Le Salon Beige: 33 nouveaux articles:GPA : Ludovine de La Rochère dénonce le mensonge de Macron lors du débat-et varia

Le Salon Beige: 33 nouveaux articles

6 mai : rosaire pour la France à Toulouse
C’est arrivé un 5 mai…
Débat : Marine Le Pen a-t-elle voulu faire comme Donald Trump ?
Le pape François recevra Donald Trump le 24 mai
Thibaud Collin : « On peut être catholique et voter FN bien sûr ! »
10 mai 2017 : les Sentinelles contre l’esclavage
Les jours de l’obamacare sont comptés
GPA : Ludovine de La Rochère dénonce le mensonge de Macron lors du débat
Un peu plus loin dans l’abominable
Pour se détendre, une petite bière des carmélites de Sens? (Add.)
Vers l’explosion de LR ?
Jean-Luc Mélenchon se fâche avec tout le monde
Le sexe neutre, cela n’existe pas
Nigel Farage a publiquement fait savoir qu’il soutenait Marine Le Pen
« Parce que c’est notre projet » (de l’oligarchie politique et financière »
Il est grand temps que la France s’investisse dans une véritable politique de civilisation
Ingérence d’une puissance étrangère dans l’élection présidentielle = tollé médiatique
Emmanuel Macron en campagne
Le pire aspect du revenu universel, c’est qu’il sapera la volonté, la force et la vitalité du peuple
Rappel aux 700 000 signataires de la pétition CESE jetée à la poubelle par JP Delevoye
Contre Macron ce soir à Odéon
Alain Toulza vote Marine Le Pen
Ce face-à-face entre la Nation et le monde va bien au-delà des frontières de la France (BBC)
Des gagnants de la mondialisation voteront Marine Le Pen
Appel de jeunes à l’Union sacrée contre un nouveau quinquennat perdu
Tout sauf Macron
Avec le référendum d’initiative populaire, les Français auront leur mot à dire dans la France de Le Pen
Ces cinq députés ridicules qui suivent Emmanuel Macron
Donald Trump nomme une pro-vie au planning familial
L’absence de cohérence, péril des peuples
4 mai : soirée sur Jérôme Lejeune à Toulouse
4 mai : 9ème Messe de Neuvaine pour la France en l’église de Pont de Veyle
6 mai : rosaire pour la vie à Notre-Dame de Paris

6 mai : rosaire pour la France à Toulouse

Posted:

Le Groupe de Prière Toulousain “ Saint Louis de France” vous invite à un ROSAIRE pour la FRANCE le samedi 06 Mai 2017 de 14h00 à 16h00, en l’église Notre-Dame de La Dalbade de Toulouse.

« France ! Qu’as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Saint Jean-Paul II, au Bourget-Paris en 1980.

C’est arrivé un 5 mai…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

le 5 mai : fête de Saint Hilaire d’Arles, évêque d’Arles.

Hilaire d’Arles, (401 – 5 mai 449) est des moines-évêques qui, à la suite de saint Martin, répandent la foi catholique en Gaule. Il est archevêque d’Arles de 430 à sa mort. Moine au monastère de Lérins, il est élu de force évêque, à 29 ans. Ce qu’il refuse en disant qu’il ne se soumettra que si Dieu lui montre de manière évidente que telle est Sa volonté. Une colombe blanche comme neige vient alors se poser sur sa tête, et elle ne s’envole qu’après qu’il eut donné son assentiment. Arles est à l’époque une métropole dont la juridiction englobe plus de 25 évêchés de Provence. Hilaire tombe malade à l’âge de 48 ans et, après avoir désigné son successeur, il remet son âme à Dieu, le 5 mai 449.

le 5 mai 614 : les Perses de Chosroès II prennent Jérusalem.

Ils emmènent non seulement le patriarche et la population en captivité (35 000 habitants vendus comme esclaves, mais ils s’emparent de la Vraie Croix, trophée de leur triomphe sur l’empire byzantin. Les églises sont détruites. C’est en 630, que l’empereur byzantin Héraclius Ier, vainqueur des Perses à Ninive en 627, ramène la Vraie Croix à Jérusalem. La ville tombe ensuite aux mains des musulmans en 638.

le 5 mai 877 : consécration de la Collégiale Sainte-Marie.

Construite par Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne à Compiègne, dont il voulait faire la capitale de l’Empire d’occident elle est devenue depuis l’abbaye Saint-Corneille. La Révolution met fin à son histoire presque millénaire. L’abbaye royale, alors riche et célèbre, Panthéon de Compiègne, est profanée, pillée et laissée à l’abandon, en 1793. Les derniers bâtiments de l’abbaye sont bombardés en 1940 par l’aviation nazie.

le 5 mai 1308: ouverture des états généraux à Tours.

