruction relative à « un environnement d’apprentissage accueillant, attentionné, respectueux et sûr »).
« L’institution du mariage de Dieu, une relation d’alliance entre un homme et une femme, constitue le seul environnement dans lequel les activités sexuelles sont autorisées et constitue le contexte dans lequel les enfants doivent être élevés. »
« Les enseignants et le personnel de l’école ne peuvent être obligés d’enseigner une morale ou des doctrines religieuses contraires aux engagements de la communauté scolaire en matière de foi ou de valeurs de telle sorte que ces doctrines ou cette morale soient aussi dignes de foi. »

« L’ordonnance du ministère imposant sa volonté sans explication, sans égard à la sécurité de l’enfant et sans égard aux droits parentaux qui sont protégés par la Déclaration des droits de l’Alberta et la Charte canadienne des droits et libertés, donne à penser que cette ordonnance ne se base pas sur la loi, » déclare Jay Cameron, avocat des parents et des écoles appelantes dans le dossier du projet de loi 24.

La contestation judiciaire de la constitutionnalité des articles de la School Act (loi scolaire, en français), dont l’article 45.1, est en cours.

Une audience est actuellement prévue pour le 3 décembre 2018

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s