Le Salon Beige: 23 nouveaux articlesAvortement : silence sur la souffrance – et varia

C’est arrivé un 14 juillet…
Avortement : silence sur la souffrance
Avortement par erreur : 3000€ avec sursis
Le lobby LGBT dans toute son horreur
Nicolas Dhuicq : « il y a un espace politique qui n’est pas occupé ! »
En quoi est-ce plus horrible que l’avortement ?
Le Chapitre Sainte Madeleine propose à tous les jeunes de 15 à 20 ans de découvrir le Portugal
Le choix sans retour de Laurent Wauquiez est-il de faire encore et toujours perdre la droite ?
La droite de conviction peut-elle se reconstruire ?
L’Eglise ne serait qu’une secte qui a réussi ?
Conversions en masse au Népal
Islam : tout l’appareil idéologique de nos sociétés issues des Lumières se trouve pris en défaut
La légende noire des Conquistadors mise à mal par des fouilles archéologiques à Mexico
16-17 septembre : université de La Manif Pour Tous
Avec le réchauffement, tout devient très simple
En 1927, en s’appuyant sur le caractère obligatoire de la vaccination, la Cour suprême des Etats-Unis a validé des lois de stérilisation
Désordre à Malte
Avortement : et si le père était consulté ?
« Mur des cons » : promotion pour l’ancienne présidente du Syndicat de la magistrature
Bruno Retailleau : le pacte fondateur de l’UMP, en 2002, rassemblement de toutes les sensibilités de la droite “et” du centre, sonne faux
L’idéologie « transgenre » violente et abuse les enfants
«Nous sommes au regret de ne pas pouvoir raser le Sacré-Coeur de Montmartre»
L’ex-président condamné à 9 ans et 6 mois de prison pour corruption

C’est arrivé un 14 juillet…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

le 14 juillet 939 : élection du pape Etienne VIII.
le 14 juillet 1077 : dédicace de Bayeux.

Odon de Conteville, évêque de Bayeux et demi-frère de Guillaume Le Conquérant, consacre la nouvelle cathédrale de sa ville. La dédicace est présidée par l’archevêque de Rouen en présence de Guillaume, duc de Normandie et roi d’Angleterre. La tapisserie dite « ‘de Bayeux » longue de 69 mètres est étendue dans la cathédrale. Elle a été réalisée spécialement entre 1066 et 1077 pour célébrer cet événement.

le 14 juillet 1099 : libération de Jérusalem par les premiers croisés.

Partis de France en 1096, à l’appel du pape Urbain II, les Croisés emmenés par Godefroy de Bouillon et le comte de Toulouse, font leur entrée dans Jérusalem. La ville est définitivement conquise le lendemain. Godefroy de Bouillon prend en charge l’administration de la ville au titre d’avoué du Saint-Sépulcre, refusant d’être roi dans la ville où mourut le Christ.

le 14 juillet 1223 : mort du Roi Philippe II Auguste.

Le Roi de France s’éteint à Mantes, âgé de 58 ans. Il a souhaité mourir à Paris, mais c’est en faisant route vers la capitale qu’il a rendu l’âme. Son corps est transporté à Saint-Denis, où pour la première fois un nouveau cérémonial est adopté : le Roi repose dans son cercueil à visage découvert, habillé de son manteau royal et coiffé de sa couronne. Son fils Louis VIII lui succède et est sacré le 6 août suivant.

Philippe II Auguste est l’un des plus grands Rois de France de l’époque médiévale. Souverain brave, conscient du prestige sacré de sa couronne, profondément aimé de ses Sujets, courageux et toujours à la tête son armée, il réaffirme l’autorité royale face à ses grands vassaux et autres pays européens.

Né en 1165 à Gonnesse, fils du Roi Louis VII, Philippe Auguste est associé au trône du vivant de son père, comme c’est la coutume depuis Robert II le Pieux ; il est sacré en la Cathédrale de Reims le 1er novembre 1179 et accède au trône l’année suivante. Il mène une prudente mais efficace politique d’agrandissement du Royaume. En 1187, Philippe Auguste répond à l’appel du Pape Grégoire VIII pour la Troisième Croisade. A la mort d’Isabelle de Hainaut, qui lui a donné un fils, Louis, Philippe épouse Ingeburge fille du Roi Knut IV de Danemark. Mais juste après les noces, Philippe la répudie.

Le Roi se remarie en 1196 ; le pape Innocent III demande deux ans plus tard au Roi de France de reprendre Ingeburge. Philippe refuse et Innocent III riposte en jetant l’Interdit sur le Royaume de France en l’an 1200. Ainsi, prêtres et évêques ne peuvent plus donner ni sacrement, ni communion. Les deux souverains se réconcilient lors du Concile de Nesle, le 7 septembre 1200, qui annule l’interdit. Philippe Auguste ne peut faire casser son mariage avec Ingeburge et lui reconnaît son titre de Reine de France ; de son côté, le Souverain Pontife peut juger et sanctionner le Roi de France, quant à ses péchés, sans interférer sur sa politique temporelle.

Le Roi a affermi l’autorité royale ; vers 1200, il crée les Baillis, des représentants de la Couronne, chargés de parcourir le domaine royal pour rendre la justice au nom du Roi ; les Prévôts chargés de maintenir l’ordre et d’empêcher les Seigneurs de se battre entre eux. Le Roi met en place la Quarantaine le Roi, une période de quarante jours durant lesquels ses vassaux ont interdiction de se livrer à des guerres privées féodales. En 1204, Philippe Auguste s’empare de Château-Gaillard, qui contrôle le cours de la Seine, puis de toute la Normandie, en représailles de l’assassinat du Duc de Bretagne, Arthur de Bretagne, par le roi d’Angleterre Jean sans Terre.

En 1212, Ferrand de Flandres, le Comte de Salisbury frère de Jean Sans Terre, Philippe de Courtenay-Namur, Thiébaud de Lorraine, Otton de Brunswick, Rennaud de Dammartin, Henri de Brabant, Guillaume Longue-Epée, ainsi que d’autres seigneurs allemands et flamands unissent leurs forces pour marcher contre le Royaume de France, pendant que Jean Sans Peur rassemble une armée qui débarque dans le Poitou et remonte vers la Loire. Elle est vaincue par le Dauphin Louis, le 2 juillet 1214, à la Roche-aux-Moines.