Les États généraux du royaume de France, convoqués par Philippe IV le Bel le 25 mars 1308, au sujet de la mise en jugement et de la condamnation des Templiers. Ils se réunissent entre le 5 et le 15 mai 1308 à Tours et approuvent la condamnation de l’ordre.

le 5 mai 1561 : Charles IX est sacré Roi en la Cathédrale de Reims.

Voir les chroniques des 5, 15 et 30 mai, du 27 juin et du 24 aout.

le 5 mai 1672 : d’Artagnan prend ses fonctions de gouverneur de Lille.

N’aspirant qu’à retrouver les champs de bataille d’Artagnan est un piètre gouverneur. Les tensions avec Vauban et son inaptitude à gouverner une grande ville de 50 000 habitants, au rôle stratégique majeur expliquent qu’il soit relevé en décembre 1672. Le Roi utilise de nouveau cet homme, en qui il a une totale confiance, là où il est le plus efficace : sur les champs de batailles.

le 5 mai 1789 : ouverture des États généraux à Versailles.

Le Roi Louis XVI a convoqué les états généraux à Versailles pour résoudre le problème du déficit du budget. Les réformes fiscales royales ayant échoué à cause de la noblesse, les finances de la France sont dans un état déplorable. Les loges qui travaillent les élites de la nation depuis près d’un siècle vont saisir l’occasion pour détruire le principe monarchique, qui trouve son fondement dans le baptême de Clovis à Reims. Il est surprenant de voir que 481 ans après, jour pour jours, les Etats généraux après avoir donné un vernis de légalité aux décisions du Roi Philippe IV le Bel, sont l’instrument de la chute de la monarchie française.

le 5 mai 1793 : les troupes républicaines Quétineau capitulent à Thouars devant les Vendéens.

Voir la chronique du 2 mai.

le 5 mai 1821 : mort de Napoléon Ier, empereur des Français, en exil à l’île de Sainte-Hélène.

Napoléon Bonaparte meurt en exil à l’île Sainte-Hélène, a priori d’un cancer de l’estomac, selon le rapport d’autopsie fait par le médecin anglais de l’ile d’Elbe. La thèse est contestée par certains qui parlent d’empoisonnement à l’arsenic.

le 5 mai 1862 : première bataille de Puebla.

Les soldats français commandés par Charles de Lorencez échouent devant Puebla. La ville est un point clé à tenir sur la route de Mexico. Les Français perdent près de 500 hommes et la moitié de leurs munitions d’artillerie employées au bombardement. Les Mexicains ne comptent que 83 morts et 132 blessés. Les Français reviennent l’année suivante en faire de nouveau le siège. Depuis cette date, le 5 mai est un jour de fête nationale au Mexique.

le 5 mai 1917 : le général Estienne engage les premiers chars dans un combat, à Laffaux dans l’Aisne.

Inventé par les Français comme appui à l’infanterie, ce sont les Allemands qui sauront tirer le meilleur parti de ce nouvel outil de combat en 1940.

le 5 mai 1998 : signature des accords de Nouméa.
le 5 mai 2002 : Jacques Chirac est élu président contre Jean Marie Le Pen.

Débat : Marine Le Pen a-t-elle voulu faire comme Donald Trump ?

Posted:

A propos du débat présidentiel d’hier soir, David Desgouilles déclare au Figaro :

« Marine Le Pen a en effet raté complètement son débat, ce qui tranchait avec la bonne campagne de second tour entamée dès le lundi 24 avril. En fait, c’est davantage son comportement qui est en cause. Ces derniers mois, on avait pu constater que Marine Le Pen pouvait se montrer convaincante en matière économique devant des journalistes. Mais elle le faisait avec le ton adéquat. Ces sujets pointus nécessitent précisément du calme et de la pédagogie. »

Unknown-15
Mais d’adressait-elle aux journalistes, ou même, à son adversaire ? Il faut en effet prendre en compte le fait que bon nombre de Français ne comprennent rien en économie, sinon que la vie devient plus dure au quotidien, notamment au sein de ce que Christophe Guilluy appelle la France périphérique, et ces Français ne jugent pas un candidat sur l’équilibre du budget décrit dans le programme (et d’ailleurs ce n’est pas le sujet : on juge surtout sur la capacité d’un chef à prendre la bonne décision au bon moment).

