Le salon beige :Candidate « en Marche Charrière » ça ne s’invente pas- et varia

C’est arrivé un 9 juin…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

  • le 9 juin 721 : le duc d’Aquitaine Eudes défait les Arabes du gouverneur Al-Samh près de Toulouse.

Le duc met par la suite deux fois encore en déroute l’émir Anbasa ibn Suhaym Al-Kalbi, en 725 et en 726.

  • le 9 juin 1348 : le pape Clément VI achète Avignon à la reine Jeanne de Naples, qui est également comtesse de Provence.

Pour 80 000 florins.

  • le 9 juin 1537 : publication de la bulle Sublimus Dei, du pape Paul III condamnant l’esclavage.

Par cette bulle, le pape interdit l’esclavage des Indiens d’Amérique « et de tous les autres peuples qui peuvent être plus tard découverts« . Paul III dénonce une telle pratique comme directement inspirée par l’Ennemi du genre humain (Satan).

  • le 9 juin 1660 : mariage de Louis XIV, Roi de France, et de Marie-Thérèse d’Autriche, infante d’Espagne, à Saint-Jean-de-Luz.

Œuvre diplomatique du Cardinal Mazarin, pour renforcer le Traité des Pyrénées, le mariage de Louis XIV et de l’Infante Marie-Thérèse d’Espagne est célébré le 9 juin 1660 en l’église Saint Jean-Baptiste de Saint-Jean-de-Luz, village du Pays Basque situé à la frontière des deux grands royaumes. Voir la chronique de la veille.

Louis XIV épouse Marie-Thérèse

Marie-Thérèse donne six enfants à Louis XIV, dont malheureusement un seul survit, le Grand Dauphin. Le Roi de France Louis XIV et l’infante d’Autriche Marie-Thérèse sont tous deux âgés de 21 ans. Cette union scelle la paix signée dans les Pyrénées, sept mois plus tôt, qui a mit fin à l’interminable guerre opposant la dynastie française des Bourbons et la dynastie espagnole des Habsbourg.

  • le 9 juin 1756 : Louis XV déclare officiellement la guerre à l’Angleterre.

C’est le début de la guerre de 7 ans. Elle fait suite aux agressions multipliées des Anglais contre les vaisseaux ou les forts français ; et surtout au renversement des alliances, donc à l’alliance défensive avec l’Autriche, l’autre grande puissance catholique en Europe, conclue le 1er mai 1756. Relire Jean de Viguerie et son Histoire et dictionnaire du temps des lumières, 1715-1789, (Editions R. Laffont p. 181). Voir la chronique du 9 juin.

  • le 10 juin 1793 : l’armée Royale Catholique prend Saumur.

Les Républicains regroupent leurs forces sur Saumur et Doué en vue d’une attaque sur Cholet. Apprenant cette nouvelle la Grande Armée Royale Catholique se reforme au son du tocsin et marche le 2 juin sur Saumur. Le 9 juin la bataille de Saumur s’engage. La colonne de Lescure à gauche prend à revers les redoutes Républicaines, et est violemment accrochée par un régiment de cuirassiers qu’elle finit par repousser ; mais Lescure est blessé. Au centre la colonne de Stofflet est refoulée dans les faubourgs de la ville, seul La Rochejaquelein réussit à rallier sa division et à contre-attaquer. A droite Cathelineau affronte le futur maréchal Berthier qui par chance n’est pourvu, ce jour là, que de mauvaises troupes. Les troupes républicaines reculent finalement et la ville se rend, la victoire est totale. L’armé royale s’empare de 15 000 fusils et de 50 à 80 canons, fait 3 à 11 000 prisonniers bleus qui sont relâchés sous serment et conduits sur Tours.

Les Vendéens bénéficient maintenant d’un point de passage sur la Loire. Deux solutions s’offrent à eux, marcher sur Tours, puis sur Paris comme le souhaitent La Rochejaquelein ou Stofflet pour menacer directement le pouvoir Conventionnel ou bien se joindre aux chouans de Bretagne comme le préconise Bonchamps. C’est malheureusement la décision de marcher sur Nantes qui est prise. Angers tombera sans poser trop de difficultés, mais Nantes résistera fermement aux Vendéens.

  • le 9 juin 1800 : victoire française à la Bataille de Montebello.

Cette victoire française s’inscrit dans le cadre de la Seconde Campagne d’Italie menée par Napoléon.

Pendant près de cinq heures, malgré l’infériorité numérique, Lannes tient face aux attaques autrichiennes entre Montebello et Casteggio, avant que la Division Chambarlhac (Riveaud) n’arrive en renfort depuis la Stradella. Ott et O’Reilly doivent se replier.

  • le 9 juin 1811 : le roi de Rome, Napoléon II, est baptisé par le cardinal Fesch à Notre-Dame de Paris, devant 7000 invités.
  • le 9 juin 1815 : fin du Congrès de Vienne.

Entre octobre 1814 et juin 1815, au congrès de Vienne, les puissances européennes victorieuses redessinent la carte de l’Europe en annulant la plus grande partie des transformations géopolitiques provoquées par les guerres révolutionnaires et napoléoniennes. Ce congrès consacre la défaite de la France, dont les frontières sont ramenées à celles de 1792. Une nouvelle Confédération germanique composée de 39 Etats est créée ; l’Angleterre agrandit considérablement son empire colonial.

  • le 9 juin 1938 : Maurras est élu à l’Académie française.

« Dans les conditions où il est prêté, le serment maçonnique n’oblige aucune conscience, mais il faut, pour en bien sentir la nullité, un esprit pénétrant et un caractère très ferme. » Enquête sur la monarchie (1900)

« Les idées des partis, les idées diviseuses ont, en République, des agents passionnés; mais l’idée unitaire, l’idée de la patrie n’y possède ni serviteur dévoué ni gardien armé. » Mes idées politiques (1937)

« La volonté, la décision, l’entreprise sortent du petit nombre; l’assentiment, l’acceptation, de la majorité. C’est aux minorités qu’appartiennent la vertu, l’audace, la puissance et la conception. » Enquête sur la monarchie

« Quand un régime tombe en pourriture, il devient pourrisseur: sa décomposition perd tout ce qui l’approche. » La Dentelle du rempart

« Une espérance collective ne peut … pas être domptée. Chaque touffe tranchée reverdit plus forte et plus belle. Tout désespoir en politique est une sottise absolue. » L’Avenir de l’intelligence

  • le 9 juin 1944 : massacre de Tulle.

