Le Salon Beige: 27 nouveaux articles:Liban : la France s’est encore trompée de cheval-et varua

Le Salon Beige: 27 nouveaux articles

Link to Le Salon Beige

C’est arrivé un 8 mai…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Célébrations le 8 mai: les Fêtes johanniques à Orléans et la fin de la seconde guerre mondiale.

  • le 08 mai : saints du jour français ou en France.
    • St Hellade, évêque à Auxerre  († IVe s.)
    • St Gibrien, prêtre irlandais et pèlerin en France († v. 515)

Au territoire de Châlons en Champagne, vers 515, saint Gibrien, prêtre, qui vint d’Irlande et se fit, à travers la Gaule, pèlerin pour le Christ.

  • St Martin, prêtre et abbé de Saujon († VIe s.)

En Saintonge, au VIe siècle, saint Martin, prêtre et abbé de Saujon.

  • St Désiré, évêque de Bourges († 550) ; Chancelier royal et évêque de Bourges.

Il fut l’un des plus grands évêques de l’époque mérovingienne qui contribuèrent à tirer la Gaule du chaos où l’avait plongée l’effondrement de l’empire romain et qui lui rendirent une civilisation en la rendant chrétienne.

D’abord chancelier des fils de Clovis, il utilisa sa charge pour faire construire nombre d’églises et de monastères. Mais il avait aussi souvent l’envie de quitter cette cour pleine de débauches et de cruautés. Il sut patienter en pensant que d’autres à sa place n’auraient peut-être pas la possibilité d’empêcher tant de mal.

Nommé évêque de Bourges, il continua à conseiller les rois mais s’attacha beaucoup plus à supprimer les hérésies. Il parvint à concilier l’Anjou et le Poitou en guerre et à remettre la paix entre les tribus allemandes prêtes à s’entr’égorger.

  • le 8 mai 535: décès du pape Jean II.

Voir la chronique du 2 janvier

  • le 8 mai 590 : le pape saint Grégoire le Grand annonce la fin de la peste qui ravage Rome.
  • le 8 mai 685: décès du pape saint Benoît II.
  • le 8 mai 1360 : signature du Traité de Brétigny entre la France et l’Angleterre.

Egalement connu sous le nom de traité de Calais, il est conclu au château de Brétigny, près de Chartres entre Édouard III d’Angleterre et le Dauphin Charles, fils du Roi Jean II de France. La France perd des terres au nord entre Calais et le Ponthieu ainsi que l’Aquitaine. Edouard III ramène la rançon de Jean II le Bon de 4 à 3 millions d’écus et renonce à revendiquer le trône de France. La guerre reprend 9 ans plus tard. (Voir les chroniques des 8 et 26 avril).

  • le 8 mai 1429 : le siège d’Orléans est levé par les Anglais.

Ils cèdent face à l’armée française commandée par sainte Jeanne d’Arc. Celle-ci, en la fête de Saint Michel, patron de la France, le 8 mai 1429, délivre miraculeusement Orléans. Puis, ce sont les victoires de Meung, Beaugency, Patay, les prises de Troyes et de Châlons-sur-Marne et enfin le sacre du Dauphin à Reims.

Orléans est assiégée depuis le mois d’octobre 1428 par l’Anglais Jehan Talbot. La cité est le dernier point de résistance des Français sur la Loire, à la frontière entre la partie du Royaume tenue par les Anglais et le Royaume de Bourges de Charles VII.

Les grands du Royaume d’abord très critiques ont été subjugués par la facilité avec laquelle elle est parvenue à pénétrer dans la ville pour la ravitailler. Jehan de Brosse, maréchal de Sainte-Sévère, le duc Jehan II d’Alençon, Raoul de Gaucourt, sénéchal du Dauphiné, Étienne de Vignolles plus connu sous le sobriquet de « La Hire », l’Amiral Louis de Culant, Jehan Poton de Xaintrailles et Gilles de Rais, la suivent alors aveuglément et la ville, tenue alors par le Comte Jehan de Dunois dit le « Bâtard d’Orléans » est délivrée.

Pour épargner des vies et le sang des soldats Sainte Jeanne d’Arc a écrit avant la bataille cette lettre au roi d’Angleterre :

« Roi d’Angleterre et vous, duc de Bedford qui vous dîtes régent de France, faites raison au Roi du Ciel de son sang royal. Rendez au Roi, par la Pucelle qui est envoyée par Dieu, le Roi du Ciel, les clés de  toutes les bonnes villes que vous avez prises et violées en France. Elle est venue par Dieu réclamer le sang royal. Elle est toute prête à faire la paix si vous lui voulez faire raison en quittant la France ! Vous ne tiendrez pas le Royaume de Dieu le Roi du Ciel. Mais le tiendra le Roi Charles, vrai héritier car Dieu, le Roi du Ciel le veut. »

Et comme les Anglais ne répondent pas, elle marche sur Orléans. Avant la bataille, elle entend la messe et communie chasse les prostituées de l’armée et demande à la troupe de se mettre en paix avec Dieu. Son écuyer, Simon Beaudcroix déclare au procès de réhabilitation :

« Je me rappelle fort bien que Jeanne recommanda à tous les hommes de l’armée de se confesser, de mettre leur conscience en ordre; de prier que Dieu leur vienne en aide et qu’avec son aide ils obtiennent la victoire. »

Jeanne d’Arc à Orléans par Jules Eugène Lenepveu, peint entre 1886–1890

« Au milieu de la division intérieure qui déchire un même peuple séparé en Armagnacs et Bourguignons, au cœur de la guerre civile qui fait du pays une proie plus facile et déjà largement convoitée par l’étranger, une jeune paysanne se présente et , entre sa seizième et sa dix-neuvième année, en moins de trois ans, elle rend à une nation son âme, son unité. »*

* Ceux qui croyaient au Ciel de Geneviève Esquier (Ed. de l’Escalade, page 176).

  • le 8 mai 1684 : décès de Henry Du Mont.

Henry de Thiers, dit Henri Du Mont, meurt le 8 mai 1684 à Paris. D’origine flamande, il est organiste de l’église Saint-Paul, puis de la basilique Notre-Dame à l’âge de 19 ans, avant d’être claveciniste pour le Duc d’Anjou. La même année il publie son recueil de motets intitulé Cantica sacra, recueil majeur dans l’histoire de la musique française. Il devient Maître de la Chapelle Royale en 1663, et prend sa retraite en 1683. Durant sa carrière, il compose des œuvres essentiellement religieuses de musique baroque, en particulier près de deux cent petits motets à deux et quatre voix en cinq recueils qui restent l’archétype du motet français. Ses motets utilisent la basse continue, une technique encore rare à cette époque.

Ses cinq messes, dites Messes Royales, ont survécu jusqu’au milieu du XXe siècle (avant Vatican II), néanmoins, dans certains lieux de culte catholiques ou pendant les grandes fêtes religieuses, on peut encore entendre l’une ou l’autre des messes royales de Du Mont.

