Le Salon Beige: 20 nouveaux articles:Oui, le lobby LGBT a menti, comme d’habitude-et varua

Le Salon Beige: 20 nouveaux articles

Link to Le Salon Beige

Sursis accordé pour Vincent Lambert : la justice ordonne une expertise

Posted:

Gk6fP_9d_400x400Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a ordonné une nouvelle expertise médicale de Vincent Lambert, comme l’avait demandé Me Jérôme Triomphe. Pour ce dernier, contacté par Le Salon Beige :

« C’est un camouflet pour le Dr Sanchez« .

Le tribunal ordonne une nouvelle expertise médicale par des médecins spécialisés, pour « déterminer le tableau clinique » de Vincent Lambert. Dans un communiqué, les juges ont estimé « nécessaire » cette étape avant de se prononcer « définitivement » sur l’arrêt de l’alimentation décidé par le CHU de Reims et contesté par les parents du patient. Cette expertise doit être effectuée par un collège de trois médecins, dans un délai d’un mois.

Oui, le lobby LGBT a menti, comme d’habitude

Posted:

En 1998, lors des débats sur le Pacs, Elisabeth Guigou, alors ministre, avait déclaré qu’il n’était pas question qu’elle reconnaisse le mariage et l’adoption pour les homosexuels. 10 après le Pacs, elle reconnaissait avoir menti pour arracher la décision des indécis.

De même, Jean-Luc Roméro avait avoué avoir menti à propos du Pacs, qui ne devait pas aboutir à la dénaturation du mariage, qui ne devait pas aboutir à la fabrication d’enfants pour les LGBT, par PMA ni par GPA… Ce même Roméro milite pour l’euthanasie qui ne concerne, bien entendu, que les cas exceptionnels, comme on le voit en Belgique ou aux Pays-Bas, où il ne suffit plus d’être dans des souffrances atroces pour demander la mort, mais qu’un mineur peut être euthanasié, comme un dépressif, un malade mental.

Aujourd’hui c’est Libération qui avoue avec fierté les mensonges LGBT :

Images-9« [G]lobalement, la Manif pour tous avait raison. […] Elle avait peur que l’ouverture du mariage aux couples du même sexe entraîne la possibilité pour eux d’adopter et oui, c’est aussi exactement ce qui s’est passé. Malgré les nombreuses difficultés encore rencontrées au quotidien par les couples engagés dans cette démarche, la loi autorise depuis cinq ans les gays et les lesbiennes à adopter des enfants.

Elle avait peur que la «loi Taubira», comme elle l’a appelée, entraîne l’autorisation de la PMA pour les lesbiennes et les célibataires et oui, c’est le chemin que prend la France. Incomplète, la loi de 2013 a en effet permis aux lesbiennes d’adopter des enfants mais pas de les faire. Alors beaucoup de couples ont recours à l’insémination artificielle pratiquée en Espagne ou en Belgique, deux pays où la PMA est ouverte à tout le monde. Ces mêmes couples reviennent ensuite en France pour faire suivre les grossesses dans les hôpitaux français, accoucher dans les maternités françaises puis scolariser leurs enfants à l’Education nationale. Bref, la France accueille ces enfants et leur permet devant le droit d’avoir deux mamans (puisque la mère qui n’a pas porté l’enfant peut l’adopter) mais, hypocritement, demande aux lesbiennes d’aller les faire ailleurs. […]

Elle avait peur que la PMA ouvre la voie à la GPA et oui, quand les femmes pourront concevoir leurs enfants en France, pourquoi les hommes ne le pourraient pas, en recourant à une mère porteuse ? […] Ainsi, reconnaissons-le cinq ans après : les craintes profondes de la Manif pour tous étaient fondées. »

Ces gens passent leur temps à mentir, comme leur père, pour arriver à leurs fins.

C’est pourquoi, lorsqu’ils disent que l’euthanasie sera limitée aux cas exceptionnels, ne les croyez pas. Lorsqu’ils racontent que la GPA sera uniquement altruiste, ne les croyez pas. Lorsqu’ils affirment que la PMA ne sera pas eugéniste, ne les croyez pas.

Ils mentent comme ils respirent.

Pseudo-débats sur la PMA : comment procèdent les associations LGBT

Posted:

Lu sur le site de La Manif Pour Tous :

B9715380345Z.1_20180413201609_000+G7FB3FF84.1-0« Le 12 avril dernier, était organisée à Amiens une table-ronde « La filiation en questions : quelles conséquences pour la société » avec trois intervenantes : le Dr Pauline Segard-Tiberghien, gynécologue, médecin de la procréation ; Aude Mirkovic, maître de conférences en droit privé, spécialiste du droit de la famille ; et Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif Pour Tous. 180 personnes assistaient au débat.

Alors que le responsable régional de La Manif introduisait la soirée, des représentants d’associations LGBT se sont précipités sur l’estrade et lui ont coupé la parole. Un micro leur a été malgré tout tendu par Ludovine de La Rochère pour qu’ils puissent s’exprimer.

Alors même qu’une vingtaine d’activistes LGBT étaient entrés librement et qu’un micro leur a été tendu, ils se sont alors plaints de n’avoir pas été invités à débattre pour défendre leur point de vue. Critiquant la table-ronde, ils ont invité Ludovine de La Rochère à venir débattre avec eux le 18 avril au cours d’une soirée qu’ils organisent sur la PMA sans père par leurs associations LGBT, parmi lesquelles SOS Homophobie, Les Bavardes, etc.

