Pour une école libre au Québec:Laïcité : elle ne permet pas de faire cohabiter des religions antagonistes, selon Zemmour-et vara

Pour une école libre au Québec


Laïcité : elle ne permet pas de faire cohabiter des religions antagonistes, selon Zemmour

Posted: 07 Oct 2018 05:39 PM PDT

Extraits d’un entretien du journal Le Télégramme avec l’auteur Éric Zemmour en marge de la publication de son dernier essai Destin français :


Quelles leçons puisez-vous dans l’Histoire ?

Zemmour. — Le pouvoir politique a toujours eu besoin de l’Histoire pour se légitimer. Clovis [le franc converti au christianisme] a été le symbole d’une France chrétienne et au XIXe, les progressistes laïcards ont privilégié les Gaulois. Mais la France, qui n’est pas une race, ni une ethnie, ni même une langue, est un pays fondé par le catholicisme. L’Église et donc le christianisme ont uni et fédéré des populations disparates. Saint-Louis a voulu faire des Français le nouveau peuple élu. L’écrivain André Suarès disait « la France a l’Évangile dans le sang et sa plus grande erreur est de mettre du sentiment dans la politique ». L’Église a longtemps dénoncé — avant de le faire sien aujourd’hui avec le pape François — ce message hérétique qui résume le catholicisme à l’amour de l’Autre. Mais cet amour immodéré de l’Autre, jusqu’à la haine de soi, nous mènera au pire. Puisqu’on n’oblige plus les nouveaux arrivants à se soumettre aux valeurs et mœurs issues du christianisme, ils imposent dans de nombreux territoires, leur propre système de valeurs et de mœurs. C’est la charia de fait. Les conquérants de l’Islam ont toujours agi ainsi lorsqu’ils ont conquis l’Empire romain d’Orient, au contraire des « Barbares » venus du Nord, qui détruisaient l’Empire romain d’Occident, mais adoptaient la religion chrétienne et la langue latine. Les deux systèmes sont antagonistes de manière irréductible.

N’est-ce pas le rôle de la laïcité de faire cohabiter ces religions antagonistes ?

Zemmour. — La laïcité, produit du christianisme, ne peut s’accorder avec l’Islam, système politico-religieux mélangeant le temporel et le sacré. Malraux disait : « Une civilisation, c’est ce qui s’agrège autour d’une religion ». Deux civilisations qui se partagent un même territoire, cela ne peut que finir en guerre des civilisations et en France, une guerre civile. Nous avons oublié que nous étions le pays des guerres civiles, car nous avons oublié notre Histoire. Et on a tout fait pour ça. D’autres ne font pas notre erreur. Les pays de l’Est ont connu la conquête islamique et les drames du multiculturalisme. Chaque nation, après la dislocation de l’Empire des Habsbourg en 1919, était devenue un mini-empire multiculturel. Tout cela a fini par une guerre généralisée. Ils n’en veulent plus. Les Hongrois arrêtent donc les vagues migratoires comme les Polonais. Ce que les élites appellent avec mépris le populisme n’est rien d’autre que le cri des peuples qui ne veulent pas mourir. Car on connaît une explosion démographique sans précédent dans les pays du Sud. Il y avait 300 millions d’Africains en 1900 [Note du carnet : sans doute plutôt 120 millions, voir [1] et [2]]. Il y en aura 2 milliards en 2050. Ils se répandent sur les pays européens. Les envahisseurs [évaluent leurs options] et vont vers les pays faibles comme le nôtre qui ne se défendent pas au nom des droits de l’Homme.

Guerre, le terme n’est-il pas un peu fort ? Quel pessimisme !

Zemmour. — Nous avons des dizaines de Kosovo en préparation. Si nous voulons vivre une partition dans 20 ans, continuons comme cela. Il y a un grand mensonge sur les chiffres de l’immigration. Allez voir Michèle Tribalat (démographe, spécialiste des questions d’immigration ; NDLR, voir ici), elle vous donnera les vrais chiffres. En France, les guerres d’historiens ont toujours préparé les guerres politiques et les guerres civiles. Nous avons aujourd’hui des historiens qui effacent l’Histoire de France pour forger une « histoire inclusive » afin de permettre aux nouvelles populations de se reconnaître dans cette Histoire. Les immigrés d’avant faisaient le contraire, ils s’appropriaient l’Histoire de France. Le grand effacement accompagne le grand remplacement.

Canulars embarrassants : revues « savantes » dupées par de fausses études adoptant des mots clés à la mode

Posted: 07 Oct 2018 10:44 PM PDT

Des revues savantes réputées ont été bernées par un énorme canular impliquant 20 articles loufoques.