Les médias, qu’ils soient français ou américains, fustigaient l’an passé les écarts de langage de Donald Trump face à Hillary Clinton, la candidate -là aussi- du système. Or, il s’agissait d’une véritable stratégie, gagnante aux Etats-Unis : Donald Trump n’a pas cherché à convaincre les businessmen de Wall Street, mais il a réussi à mobiliser des électeurs qui avaient voté pour le candidat d’extrême-gauche Bernie Sanders lors de la primaire démocrate perdue face à Clinton, ainsi que les abstentionnistes qui avaient perdu depuis longtemps le goût de la chose politique, chose réservée aux élites, aux gens qui comprennent les subtilités de la finance ou des relations internationales…

Ainsi, Marine Le Pen a-t-elle cherché, elle aussi, par son attitude, plutôt que par des arguments, à rallier les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (et bon nombre à droite s’indignent de ses mesures économiques de gauche) ainsi que les électeurs qui ne se sont pas déplacés le 23 avril, ce populo qui en a « raz la casquette » de ne plus vivre en paix chez lui ou qui ne parvient pas à boucler ses fins de mois ?

A quoi servait-il à Marine Le Pen de dérouler des arguments précis et chiffrés dans la France de la téléréalité… Nous avons les élites que nous méritons. Avait-elle vraiment une chance de convaincre les catégories CSP+, qui préfèrent surveiller le cours de leurs actions en bourse plutôt que la réalité des quartiers perdus de la République ?

Elle a certainement échoué à faire craquer celui qui avait laissé entendre qu’il pourrait quitter le débat s’il servait de punching ball (était-ce même calculé afin de forcer Marine Le Pen à être sur le mode agressif ?). Il a très bien résisté et a su créer des écrans de fumée quand il le fallait (il a même su mentir). Elle a sans doute voulu montrer qu’elle est capable d’aller au charbon, ce qui fait que, unanimement, le débat a été perçu comme brutal et dur. Elle a voulu dissuader les indécis de voter pour l’héritier de François Hollande, le jouet de la haute finance et des puissants. C’est une stratégie et l’on verra très bientôt si elle aura été gagnante.

Le pape François recevra Donald Trump le 24 mai

Posted:

C’est officiel :

« Le pape François recevra le président américain Donald Trump le 24 mai, a annoncé jeudi le Vatican, alors que les deux hommes avaient exposé leurs profondes divergences pendant la campagne électorale américaine l’an dernier. L’audience aura lieu à 8H30 (6H30 GMT) au Vatican, a précisé le Saint-Siège.

M. Trump est ensuite attendu le 25 mai à Bruxelles, avant de revenir les 26 et 27 mai en Italie pour le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du G7 à Taormina (Sicile). M. Trump a annoncé jeudi à Washington qu’il se rendrait à la fin du mois en Arabie saoudite, en Israël et au Vatican pour son premier voyage à l’étranger depuis son arrivée à la Maison Blanche ».

Thibaud Collin : « On peut être catholique et voter FN bien sûr ! »

Posted:

Thibaud Collin : « On peut être catholique et… par bvoltaire

10 mai 2017 : les Sentinelles contre l’esclavage

Posted:

Les Sentinelles communiquent :

18198270_1630538680326215_1935389254960975494_n

Le 10 mai, c’est la journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. Mémoires ? Bien sûr, il faut se souvenir de toute notre histoire, avec ses pans obscurs et ses pages lumineuses. Pas pour entretenir une vaine gloriole ou une culpabilité déplacée, mais parce que cette histoire qui nous a façonnés comme peuple est une de nos racines. Coupés d’elle, nous ne pouvons prétendre restaurer notre cohésion si ébranlée par des décennies de révisionnisme institutionnalisé.

Les frontons de nos édifices publics affichent notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité. L’esclave n’est plus libre, il n’est pas l’égal de l’homme qui l’est resté et qui lui témoigne bien peu de fraternité.Mais faut-il croire ceux qui prétendent que l’esclavage est aboli ? La naïveté n’est hélas pas de mise. Certaines forme d’esclavage n’ont jamais été abolies dans les faits : depuis toujours, les proxénètes prennent le « pain de fesse » à leurs prostituées. Les conditions serviles subissent des mutations : le monde du salariat devient chaque jour plus violent pour les faibles et l’uberisation précarise une partie du monde du travail, exposant de nombreuses personnes à des risques inconsidérés. Et une nouvelle forme de traite et d’esclavage a vu le jour avec la gestation pour autrui : les gamètes, la grossesse et l’enfant deviennent l’objet de transactions.

Les Sentinelles depuis bientôt 4 ans luttent pour que tous les esclavages soient abolis, sans jamais rien lâcher. Le 10 mai à partir de 20:00, elles se retrouveront sur la magnifique Place Vendôme, non pour participer à une effervescence quelconque suscitée par l’actualité politique imprévisible, mais pour poursuivre une lutte anthropologique qui durera longtemps.

