Le Salon Beige:Marion Maréchal-Le Pen, génération Macron ?- et varia

Le Salon Beige: 28 nouveaux articles

Link to Le Salon Beige

C’est arrivé un 17 juin…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum.

Alors rappelons-nous :

  • le 17 juin 334 : loi de Constantin Ier sur la tutelle des veuves et des orphelins.
  • le 17 juin 676 : mort du pape Adéodat II.
  • le 17 juin 1374 : décès de Bertrand de Cosnac, dit le « Cardinal de Comminges », cardinal et juriste français.
  • le 17 juin 1429 : victoire de sainte Jeanne d’Arc à Beaugency.
  • L’Anglais contrôle pratiquement tout le nord de la France fin de 1428. Le pont d’Orléans a été détruit peu de temps avant la levée du siège. Les Français ont en outre perdu le contrôle de tous les autres points de passage du fleuve.

La bataille de Beaugency se déroule les 16 et 17 juin 1429. Beaugency est alors une petite ville sur la côte nord de la Loire qui contrôle un pont devenu stratégique. Les Anglais en sont les maîtres. L’attaque française vise à reprendre le pont et la ville, pour redonner une ligne de communication vitale vers Reims. Ce pont avait été conquis par les Anglais quelques années plus tôt, comme une tête de pont pour une future invasion du Sud de la France. Cette campagne française de la Loire compte cinq actions majeures : le siège d’Orléans, la bataille de Jargeau, la bataille de Meung-sur-Loire, la bataille de Beaugency, la bataille de Patay. Contrairement à Meung-sur-Loire, la place forte de Beaugency se trouve dans les murs de la ville. Cette place existe toujours et forme une imposante citadelle rectangulaire. Dès le premier jour de la bataille, les Anglais abandonnent la ville pour se réfugier dans le château. Les Français bombardent le château avec leur artillerie, le même soir de Richemont arrive avec ses hommes, malgré sa disgrâce royale il vient porter secours aux Français. C’est le premier grand ralliement à la cause royale. Beaucoup vont suivre les Bretons. Cette campagne tue, capture ou met hors de combat environ un tiers des officiers anglais et de l’élite militaire anglaise, les fameux archers aux arcs longs.

  • le 17 juin 1647 : fin du siège de Lérida.

C’est le 12 mai 1647 que débute le siège de Lérida avec l’arrivée de Louis II de Bourbon-Condé, dit Le Grand Condé. Mazarin, voulant l’éloigner de France, lui a fait miroiter la victoire, là où Henri de Lorraine-Harcourt avait échoué l’année précédente : Lérida. Le Grand Condé se fait un plaisir de le relever. Mais les pertes immenses et les désertions font que le siège est levé le 17 juin 1647. C’est un échec.

  • le 17 juin 1689 : apparition du Sacré Cœur à sainte Marguerite Marie Alacoque.

Sainte Marguerite Marie a bénéficié de nombreuses apparitions, à tel point que les sœurs de sa communauté l’ont longtemps prise pour une possédée. Le 17 juin le Christ lui apparaît pour lui donner un message pour la France et pour Louis XIV.

Le premier message s’adresse au Roi :

« Il désire entrer avec pompe et magnificence dans la maison des princes et du Roi, pour y être honoré, autant qu’il y a été outragé, méprisé et humilié en sa passion  »

Mais plus spécifiquement à Louis XIV :

<< Fais savoir au fils aîné de mon Sacré-Cœur que, comme sa naissance a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma sainte enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la consécration qu’ il fera de lui-même à mon cœur adorable qui veut triompher du sien et, par son entremise, de celui des grands de la terre… pour le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte Église »

Le deuxième message :  » Le Père Éternel voulant réparer les amertumes et angoisses que l’adorable Cœur de son divin Fils a reçues dans la maison des princes de la terre veut établir son empire dans le cœur de notre Grand monarque, duquel il veut se servir pour l’exécution de ses desseins.  »

Le Roi est fils aîné du Sacré-Cœur en qualité de chef d’État de même que la France est fille aînée de l’Église.

Le troisième message demande au Roi :  » d’être peint sur ses étendards et gravé sur ses armes pour le rendre victorieux de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds les têtes orgueilleuses et superbes, afin de le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte-Eglise « .

Le quatrième message est : de  » faire construire un édifice où sera le tableau de ce divin Cœur, pour y recevoir la consécration et les hommages du Roi et de toute la cour. Dans cet édifice le chef de la nation française reconnaîtra l’empire du divin Cœur sur lui-même et la nation, il proclamera sa royauté, se dira lieutenant du Christ « .

Sainte Marguerite-Marie résume les conséquences du culte public au Sacré-Cœur :  » Je prépare à la France un déluge de grâces lorsqu’elle sera consacrée à mon divin cœur.  »

Voir la chronique du 27 juin.

L’information est transmise au Roi qui ne fait pas la consécration demandée. Louis XVI la fera, mais alors il n’est plus Roi.

  • le 17 juin 1714 : naissance César-François Cassini, astronome français.

César-François Cassini est aussi connu sous les noms de Cassini III ou Cassini de Thury. Dès son plus jeune âge il montre un intérêt profond pour l’astronomie. En 1735, il fait son entrée à l’Académie des sciences en tant qu’adjoint astronome. Ses travaux sont relativement peu connus. On lui reconnaît aujourd’hui sa célèbre carte de France. Il décède le 4 septembre 1784.

  • le 17 juin 1789 : les États généraux, sur proposition de Sieyès, se transforment en Assemblée nationale.

Cent ans jour pour jour après la demande de Notre Seigneur, le Tiers-Etat se proclame Assemblée Nationale. C’est la fin de la monarchie capétienne et le début de la révolution française.

C’est un véritable coup d’état législatif qui se passe ce jour là. Le Tiers état décide par 490 voix contre 90 de se constituer une Assemblée nationale, sans avoir aucune compétence légale pour cette décision. Les pouvoirs et les droits du monarque, ainsi que ceux des deux autres corps le clergé et la noblesse sont foulés au pied. Cette assemblée dénie au Roi le droit de veto sur ses décisions. Le 19 juin, le clergé et la noblesse sont abolis. Le 9 juillet, l’assemblée est déclarée « constituante ». Cent ans jours pour jour après la demande, jamais réalisée, du Sacré Cœur de figurer sur les étendards du Roi de France !

Par deux fois, le ciel a fait des promesses de salut et des demandes de consécration, l’une à Paray le Monial, par Notre Seigneur et son Sacré Cœur, (voir éphéméride du 13 juin), l’autre par Notre Dame à Fatima et son Cœur Immaculé.

