Vers où va-t-on ?:Quidnon 2.0

Vers où va-t-on ?


Quidnon 2.0

Posted: 25 Sep 2018 05:17 AM PDT

Article original de Dmitry Orlov, publié le 18 septembre 2018 sur le site Club Orlov
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr

 

Ce projet de conception de bateau a commencé par des exigences très ambitieuses :

  • Un bateau-maison qui en fait une petite maison confortable assez grande pour une famille.
  • Un réel voilier, en état de naviguer, avec des mâts qui peuvent être mis en place et démontés par un seul homme, bateau à l’eau.
  • Un bateau à moteur avec un moteur hors-bord qui peut être installé et retiré facilement, positionné dans un puits de moteur pour prévenir les effets de cavitation, les dommages en cas de collision et autres problèmes avec les moteurs hors-bord montés en tableau arrière.

  • Il n’a jamais besoin d’être échoué pour nettoyage : le fond recouvert de cuivre résiste à la croissance d’algues, il se pose verticalement et peut être séché et nettoyé à marée basse.
  • Il peut être échoué et remis à l’eau en le roulant sur des billots à l’aide d’un treuil à ancre.
  • Il peut être assemblé rapidement à partir d’un kit sur une plage ou une rive par des personnes modérément qualifiées.
  • Il utilise des matériaux facilement disponibles presque partout : contreplaqué, bois d’œuvre, boulons et vis, fibre de verre et époxy, acier doux galvanisé, corde à trois brins en polypropylène.
  • Il est conçu pour tous les climats et toutes les saisons, de très froide à torride.
  • Il peut être construit et entretenu à un coût minimal.

Au cours des quatre dernières années, depuis que j’ai lancé ce projet, plusieurs personnes y ont contribué de façon significative : modélisation, prototypage, apport d’idées et de critiques, aide pour en faire connaître l’existence. Le fait d’avoir pris le temps de passer du bon temps avec ce projet nous a beaucoup aidés à ne pas construire le mauvais bateau.

Mais quel serait le bon bateau ? Comment saurons-nous si nous avons le bon design ? Eh bien, un indicateur de base serait une liste vide de problèmes non résolus, non pas qu’il s’agisse d’avoir tous les détails sur papier (c’est surtout une question d’affûtage des dessins mécaniques), mais plutôt pas de problème que l’on ne saurait résoudre. Et jusqu’à très récemment, la liste des problèmes non résolus contenait les problèmes sérieux suivants :

  • Il n’y avait pas de bon aménagement intérieur utile pour la couchette en U (la section avant, normalement appelée couchette en V, mais l’avant de Quidnon est semi-circulaire, ce qui fait un U). On n’arrêtait pas de tourner autour, mais l’espace était trop encombrant.
  • Il n’y a pas de procédure raisonnable pour installer et enlever les panneaux de quille ou le gouvernail lorsque le bateau est à l’eau.
  • La menuiserie complexe nécessitait le fraisage de pièces de bois d’œuvre à différents angles, puis le pliage à la vapeur, ce qui augmente les coûts et rend le kit difficile à emballer à plat.
  • Les safrans jumelés inclinés et la tringlerie de safran qui les accompagnait devinrent graduellement plus complexes pour inclure la géométrie d’Ackermann, un système de leviers pour amplifier l’angle de barre et divers autres détails, le rendant ainsi assez baroque.
  • Il n’y avait pas de moyen simple de construire les guides de bouchains de manière à ce qu’ils ne soient ni trop fragiles, ni trop lourds, ni trop chers.
  • Il était difficile de rouler la coque sur des billes de bois parce que le fond est courbe sur toute sa longueur, ce qui fait que les billes de bois se tortillaient par dessous.

Il y avait aussi quelques autres problèmes relativement mineurs. Je les mentionnerai plus tard.
Et il s’est passé quelque chose qui a brisé toute cette impasse : J’ai consulté un architecte maritime qui m’a fait part de certaines critiques à l’égard de la conception. Elles étaient tout à fait logiques et elles ont obligé à repenser la situation, ce qui a fait disparaître tous ces problèmes.

