Le Colonel :« En acceptant l’administration par décrets au lieu du gouvernement par referenda, le peuple souverain a signifié son abdication.

u are here: Home / Actualités / Europe/UE / Politique / Société / Le dernier président
Actualités, Europe/UE, Politique, Société
Le dernier président
11 mai 2017 By Régis Ollivier 5 302

Par Stratediplo, le 11 mai 2017

Le Colonel

« En acceptant l’administration par décrets au lieu du gouvernement par referenda, le peuple souverain a signifié son abdication. » Je ne suis pas loin de penser la même chose. //RO

© Logo by Pierre Duriot

L’électorat français vient d’élire le dernier président de la République n° 5.

Le beau monde de la communication jubile en déclarant que l’investiture suprême d’un technocrate qui n’avait jamais sollicité de mandat élu de sa courte carrière est une victoire éclatante de la mercatique. On objectera que celle-ci s’attache plutôt à mettre sur le marché des produits existants qu’à construire des mythes à base de vent. A l’époque où les écoles de commerce françaises proposaient leurs premiers cours de marketing social et politique, le ponte de la publicité politique Séguéla prétendait faire croire à sa mère qu’il était pianiste dans un bordel. Le succès magistral qui le rendit aussi célèbre que son simple mais génial slogan de la « force tranquille » s’appuyait cependant sur la stature d’une personnalité vétérane de la politique française sous trois républiques, ancien ministre de premier rang sous la n° 4, l’homme qui avait mis en ballotage électoral l’ancien officer félon auteur de quatre coups d’état. Cette fois-ci il a fallu utiliser des procédés déloyaux et même illégaux jusqu’après l’entrée en vigueur du couvre-feu électoral, utiliser à outrance la propagande mensongère jouant sur la propension à l’amnésie des foules afin de faire passer un ancien ministre empartidé pour un puceau de la politique et forcer la réclame pour repeindre à la grosse louche un oligarque politico-financier membre de tous les directorats apatrides en électron libre antisystémique. Faute de produit on ne peut pas parler de publicité commerciale, et vu l’ampleur vraisemblable de la fraude en l’absence d’observateurs étrangers de la transparence du scrutin il est abusif de parler de succès commercial d’un achat imposé sans alternative autorisée.

Le monde patriote, lui, jubile moins en se rappelant que l’ordre « en avant, marche ! » ne peut produire que le désordre s’il n’est pas précédé de l’ordre préparatoire « garde-à-vous !« . Celui-ci, même non incorporé au slogan, a été d’ailleurs largement dicté par tous les meneurs d’opinion et toutes les autorités intellectuelles et même politiques, en infraction à la neutralité supra-partisane théoriquement imposée à l’Etat et à ses serviteurs soldés sur les impôts des citoyens de toutes les orientations.

Le monde opaque de la finance, pour sa part, déjà choyé deux mandats plus tôt par le premier président de la République issu de l’immigration (et élu sous un faux nom) qui avait clamé haut et fort vouloir gouverner pour les agences de notation (du « risque pays » attaché à la dette souveraine), puis plus récemment par son continuateur en dérégulation, n’aurait pu rêver mieux qu’un poulain issu de son propre sérail (bancaire) aussi confirmé que pantouflé, et intronisé dauphin de l’exécuteur en fin de mandat de liquidation pourtant adoubé par un parti abusivement associé à un passé marxiste.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s