Au nord, le Roi rassemble tout ce qu’il peut des restes de son Ost. Il sort l’oriflamme de Saint-Denis de la basilique, et part à la rencontre de ses ennemis. Au total, le Roi de France peut compter sur 5 000 à 7 000 hommes en armes, contre près de 9 000 anglo-germano-flamands. La bataille a donc lieu le 27 juillet 1214 à Bouvines. Philippe Auguste combat au milieu de sa Chevalerie. Il est désarçonné, mais est secouru par un écuyer armé d’un fléau.

Bouvines est une éclatante victoire. Rennaud de Dammartin et Ferrand de Flandres sont faits prisonniers. Ferrand, est ramené à Paris dans un charroi monté d’une cage de fer : les Parisiens le surnomme « Ferrand le ferré ». Le Traité de Chinon, de 1215, confirme au Roi de France l’acquisition de l’Anjou et de la Normandie, lui donne Issoudun, Alençon et Bully. Cette année 1214 est l’apogée de son règne et l’année de naissance de son petit-fils, le futur Saint-Louis.

le 14 juillet 1411 : Manifeste de Jargeau, les princes d’Orléans demandent justice au Roi pour le meurtre de leur père.

Après le déclenchement d’un conflit ouvert entre les Armagnacs et les Bourguignons en France, le jeune duc d’Orléans Charles Ier réclame justice pour le meurtre de son père Louis Ier.

le 14 juillet 1429 : victoire de Jeanne d’Arc à Chalon sur Marne.

La ville ouvre ses portes au futur Roi de France, qui s’avance vers Reims, au milieu de ses ennemis.

le 14 juillet 1570 : publication de la bulle Quo Primum qui instaure le rite tridentin.

A Rome, Pie V, par la bulle Quo Primum, instaure le rite tridentin dans la liturgie catholique.

le 14 juillet 1602 : naissance de Jules Mazarin, cardinal et homme d’État français.

Voir la chronique du 9 mars.

le 14 juillet 1789 : prise de la Bastille.

Après avoir entrepris la révolution au sein des Etats Généraux, le but est de faire croire que la révolution est toute puissante dans la rue pour influencer le Roi à long terme. Il en résulte une capitulation royale avec :

– la dislocation des régiments étrangers,

– le rappel de Necker,

– Louis XVI reçoit la cocarde tricolore, symbole de la municipalité de Paris révolutionnaire illégalement constituée,

– la destruction de l’armature administrative provinciale, car les gouverneurs sont chassés. Napoléon restaurera cette structure administrative avec les préfectures ; mais sans le contrepoids des assemblées provinciales, qui pouvaient accepter ou refuser par vote les décisions centralisatrices de la monarchie.

Après s’être emparés des 30 à 40 000 fusils, de douze pièces de canon et d’un mortier dans l’hôtel de ville, les émeutiers, n’ayant trouvé ni poudre ni balles, en cherchent à la Bastille. Le gouverneur de Launay est sommé de remettre la citadelle aux insurgés. Certains révolutionnaires réussissent à pénétrer dans l’enceinte et de Launay ordonne d’ouvrir le feu. Plus de 80 Parisiens sont tués. En fin d’après-midi le gouverneur capitule, il est tué une heure plus tard. Sept captifs sont libérés, 4 faussaires, 2 fous et 1 libertin ; il n’y a pas de surpopulation carcérale pour un régime qualifié de tyrannique par la république !

Voici une « Méditation » de Jean Madiran, à l’occasion du bicentenaire, tirée de Présent, 16 juin 1989 :

« « Qui n’aurait pas célébré le Bicentenaire ? » s’est écrié le président Mitterrand comme s’il croyait que les contestataires auraient tous été guillotinés. Le 14 juillet est « la fête de la République », a-t-il ajouté : c’est vrai, mais tant pis pour elle, si elle se reconnaît dans l’imposture de la Bastille, la sauvagerie des têtes au bout des piques, le déshonneur d’avoir promis la vie sauve pour obtenir traîtreusement la reddition de ceux que l’on allait massacrer … Voyez l’album de Chard, texte et images sur le 14 juillet 1789. »

Rocard, à l’unisson, assure que la Révolution de 1789 « a fait le renom de la France ». Avant 1789, la France n’avait donc aucun renom, la France de Louis XIV, la France de saint Louis …

Toutes les voix officielles, politiques, religieuses ou médiatiques, récitent la même légende. Patrick Poivre d’Arvor : « La France a tiré un immense prestige des idées révolutionnaires ».

La vérité, c’est tout le contraire. C’est exactement l’inverse.

L’« immense prestige »de la France est celui qu’elle avait jusqu’en 1789 avant la Révolution. Elle était à tous égard la première nation du monde : la plus riche, la plus nombreuse, la plus puissante, la plus heureuse, la plus influente aussi par les arts et les lettres. Tout l’univers civilisé parlait français : il aurait continué si les « idées révolutionnaires » avaient réellement apporté à la France un surcroît de prestige. On voit le contraire : en France même, l’Institut Pasteur, les médecins et les savants, les aviateurs et les sportifs parlent anglais désormais, pour être compris dans le monde.

Ce n’est pas la Révolution qui a fait le prestige mondial de la France, c’est le prestige de la France qui a répandu les « idées révolutionnaires » dans le monde entier.

La France n’y a rien gagné. Depuis 1789, à travers des hauts et des bas, elle n’a cessé de descendre de son premier rang matériel et moral.

L’Europe n’y a rien gagné non plus. Les « idées révolutionnaires » n’ont cessé de l’abaisser et de la détruire. Comme la France, elle a perdu son premier rang dans le monde. La principale conséquence, la principale mise en œuvre des « idées révolutionnaires », ce fut la Terreur comme système de gouvernement, et la Révolution léniniste de 1917, fille légitime de la Révolution de 1789. D’où l’Europe sournoisement socialo-communiste que l’on nous propose aujourd’hui de construire sur les ruines de l’Europe chrétienne. »

le 14 juillet 1790 : fête de la Fédération : le Roi prête serment devant la Constitution.

