Gaullisme.fr: Cinq ans pour réagir ? Gérard Collomb se lâche !

Gaullisme.fr:

Cinq ans pour réagir ? Gérard Collomb se lâche !
Cinq ans pour réagir ? Gérard Collomb se lâche !

Publié le 13 novembre 2018 par Alain Kerhervé dans Billet du jour // 0 commentaire

C’est le temps qui nous reste, selon Gérard Collomb, si l’on veut éviter qu’un affrontement inter-communautaire majeur ne devienne inévitable en France. Il s’est confié à un journaliste de Valeurs actuelles le 13 février 2018. L’hebdomadaire en rend compte dans son numéro 4275 du 1er novembre 2018 (pages 16 et suivantes).

Nous reproduisons mot à mot cet entretien :

« – Au fond du fond, comment jugez-vous la situation sécuritaire en France ?

-C’est très inquiétant. Ce que je lis tous les matins dans les notes de police reflète une situation très pessimiste. Les rapports entre les gens sont très durs, les gens ne veulent pas vivre ensemble…

-Quelle est la part de responsabilité de l’immigration ?

-Énorme. C’est pour ça qu’avec Emmanuel Macron nous avons voulu faire changer la loi…

-Votre loi ne s’attaque qu’à l’immigration illégale. La légale permet de faire entrer plus de 200 000 personnes sur le territoire chaque année…

-C’est vrai. On fait étape par étape. Mais ça reste un problème…

-Vous pensez qu’on n’a plus besoin d’immigration en France ?

-Oui, absolument.

-Vous parliez du vivre-ensemble, tout à l’heure. Que se passe-t-il ?

-Des communautés en France s’affrontent de plus en plus et ça devient très violent…

-Que craignez-vous ? Une partition ? Une sécession ?

-Oui, je pense à cela, c’est ce qui me préoccupe.

-Combien de temps reste-t-il avant qu’il ne soit trop tard ?

-Je ne veux pas faire peur, mais je pense qu’il reste peu de temps.

-Combien ?

-C’est difficile à estimer, mais je dirais que, d’ici à cinq ans, la situation pourrait devenir irréversible. Oui, on a cinq ans, six ans, pour éviter le pire. Après… » Fin de citation.

… Il faut savoir gré à Gérard Collomb de cet accès de franchise, qu’il a d’ailleurs réitéré le 3 octobre sur le perron de l’hôtel Beauvau, lors de sa passation de services avec Edouard Philippe impavide : « Aujourd’hui, on vit côte à côte, je crains que demain on ne vive face à face » (même source)

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s