Trois chercheurs ont publié des articles abscons sans fondements sur la « culture du viol de chien », « un pénis conceptuel » et ont même réécrit de longs extraits de Mein Kampf d’Adolf Hitler. Ces chercheurs ont réussi à faire publier dans plusieurs revues de référence aux États-Unis des essais aux thèses absolument délirantes, prônant par exemple le développement de l’usage anal de jouets sexuels chez les hommes pour lutter contre la transphobie et faire progresser le féminisme.

Leur objectif était d’exposer la manière dont les « absurdités » étaient publiées dans des articles universitaires de renom ayant fait l’objet d’une évaluation par les pairs en raison d’un manque d’examen critique.

Au total, l’équipe de trois chercheurs qui se disent « liberal » (plutôt à gauche donc en francophonie) a rédigé 20 articles de canulars sur un domaine d’étude défini de manière vague par les « études revendicatives » ou encore « études des griefs ».

Quand un homme se masturbe en pensant à une femme sans lui avoir demandé son consentement, c’est une agression sexuelle. Il existe une culture systémique du viol chez les chiens. L’astronomie est une science sexiste et pro-occidentale qui doit être remplacée par une astrologie indigène et LGBTQ. Ces thèses loufoques ont néanmoins été considérées avec le plus grand sérieux, et parfois même publiées, par des revues académiques de premier plan aux États-Unis, victimes de l’un des canulars universitaires les plus ambitieux jamais mis en œuvre…

There’s the paper that doesn’t just advocate stopping white males from speaking in class; it encourages teachers to institute a form of “experiential reparation” by making their white students sit on the ground bound in chains.

5/n pic.twitter.com/cBDPKHM6FF

— Yascha Mounk (@Yascha_Mounk) 3 octobre 2018

Voici l’article qui ne préconise pas seulement d’empêcher les hommes blancs de parler en classe ; il encourage les enseignants à instituer une forme de « réparation expérientielle » en faisant asseoir leurs élèves blancs au sol, enchaînés.

Helen Pluckrose, James Lindsay et Peter Boghossian sont trois chercheurs américains, persuadés que quelque chose cloche dans le monde des humanités outre-Atlantique. Dans certains domaines des sciences sociales, « La recherche universitaire a remplacé de façon dominante la recherche de la vérité par celle de “revendications sociales” », écrivent-ils dans le magazine Areo. « Les chercheurs brutalisent de plus en plus les étudiants, les administrateurs et les autres facultés qui n’adhèrent pas à leur vision du monde ».

Se désolant de ce tournant idéologique en cours dans les universités américaines, notre trio d’universitaires établit une liste des disciplines les plus gravement touchées : il s’agit des matières communément regroupées dans l’enseignement supérieur américain sous le terme d’« études culturelles » ou d’« études identitaires » fondée sur les « théories » déconstructivistes post-modernes qui ont surgi à la fin des années soixante. On y trouve donc les fameuses « études du genre », les « études LGBTQ », mais également la « théorie critique sur la race », les « études des gros ou grasses » (sic) ou des pans entiers de la sociologie critique. Le point commun de ces branches universitaires, requalifiées en « études revendicatives » ou « études des griefs » ? D’après les trois chercheurs, elles produisent des travaux très souvent « corrompus » par l’idéologie, qui renoncent à toute honnêteté intellectuelle dès lors qu’il s’agit de dénoncer les oppressions de toutes sortes : sexistes, raciales, postcoloniales, homophobes, transphobes, grossophobes…

There is the paper that’s LITERALLY A RE-WRITE OF SECTIONS OF MEIN KAMPF.

8/n pic.twitter.com/8D5qKigBjn

— Yascha Mounk (@Yascha_Mounk) 3 octobre 2018

Recette des faux articles : « une bêtise considérable »

Pour prouver leur diagnostic, Pluckrose, Lindsay et Boghossian ont fait un pari simple… et drôle : pousser, dans des articles fantaisistes, la doxa qu’ils pointent dans ses retranchements les plus absurdes et voir si ces papiers seraient acceptés pour publication dans de très sérieuses revues scientifiques. Ils ont donc passé dix mois à écrire de fausses études ou essais. Recette commune de ces essais : « Des statistiques totalement invraisemblables, des assomptions non prouvées par les données, des analyses qualitatives idéologiquement biaisées, une déontologie douteuse […], une bêtise considérable ».

Les chercheurs ont ensuite systématiquement envoyé leurs travaux bidon aux « journaux de référence dans les champs universitaires concernés ». Après quasiment un an de bombardement de canulars, les trois audacieux ont été forcés d’arrêter leur expérience, car un de leurs textes commençait à connaître un important écho dans la presse. Mais les 20 articles écrits ont suffi à valider la pertinence de leur thèse : pas moins de sept d’entre eux ont en effet été validés par les revues universitaires, dont quatre publiés. Sept autres sont encore en cours d’examen et seulement six ont été refusés sans ambiguïté par les universitaires responsables de leur évaluation. Par quatre fois, les facétieux compères ont même été invités & mdash ; à titre de récompense pour leur « savoir exemplaire » & mdash ; à se joindre aux évaluateurs afin d’examiner le travail de « pairs »…

Résumés des articles-canulars
Un article, publié dans Gender, Place & amp ; Culture, affirmait être basé sur une année d’observation d’inconduites sexuelles chez les chiens dans un parc américain.