C’est le premier anniversaire de la prise de la Bastille. Les célébrations ont lieu à Paris, sur le Champs-de-Mars avec la présence de tous les députés français en provenance des 83 départements. Louis XVI est également convié pour prêter serment à la Nation et à la loi. Talleyrand célèbre la messe, alors qu’il ne croit pas en la présence réelle !

le 14 juillet 1793 : mort de Jacques Cathelineau « le Saint de l’Anjou »í

A 2 doigts de la victoire, le 29 juin à Nantes, Cathelineau, le « Saint de l’Anjou » meurt le 14 juillet 1793 des suites de ses blessures. Les Vendéens sont en fuite, cette première défaite est malheureusement décisive.

François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et de mœurs note, page 79, ce qu’il recommande à sa femme :

« Elève les enfants, ma chère Louise, dans la crainte de Dieu. Redis-leur souvent que leur père, en prenant les armes, n’a cherché qu’à sauver la religion catholique dans laquelle ils ont été baptisés. J’offre ma vie pour qu’ils puissent grandir dans la paix religieuse en bons chrétiens.»

le 14 juillet 1808 : victoire de Bessières à Medina de Rioseco.

Passée dans l’oubli, cette victoire de la Campagne d’Espagne voit s’affronter les forces espagnoles et les Français du Maréchal Jean-Baptiste Bessières.

14 juillet 1889 : message maçonnique d’Albert Pike.

« Ce que nous devons dire au vulgaire, c’est ceci : Nous adorons un Dieu, mais c’est le Dieu qu’on adore sans superstition.

A vous Souverains Grands Instructeurs Généraux, nous disons ceci pour que vous le répétiez aux frères des 32e, 31 et 30 degrés : La religion maçonnique doit être maintenue dans la pureté de la doctrine luciférienne pour nous tous initiés de hauts degrés.

Si Lucifer n’était pas Dieu, est-ce qu’Adonaï [le Dieu des Chrétiens] dont les actes prouvent la cruauté, la perfidie, la haine des hommes, la barbarie et l’aversion pour la science, est-ce qu’Adonaï et ses prêtres le calomnieraient ?

Oui Lucifer est Dieu et malheureusement Adonaï est aussi Dieu. Car la loi éternelle est qu’il n’y a pas de lumière sans ombre, pas de beauté sans laideur, pas de blanc sans noir, car l’Absolu ne peut exister que par deux Dieux, l’obscurité étant nécessaire à la lumière pour lui servir de repoussoir, comme le piédestal est nécessaire à la statue et le frein à la locomotive… La doctrine du satanisme […] est une hérésie, et la véritable et pure religion philosophique est la croyance en Lucifer, l’égal d’Adonaï : mais Lucifer, le Dieu de la lumière et le Dieu du Bien, lutte pour l’humanité contre Adonaï, le Dieu de l’obscurité et du mal. »

Albert Pike est alors Souverain Grand Commandeur du Rite écossais pour le sud des Etats-Unis. Ce message, à l’intention des Suprêmes Conseils du monde entier a été reproduit par Adolphe Ricoux, pseudonyme de Léo Taxil, dans son ouvrage : L’Existence des loges de femmes, (Téqui, 1891, pages : 67 à 95) sous le titre : « Instructions du Suprême Conseil de Charleston aux 23 Suprêmes Conseils Confédérés. »

François Marie Algoud l’attribue à la revue du The Freemason du 19 janvier 1935,dans son livre Histoire de la perversion de l’intelligence et de mœurs. (Edition de Chiré, page 136).

le 14 juillet 1941 : accords de Saint Jean d’Acre.

Voir le 8 juin et le 7 juillet.

le 14 juillet 1984 : F. Mitterrand, dans une allocution radiotélévisée, abandonne le projet de loi Savary sur l’enseignement privé.
le 14 juillet 1989 : inauguration de la Grande Arche à La Défense.

13 et 14 juillet 1990: loi Marchais-Gayssot, fin de la liberté de la presse en France.

« Signé le 13 par F. Mitterrand et publiée au JO le 14, cette loi marque la fin de la liberté de la presse, telle qu’elle avait été instituée cent dix ans plus tôt, par la loi du 29 juillet 1881. Les lois dites « antiracistes » de 1972 et du jour y ont apporté des modifications draconiennes : elles ont supprimé la liberté d’expression non seulement sur la « race » et le « racisme », mais surtout sur :

1. sur la nation,

2. sur la religion,

3. sur l’histoire de la Seconde guerre mondiale. »

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 366)

Avortement : silence sur la souffrance

Posted:

DEoqDXCXoAAFQtR

Avortement par erreur : 3000€ avec sursis

Posted:

Lu sur Gènéthique :

« Le Tribunal de grande instance de Lille a rendu son jugement ce 12 juillet concernant l’affaire d’une femme ayant avortée le 9 mai 2011, suite à l’administration par erreur du médicament de la patiente de la chambre voisine venue pour un curetage. Poursuivies pour « blessures involontaires ayant entrainé une incapacité temporaire de travail (ITT) supérieure à trois mois », l’infirmière et l’étudiante sage-femme à l’origine de l’avortement ont été condamnées à 3 000 euros d’amende avec sursis. L’hôpital, établissement du Groupement des hôpitaux de l’Institut catholique de Lille (GHICL) a, quant à lui, été relaxé. »

Le lobby LGBT dans toute son horreur

Posted:

Capture d’écran 2017-07-13 à 18.39.26
Capture d’écran 2017-07-13 à 18.38.56
A Montpellier samedi 8 juillet, se déroulait la nouvelle édition de la Gay pride. Haute en couleur avec des caricatures ambulantes qui font passer les personnes homosexuelles pour des cinglés. Est-ce leur but ? On ne sait, mais c’est réussi : les personnes qui respectent le moins les personnes homosexuelles, c’est le lobby LGBT.