A leur stupéfaction visible, la présidente de La Manif Pour Tous les a remerciés et a accepté aussitôt leur invitation. Finalement, les uns après les autres, les activistes pro-PMA sans père ont quitté la salle, emportant leurs banderoles et tracts. Manifestement, le débat ne les intéressait pas… pas plus que le quotidien régional, « Le Courrier picard », lequel a fait le lendemain un article littéralement publicitaire sur les revendications desdits activistes et sur leur soirée du 18 avril. Pas un mot, donc sur les réflexions des 3 intervenantes, le débat réel mais serein qui a suivi, ni sur l’invitation acceptée.

Unknown-30

Las, 3 jours plus tard, en réponse à une demande de confirmation de l’invitation (inutile, avec les grèves, d’aller à Amiens pour rien !), Ludovine de La Rochère a reçu via Facebook le message suivant : « Bonjour, merci pour votre message. Le débat d’idées est pour nous important, mais de fait au vue des délais et des intervenant.e.s déjà prévu nous ne pouvons donner suite. Par ailleurs, notre invitation jeudi soir était davantage une stratégie de communication pour rendre visible la contradiction, plus que la traiter en profondeur. »

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.32.36

En clair, une invitation bidon. Provocation, perturbation et coup de comm’ étaient leur seule motivation. Débattre et réfléchir ne les intéressaient pas : peu leur importe, hélas, les conséquences de leurs revendications pour l’ensemble de la société et pour les générations à venir.

Mercredi 18 avril, la table-ronde « Egalité femmes/hommes, bioéthique et libertés » a donc eu lieu au Centre Culturel Léo Lagrange à Amiens. Malgré le soutien du « Courrier Picard », à peine une vingtaine de personnes sont venues, dont certaines ont exprimé leur opposition à l’évolution de la PMA par crainte de la marchandisation de l’humain. Non seulement les représentants d’associations LGBT ont provoqué et menti, mais en plus, comme les états généraux de la bioéthique le montrent partout en France, les pro-PMA sans père sont une ultra-minorité ! »

Le Courrier Picard a publié une photo du débat du 12 avril, mais pas de photo sur celui du 18 avril… pour éviter de montrer le bide ?

Etats-Généraux de la bioéthique : Faire appel au Médiateur

Posted:

3b2ec717-0d9e-11e8-bcf1-0242ac110009_default_blockHeaderChers amis, nous sommes dans les derniers jours de la consultation en ligne. Or nous avons analysé les compte-rendus faits par la société Cap collectif qui a développé et gère la plate-forme de consultation en ligne des EGB. Nous avons également suivi les déclarations du Pdt du CCNE et des directeurs d’espaces éthiques régionaux.

Nous constatons le risque fort d’un compte-rendu très incomplet, omettant notamment l’ampleur de l’opposition à la PMA sans père et autres transgressions. C’est à dire que seuls les arguments seraient comptés, mais le nombre massif de soutien aux arguments « contre » pourraient n’être pas publiés, ou en tout cas de manière réduite. Plusieurs actions sont en cours de préparation pour éviter cela. Mais l’une des actions ne peut être conduite que par chacun de nous : il s’agit d’écrire au médiateur en lui demandant :

  1. Si les arguments seront non seulement comptés mais repris dans le CR ?
  2. Si les votes par proposition et par argument seront vérifiés (des personnes « pour » ont voté « contre » et vice-versa, en raison de l’ambiguïté des questions) ?
  3. Si les nombres de votes par proposition et par argument, après rectification des erreurs de colonne, seront bien publiés ?
  4. Si les « like » (les pouces) seront bien comptés également ?

Souligner fortement (et aimablement) l’importance d’un dépouillement authentique et complet compte-tenu de l’importance des enjeux humains et éthiques pour les générations venir !

A poster sur cette page.

Par ailleurs, le médiateur est bien médiateur de l’ensemble du processus et pas seulement de la consultation en ligne.

Chacun de nous doit donc aussi, avant le 30 avril, signaler tous les dysfonctionnements constatés (dans les débats-citoyens, les inscriptions, les interventions partisanes, les analyses partiales et partisanes, Girexx, Touraine, l’absence de suivi en ligne en direct, l’absence de vidéos, les débats lycéens qui ne peuvent être libres, le CCNE qui a rendu un avis avant, etc).

Soyez évidemment aussi aimables et constructifs que d’habitude. Un long message n’est pas nécessaire. C’est leur efficacité (dites ce que VOUS avez vu, pas des rumeurs), leur précision (quand, où… ?), leur pertinence et leur nombre qui seront importants. A poster ici aussi, en cliquant sur la bonne catégorie. Merci à tous.

Ne relâchons pas nos efforts, même si c’est les vacances ! Autrement des enfants seront privés de vacances avec leur père et chez leurs grand-parents paternels !

Financement du MRJC : le silence gêné de l’épiscopat

Posted:

En février nous évoquons les subventions épiscopales en faveur du MRJC, qui avait fait la promotion de l’avortement et qui vient de s’abstenir au CESE sur la question de l’euthanasie. L’archevêque de Lille avait avoué donner 39000€ au mouvement. Mais beaucoup d’autres évêques refusent de répondre à leurs fidèles qui s’inquiètent légitimement sur la destination de leur denier. Un lecteur du diocèse de Nantes nous envoie ainsi son courrier à Mgr James, resté sans réponse depuis le 15 février :

Monseigneur,

6a00d83451619c69e201b8d2d93987970c-800wiDepuis plusieurs semaines, la polémique autour de la scandaleuse prise de position du MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne), relative à l’avortement, ne cesse d’empirer.

