Nice Provence infos: En Marche ! vers une tragédie

En Marche ! vers une tragédie

 42  8  2  53 Share1

No democracy we want just islam
Ces faces furieuses, écumantes de haine en hurlant leur soutien au djihad sont désormais omniprésentes dans une Angleterre envahie par des populations n’ayant plus rien à voir avec les descendants des Celtes, des Angles et des Saxons. L’attentat de Manchester qui vient de frapper un public composé surtout d’enfants et d’adolescents est la conséquence d’un abandon de l’identité britannique par des dirigeants adeptes imbécilement fanatiques du sacro-saint « vivrensemble » joint au réflexe pavlovien du « padamalgame ».

Le soir du second tour de la présidentielle, une foule, oscillant entre extase et délire depuis la proclamation du nom du vainqueur, s’était rassemblée au Louvre, devant la pyramide en verre de Leoh Ming Pei. Tout ce monde, si bigarré d’appartenances ethniques diverses et, de la sorte, digne d’une publicité Benetton, trépignait dans l’attente de l’arrivée de l’élu du peuple. Il vint seul, à la nuit tombée tandis qu’un projecteur étirait incroyablement son ombre. En le voyant ainsi s’avancer, j’ai songé à une séquence d’un film expressionniste des années Vingt : depuis l’au-delà, Robert Wiene, Fritz Lang ou Murnau inspiraient peut-être cette scénographie.

Nosferatu
Le cinéma expressionniste allemand ou l’art de valoriser les ombres. Une créature sinistre et griffue monte un escalier menant à sa proie : le Nosferatu de Friedrich Wilhelm Murnau (1922).

Puis le triomphateur y alla de son discours. Alors me revint la sidérante comparaison établie par un journaliste nous assurant que Macron ressemblait à Bonaparte. Mon mauvais esprit n’esquiva pas un douteux jeu de mots : « désormais ce sera bon appart à l’Élysée ». Passant ainsi de la gravité de l’expressionnisme à la gouaille française des années 80 qu’illustre un film-culte, La gueule de l’autre(1), j’imaginais l’ex-employé de Messieurs Rothschild-Frères, Macron en micro-Bonaparte, haranguant ses fans : « Marcheurs ! Du haut de cette pyramide, quarante banques vous contemplent »(2). Là s’arrêtait un burlesque laissant place, durant les heures puis les jours qui suivirent, aux prémices d’une immense catastrophe sociétale.

J’avais noté, dans un article précédent, qu’une pyramide tronquée servait de podium à Macron lors du lancement de sa campagne à Lyon(3). L’achèvement victorieux de ce challenge présidentiel se célébrait aux pieds d’une pyramide complète dont on a raconté qu’elle comportait 666 losanges. Il y eut même une demande de précision à ce sujet lors d’une cession du conseil municipal de Paris alors sous la présidence de Jean Tibéri. Inutile de revenir sur ce nombre jugé éminemment maléfique(4) et je laisse à divers sites dits « conspirationnistes » le soin et la responsabilité d’interpréter un tel moment historique. Retenons simplement qu’une fois encore un symbolisme désormais inscrit dans l’imaginaire collectif s’imposait avec une certaine solennité ce soir-là. Du reste, France-Soir et l’Express se faisaient l’écho des interrogations – et même affirmations – de la constellation « complotiste » qui, toujours à cause du one dollar, voit dans l’image d’une pyramide un emblème des illuminati, terme emprunté au XVIIIe siècle et désignant les (supposés) maîtres secrets de la planète.

Macron Pyramide Louvre symbole maçonnique
Une victoire pyramidale.
Macron 66,06 %
Pendant longtemps le score officiel du président élu avancé par le ministère de l’Intérieur affichait 66,06 %. Le rapport avec le 666 était pour le moins tentant. La vérité oblige à dire que ce nombre fut modifié après dépouillement complet et définitif des bulletins.