Sur Réinformation.tv, Jeanne Smits a repris les propos de que fait Doug Mainwaring parus sur LifeSiteNews. Dans une réflexion sur le lobby LGBT dont il a lui-même fait partie, il évoque ce qui constitue en réalité le ciment de cette mouvance, qui est capable à la fois de proclamer sa « fierté » au cours de Gay Prides où les outrances le disputent aux outrances, et de se poser en perpétuelle victime. Pour Doug Mainwaring, il n’y a pas de doute : il s’agit de la sodomie.

Nicolas Dhuicq : « il y a un espace politique qui n’est pas occupé ! »

Posted:

Nicolas Dhuicq commente désarroi idéologique qui règne au sein de LR :

« Je pense qu’il n’y aura pas de retour des droites au pouvoir en France s’il n’y a pas d’entente entre plusieurs familles politiques. La grande difficulté, pour le Front national, est que ses cadres pensent toujours qu’ils peuvent arriver seuls au pouvoir. C’est, à mon sens, totalement impossible. En même temps, ils sont dans une logique de phagocyter les autres. Cela ne fonctionnera pas. Je pense que la seule manière de revenir au pouvoir, c’est bien d’avoir deux formations politiques qui s’entendent. La clef est de recréer un RPR tendance Charles Pasqua. Cela manque terriblement aujourd’hui. Tant qu’il n’y aura pas cette entente et, d’abord, ce travail idéologique, nous aurons des gens comme les Constructifs, les En Marche ! et autres avatars de la soumission absolue au marché qui domineront l’espace politique en France. »

En quoi est-ce plus horrible que l’avortement ?

Posted:

Capture d’écran 2017-07-13 à 18.24.48

3 fœtus ont été retrouvés congelés. Placée en garde à vue, la mère est soupçonnée d’avoir étouffé les fœtus avant de les congeler.

En France, tous les jours, des foetus sont dépecés. Légalement. Et c’est même remboursé avec nos impôts.

Le Chapitre Sainte Madeleine propose à tous les jeunes de 15 à 20 ans de découvrir le Portugal

Posted:

Ic_large_w900h600q100_tract-camp-ete-portugal-2017

Inscriptions

Le choix sans retour de Laurent Wauquiez est-il de faire encore et toujours perdre la droite ?

Posted:

Voici la réponse de Laurent Wauquiez à Nicolas Dupont Aignan qui affirme travailler à l’union des droites :

« Moi, je rêve de dialoguer avec monsieur Wauquiez. Je lui ai déjà dit en privé. On se parle, comme je parle aussi à monsieur Philippot, à monsieur Nicolas Bay et à d’autres ».

« Oui, je parle avec @laurentwauquiez car il faut rassembler les électeurs de droite. » @CNEWS
— N. Dupont-Aignan (@dupontaignan) 12 juillet 2017

Votre choix du second tour est sans retour. La droite des valeurs n’est pas compatible avec le FN. https://t.co/PMP27o1YBd
— Laurent Wauquiez (@laurentwauquiez) 12 juillet 2017

La droite de conviction peut-elle se reconstruire ?

Posted:

Vidéo de la conférence de Bernard Antony au Centre Charlier le 20 juin :

L’Eglise ne serait qu’une secte qui a réussi ?

Posted:

Conversions en masse au Népal

Posted:

Unknown-20
Les conversions et les renonciations à l’hindouisme se produisent dans le district de Surkhet, dans l’ouest du Népal. Les dalits sont marginalisés en raison de leur appartenance à la caste. Et ils sont fatigués de subir de graves discriminations et de menaces. On estime qu’environ 50 000 dalits dans le district de Surkhet, victimes de graves discriminations, ont décidé de quitter l’hindouisme et d’embrasser le christianisme. La décision a été prise lors de la réunion avec un grand nombre de représentants. Lal Babu BK, l’un des participants a déclaré:

«Nous étions plus de 200. Nous nous sommes réunis pour nous convertir au christianisme pour nous sauver. Nous avons tous pratiqué la foi hindoue depuis des générations puisqu’elle était obligatoire, mais aujourd’hui le pays est sécularisé et l’hindouisme ne peut pas nous sauver. Ceux qui nous humilient sont des hindous comme nous. Nous ne pouvons même pas toucher les castes inférieures, ne pouvons pas entrer dans leurs maisons, nous ne pouvons pas toucher l’eau potable ni avoir accès aux lieux publics. Alors, quelle est cette croyance? Est-ce que nous sommes certains dans cette foi? Nous avons conclu que «non» et avons décidé de nous convertir au christianisme. »

« Nous sommes en danger partout et nous sommes discriminés à tout moment, alors nous demandons la grâce de Jésus parce que nous avons vu qu’il n’y a pas de discrimination dans le christianisme. Nous croyons que Jésus peut nous protéger « . « La décision est prise même si nous n’avons pas encore contacté le prêtre chrétien qui peut nous baptiser, nous le ferons et nous espérons que le prêtre nous accueillera ».

Islam : tout l’appareil idéologique de nos sociétés issues des Lumières se trouve pris en défaut

Posted:

Tribune d’Odon Lafontaine, coauteur de « La Laïcité, mère porteuse de l’islam? », dans Famille chrétienne :

41+FYmUEsbL._SX331_BO1 204 203 200_
« Qui a entendu parler d’islam lors des débats politiques des derniers mois ? Ce n’est pas faute, pourtant, d’avoir subi une actualité plus que dramatique en matière de violences perpétrées au nom de cette religion. L’observateur avisé aura remarqué le soin méticuleux avec lequel les médias ont expurgé les éléments de langage autorisés en la matière : pas question de mentionner l’islam, parlons plutôt de camions fous, de déséquilibrés qui défenestrent les vieilles dames ou « d’assaillant au marteau », lui-même un peu marteau.

User ainsi du champ lexical de la psychiatrie, de la folie, nier l’islamité des djihadistes (« assaillants ») et la justification religieuse de leurs actes, c’est affirmer en creux que cette réalité échapperait à toute compréhension rationnelle, qu’elle serait inintelligible. Circulez bonnes gens, il n’y a rien à voir, rien à penser, rien à conclure.

