FORCE CONJOINTE DU G 5 SAHEL : PERSPECTIVE STRATEGIQUE SUR L’APPROPRIATION SECURITAIRE PAR LES ETATS SAHELIENS par Djiby SOW Diploweb.com

i
FORCE CONJOINTE DU G
5 SAHEL
:
PERSPECTIVE STRATEGI
QUE SUR L’APPROPRIAT
ION
SECURITAIRE PAR LES
ETATS SAHELIENS
Djiby SOW
Diploweb.com
ii
TABLE DES MATIÈRES
À PROPOS DE L’AUTEUR
iii
S
YNTHÈSE
iv
LISTE DES ACRONYMES
viii
INTRODUCTION
1
A.
Le concept stratégique de la FC
G5S
: une concession au
réalisme
2
1.
Un mandat limi
2
2.
Les contraintes de l’environnement stratégique
4
a.
Dynamiques internes et postures différenciées face à la menace
4
b.
Le double paradoxe de la situation au
Mali
6
c.
L’impératif de la coordination avec les forces internationales
7
3.
Des capacités financières et opérationnelles atrophiées
8
a.
Une viabilité financière en
questions
8
b.
Des capacités opérationnelles en surchauffe
9
B.
Le G6 du Sahel
ou l’interdépendance stratégique franco
sahélienne
10
1.
La France, point nodal de l’i
ntégration sécuritaire régionale
10
a.
Le partenariat militaire conjoint transfrontalier
11
b.
Le capital politique français au bénéfice de l’intégration sécuritaire
régionale
12
c.
L’interdépendance stratégique franco
sahélienne
13
2.
Antagonismes Paris
Alger
: la FC
G5S entre le marteau et
l’enclume
15
a.
L’appui évolutif de l’architecture africaine de paix
et de sécurité
16
b.
L’hypothèque algérienne
17
3.
Partir pour mieux rester
: la France dans l’impasse au Sahel
19
a.
Les limites stratégiques de la «
guerre contre l
e terrorisme
»
19
b.
La ré
articulation du dispositif Barkhane
20
CONCLUSION
: POUR UNE APPROPRIATION PAR
L’ÉLARGISSEMENT DU PARADIGME SÉCURITAIRE
23
iii
À PROPOS DE
L’AUTEUR
Djiby
SOW
est chercheur indépendant
.
Il
s’intéresse
aux questions de
sécurité
internationale et
de
lutte contre le terrorisme,
dans la région du
Sahel et en Afrique
de l’Ouest
en particulier
.
Djiby
SOW
est l’auteur de
La légalité de l’intervention
militaire française au Mali. Contribution à l’étude du cadre juridique de la lutte armée
contre le terrorisme international
(
L’Harmattan
, 2016)
et
contribue régulièrement
à
l’analyse de
divers sujets de géopolitique
et d’actualité internationale
.
Djiby
S
OW
est diplômé de l’Université de Montréal en science politique et en droit
international public.
Contact
:
djiby.sow@umontreal.ca
iv
SYNTHÈSE
Le 6 février 2017, l
es États du G5 Sahel
ont lancé une force co
njointe de 5000 hommes
(
la
«
FC
G5S
» ou la «
Force
»)
mandat
ée pour lutter
contre le terrorisme, le trafic de drogue
et le trafic d’êtres humains.
La FC
G5S est dotée d’un
concep
t d’opérations dual et évolutif
dont la première phase consiste
en la sécuris
ation des espaces transfrontaliers
de
l’espace
G5. C
e volet p
rocède de
cinq (5)
années d’opérations militaires conjointes transfrontalières
(OMCT) avec la
France,
dans le cadre du
partenariat militaire conjoint transfrontalier
(
PMCT
)
.
Dans une seconde phas
e
peu élaborée
, la FC
G5S devrait muter en une
force
d’intervention antiterroriste
appelée à conduire
des opérations
dans d’autres
zones de
l’espace G5.
Les représentations de la FC
G5S dans
la littérature
oscillent
entre
la conception
d’une
création franç
aise et
celle
d’une initiative si authentiquement sahélienne que parler
d’appropriation dans le contexte de son opérationnalisation relèverait du fallacieux.
L
idée
maitresse de cette contribution est que l’
identité française ou sahélienne
de
l’architecte
de la
FC
G5S importe
moins que
(i)
les déterminismes stratégiques et opérationnels ayant forgé
le
concept d’opérations
de la Force
ainsi
que
(ii) les pesanteurs
de son cadre stratégique
plus
large, dont la combinaison dicte
in fine
la marge d’appropriation
sécuritaire
des États du G5
Sahel.
Une marge d’appropriation limitée
Quatre grandes contraintes stratégiques viennent
réduire les ambitions de la FC
G5S et
consolider
le dispositif dan
s sa dimension transfrontalière
:
Le pilier sécuritaire du G5 Sahel so
uffre d’une absence de dynamique interne franche et
fondée sur une perception commune de la menace. Des équations sécuritaires
individuelles et des degrés d’exposition variables
au terrorisme et à l’extrémisme violent
sont à l’origine de postures
stratégiq
ues
différenciées. La création de la force
multilatérale de sécurisation du Liptako Gourma (janvier 2017) par le Burkina Faso, le
Mali et le Niger en réponse à la dégradation sécuritaire dans cette région aura matérialisé
la réalité d’un G3 au sein du G5 e
t
sédimenté
la FC
G5S dans sa dimension
transfrontalière. En octobre 2017, période initialement envisagée pour le plein
déploiement de la Force, aucun consensus ne semblait encore avoir été trouvé par les
États membres sur les modalités de transition entre
les
phases du concept d’opérations
;
Le nord et le centre du Mali ont vocation à constituer la zone de déploiement prioritaire
du dispositif dans sa configuration de force d’intervention. La coexistence d’éléments de
terrorisme
et d’une situation de
confl
it armé interne soulève toutefois des difficultés
juridiques qui imposent aux États du G5 Sahel l’obtention d’une résolution du Conseil de
sécurité des Nations unies (CSNU). En particulier eu égard aux
cibles de l’emploi de la
force
: (i) à côté des groupe
s terroristes, prolifèrent des groupes armés protégés par le
droit international (dont certains sont parties au processus de paix inter
malien) et
a
priori
exclus des cibles légales de la FC
G5S et des autres forces offensives qui opèrent au
Sahel
; (ii) l
a plupart des groupes armés actifs dans l’espace G5 participent aux trafics que
la FC
G5S a mandat de
combattre
;
Le déploiement de
la
force d’intervention sahélienne au nord Mali pose la
question
de
son rôle dans un environnement stratégique caractérisé
par une forte présence
internationale. L’armée française joue déjà le rôle de force d’intervention rapide en
soutien de la MINUSMA et mène des opérations antiterroristes, seule ou en coopération
avec l’armée malienne et/ou des milices d’autodéfense. La que
stion de la coordination
se
pose avec moins d’acuité dans le schéma transfrontalier de la FC
G5S
: (i)
s’inscrivant
dans la droite ligne des OMCT, les opérations de la Force reposeront sur une
coordination étroite avec Barkhane
; (ii) le déploiement de la
FC
G5S intervient dans une
Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s