Rappelons ici, en renvoyant à notre brève étude sur Des pyramides dans les Alpes-Maritimes (à propos de celle de Falicon, sur les hauteurs de Nice et actuellement en ruine)(5) qu’en réalité ce type de construction s’impose comme l’un des symboles fondamentaux et dont la signification est totalement à l’opposé de l’idéologie des sinistres illuminati. Maintenant, il faut savoir qu’un symbole peut être récupéré et sournoisement subverti et, en effet, il n’est pas improbable que l’édifice de verre installé au milieu du Louvre se fasse, dans l’esprit de diverses personnes (et pour des raisons très différentes), évocateur d’une société idéale à construire. Oui, mais, pour Macron et ses amis, laquelle ? Et c’est ici que certaines paroles, voire certains engagements, du personnel politique réuni autour du nouveau président (et par lui) se révèlent des plus inquiétants.

Un exemple qui date de quelques jours : Un proche de Macron, monsieur Jean-Paul Delevoye, ancien ministre, Président du Conseil Économique, Social et Environnemental déclare que, je cite, « Pour équilibrer sa population active, l’Europe aura besoin, dans les 30 ans, que viennent environ 50 millions de travailleurs émigrés » ; et d’ajouter que «Nous avons l’obligation politique d’expliquer cela à nos concitoyens»(6). Étudiant la physionomie de l’auteur de ces propos, je m’interrogeais pour tenter de comprendre comment quelqu’un appartenant charnellement à l’Artois et plus précisément à Bapaume, vieille cité où le roi Philippe Auguste célébra son mariage et qui fut fortifiée par Vauban, pouvait, sans doute en toute bonne foi, annoncer ainsi l’éradication de notre spécificité européenne et, du même coup, française. Dans les années 80, l’un de mes maîtres à l’université (je tairai son nom pour ne pas susciter une polémique inutile), éminent anthropologue et, durant l’occupation, résistant de la première heure, s’inquiétait de voir disparaître, devant les flux migratoires déjà conséquents à cette époque, ce qu’il nommait fort à propos les «paysages ethniques français». Il ajouta : «Même si le sang des Francs, des Burgondes et des Wisigoths a fait bon ménage avec celui des Celtes, car leur origine était commune(7), je n’ai pas voulu, en 40, d’une France sous tutelle germanique ; alors pourquoi devrais-je accepter de voir un “melting pot” remplacer progressivement notre identité nationale et ses visages régionaux ?» Que dirait-il si, toujours en vie, les paroles de Delevoye lui parvenaient ?

Migrants En marche !
Migrants En Marche ! Peut-être chantent-ils « Marchons, marchons, le mondialisme nous ouvre le sillon ».

Toutefois, Jean-Paul Delevoye s’inquiète :«Je vois se profiler une autre réalité» (soulignons au passage l’emploi du terme « réalité ») car «la lutte des identités culturelles et religieuses est en train de remplacer la lutte des classes. Des frontières identitaires sont en train de se constituer et cela est extrêmement préoccupant».

Européens non migrants
Outre Rhin, une foule dit non à l’invasion migratoire. À côté des drapeaux nationaux et régionaux allemands, on reconnaît l’étendard rouge et blanc des Polonais. L’Europe des peuples s’unit face au péril de submersion.

C’est sans-doute préoccupant pour des personnes partageant son point de vue et, donc, n’hésitons-pas à le dire, pour les servants, suiveurs et admirateurs de l’idéologie du « sans-frontiérisme ». Mais comprenons clairement que le gouvernement qui s’installe va mettre la France En Marche ! accélérée sinon forcée vers une mondialisation effective conduisant inéluctablement au Grand Remplacement des populations de souche. Le groupe d’orientation politique et d’influence Terra Nova en a rêvé, ce quinquennat va le faire. Que les partisans d’un tel ethnocide ne s’étonnent pas qu’une partie importante des natifs de ce pays, dont la lignée des ancêtres se compte par siècles, ainsi que nombre de Français d’origine européenne qu’anime un sentiment d’appartenance à une même communauté de destin, s’y refusent énergiquement.