  • le 8 mai 1721 : élection du pape Innocent XIII.

Michel Angelo Conti est élu pape sous le nom d’Innocent XIII. Durant son pontificat, il subit l’invasion du duché de Parme et de Plaisance par Charles VI du Saint-Empire ; soutient Jacques François Stuart pour l’accession au trône d’Angleterre ; et lutte ardemment contre les Jansénistes en France

  • le 8 mai 1738 : vente de la vicomté de Turenne, paradis fiscal, à Louis XV.

La vicomté de Turenne est un bon exemple pour expliquer comment fonctionnait la France avant la révolution. Aujourd’hui, le jacobinisme républicain uniformisateur, le centralisme administratif et technocratique ont, sous prétexte de simplification et d’unité nationale, détruit des pans entiers de l’histoire de France, de la culture française. Si les Bourbons ont été les premiers à centraliser ce fut toujours fait dans le respect de l’histoire et des particularités de chaque province. Les Rois de France parlaient de « Nos peuples de France ». La vicomté de Turenne permet ainsi de comprendre ce qu’était la France avant que ne passe le rabot révolutionnaire. S’étendant de Sarlat à Neuvic, comptant 1200 hameaux, 105 paroisses du Limousin et du Quercy et pas moins de sept villes fortifiées : Argentat, Beaulieu, Collonges, Martel, Meyssac, Saint-Céré et Turenne, la vicomté de Turenne compte 150.000 habitants au début du XVIII° siècle.

Fonctionnant pendant huit siècles, comme un état quasi-souverain la vicomté bénéficiait de nombreux privilèges.

Les vicomtes soutenaient que l’hommage qu’ils rendaient au Roi n’était pas un hommage lige. Jusqu’au XIII° siècle, ils battent monnaie, acceptée en Limousin, Périgord et Quercy. Ils peuvent concéder des fiefs nobles à des roturiers ; ils possèdent des droits de souveraineté et d’amortissement sur les francs-fiefs ; perçoivent des droits de timbres ; créent des foires, des consulats ; … Ces droits sont confirmés par des documents officiels de Philippe le Hardi en 1168, Jean le Bon en 1350, puis Charles V, Charles VII, Louis XI, Louis XIII. Les vassaux des vicomtes sont exemptés de la taille royale et du logement des gens de guerre. Cette situation attire dans la région de nombreuses familles riches et entreprenantes.

L’anachronisme féodal de la Vicomté disparaît finalement en 1738 lorsque Charles Godefroy de La Tour d’Auvergne, duc de Bouillon, Vicomte de Turenne, vend tous ses droits au Roi pour payer ses immenses dettes, ses Etats lui ayant stupidement refusé un secours. Le Roi Louis XV lui paie la somme de 4.200.000 livres.

  • le 8 mai 1769 : bataille de Ponte Novo.

Début de la bataille, voir la chronique du 9 mai.

  • le 8 mai 1672: décès de M. de Tréville, Lieutenant Capitaine de la compagnie des Mousquetaires.

En 1616, à l’âge de dix-sept ans, il renonce au négoce pour les armes et part pour Paris, où il s’y engage comme cadet-gentilhomme dans les Gardes-françaises. Il prend part au siège de la Rochelle, de 1627 à 1628, où il est blessé. Tréville, qui a toute la confiance du Roi Louis XIII, devient en 1634 Capitaine Lieutenant de la compagnie des Mousquetaires. Eloigné par Richelieu, suite à l’affaire Cinq-Mars, le Roi le rappelle à la mort du ministre et lui rend le commandement de la compagnie des mousquetaires. Quelques mois plus tard, le 14 mai 1643, Louis XIII meurt à son tour. Mazarin, ne pouvant le renvoyer, dissout la compagnie des Mousquetaires, en 1646.

  • le 8 Mai 1779 : Louis XVI abolit par ordonnance, le servage, le droit de suite et affranchit tous les « mains mortables »

Les serfs des domaines royaux, ainsi que les hommes de corps, les « mortaillables » et les « taillables » n’existent donc plus. Déjà c’est le Roi Louis XVI qui promulgue, dès 1776, un édit condamnant fermement la possession d’esclaves sur le territoire français. Trois ans après avoir aboli l’esclavage (chronique du 4 février)

  • le 8 mai 1794 : exécution des 28 fermiers généraux à Paris, dont Antoine Lavoisier.

Antoine Laurent de Lavoisier naît et meurt à Paris. Il est généralement considéré comme le créateur de la chimie moderne. Il énonce la première version de la loi de conservation de la matière. Il identifie et nomme l’oxygène en 1778. Il participe à la réforme de la nomenclature chimique, découvre le rôle de l’oxygène dans le phénomène de la combustion ; démontre le rôle de l’oxygène dans la respiration animale et végétale mais aussi dans la formation de la rouille.

Alors que beaucoup se lèvent pour dénoncer la perte pour la France que constituerait sa mort, Fouquiet Tinville rétorque :

« La république n’a pas besoin de savants ! »

  • le 8 mai 1920 : la fête de sainte Jeanne d’Arc devient la fête nationale en France.

Canonisée en 1920, la même année que sainte Marguerite Marie Alacoque, la fête de Sainte Jeanne d’Arc est retenue, sur proposition de Maurice Barrès, comme fête nationale. La loi retient le second dimanche de mai.

  • le 8 mai 1945 : capitulation sans condition de l’Allemagne.

Après une première reddition signée le 7 mai 1945 à Reims par le colonel-général Alfred Jodl, la Seconde Guerre mondiale prend fin en Europe, le maréchal Keitel signe l’acte politique de la capitulation sans condition. C’est une véritable guerre de 100 ans qui prend fin entre les peuples germaniques et la France.

  • le 8 mai 1945: répression des émeutes algériennes, un mensonge d’Etat.

Si l’on en croit les journaux, les médias, les livres de pseudo histoire, une « manifestation » se produit à Sétif aux cris de « Istiqlal » (« indépendance ») et de « libérez Messali » (Messali Hadj, leader du Parti Populaire Algérien, arrêté et déporté au Gabon). Un scout brandissant le drapeau algérien aurait été abattu par la police française. Les manifestations se seraient étendues alors à des villes voisines du Constantinois, faisant en quelques jours 103 morts dans la population européenne et près de 10 000 morts par la répression.

Un drame algérien d’Eugène Vallet, aux éditions : Les grandes éditions françaises montrent une toute autre vérité des émeutes de mai 1945.

Les faits ont été déformés sur le massacre de Sétif. La manifestation est en fait une émeute qui déferle sur la ville en assassinant de façon atroce tous les Européens rencontrés. Les forces de l’ordre qui arrivent n’ont d’autre solution que d’ouvrir le feu. Et Sétif n’est que l’arbre qui cache la forêt car les trois départements s’embrasent en même temps et non pas après Sétif. Partout des Européens sont assassinés. Il y a bien un plan de révolte, une préméditation de l’action qui est prouvée par la quantité d’armes des « manifestants », par leurs tentatives de couper les routes et d’isoler les grandes villes.