Monseigneur GINOUX, évêque de Montauban, a rapidement réagi au communiqué du MRJC du 19 janvier 2018, en écrivant au secrétaire général du MRJC et en mettant en copie tous les évêques de France ainsi que la Conférence des Evêques de France.

Bien que la Conférence des Evêques de France ait publié un communiqué de presse le 29 janvier 2018, en précisant << Si l’Eglise  entend la souffrance des personnes qui affrontent la perspective d’une naissance difficile, elle ne peut considérer l’avortement comme une réponse appropriée>>, dès le 30 janvier le CMR (Chrétiens dans le Monde Rural) a publié le communiqué suivant :

<< Nous CMR avons bien pris connaissance du message du MRJC à l’occasion de « La Marche pour la Vie » et nous désapprouvons fortement les réactions violentes qu’il a suscitées, ainsi que la condamnation globale de la part de certains responsables d’Eglise>>

Compte tenu de cela, j’aimerais savoir si l’Eglise de France cautionne toujours ces  mouvements MRJC et CMR, et si elle continue à les subventionner (plus de 500.000 € pour le MRJC).

Vous comprendrez aisément, Monseigneur, que ces questions sont cruciales à l’approche de la campagne du Denier de l’Eglise. Les réponses que vous voudrez bien y apporter seront déterminantes quant à ma contribution à ce Denier pour le diocèse dont vous avez la charge. […]

Si la droite ne s’assume pas, elle ne saura pas s’adresser à ceux qui l’ont délaissée

Posted:

La nouvelle présidente de Sens commun, Laurence Trochu a été interrogée dans Valeurs actuelles. Extraits :

Christophe Billan, l’ancien président de Sens Commun, avant de démissionner de ses fonctions en novembre, expliquait au magazine l’Incorrect, que Sens Commun pourrait quitter Les Républicains si, en cas d’élection de Laurent Wauquiez à sa tête en décembre, celui-ci « privilégiait les alliances d’appareil au détriment des idées et des militants ». Vous-même, avant de prendre la présidence de Sens Commun, expliquiez en octobre 2017 que vous alliez tester l’action de Laurent Wauquiez ? Etes-vous rassurée ? Ou en est l’état de votre relation Les Républicains, avec Laurent Wauquiez ?

Unknown-29Revenons à l’intuition initiale de Sens Commun qui donne à notre mouvement un positionnement inédit. C’est le seul mouvement politique à droite qui, tout en appartenant à LR, peut à la fois mettre son énergie au service d’idées que nous portons ensemble et affirmer qu’un projet politique ambitieux ne peut faire l’impasse sur la défense et la promotion de la famille. Notre loyauté va de pair avec nos exigences. Nous voulons une droite qui prenne le risque de se mesurer aux réformes de civilisation en cours.

Laurent Wauquiez a nommé cinq membres de Sens Commun dans les instances LR : Catherine Delalande (conseiller départemental de l’Eure), Marguerite Chassaing (Conseiller départemental du Nord), Marie-Carole Pétresco (élue municipale à Larmor-Plage), Armelle Tilly (conseiller départemental des Hauts de Seine et maire adjoint à Chaville), et moi-même. C’est le signe de la confiance qui s’est établie depuis la création de notre mouvement. C’est aussi la reconnaissance du travail des adhérents et des élus, de notre efficacité dans les campagnes électorales. Laurent Wauquiez sait que Sens Commun porte les exigences d’une droite qui ne se renie pas. Lui-même a affirmé vouloir revenir à une droite qui “doit renouer avec les idées … pour retrouver une colonne vertébrale idéologique”. Nous y contribuons.

Cette droite que vous voulez voir émerger, cette droite « responsable », « de conviction », ainsi que vous la désignez, est-elle en train de prendre racine au sein des Républicains ?

Les militants l’appellent de leurs vœux. C’est très net dans le rapport de la Refondation qui leur a donné la parole. Ce rapport part d’un constat d’échec : échec de n’avoir pas vu ou entendu ce qui remontait de la base, difficultés qu’a eu la droite à tenir ses engagements. Au-delà des causes conjoncturelles, il ne faut pas avoir peur de chercher des causes structurelles. Evaluer, analyser et proposer une solution pour la France, telle est la démarche qui a prévalu à ce travail.

Consulté en tant que sociologue, dans le cadre de ce Rapport, Matthieu Bock-Côté affirme à juste titre: « Si la droite n’est pas capable de se réconcilier avec son propre imaginaire, sa propre histoire, si elle se définit toujours comme une non-gauche, si elle demande à la gauche de quelle manière il est possible et permis d’être de droite, sans aller trop loin et tout en demeurant un adversaire respectable, eh bien si la droite  autrement dit, ne parvient pas à se délivrer politiquement et intellectuellement des critères de respectabilité qui sont portés par le système médiatique, elle se condamne au suicide politique. Ça lui est arrivé à plusieurs reprises. Il n’est pas interdit d’espérer néanmoins une renaissance. »

Trop longtemps, la droite a en effet peiné à s’affirmer dans un contexte d’hégémonie culturelle de la gauche où intellectuels et médias ont tétanisé toute initiative et tout débat jugés politiquement incorrects. Les militants LR veulent une droite décomplexée qui ne se définit pas comme une non-gauche. […]

Certains vous accusent d’être des sous-marins de l’ultra-droite qui agiraient en coulisse pour contribuer au rapprochement du FN et des Républicains. 