Vous êtes invité à les rejoindre et à veiller avec elle, debout, en silence, en respectant l’ordre public et les distances, avec bienveillance, patience et détermination. Comme toujours, s’inscrire sur l’évènement Facebook est facultatif. A bientôt.

Des Sentinelles

Les jours de l’obamacare sont comptés

Posted:

La Chambre des représentants a adopté un texte d’abrogation de la loi emblématique de Barack Obama sur la santé. Le président de la Chambre, Paul Ryan, a déclaré :

« Cette loi est la concrétisation de la promesse que nous avons faite aux Américains ». « Nombre d’entre nous attendions ce jour depuis sept ans ».

Le vote final fut très serré : 217 voix contre 213. Les 193 démocrates et 20 républicains ont voté non.

Le débat se déplace désormais à la chambre haute du Congrès, le Sénat.

GPA : Ludovine de La Rochère dénonce le mensonge de Macron lors du débat

Posted:

Ludovine de La Rochère est interrogée dans Famille chrétienne. Extraits :

Unknown-14
« Vous avez appelé à voter contre Emmanuel Macron. Est-ce le rôle d’un mouvement associatif d’entrer dans le jeu politique et de donner de telles consignes, qui plus est dans ce moment tendu ?

Il est vrai que nous sommes dans une période particulièrement délicate. De manière générale, la Manif Pour Tous s’est tenu en retrait des différentes échéances électorales depuis 2013. Nous avons seulement diffusé les verbatim et les éléments de programme des candidats sur les sujets familiaux et sociétaux. Nous avons toujours voulu jouer ce rôle d’apporteurs d’informations. Au moment d’arriver à ce second tour, c’est vrai que nous avons publiquement dit que le programme d’Emmanuel Macron était rigoureusement la suite des projets initiés par François Hollande. Il avalise les conséquences de la loi Taubira, notamment la PMA sans père, qui représente un bouleversement anthropologique sans précédent. La cohérence commandait que l’on dise : « sachez que ! » aux Français qui ont été immensément nombreux à manifester contre ces projets. C’est pourquoi nous l’avons qualifié de « candidat ouvertement anti-famille. »

Comprenez-vous ceux qui s’indignent de votre « soutien » tacite à Marine Le Pen ?

Évidemment, cela suscite l’amalgame et la caricature. On nous reproche de ne pas nous élever contre Marine Le Pen. Mais les éléments du programme du Front national qui peuvent heurter nos concitoyens ne sont pas ceux sur lesquels nous avons une légitimité. De fait, les chrétiens s’interrogent sur la solidarité due à toute personne, y compris d’origine étrangère. Ne souhaitant pas faillir à la charité, les chrétiens se demandent quelle doit être sa traduction en matière de politique publique, au-delà de l’exercice personnel de la charité. Ce sont des questions fondamentales qui sont complexes et difficiles à résoudre. Mais cela n’empêche pas de constater que le programme familial d’Emmanuel Macron est catastrophique. La place de la famille est une clé majeure du débat. Cellule de base de la société, premier lieu de solidarité et refuge des plus vulnérables, à commencer par l’enfant, la famille doit être au cœur des politiques publiques. Elle doit être protégée, choyée, car elle est irremplaçable. Dans ce domaine là, avec Emmanuel Macron, nous sommes face à un François Hollande « bis ». Il ne faut pas nier la souffrance générée par ces bouleversements de civilisation sociétaux. Ceux qui subissent déjà et subiront demain les effets de la PMA sans père et de la GPA, les enfants orphelins et les femmes exploitées, sont des oubliés qu’on ne voit pas.

S’agissant d’Emmanuel Macron, est-on sûr du « pire » ? Que pourrait-il se passer sous son mandat ?

Sur les sujets sociétaux, Emmanuel Macron est la continuité de François Hollande. Au mot-près. Il est favorable à la PMA sans père, et se cache derrière le Conseil consultatif national d’éthique (CCNE), qui va rendre un avis dans quelques semaines. Sur la GPA, exactement comme François Hollande, il dit qu’il est contre, qu’il ne la légalisera pas, mais il veut l’acter dans les faits ! Il prétend que ces enfants sont apatrides, ce qui est rigoureusement faux. La protection de l’enfant est utilisée pour faire avancer la GPA de fait. Demain, on va nous dire qu’il y a beaucoup de GPA, donc qu’il faut l’encadrer. Et tout comme François Hollande, il risque de s’en prendre à la famille par d’autres biais. Il est par exemple favorable au prélèvement à la source, c’est-à-dire à l’individualisation de l’impôt. C’est une étape qui permettra, demain, de supprimer toute caractéristique familiale dans le traitement de l’impôt, comme le recommande déjà le think-tank progressiste Terra Nova. Il n’y aura plus cette solidarité familiale qui correspond à l’un des engagements du mariage. C’est la marche vers l’individualisation de la société par tous les moyens.