Pour en savoir plus sur les liens entre ces deux Cœurs, consulter le site du centenaire des apparitions de Fatima : www.fatima100.fr

  • le 17 juin 1793 : allocution du Pape Pie VI au sujet de l’assassinat de sa Majesté Très Chrétienne Louis XVI, Roi de France.

Le livre est téléchargeable sur internet ici :

http://books.google.fr/books?id=0MhBAAAAcAAJ&pg=PA7&dq=le+pie+VI+au+sujet+de+la+mort+de+louis+xvi&hl=fr&sa=X&ei=DPumU6DDF46b0wW3g4GICQ&ved=0CB8Q6AEwAA

En voici des extraits :

« Le Roi très-chrétien Louis XVI a été condamné au dernier supplice par une conjuration impie; et ce jugement s’est exécuté.

Nous vous rappellerons en peu de mots les dispositions et les motifs de cette sentence. La convention nationale n’avait ni droit ni autorité pour la prononcer. En effet, après avoir abrogé la monarchie, le meilleur des gouvernements (1), elle avait transporté toute la puissance publique au peuple qui ne se conduit ni par raison ni par conseil, ne se forme sur aucun point des idées justes, apprécie peu de choses par la vérité, et en évalue un grand nombre d’après l’opinion ; qui est toujours inconstant, facile à être trompé et entraîné à tous les excès […] » (page 5)

  1. Bossuet

« Eh! Qui pourra jamais douter que ce monarque n’ait été principalement immolé en haine de la foi et par un esprit de fureur contre les dogmes catholiques? Déjà depuis longtemps les Calvinistes avaient commencé à conjurer en France la ruine de la religion catholique. Mais pour y parvenir il fallait auparavant préparer les esprits et abreuver les peuples de ces principes impies que les Novateurs n’ont ensuite cessé de répandre dans des livres qui ne respiraient que la perfidie et la sédition.[…]» (Pages 15-16)

On s’est efforcé, il est vrai, de charger ce prince de plusieurs délits d’ordre purement politique ; mais le principal reproche qu’on ait élevé contre lui, portait sur l’inaltérable fermeté avec laquelle il refusa d’approuver et de sanctionner le décret de déportation des prêtres, et sur la lettre qu’il écrivit à l’évêque de Clermont pour lui annoncer qu’il était bien résolu de rétablir en France, dès qu’il le pourrait, le culte catholique. Tout cela ne suffit-il pas pour qu’on puisse croire et soutenir sans témérité que Louis fut un martyr ? […] » (Pages 27-29)

Et le Saint Père termine en s’adressant à la France avec des accents qui ressemblent à ceux du pape Jean Paul II au Bourget en 1980 :

« Ah France ! Ah France ! Toi que nos prédécesseurs appelaient le miroir de toute la chrétienté et l’inébranlable appui de la foi ; toi qui par ton zèle pour la croyance chrétienne et par ta piété filiale envers le Siège apostolique, ne marche pas à la suite des autres nations, mais les précède toutes, que tu nous es contraire aujourd’hui ! De quel esprit d’hostilité tu parais animée contre la véritable religion ! Combien la fureur que tu lui témoignes surpasse déjà les excès de tous ceux qui se sont montrés jusqu’à présent les persécuteurs les plus implacables ! Et cependant, tu ne peux pas ignorer, quand même tu le voudrais, que la religion est la gardienne la plus sûre, et le plus solide fondement des empires, puisqu’elle réprime également, et les abus dans les princes qui gouvernent et les écarts de la licence dans les sujets qui obéissent. Eh ! C’est pour cela même que tous les factieux adversaires des prérogatives royales cherchent à les anéantir, en s’efforçant de renverser d’abord la foi catholique.

Ah ! Encore une fois France ! Tu demandais toi-même auparavant un Roi catholique ; tu disais que les lois fondamentales du Royaume ne permettaient point de reconnaître un Roi qui ne fût catholique. Et voilà maintenant que tu l’avais ce Roi catholique ; et c’est précisément parce qu’il était catholique que tu viens de l’assassiner.

Ta rage contre ce monarque s’est montrée telle, que son supplice même n’a pu l’assouvir, ni l’apaiser. Tu as voulu la signaler encore après la mort sur ses tristes dépouilles ; car tu as ordonné que son cadavre fût transporté et inhumé, sans aucun appareil d’une honorable sépulture. Ah ! Du moins on respecta encore la majesté royale dans Marie Stuart après la mort. Son corps fut embaumé, rapporté dans la citadelle et placé dans un dépôt pour le recevoir. On donna l’ordre à ses officiers et à ses domestiques de rester auprès du cercueil, aves toutes les marques de leurs dignités, jusqu’à ce qu’on eût destiné à cette princesse une sépulture convenable. Qu’as-tu gagné en te livrant à une animosité que tu n’as pu satisfaire, si ce n’est de t’attirer plus de honte, plus d’infamie, et de provoquer le ressentiment et l’indignation générale des souverains, beaucoup plus irrités contre toi qu’ils ne le furent jamais contre Elisabeth d’Angleterre.

Oh jour de Triomphe pour Louis XVI, à qui Dieu a donné la patience dans les tribulations, et la victoire au milieu de son supplice… (Pages 33-37)

  • le 17 juin 1795 : assassinat du chef chouan de Boishardy de Moncontour, en Bretagne.

Amateur-Jérôme Le Bras des Forges de Boishardy chevalier de Boishardy, est un chef chouan des Côtes-du-Nord. Né à Bréhand, il appartient à la petite noblesse bretonne.

Il entre au Royal-Marine en 1780, qu’il quitte le 9 juillet 1792, s’opposant au départ de son régiment pour Saint-Domingue. Mais c’est la levée des 300 000 hommes en mars 1793 qui le pousse vers la Chouannerie. Boishardy, charismatique et accessible s’impose naturellement comme chef de la chouannerie dans la région. Il prend part à la première insurrection, celle de La Rouërie, qui le désigne pour commander les forces militaires de l’Association bretonne sur les Côtes-du-Nord. Il est reconnu ailleurs aussi, puisqu’il est en contact avec le Vendéen François de Charette.

La prise de Jugon-les lacs une petite ville entre Lamballe et Dinan, où il abat l’arbre de la liberté, et déambule avec ses hommes tout en parlant avec les habitants, lui vaut le surnom de Sorcier, donné par les bleux, car la prise ne fait aucun mort et tous les soldats républicains sont capturés.