L’insurrection ayant échoué, les indépendantistes, relayés par les médias français anticolonialistes vont inverser l’origine de la violence ; faisant passer les assassins pour des victimes. Depuis, la propagande du gouvernement algérien, largement reprise par les médias et l’éducation nationale française parle de chiffres de morts extravagants ; ces chiffres oscillent entre 15.000 et 45.000 morts algériens. Comme si les documents officiels de 1945 ne permettent pas de présenter la vérité. 0n lit partout que, « selon les autorités françaises », ces événements auraient provoqué la mort de soit 15 000 Algériens, soit 45 000, selon les autorités algériennes… Les émeutes et la répression se sont déroulées du 8 au 22 mai 1945, donc durant quinze jours : l’armée, la police, la gendarmerie françaises, les milices armées ont-elles pu faire entre 1000 et 3000 tués par jour, c’est-à-dire dix ou vingt fois plus par jour que durant la guerre d’Algérie elle-même ?

Il est possible aujourd’hui de consulter le service historique des armées qui a publié l’essentiel des pièces il y a déjà vingt ans ; de lire Roger Vétillard qui a repris dans son étude de 2008 toute ces preuves ; ou encore de relire l’historien Jean-Louis Planche.

Relisons Eugène Vallet :

« Les Français ont eu à faire face à deux foyers actifs d’insurrection, couvrant près de 6.000 kilomètres carrés, en deux régions à population très dense, où l’émeute — les constatations faites l’ont démontré — n’avait même pas l’excuse de la misère. Presque simultanément, se sont produits sur tout le territoire, entre Bône et Saïda, c’est-à-dire sur 900 kilomètres de distance, des remous démontrant la préparation d’une action offensive qui n’était, du reste, un secret pour personne. »*

* (Un drame algérien d’Eugène Vallet, Ed : Les grandes éditions françaises, page 8)

« Les drapeaux doivent être retirés. Devant l’hôtel de France à Sétif, un policier tente de s’en emparer. C’est le signal de la bagarre, des coups de feu éclatent ; les manifestants se répandent dans la ville, assaillant à coups de feu, de couteau ou de bâton, les Européens rencontrés. On entend : « Tuons les Européens »… » […] « Le mouvement insurrectionnel, n’a pas été l’œuvre de faméliques mais de fanatiques et de racistes. Le mouvement n’avait pas pour but initial la guerre sainte, mais cet argument fut employé par les meneurs pour décider la masse et la fanatiser…» Écrit alors le général Henry Martin, qui commande le 19e corps d’armée à Alger, dans son rapport.

Relevées en 1945, les pertes côté européen sont, selon les sources, de 102 à 113 victimes, avec le double de blessés. S’y ajoutent les quelques 800 musulmans francophiles assassinés par les émeutiers. Côté musulman, le commandement militaire dénombre alors 2 628 tués; l’Humanité cite à l’époque le chiffre de 6 000 sans aucune preuve ! C’est la radio du Caire qui, la première, parlera de 45 000 victimes, bilan qui sera par la suite officialisé par le régime algérien. Plus on s’éloigne des événements, plus le chiffre gonfle : en 8 mai 2003, le quotidien officiel du parti gouvernemental, El Moudjahid, cite sans vergogne le chiffre de 100 000 !

Quand on sait que le gouverneur général de l’Algérie, Yves Chataigneau, un gaulliste, surnommé par les pieds-noirs « Mohammed » en raison de ses sympathies musulmanes, agit sous les ordres du ministre de l’Intérieur, le socialiste Adrien Tixier ; et que le ministre de l’Air, responsable des ordres donnés à l’armée de l’air, est le communiste Charles Tillon…peut-on dire que la répression est si terrible ? La plus part des condamnations des coupables sont ensuite cassées par Paris. D’où la conclusion d’Eugène Vallet :

«On affirme que sur 120 condamnations environ, prononcées à ce titre, 25 à peine ont été suivies d’exécution. Enfin est arrivée l’amnistie générale, qui couvre à peu près tous les coupables et leur permet de revenir, libérés et insolents, parmi leurs victimes et leurs complices. Et comme si de tels défis au bon sens et à l’équité n’étaient pas suffisants, on intensifie à plaisir les campagnes de calomnies contre les martyrs de l’hécatombe des 8 et 9 mai 1945. La presse et la T.S.F. propagent les mensonges les plus odieux sur des faits dont l’Administration a empêché la libre divulgation.

[…] Le scandale, ce n’est pas le massacre des Français isolés et surpris, sans défense, des femmes martyrisées et des petits enfants lacérés de coups de couteaux. Le scandale, c’est la répression trop brutale de l’émeute. Nos soldats ont été des bourreaux…Ce renversement, au moins audacieux, des rôles, a évidemment pour but de tromper l’opinion publique dans la Métropole. Mais il crée une situation intolérable en Algérie, où tout le monde est fixé, même la masse indigène, qui est étonnée, aujourd’hui encore, que le châtiment n’ait pas été plus exemplaire. »**

** Un drame algérien d’Eugène Vallet, Ed : Les grandes éditions françaises, pages 263 et 264.

[…] « On chasse les Français d’Algérie. C’est là un fait qui ne peut être nié et qui met en cause les destins mêmes de la France en Afrique du Nord. Il est profondément attristant d’enregistrer cette constatation qui sera, demain, une réalité poignante. Le mouvement est commencé. Il s’accentue rapidement. L’Administration s’en est aperçue, puisqu’elle a essayé de freiner les départs, en refusant d’approuver, pendant un temps, les ventes de propriétés françaises aux indigènes. Mais elle continue à favoriser ceux qui, malgré tout, voulaient rester. J’attribuais les mesures qui précipitent la catastrophe.

Les Pouvoirs publics n’ont pas réagi lorsqu’il en était temps encore, lorsqu’ils ont été prévenus de l’imminence du drame qui se préparait. Or, ils avaient été largement alertés par de nombreux rapports officiels de fonctionnaires de tous ordres, y compris les chefs de gendarmerie et par des appels pressants d’élus.

Le drame accompli, l’Autorité, nous l’avons dit a :

  • couvert d’une protection non déguisée les émeutiers échappés, aux constatations des flagrants délits ;
  • gracié les coupables arrêtés et condamnés par les tribunaux militaires ;
  • prononcé, récemment, une amnistie à peu près générale, qui a permis aux perturbateurs de rentrer dans les douars la tête haute, de reformer les groupements d’assaut, genres « Médersas », « Amis du Manifeste » ou Scouts, qui avaient été dissous, et de reprendre leur programme d’hostilité et de menaces de mort contre l’élément français, témoins ces papiers répandus dans les campagnes en avril 1946, ou jetés dans les boîtes aux lettres des villes :

« Français, préparez vos valises ou vos cercueils !… »

Et comme si l’Algérie française était coupable de ne pas succomber sous l’action d’un tel régime, le législateur de France y ajoute la certitude d’une asphyxie totale ; la noyade des Français sur les prochaines listes électorales, par l’inscription de nouveaux contingents d’électeurs indigènes, tels que les titulaires de certificats d’études primaires ! Quelles responsabilités, dans l’Histoire, prennent aujourd’hui nos dirigeants !… » 22 AOUT 1946.***

*** Un drame algérien d’Eugène Vallet, Ed : Les grandes éditions françaises, pages 271 272 et 273.

  • le 8 mai 2002 : attentat de Karachi.