C’est en fait tout l’appareil idéologique de nos sociétés issues des Lumières, de leur logique libérale et progressiste, qui se trouve pris en défaut : selon lui, pour vivre en paix, dans la convivialité heureuse entre toutes les cultures et toutes les religions, il faudrait accepter l’autre tel quel. Y compris lorsqu’il porte les pires sectarismes ? La « laïcité à la française », expression nationale de cette logique, s’interdit ainsi de considérer les contenus « des religions », les réduisant dans son esprit à de simples cultes et aumôneries.

Il s’agissait entre autres en 1905 et il s’agit toujours aujourd’hui d’empêcher la religion catholique d’exercer une influence politique. En proposant aux hommes d’autres horizons que les espérances politiques issues du progressisme des Lumières, elle concurrençait ouvertement ces dernières, qui ne pouvaient le tolérer.

Les catholiques ont accepté de plus ou moins bonne grâce d’être réduits à leurs églises et à la sphère privée, vu que leur espérance n’est pas de nature politique du moins pas directement. Mais les autres religions, que la laïcité assimile dans son traitement au catholicisme, et principalement l’islam, ne sont pas faites du même bois. Quand bien même certains arrivent à en dégager une « essence » spirituelle, l’islam est intrinsèquement politique. C’est sa substance même : l’application de la loi musulmane est politique, les espérances qu’il déploie sont de nature politique.

C’est ainsi que la « laïcité à la française » interdit à l’État, et par ricochet à toute la société, de considérer en face ces espérances, celles du « Grand Soir » musulman. Par bien des aspects, elles s’apparentent aux espérances communistes, portant en elles les mêmes légitimations morales de la violence jugée parfois nécessaire au nom du bien supérieur. L’État avait su traiter en son temps le danger de la violence communiste. Il est incapable de traiter celui de la violence islamiste, à cause de la laïcité. Une réflexion profonde s’impose en la matière, pour que les Français et leurs chefs puissent à nouveau devenir « empereurs en leur royaume ». »

La légende noire des Conquistadors mise à mal par des fouilles archéologiques à Mexico

Posted:

Article traduit par Benoît-et-moi sur les pratiques sacrificielles des Aztèques :

Images
« La première description de la tour des crânes de Tenochtitlan est faite en 1521 par Andrés de Tapia (v.1498 -1561) qui accompagnait Hernán Cortés et les Totonaques, Tlaxcaltèques et autres tribus à l’assaut de la ville. Puis elle sera reprise par Bernal Díaz del Castillo(v.1495-1581) et par Francisco López de Gómara (v.1511 –1566).

Elle sera ensuite niée des milliers de fois, et avec elle ce système de sacrifices humains des Aztèques, parce que l’empire aztèque devait appartenir à l’éden indigène que les Espagnols barbares avaient détruit quand ils ont rasé l’Amérique. En conséquence, ces descriptions de la terreur aztèque ne pouvaient être que mensonges pour justifier la conquête du Mexique. Les Mexicains eux-mêmes racontent que leur histoire commence avec la fondation du dieu Quetzalcóatl, [alias Serpent à plumes] pour se voir interrompue avec l’arrivée destructrice des Espagnols, puis s’est poursuivie par sa voie naturelle après l’indépendance.

Cela fait déjà longtemps que l’on sait, – si l’on veut savoir – que les chroniqueurs espagnols ne mentaient pas. Mais, naturellement, ce n’était pas suffisant. Ce n’est jamais suffisant. Aujourd’hui cela ne le sera pas non plus. La découverte spectaculaire par différents archéologues de la tour des crânes de Tenochtitlán sera oubliée et les mythes de la légende noire continueront à être bien vivants parce que comment allons-nous expliquer les problèmes actuels de l’Amérique hispanique sans l’horrible Empire espagnol? Tout ce qui nous arrive aujourd’hui c’est parce que nous avons jadis été colonisés par les méchants. Et s’ils n’étaient pas si méchants que cela, qu’est ce que nous faisons ? Une autocritique? Jamais.

Il y a quelques jours, une agence de presse a révélé que dans les excavations archéologiques qui sont pratiquées depuis 2015 à côté de la cathédrale métropolitaine de Mexico, on a retrouvé une tour de crânes qui répond point par point à la description des chroniqueurs espagnols. L’exactitude [de la description] est étonnante, tellement est dessiné avec des mots ce que les archéologues ont découvert aujourd’hui :

«Un ossuaire de crânes d’hommes prisonniers de guerre et sacrifiés au couteau, un ossuaire qui était fait comme un théâtre plus long que large, construit d’une façon particulièrement résistante, avec ses gradins, sur lesquels étaient incorporés, pierre à pierre, des têtes de mort dont la face avec les dents était tournée vers l’extérieur ».

Cortés ne mentait pas. Avec le fait aggravant que ce n’était pas seulement des guerriers sacrifiés, comme l’ont dit les Aztèques, mais aussi des femmes et des enfants.

La négation des sacrifices a eu différentes versions, toujours entièrement en vigueur. Le 25 avril de cette année Jason Suárez, du département d’Histoire du El Camino Collegeen Californie expliquait lors de sa conférence Questions of ritual human sacrifice que l’idée des sacrifices humains est erronée et le fruit d’une interprétation abusive des images qui représentaient ces sacrifices, pour justifier la conquête. Il donne comme argument que quiconque verrait le Christ cloué sur la croix pourrait en conclure que les chrétiens (??) faisaient aussi des sacrifices humains, en déformant une représentation symbolique qui ne correspond pas à cette réalité. Une autre présentation, plus sophistiquée, qui ne nie pas la réalité mais la justifie, c’est celle de l’argument alimentaire. Pour Marvin Harris, c’est le manque de protéines qui explique les sacrifices humains. Tout cela contribue à renforcer l’idée que les Espagnols ne sont pas arrivés au Mexique pour en finir avec une horreur institutionnalisée, parce que l’horreur devait être incarnée par eux, par Cortés et ses hommes, – comme le chante avec une méconnaissance absolue Neil Young dans son Cortez the killer [paroles ICI]-, et que par conséquent, rien de bénéfique ne pouvait venir de là.