Si la droite ne s’assume pas, si elle ne se reconstruit pas sur un socle d’idées claires et sur des positions à la fois fermes et justes, elle ne saura pas s’adresser à ceux qui l’ont délaissée. Immigration, insécurité, chômage, mais aussi délitement culturel et éducatif font le lit du FN. Les fractures économiques ont creusé les fractures sociales. Cinq années de hollandisme ont ajouté des déchirures sociétales sur lesquelles le FN se disloque : qui est en mesure de comprendre ce que le FN propose, par exemple, sur la loi ouvrant le mariage pour tous ? […]

Sens Commun n’a pas renoncé à s’opposer au mariage pour tous. Mais vous êtes de plus en plus isolé sur cette ligne. En quoi les dirigeants de droite qui ont abandonné l’idée d’abroger cette loi se trompent-ils selon vous ?

Une droite responsable réclame de la cohérence et de la constance. On ne peut pas être crédible quand on dit refuser la fabrique d’enfants sans pères et les mères porteuses si on oublie que le mariage ouvert aux couples de même sexe a créé les conditions pour en arriver là. Dès lors que le législateur accepte que la loi serve à satisfaire des désirs individuels, il ouvre la porte à toutes les dérives. […] »

Exigeons un référendum sur l’immigration

Posted:

Westmalle : quand une abbaye brasse pour la charité

Posted:

Saviez-vous que la brasserie de l’abbaye de Westmalle est la plus ancienne brasserie trappiste au monde encore en activité ? Ou encore qu’elle brasse aussi et surtout pour la charité ? Ce mois-ci, Divine Box vous propose d’en apprendre un peu plus sur l’abbaye de Westmalle et sur l’une de ses deux fameuses bières trappistes : la Westmalle Dubbel, qui sera à découvrir dans leur box trappiste de mai !

9

L’abbaye de Westmalle en Belgique, reconnaissable entre mille avec ses très belles briques rouges – Divine Box

Westmalle : la plus ancienne brasserie trappiste au monde, au secours des plus pauvres

L’abbaye de Westmalle possède la plus ancienne brasserie trappiste encore en activité, puisque le brassage y est présent depuis 1836 ! Au départ pensée uniquement pour les moines (afin de compenser leur régime alimentaire ascétique), la bière est finalement vendue par la suite ! D’abord à l’abbaye à partir de 1856, puis distribuée plus largement à partir de 1934, suite à la construction de la nouvelle brasserie.

Et hop, la machine est lancée ! Et très vite, dès les débuts, les bénéfices issus de ces ventes permettent notamment de venir en aide aux plus nécessiteux de la région. Aujourd’hui, c’est encore le cas, et l’abbaye de Westmalle reverse une partie des bénéfices de sa brasserie à de nombreuses associations permettant de lutter notamment contre la pauvreté en Belgique et d’améliorer les conditions de vie dans certains bidonvilles du tiers-monde.

Mais cette pratique n’est pas nouvelle. D’ailleurs, en 1997, pour faire face à de nombreux abus, sort le logo « Authentic Trappist Product » pour garantir l’authenticité des bières trappistes. L’un des trois critères mentionne notamment que les bénéfices issus de la vente des bières trappistes doivent être reversés à l’abbaye et à la communauté, et à des œuvres sociales en cas de surplus. La boucle est bouclée !

Westmalle : exercer la charité en stimulant l’emploi local

Après la Seconde Guerre mondiale, l’emploi chute drastiquement en Belgique, et l’abbaye de Westmalle est tiraillée. D’un côté, ils pourraient ne produire que ce qui est nécessaire aux moines pour vivre, et de l’autre ils pourraient augmenter leurs volumes de production pour créer de l’emploi dans la région. Finalement, les moines optent par charité pour la deuxième option ! Aujourd’hui, cela représente une cinquantaine de personnes au quotidien dans la brasserie de Westmalle, sous la surveillance des moines… Sympa, non ?

8

Les (anciennes) cuves en cuivre de la brasserie de l’abbaye de Westmalle – Divine Box

Place à la dégustation : la Westmalle Dubbel

La bière trappiste Westmalle Dubbel est « double » parce qu’elle fut créée après la bière simple « enkel », produite pour la communauté, en utilisant deux fois plus d’ingrédients ! Sa recette actuelle date de 1926, et elle est une amélioration directe de la recette de 1856. Au programme de cette bière classée 99/100 par RateBeer, de subtiles notes de caramel, de fruits noirs et de torréfaction sous une robe brune aux reflets rubis et à l’épaisse mousse beige foncé ! Miam miam miam, rendez-vous dans la box trappiste de mai de Divine Box pour la déguster !

7

La Westmalle Dubbel présente des arômes de caramel, de fruits noirs et de torréfaction / Crédits photos : @robertofgr (Instagram)

On ne va pas aider les personnes avec des articles en rose qui engluent l’intelligence

Posted:

La lecture de l’article du dernier numéro du magazine « Aime » sur le stérilet a fait bondir l’une de nos lectrices. Elle a d’ailleurs trouvé un petit encart sur Internet à propos du Dr Paganelli, datant de juin 2016, interrogé par Aime. Son mépris affiché pour les femmes et les enfants est difficile à supporter :

SYNGOF-FB-15-juin-2016-e1466363796145

Comment est-il possible que le magazine Aime ait pu prendre comme référence ce médecin qui a pratiqué tant et tant d’avortements à Tours ? C‘est juste invraisemblable. Nous avons interrogé cette lectrice.

Que trouvez-vous de scandaleux alors que cet article rappelle que le stérilet empêche le développement d’une vie humaine ?