Un attentat à la voiture piégée commis devant un hôtel de Karachi (Pakistan) coûte la vie à 14 personnes, 11 Français et 3 Pakistanais (plus douze blessés).

Qui était vraiment Padre Pio?

Posted:

Pour se préparer à la venue des reliques du coeur de Padre Pio au pèlerinage de Chartres 2018, Notre Dame de Chrétienté propose 2 vidéoformations successives réalisées avec François Brunatto, fils d’Emanuele Brunatto, lui même fils spirituel et grand défenseur de saint Padre Pio :

Liban : la France s’est encore trompée de cheval

Posted:

Tout avait commencé avec une belle photo le 10 avril avec les soutiens franco-saoudiens de Saad Hariri :

DafgVe-X0AAXWX5

Puis un bel article de propagande avait été publié dans Le Monde samedi 5 mai :

31947210_10216770537995296_1996311214476492800_nMais finalement le mouvement sunnite s’est écrasé au Liban :

Capture d’écran 2018-05-07 à 19.53.30

Macron fait juste un meilleur numéro de théâtre : plus sophistiqué, plus cultivé, plus ferme mais cela reste superficiel

Posted:

François Bert, Saint-Cyrien, officier parachutiste à la Légion étrangère puis gérant de portefeuilles et manager commercial, auteur de l’ouvrage Le Temps des chefs est venu (Edelweiss, 2017), écrit dans Le Figarovox à l’occasion de l’anniversaire de l’élection d’Emmanuel Macron :

Images-2« Les émissions télévisées se succèdent ces temps-ci comme des teasers de mouvements de rues et, si le Président de la République se donne l’occasion de montrer qu’il a du caractère, une sensation sableuse d’inertie et d’inaction commence à se faire sentir. Beaucoup de sujets en effet ont été pris en compte (loi travail, formation professionnelle, ZAD, SNCF, réforme de l’État, immigration, etc.) sans pour autant engager d’inflexion profonde: avoir du caractère, quand on fait de la politique, ce n’est pas se faire entendre mais se faire acteur (au premier sens du mot et non au deuxième). Depuis trop longtemps, la politique s’est réduite à faire des mesures symboliques sur un maximum de sujets pour montrer que l’on est aux commandes mais sans jamais entrer dans l’épaisseur opérationnelle et la conduite qu’elle induit pour que les changements soient probants. Macron n’échappe pas à la règle: il fait juste un meilleur numéro de théâtre. C’est plus sophistiqué, plus cultivé, plus ferme mais cela reste superficiel.

Front ou percée?

Tout combattant qui se respecte le sait: on n’avance pas à la guerre en occupant seulement une ligne de front. Vient le moment où il faut choisir un axe de pénétration prioritaire pour faire une brèche qui deviendra ensuite tête de pont et enfin conquête. Les ministères bourdonnent d’activité et viennent en procession proposer à la chambre des lois nouvelles. En réalité, peu comportent de modifications significatives, même s’il faut reconnaître que certains pas, comme le changement du statut des cheminots ou les facilités offertes aux chefs d’entreprise, sont notables. Ces quelques pas se mêlent par ailleurs à des faveurs accordées à certains sur la base d’intérêts particuliers (loi ISF ou exit tax notamment). Surtout, c’est l’absence de priorisation et d’effort soutenu dans la direction choisie qui met à mal le besoin de transformation dont la France a besoin et fige le dispositif comme une ligne de tranchées.

Or ce n’est pas de tranchées dans nous avons besoin, précisément, mais de quelqu’un qui tranche. Emmanuel Macron déploie ses réformes comme un paon montre ses plumes. Quand on prend un peu de distance avec l’action gouvernementale, on ne trouve comme fil directeur que la volonté de plaire en surprenant les observateurs, qui, séduits, en oublient souvent d’exercer leur devoir de poursuite. Le Président de la République doit passer de la stratégie du paon, qui cherche à accaparer l’attention sur sa personne, à la stratégie de l’aigle: prendre de la hauteur, quitte à disparaître des écrans, pour déterminer la cible prioritaire de son action et y descendre en piqué, entraînant par son élan l’action collective.

Décider, c’est sacrifier

Unknown-4Quelle peut être la crédibilité de quelqu’un qui, après avoir cédé une première fois aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes et fait les gros bras devant celle de Bure, cède à nouveau sur le terrain des premiers en figeant l’action des gendarmes et lâche les chevaux de ses missiles sur un pseudo ennemi syrien? Où peut-on y voir une forme d’arbitrage sérieux et, surtout, de conséquence dans l’action? On n’entre dans la gestion d’une difficulté qu’à partir du moment où on entreprend de la résoudre significativement. Sinon on s’abstient, on reporte ou on se déclare non compétent.

ImagesLa lutte pour la réforme de la SNCF et ses grèves d’un autre âge se maintient: tant mieux. Viendra le temps de voir quels intérêts particuliers elle cache et, surtout, comment les évolutions favorables qu’elle promet seront mises en œuvre dans le temps. Mais comment croire à la détermination quand 1200 black blocs s’infiltrent dans la manifestation du 1er mai et cassent dans Paris avec une quasi impunité?

Un projet de loi sur l’immigration s’annonce, alors que retentit encore l’hommage solennel fait au colonel Beltrame? Regardons d’abord si cette loi opère des changements effectifs, quand on sait notamment comment la Convention européenne des droits de l’homme rend quasiment impossibles les reconduites à la frontière des étrangers délinquants. Regardons surtout comment l’action se traduit, une fois encore, sur le terrain, comment les policiers ont le temps et les moyens d’interpeller les bonnes personnes, comment la justice finalise en contrainte réelle le travail de la Police. […] »

Olivier Germain-Thomas : Mai 68 vu du camp gaulliste

Posted:

7 Mai 1954, chute de Dien Bien Phu face la barbarie communiste

Posted:

Dcmua2-XcAEVgo4

Le 7 mai : à l’annonce de la chute de Dien Bien Phu, tous les députés se sont levés … sauf les communistes. Sur 10 000 prisonniers, seulement 3 200 reviendront vivants des camps de la mort viet-minh.

Un policier violemment agressé par une horde de migrants

Posted:

Bienvenue à tous !

« Lors d’un contrôle de billets dans un train italien en provenance de Milan, un jeune Nigérian a refusé de montrer son titre de transport. Il a commencé à insulter le contrôleur et à s’en prendre aux autres passagers. Un policier de 40 ans est donc intervenu pour le calmer.