La division « Das Reich », plus connue par la suite pour le massacre d’Oradour-sur-Glane, pénètre dans la ville « libérée » la veille par les FTP. 99 habitants sont pendus, et 149 autres déportés à Dachau.

Posted:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cercle

Bayard

Face à la décadence de la France que faisons-nous pour arrêter le naufrage ? Quelle action est à notre portée ? Comment se caractérise l’ordre chrétien ? Qu’enseigne la Doctrine Sociale de l’Eglise ?

La réflexion précédant l’action, le cercle Bayard veut aider à la formation d’esprits catholiques pour hâter le retour de la Chrétienté, par la propagation de la Doctrine Sociale de l’Eglise.

Celle-ci étant faite :

-d’éléments de théologie,

-d’éléments de philosophie helléno-chrétienne

-de principes respectueux de la loi naturelle

la réflexion portera autour de ces trois axes

 

Conférence de Xavier Couvert et présentation

Mardi 13 juin à 20h30

au

1 rue Eymard Duvernay à La Tronche

 

Soutien doctrinal assuré par l’AFS (Action Familiale et Scolaire)

 

 

Candidate « en Marche Charrière » ça ne s’invente pas

Posted:

On n’est pas payé cher, mais qu’est-ce qu’on s’amuse :

IMG-20170608-WA0001

Salman Rushdie trouve «consternant» d’entendre «Marine Le Pen analyser l’islamisme avec plus de justesse que la gauche»

Posted:

16097234Salman Rushdie, qui vit toujours sous la menace d’une fatwa, lance un cri d’alarme en direction de l’Occident.

« Je suis en désaccord fondamental avec ces gens de gauche qui font tout pour dissocier le fondamentalisme de l’islam. Depuis cinquante ans, l’islam s’est radicalisé. Côté chiite, il y a eu l’imam Khomeini et sa révolution islamique. Dans le monde sunnite, il y a eu l’Arabie saoudite, qui a utilisé ses immenses ressources pour financer la diffusion de ce fanatisme qu’est le wahhabisme. Mais cette évolution historique a eu lieu au sein de l’islam et non à l’extérieur. Quand les gens de Daech se font sauter, ils le font en disant « Allahou Akbar », alors comment peut-on dès lors dire que cela n’a rien à voir avec l’islam ? »

Salman Rushdie trouve ainsi «consternant» d’entendre «Marine Le Pen analyser l’islamisme avec plus de justesse que la gauche».

«C’est très inquiétant de voir que l’extrême droite est capable de prendre la mesure de la menace plus clairement que la gauche». «Le présupposé constant de la gauche, c’est que le monde occidental est mauvais. Et donc tout est passé au crible de cette analyse».

Revoir la messe de clôture du 35e pèlerinage de Chartres

Posted:

Capture d’écran 2017-06-08 à 21.30.04

Capture d’écran 2017-06-08 à 21.31.46

Jean de Tauriers : les premières années de notre pèlerinage doivent tant à Mgr Lefebvre

Posted:

Discours du Président de Notre Dame de Chrétienté le dimanche 4 juin :

__134AG« Chers amis de Notre Dame de Chrétienté,

Merci à tous d’être fidèles au pèlerinage de chrétienté !

2017 est une année exceptionnelle. Nous avons le grand honneur et la grande joie d’accueillir le cardinal Burke. Il a atterri ce matin et célèbrera la messe demain à Chartres. Il sera parmi vous ce soir sur le bivouac de Gas. Montrez-lui comment les chapitres de Notre Dame de Chrétienté savent accueillir un grand et courageux cardinal romain ! Je compte particulièrement sur vous, chapitres Enfants, Pastoureaux et Famille !

2017 est aussi une année exceptionnelle parce que riche de nombreux anniversaires, autant d’occasions de rendre grâce à Dieu.

  • Le premier anniversaire est le centenaire des apparitions de Fatima, un acte d’Espérance.
  • Le second anniversaire fête les 10 années du Motu Proprio Summorum Pontificum, un acte de Foi.
  • Le troisième anniversaire est celui de notre pèlerinage, son trente-cinquième, un acte de Charité au nom de la chrétienté.

L’apparition de Notre Dame à Fatima a un lien particulier avec notre pèlerinage. La Sainte Vierge à Fatima demande aux hommes leurs prières et leurs sacrifices pour la conversion de la Russie; elle condamne ainsi le communisme en annonçant les malheurs du XXème siècle. En 1983, lors du lancement de notre premier pèlerinage sous le pontificat de Jean-Paul II, nos fondateurs voulaient faire écho au grand pèlerinage polonais de Częstochowa et amplifier la résistance catholique au communisme. Fatima est une apparition pleine d’espérance. Notre Dame vient nous protéger et nous donne les armes de la victoire finale qui sont celles du pèlerin : chapelet et pénitence.

Notre choix de la liturgie traditionnelle à l’origine de ce pèlerinage a été un acte de Foi, pas un esthétisme, ni une nostalgie ou un conservatisme. Le Motu Proprio Summorum Pontificum voulu par Benoît XVI en 2007, il y a 10 ans, n’avait pas pour effet premier la pacification de tendances au sein de l’Église. Le Motu Proprio recherchait la pacification de l’Église avec elle-même. Nous éprouvons une immense reconnaissance pour Benoît XVI d’avoir posé cet acte courageux de foi, de charité et de justice. Combien d’incompréhension autour de cette question liturgique ! Nos fondateurs voulaient, appuyés sur la liturgie traditionnelle, conserver la Foi pour la transmettre à nos enfants. Dans la tempête des innovations insensées de l’époque, ils voulaient faire « l’expérience de la Tradition » pour reprendre les mots de Mgr Lefebvre à qui les premières années de notre pèlerinage doivent tant. Ils s’opposaient à ce qui vient d’être très récemment rappelé par le cardinal Sarah – je le cite – « l’œuvre d’autodestruction de l’Eglise par elle-même par la démolition planifiée de ses fondations doctrinales, liturgiques, morales et pastorales. » En 2017, 10 ans ont passé depuis le Motu Proprio, le pèlerinage de Chartres est devenu un événement providentiel pour des générations de pèlerins par la grâce justement de cette liturgie selon le rite extraordinaire, «premier acte de la nouvelle évangélisation » pour reprendre les mots du cardinal Burke.

