medias-presse.info : Une jeunesse volée – Mémoires de guerre d’Aloÿsius Pappert par Ex Libris

Nouvel article sur
medias-presse.info

Une jeunesse volée – Mémoires de guerre d’Aloÿsius Pappert
par Ex Libris

Aloÿsius Pappert, est né le 9 décembre 1924 dans le Land de Hesse, dans une famille catholique. A 17 ans, en 1942, il est envoyé en Russie, puis est fait prisonnier en 1945 dans un camp soviétique. Il vit aujourd’hui à Monaco et nous livre ses Mémoires de guerre.

Ces deux volumes des Mémoires de guerre d’Aloÿsius Pappert constituent le témoignage passionnant d’un jeune Allemand catholique qui a vécu l’enfer de la Seconde Guerre mondiale puis celui des camps soviétiques, en s’accrochant à sa foi.

Les premières pages d’écrivent l’athéisme virulent de l’Allemagne nazie des années trente. Ensuite, très vite, c’est le départ pour le front de l’Est en mai 1942. Et le début de véritables aventures. Le jeune homme, parti simple soldat, prend du galon, devient sous-officier revient en Europe, s’illustre en France, en Allemagne, en Italie. De retour en Allemagne en 1944, devenu officier, il vit l’effondrement du Reich. Janvier 1945, il est à Postdam pour combattre les Russes. L’Est de l’Allemagne est devenu un champ de bataille sous la neige. 8 mai 1945, c’est l’annonce de la fin de la guerre et le moment où un char russe T-34 tire sur l’attelage du lieutenant Aloÿsius Pappert qui s’en sort miraculeusement. Mais les tourments ne s’arrêtent pas ici. Avec deux ou trois mille autres soldats allemands rassemblés à Prague, il est prisonnier de la nouvelle armée tchèque. C’est ensuite le nouveau départ d’une colonne de 5.000 prisonniers allemands sous la férule de l’Armée rouge puis le transfert en train vers un camp soviétique et le début de nouvelles terribles épreuves. Mais il en reviendra et pourra fêter Noël 1946 en famille.

A vingt ans, Aloÿsius Pappert était déjà un survivant ayant connu de nombreux combats et vu tant de camarades tomber autour de lui. Sa maturité, sa droiture et sa confiance en Dieu lui ont donné un ascendant naturel et inspiré sur ses hommes. Ce fut encore plus le cas durant sa captivité. Son récit est édifiant.

Une jeunesse volée, Aloÿsius Pappert, éditions Salvator, 210 pages, 20 euros

Le sang des prisonniers, Aloÿsius Pappert, éditions Salvator, 202 pages, 20 euros

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s