Mais une dizaine de ses amis sont apparus. Sous les yeux des voyageurs, ils ont immobilisé le contrôleur et ont violemment frappé le policier, rapporte Corriere Milano ce lundi 7 mai. Une fois que l’homme était à terre, les migrants ont continué à lui donné des coups de pieds. Après avoir tenté de lui voler son portefeuille, ils ont pris la fuite dès que le train s’est arrêté à Carnate.

Laissé dans une mare de sang, le fonctionnaire n’a pas perdu connaissance et a pu identifier quelques un de ses agresseurs. […] »

Projections de La Rébellion cachée à Cannes

Posted:

Thumbnail

C’est arrivé un 7 mai…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 07 mai : saints du jour français ou en France.
    • St Céneré, diacre et moine († v. 669)

Dans le pays manceau, saint Céneré, diacre et moine. Après avoir visité les tombeaux de saint Martin de Tours et de saint Julien du Mans, il termina sa vie dans la solitude et l’austérité.

  • Bse Marie-Louise Trichet, religieuse († 1759)

La fête de Marie-Louise Trichet est célébrée le 7 Mai (jour de sa naissance). Elle est décédée le 28 avril, mais pour éviter la confusion avec la fête de saint Louis-Marie de Monfort, qui est décédé lui aussi le 28 avril, Rome a décidé de placer sa fête le jour de sa naissance sur terre… et non celui de son « dies natalis » selon la tradition.

À Saint-Laurent-sur-Sèvre, en 1759, la bienheureuse Marie-Louise Trichet, vierge, qui fut attirée à la vie religieuse par saint Louis-Marie Grignion et devint à Poitiers la première recrue de la Congrégation des Filles de la Sagesse, qu’elle dirigea avec prudence.

Marie-Louise Trichet a été béatifiée, à Rome, le 13 mai 1993 par saint Jean Paul II.

  • le 7 mai 558 : le dôme de la basilique Sainte-Sophie de Constantinople s’écroule.

Justinien Ier ordonne immédiatement de le reconstruire.

  • le 7 mai 1274 : le second Concile de Lyon commence.

Le pape Grégoire X a trois motifs qui l’ont amené à convoquer ce grand concile :

  • le premier est d’envoyer des secours aux chrétiens de la terre sainte ;
  • le second, de réunir l’Église grecque à l’Église romaine,
  • le troisième, de réformer les mœurs et la discipline, et de fixer un terme pour les élections de papes, dont le délai était toujours trop important. Il vient d’en être l’exemple.
  • le 7 mai 1342 : élection du pape Clément VI.
  • le 7 mai 1463 : grand incendie de Toulouse.

Le feu prend dans la ville médiévale, il détruit les trois quarts de la ville et ruine plusieurs églises, couvents et autres édifices publics, propagé par un vent violent à travers les rues étroites, aux d’habitations en partie construites en bois. Le Roi Louis XI alors dans le sud de la France, arrive rapidement sur les lieux et demeure trois semaines dans la ville.

  • le 7 mai 1794 : la Convention adopte une nouvelle religion, le Culte de la Raison et de l’Être suprême.

A l’initiative de Robespierre et de la maçonnerie, et afin de déchristianiser la France et d’y asseoir l’idéal républicain sur des références religieuses et morales, la Convention crée par décret le culte de l’Etre suprême, l’ange déchu. La Raison n’est rien d’autre que le rejet de Dieu par l’homme qui se fait dieu. (Relire le discours de Jaurès dans la chronique du 11 février).

  • le 7 mai 1795 : Fouquier-Tinville est guillotiné.

Cet accusateur public a signé plus de 16 000 condamnations à mort en 9 mois.

  • le 7 mai 1932 : Paul Doumer, président de la République française est assassiné.

Le président français Paul Doumer est assassiné par un homme d’origine russe, Paul Gorgulov, qui voulait condamner la passivité de la France dans le conflit contre les bolcheviques.

  • le 7 mai 1945 : les Allemands signent la reddition sans conditions à Reims.

Le général allemand Alfred Jodl signe à Reims, une reddition inconditionnelle qui termine la participation allemande à la Seconde Guerre mondiale. Le document prend effet le lendemain.

  • le 7 mai 1954 : à Dien Bien Phu, Eliane tombe.

Alors que tous les moyens militaires n’ont pas été utilisés et que la victoire est encore possible, le pouvoir politique à Paris décide l’abandon de l’Indochine. La France perd l’Indochine par lâcheté politique. Le 7 mai Eliane tombe. Cela fait 60 jours que les troupes françaises combattent dans la cuvette.

Sans munitions, ni médicaments en nombre suffisant, alors que de nombreux groupes de partisans arrivent à marche forcée pour tomber dans le dos des divisions viets, le Général René Cogny, commandant les forces du Tonkin, envoie un message au Colonel Christian de Castries dans lequel il lui demande qu’il n’y ait ni acte de capitulation, ni drapeau blanc.

Seuls, quelques derniers résistants sur Isabelle (Groupe Mobile 6, 3e REI, 1er et 7e RTA) menés par le Lieutenant-colonel André Lalande, se battent encore furieusement. Lalande tentera une sortie en force, qui échouera de peu.

Le 8 mai 1954, le camp retranché de Dien Bien Phu tombe définitivement aux mains du Viet Minh. 2 293 soldats français et supplétifs viets et thaïs blancs ont été tués, 11 721 autres partent en captivité dans les camps du Viet Minh, dont seulement 3 290 sortiront vivants. L’armée Viet Minh y a laissé ses meilleures divisions. Si l’appui américain avait été accepté le sort de la bataille aurait été tout autre.

La France a lâchement abandonné ses soldats. Pourquoi n’a-t-elle pas demandé :

« A Dien Bien Phu vous avez capturé 11721 soldats de l’Union Française, valides ou blessés, vous en avez rendu 3290, il en manque 7801 ! Que sont-ils devenus ? »

Mais jamais cette question n’a été posée.

  • le 7 mai 1990 : la France est condamnée à payer une amende de deux millions de dollars américains dans l’affaire du Rainbow Warrior.

Dispute de « couple »

Posted:

Glauque :

« L’hypothèse d’une dispute de couple qui a dégénéré est, pour l’heure, privilégiée par les enquêteurs. Jeudi 3 à Saint-Quentin, dans l’Aisne, une femme d’une quarantaine d’années, nue, a chuté du 9e étage de son immeuble. Malgré l’intervention rapide des secours, elle n’a pas survécu. Sa compagne a été placée en garde à vue pour « homicide volontaire ».

Agression contre Robert Ménard : le portrait d’une gauche agonisante dont le seul argument est la violence

Posted:

De Jean-Jacques Edard, président du mouvement « Pour la France », qui avait invité Robert Ménard à St André :

« Quand il n’y a plus rien à prouver, qu’il n’y a plus d’intelligence, alors surgissent l’insulte, le mensonge, la violence et la brutalité, de véritables animaux sauvages en meute hurlante pour s’attaquer à un homme petit par sa taille mais grand par son parcours, son charisme et ses analyses.