BSmVsvAk_400x400Cet article me noue les tripes. Parler ainsi du stérilet, aussi légèrement, me révulse. J’ai moi-même porté un stérilet au cuivre avec justement cette idée « de rester à l’écoute de mon cycle », pensant tout faire pour ne pas être enceinte voyant alors l’enfant comme la menace suprême. Et je me suis retrouvée enceinte. Oh, « très peu » ! Si peu que ce bébé est presque tout de suite « parti ». Eh oui, je pensais moi aussi que le cuivre empêchait les spermatozoïdes de rencontrer l’ovule. Et pourtant le test était bien positif. c’est « juste » que le bébé n’a pas réussi à s’implanter. Et il est mort. C’est ça le mot. Mort. Il m’a fallu un temps fou et surtout un accident de la route où j’ai à mon tour frôlé la mort, pour voir, sur une radio, ce stérilet incrusté dans mes entrailles, pour réaliser, prendre conscience de l’énormité de ce choix contre-nature. Il m’a fallu frôler la mort pour enfin choisir la vie. Radicalement. Avec mon mari.

Pensez-vous que ces articles d’hebdomadaires féminins aident vraiment les femmes ?

Je n’en peux plus de tous ces articles de magazines, blogs féminins, qui, avec leur joli design, leur univers « girly, cosy », Oh c’est beau l’Amour, allez, viens voir, on va te montrer comment bien vivre ta vie, qu’elle soit douce et sans épine, surtout le plus important c’est « fais toi plaisir », « écoute tes désirs », du moment que tu ne subis rien, que c’est une décision de couple (je m’étrangle littéralement là, un homme qui laisse sa femme porter ce genre d’engin de mort, sans s’interroger sur les conséquences possibles, je veux qu’on m’explique quel acte d’amour c’est). Quelle guimauve ! Mais quelle fumisterie ! Mais de quoi parle-t-on ? On n’est pas dans le choix de la couleur des rideaux là !

Les méthodes de régulation naturelle des naissances, est-ce si simple ?

Qu’on soit clair : les méthodes naturelles c’est pas un « joli gentil choix parmi d’autres » c’est un sursaut de la conscience. Qui se révolte, qui crie, qui refuse cet acte contre-nature qui est l’expulsion du bébé du ventre de sa mère. Ce n’est pas tout rose, ce n’est pas pour les mous, les tièdes, les indécis. C’est fort louable de vouloir diminuer ses déchets, fabriquer sa lessive et bouffer bio. Mais là on parle de VIE et de MORT. Et tous ces bébés expulsés avant d’être accueillis deviennent des déchets humains. Ne devrait-on pas d’abord se préoccuper d’éviter d’en arriver là ?

La réalité de la vie et de notre responsabilité face à elle est parfois dure. Tenir dans la durée, sur plusieurs dizaines d’années, accepter et accueillir les surprises, sous l’œil goguenard voire méprisant des autres, renoncer à des unions, se montrer sous son vrai et pauvre jour à son conjoint, montrer ses plaies, ses fragilités, ses bêtises, ce n’est pas évident, ce n’est pas toujours glamour, ce n’est pas vendeur, et pourtant c’est par là que se trouve la vraie grandeur, l’Amour avec un grand A, capable d’être patient, persévérant, humble, compréhensif, accueillant, généreux, sacrifié.

On ne va pas aider les personnes avec ce genre d’article « girly » qui englue l’intelligence et la conscience. Qui a juste l’air de dire « bah quoi, c’est l’efficacité qu’on recherche non ? Et la possibilité de se faire plaisir quand on le sent non ? » « Bah alors oui, c’est vrai, il y a bien un ou 2 petits inconvénient, mais le bénéfice / risque est tellement évident, je vois pas où est le problème? ».

Où est la réflexion sur la profondeur du sens de la sexualité, sur la pédagogie impressionnante du cycle féminin et de la continence, sur la complémentarité et la complicité de l’homme et de la femme, soutien l’un pour l’autre, révélation du sens de nos corps sexués, de toute notre personne, faite pour la grandeur du don et non la misère de la consommation ?

J’en ai marre qu’on ne nous vende que du rêve à 2 balles. Ces discours trompeurs,  nous rendent  hyper fragiles. On n’est plus capables de souffrir, d’endurer, on croit que si notre maison ne ressemble pas aux photos Pinterest ou que notre vie de parents nous semble parfois un fardeau, c’est qu’on n’a pas bien lu les conseils des magazines ou des blogueuses, c’est qu’on s’est gouré, qu’on a raté, qu’on a fait le mauvais choix, qu’on a été idiots. Bref, c’est infernal.

Alors que faut-il dire ?

Ce qui aide vraiment, c’est de dire la vérité, et elle n’est pas toujours facile à entendre. Les personnes de bonne volonté aspirent de tout leur être à vivre en vérité, malgré les obstacles, malgré les difficultés, malgré les croix.

Ce qui aide vraiment, c’est de se savoir accompagnés. Et tout spécialement sur ce sujet si grave. Il faut dire et redire combien le compagnonnage, le soutien de couples et de foyers vivant cette même radicalité est source de croissance, de consolation de guérison. Et ne pas se priver de dire et redire qu’il y en a UN qui sait mieux que quiconque combien c’est difficile, et parfois douloureux, parce qu’il à tout porté pour nous. Il nous veut là. Il ne cesse de nous montrer, de nous faire grandir, de nous aimer, de nous guérir. On ne peut y arriver seuls. Il faut s’accrocher, mais quand on est encordés, on atteint le sommet. Et on savoure la Joie, la vraie.