Lors de son débat face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron a défendu la reconnaissance des enfants nés à l’étranger de GPA, en arguant qu’ils n’avaient pas d’identité juridique…

C’est un mensonge éhonté. Ces enfants – et heureusement ! – sont comme tout le monde inscrits à l’état civil de leur pays de naissance. Ce ne sont pas des « fantômes de la République » comme les partisans de la reconnaissance des enfants nés de GPA le disent. Ils ont la nationalité de leur pays de naissance. Et un enfant élevé sur le sol français par des Français acquière la nationalité dans les cinq ans, en vertu de l’article 21-12 du Code civil. Cette reconnaissance des enfants nés de GPA à l’étranger est bidon. Ce n’est qu’un prétexte, pour retirer des freins psychologiques qui auraient dissuadé des Français d’acheter des enfants à l’étranger. Surtout, on nous dit qu’il faut « protéger » l’enfant, mais quelle est la première protection qui lui est dû si ce n’est de ne pas l’arracher à sa mère ? Ce n’est d’ailleurs pas lui qui a des problèmes administratifs, ce sont les adultes, c’est eux que cela dérange… D’autre part, il faut savoir que le véritable enjeu de cet état civil, c’est que les commanditaires des GPA veulent faire disparaître la mère porteuse et obtenir l’inscription d’une filiation bidon. Je constate néanmoins que, grâce à la mobilisation de l’opinion publique ces dernières années et aussi au travail de Sylviane Agacinski, plus personne dans le monde politique n’ose se déclarer ouvertement favorable à la GPA.

Pouvez-vous croire en la bonne foi d’Emmanuel Macron, quand il a encore répété hier soir qu’il était contre la GPA ?

J’invite à regarder de très près ses déclarations sur ce sujet. Dans Le Figaro du 29 avril dernier, il déclare : « J’acte le fait que de grandes démocraties comme les USA ou la Grande-Bretagne ont accepté la GPA, mais il y a aussi des pays où cela se fait sans respecter nos valeurs, dans une sorte d’esclavagisme des femmes. Il est possible d’aboutir à un accord de protection des droits des femmes et des enfants, dans le cadre du droit international privé. » Traduisons-le : il fait la différence entre différentes formes de GPA. Il n’est donc pas opposé au principe même de la GPA. Il l’accepte si elle est encadrée… ce qui signifie, tôt ou tard, légalisée. Il est d’ailleurs bien renseigné, car il y a des discussions en cours à la conférence de La Haye (organisation ayant pour but l’harmonisation du droit international privé, NDLR) pour donner un cadre à la GPA. Je souligne aussi que, dans une « lettre ouverte aux LGBTI » publiée le 16 avril, il dit qu’il s’attaquera «au problème de la GPA très peu payée et subie». Cela signifie qu’il est favorable à la GPA « de luxe » et soi-disant volontaire, comme si une petite fille pouvait rêver de donner ou vendre ses enfants quand elle sera grande, comme s’il y avait des victimes consentantes ! […] »

Un peu plus loin dans l’abominable

Posted:

Un site Internet australien propose à des femmes d’exécuter des bijoux à partir de leur lait maternel, de placenta, de cellules souches de sang de cordons, ou de cendres des personnes aimées, mais aussi à partir d’embryons humains surnuméraires issus de fécondations in vitro (FIV). Un nouveau business qui exploite sans scrupules les ambiguïtés entretenues concernant le statut de personne de l’embryon humain.

A l’issue d’un parcours de PMA, les personnes ayant pu mettre au monde un ou plusieurs enfants, doivent décider d’un sort pour leurs embryons surnuméraires conservés dans des cuves d’azote. C’est une question qui hante certains parents quand, une fois leur projet parental réalisé, des embryons créés sont encore « disponibles » à l’implantation en vue d’une grossesse. Une femme expliquait que « ces embryons étaient ses enfants. Congelés ». Mais ces parents n’ont pas toujours les moyens, ou l’envie, de les faire adopter, de les donner à la recherche, ni ceux d’assumer dans le temps leurs « coûts de stockage » élevés.

Une ancienne sage-femme, Amy McGlade, a trouvé une « solution » finale : elle propose d’en faire des bijoux.

Pour se détendre, une petite bière des carmélites de Sens? (Add.)

Posted:

C’est la première fois que des religieuses réalisent ce genre de breuvage! Et c’est pour la bonne cause : sauvegarder leur monastère.

Add. : un lecteur me précise que ses bières sont en vente au 65 rue Royale à Versailles dans une boutique de vente de produits monastiques et de livres catholiques.