A St André de Cubzac c’est avec une grande tristesse que j’ai vu des élus et non des moindres haranguer quelques excités venus d’on ne sait d’où… Elu local moi-même, je pensais que notre rôle était avant tout de rechercher l’apaisement , la conciliation, la qualité de vie dans cette mosaïque que composent nos villages, nos hameaux, notre territoire. Nous ne pensons pas tous pareil mais nous sommes voisins et vivons côte à côte.

Ce samedi 5 mai à 14h, quelle stupéfaction de voir un directeur de CFM (centre de formation multimétiers) participer physiquement à l’agression de Robert Ménard. Je pensais que cet homme chargé d’accompagner la formation de nombreux adolescents avait un devoir d’exemplarité… que nenni… il était parmi les plus virulents, les plus violents promoteurs de haine. Que doit-on penser de son rôle dans cet établissement ?

Un ancien député… contesté par ses anciens amis… était-il là par amertume de voir que son parti se déchire et perd pied… peut être pensait-il que cette violence referait l’union qu’il n’a pas su préserver… ? Des maires et des adjoints restés passifs devant la violence sans comprendre que ces actes ne pourraient que noircir l’image qu’ils ont dans ce territoire. Heureusement, ils ne portaient pas l’écharpe tricolore… ils l’auraient déshonorée. Voilà le portrait d’une gauche agonisante dont les seuls arguments aujourd’hui sont, la violence et le coup de poing mais surtout en meute contre un homme seul… quel courage… ! Quel avilissement … ! Sont-ils seulement venu écouter Robert Ménard une fois… ? non…, ils l’ont désigné comme ennemi à abattre pour focaliser l’attention des quelques sympathisants qui leur restent afin de ne pas exposer le vide sidéral de leur programme.

Ce 5 mai Robert Ménard n’était pas accompagné de gardes du corps, contrairement à ce qu’écrit une certaine presse, car parmi nous, personne n’imaginait que malgré quelques articles de journaux agressifs, les responsables locaux, élus et forces de l’ordre pouvaient laisser une telle situation dégénérer ainsi. Ancien militant LCR, (Ligue Communiste Révolutionnaire) et P.S. (Parti Socialiste), Président de Reporter sans Frontières, Robert Ménard nous confiait alors que c’était la première fois qu’il subissait une telle agression physique … triste spectacle d’un lynchage…, quelle image accueillante de la Haute Gironde, quelle promotion pour notre territoire à ajouter maintenant au tableau avec les évènements de Tolbiac, du premier mai, de la zad de n.d.l., etc…, magnifique promotion…

DSA (Demain St André) avait invité ses sympathisants dont nombres de retraités bien loin d’arriver en treillis mais seulement venus pour écouter et débattre démocratiquement de sujets d’actualité. Ce fut une superbe conférence. Robert Ménard nous a confirmé qu’il reviendrait quand nous l’inviterons car c’est avant tout la démocratie qui doit dominer et non la sauvagerie, la dictature de gauche comme elle a déjà existé dans de nombreux pays. D’autres intervenants viendront en haute Gironde dans les semaines et les mois à venir car l’expérience initiée localement redonne aux électeurs le pouvoir de s’exprimer au delà des partis et montre qu’elle suscite beaucoup d’intérêt, il est de notre devoir de ne pas laisser cette gauche sectaire et violente étouffer la libre expression de chacune et chacun d’entre nous. »

Une semaine après le gars dans le coma à Tolbiac, voici Moussa le faux homosexuel

Posted:

Tous les martyrs de la gauche se révèlent être des fausses nouvelles. Moussa était homosexuel et demandait pour cette raison l’asile politique. Comme l’intox n’a pas pris, le voilà devenu bisexuel et acrobate :

DcmLOVcXcAA84uNDemain, que deviendra-t-il ?…

A propos de fausse nouvelle, cette succession de tweets est amusante :

DccTAzwWAAAJ1K1

La Fraternelle maçonnique de l’UPR

Posted:

29683201_556153474767209_2673595544066131627_nN’est-il pas un tantinet contradictoire de vouloir sortir de l’Union européenne tout en restant dans la secte maçonnique ? Les Francs-Maçons membres de l’Union Populaire Républicaine (UPR) s’unissent au sein de la Fraternelle  Patriam Recuperare. L’UPR est le mouvement d’Asselineau qui rassemble les Français afin de faire sortir juridiquement la France de l’euro, de l’Union européenne, et de l’OTAN.

Cette fraternelle se nomme « PATRIAM RECUPERARE » et a pour objectifs :

  • Produire des travaux maçonniques en regard du positionnement de l’Union Populaire Républicaine à destination de l’édification des frères et sœurs des puissances maçonniques françaises.
  • Produire des analyses accessibles par tous démontrant la compatibilité entre l’engagement maçonnique et l’adhésion à l’Union Populaire Républicaine.

Dans un entretien, François Asselineau affirme ne pas faire partie d’une loge :

Bollène fête sainte Jeanne d’Arc

Posted:

Dimanche 13 mai, à l’occasion de la fête officielle de Sainte Jeanne d’Arc, une messe dans la forme extraordinaire du rit romain sera célébrée par un moine du Barroux, à 10h30 dans la majestueuse collégiale Saint-Martin de Bollène (XIIe siècle).

A l’issue de la messe, la cérémonie officielle se déroulera sous l’autorité de Mme le maire dans le jardin Jeanne d’Arc (aux pieds de la collégiale), suivie d’un apéritif puis d’un banquet patriotique (sur réservation).

Invit jeanne d'arc

Des diocèses fusionnent

Posted:

Pour le moment au Canada. Mais prochainement en France ?

« Le bulletin de la Salle de presse du Saint-Siège du 27 avril 2018 a annoncé la décision du Saint-Père de réunir sous une seule entité ecclésiastique le diocèse d’Alexandria-Cornwall et l′archidiocèse d′Ottawa, situés tous les deux dans la province de l’Ontario. Le Souverain pontife a placé Mgr Terrence Thomas Prendergast, 75 ans, à la tête du nouveau diocèse d′Alexandria-Cornwall-Ottawa. Ordonné en 1972 pour la Compagnie de Jésus, Mgr Prendergast a été successivement évêque auxiliaire de Toronto, archevêque d′Halifax, et enfin archevêque d′Ottawa, la capitale du pays, en 2007.

Nommé administrateur apostolique du diocèse d’Alexandria-Cornwall en 2016 avec la mission d’étudier une éventuelle fusion avec un diocèse voisin, le prélat avait adressé une lettre aux fidèles dans laquelle il soulignait le « déclin du clergé et de la pratique religieuse ». Ainsi s’étendent les ravages de la déchristianisation de la société, dans un pays où le catholicisme se développait pourtant rapidement jusque dans les années soixante. »

Il se réveille juste avant d’être débranché

Posted:

Trenton Mckinley, un jeune américain de l’Etat d’Alabama, s’est réveillé miraculeusement alors que sa mort cérébrale avait été déclarée.