11AFUn dernier anniversaire, en 1997, il y a 20 ans, Saint Jean Paul II était au JMJ en France sur la tombe de son ami, le professeur Lejeune : « Nous nous trouvons, disait-il, devant … un grand chrétien du XXe siècle, …un homme pour qui la défense de la vie est devenue un apostolat. » Jérôme Lejeune est un exemple héroïque du combat pour la chrétienté de notre temps. La priorité aujourd’hui est de défendre la loi naturelle : pour la vie contre l’avortement et l’euthanasie, pour la famille contre le faux mariage homosexuel, contre les PMA et GPA et contre la théorie « délirante et mortifère » du gender. A l’exemple du Professeur Lejeune, des générations de pèlerins de Chartres depuis 35 ans s’engagent sur ces questions au cœur du combat pour la chrétienté, vocation de notre pèlerinage.

Je terminerai avec quelques mots sur Notre Dame de Chrétienté. Vous entendez souvent dire, au moins une fois par an, le dimanche de Pentecôte, que le pèlerinage existe par le dévouement de centaines de bénévoles qui toute l’année préparent ces 3 journées. Ils travaillent pour assurer la logistique, la sécurité des pèlerins, rencontrent les autorités. Ils préparent les vidéo-formations, le livret, mettent à jour le site internet, notre Université d’Automne de NDC en novembre entre autres initiatives. Je n’oublie pas le Secrétariat, la Communication et bien sûr…l’encadrement des pèlerins, les récollections, les nombreuses réunions de préparation, les Anges Gardiens, ces pèlerins non marcheurs qui sont en ce moment des milliers du monde entier à prier avec nous. En votre nom, je redis à toutes ces personnes au service de la Sainte Vierge dans Notre Dame de Chrétienté ma reconnaissance, mon amitié, mon admiration. Il faut être bien conscient que votre grand nombre rend le pèlerinage chaque année plus compliqué à organiser. Nous avons eu cette année une augmentation des effectifs logistique et service d’ordre de près de 20% ! L’année prochaine, si Dieu le veut, nous devrons adapter notre organisation devant la croissance du pèlerinage. Il nous faudra trouver des solutions pour à la fois permettre le développement du pèlerinage de Chartres tout en restant fidèle à sa vocation. Nous vous expliquerons tout cela en demandant votre soutien. Suivez-nous bien sur notre site internet !

Demain à Chartres, avant la messe, vous assisterez à l’ostension du Voile de la Très Sainte Vierge. Nous allons pouvoir prier en cette année du centenaire de Fatima devant une des plus précieuses et anciennes reliques de la chrétienté et ainsi obtenir une grâce bien particulière, celle demandée par les pèlerins depuis plus de mille ans. Cette grâce est « la protection pour les combats futurs. » Nous en aurons le plus grand besoin dans les jours prochains !

Cœur Douloureux et Immaculé de Marie, priez pour nous !
Notre Dame de la Sainte Espérance, convertissez nous !

Jean de Tauriers

Président de Notre Dame de Chrétienté »

Recomposition à droite : Jean-Pierre Raffarin fait campagne pour Macron

Posted:

VIDEO – « Il faut aider Emmanuel Macron à faire du bien à la France », dit Raffarin https://t.co/pReNE5TIJC pic.twitter.com/OJufN7waga

— BFMTV (@BFMTV) 7 juin 2017

Recomposition à droite : au tour de Frédéric Lefebvre

Posted:

L’ancien porte-parole de l’UMP, ex-sarkozyste, Frédéric Lefebvre a annoncé qu’il rendait sa carte du parti Les Républicains. 

«J’ai décidé de le quitter. C’est une décision que j’ai mûrement réfléchie, qui est à la fois douloureuse mais qui est en même temps libératrice». «Et elle est libératrice, parce que je ne supportais plus que ces gens – et je pense à un quarteron de généraux sectaires qui sont à la tête des Républicains – parlent en mon nom». «On a tenté de me museler, on m’a moqué, on m’a menacé dans ma famille politique». «C’est plus que des menaces d’ailleurs puisqu’elles ont été mises à exécution». «Le tournant ça a été mon vote pour le Pacte de responsabilité», «avec des menaces qui m’ont été faites, y compris par Nicolas Sarkozy lui-même à Pasadena [près de Los Angeles] quand Carla [Bruni, épouse de l’ex-chef de l’Etat, ndlr] était venue donner un concert et que dans la loge j’ai subi ces menaces».

Frédéric Lefebvre avait soutenu Alain Juppé lors de la primaire de la droite.

«Quand à un moment vous avez le sentiment que le parti dans lequel vous êtes est dévoyé, qu’on n’hésite pas à aller jusqu’aux outrances extrémistes, vous sentez qu’il y a quelque chose que vous devez rompre. C’est ce que je fais aujourd’hui».

L’ex-sarkozysite a indiqué avoir «voté pour Emmanuel Macron au 1er tour des présidentielles». A croire qu’il a envie de redevenir ministre :

«J’ai vu un homme qui comme moi partage l’idée qu’il faut additionner droite et gauche».

Que sait Richard Ferrand pour qu’Emmanuel Macron le couvre ?

Posted:

Lu sur le site de la Ligue du midi :

Touche%20pas[2]« À la question de savoir si le ministre de la Cohésion des territoires peut rester au gouvernement, le Premier ministre a répondu : ‘’Je dis oui, après avoir parfaitement compris, avoir parfaitement conscience de l’exaspération des Français, de leur émotion, de leur agacement.’’ Pour Edouard Philippe, Richard Ferrand n’a rien commis d’illégal et a fourni des explications suffisantes. En témoigne, selon lui, l’absence de procédures judiciaires. « Un ministre qui serait mis en examen devrait démissionner, il n’y a aucune ambiguïté là-dessus », a déclaré le chef du gouvernement. Echappatoire facile quand on sait que le parquet national financier s’est immédiatement déclaré incompétent et que le procureur de BREST s’est empressé de classer l’affaire dans les 2 heures.

CASTANER, langue de bois et enfumage

Le porte-parole du gouvernement Christophe CASTANER a assuré mercredi que personne ne ferait « obstruction » à une éventuelle enquête concernant l’affaire dans laquelle serait impliqué Richard FERRAND, mais a souligné que ce n’est pas au gouvernement « de déclencher des enquêtes ». « Le malaise est perceptible », a reconnu le porte-parole du gouvernement. « Donc il nous faut répondre, répondre par la transparence, par la clarté ». Langue de bois et enfumage, pas d’enquête, pas d’obstruction pardi!

MACRON obligé de descendre dans l’arène

Le porte-parole du gouvernement, Christophe CASTANER, a également déclaré le 31 mai qu’Emmanuel MACRON avait appelé au cours du conseil des ministres le gouvernement à la «solidarité» et à la «responsabilité», estimant aussi que la presse ne doit «pas devenir juge».