Vers l’explosion de LR ?

Posted:

Unknown-13
Selon le Canard enchaîné, une partie des Républicains pourrait faire sécession afin de créer un nouveau parti de centre-droit. Juste après les législatives (le temps de se faire élire, tout de même, il ne faut pas cracher sur la gamelle).

Il s’agirait notamment de Jean-Pierre Raffarin, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Édouard Philippe, Bruno Le Maire, NKM ou encore Christian Estrosi. Des rencontres dans ce sens se seraient multipliées dernièrement entre les protagonistes. La ligne de fracture se situerait entre ceux qui souhaiteraient se rapprocher d’Emmanuel Macron, et les autres qui y sont opposés (Wauquiez, Ciotti, Baroin et les fillonistes).

Mercredi, François Baroin, qui conduit la bataille des législatives pour Les Républicains, a brandi la menace de l’exclusion du parti en cas de rapprochement trop prononcé avec le patron d' »En Marche ! ». Pour celui qui a appelé à voter Macron, on ne sait pas vraiment ce que signifie « trop prononcé ».

Ces élus rêvent doucement dans leur doux siège de parlementaire : en appelant à voter Macron, ils se sont coupés de leur base et filent droit vers un échec retentissant pour les législatives. Plus le score d’Emmanuel Macron sera haut dimanche, plus la vague macroniste sera élevée en juin.

Jean-Luc Mélenchon se fâche avec tout le monde

Posted:

Unknown-12
Le silence de Jean-Luc Mélenchon choque la rue Cadet, siège du Grand Orient de France (GODF). Une plainte serait sur le point d’être déposée auprès de la Chambre suprême de justice maçonnique, l’instance juridique du Grand Orient, par une loge de l’organisation. Objectif : sanctionner la position ambiguë du leader de la France insoumise, jugée incompatible avec les valeurs de la franc-maçonnerie.

Jean-Luc Mélenchon, est membre de longue date de la loge Roger Leray, du nom de cet ancien membre du PS, Grand Maître du Grand Orient au moment de l’accession à l’Élysée de François Mitterrand.

Emmanuel Macron n’appartiendrait à aucune obédience mais compte dans son entourage plusieurs membres éminents du GODF. À commencer par Gérard Collomb, le maire de Lyon, qui n’a jamais fait mystère de cette appartenance.

Par ailleurs, le mouvement fondé par Jean-Luc Mélenchon va porter plainte contre son allié communiste dont certains candidats se prévaudraient -à tort- du soutien de l’ancien candidat à la présidentielle.

« Le PCF cherche à semer la confusion chez les électeurs qui ont voté pour le candidat de la France Insoumise en faisant croire que les candidats du PCF aux législatives ont le soutien de Jean-Luc Mélenchon. Il n’en est rien. Les seuls candidats qui ont ce soutien sont ceux validés par la France Insoumise.​​​​​​ ».

Exigeant « l’arrêt immédiat de l’utilisation de la photo de Jean-Luc Mélenchon ainsi que de tous les éléments graphiques appartenant à la France Insoumise » sur les matériels de campagne, le mouvement annonce qu’il va « engager les poursuites judiciaires afin de faire cesser cette situation puisque nos rappels à l’ordre répétés ne sont suivis d’aucun effet ».

Le sexe neutre, cela n’existe pas

Posted:

Une personne dite « intersexe » de 66 ans demandait l’inscription, sur son état-civil, de la mention « sexe neutre ». Déboutée en appel, elle avait saisi la Cour de cassation. Dans un arrêt rendu public ce jeudi, la Cour de cassation a rejeté la possibilité de faire apposer la mention « sexe neutre » sur l’état-civil d’un particulier. Gaëtan Schmitt est né selon son médecin avec un « vagin rudimentaire », un « micropénis », mais pas de testicules.

S’il est certain qu’il y a là une anomalie morphologique, comme cela peut arriver, cela n’empêche pas ce monsieur d’avoir un genre défini, en fonction de ses chromosomes. Mais cela, les médias ne le disent pas.

L’avocate de Gaëtan Schmitt a expliqué qu’elle porterait très probablement un recours devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Décision qu’elle juge « rétrograde » et « à contre-temps. » Et oui, car derrière cette affaire se cache une nouvelle revendication LGBT :

« Elle n’a clairement pas pris le train en marche sur le thème des droits des personnes intersexuées. Que ce soit en Europe ou ailleurs, l’évolution globale des législations va dans le sens de la fin de la binarité des sexes. » « On peut dire que les violations des droits humains contre l’ensemble de la communauté LGBTQ trouvent souvent leur source dans la dichotomie de sexe et de genre qui sous-tend la société, particulièrement quand elles sont accompagnées de préjugés qui accordent un statut supérieur et normatif à l’hétérosexualité et à la conformité avec le sexe assigné à la naissance ».