Le jeune garçon de 13 ans a été victime d’un grave accident il y a deux mois. La remorque tirée par un buggy dans laquelle il était installé s’était renversée après un coup de frein brutal. Il a  heurté le béton et la remorque a atterri sur sa tête.

Lorsqu’il s’est réveillé à l’hôpital, ses parents avaient déjà signé des documents pour faire don de ses organes à cinq enfants malades en attente de donneurs. Sa mère explique :

« [Les médecins] ont dit que la prochaine fois que son cœur s’arrêterait, ils devraient le laisser mourir… C’était un [samedi]… et que je pourrais signer un papier pour faire don de ses organes pour sauver cinq autres enfants ».

Mais contre toutes attentes, Trenton s’est réveillé avant qu’il ne soit débranché. L’une de ses mains a bougé suivie de ses pieds. Ses iris ont repris leur couleur verte.

Le jeune garçon continue de souffrir de douleurs nerveuses et a des crises tous les jours, mais il garde une attitude positive et se rétablit à la maison.

Trenton a déclaré qu’il avait eu le sentiment d’être au paradis lorsqu’il était inconscient.

« J’étais dans un champ immense et marchais droit devant moi. Il n’y a pas d’autre explication que Dieu, même les médecins l’ont dit ».

Collector

Posted:

Si « la droite extrême » passait en France, cela empêcherait l’intégration des populations issues de l’immigration… On se demande dans quelle banlieue du vivre-ensemble les Klarsfeld vivent :

DclcVEbWsAAt0VC

Il y a 2 sortes d’élus en France : les intouchables et ceux que l’ont peut frapper

Posted:

Le maire de Béziers Robert Ménard revient sur son agression, dans Valeurs Actuelles :

« Je me rendais dans ce petit village (Saint-André de Cubzac, en Gironde) pour une réunion avec les élus locaux sur l’union des droites. J’ai déjeuné avec ces élus, et l’après-midi nous nous sommes ensuite rendus dans une salle de cette petite ville pour une réunion publique. Je suis arrivé sans gardes du corps, car je n’en ai jamais, et il y avait déjà une cinquantaine de personnes qui vociféraient, qui hurlaient. Ils ont le droit, c’est la démocratie. Sauf qu’à un moment, un homme m’a frappé derrière la tête, avec sa main ou avec un objet je ne sais pas, j’ai vacillé et j’ai eu affreusement mal. J’ai continué mon chemin, et les gens autour de moi ont continué à me bousculer, je suis tombé une deuxième fois. Je me suis à nouveau fait mal… tout ça sous les yeux des élus locaux ! Il y avait des élus socialistes, des insoumis, de nombreux maires… qui filmaient et souriaient quand j’étais à terre ! J’ai eu quatre jours d’ITT (Interruption temporaire de Travail) complets et dix jours d’ITT partiels. Je pose une seconde question : quid des gendarmes ? Ils ne sont pas intervenus ! ça n’arriverait jamais dans ma ville. Le sous-préfet de permanence a volontairement minimisé les choses. Que ce soit clair : je n’accuse pas les gendarmes, j’ai trop de respect pour eux et je sais le travail qu’ils font.

Valeurs actuelles. Pourquoi selon vous il n’y a pas eu de réaction « officielle » ?

L’absence de réaction officielle est invraisemblable ! J’ai eu quatre jours d’ITT complets. Quand Nathalie Kosciusko-Morizet a été bousculée, le tollé a été général. Et à juste raison ! Elle avait eu deux jours ITT… Même Edouard Philippe avait réagi et pris position, cela avait fait la une des médias ! Imaginez un instant que ce soit un autre élu que moi, imaginez si un élu d’extrême-gauche avait été bousculé par l’extrême-droite ! Il y aurait donc deux sortes d’élus ? Pas un mot du ministre de l’Intérieur. Je suis un élu de la République ! La classe politique traditionnelle pousse de grands cris d’Orphraie. En dehors d’Eric Ciotti et de quelques députés LR que je salue, qui a dit quelque chose aux Républicains ?

Valeurs actuelles. Qu’attendez-vous désormais de la justice ?

J’ai porté plainte avec constitution de partie civile. Il s’agit de violence en réunion contre un élu de la République. La gendarmerie m’a assuré de sa volonté d’avancer. Je souhaite que les auteurs soient punis mais qu’on s’interroge surtout sur certaines personnes. Avant ma visite, le responsable local d’En Marche avait dit de tels mensonges à mon égard, en disant par exemple qu’il y avait des milices à Béziers ! Quand on chauffe à blanc, on porte une part de responsabilité. La classe politique traditionnelle ne s’offusque que dans certains cas. A part Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Frédéric Poisson, et certains autres que je salue, c’est silence complet. Quel silence ahurissant ! »

Victoire du Hezbollah au Liban allié aux élus aounistes

Posted:

Dimanche, les Libanais étaient appelés aux urnes pour la première fois depuis neuf ans. Une nouvelle loi électorale, basée sur la proportionnelle, permettait à près de 800 000 nouveaux électeurs de s’exprimer, portant le corps électoral à 3,7 millions d’individus. Seuls 49,2% d’entre eux ont voté, contre 54% lors du dernier scrutin, en 2009.

Selon les résultats préliminaires, le Hezbollah chiite, allié à la fois au régime iranien et au pouvoir syrien, devrait remporter plus de la moitié des sièges au Parlement. Ce résultat renforcerait politiquement le Hezbollah, qui obtiendrait une majorité simple au Parlement, composé de 128 sièges. Le nombre de sièges devrait toutefois être insuffisant au Hezbollah pour disposer de la majorité nécessaire au vote des lois majeures – fixée aux deux tiers des sièges -, telles que la réforme constitutionnelle.

Le premier ministre sunnite Saad Hariri devrait conserver son poste et former le nouveau gouvernement. Conformément à la répartition confessionnelle des pouvoirs, le premier ministre doit être issu de la communauté sunnite.

Une alliance anti-Hezbollah menée par Hariri et soutenue par l’Arabie saoudite avait remporté la majorité au Parlement lors des précédentes élections législatives, en 2009, avant de s’effriter. Le Parlement avait étendu à trois reprises depuis 2009 son propre mandat, dont la durée originelle était de quatre ans.

Addendum – réaction de Bernard Antony :

Dcl2Yn-XkAAg0Kn« Je me réjouis notamment de l’élection de mes amis Samy Gemayel et Nadim Gemayel. Je ne renie pas mon affection pour Sethrida et Samir Geagea, dont je comprends que mes amis libanais aient pu désapprouver certaines positions de compromis avec le gouvernement Aoun-Hariri. Cela dit, je me réjouis de la forte progression des Forces Libanaises dans les sièges réservés aux composantes chrétiennes.

Je le redis, il était difficile pour des non Libanais de saisir l’enjeu de ces élections. En aucun cas, il ne s’est agi de compétition électorale entre musulmans et chrétiens.