Les républicains ayant été instruits qu’il se trouverait le 15 juin 1795 dans son château de Villehemet, une compagnie de grenadiers l’y attaque. Il devait en effet se marier dans la nuit du 16 au 17 juin. Il est trahi par un jeune homme qu’il avait recueilli.

Atteint et achevé à coups de sabre par deux soldats sur la route de Bréhand à Moncontour, près de la chapelle Saint-Malo, où un calvaire marque le lieu encore aujourd’hui, en présence de sa fiancée Joséphine de Kercadio, sa tête sanglante est promenée dans les rues de Lamballe et de Moncontour puis jetée dans l’étang de Launay.

La mort de Boishardy (par Yan’ Dargent)

  • le 17 juin 1818 : naissance de Charles Gounod, compositeur français.
  • le 17 juin 1884 : renforcement du protectorat du Cambodge par la France.

Le traité de protectorat date du 5 juillet 1863. Après vingt ans d’administration indirecte, les autorités du Protectorat souhaitent rationaliser le système d’exploitation et l’étendre au pays tout entier. Le roi Norodom 1er ne le souhaite pas. Le gouverneur de Cochinchine Charles Thomson se rend à Phnom Penh, pénètre de force dans le palais royal et, le 17 juin 1884, impose au roi la signature d’une convention qui renforce le protectorat en donnant la gestion des affaires intérieures aux Français. Des révoltes vont éclater tout au long des deux années suivantes et un nouvel accord est signé en 1886.

  • le 17 juin 1885 : la Statue de la Liberté arrive à New York.

La statue, don des Français, est transportée par bateau en deux mois. Elle arrive en morceaux détachés empaquetés en 210 caisses par le navire français Isère, parti du port de Rouen. Cette statue de bronze de 46 mètres de haut est l’œuvre du sculpteur Frédéric Auguste Bartholdi, franc-maçon, l’armature de fer a été conçue par Gustave Eiffel, autre maçon. Le socle, à la charge des Américains, n’étant pas achevé, la statue n’est inaugurée que le 28 octobre 1886.

  • le 17 juin 1909 : naissance de Régine Pernoud, historienne, archiviste et paléographe française.

Historien de renom, spécialiste du Moyen-âge, c’est un des premiers écrivains qui ose braver les mensonges officiels que diffusent l’éducation nationale et les médias sur la vie des Français au Moyen-âge. Elle prouve que loin d’être une période sombre et trouble c’est une des périodes phares de l’histoire de notre pays ; la place de la femme dans la société étant bien plus enviable et respectée que de nos jours.

Parmi les principales œuvres se trouvent : La femme aux temps des cathédrales ; Pour en finir avec le Moyen-âge ; Vie et mort de Jeanne d’Arc ; les témoignages du procès de réhabilitation; Les Croisades; Jeanne devant les Cauchons

  • le 17 juin 1923 : consécration de l’Église Notre-Dame du Raincy.

L’église Notre-Dame du Raincy est une église moderne construite en 1922-1923 par les architectes français Auguste et Gustave Perret, en Seine-Saint-Denis. Elle est considérée comme un monument emblématique de l’architecture moderne, et doit sa célébrité au fait qu’il s’agit de la première église construite en béton armé en France. À ce titre, elle a été classée comme monument historique par un arrêté du 29 juin 1966. On la surnomme parfois la « Sainte-Chapelle du béton armé ».

  • le 17 juin 1940 : Philippe Pétain demande l’armistice.

     

Le maréchal Pétain lors de son allocution radiophonique

« Français ! A l’appel de Monsieur le Président de la République, j’assume à partir d’aujourd’hui la direction du gouvernement de la France. …C’est le cœur serré que je vous dis aujourd’hui qu’il faut cesser le combat. Je me suis adressé cette nuit à l’adversaire pour lui demander s’il est prêt à rechercher avec nous, entre soldats, après la lutte et dans l’Honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités. »

  • 17 juin 1944 : le secret de Fatima est connu de l’Eglise catholique.

Sœur Lucie remet une enveloppe cachetée contenant la troisième partie du secret à Monseigneur Feirrera da Silva, lequel la remet le soir-même à l’évêque de Leiria.

Voir le site www.fatima100.fr

17-18 juin : les Petits chanteurs de Saint Charles à Rambouillet et Versailles

Posted:

Pcsc_rambouillet-Juin2017 R

Pcsc_NdaJuin2017 R

Centenaire de Fatima

Posted:

 

Lettre de liaison n° 53 (14 juin 2017)

Chers amis,

Hier, nous avons fêté le centième anniversaire de la deuxième apparition de Notre-Dame à Fatima. Pour beaucoup, cette apparition est une des plus belles, car le message donné par Notre-Dame ce jour-là est vraiment d’une beauté et d’une richesse exceptionnelle et on ne se lasse pas de le méditer :

Jésus (…) veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut. Ces âmes seront chéries de Dieu comme des fleurs placées par Moi pour orner son trône. (…)

Je ne t’abandonnerai jamais. Mon Cœur Immaculé sera ton refuge et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu.

Ces paroles si riches ont déjà été plusieurs fois commentées dans les lettres de liaison, notamment dans les lettres de liaison n° 4, et n° 5, pour montrer que c’est bien ce qu’a écrit Lucie dans son quatrième mémoire, ou encore dans la lettre de liaison n° 29 pour montrer qu’il s’agit réellement d’une volonté de Dieu Lui-même.

C’est également au cours de cette apparition que Notre-Dame apparût en montrant son Cœur entouré d’épines. Lucie dit dans son quatrième mémoire que « c’était le Cœur Immaculé de Marie, outragé par les péchés de l’humanité, qui demandait réparation. ». Tout ceci constituait ce que Lucie appelait le petit secret qui ne fut révélé qu’à partir de 1927 (voir lettre de liaison n° 28).

Ce 13 juin, nous avons également fêté le 88e anniversaire de la demande divine concernant la consécration de la Russie au Cœur Immaculé de Marie. C’est en effet le 13 juin 1929, dans le couvent de Tuy où sœur Lucie faisait son noviciat que cette demande fut faite (voir lettre de liaison n° 39) :

Le moment est venu où Dieu demande au Saint-Père de faire, en union avec tous les évêques du monde, la consécration de la Russie à mon Cœur Immaculé. Il promet de la sauver par ce moyen.

Un an plus tard, Lucie précisa à son confesseur, le père Gonçalvès, les conditions demandées par Dieu pour réaliser cette consécration (voir lettre de liaison n° 39) :

Le bon Dieu promet de mettre fin à la persécution en Russie, si le Saint-Père daigne faire, et ordonne aux évêques du monde catholique de faire également, un acte solennel et public de réparation et de consécration de la Russie aux très Saints Cœurs de Jésus et de Marie, Sa Sainteté promettant, moyennant la fin de cette persécution, d’approuver et de recommander la pratique de la dévotion réparatrice.