Nigel Farage a publiquement fait savoir qu’il soutenait Marine Le Pen

Posted:

Quelques jours après le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan, c’est de l’autre côté de la Manche qu’arrive un coup de pouce. Nigel Farage a publiquement fait savoir qu’il soutenait Marine Le Pen dans la soirée de mercredi.

« Parce que c’est notre projet » (de l’oligarchie politique et financière »

Posted:

Il est grand temps que la France s’investisse dans une véritable politique de civilisation

Posted:

De Thibaud Collin :

Unknown-11
« […} Depuis plusieurs décennies, la France tend à abandonner son génie propre au profit d’un modèle uniformisant les cultures et les modes de vie. Depuis plus de quarante ans, la politique française a tendu essentiellement à se déposséder au profit des mécanismes d’autorégulation que sont le marché et les droits illimités de l’individu; au profit d’instances de « gouvernance » chargés d’aménager et d’arbitrer ces mécanismes, « gouvernance », beau leurre sémantique pour désigner la mort du gouvernement de soi. On a cherché à convaincre la France qu’elle ne pouvait perdurer qu’en cessant d’être elle-même, en cessant de s’occuper d’elle-même; qu’en se fondant dans des ensembles économiques, politiques et culturels dans lesquels, lui a-t-on dit, elle aurait plus de poids. On lui a expliqué qu’elle devait s’allier à l’empire américain ou encore à l’Allemagne « pour construire une Europe forte » ou encore qu’elle devait être l’avant-garde de l’humanité enfin réconciliée et indifférenciée et, à ce titre, être ouverte à tous les individus, à toutes les cultures, à tous les capitaux. Bref, on a cherché à la couper de son génie propre.

Mais la France ne s’est pas laissée totalement subjuguer par ces sirènes. Quelque chose en elle se cabre contre l’imposture d’une politique niant les conditions de la politique. La France ne veut pas être une « post-France », une « trans-France ». La France se réveille de ce mauvais rêve et veut demeurer elle-même. Mais quel est le chemin de la reconquête de soi-même? Comment sortir de ces décennies de dépossession de soi-même?

Il ya quelques années, Nicolas Sarkozy avait emprunté au philosophe Edgar Morin l’expression « politique de civilisation ». Il s’était bien sûr empressé d’oublier le mot et la chose qui tombèrent comme beaucoup d’autres dans la poubelle à belles paroles du vibrionnaire président. Et pourtant, comme la France a besoin de renouer avec la civilisation qu’elle porte en elle! Et comme les peuples du monde attendent que la France redevienne la France (En Afrique, au Moyen-Orient, mes interlocuteurs me demandent: « que fait la France? » « Où est la France? »). Les peuples du monde attendent non pas une France impériale et intrusive, non pas une France donneuse de leçons et post-coloniale, supplétif des intérêts des multinationales américaines, mais la France voix de la mesure et de la sagesse dans un monde toujours plus dangereux et imprévisible; la France héraut de la liberté des peuples face à l’économisme arasant les différences culturelles et neutralisant leur génie propre. Il est grand temps que la France s’investisse dans une véritable politique de civilisation. Héritière de Jérusalem et d’Athènes par l’intermédiaire de Rome, la France est dépositaire d’une extraordinaire sagesse humaine. Il est grand temps que nous puisions à cette source pour relever les défis immenses qui s’imposent à nous.

Face à l’individualisme libéral qui transgresse toute limite au nom d’un désir de jouissance et d’accumulation indéfini, il convient de promouvoir le sens et le respect des limites.

– Limites territoriales, car tout peuple vit sur un territoire déterminé à l’intérieur duquel sa vie peut se déployer en sécurité. La négation des frontières qu’est le traité de Schengen est synonyme d’insécurité, insécurité matérielle mais aussi culturelle. La démesure de la construction européenne se manifeste dans son abrogation des frontières des Etats membres mais plus encore dans son refus de reconnaître définitivement ses propres frontières extérieures. Le jeu de dupes avec les Turcs est le symbole lamentable de ce manque de détermination politique. L’Union européenne ne sachant pas qui elle est car niant d’où elle vient, ne sait pas où elle habite. C’est une construction qui s’est prise elle-même pour sa propre fin. Quand on ne sait pas ce que l’on veut construire, le meilleur moyen de se donner l’illusion de construire est de détruire ce qui existe. L’Union européenne est cette force de destruction des peuples pour fabriquer des individus hors sol et interchangeables, malléables aux intérêts des pouvoirs financiers et des lobbies.

