Media Presse Info: Hongrie: L’UE lance une procédure contre la Hongrie pour sa loi « Anti-Soros » inspirée de la Russie

Hongrie: L’UE lance une procédure contre la Hongrie pour sa loi « Anti-Soros » inspirée de la Russie

Hongrie: L’UE lance une procédure contre la Hongrie pour sa loi « Anti-Soros » inspirée de la Russie
par Emilie Defresne

Dés le lendemain de son élection, Macron avait rendu visite à Angela Merkel en Allemagne et à cette occasion il avait appelé l’UE à établir des sanctions contre la Pologne et la Hongrie. La procédure promise est maintenant en marche. La Commission européenne a annoncé le 13 juillet avoir ouvert une procédure d’infraction contre la Hongrie concernant la loi que le Parlement magyare a voté pour défendre leur pays de toute ingérence étrangère par le biais des ONG, dont, notamment celle, particulièrement agressive, de Georges Soros. Face à de telles menaces le chef de la diplomatie hongroise avait promis qu’il ne s’en laisserait pas compter « quoi qu’en disent l’UE ou les médias! »

«Après avoir examiné attentivement la nouvelle loi sur les ONG, nous en sommes arrivés à la conclusion qu’elle n’était pas conforme au droit de l’UE» a déclaré sans sourciller Frans Timmermans, le vice-président de la Commission européenne le 13 juillet.

Des élus sous tutelle européenne

Ce qui est la reconnaissance officielle, qui certes n’est plus à faire, de la mise sous tutelle européenne des lois nationales. Ce que Marine Le Pen n’a cessé de dénoncer tout-au-long de la campagne présidentielle et que la Hongrie et la Pologne appliquent depuis 2015 en matière d’immigration notamment, sans rien avoir négocié, mais avec la soutien de la majeure partie de leurs populations respectives.

Frans Timmermans a estimé que cette loi hongroise portait atteinte à la liberté d’association, à la libre-circulation des capitaux et à la protection de la vie privée. La Commission européenne a donc adressé une mise en demeure à la Hongrie, qui dispose d’un mois pour y répondre. Il s’agit de la première étape de la « procédure d’infraction ».

Aussi ahurissant que cela puisse paraître les nations sont désormais mises au banc des accusés par une commission de commissaires cooptés parmi des oligarques, sans aucun mandat légitime d’aucune sorte, sans que ceux-ci n’aient à rendre de compte à personne, sauf à l’Oligarchie. Les membres d’une oligarchie détiennent leur pouvoir de leur richesse et c’est exactement le type de pouvoir qui est en place en Occident où toute discrimination est interdite, sauf celle de l’argent qui lui permet sa domination, et sauf, accessoirement, les « discriminations positives » qui permettent d’établir des exceptions en fonction des besoins de l’Oligarchie.

L’université hongroise de Georges Soros

Le Premier ministre souverainiste Viktor Orban, visait en particulier George Soros à travers la loi mise en cause. L’ONG de George Soros avait financé avec des fonds étrangers une université. Le pouvoir hongrois soupçonnait fortement cette université de préparer une révolution colorée pour abattre les autorités légales ainsi qu’il l’a fait en Ukraine et en différents autres pays des anciennes républiques soviétiques. Cette loi venait en écho à celle votée par la Douma russe contre les ONG financée par des capitaux étrangers.

En effet une loi votée en 2015 permet à la Russie d’interdire les ONG étrangères représentant « une menace aux fondements constitutionnels de la Fédération de Russie, la capacité de défense du pays ou la sécurité du gouvernement, » elle peut de ce fait « être reconnue indésirable. »

La loi hongroise, pour sa part, fait obligation aux ONG bénéficiant annuellement de plus de 24 000 euros de fonds étrangers de se présenter explicitement comme «organisation bénéficiant de financements étrangers» dans tous les ouvrages et produits de presse qu’elles publient, ainsi que sur leur site internet, au risque de se voir sanctionnées. En cas d’infraction les ONG peuvent être dissoutes.