L’article indiquait que les parcs sont des « boîtes de Pétri pour la culture du viol canine » et affirmait que les gens devraient prendre conscience de la façon dont les chiens sont traités, en fonction de leur sexe.

L’année précédente, ils avaient publié un article intitulé « Le pénis conceptuel en tant que construction sociale » dans la revue Cogent Social Sciences.

Un autre article publié dans la revue Fat Studies affirmait que la musculation était un « sectarisme antigraisse ».

Un autre article publié dans le Journal of Poetry Therapy traitait de réunions de spiritualité féministe. Il a été écrit par un algorithme.

Un autre article publié dans la revue à comité de lecture Affilia est la réécriture d’un chapitre de Mein Kampf qui a été accepté malgré une double évaluation par des pairs.

Les auteurs prétendent que leurs farces montrent que la fixation de l’Université envers les politiques (théories) identitaires aboutit à résultats de recherche « absurdes et épouvantables ».

Lorsqu’on examine le contenu de ces faux essais, on peine pourtant à croire que leur absurdité n’ait pas sauté aux yeux des chercheurs chargés de les examiner. Dans un article intitulé « Passer par la porte de derrière : défier l’homo-hystérie masculine et la transphobie à travers l’usage de jouets sexuels pénétratifs », les chercheurs expliquent que si les hommes utilisent rarement des jouets sexuels pour « s’autopénétrer par voie anale », c’est parce qu’ils ont peur d’être pris pour des homosexuels ou par hostilité aux transsexuels. Conclusion : encourager cette pratique engendrerait, à coup sûr, une baisse de la transphobie et un progrès de valeurs féministes. Délirant ? Le texte a pourtant été publié dans la revue Sexuality and Culture, et qualifié de « contribution incroyablement riche et excitante à l’étude de la sexualité et de la culture » par réviseur universitaire.

Une de leurs inventions croquignolesques a même rencontré un réel triomphe universitaire : dans « Réactions humaines à la culture du viol et performativité homo au sein des parcs canins de Portland en Oregon », nos chercheurs soutiennent qu’il existe « une culture canine généralisée du viol » et qu’une « oppression systémique » frappe certaines races de chiens. Étude qualifiée « d’incroyablement innovante, riche en analyse, extrêmement bien écrite et organisée » par la revue Gender, Place, and Culture, qui lui a fait une place dans ses prestigieuses colonnes… et l’a même intégrée parmi ses 12 meilleures publications de l’année 2018 ! La chercheuse Helen Wilson, auteure de ce travail volontairement absurde, expliquant sa méthode de travail, y écrivait avoir « délicatement inspecté les parties génitales d’un peu moins de 10 000 chiens tout en interrogeant leurs propriétaires sur leur sexualité », mais également avoir « constaté un viol de chien par heure au parc canin urbain de Portland » ! Pas de quoi faire lever un sourcil aux universitaires chargés de valider son article pour publication dans une revue « de référence »…

D’autres mémoires-canular n’ont pas eu le temps d’être publiés avant que le canular soit finalement rendu public. Mais ils ont été quasiment intégralement validés par les revues auxquelles ils ont été présentés, avec des modifications mineures. On y trouve des thèses toujours aussi comiques : « L’Intelligence artificielle est intrinsèquement dangereuse, car elle est programmée avec des données masculinistes, impérialistes et rationalistes ». Ou encore : « L’astronomie est et sera toujours intrinsèquement sexiste et occidentale, ce biais masculiniste et occidental peut être corrigé en incluant une astrologie féministe, LGTBQ et indigène (par exemple, des horoscopes) à la science astronomique ».

Et même : « Les éducateurs devraient discriminer selon l’identité et calculer le statut de leurs étudiants en fonction de leurs privilèges […], pénalisant les plus privilégiés en refusant d’écouter leurs contributions, ridiculisant leurs efforts, en parlant plus fort qu’eux et en forçant par exemple les élèves blancs à s’asseoir sur le sol entravés par de (légères) chaînes  » ! Toutes ces contributions n’ont reçu que des critiques de forme de la part des revues universitaires auxquelles ils ont été adressés. Celle proposant d’enchaîner des étudiants sur le sol a même été applaudie comme « une forte contribution à la littérature foisonnante s’attaquant à l’injustice épistémique dans la salle de classe ».