Les questions

– Pourquoi dans une affaire aussi dangereuse, aussi toxique et aussi hautement politique, MACRON maintient ’il sa confiance à FERRAND envers et contre tout, alors que la presse se déchaine et que l’affaire prend une dimension explosive ?

– Pourquoi, alors que l’opinion publique réclame la démission de FERRAND à 70%, celui ci reste-il au gouvernement sous la protection de MACRON ? Certainement pas par sentiment, certainement pas par respect d’un quelconque principe. Ces gens n’ont ni morale ni principes. Les seuls principes qu’ils invoquent sont ceux qu’ils nous opposent.

– Alors pourquoi MACRON s’expose t’il ainsi dans cette affaire qui entâche très gravement son début de quinquennat et menace d’en pourrir durablement le déroulement ? Pourquoi cherche-t-il à s’épargner d’avoir à trancher la cas FERRAND et s’en remet ‘il aux électeurs, éludant sa propre responsabilité ? Pourquoi ce choix d’une sortie par la petite porte ?

– Pourquoi cette attitude de fuite alors qu’il avait fait de la moralisation le thème fort de sa campagne, et qu’il sait que l’opinion publique le jugera sur cette question ?

Le gros doute

Que sait FERRAND, tout premier des supporters de MACRON et pilier de sa campagne électorale ? Que sait cet homme des dessous de la campagne électorale de MACRON ? Quelle grenade dégoupillée tient cet homme dans sa main qui tétanise MACRON et l’oblige à le couvrir de la sorte ?

Une affaire en cache-t’elle une autre?

Y a t’il une affaire MACRON liée à sa campagne électorale, provisoirement masquée par l’affaire FERRAND ? Quel secret lie ces deux hommes pour que l’un protège l’autre au risque de voir l’opinion publique se retourner contre lui dès le début de son quinquennat ?

Ce sont les questions que l’opinion publique doit se poser. »

Bonne fête de la saint Médard… et du padamalgam

Posted:

DBx_PEoXUAAJaFp

Législatives – Julien Havasi (SIEL) : « Je serais favorable à une union des droites »

Posted:

Julien Havasi, candidat du SIEL dans la 5ème circonscription de la Marne, a accepté de répondre à nos questions.

Vous êtes candidat dans la 5ème circonscription de la Marne. Quelles sont les raisons de cet engagement ?

DBTIfHPXkAEwa9J.jpg-largeIssu d’une famille modeste j’ai passé mon enfance dans des quartiers très populaires et en difficulté, tant sur le plan social que communautariste. Je pense avoir visité les abymes de la misère sociale lorsque j’ai été sdf après mes 2 ans d’armée. C’est un parcours atypique à la fois si riche en connaissance du terrain et si émouvant sur le plan humain. Lorsque l’on vient de ces milieux on se sent déconnecté pour ne pas dire abandonné, on imagine que « tout » est réservé à la classe supérieure, alors que c’est faux ! De nature altruiste, j’ai toujours rêvé de revenir à une France digne, puissante, unie, novatrice et ambitieuse comme on me l’a décrite pendant ma scolarité. C’est en lisant la Constitution du 4 Octobre 1958 que j’ai compris que nous ne respections plus un de ses principes majeur « Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple » ! C’est donc au nom de nos concitoyens abandonnés que j’ai entrepris de me lancer dans cette aventure. C’est à destination de tous que je mène ce combat et plus particulièrement à l’attention des jeunes sans emploi, des personnes souffrant d’un handicap, des mamans isolées, des personnes âgées, des victimes de la délinquance, des génies de notre société bloqués par des barrières administratives, des agriculteurs en souffrance, des petits patrons condamnés à mettre la clef sous la porte mais aussi de toutes celles et ceux qui ne croient plus en l’avenir. Comptant sans réserve sur l’appui du SIEL, c’est avec les valeurs de notre civilisation, de notre héritage culturel, de notre histoire unique et du potentiel du peuple de France que j’entends contribuer à la réfection de notre nation pour lui rendre toute sa splendeur.

Parmi vos adversaires on dénombre le député UDI sortant Charles de Courson, un candidat Front National (Thomas Laval) et d’autres candidats placés à droite de l’échiquier politique. N’êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde?

Je ne pense pas que nous ayons « La Droite la plus bête du monde » mais plutôt qu’elle est habitée par des individus parmi lesquels siègent des arrivistes, des opportunistes et des affairistes totalement déconnectés de la réalité. Ils ne font pas de la politique pour les autres mais pour eux et leurs proches. Ce n’est donc pas une division de la droite qu’incarne ma candidature, c’est une volonté d’expurger ceux qui n’y ont pas leur place. Comment peut-on se prétendre d’une droite républicaine lorsque l’on œuvre chaque jour à démanteler la Constitution de la Vème République au profit d’une Constitution Européenne dont les français ne voulaient pas? Ce scénario va à l’encontre de la République et de la Démocratie ! Charles de Courson a fait quelques bonnes actions mais si on les ramène à 24 ans de mandat c’est très peu, surtout pour les plus de 2 millions d’Euro qu’il a perçu à ce titre. C’est un homme du monde des affaires qui aime l’argent. Il n’a rien fait pour lutter contre le communautarisme, la délinquance, la misère sociale, l’immigration massive, le « chômage pour tous »… Thomas Laval est un véritable opportuniste, il incarne cette droite que nous aspirons avec le peuple à éliminer du terrain politique. Favorable au « Mariage pour tous » et niant « Le Grand Remplacement » il est indigne de siéger à droite. Il est le « Mister Selfie » du nouveau Front National, seuls son image et son mandat l’importent, le reste il le vit très loin depuis les soirées mondaines parisiennes. Conclusion : Non, je ne divise pas la droite, je la recompose avec des principes de valeurs et de convictions.

Si vous êtes élu, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d’autres partis, qu’ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN… ?

Si je suis élu je respecterai la confiance qui m’a été accordée par les électeurs de la 5ème circonscription de la Marne. Je serai leur porte-voix et serais favorable à une union des droites pour leur donner plus d’ampleur, ce qui ne m’empêchera pas d’être un électron libre du groupe, fidèle au projet du SIEL, et de ne pas voter aveuglément en faveur du groupe si les propositions ne me paraissent pas compatibles avec les attentes de nos concitoyens.