Et ils ne sont pas seuls car de plus en plus de voix se font entendre : hier en Allemagne l’économiste et ancien membre du directoire de la Deutsche Bundesbank, Thilo Sarrazin (nom paradoxal !) avec son bestseller (en juillet 2014) au titre anxiogène, L’Allemagne disparait ! Deux mois plus tard, il fut relayé, en France, par Éric Zemmour nous assurant que Le Suicide français était non seulement programmé par une camérilla de traîtres à la nation mais déjà commencé. Un espagnol les accompagnait. Il se nomme Arturo Pérez Reverte, pendant vingt ans correspondant de guerre là où les balles sifflaient – Beyrouth, l’Angola, Sarajevo… — puis romancier de grand talent(8) qui, le premier septembre 2014, défraya la chronique par un article fracassant intitulé C’est la guerre sainte, bande d’idiots ! Enfin, ces jours derniers, paraît en Angleterre, d’une façon singulièrement prémonitoire en regard de la tuerie de Manchester, un ouvrage intitulé The strange death of Europe qui scandalise la « Bien-Pensance » british (d’un crétinisme aussi crasse que la française et l’allemande réunies) [voir ici la récension de ce livre qui fait grand bruit au Royaume Uni]. Ce sont autant de consciences européennes tirant la corde du tocsin afin qu’un jour prochain ce ne soit pas le glas qui sonne pour nous tous.

Europe musulmane
J’ignore qui est l’auteur de cet excellent dessin mais il résume à merveille ce qui nous attend, n’en déplaise à tous ces (faux) naïfs qui vantent l’« identité heureuse » d’abord rêvée sous un crâne bordelais puis, bientôt, imposée à marche forcée.

Une femme avait, lors de la présidentielle de 2012, lancé une formule — terrible aux oreilles de bobos énamourés devant les envahisseurs exotiques – « Combien de Mohammed Merah dans les bateaux et les avions qui, chaque jours, arrivent en France ? ». Depuis cinq ans, grâce à la pansue Frau Merkel, ce sont des brigades entières de djihadistes qui sont dans nos murs. Alors, Mesdames et Messieurs, hauts gradés dans les pouvoirs décisionnaires concernant notre avenir et qui souhaitez voir des dizaines de millions de migrants en marche vers l’Europe, demandez-vous, un instant, combien de divisions entières de Deash prendront clandestinement position sur notre sol. Ou c’est de l’irresponsabilité de votre part ou c’est sciemment – et froidement – volontaire. Dans un cas comme dans l’autre, nos peuples, à force de jours d’horreur comme à Paris, Nice, Berlin, Stockolm ou Manchester, vous demanderont des comptes. En attendant, remballez vos boniments pseudo-humanistes, nous ne marchons pas !

P.G.-S.

(1) Inénarrable film de Pierre Tchernia, sorti en 1979 avec, interprétant les rôles principaux, Poiret et Serrault déchaînés dans l’une des plus mordantes satire des moeurs politiques de la Vème république.
(2) Parodie de la fameuse formule du Premier Consul à ses soldats face à l’armée des mameluks : « Soldats, du haut de ces pyramides quarante siècles vous contemplent ! ».
(3) Article intitulé Quand le symbolisme s’invite dans la politique
(4) S’il faut en croire l’apôtre Jean.
(5) Toujours dans la rubrique Perspectives
(6) Propos repris par nos excellents confrères de Breizatao.
(7) À partir du moment où Celtes et Germains appartiennent au même ensemble indo-européen et surtout sont issus de la civilisation de Hallstatt (commencée en 1200 avant notre ère).
(8) L’un de ses récits, Le Club Dumas, fut porté à l’écran par Roman Polanski sous le titre La Neuvième porte.

– See more at: http://www.nice-provence.info/blog/2017/05/29/europe-en-marche-vers-tragedie/#sthash.qxrG2e43.dpuf

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s