L’onanisme, une « violence métasexuelle contre les femmes »

D’autres faux essais universitaires ont été finalement rejetés après examen par des universitaires. Mais cela ne les a pas toujours empêchés de recevoir des commentaires chaleureux de la part de chercheurs chargés de les évaluer, qui ont parfois même poussé l’absurde encore plus loin. Ainsi, dans un mémoire consacré à la masturbation, les auteurs du canular écrivent que « quand un homme se masturbe en privé en fantasmant sur une femme sans qu’elle lui ait donné sa permission […], il commet une violence métasexuelle contre elle ». Dans son évaluation, la première contributrice de Sociological Theory encourage nos chercheurs à aller plus loin encore dans cette voie : « Je pense à d’autres scénarios où les hommes pourraient transformer en arme leur non-connaissance de manière très tangible. Par exemple, la déclaration ambiguë “Je pense à toi tout le temps”, dite de manière impromptue à une femme par un homme, est particulièrement insidieuse, étant donné le contexte structurel de violence métasexuelle dans le monde ».

Réaction sarcastique à la suite des réactions épidermiques d’opposants à ce canular : « Ma première réaction fut de penser que des revues savantes censément réputées publient des passages réécrits de Mein Kampf était une mauvaise chose. Mais grâce à ce site [en fait Twitter], je comprends maintenant que le vrai problème sont les attaques de la droite contre l’université. »

« Juifs » remplacé par « Blancs » dans « Mein Kampf » : un chercheur applaudit

Le clou de cette fanfaronnade a été atteint par un essai présenté au magazine Sociology of Race and Ethnicity, où nos trublions prétendent « examiner de manière critique la blanchité depuis la blanchité ». Pour cela, ils ont ni plus ni moins sélectionné — sans le dire — des extraits de Mein Kampf rédigé par Adolf Hitler alors qu’il était en prison à Munich, en y remplaçant le mot « Juifs » par « Blancs ». L’article a été rejeté, mais cela ne l’a pas empêché de recevoir au préalable les éloges de plusieurs pairs universitaires. « Cet article peut devenir une contribution puissante et particulière à la littérature traitant des mécanismes qui renforcent l’adhésion blanche à des perspectives suprémacistes blanches, et au processus par lequel des individus peuvent atteindre des niveaux plus profonds de conscience sociale et raciale », écrit ainsi un chercheur enthousiaste, qui n’objecte que « des révisions concernant la précision, la clarté, l’expression d’assertions et des exemples concrets » et complimente ainsi sans le savoir une reprise de Mein Kampf.

Au bout du compte, la leçon que tirent les trois auteurs de leur plongée en absurdie sociologique mêle amusement et réelle inquiétude. Rejetant l’idée simpliste que « le monde universitaire est corrompu » ou que « tous les universitaires et évaluateurs dans le champ des humanités qui étudient le genre, la race, la sexualité ou le poids sont corrompus », ils tirent la sonnette d’alarme : « Nous n’aurions pas dû pouvoir publier n’importe lequel de ces articles si calamiteux dans des journaux réputés. Encore moins sept d’entre eux ». Ayant produit un « savoir » fort orienté, ils constatent aussi avec effarement que les chercheurs relisant leurs textes ne leur réclamaient souvent « pas d’être moins biaisé politiquement et moins négligent dans le travail, mais de l’être davantage ».

This video reveals the top-secret project I’ve been working on for the past 18 months with @ConceptualJames and @HPluckrose. Video by @MikeNayna.

FULL VIDEO: https://t.co/C7zu0EcxiO #Corruption pic.twitter.com/xKfBKP7xId

— Peter Boghossian (@peterboghossian) 3 octobre 2018

Le tableau final est implacable pour tout un pan du monde universitaire anglo-saxon : « Il y a un problème de production du savoir au sein de champs qui ont été corrompus par les “études revendicatives” (ou de griefs) nées du socioconstructivisme et du scepticisme radical. Parmi les problèmes, il y a la manière dont des sujets comme la race, le genre, la sexualité, la société et la culture sont traités par la recherche ». C’est donc bien un nouvel obscurantisme que les chercheurs décrivent, une idéologie qui « rejette l’idée d’universalité scientifique et d’objectivité et insiste, pour des raisons morales, sur la nécessité d’accepter la notion de vérités multiples basées sur l’identité ». Or selon eux, ce relativisme mortifère serait devenu « autoritaire » dans les universités américaines. Rappellent leur propre sympathie pour les mouvements des droits civiques, le féminisme et le mouvement LGBT, nos trois trublions émettent un souhait : « Nous espérons que ceci donnera aux gens — spécialement à ceux qui croient au libéralisme, au progrès, à la modernité et à la justice sociale — une raison claire de regarder la folie identitaire qui vient de la gauche universitaire et militante, et de dire : “Non, je n’irai pas dans ce sens-là. Vous ne parlez pas en mon nom” »

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s