Législatives – Ouanessa Boudra (SIEL) : « cette « droite » parlementaire démontre l’existence en son sein de courants de pensée incompatibles avec la notion de conservatisme »

Posted:

Ouanessa Boudra, candidate SIEL dans la 2ème circonscription de Saône-et-Loire, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l’élection législative pour la 2e circonscription de Saône et Loire sous les couleurs du SIEL. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Ouanessa BoudraJ’ai adhéré au FN en 2010 et le quitte en 2016 pour rejoindre le SIEL déplorant que les problématiques identitaires et la défense de la famille soient évacués progressivement du programme tout comme la gestion autoritaire du parti. J’ai participé à « Oz ta Droite », le rendez-vous de Béziers les 27, 28 et 29 mai 2016 organisé par Robert Ménard où la nécessité du rassemblement de toutes les droites patriotes est apparue comme une évidence pour espérer un jour prendre les rennes de la France et connaître un véritable Printemps français. C’est à cette occasion que j’ai appris l’existence de ce jeune parti encore trop méconnu, le SIEL, en échangeant avec un de ses représentants, Monsieur Rousseau, responsable en Bretagne. J’ai donc rejoins ce mouvement, et son président Karim Ouchikh, qui m’ont séduite par leurs discours de vérité et leur courage à dénoncer la triste réalité du pays en proie à l’immigration massive, initiant un changement de population ou Grand Remplacement selon notre brillant écrivain Renaud Camus ; l’islamisation de la France, religion doublée d’une culture ou d’un modèle de société incompatible avec notre civilisation ; au diktat de l’Union Européenne malmenant la souveraineté nationale, orchestré par des technocrates apatrides non élus qui enferme la France dans un cadre économique, social et sociétal au détriment de son peuple, son histoire, son Identité ; la destruction de notre modèle familial initié par le Mariage pour Tous ; l’effacement de nos racines et traditions chrétiennes face à l’offensive « laïcarde égalitariste » mettant en péril les fondements même de notre civilisation.

Je représente donc le SIEL dans cette élection tout d’abord pour mes convictions, ensuite donner une notoriété à ce mouvement tant dans le paysage politique que médiatique et enfin contribuer à l’union de toutes les forces de droite conservatrice de ce pays afin de constituer en 2022 un bloc puissant capable de faire la différence pour l’emporter.

Dans cette circonscription actuellement détenue par Edith Gueugneau qui ne se représente pas, vous allez affronter un candidat DLF, un candidat UPR, une candidate PCD, un candidat FN et une candidate LR-UDI. N’êtes-vous pas en train de diviser la droite, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Diviser la droite non je ne crois pas bien au contraire ! La victoire d’Emmanuel Macron a fait tombé les masques des faux-semblants idéologiques. Après l’appel des dirigeants de LR-UDI à voter Macron au 2éme tour puis le soutien à la majorité présidentielle affiché par bon nombre de leurs cadres respectifs, il est clair que cette « droite » parlementaire démontre l’existence en son sein de courants de pensée incompatibles avec la notion de conservatisme sociétal inhérente à la définition de la DROITE.

Même problème avec le FN qui, après une campagne placée sous le signe du « ni droite, ni gauche » et la retraite prématurée de Marion Maréchal Le Pen, semble enclin à privilégier la ligne « chevènementiste » de Florian Philippot c’est à dire reconquérir la souveraineté nationale sans en défendre l’identité.

L’UPR, François Asselineau l’avoue lui-même, se compose aussi bien de militants se disant de gauche que de militants se disant de droite, faisant de la sortie non négociable de l’Union Européenne son seul cheval de bataille. Cette nouvelle période appelle à une clarification des orientations politiques de ces trois partis, préalable indispensable à l’émergence de la vraie droite française.

En ce qui concerne DLF et le PCD, des accords avaient été initiés pour les législatives malheureusement sans suite malgré une proximité doctrinale certaine. De toute façon ce passage devant les urnes est obligatoire pour donner une légitimité populaire à chacune de nos formations et mettre en lumière des convergences programmatiques rendant évidente je l’espère un accord tripartite, moteur d’une dynamique de recomposition droitière de conviction bien plus large.

Si vous êtes élue, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d’autres partis, qu’ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN… ?

Bien entendu, si nous voulons former une réelle opposition au bloc cosmopolite LREM, les divisions mineures doivent laisser place aux ententes majeures quant à la sauvegarde de notre civilisation avec le PCD, DLF et certaines personnalités à l’heure actuelle de LR et du FN.

Du 9 au 21 juin : festival de musique à Champeaux

Posted:

Aff-Fest-Champeaux-2017

Législatives – Guillaume de Longeville (SIEL) : « Les Républicains mènent localement quasiment la même politique que la gauche socialo-communiste »

Posted:

Guillaume de Longeville, candidat SIEL dans la 3ème circonscription de l’Allier, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature sous la bannière du SIEL à l’élection législative pour la 3e circonscription de l’Allier. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

RR8soL4JLe principal facteur ayant déclenché mon engagement politique a été le passage en force de la Loi Taubira contre l’avis de l’opinion public, en réprimant par la force et la violence l’opposition de millions de manifestants pacifiques, en rejetant tout débat démocratique préalable (notamment les 700.000 pétitions rejetées par le CESE, puis le refus de referendum), avec opacité sur les débats et sur les votes (à main levée), puis la trahison de la plupart des élus Républicains (LR) sur ces sujets (loi Taubira, PMA-GPA, délit d’entrave à l’IVG, etc.). Je pensais naïvement que François Hollande finirait par retirer ce projet de loi désastreux et désapprouvé par l’opinion publique, comme en son temps François Mitterrand avec le Projet de loi Savary. François Hollande, dans son fanatisme et son asservissement aux groupes de pression libertaires, a préféré se saborder en promulguant cette loi, rompre définitivement avec l’opinion public et renoncer à un second mandat.

J’ai réalisé ce jour là que nous sommes dirigés depuis ma naissance, il y a 37 ans, par des gens qui détestent la démocratie, qui se moque des plus faibles et des injustices, qui sont aux ordres de groupes de pression et d’officines voués à la déconstruction de ce qui a fait la France, nos mœurs et notre civilisation, et que chacun de nous avait une part de responsabilité dans cette situation dramatique. Car nous avons laissé depuis au moins 40 ans la place libre à des gens sans foi, ni loi, ni morale, ni amour du bien commun, du beau ni du vrai. À chaque élection nous votons sagement pour des gens que les médias subventionnés et instituts de sondage nous présentent comme étant fiables, propres sur eux et qui s’opposeraient les uns aux autres, mais qui, en réalité, s’organisent assez bien entre eux et détestent bien souvent ce en quoi nous croyons, ce que nous voulons et ce que nous sommes. Il ne suffit donc plus de voter, mais de s’engager personnellement pour proposer aux Français une offre politique vraiment nouvelle et enfin salvatrice. Le redressement de la France ne se fera pas sans chacun de nous. C’est pourquoi j’ai rejoint le SIEL.