Cette date du 13 juin est vraiment une date bénie, car c’est également un 13 juin, en 1912, cinq ans avant les apparitions de Fatima, que le pape Pie X approuva officiellement la pratique des premiers samedis du mois et accorda une indulgence plénière applicable aux âmes du purgatoire à tous ceux qui accompliraient ce jour-là des exercices de dévotion en l’honneur du Cœur Immaculé de Marie et en réparation des blasphèmes dont son nom et ses prérogatives sont l’objet.

Ainsi, pour au moins trois raisons, la date du 13 juin est associée à la médiation de Marie : en 1912, le pape lui reconnaissait le pouvoir de délivrer les âmes du purgatoire. En 1917, Dieu Lui-même, par la voix de sa Mère, promit que quiconque embrassera la dévotion à son Cœur Immaculé sera sauvé. Enfin en 1929, Dieu demanda de passer par le Cœur Immaculé de Marie pour obtenir la paix dans le monde et la conversion de la Russie.

Toutes ces interventions du pape ou de Notre-Dame montrent que Dieu veut faire passer toutes ses grâces par les mains de sa Mère. Et il est extraordinaire de voir qu’en 1921, alors que le message de Fatima n’était pas encore connu, Benoît XV établit une fête de Marie Médiatrice de toutes grâces à la date du 31 mai, dernier jour du mois de Marie. Cette décision du pape est parfaitement conforme à l’esprit du message de Fatima. (Voir lettre de liaison n° 51) Or le pape n’avait aucunement la possibilité de s’appuyer dessus puisque ce point du message ne commença à être révélé qu’à partir de décembre 1927. Cette concomitance entre les apparitions de Fatima et l’instauration de la fête de Marie Médiatrice par Benoît XV est un signe que le Ciel voulait l’établissement de cette fête.

Benoît XV accorda cette fête en premier lieu à tous les diocèses de Belgique, puis de l’Espagne et enfin à tous ceux qui le demanderaient. Elle s’est ainsi propagée à de nombreux diocèses, ce qui fait que, dans la plupart des missels édités à partir de 1940, elle figure au supplément du propre des saints.

Malheureusement, elle est un peu tombée en désuétude de nos jours, car le 11 octobre 1954, par l’encyclique Ad Cœli Reginam, Pie XII institua la fête de Marie Reine demandant que ce jour-là la consécration du genre humain au Cœur Immaculé de Marie soit renouvelée. Malheureusement, pour cette fête, Pie XII choisit la date du 31 mai, ce qui fait que, depuis, la fête de Marie Médiatrice n’a plus de date propre dans le calendrier.

Cette notion de Marie Médiatrice est encore controversée de nos jours. Pourtant, elle a pour elle des témoignages solides.  Léon XIII dans l’encyclique Octobri Mense du 22 septembre 1891 déclare : « Il est permis d’affirmer, que rien, d’après la volonté de Dieu ne nous est donné sans passer par Marie, de telle sorte que, comme personne ne peut s’approcher du Père tout-puissant sinon par son Fils, ainsi personne, pour ainsi dire, ne peut s’approcher du  Christ que par sa Mère »

Et Pie XI dans la conclusion de l’encyclique Miserentissimus dit : « Par sa mystérieuse union avec le Christ et par une grâce particulière reçue de Lui, [la Vierge Marie] fut aussi réparatrice et est pieusement appelée de ce nom. (…) [le Christ], seul Médiateur entre Dieu et les hommes, a voulu cependant s’associer sa Mère comme avocate des pécheurs et comme dispensatrice et médiatrice de ses grâces. »

Il n’y a donc qu’un seul médiateur entre nous et Dieu : c’est Notre-Seigneur Jésus-Christ qui par les mérites de sa passion et de sa croix, nous vaut, si nous nous en repentons, l’effacement de tous nos péchés et nous permet ainsi d’espérer le Ciel. Mais, comme le dit le père Joseph de Sainte Marie : « L’unicité de la médiation du Christ (1 Tim 2 : 5) n’exclut pas d’autres médiations, dépendantes et subordonnées, mais les fonde et les appelle ». Et Dieu, par amour pour celle dont il a fait sa Mère, a voulu l’associer à cette médiation. Jusqu’à sa crucifixion, le Christ était l’unique dispensateur de tous ses dons. Mais après sa crucifixion, il Lui a plu de confier à sa Mère un pouvoir merveilleux, celui de dispenser à ses enfants de la terre toutes les grâces nécessaires pour se convertir et persévérer dans le bien. Ainsi, le Christ efface nos fautes et nous rend à l’amour divin et sa Mère nous donne les grâces pour persévérer dans cet état.

De la sorte, les deux cœurs de la Mère et du Fils sont unis dans un même but : la rédemption du genre humain. Tous les deux interviennent à leur façon pour nous conduire au Ciel, l’un en réparant, l’autre en distribuant les grâces et en fortifiant. Dans leur amour pour les hommes, les deux cœurs de Jésus et de Marie sont tout aussi unis qu’ils ne l’étaient lorsque l’Enfant-Jésus se développait dans le sein de la Sainte Vierge. Voilà pourquoi la dévotion au Sacré-Cœur et la dévotion au Cœur Immaculé de Marie ne peuvent être dissociées. Fatima complète Paray-le-Monial.

Ainsi, c’est par Marie, et par elle seule, que nous pouvons être sauvés des périls qui nous menacent : face à l’enfer éternel, face à l’enfer temporel des guerres, des famines et des persécutions provoquées par les erreurs de la Russie, Dieu nous présente le Cœur Immaculé de Marie comme l’ultime recours et le moyen de salut par excellence. Marie est médiatrice de toutes les grâces de Dieu.

En union de prière dans le Cœur Immaculé de Marie.

Yves de Lassus

Divers

Une préparation à une consécration au Cœur Immaculé de Marie pour la fête de Notre-Dame du Mont-Carmel, le 16 juillet prochain, a démarré au début de la semaine. Il est encore temps de s’inscrire. Pour s’inscrire, cliquer ICI.