Addendum – l’équipe éditoriale d’Aime tient à apporter les précisions suivantes :

Capture d’écran 2018-04-20 à 17.18.10« Notre article sur le stérilet dans le numéro 18 a suscité des réactions. Nous tenons à expliquer pourquoi nous avons traité ce sujet. Aujourd’hui les femmes sont de plus en plus nombreuses à le porter (y compris des catholiques) suite notamment à la désaffection de la pilule. Nous avons tenu à informer les femmes pour qu’elles aient les moyens de réfléchir à ce qui leur est proposé de façon de plus en plus systématique par les médecins. L’article explique pourquoi le stérilet est prescrit par les gynécologues. Il décrit le fonctionnement et les effets des deux types de stérilets. Il indique qu’ils sont anti-nidatoires et que « d’un point de vue éthique, ils empêchent tous deux le développement d’une vie humaine en entravant l’implantation de l’œuf dans l’utérus ». Les effets secondaires sont aussi abordés. En contrepoint, l’article est introduit par un éditorial sur les méthodes de régulation naturelle.

Avec Aime, nous voulons nous adresser à toutes les femmes, y compris celles qui portent aujourd’hui le stérilet, être des éveilleurs et non des directeurs de conscience. Notre objectif est pédagogique : informer et renvoyer les personnes à leur propre responsabilité, partager en couple comme nous le précisons dans l’article, afin de choisir en connaissance de cause. Il ne s’agit donc pas d’entretenir de confusion, au contraire, mais d’aider chacune à progresser, selon sa situation et son propre chemin intérieur. Nous pouvons comprendre que pour des catholiques convaincues, cet article ne soit pas suffisamment clair. Ce n’était pas notre intention et nous le regrettons. Nous remercions tous ceux qui nous ont envoyé des remarques constructives. Elles ne peuvent que nous aider à progresser dans la poursuite de notre mission.

Aime est aujourd’hui à la croisée des chemins. Ce projet de magazine féminin nous tient à cœur car si les femmes vont bien, le monde ira mieux. Aujourd’hui, les femmes souffrent parce que la vie et l’époque les obligent à un quotidien « à tiroir », sans cohérence, ni unité. Dans leur agenda ultra tendu, un magazine féminin est une bouffée d’air. Aime est le seul à leur apporter une respiration spirituelle chrétienne. Nous pressentons chez les femmes une soif d’unité et de spiritualité. Aime, par sa formule originale, veut leur apporter une réponse. Nous avons besoin de votre soutien (https://old123.aime-lemag.fr/soutien/) et vous en remercions. »

Eric Coquerel, député France Insoumise qui avait occupé la basilique Saint-Denis, entarté par l’AF

Posted:

Nous avons entarté @ericcoquerel, député @FranceInsoumise qui avait organisé la profanation de la basilique de #SaintDenis le mois dernier.#MontjoieSaintDenis pic.twitter.com/ooMFKWCmCe

— AF – Île de France (@AF_IDF) 20 avril 2018

Immigration : Enoch Powell, le prophète diabolisé

Posted:

Il y a 50 ans, le 20 avril 1968, un homme d’Etat dénonçait déjà les périls de l’immigration :

Idées reçues sur l’Inquisition

Posted:

Le Figaro publie un article intéressant pour rétablir quelques réalités sur l’Inquisition, créée le 20 avril 1233 par le pape Grégoire IX.

41O+4KriRXL._SX321_BO1 204 203 200_Idée reçue n°1: l’Inquisition médiévale est le signe d’un temps d’intolérance et de fanatisme

Ce tribunal pontifical médiéval est institué par la papauté pour protéger l’orthodoxie catholique: il est créé pour lutter contre les dissidences religieuses. En contestant l’organisation de l’Église romaine et certains de ses dogmes elles menacent son unité. Ces membres sont considérés comme des hérétiques. Aussi l’objectif du tribunal est avant tout de sauver les âmes égarées, de les ramener dans le giron de l’Église romaine.

Il s’agit davantage d’un outil de persuasion que de répression. L’Inquisition est créée pour préserver la chrétienté et ne juge que les chrétiens. Les tribunaux inquisitoriaux sont introduits en 1233 dans le royaume de France pour lutter contre les Cathares, installés dans le Midi de la France. Les inquisiteurs, nommés par le pape, s’appuient dans leur mission sur les pouvoirs laïcs. En replaçant cette organisation ecclésiastique, dans le contexte culturel et historique du Moyen Âge, on ne peut parler de fanatisme ou d’intolérance.

Idée reçue n°2: Les juges inquisitoriaux rendent une justice arbitraire

L’Inquisition est souvent présentée comme une justice arbitraire et archaïque, alors qu’elle apparaît plutôt moderne: elle met en place une procédure d’enquête. Le but est de ramener la personne suspectée d’hérésie dans le droit chemin, de permettre la conversion. Ainsi l’instruction est méthodique, elle ne peut débuter que sur la base de témoignages vérifiés. Il faut des preuves concrètes et des témoignages probants avant de pouvoir faire procéder à l’arrestation d’une personne par les pouvoirs civils. La justice s’appuie sur l’aveu -s’il est obtenu par la torture, il doit être réitéré «sans aucune pression de force ou de contrainte», hors de la chambre de torture pour être recevable. Le faux témoignage est par ailleurs poursuivi et condamné.

L’historien Didier Le Fur précise dans son livre sur l’Inquisition que la sentence du tribunal est prise sur l’avis du conseil -qui comprend des membres du clergé régulier ou séculier et des laïcs désignés expressément et chacun fait serment de donner les bons conseils. On ne communique pas forcément le nom du prévenu. Enfin Il faut soulever que l’Inquisition ne condamne pas systématiquement les personnes suspectées. Il ne s’agit pas d’une justice aveugle, comme peut l’être la justice seigneuriale, souvent arbitraire et expéditive.