Vous allez affronter le candidat DLF Marie-Laure Becouze ainsi que le FN Jean-Pierre Sigaud. N’êtes-vous pas en train de diviser la droite nationale, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

J’ai beaucoup d’estime pour ces candidats du Front National et Debout La France, comme j’en ai d’ailleurs aussi pour Ahmed Ghlamallah mon concurrent de l’UPR. J’avais souhaité que Marie-Laure Becouze ou Jean-Pierre Sigaud puissent être mon(ma) suppléant(e), ou que je puisse être le leur, pour une candidature de rassemblement et d’union des patriotes. Karim Ouchikh, le président du SIEL, y était favorable. Malheureusement cela n’a pu se faire en raison de blocages dans les états-majors à Paris et Nanterre. Mais sur le terrain, dans l’Allier, l’union des patriotes est déjà une réalité. Cependant, en ce qui concerne « la droite »,  je suis le seul candidat de droite dans la 3ème circonscription de l’Allier. Le FN, l’UPR et DLF sont officiellement « ni droite, ni gauche » et le candidat de la fausse droite Les Républicains, Gabriel Maquin, a le soutien des centristes et soutiendra, comme Alain Juppé, la politique ultra-libérale et libertaire d’Emmanuel Macron.

On le constate dans l’Allier depuis 30 ans : Les Républicains mènent localement quasiment la même politique que la gauche socialo-communiste, avec le même affairisme, le même socialisme rampant et la même absence de vision pour la France. C’est flagrant notamment à Vichy et Cusset, et encore plus au Conseil départemental de l’Allier où Les Républicains ont pris le pouvoir sur la gauche communiste il y a plus de deux ans et où personne n’a vu de différence dans l’action politique : toujours autant d’opacité, d’impôts, d’immigration (et de « migrants »), d’étatisme, de déconstruction de notre modèle de civilisation, d’abandon des familles et personnes âgées, vulnérables ou ayant un handicap, etc.

C’est pourquoi je suis objectivement le seul candidat clairement de droite dans ma circonscription. La vraie droite de convictions et des valeurs.

Si vous êtes élu, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d’autres partis, qu’ils soient du FN, du PCD, de DLF, de la Ligue du Sud… ?

Bien sûr ! Sans oublier le MPF de Philippe de Villiers, le CNIP, etc. Et pourquoi pas aussi avec quelques rares Républicains (LR) ayant de vraies convictions et valeurs, comme par exemple Henri Guaino. Je suis un homme libre et j’ai toujours refusé de me laisser enfermer par des esprits partisans ou sectaires. L’union fera évidemment la force.

Comme délégué régional du SIEL pour l’Auvergne et Rhône-Alpes j’entretiens déjà des relations cordiales avec de nombreux cadres et militants de tous ces mouvements. Nous avons beaucoup d’estime les uns pour les autres et nous nous rencontrons déjà régulièrement. J‘ai encore rencontré, par exemple, Jacques Bompard il y a quelques semaines et c’est avec plaisir et détermination que je travaillerai, avec lui comme avec Karim Ouchikh et tous les élus de ces mouvements amis, au sein d’un groupe parlementaire à vocation majoritaire pour défendre un programme de redressement et réanimation de la France et du Bourbonnais. Concernant la présence du FN dans ce groupe parlementaire, j’y suis aussi très favorable. Cependant je pense qu’il nous faudra malheureusement attendre que Nanterre clarifie sa ligne pas toujours à droite, et actuellement encore très étatiste, caporaliste et jacobine. Il ne faudrait pas que notre groupe parlementaire manque d’audace, de liberté et de courage à mener enfin la politique de droite qu’une majorité de Français attend.

C’est aux Françaises et Français de décider s’ils préfèrent continuer à « voter utile » comme les médias et instituts de sondage les poussent à le faire, et ainsi perpétuer une vieille classe politique qui a échoué et abîmé la France, ou s’ils veulent voter dés le premier tour pour leurs idées et nous donner enfin les moyens de faire entendre leur voix. Car il faut pas perdre de vue que chaque bulletin de vote mis dans l’urne équivaut à un don d’environ 2€ qui sera versé par l’Etat au parti du candidat pour lequel on aura voté. Que ce candidat soit élu ou non. Dans tous les cas, chaque bulletin de vote aide le parti du candidat. Aux Français de décider s’ils veulent continuer à engraisser les gros partis qui agissent ensuite contre leurs idées, ou s’ils veulent aider de jeunes partis qui défendent sincèrement leurs idées mais qui ont aussi besoin de ce soutien pour se développer et défendre leurs idées localement et auprès des médias.

8 et 9 juin: La Manif Pour Tous à Montélimar et Annecy

Posted:

Capture-d’écran-2017-05-23-à-10.48.30-1024x513 Capture-d’écran-2017-06-01-à-14.11.42-1024x518

« En marche » ne respecte pas le droit de propriété intellectuelle

Posted:

Le mouvement utilise en effet la fresque d’un artiste, y ajoute son slogan et le tour est joué :

« Alors, que s’est-il passé? Quand il a découvert l’utilisation qui avait été faite de sa fresque, C215 est littéralement sorti de ses gonds confie-t-il au HuffPost. « Non seulement ils l’ont utilisée sans mon autorisation, mais en plus il y ont ajouté leur slogan, qui peut laisser croire que j’adhère au mouvement », s’étrangle l’artiste. Il a donc pris contact avec Philippe Zaouati pour se plaindre, d’abord via Twitter, puis par téléphone, après que le référent ait fait retirer l’image, dit-il.

 C215 assure avoir été « pris de haut comme rarement » et que la conversation a rapidement tourné au vinaigre. « En gros, il me dit qu’il faut que je me calme, parce que c’est un collectionneur et qu’il possède d’ailleurs quelques-unes de mes œuvres », affirme Christian Guémy. Outre des propos grossiers proférés par son interlocuteur, l’artiste dit avoir entendu une chose bien plus grave, des « menaces »: « Il m’a dit: ‘tu verras quand on sera à la mairie dans trois ans, on fera effacer tes fresques ».
Après cet échange, les deux hommes vont poursuivre cette joute par SMS. Cette conversation, que Le HuffPost a pu consulter, atteste d’un dialogue tendu et fait mention des insultes et menaces évoquées par C215. Sur Twitter, le comité En Marche du 13e arrondissement de Paris laisse entendre de son côté que ce sont des raisons politiques qui ont motivé les protestations de l’artiste (captures ci-dessous). Ces tweets étaient toujours visibles au moment où cet article a publié ».