18 juin : conférence à Paris sur la pornographie

Posted:

Cfc951a8-07d0-456a-9d1e-dbb6a0141f18

Le Puy du Fou fête ses 40 ans

Posted:


Les élèves du Hors-Contrat souffrant d’un handicap ne peuvent bénéficier d’aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire)

Posted:

1-300x121Communiqué de la Fédération des Parents d’Élèves des Écoles Indépendantes :

« AVS : sachant que les élèves du Hors-Contrat souffrant d’un handicap (trisomie, maladies diverses de l’intelligence etc…) ne peuvent bénéficier à l’heure actuelle d’aide financière pour financer une AVS (assistante de vie scolaire), la FPEEI demande aux parents concernés de lui envoyer un témoignage accompagné d’une photo (voir témoignages sur fpeei.fr) afin que la FPEEI puisse engager DES MAINTENANT une action auprès du gouvernement pour l’obtention de cette aide financière. Votre soutien Nous est précieux pour Vous aider ! »

Le lobby homosexualiste prend le pouvoir en diffusant une propagande non-stop

Posted:

C’est ce que dénonce I-Média :

Marion Maréchal-Le Pen, génération Macron ?

Posted:

Le texte à quelques semaines mais l’analyse est très pertinente et surtout d’actualité :

475« Donc, Marion Maréchal-Le Pen s’en va. Renonce à tous ses mandats, à l’Assemblée et au Conseil Régional PACA. Elle s’en va travailler dans la vraie vie, loin de la politique professionnelle. Gagner ses galons de non-professionnelle de la politique. Dans les années qui viennent, désormais, ce genre de pas de coté en politique sera de plus en plus tendance. Il ne sera plus possible de briguer des suffrages sans afficher sur son CV de candidat un passage par le monde du travail, le vrai.

Marion Maréchal-Le Pen l’écrit à ses électeurs. Le temps du professionnel de la profession est révolu: « Je pense que l’époque des politiciens déconnectés du réel avec des décennies de mandat électif derrière eux est révolue. Si nous voulons rendre ses lettres de noblesse à la politique, il faut prouver aux Français qu’il existe aussi des élus libres et désintéressés refusant de s’accrocher coûte que coûte à leur statut et à leurs indemnités« . Avec l’élection de Macron, une nouvelle ère s’ouvre, qui décrète que l’on ne pourra plus faire de la politique comme avant (…). La jeune députée du Vaucluse le sait. Mais elle sait aussi bien plus encore.

Marine Le Pen a perdu plus qu’une élection, et un débat. Elle s’est perdue elle-même. Nous avons déjà écrit ici que la fille, comme le père, dirigeant inamovible du Front national était une fin politique (…) Depuis le débat (…) et le score accablant du second tour, des cadres du FN font savoir que décidément, Marine n’a pas été la hauteur. Et posent la question de la pertinence du maintien du leadership de l’héritière. Certains vont même jusqu’à confesser qu’ils ont éprouvé une sorte de honte à la voir ainsi s’abîmer en une soirée. Ici réside la plus grande défaite de Marine Le Pen, acté par la mise en retrait de la nièce: elle est désormais contestée parce que contestable.

Florian Philippot est l’autre grand vaincu de l’histoire. Ce qu’a porté et incarné Marine Le Pen durant cette élection, ce naufrage oratoire face à Emmanuel Macron, c’est son œuvre ruinée. Seul, le Front national n’y arrive pas (…) Le gaullisme d’importation. Le chevènementisme d’opérette. Le patriotisme républicain jaurésien. Rien n’a fonctionné comme prévu… La triangulation Philippot s’est fracassée sur une double réalité politique. D’une part, les limites politiques et intellectuelles de Marine Le Pen. D’autre part, sur la mutation des droites engendrée par le populisme chrétien et la demande de conservation sociétale. Si Marine Le Pen est la femme de l’impossibilité gouvernementale, Florian Philippot est l’homme de l’impossibilité politique. En vérité, il n’a pas adapté le Front national à la droite qui vient, à la mutation sociétale qui s’est opérée sous le quinquennat Hollande, il l’a handicapé.

Oui, Marion Maréchal-Le Pen sait tout cela. Que le temps de Marine et de Florian est désormais compté. Qu’elle est, elle et elle seule, en capacité d’incarner un avenir qui réalise la synthèse entre le lepénisme historique, la transformation du FN en parti de gouvernement et l’accomplissement de l’alliance tactique entre un nouveau FN et la partie de la droite LR alignée sur une même vision de la France et des Français: France catholique, conservatrice et contre-révolutionnaire… La France Manif pour tous… Marion Maréchal-Le Pen, contrairement à Philippot, n’a jamais méprisé cette France en l’assimilant à la culture des Bonsaï. Elle l’a accompagnée et s’y est identifiée, en prévision de l’avenir.

Long est le chemin qui sépare le FN de 2022. Au fond, qu’avait à gagner Marion Maréchal-Le Pen à demeurer députée du Vaucluse ? Pas grand-chose en vérité. Un député de l’opposition ne sert déjà pas à grand-chose, alors que dire d’un député du FN, promis à l’inutilité totale. Elle renonce ainsi à une vanité pour en espérer une autre, plus accessible sans doute, s’offrant le luxe de contempler les inévitables déboires promis à sa tante Marine Le Pen et son obligé Florian Philippot… Et qui sait si ces deux-là n’entreront pas en conflit l’un contre l’autre, dans l’espoir de se sauver?

Marion Maréchal-Le Pen ne sera pas celle qui soutient ce qui tombe. Politiquement et judiciairement. Faut-il ici rappeler que Marine Le Pen risque d’être à tout moment rattrapée par la justice dans l’affaire des assistants parlementaires du Parlement européen? Et qu’elle pourrait bien se trouver empêchée, au bout de plusieurs années de procédure, d’être judiciairement candidate à l’élection de 2022?

Marion Maréchal-Le Pen, ayant plus à perdre qu’à gagner dans les semaines et les mois qui viennent, a choisi la sagesse et le confort. Elle n’a plus qu’à attendre, tranquillement, de devenir l’indispensable recours. C’est aussi l’un des effets paradoxaux de l’élection d’Emmanuel Macron, qui ouvre un appel d’air à l’émergence d’autres figures nationales dans les années qui viennent. Marion Maréchal-Le Pen, génération Macron. »

Jean-Yves Le Gallou : Renvoyez Bompard en haut à droite de l’hémicycle !

Posted:

Appel de Jean-Yves Le Gallou :

Images« Durant tout le quinquennat Hollande, ils ont été trois à porter la défense des identités nationales et identitaires à l’Assemblée nationale.

Marion Maréchal qui fait un break que tout le monde espère court !

Gilbert Collard, formidable bretteur, qui livre une joute difficile contre la torera Marie Sara qui porte les habits de lumière d’En Marche.