En effet, l’appartenance religieuse de tout citoyen libanais est mentionnée sur sa carte d’identité. Analogiquement, la loi électorale, âprement négociée, prévoit les nombres de sièges dont disposeront les différentes communautés sur la base d’une moitié pour les chrétiens et d’une moitié pour les musulmans. Et d’une répartition ensuite selon les poids respectifs des différentes entités.

Ainsi, chez les chrétiens, 34 sièges pour les maronites ; 14 pour les « grecs catholiques » (Il ne s’agit pas de citoyens grecs ! Mais de libanais de rite orthodoxe ou de rite melkite) ; 5 pour les Arméniens orthodoxes ; 1 pour les Arméniens catholiques ; 1 encore pour les Protestants et 1 encore pour les autres chrétiens.

Idem chez les musulmans (ou apparentés) : 27 sièges pour les sunnites, 27 pour les chiites, 8 pour les druzes, 2 pour les Alaouites.

Selon les circonscriptions (une ou plusieurs cazas), l’électeur choisissait donc dans des listes de candidats de même identité religieuse mais pouvant être de différents partis. D’où un scrutin certes proportionnel mais d’une proportionnalité n’affectant nullement l’appartenance religieuse. Ainsi, lorsque l’on apprend que le Hezbollah a progressé, cela ne signifie pas qu’il a pris des sièges chrétiens mais qu’il a balayé les autres listes chiites.

Chez les chrétiens, on a vu outre des listes entièrement FL ou aounistes, maintes combinaisons inter-partisanes et même, en certains lieux, entre aounistes et opposants. Mais ce, toujours pour des listes de conquêtes des sièges attribués aux communautés respectives.

Pour une fois, je serai donc indulgent avec les commentateurs même s’ils déforment la réalité, car celle-ci, comme vous pouvez le constater, n’est pas aisée à appréhender. Ajoutons d’ailleurs encore que le libanais ne vote pas forcément là où il réside mais, par correspondance ou non, là où il est né ! Ainsi, je persiste et je signe : le système démocratique libanais est peut-être le plus surréaliste qui soit. Cela n’empêche pas, par le jeu ensuite des inféodations, soumissions et connivences, la domination de la force géopolitiquement prépondérante.

Et c’est ainsi, redisons-le, que ce n’est pas tant électoralement que le Hezbollah l’a directement emporté hier en s’imposant sur l’ensemble chiite mais en constituant avec le général Aoun et les élus aounistes la majorité dont l’Iran (alliée de la Russie et de la Syrie) a besoin pour dominer le Liban. »

Mgr Aupetit : si vous êtes fidèle dans le mariage, vous ne risquez pas de transmettre le sida

Posted:

Mgr Michel Aupetit a accordé un entretien au Quotidien du médecin. Cet ancien généraliste parle en médecin aux médecins.

Comment qualifieriez-vous les évolutions de la médecine et, en parallèle, celles de la bioéthique ?

La médecine évolue et c’est important : plus on a de moyens à disposition, mieux l’on peut soigner les patients. La question bioéthique est : que fait-on de ce progrès technique ? J’ai peur que nous pratiquions une médecine à l’anglo-saxonne, fondée sur le contrat et non plus une médecine fondée sur la relation. […]

En tant que médecin, avez-vous une position un peu différente de vos prédécesseurs sur la question de l’usage du préservatif ?

Ma position a toujours été claire : il faut éviter de transmettre le danger. Mais le principe le plus sûr demeure une vie bien ordonnée : si vous êtes fidèle dans le mariage, comme le préconise l’Église, vous ne risquez pas de transmettre le sida. »

L’agression de Robert Ménard, passée sous silence

Posted:

Les médias militants avaient été plus larmoyants avec NKM l’an dernier :

DckXg59XUAUyeMW

Ne pas évoquer l’agression contre le maire de Béziers, c’est finalement inciter la gauche fasciste à commettre des violences contre les patriotes…

A Angers, les tenanciers du bar associatif l’Alvarium ont été agressés par une vingtaine de personnes. L’un d’eux est à l’hôpital. Auparavant, le Courrier de l’Ouest avait fait un reportage sur cet établissement :

DcbiHGGX0AEV-88

Les mouvements de jeunesse soumis au code du tourisme

Posted:

Unknown-3C’est la nouvelle idée issue d’une directive européenne que nos dirigeants ont validé sans broncher.

Au 1er juillet, les organismes d’éducation populaire et les mouvements de jeunesse deviendront des « prestataires de voyage » soumis aux obligations du code du tourisme. Camps scouts, colonies de vacances, classes de découverte sont désormais considérés comme une forme de tourisme.

Depuis le 20 décembre, la directive européenne « Travel » a été transposée dans le droit français. Au 1er juillet, elle entrera en vigueur. Ayant pour but de protéger les consommateurs des tour-opérateurs peu scrupuleux, elle impose à tous les organismes dont l’activité principale consiste à organiser des départs de groupes, de souscrire au registre du commerce. Ce faisant, ils doivent abonder un fonds de garantie destiné à financer les rapatriements éventuels et les annulations.

Cette directive s’applique aussi aux organismes d’éducation populaire et mouvements de jeunesse, qui bénéficiaient d’une dérogation. Ils devront donc être immatriculés au registre au commerce et surtout abonder au fonds de garantie à hauteur de 10 % de leur produit d’exploitation.

Sans honte, le gouvernement a précisé que deux solutions existent :

  • se tourner vers les banques, afin de contracter un emprunt,
  • s’affilier aux deux garants associatifs spécifiques au secteur du tourisme, l’Union nationale des associations de tourisme et de plein air (Unat) et l’association professionnelle de solidarité du tourisme (APST).

Saâd Zian, délégué général des Éclaireuses et éclaireurs de France, indique :

« Rompre la digue qui sépare le monde lucratif du non lucratif revient à considérer que nous sommes des vendeurs de biens et services et à remettre en cause le statut et le rôle social que nous jouons ».

Bruxelles : l’apostolat des prêtres de Sainte-Catherine

Posted:

Il y a quelques années le Père Jérémie Schaub et sa fraternité ont repris l’église du quartier Sainte-Catherine. Il appartenait à la Fraternité des Saints Apôtres, dont l’objectif était “de sensibiliser des jeunes gens à la beauté de la vocation et du ministère de prêtre diocésain“. Cette Fraternité est aujourd’hui dissoute, mais les prêtres de Sainte-Catherine n’ont pas renoncé à leur apostolat :

Attaque au couteau à La Haye

Posted:

DccSCnXXkAcKu6HPlusieurs personnes ont été attaquées par un homme armé à La Haye. Au moins trois d’entre elles ont été blessées.​ Les forces de police sont rapidement intervenues et ont tiré dans une jambe de l’assaillant qui aurait crié «Allahu Akbar» lors de son interpellation.

L’homme a apparemment porté cinq coups de couteau à une première personnes dans un café. En sortant de cet établissement, il en a poignardé deux autres.

L’heure vient où tous ceux qui vous tueront s’imagineront qu’ils rendent un culte à Dieu

 

Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s