Législatives – Eric Belleperche (SIEL) : « il n’y a plus de droite en France depuis bien longtemps »

Posted:

Eric Belleperche, candidat SIEL dans 3ème circonscription de la Charente Maritime, a accepté de répondre à nos questions.

Pourquoi êtes-vous candidat ?

Capture d’écran 2017-06-06 à 22.01.11Fatigué de devoir voter par défaut ou pour des politiques qui retournent leur veste dès que le danger se fait sentir pour leur carrière, j’ai décidé de me rapprocher du seul parti qui défend des valeurs de droite et chrétienne. Je pense que tant niveau national qu’au niveau local, il faut que les électeurs puissent trouver des élus qui connaissent leur quotidien, et qui dédient leur temps à développer leur circonscription. J’ai décidé d’adhérer à un mouvement qui puisse donner espoir aux Français de trouver des politiques qui soient soucieux du bien commun de leurs concitoyens plutôt que de leur carrière, soucieux de véhiculer des valeurs qui ont fait la grandeur de la France, soucieux d’être conscient de la difficulté de créer et développer une entreprise en France. En ce sens, j’ai pensé que des gens de terrain comme moi devaient se lever pour proposer une alternative pragmatique et saine à ses concitoyens.

N’êtes-vous pas en train de diviser la droite ?

Je considère qu’il n’y a plus de droite en France depuis bien longtemps. Nos politiques sont pour la plupart des larves à la solde du système, achetés pour conserver leur poste, mais surtout incapables de se battre pour des valeurs. La vraie droite doit être la somme de toutes les bonnes volontés de terrain, qui par leurs convictions, remettront en place les fondations d’une force conservatrice profonde et incorruptible car indubitablement libre ! 

Si vous êtes élu, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d’autres partis, qu’ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN… ?

Je suis convaincu qu’il ne s’agit pas de partis, mais bel et bien d’hommes. Les individus peuvent être sincères localement, encore faut-il qu’ils aient les mêmes idées que nous sur les sujets qui nous importe. Des concessions peuvent être cédées à condition de ne pas édulcorer le fond, sans quoi la boisson n’aura plus aucun goût et nous ne ferons pas mieux que les autres.

Comment concevez-vous votre rôle de député ?

Je conçois le rôle de député comme serviteur de la nation au service de sa circonscription. Un député doit être un homme de terrain sachant gérer le budget de sa région comme le budget d’une entreprise. Devant rendre des comptes aux actionnaires qui sont les siens, c’est dire les habitants de sa circonscription. Devant être intègre dans la gestion de sa région. Devant défendre les valeurs de son mouvement, en étant présents lors des votes stratégiques. Enfin, je conçois qu’un député ne doit pas vivre uniquement de la politique pour gérer sa circonscription de manière à rester de libre de ses décisions, il doit conserver une activité professionnelle.

Quelle est votre ambition pour le territoire ?

De formation ingénieur des techniques agricole de Clermont Ferrand, j’ai implanté mon entreprise dans les Charentes à Aigrefeuille d’Aunis, il y a deux ans, pour fabriquer des fertilisants. Nous avons créé six nouveaux emplois en l’espace de 20 mois sans aucune aide du département ou de la région. Mon expertise de gestion de l’entreprise me permet d’avoir une analyse poussée dans ce domaine. Je pense qu’il faut démarcher les entreprises privées à venir s’installer dans les zones de revitalisation rurale de notre circonscription. Nous avons les axes logistiques avec le TGV et l’autoroute A10. Il faut qu’on sache communiquer sur nos atouts et être pro actif vis à vis des sociétés privées, il faut faire du démarchage entrepreneurial.

Les PME PMI sont le cœur de la France, mon ambition est de les aider à se créer, se développer et bien sûr embaucher ! Nos centres villes meurent au profit des zones commerciales ; il faut par tous les moyens que nous avons en notre pouvoir leur redonner vie. La population de notre circonscription vieillit, j’ai l’ambition de redonner aux jeunes l’envie de rester dans leur circonscription en y trouvant, services, travail et loisirs. Enfin, nos médecins fuient les campagnes, il faut que nous allions solliciter les jeunes cadres médecins à s’installer dans notre circonscription pour que chacun puisse avoir le même traitement de la maladie.

Trouvez-vous moral d’embaucher comme Attachés Parlementaires des personnes de son entourage plutôt que des gens diplômés ?

Tout est histoire de compétences, peu importe que les personnes soient de votre entourage ou non, pour peu qu’elles soient compétentes. Par essence, je sais qu’il est toujours difficile de travailler en famille, personnellement je ne préfère pas. Dans le même cadre, je trouve stupide la discrimination positive qui consiste à imposer la parité homme/femme sans tenir forcement compte du savoir-faire mais juste pour respecter des quotas. La compétence doit primer.

Quelle sera la première loi que vous proposerez à l’Assemblée Nationale ? Et la première que vous souhaiteriez voir abrogée ?

1re loi proposée : Diminuer les charges sur les PME-PMI, c’est le tissu d’emploi de la France.

1ère loi à voir abrogée : Ouverture des frontières de Schengen, il faut contrôler les frontières.

Légalisation du cannabis : pour ou contre ?

Contre absolument.

Légalisation de l’euthanasie : pour ou contre ?

Contre, l’accompagnement thérapeutique est suffisant avec les soins palliatifs. Les dérives de l’euthanasie pourraient avoir des dérives dangereuses.

Que pensez-vous du mandat unique dans le temps ?

Tout est histoire de temps et de disponibilités, je ne vois pas comment gérer plusieurs mandats à la fois.

Législatives – Marie de Blic (PCD) : « Les partis sont en train de subir un tremblement de terre »

Posted:

Marie de Blic, candidate à l’élection législative dans la 5e circonscription d’Ille et Vilaine, a accepté de répondre à nos questions.

Vous avez annoncé votre candidature à l’élection législative dans la 5e circonscription d’Ille et Vilaine. Pourquoi vous lancez-vous en politique ?