Et Jacques Bompard. Au cours de cinq ans écoulés, Jacques Bompard a livré beaucoup de combats à l’Assemblée : contre l’immigration, contre la loi Taubira, contre les dérives sociétales. Pour l’identité française et européenne. Pour la défense de la vie. Pour la défense des Chrétiens d’Orient.

Ces combats il les a livrés dans l’hémicycle. Mais aussi en accueillant à l’assemblée, des militants, des associations leur permettant ainsi de faire entendre leur message.

Jacques Bompard est un homme rugueux… c’est plutôt une qualité. Ses rapports ont parfois été difficiles avec le Front National et les Républicains. Et pourtant tous les électeurs FN et républicains du nord Vaucluse devraient se mobiliser pour lui permettre de retrouver son siège.

Il n’y aura pas beaucoup de voix dissidentes dans la prochaine Assemblée nationale. Celle de Jacques Bompard est indispensable. »

L’attentat déjoué à Marseille le 18 avril visait un meeting de Marine Le Pen

Posted:

Selon Libération :

12324228« L’arrestation s’est déroulée sans qu’aucun coup de feu ne soit tiré. Un miracle, au regard de l’arsenal qui sommeillait dans la planque et de la savante discrétion des deux suspects. Voilà plusieurs jours que les agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) sont engagés dans une traque sans retour. S’ils échouent, ils le pressentent, quelque chose de potentiellement énorme pourrait arriver. Ce mardi 18 avril, après avoir épuisé tout ce que la technologie permet en termes de surveillance téléphonique, les limiers se présentent enfin au pied de l’immeuble tant recherché. Une adresse, située dans le IIIe arrondissement de Marseille, qu’ils connaissent pour appartenir à une pointure locale du trafic d’armes.

Alors qu’ils se harnachent, prêts à monter à l’assaut, les policiers voient un homme apparaître dans le hall. Ils n’en croient pas leurs yeux, mais Mahiedine Merabet, 29 ans, l’un des deux hommes derrière lesquels ils courent éperdument, descend faire une course à l’épicerie en… claquettes. Calme, il marche le bras en écharpe, séquelle d’une récente chute à vélo. Après l’avoir appréhendé sans difficulté, les policiers s’engouffrent dans la cage d’escalier à toute vitesse. Ebahis, ils tombent cette fois sur un homme discutant tranquillement au téléphone, assis sur les marches. A son tour, il est interpellé et menotté. Il s’agit de Clément Baur, 23 ans, complice présumé de Merabet.

Les deux hommes étaient unis par un destin macabre. Ils se sont connus entre janvier et mars 2015, alors qu’ils étaient dans la même cellule, au 1er étage de la prison de Lille-Sequedin. Devenus inséparables, ils ont élaboré ensemble un projet d’attentat à la sophistication étonnante. En pénétrant dans leur antre marseillais, les policiers ont découvert 3,5 kilos de TATP, dont une partie séchait encore sur trois étagères. Baur et Merabet, qui avaient tapissé les murs de photos d’enfants syriens morts ou blessés par l’armée de Bachar al-Assad, s’étaient également procuré un pistolet-mitrailleur Uzi, un pistolet automatique Mauser, des chargeurs garnis, deux armes de poing, un sac de boulons, un couteau de chasse, une cagoule, ainsi qu’une caméra GoPro.

Le 12 avril, soit six jours avant l’interpellation, Mahiedine Merabet cherche à envoyer une vidéo d’allégeance à un membre de l’Etat islamique. Le jihadiste ne le sait évidemment pas, mais il vient de se jeter dans la gueule du loup. Le destinataire, qu’il croit être membre de l’organisation terroriste, n’est autre qu’un des multiples cyberpatrouilleurs de la DGSI infiltrés dans les réseaux. L’épisode donne un sacré coup d’accélérateur à la traque effrénée des deux hommes. Sur la vidéo, le Uzi saisi dans la planque apparaît à côté d’un drapeau de l’EI et d’une phrase formée avec des munitions, «la loi du talion». La séquence montre également la une du journal le Monde daté du 16 mars, consacrée à François Fillon. Il n’en fallait pas plus pour que certains médias, peu soucieux de l’exactitude, intitulent leurs articles consacrés à l’affaire «Attentat contre François Fillon». Si la protection du candidat LR avait été renforcée – de même que celles d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen – les enquêteurs ont acquis aujourd’hui la conviction que Fillon n’était pas directement visé. En revanche, le meeting de la candidate du Front national qui se tenait le mercredi 19 avril à Marseille – à quatre jours du premier tour de l’élection présidentielle – figurait, lui, parmi les cibles de Baur et Merabet. Les deux hommes ont en outre effectué des recherches sur des bars marseillais. Enfin, il semble qu’une attaque contre des bureaux de vote marseillais le dimanche du premier tour de la présidentielle ait été envisagée. Pour se figurer les itinéraires possibles, Baur et Merabet avaient affiché une carte de la ville sur les murs de l’appartement. […] »

Carl Lang : « La ligne Florian Philippot, c’est la ligne de Marine Le Pen »

Posted:

Un débat était organisé dans l’émission « Ça vous regarde » sur la chaîne parlementaire (LCP) sur le thème de l’avenir du FN (FN : Plus dure sera la chute ») en compagnie de François d’Orcival de Valeurs Actuelles, de Jérôme Fourquet de l’Ifop et de Marie Labat, co-auteur du livre « Philippot 1er » et journaliste sur LCP. Nicola Bay (FN) devait participer à cette émission pour compléter le plateau mais Marine Le Pen a refusé cette participation et c’est pourquoi Carl Lang, président du Parti de la France s’est retrouvé parmi les invités

L’appel de Jacques Bompard aux lecteurs du Salon Beige

Posted:

Chers amis lecteurs du Salon Beige,

Je prends la plume pour vous remercier d’abord du constant soutien que vous m’avez apporté.

Pendant toutes mes années d’engagement, j’ai défendu la vie, la famille et le privilège chrétien dans notre pays. J’ay pu compter sur vos prières et votre soutien.

Comme vous le savez, la droite française vit des élections législatives plus que difficiles. Néanmoins, mes années d’engagement au service du Vaucluse m’offrent beaucoup de chances d’être élu.

Pour cela, j’ai besoin de la mobilisation de tous. Si vous connaissez dans votre famille ou vos relations des Vauclusiens, n’hésitez pas à les interpeller.

L’abstention ce dimanche reviendrait à voter pour un candidat Macron, c’est-à-dire pour la GPA, la PMA libéralisée et contre la famille.

Même si des dissentiments existaient, je ne doute pas qu’ils feraient leur possible pour compter sur un député qui n’a jamais transigé pour défendre les principes fondamentaux.

