Une nouvelle pathologie mentale délétère et mortifère,l’espionnite

Jadis les commères de village espionnaient les passants derrière le rideau  de leur fenêtre mais de nos jours tout le monde espionne tout le monde avec cookies à la clé,archivages de vos balivernes et fariboles,de vos visages comme le fait le nain Zuckerberg,de vos disputes avec votre julot ou votre pétasse,vos préférences en matière de chwimgommes,de coquetéles,   de cannabis,de baskets ou de rolls-royce,bref votre « psychologie des profondeurs » à la Jung-passons sur vos parties de jambes en l’air-et votre jardin secret jonché de feuilles mortes que le vent emporte puisque vous voulez y être-dans le vent s’entend-pour les vendre ,les utiliser eux-mêmes   en vue  des publicités ciblées à côté de la plaque  ou les filer gratis pro  deo aux 15 agences de renseignements américains qui se bouffent le nez et se trompent toujours.

Voici « La société de confiance » chère à Alain Peyreffitte et anglo-saxonne,bien sûr,avec laquelle  ce naïf,pourtant longtemps ministre d’un de Gaulle qui ne la piffait pas, nous a bassiné dans plusieurs ouvrages.

Tous les néants-ou Riens-du numérique entassent ainsi,comme les mormons,des milliards et de milliards de foutaises pour organiser « Le complot des maîtres du monde » qui n’est jamais que « La conjuration des idiots »de Peter O’Toole et qui se rassemblent dans des Himalayas aussi secrets que le Mont pélerin,hier,et Davos aujourd’hui, avec des milliers de photographes qui fixent pour l’éternité leur visage de demi-carême ou de fromage mou.

« Heureux les pauvres en esprit » qui en ont si peu qu’ils pillent celui des autres qui n’en ont pas davantage.

Et voici comment une civilisation meurt en contemplant d’innombrables nombrils tous pareils ,devient répétitive sous couvert d’innovation et de redécouverte du fil à couper le beurre et de l’oeuf de Colomb, comme des perroquets ou des robots qui disent toujours la même chose ou des canards à la tête coupée et qui courent en faisant encore coin-coin  jusqu’à ce que mort s’ensuive.

La Déesse Raison devient rationisatrice-Pierre Paul Gassé-cacochyme et gâteuse,toujours coiffée de son bonnet phrygien alors qu’elle ignore tout de la Phrygie réelle, et même avec un bandana,voire à poil,est si peu aguichante que les hommes deviennent pédérastes comme Tim Cook,le patron d’apple, qui a affirmé que les plus beau cadeau qu’un Dieu de pacotille lui ait donné est de l’avoir fait tel.

 

Ces jean-foutre ne sont ni « La Voie,la Vérité et la Vie » mais l’impasse sordide  où ce pauvre Nerval s’est pendu, »Le menteur » de Racine ou « Thomas l’imposteur » de Cocteau, et la mort sans phrase des suicidés assistés dans l’indignité.

 

PS:ce site et les autres du même gestionnaire sont l’objet d’environ 1500 informations volées chaque jour par n’importe qui,par personne et pour n’importe quoi:en une minute tous sont effacés.

.

 

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s