Idée reçue n°3: l’Inquisition est un tribunal qui envoie des milliers de personnes au bûcher

La légende noire de l’Inquisition, présentant les inquisiteurs comme des juges cruels, responsables d’immenses bûchers est un héritage de la littérature et de l’iconographie du XIXe siècle. Or les recherches récentes ont permis de réévaluer largement à la baisse le nombre d’occis. Ainsi selon les chiffres des sentences de Bernard Gui, inquisiteur à Toulouse pendant 15 ans, de 1308 à 1323, sur 633 sentences, seules 40 personnes sont remises au bras séculier, donc au bûcher (l’Inquisition qui ne peut en théorie pratiquer la peine de mort envoie le condamné à la justice laïque). Dès la fin du XIIIe siècle le bûcher est de plus en plus exceptionnel; il est aussi le signe de l’échec de l’Église, incapable de ramener les âmes perdues.

Il est certain qu’au cours de son histoire l’Inquisition a pu se montrer féroce, mais il faut aussi mentionner que les abus de certains juges sont aussi punis. Ainsi Robert le Bourge -ancien hérétique converti- inquisiteur en Champagne qui envoie des dizaines de condamnés au bûcher (bûcher du Mont-Aimé) est suspendu temporairement en 1233. Lorsqu’il reprend sa mission, ses excès sont tels qu’il est révoqué et condamné à la prison à perpétuité en 1247. Mais ces dérives ne sont pas une généralité: les tribunaux inquisitoriaux sont davantage modérés dans leurs sentences que les tribunaux laïcs. Et la grande majorité des peines consiste en un temps d’emprisonnement.

Les images de violences proviennent surtout de l’amalgame qui est fait avec l’Inquisition espagnole -fondée en Espagne, en 1479, par les rois catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon. Indépendante de Rome, elle est un temps sous l’autorité du tristement célèbre grand inquisiteur Thomas de Torquemada. Elle est instaurée pour sévir contre toutes les déviances, c’est-à-dire contre tous ceux qui ne sont pas catholiques. Il s’agit d’un phénomène politico-religieux. Abolie une première fois en 1808, elle l’est définitivement en 1834.

Idée reçue n°4: l’Inquisition en France est une organisation pontificale puissante pendant des siècles

L’Inquisition médiévale dans le royaume de France perd de son importance avec le déclin des hérésies cathare et vaudoise à la fin du XIVe siècle. Ainsi un siècle après sa création elle est affaiblie notamment par la royauté qui souhaite affermir son autorité et conteste celle de l’Église. Aussi dans certaines affaires -comme celle des Templiers avec Philippe le Bel- il est difficile de définir la frontière entre le domaine politique et religieux.

La perte de l’influence du tribunal pontifical est flagrante au moment de la réforme protestante puisque ce n’est pas lui qui est au premier plan dans la lutte. En effet, les protestants sont considérés comme une menace pour la paix dans le royaume, par leur rébellion. Ce sont des criminels qui désobéissent au roi et dépendent donc de la justice laïque. Alors qu’en tant qu’hérétiques ils devraient relever du tribunal ecclésiastique, mais seuls les cas d’hérésie simple sont jugés par lui. L’inquisition reprend une certaine importance à la fin du XVIe siècle lorsqu’elle s’engage dans la chasse aux sorcières (magiciens, devins, sorciers). Les tribunaux inquisitoriaux disparaissent du royaume de France à la fin du XVIIe siècle. »

Libération ne veut pas que des anti-PMA s’expriment dans les débats bioéthiques

Posted:

Capture d’écran 2018-04-20 à 08.43.28Selon les militants LGBT qui servent de journalistes à Libération, il n’est pas permis d’être pro-vie et orateur dans un débat sur la bioéthique :

« Parmi les orateurs attendus aux Etats généraux de la bioéthique, vendredi, se trouve Blanche Streb, directrice de la formation et de la recherche à Alliance Vita, le lobby ultraconservateur qui a garni les premiers rangs de la Manif pour tous. »

Le nombre de personnes LGBT qui ont pu adopter en France ou à l’étranger serait inférieur à dix

Posted:

Unknown-28C’est ce qu’assure Nicolas Faget, porte-parole de l’Association des parents gays et lesbiens (APGL).

Il faut d’abord décrocher l’agrément, étape qui dure en moyenne neuf mois. Puis il faut passer passer devant un « conseil de famille », instance composée d’élus du conseil départemental, de membres d’associations de pupilles de l’État et de familles adoptantes ainsi que de professionnels de la protection de l’enfance. Jean-Marie Müller, qui préside le conseil de famille de Meurthe-et-Moselle, explique :

« On n’a rien contre les couples de mêmes sexe, mais tant qu’on aura des couples jeunes, stables, avec un père et une mère, on les privilégie« .

Et oui, un enfant a droit à un père et une mère.

Ceux qui veulent adopter à l’étranger doivent composer avec un nombre restreint de pays : seuls le Brésil, la Colombie, l’Afrique du Sud, le Portugal, l’État de Mexico et quelques États des États-Unis acceptent l’adoption par des LGBT.

Depuis 2013 et la loi Taubira, le nombre d’enfants adoptés à l’étranger a chuté de 50 %, tombant à 685 l’an passé, selon les chiffres du ministère des Affaires étrangères.

C’est pourquoi ils militent aujourd’hui pour la légalisation du marché de la procréation, PMA et GPA.

Bachar al-Assad renvoie la décoration que Chirac lui avait remise

Posted:

JC-BacharBachar al-Assad avait été décoré en 2001 par Jacques Chirac, de la grand-croix de la Légion d’honneur, soit la plus haute distinction possible de cet ordre.