J’ai besoin de votre et de leur soutien.

Jacques Bompard

Ce matin à 8h, le maire d’Orange renouvelait la consécration de la ville au Sacré-Coeur :

_DSC9129

_DSC9131

_DSC9134

LREM à l’Assemblée jouera aussi le rôle de l’opposition

Posted:

Il fallait y penser. C’était ainsi dans les républiques soviétiques à l’époque de l’URSS :

« (…) Du débat, des désaccords, oui, mais pas besoin des autres pour ça. Voilà le message que Mounir Mahjoubi ne cache pas : « Le contre-pouvoir existera » car « ce qui a fait La République en marche, c’est ce débat interne ». Sans nier l’existence d’une réelle opposition au groupe LREM (mais qui ne pourra mathématiquement pas bloquer quoi que ce soit), le secrétaire d’Etat oppose plutôt les pouvoirs exécutif et législatif.

Et « l’opposition » LREM est déjà à pied d’oeuvre. Sylvain Maillard, élu député LREM dès le premier tour, assure qu’il votera les « six chantiers du ‘contrat avec la Nation' » d’Emmanuel Macron, puis qu’après ça, il sera un « député libre ». Même son de cloche pour Laeticia Avia, candidate arrivée largement en tête dans la 8e circonscription de Paris. Cette dernière assure qu’elle et d’autres députés LREM vont « challenger le gouvernement« .

Après, on peut toujours parler d’introduire une dose de proportionnelle, mais franchement, quand on a la majorité et l’opposition dans un même groupe politique au Palais Bourbon, à quoi bon ? »

JoueLaCommeBoutin#, c’est bien, c’est drôle ! Publier la photo de NKM, c’est mal !

Posted:

Une fois de plus, le deux poids, deux mesures des médias aux ordres et de la classe politique devrait scandaliser les Français. Malheureusement, ils n’ont pas de mémoire.

En 2013, Christine Boutin est victime d’un malaise pendant une des grandes Manif pour Tous après avoir été gazée par les forces de l’ordre. La publication des photos fait rire le net qui développe l’application JoueLaCommeBoutin#. On ne souvient pas d’un tweet personnel (ChT) de Christine Taubira pour la soutenir.

Solidarité avec @nk_m. Aucun prétexte possible à l’agression physique. Pour sa dignité et la nôtre, pas d’images
ChT

— Christiane Taubira (@ChTaubira) 15 juin 2017

En 2017, NKM est pris à partie verbalement, reçoit quelques tracts à la figure et perd connaissance. Non seulement, c’est l’indignation générale, complètement absente en 2013, mais, en plus, une polémique naît sur l’opportunité de diffuser les photos. Personne n’avait pourtant protesté en 2013, personne n’a protesté non plus lors de la diffusion du petit Aylan noyé sur une plage etc…

Indécence de ceux qui se moquent #NKM à terre (com. on l’a fait qd je l’ai été lors de #LMPT)Politiques nous restons des personnes. Respect

— christine Boutinن (@christineboutin) 15 juin 2017

Stop à l’indignation sélective ! A Montfermeil, Xavier Lemoine, blessé par un voyou dans l’exercice de ses fonctions de maireattend toujours que la classe politique prenne des nouvelles de lui…

Le maire de Montfermeil, @Xavier_Lemoine , a été renversé volontairement par un voyou en scooter qu’il voulait appréhender . Qui en parle ?

— Martial Bild (@MartialBild) 15 juin 2017

 

Libéralisme et Progressisme contraires à sa foi : un dirigeant politique et élu anglais démissionne.

Posted:

C’est une première. Un choc considérable pour la vieille Angleterre. Tim Farron, 47 ans, dirigeant du parti libéral-démocrate, troisième mouvement politique britannique après les conservateurs et les travaillistes, a présenté sa démission au nom de sa foi chrétienne.

« Je me suis trouvé déchiré, entre mon désir de vivre en chrétien fidèle et être dirigeant politique »

Cette démission achève deux ans de harcèlement médiatique. En 2015, Tim Farron est désigné par ses pairs comme chef du parti. Jeune et souriant, il incarne parfaitement la ligne centriste que veulent incarner les libéraux-démocrates : un libéralisme économique modéré entre les conservateurs et les travaillistes, une défense des services publics et un attachement affirmé à l’Europe.

Mais à peine Tim Farron est-il nommé, qu’il est aussitôt attaqué sur sa vision du mariage homosexuel. En effet, le chef des libéraux-démocrates est chrétien pratiquant, membre de l’aile « évangélique » de l’Église anglicane. Fidèle à l’enseignement de son Église, Tim Farron n’a pas milité pour le mariage homosexuel.  Il s’est même abstenu lors du vote de la loi au Parlement britannique en troisième lecture, après avoir voté pour les lectures précédentes, tout en appelant à la protection de l’objection de conscience pour ceux qui s’y opposent. Un crime pour certains journalistes, qui l’ont aussitôt pris pour cible. Dès le mois de mai 2015, le quotidien The Guardian de tendance libertaire, l’accusait à demi-mot d’homophobie, pour s’être abstenu de voter le mariage homosexuel.

Même harcèlement sur l’avortement, dont il disait dans un entretien accordé en 2007 à War Cry, le magazine de l’Armée du Salut britannique, que c’était un acte « mauvais à tout moment ».

« Être un dirigeant politique – surtout d’un parti libéral et progressiste en 2017 – et vivre en chrétien pratiquant, fidèle à l’enseignement de la Bible, est devenu impossible pour moi » 

Notre époque n’efface pas Dieu, elle se révolte ouvertement contre Lui

Posted:

Avec Osez le bonheur pour vos enfants, l’abbé Hubert Lelièvre relève le grand défi de fournir aux parents les clés d’une éducation réussie dans le contexte difficile actuel pour la famille. Une œuvre pleine d’espérance et de foi en la famille d’aujourd’hui, pour aider les parents dans leur tâche quotidienne. Il répond à L’Homme Nouveau :

Osez_le_bonheur« […] Nous vivons la révolte la plus grande de la créature contre son Créateur. Du fils envers son Père. Le Gender et le transhumanisme en sont des exemples particulièrement douloureux. Notre époque n’efface pas Dieu, elle se révolte ouvertement contre Lui. La grande tentation de s’affranchir définitivement de la paternité de Dieu par la désobéissance est supérieure à celle du péché originel. Saint Jean Paul II en parlait aux évêques de France lors de sa première venue, en 1980. En utilisant le terme de « méta-tentation ». Notre époque n’efface pas Dieu. Elle crie sa soif de Dieu. Elle crie sa soif de Salut. Mais vers qui nous tournons-nous pour trouver la réponse ? Vers la paternité de Dieu… ou vers un État-Providence qui, depuis l’élection du nouveau Président en France, est passé de « l’État-providence » à « l’État-bienveillance » ce qui est pire encore parce qu’ici la « bienveillance » qui s’installe est profondément marxiste.