Mais désormais la découverte de la tour des crânes de Tenochtitlán, décrite d’une façon tellement véridique par les chroniqueurs, oblige à regarder Cortés et ses gens d’une autre manière. Nous ne savons pas si cela aura des conséquences, mais c’est peu probable. Très vite va tomber une nouvelle chape de silence sur cette réalité comme elle est tombée sur tant d’autres réalités qui n’avaient pas besoin d’une équipe d’archéologues [pour être (re)découverte]. Comme par exemple que le gouverneur nommé par Cortès pour Mexico dans le nouvel ordre chrétien s’appelait Andrés de Tapia Motelchiuh et que c’était un Aztèque qui a été baptisé en prenant précisément le nom du chroniqueur et en conservant aussi le sien et que c’était un homme de la plèbe presque un esclave que le système social aztèque ankylosé n’aurait jamais permis de prospérer. Il a accompagné Cortés pendant trois ans dans ses expéditions. Mais nous pourrions aussi nommer un autre plébéien, Don Pablo Xochiquenzin, qui fut aussi gouverneur pendant cinq ans. Ou Don Diego de Alvarado Huanitzin, qui a accompagné Cortés lors de l’expédition en Honduras et qui a été nommé gouverneur d’Ecatepec, charge qu’il a occupée pendant 14 ans. Puis le vice-roi Antonio de Mendoza l’a nommé gouverneur de Tenochtitlán. Ou Don Diego de San Francisco Tehuetzquitizin, ou Don Alonso Tezcatl Popocatzin, ou don Pedro Xiconocatzin. Faut-il continuer ? Tous indiens, tous dirigeants au sein du vice-royaume de la Nouvelle Espagne. »

16-17 septembre : université de La Manif Pour Tous

Posted:

Alors que la France est de nouveau confrontée à la menace de la PMA sans père et de la GPA, suite au nouvel avis du Comité national d’éthique (CCNE) et aux récents arrêts de la Cour de cassation, l’heure est à l’anticipation, pour se préparer à débattre, agir, mobiliser…

La Manif Pour Tous vous invite donc à participer à son Université d’été, les 16 et 17 septembre. Elle aura lieu à Etiolles (sud de Paris), dans un cadre propice à la réflexion, à l’échange et à la prise de recul. Nous aurons le plaisir de voir ensemble, en Avant-première, le documentaire sur la GPA en Asie du Sud-Est réalisé par les équipes de La Manif Pour Tous à l’issue de plusieurs mois d’enquête.

Des personnalités exceptionnelles interviendront, parmi lesquelles :

Laurent LafforguesLaurent Lafforgue, mathématicien, décoré de la Médaille Fields de Mathématiques, membre de l’Académie des sciences, ancien membre du Haut Conseil de l’Education, auteur de « La débâcle de l’école »

Jérôme FourquetJérôme Fourquet, directeur du département opinion publique de l’Ifop

Bérénice LevetBérénice Levet, philosophe, universitaire et essayiste, auteur du « Crépuscule des idoles progressistes » (2017) et de « La théorie du genre ou le monde rêvé des anges »

Anne Schaub-ThomasAnne Schaub-Thomas, psychothérapeute, maître praticienne en programmation neuro-linguistique, auteur de « Un cri secret d’enfant – Attachement mère-enfant » (2017)

Aude MirkovicAude Mirkovic, maître de conférences en Droit privé, spécialiste du Droit de la Famille, auteur de « En rouge et noir » (2017) et « PMA-GPA. Quel respect pour les droits de l’enfant ? »

Philippe OswaldPhilippe Oswald, journaliste et écrivain, ancien directeur de la rédaction de Famille chrétienne, collaborateur de Aleteia, auteur de « Debout les pères »
S’inscrire à l’Université d’été

Avec le réchauffement, tout devient très simple

Posted:

Si vous avez suivi Emmanuel Macron, s’il y a du terrorisme, c’est parce qu’il y a du réchauffement climatique.

En voici une autre du même ordre : avoir moins d’enfants permet de combattre le réchauffement… Selon des chercheurs en Suède, qui ont identifié les quatre mesures individuelles les plus efficaces pour réduire l’empreinte carbone et lutter plus efficacement contre le réchauffement climatique, dans leur étude publiée dans la revue Environmental Research Letters. Seth Wynes de l’Université Lund en Suède les détaille :

adopter un régime alimentaire végétarien : une alimentation sans viande permet de ne pas émettre 0,8 tonne de CO2 annuellement.
éviter de voyager par avion : cela se traduit par une réduction de 1,6 tonne de CO2 par voyage
ne pas avoir de voiture : cela évite environ d’émettre l’équivalent de 2,4 tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an.
4) faire moins d’enfant : c’est visiblement la mesure la plus efficace pour combattre le réchauffement. Le fait d’avoir un enfant de moins revient à diminuer les émissions de CO2 de 58,6 tonnes par an, ont calculé les auteurs.

Avoir moins d’enfants permet surtout d’accélérer le grand remplacement et avec celui-ci, les envahisseurs peuvent se passer du terrorisme : CQFD !

En 1927, en s’appuyant sur le caractère obligatoire de la vaccination, la Cour suprême des Etats-Unis a validé des lois de stérilisation

Posted:

Le directeur de l’ECLJ, Grégor Puppinck, est interrogé par l’Homme nouveau à propos des vaccinations obligatoires et des refus légitimes à se faire vacciner :

Une-1643
« […] Selon nous, les objections fondées sur des convictions religieuses mettent en cause la liberté de religion et donc la liberté des personnes qui est soumise au régime général de la liberté religieuse. Alors que les objections qui mettent en cause une conviction morale ne sont pas nécessairement religieuses et mettent en cause la justice de l’acte auquel il est objecté.

Ces objections morales sont importantes, car supposées rationnelles à la différence des objections religieuses, qui ne le sont pas nécessairement. Ainsi, le refus de la transfusion sanguine des Témoins de Jehova est une objection religieuse, non rationnelle, alors que le refus de la vaccination est une objection morale qui se veut fondée sur des arguments rationnels.