Invocation des mânes de la bête immonde

Cette procédure d’infraction contre la Hongrie est lancée suite à une campagne d’affichage visant le milliardaire juif d’origine hongroise, accusé par Budapest de s’ingérer dans les affaires du pays en encourageant notamment l’immigration par le biais de financements d’ONG.

Une campagne intense qui aura tout-de-même durée une semaine dans une atmosphère de polémique orchestrée par l’opposition qui a pour l’occasion ranimé « la bête immonde dont le ventre est toujours fécond », accusant Viktor Orban d’antisémitisme, tout comme Macron avait implictement accusé son adversaire aux présidentielles d’avoir quelque chose à voir avec le massacre d’Oradour-sur-Glane par les Allemands en déroute en 1945.

Ceci sans tenir compte du fait que le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou, attendu la semaine prochaine pour une visite officielle dans la capitale magyare. En effet l’Etat israélien déplore le soutien apporté à des organisations civiles palestiniennes par Soros démentant le “retour aux heures sombres” craint par l’ambassadeur d’Israël en Hongrie via un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères critiquant les activités de Soros. Il est vrai qu’entre l’ologarchie mondiale et le gouvernement de Tel-Aviv, plus rien ne va plus et Nét

le chroniqueur Gyula T. Máté rétorquait sur le site d’opinion PestiSrácok: “Soyons clairs : l’affaire Soros n’a rien à voir avec les Juifs, l’antisémitisme ou le fascisme. L’opposition libérale ment éhontément en utilisant à dessein la peur de la peste brune et l’horreur de l’Holocauste”, et le journal Magyar Idők de renchérir: “Soros tient l’UE par le bout du nez. Bruxelles se plie sans broncher aux desiderata de ce méchant vieillard infiniment violent et riche comme Crésus”.

L’Oligarchie et sa gouvernance des juges

La campagne anti-Soros du gouvernement Orbán, qui prendra officiellement fin ce samedi 15 juillet, a reçu l’appui de Tel-Aviv qui a démenti « les heures le plus sombres » invoquées, en effet le ministère israélien des Affaires étrangères s’était refusé à condamner cette campagne d’affichage, assurant que le milliardaire juif d’origine hongroise «discrédite les gouvernements élus démocratiquement en Israël en finançant des organisations qui diffament l’État juif et lui nient le droit de se défendre»

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou qui est attendu le 18 juillet pour une visite officielle en Hongrie, se trouve d’ailleurs, lui aussi, étrangement, face à une procédure judiciaire…

La Knesset prépare d’ailleurs un texte analogue à la loi anti-ONG votée mi-juin par le Parlement hongrois, qui, elle-même s’est inspirée de la loi russe. Cetet loi israélienne couperait les vivres aux associations estampillées Soros si elles venaient à se livrer à des “activités anti-israéliennes”, rapporte Ha’Aretz.

La Russie fait donc des émules en Occident, mais ces émules ont fort à faire face au gouvernement des juges qui soutiennent l’oligarchie occidentale. En effet, tout cela n’est pas sans rappeler les procédures de la Cours fédérale de Justice américaine contre Donald Trump, passant par-dessus la volonté de ses centaines de millions d’électeurs … La même oligarchie apatride dirigeant tout spécialement l’UE, les procédures judiciaires comme celles qui ont changé le cours des élections présidentielles en France n’en vont plus finir de se multiplier à chaque fois que quiconque s’élèvera contre ses intérêts.

C’est par le biais des lois et des tribunaux que l’Oligarchie impose sa tyrannie et ses marionnettes et par ses tribunaux et ses marionnettes (telles Macron) elle entend imposer le déracinement des peuples et le Grand remplacement en Union européenne, pour faire de peuples de Dieu libres, un peuple d’esclaves.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s