Vous parlez de confiance, d’espérance, mais comment, avec les lois sur la famille qui affluent, la famille peut-elle avoir confiance ? 

Nous devons être réalistes et opérer une conversion à 380 degrés si nous voulons que les choses changent vraiment. Nous voulons que les choses changent dans la société, mais nous ne voulons pas changer. Je souffre beaucoup de nous voir, baptisés, trop souvent subir, accompagner le mal qui s’installe. « Être vigi quelque chose » est peut-être utile. Mais, par notre baptême, nous avons reçu le don de prophétie. Qu’en fait-on ? Nous ne pouvons plus être des cathos qui subissent : « tais-toi et morfle ». Il est urgent que nous vivions notre Baptême, et soyons prophètes. Écrire l’Histoire et non la subir ! C’est ce que les parents sont invités à former, forger dans l’âme, le cœur, l’intelligence des jeunes. Ouvrir des chemins. Passer devant et cesser « d’accompagner » ce qui ne va pas en se contentant de dire « on va veiller » ou « ce qui se met en place ne nous semble pas bon »… Ou encore d’être des « cathos-clics » : avoir bonne conscience en un clic d’ordinateur pour dire ce que je pense ou pas. Pas très engageant !

La confiance, l’espérance : si on les prend du bon côté, ce sera plus facile. Faire le bien en commençant dans ma propre famille, dans ma propre vie personnelle. Puis locale. Alors les lois changeront. Avoir le courage de la cohérence entre ce que nous vivons et traduisons par le vote dans les urnes. Notre premier discernement pour une élection est : quel programme touche le moins à la famille ? Quel programme pulvérisera le moins la famille ? Quel programme valorisera la famille et la vie ? Relire des passages de l’encyclique Evangelium Vitæ avant d’aller voter, aidera à un discernement vrai. Sommes-nous prêts ? Le voulons-nous ? […]

20 juin : Conférence sur l’objection de conscience à Genève

Posted:

Image

Famille : Le programme du président Macron est dangereux

Posted:

Monique Tezenas du Montcel (FN) est arrivée en deuxième position au soir du premier tour des législatives avec 22,88 % des voix, dans la 3e circonscription du Gard. En face d’elle : Anthony Cellier, un illustre inconnu du mouvement La République En Marche, qui a cumulé 33,93 % des voix. Elle répond à Présent :

Unknown-7« Vous parlez de défense de la famille. Vous êtes justement responsable du Cercle de fraternité du Gard. De quoi s’agit-il et quel est son rôle ?

C’est un cercle qui a été créé en 2016, sous le parrainage de Louis Aliot et dont le but est de défendre la famille à tous les niveaux, que ce soit en luttant contre le mariage pour tous – que Marine Le Pen promettait d’abroger si elle était élue – ou contre la GPA ou encore contre la PMA pour toutes. Nous sommes vigilants également aux mesures fiscales : tout a été fait pour détruire les avantages donnés aux familles pour les aider à élever leurs enfants. Ce cercle n’existe pas depuis longtemps c’est pourquoi il est important de le faire connaître !

Comment agissez-vous concrètement au sein de ce cercle ?

Pour l’instant nous organisons des conférences sur des thèmes précis comme le mariage pour tous ou encore la bioéthique. Nous avons des rapports étroits avec La Manif pour tous qui nous a bien soutenus dans le Gard. Nous essayons de travailler avec tous ces gens qui ont les mêmes valeurs que nous pour défendre ce qui nous tient à cœur. Le programme du président Macron est dangereux. On peut prendre l’exemple de la GPA qui sera comme autorisée puisqu’il veut une reconnaissance pour les enfants nés de GPA à l’étranger. Cela revient à légaliser la pratique dans les faits et c’est dramatique. Il s’attaque aussi aux retraites, c’est une autre façon de s’en prendre aux familles. Le rôle des députés sera de continuer le travail que Gilbert Collard a commencé en déposant 70 propositions de loi et d’amendements. »

17-18 juin : Projections de La Rébellion cachée à Nantes

Posted:

La Rébellion cachée sera à Nantes samedi 17 juin à 20h30 et dimanche 18 juin à 15h à la salle Saint-Félix. Venez nombreux ! Pour organiser une projection de ce « docufilm que les catholiques attendaient » dans votre paroisse, contactez rebellion.rabourdin@ gmail.com

Capture d’écran 2017-06-14 à 22.38.22

Cameroun : Mgr Jean-Marie Benoît Bala ne s’est pas suicidé ; il a été brutalement assassiné

Posted:

Unknown-9Le corps de l’évêque de Bafia avait été retrouvé dans le fleuve Sanaga le 2 juin. Porté disparu dans la matinée du 31 mai, sa voiture avait été retrouvée sur le Pont de l’Enfance. Dans sa voiture avait été retrouvé « un étrange message ».

« Dans un premier temps avait été émise l’hypothèse que le prélat s’était suicidé et les autorités avaient envoyés des plongeurs pour sonder le fleuve à la recherche du corps ». « Actuellement le corps est à la disposition des autorités judiciaires pour la recherche des circonstances, des causes exactes, et des auteurs de ce crime odieux et inacceptable. Nous, évêques du Cameroun, nous affirmons que Mgr Jean-Marie Benoît ne s’est pas suicidé. Il a été brutalement assassiné.

Depuis une trentaine d’années, plusieurs prélats, des prêtres et des consacrés ont été assassinés dans des circonstances encore imprécises. Les évêques du Cameroun évoquent notamment le souvenir de Mgr Yves Plumey, archevêque émérite de Garoua, assassiné à Ngaoundéré en 1991, du père Joseph Mbassi, tué à Yaoundé en 1988, du père Antony Fontegh, assassiné à Kumbo en 1990, des sœurs de Djoum, tuées en 1992, ou encore du père Engelbert Mveng, tué à Yaoundé en 1995.

« Nous avons l’impression que le clergé du Cameroun est particulièrement persécuté par des forces obscures et diaboliques »

Les évêques demandent « que soit faite la lumière complète sur les circonstances et les mobiles de l’homicide de Mgr Bala, et que les coupables soient identifiés et remis à la justice pour être jugés selon la loi ».

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s