Le blog de Liliane Held-Khawam:Fake news: Le caprice du prince. Serge Halimi

La réorganisation du monde (DOSSIER)
La dissolution des Etats
Mondialisation
Intégration Suisse-UE
L’Etat Transnational et sa bourgeoisie
Monnaie Unique Transatlantique
La Crise
TARGET (Dossier)
FINMA
Politique de la BNS
Confiscation de dépôts
Fiscalité
Traité Transatlantique
Privatisation des services publics
Dossier GRECE
Libre-échange Suisse-Chine
Économie durable
Transhumanisme (DOSSIER)
Tous les articles – LHK
Articles en allemand
Bio Liliane Held-Khawam
Monnaie pleine
ESPAGNE
ITALIE
Contenu – Livres LHK

juin 28, 2018 par LHK
Fake news: Le caprice du prince. Serge Halimi

Source image: Bilan

Après avoir été confortablement élu à la présidence de la République avec le concours de la quasi-totalité des médias français, M. Emmanuel Macron exige que sa majorité parlementaire lui concocte une loi contre la diffusion de « fausses informations » en période électorale. Peut-être prépare-t-il déjà sa prochaine campagne.

Le texte qui devrait être bientôt voté trahit à la fois la cécité des gouvernants quant aux contestations qu’ils affrontent et — en même temps — leur inclination à imaginer sans cesse des dispositifs coercitifs pour y remédier. Il faut en effet avoir la vue basse pour croire encore que la victoire des candidats, des partis ou des causes « antisystème » (M. Donald Trump, le Brexit, le référendum catalan, le Mouvement 5 étoiles en Italie…) serait due, même marginalement, à la dissémination de fausses nouvelles par des régimes autoritaires. Depuis plus d’un an, la presse américaine s’acharne à démontrer, sans éléments probants, que le président des États-Unis doit son élection aux fake news fabriquées par M. Vladimir Poutine ; M. Macron paraît habité par le même type d’obsession.

Au point d’espérer la conjurer par un dispositif inutile autant que dangereux. Inutile : consulté sur le sujet, le Conseil d’État a rappelé le 19 avril dernier que « le droit français contient déjà plusieurs dispositions visant, en substance, à lutter contre la diffusion de fausses informations ». En particulier la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui permet de réprimer la diffusion de fausses nouvelles et les propos diffamatoires ou injurieux. Dangereux : la proposition parlementaire demanderait à un juge d’agir dans les quarante-huit heures pour « faire cesser la diffusion artificielle et massive (…) de faits constituant des fausses informations ». Pourtant, relève encore le Conseil d’État, ceux-ci « sont délicats à qualifier juridiquement, à plus forte raison lorsque le juge saisi doit statuer à très brefs délais ». Enfin, le dispositif imaginé par M. Macron renforce démesurément le « devoir de coopération » avec les autorités publiques des fournisseurs d’accès à Internet et des hébergeurs, puisqu’il étend à toute « fausse information » une contrainte qui au départ visait à prévenir… « l’apologie des crimes contre l’humanité, l’incitation à la haine ainsi que la pornographie enfantine ».

La détention des médias par des milliardaires amis du président de la République, l’intoxication publicitaire, l’étouffement financier des chaînes de télévision publiques ne font pas, eux, l’objet d’une proposition de loi. Et puis, pourquoi réserver un attirail judiciaire aux seules périodes électorales ? Pour s’en tenir aux dernières décennies, presque chaque guerre — celles du Golfe, du Kosovo, d’Irak, de Libye — a vu proliférer les mensonges et les manipulations de l’information. Non pas à cause de Moscou, de Facebook ou d’autres réseaux sociaux, mais parce que des maîtres de la démocratie et du journalisme en étaient les auteurs : les plus grands quotidiens occidentaux, le New York Times en tête, la Maison Blanche, les grandes capitales européennes. Sans oublier le gouvernement ukrainien le mois dernier, qui annonça la fausse mort d’un journaliste russe. Si un juge devait un jour mettre la main au collet des criminels qui ont propagé toutes ces fausses nouvelles, au moins connaîtrait-il déjà leur adresse…

Serge Halimi

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s