Il faut distinguer l’objection religieuse, soumise au régime de la liberté de religion, donc pas forcément absolue, des objections morales qui doivent subir un examen de leur rationalité. Nous disons que les objections de nature morale doivent être absolument respectées lorsque leur fondement moral est plausible. Cela étant, les objections morales sont rares. En général, elles sont déjà reconnues. Par exemple l’objection au fait de tuer. Ce qui concerne le service armé, l’avortement ou l’euthanasie. À chaque fois, il s’agit du refus de tuer. Il y a là un motif moral évident, objectif.

Concernant la vaccination, la question est plus délicate car nous sommes face à un débat scientifique. Ensuite, s’agissant de l’obligation vaccinale, nous avons aussi une opinion, qui s’appuie sur divers éléments distincts de l’objection de conscience. Nous rappelons ainsi à la Cour l’importance des principes du respect de l’intégrité physique et de la volonté des personnes.

Nous avons rappelé également qu’en 1927, aux États-Unis, c’est en s’appuyant sur le caractère obligatoire de la vaccination que la Cour suprême a validé des lois mettant en place des politiques de stérilisation obligatoire des personnes « débiles ». Ainsi, accepter le principe du caractère obligatoire d’un acte « médical » sur toute une population donne à l’État un pouvoir très grand au nom de la santé publique sur le corps des personnes.

En France, trois vaccins sont déjà obligatoires. Si on reconnaît à l’État le pouvoir d’en imposer onze, rien n’empêchera l’État à l’avenir d’imposer d’autres modifications au corps des personnes, au nom de la santé publique. Nous rappelons l’importance de poser une limite au pouvoir de l’État sur le corps des personnes, fut-ce au nom de la santé publique. À l’inverse nous recommandons ce qui a déjà cours dans de nombreux autres État européens, à savoir une approche non contraignante, mais fondée sur l’explication, l’incitation, comme actuellement pour le vaccin contre la grippe. Plus généralement, et c’est là un autre point important, il faut maintenir ferme le principe que les parents sont les premiers responsables de leurs enfants, y compris de leur santé.

Le Premier ministre a annoncé récemment que la France impose désormais onze vaccins obligatoires. Que pourront faire les Français qui refusent cette décision ?

Il faudra voir selon les sanctions encourues. Cela entraînera probablement l’impossibilité de la scolarisation et même de la mise en crèche des enfants. Pour l’instant, il faut rappeler différents principes. Il faut montrer que le modèle promu par la France n’est pas le seul existant en Europe ; qu’il y a d’autres pays où les vaccinations sont simplement recommandées et non obligatoires. Les onze vaccins rendus obligatoires en France constituent presque le maximum en Europe. Nous sommes seulement dépassés par Lettonie, avec douze vaccins. Si le texte est imposé par le gouvernement, il faudra le contester. En attendant, nous devons avoir la décision de la Cour européenne. Dans l’immédiat, il faut donc l’encourager à juger dans le bon sens. »

Désordre à Malte

Posted:

Unknown-3
Le Parlement de Malte a voté hier à la quasi-unanimité une loi dénaturant le mariage, trois ans après la création d’une union civile. Depuis 2014, 141 couples ont conclu une union civile à Malte et 22 ont fait enregistrer de cette manière un mariage conclu à l’étranger.

Le Premier ministre travailliste, Joseph Muscat, avait promis que cette loi serait la première de son nouveau mandat, pendant les élections législatives de juin qui l’avaient reconduit malgré des accusations de corruption contre son entourage.

L’Eglise catholique s’est fermement opposée au texte. Mardi soir, des conservateurs avaient organisé une manifestation silencieuse de protestation devant le Parlement à La Valette.

Avortement : et si le père était consulté ?

Posted:

Les femmes de plus de 18 ans devront, si elles souhaitent avorter, demander l’autorisation préalable au père de l’enfant. C’est ce que dispose la loi qui entrera en vigueur dans l’État conservateur d’Arkansas fin juillet. Si les femmes sont mineures, elles devront obtenir l’accord de leurs parents.

Comme le texte ne stipule pas d’exceptions (viol ou inceste), de nombreux médias titrent sans vergogne que la loi permet aux violeurs de poursuivre leurs victimes…

« Mur des cons » : promotion pour l’ancienne présidente du Syndicat de la magistrature

Posted:

DEl1aiWW0AA6y-2

Bruno Retailleau : le pacte fondateur de l’UMP, en 2002, rassemblement de toutes les sensibilités de la droite “et” du centre, sonne faux

Posted:

Extrait d’un article de Valeurs Actuelles sur le bras droit de François Fillon durant la campagne :

Unknown-2
« […] Avant l’automne, Bruno Retailleau publiera un livre « doctrinal ». Son équipe souhaite qu’il y intègre un peu de récit pendant l’été, afin de ne pas réduire le lectorat. Mais la doxa a déjà été accouchée. Elle part d’un postulat : le pacte fondateur de l’UMP, en 2002, rassemblement de toutes les sensibilités de la droite “et” du centre, sonne faux. « On a construit une maison commune sur du sable », estime l’homme de l’Ouest. Pour l’électeur conservateur, pour le citoyen friand de racines, Bruno Retailleau possède une capacité spécifique à verbaliser ce qu’est sa droite désirée, cette droite pour les autres élus indicible. Au printemps, cette année : « une droite qui ne baisse pas le regard ». Après la victoire de Fillon à la primaire : « apporter aux bonapartistes de l’autorité, montrer aux orléanistes qu’on assume la liberté et aux légitimistes les valeurs ». En février : « l’alliance du libéralisme enraciné et du conservatisme territorial ». Non daté : « retrouver la ligne mélodique de la France patrimoniale et d’un conservatisme apaisé ».