Lundi, l’entourage du président Emmanuel Macron a indiqué que la France avait engagé une procédure de retrait de la Légion d’honneur au président Assad.

Jeudi, la présidence syrienne a annoncé que la décoration de la Légion d’honneur avait été rendue après la participation de Paris aux frappes contre la Syrie samedi.

« Le ministère des Affaires étrangères et des Expatriés a officiellement rendu à la République française, par le biais de l’ambassade de Roumanie à Damas, qui parraine les intérêts français en Syrie, la décoration de grand-croix de la Légion d’honneur accordée au président Assad par l’ancien président français Jacques Chirac ».

Echec de la fausse nouvelle sordide utilisant la dépouille d’Arnaud Beltrame pour diaboliser le FN

Posted:

Capture d’écran 2018-04-20 à 08.11.44Mercredi soir, L’Essor, un journal indépendant spécialisé dans l’univers de la gendarmerie, avançait que les mairies Front national souhaitant baptiser une rue, une allée ou une salle de sports au nom du lieutenant-colonel Beltrame étaient priées par l’entourage du défunt de se rétracter.

La mère d’Arnaud Beltrame est stupéfaite :

« Mon fils appartient à tous les Français. C’est du grand n’importe quoi cette histoire ». « De toute manière, qui sait si dans deux ans ou cinq ans les mairies seront toujours tenues par le FN ? »

Damien Beltrame, le frère du lieutenant-colonel, ajoute :

« Son acte n’était pas politique, les hommages qui lui sont rendus ne doivent pas l’être non plus. »

Marine Le Pen a twitté :

Merci à la mère d’Arnaud Beltrame d’éteindre une polémique qui n’aurait pas dû exister. Admirable dignité d’une femme qui a compris le symbole national qu’incarne désormais son fils. MLP https://t.co/irMP5lKliX

— Marine Le Pen (@MLP_officiel) 19 avril 2018

La gendarmerie nationale a déclaré « n’avoir rien à voir avec cette affaire ».

Un diplomate ivoirien décédé après avoir fait l’objet de fortes pressions suite à un vote sur la Syrie

Posted:

Lu sur Jeune Afrique :

4033881646.964« Les causes exactes de la mort de l’ambassadeur ivoirien aux Nations unies, survenue mercredi, ne sont pas encore connues, mais selon des sources diplomatiques, son décès fait « suite à un malaise » il y a deux jours. Depuis, Bernard Tanoh-Boutchoue était hospitalisé à New-York.

Le diplomate avait été rappelé pour consultation, il y a trois semaines, par le ministre des affaires étrangères ivoirien. Un vote de la Côte d’Ivoire, membre non-permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, sur la Syrie avait en effet fait polémique. Le 19 mars, sous la pression des représentants chinois aux Nations unies, Bernard Tanoh-Boutchoue a décidé à la dernière minute de s’abstenir, empêchant ainsi l’audition d’un exposé sur la situation des droits de l’homme en Syrie.

Le diplomate obéissait ainsi aux instructions de Marcel Amon Tanoh, le ministre ivoirien des Affaires étrangères. Mais son vote a provoqué l’ire de la France, qui s’en est plainte par la voix de François Delattre, son ambassadeur à l’ONU, auprès d’Hamed Bakayoko, le ministre ivoirien de la Défense, présent à New York du 23 mars au 2 avril.

Paris avait apporté un soutien décisif à la candidature de la Côte d’Ivoire lors de son élection, en juin 2017, comme membre non permanent du Conseil de sécurité. Le 9 avril, une réunion a eu lieu à Abidjan entre Alcide Djédjé et des diplomates français, britanniques et américains. Le directeur général des relations multilatérales au ministère des Affaires étrangères a plaidé le « malentendu ». Selon plusieurs sources, cette affaire avait « affecté » Bernard Tanoh-Boutchoue. »

Viviane Lambert : « Je défendrai comme une lionne mon fils jusqu’au bout »

Posted:

La CEDH a autorisé l’expulsion de l’imam salafiste de Marseille

Posted:

Mardi, la Cour européenne des droits de l’Homme avait suspendu au dernier moment l’expulsion du salafiste El Hadi Doudi vers le Maroc. Jeudi 19 avril, la CEDH a rendu son arrêt. Voici son communiqué :

Unknown-27« Le requérant, M. D., est un imam salafiste faisant l’objet d’une mesure d’expulsion du territoire français vers l’Algérie.

Le mardi 17 avril 2018, son avocat a introduit auprès de la Cour une demande de mesure provisoire (article 39 du règlement de la Cour1) visant à suspendre l’exécution de l’expulsion programmée le jour même à 15 heures.

Eu égard au caractère insuffisamment étayé de la demande, la Cour a décidé d’appliquer temporairement l’article 39 de son règlement et de demander au Gouvernement de ne pas procéder à l’expulsion du requérant vers l’Algérie en raison de risques allégués de traitements contraires à l’article 3 de la Convention. Afin de rassembler les informations complémentaires nécessaires à une prise de décision éclairée, elle a demandé au requérant et au Gouvernement de présenter leurs observations dans un délai de 72 heures fixant l’échéance au vendredi 20 avril à midi.

Le jeudi 19 avril, à la lumière des informations fournies par les parties, la Cour décide de lever l’application de la mesure provisoire et de ne pas s’opposer à l’expulsion de l’imam salafiste D. vers l’Algérie. »

This posting includes an audio/video/photo media file: Download Now

« Comment celui-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »

Posted:

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s