  • La coque ne gîtait pas assez pour rendre les guides de bouchains efficaces. Ils ne fonctionnent bien qu’à un angle de gîte considérable, et avec une coque aussi large que celle du Quidnon, l’angle d’inclinaison est insuffisant pour les faire remonter suffisamment dans l’eau pour arrêter le glissement latéral. Solution : s’en débarrasser.
  • La coque ne gîte pas assez pour qu’il soit nécessaire, ou même utile, d’incliner les quilles ou les safrans. Solution : les rendre tous verticaux. Cela commence alors à être logique de transformer les coffres de quille en cloisons longitudinales doubles avec une fente entre elles, les laissant ouvertes aussi bien au fond qu’au niveau du pont. Les quilles peuvent ensuite être chargées dans les coffres à partir du pont. De plus, cela crée une double cloison entre le salon et chacune des couchettes des pilotes, ce qui assure une isolation phonique. Un autre avantage supplémentaire est qu’il y a maintenant deux grands drains de pont, pour se débarrasser rapidement de toute eau de mer qui déferlerait à bord.
  • Il n’y a aucune raison d’introduire le coût et la complexité des safrans jumelés. Solution : avoir un seul gouvernail, monter le montant du gouvernail sur des goujons et des godets le long de la paroi arrière du puits moteur avec le safran blotti dans un évidement sous le tableau arrière (qui est déjà inclus dans la conception, pour laisser passer les flux de l’hélice). Au lieu de l’attelage baroque, nous pouvons alors avoir un simple timon relié au sommet de celui-ci. Lorsqu’il est à l’ancre ou au quai, le gouvernail peut être tiré vers l’extérieur pour réduire le bruit et l’usure.
  • Il n’y a aucune raison de courber les côtés ou de les incliner vers l’extérieur. Cela n’améliore pas du tout les performances sous voile ou au moteur, mais cela complique la menuiserie. Il est préférable de simplifier la construction, de minimiser les coûts et de maximiser l’espace intérieur utile en les rendant plats et verticaux. Ceci élimine la plupart des menuiseries complexes et la nécessité de cintrer des pièces à la vapeur.
  • Si les côtés sont plats, il n’y a aucune raison de courber le fond sur toute sa longueur. Il doit avoir une courbe à l’avant, pour l’aider à se déplacer en douceur sur l’eau, et il doit s’incurver doucement vers le tableau arrière, pour éviter de traîner l’eau derrière lui et pour maintenir son centre de flottabilité là où se trouve le ballast. En lui donnant une section plate généreuse au milieu, il est possible de le rouler sur les rondins tout en simplifiant davantage la menuiserie.
  • L’arc fantaisiste, où les côtés s’incurvent pour atteindre le fond à plat, n’aidera pas à la performance. D’autre part, c’est ce qui rend l’espace à l’avant si difficile à utiliser de façon raisonnable. La solution est de faire une coque de chaland simple : à l’avant, le fond s’incurve jusqu’au pont avec une courbure constante alors que les côtés sont parfaitement plats. Cela permet d’utiliser l’espace comme un salon confortable de 10 m2.

À quoi ressemblera le résultat ? Ma nouvelle devise est « Commencez votre matinée avec un modèle 3D et finissons-en avec ça. » Voici le modèle 3D, construit en carton et scotch de la plus haute qualité.

Oui, le Quidnon ressemble à une péniche. C’est parce que c’est une péniche. Les efforts pour lui donner un aspect différent en inclinant et en courbant les côtés et en lui donnant un arc fantaisiste ont ajouté de la complexité et des dépenses tout en lui enlevant de l’espace interne utile. De plus, ces petits efforts dans la direction générale de la conception des yachts n’ont rien fait pour apaiser les gens qui aiment les yachts de luxe aux lignes courbes – il continue à ne pas plaire à certaines personnes !

Ces simplifications majeures vont me permettre de produire les plans détaillés au cours des prochains mois. C’est important, car l’argent nécessaire à la construction du premier Quidnon devrait être disponible au cours de l’année prochaine, ce qui nous permettra de passer à la phase suivante : sa construction et ses tests.

Les cinq stades de l'effondrement 

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie » c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Note du traducteur

Dmitry ne fait pas que parler du monde, il travaille effectivement à le changer, ce projet de bateau est une concrétisation du seasteading, une manière de se prémunir contre un effondrement à venir. À ce titre, on vous tiendra au courant de l’avancée de ce projet

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s