Quand les ténors de la droite font d’arrière-salles de restaurants les lieux majeurs de l’élaboration de leur stratégie, Bruno Retailleau organise des colloques dans une ancienne abbaye reconvertie, sans piété mais avec goût, en hôtel de luxe. Cela avait lieu à Fontevraud, le vendredi 24 mars. En pleine campagne présidentielle, le chef d’état-major personnel de François Fillon prend le temps de disserter de « l’idéal républicain » avec un aréopage de penseurs tout droit sortis des pages Idées du Figaro : les philosophes Pierre Manent et François-Xavier Bellamy ou le Québécois Mathieu Bock-Côté. En ouverture des hostilités, hôte en tant que de la région Pays de la Loire, Bruno Retailleau déroule sans notes une réflexion d’une demi-heure sur la République en citant de mémoire Hugo, Tocqueville ou Clemenceau. Il conclut sur du Péguy : « La République, notre royaume de France. » Ancien élève de François Furet à Sciences Po Paris dans les années 1980, il a retenu des cours de ce maître historien que l’essentiel, dans l’analyse du monde, était de « déceler les éléments de permanence ». […] »

L’idéologie « transgenre » violente et abuse les enfants

Posted:

Maxresdefault
Selon un pédiatre, présidente de l’American College of Pediatricians, et mère de famille catholique. Michelle Cretella prend la parole sur LifeSite News pour dénoncer la violence, la maltraitance que l’idéologie transgenre fait subir aux enfants, via le fameux protocole de transition censé non pas soigner (car il ne faut plus parler de trouble mental), mais « réviser » leur assignation sexuelle de naissance.

Le Dr Cretella a aussi siégé au conseil d’administration de l’« Alliance for Therapeutic Choice and Scientific Integrity » entre 2010 et 2015, une organisation qui défendait le droit des patients à recevoir une psychothérapie pour les conflits d’identité sexuelle.

« J’ai été témoin d’une augmentation du consensus médical sur la nature de l’identité de genre. Ce que les médecins traitaient autrefois comme une maladie mentale, la communauté médicale l’affirme aujourd’hui, en grande partie, normal et même le promeut ».

Il suffit de voir la multiplication des « cliniques de genre » pédiatriques consacrées à la réassignation de ces enfants en difficulté avec leur sexe biologique – un état de détresse renommé « dysphorie du genre » en 2013. En 2014, il y en avait 24, regroupées principalement le long de la côte est et en Californie. Un an plus tard, il y en avait 40 à travers le pays.

Les tenants de la « dysphorie sexuelle » affirment que les enfants qui « insistent de façon constante et persistante » pour dire qu’ils ne sont pas du « genre » associé à leur sexe biologique sont naturellement transgenres. Conclusion étonnante pour Michelle Cretella, « quand on voit que dans la vie normale ou dans la psychiatrie, quiconque “insiste constamment et de manière persistante” sur toute autre chose contraire à la réalité physique est tenu pour perturbé ou délirant »… Le protocole de transition va ensuite indiquer aux parents comment traiter leurs enfants, via les bloqueurs de puberté, à partir de 11 ou 12 ans. Si à l’âge de 16 ans, les enfants insistent toujours, on les soumet à des hormones sexuelles opposées, et les filles biologiques peuvent obtenir une double mastectomie – les chirurgies internes ne sont pas recommandées avant l’âge de 18 ans.

Comme l’écrit Michelle Cretella, « la recherche scientifique et les faits racontent une autre histoire ». D’abord, personne n’est né « piégé dans le corps du mauvais sexe » – il n’y a pas de détermination génétique, comme on veut le faire penser. Le meilleur exemple est celui des jumeaux qui, si l’on suit ce raisonnement, devraient être transgenres à deux de manière systématique. Or, selon l’étude publiée en 2013 par le Dr Milton Diamond, seuls 28 % d’entre eux sont identifiés comme tels : dans 72 % des cas, ils diffèrent… La croyance en une « identité de genre innée » est donc un mythe.

Ensuite, il est avéré qu’avant toute cette promotion du genre, 75 à 95 % des enfants pré-pubertaires qui souffraient d’un trouble en ce domaine, finissaient par dépasser cette détresse. Maintenant, elle est montée en épingle et soutenue (le Service de développement de l’identité de genre au Royaume-Uni a vu le nombre de ses patients augmenter de 2.000 % depuis 2009). Ce qui fait que bon nombre de ces enfants qui auraient pu surmonter leurs difficultés sont amenés (forcés?) à s’identifier comme transgenres par le fait même du protocole médical, car une fois qu’il est enclenché, le retour en arrière est rarement observé (une étude a montré que 100 % des enfants qui ont été « ré-assignés » continuaient leur traitement hormonal à l’âge adulte).

« De toute évidence, la réaffectation sexuelle n’est pas la solution à la dysphorie du genre » qui nécessite sans doute seulement une thérapie, une aide, car elle est un signe d’un trouble mental, d’une dépression dont il faut chercher la racine. Michelle Cretella dénonce un « abus d’enfants institutionnalisé ». Ces protocoles de réassignation, d’une injustice et d’une cruauté sans bornes, justifient des expérimentations massives et incontrôlées sur des mineurs sans défense. Les dommages physiques et psychologiques sont incalculables et parfois irréparables. De la promotion de l’idéologie du genre par le biais des programmes scolaires à la chirurgie de réaffectation sexuelle chez les enfants et les adolescents, il faut tout arrêter.

«Nous sommes au regret de ne pas pouvoir raser le Sacré-Coeur de Montmartre»

Posted:

Unknown
Parmi les 2 446 projets déposés pour le budget participatif de la ville de Paris, un habitant de Montmartre avait proposé de «Raser le Sacré-Cœur», qualifiant l’édifice religieux construit à partir de 1875 de «verrue versaillaise qui insulte la mémoire de La Commune de Paris».

Réponse officielle apportée par la ville de Paris mardi :

«Nous sommes au regret de ne pas pouvoir retenir votre proposition, pour la raison suivante : elle n’entre pas dans le champ de compétence de la Ville de Paris. En effet, le Sacré-Cœur est la propriété de l’Archidiocèse de Paris. A ce titre, la Ville de Paris ne peut pas intervenir pour réaliser un investissement dans le cadre du budget participatif. Nous vous remercions de votre compréhension.»

En attendant de confisquer la basilique ?

L’ex-président condamné à 9 ans et 6 mois de prison pour corruption

Posted:

129555083
Cela se passe au Brésil. Rappelons que l’ex-président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva était une icône de la gauche.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s