Marie-de-Blic-12-310x175-1Ce sont les évènements qui m’ont lancée plutôt, ceux de 2013 ! Depuis longtemps déjà, mon tempérament actif et militant m’avait conduite à m’engager dans les associations familiales catholiques, avec toutes les ramifications qu’un tel engagement peut susciter : conseils d’administration divers (UDAF, UNAF, ESAT…), représentation des familles dans des organismes internationaux. Mon expérience d’épouse et de mère de famille nombreuse a parfois eu du mal à être considérée correctement : n’est-elle pas aussi valable que les cartes de visite ronflantes d’experts universitaires ou de responsables politiques qui n’ont pas eu d’enfants, ou ne les connaissent que par des pathologies ? Bref, j’ai vu en 2013 que l’abandon du champ politique aux « modernes » avait atteint son summum ; il était temps de le réinvestir avec humilité.

Dans cette circonscription détenue par Isabelle Le Calennec, LR, qui se représente, vous allez affronter un candidat DLF et FN. N’êtes-vous pas en train de diviser la droite nationale, vérifiant la formule selon laquelle nous avons la droite la plus bête du monde ?

Je ne sais pas ce qu’est la droite nationale. Les partis que vous citez sont en train de subir un tremblement de terre : dans notre circonscription, le FN a changé de candidate à la dernière minute, DLF a aussi changé de titulaire et présente un candidat avec son épouse pour suppléante, LR a soi-disant un accord avec l’UDI mais plusieurs élus UDI du territoire soutiennent la concurrente En Marche qui elle-même ne fait pas l’unanimité LREM. Donc ne rêvons pas : il n’y a pas quelque chose que je serais en train de diviser, il y a au contraire un projet unificateur que je suis en train de porter. Une vision de notre société basée sur le réel : il existe un ordre naturel (oui !), les hommes ont des réalités multiples mais doivent vivre en société pour survivre, et notre mission de responsables politiques est juste d’organiser la vie collective dans l’intérêt du groupe (bien commun). Donc les suffrages qui se porteront sur les candidats du PCD ce dimanche seront très utiles pour calibrer l’électorat qui partage cette expérience du réel et clarifier l’avenir pour les décideurs

Si vous êtes élue, serez-vous favorable pour former un groupe parlementaire avec des élus d’autres partis, qu’ils soient de LR, du PCD, de DLF, du FN… ?

Oui, bien sûr. Les Français sont lassés des attitudes politiques infantiles, des refus de collaborer pour cause d’étiquette, des susceptibilités irrationnelles : d’ailleurs, comment analyser l’attitude de M. Juppé qui essaie de faire perdre son mandat de député à Jean-Frédéric Poisson, et donc son crédit national ? Oui, je travaillerai avec ceux qui partagent une même vision de l’homme, de la France, du monde. J’ai acquis, notamment au sein de ce parlement des familles qu’est l’UNAF, une expérience du dialogue, de l’écoute, de la négociation, de l’intelligence collective. Je la mets déjà au service de mon engagement politique, et je me réjouis de tous les encouragements positifs à le poursuivre, pour les générations qui viennent et pour l’amour de la France.

L’autre intérêt des élections législatives : le financement des partis pour 5 ans

Posted:

Unknown-7Pourquoi autant de candidats par circonscription ? Car la manne financière est loin d’être négligeable.

Chaque voix rapporte 1,42 euro et chaque député procure une prime de 37.000 euros à son parti. Par an.

Pour les socialistes l’année dernière, cette rente s’est élevée à 25 millions d’euros, soit presque la moitié du budget annuel du parti. Mais à cette époque-là, le PS approchait les 300 députés. Un nombre qui devrait être divisé par dix. Dans cette perspective, le PS devra faire des réductions de dépenses. Au siège, les 130 salariés permanents craignent le plan social.

La situation financière n’est pas meilleure chez Les Républicains. L’organisation de la primaire a rapporté beaucoup plus d’argent que prévu, mais la dette des Républicains, est toujours supérieure à 50 millions d’euros. Alors le parti espère limiter la casse à l’Assemblée. Mais Daniel Fasquelle, le trésorier des Républicains, a déjà pris rendez-vous avec les banques au lendemain du deuxième tour pour renégocier les échéances.

Sachez le : quand vous voterez, vous financerez aussi un parti.

L’antiterrorisme dirigé contre les Français

Posted:

Les mesures que propose le gouvernement d’Emmanuel Macron vont restreindre les libertés publiques. Face au terrorisme islamique, rien n’est envisagé concernant les immigrés, l’islam, les mosquées, les imams… Plutôt que de définir l’ennemi, Macron préfère instaurer la répression : opposants politiques, syndicalistes, associations…

DBxyeFMXoAA4vzQ

Les sénateurs de la République dominicaine rejettent la dépénalisation de l’avortement

Posted:

Le 31 mai, les sénateurs de la République dominicaine ont rejeté les demandes du gouvernement de dépénaliser l’avortement dans certains cas (quand la grossesse met en danger la vie de la mère, quand elle résulte d’un viol ou d’un inceste, et quand le fœtus n’a aucune chance de survie). La commission nommée par les sénateurs a recommandé de rejeter cette proposition, ce qu’ils ont fait par 27 voix sur les 29 présents.

Les évêques ont félicité les sénateurs par un long communiqué où ils soulignent notamment qu’ils sont conscients des énormes pressions internationales qu’ils ont subies (OMS, ONU, Amnesty…), et des critiques virulentes qui s’abattent sur eux,

« mais l’histoire les récompensera, parce qu’ils ont défendu ceux qui sont sans voix, et ont démontré que la grandeur de notre nation s’exprime dans la protection des plus faibles ».

Il a parlé de la Bible à ses élèves, il est suspendu

Posted:

Lu dans Minute sous la plume de Jeanne Smits :

Stories.virtuemart.product.2825_page_01nsp_106« Tout a commencé, pour cet enseignant arrivé il y a deux ans dans le « RPI » (regroupement pédagogique intercommunal) de Malicornay, le jour où un de ses élèves lui a demandé : « C’est qui le Monsieur accroché sur la croix ? » Dans ce petit coin de France profonde où parler de « chères têtes blondes » a encore un sens, la question a sonné comme une accusation. Elle mettait à nu l’incapacité contemporaine de transmettre la culture, l’histoire, les images mentales, les références communes d’un peuple – ou tout simplement d’expliquer ce que fait là ce bâtiment, avec un clocher, au centre du village.

Aussi l’instituteur a-t-il décidé d’enseigner le « fait religieux » en s’appuyant sur des textes de l’Exode et quelques autres. […] L’instituteur a dispensé 6 (six) heures de cours autour de la Bible et des textes chrétiens en cinq mois, dictées compris

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s