– Limites culturelles contre le multiculturalisme et le métissage généralisé en vue d’une indifférenciation toujours plus grande. Il est nécessaire de retrouver le vrai sens de la diversité culturelle. Non pas la promotion d’une diversité culturelle des individus ou des communautés au sein de chaque peuple, ce qui tend à supprimer tout contenu culturel commun mais une reconnaissance mutuelle du génie propre de chaque peuple. Tel est le monde multipolaire qu’il s’agit de consolider contre l’uniformisation marchande et culturelle.

– Limites éducatives contre la permissivité d’une pédagogie nihiliste où chaque élève est vu comme un consommateur ludique qui doit acquérir des « compétences » afin de devenir « entrepreneur de lui-même ». Non, l’éducation et l’instruction reposent sur le respect des limites. Tout d’abord celles qui assurent la sécurité des établissements scolaires. Mais aussi celles quii traduisent le respect dû à l’autorité du professeur. Celle-ci est fondée sur le savoir qu’il a la mission de transmettre à ses élèves. Cette mission, il la reçoit des parents, premiers responsables de l’éducation de leurs enfants; ils lui délèguent ainsi une part de leur autorité. Il la reçoit aussi de l’Etat car à travers la croissance des jeunes générations, il en va du bien commun.

– Limites écologiques exigeant un développement humain respectueux des ressources naturelles. Favoriser systématiquement dans les échanges économiques les circuits courts est une mesure de bon sens, à la fois écologique et économique puisqu’elle revivifie le tissu industriel et agricole national. La logique du libre-échange mondialisé accroît considérablement la consommation énergétique et épuise la planète. Il faut sortir de la toute-puissance du désir qui exploite et gaspille les réserves bel et bien limitées de la nature. La puissance n’est noble que si elle sait se limiter pour laisser les autres déployaient leurs propres ressources. Les limites écologiques exigent en amont la redécouverte des …

– Limites dans les modes de consommation et de production. Qu’a engendré le gigantisme des multinationales se mouvant dans un marché mondial sans limites? Les délocalisations et donc le chômage. Qu’a engendré la promotion des hypermarchés? Des déserts urbains et l’asphyxie des producteurs locaux. Retrouvons la bonté de la proximité dans nos villes et nos villages et l’art de vivre fondé sur la civilité. Sortons de la démesure d’une agriculture industrialisée contribuant à dépeupler les campagnes et à démoraliser les paysans.

– Limites internes à l’ordre humain, dont la clef de voûte est la différence des sexes. Là encore, la logique de l’individualisme libéral veut repousser toujours plus les interdits structurant le monde humain. Ces interdits protègent les plus faibles mais surtout protègent l’humanité elle-même contre tous les projets post-humains que des officines californiennes concoctent pour le plus grand profit de leur portefeuille d’actions. Ces vendeurs de rêves promeuvent la marchandisation du corps humain et de la reproduction au nom d’une conception dévoyée de la santé. Au service de groupes financiers et idéologiques ultra minoritaires, des multinationales veulent dicter aux instances internationales leur agenda transhumaniste. Cette hyper classe mondiale brutalise et intimide les peuples. Il en va de l’honneur de la France, au nom de l’idée qu’elle s’est toujours faite de la dignité humaine, de lutter contre cette déshumanisation généralisée qu’engendre l’économisme libéral. »

Ingérence d’une puissance étrangère dans l’élection présidentielle = tollé médiatique

Posted:

Sauf quand il s’agit de Barack Obama qui soutient Emmanuel Macron. Là, aucun journaliste n’y voit rien à redire. Imaginez Poutine soutenant Marine Le Pen, ne serait-ce que du bout des lèvres…

Dans-une-video-Barack-Obama-apporte-son-soutien-a-Emmanuel-Macron

Emmanuel Macron en campagne

Posted:

Le pire aspect du revenu universel, c’est qu’il sapera la volonté, la force et la vitalité du peuple

Posted:

Réinformation.tv publie une critique par John Paul Meenan, professeur assistant de théologie et de sciences naturelles à l’université catholique Our Lady Seat of Wisdom au Canada, du revenu universel, qu’on appelle « revenu garanti » dans l’Ontario où plusieurs collectivités régionales l’ont mis en place sous forme de plan pilote. Sous sa forme canadienne, le revenu garanti est une somme versée aux foyers selon leur composition, indépendamment de leurs revenus ou absence de revenus, sans aucune condition d’utilisation. L’idée volontiers avancée est que cela met fin à toute la paperasse et aux vérifications liées à l’attribution d’allocations sociales de solidarité, que ce soit pour le handicap, le chômage ou toute autre raison, en assurant à chacun une subsistance minimale qui le rend participant à la richesse nationale.

Fixé à 1.320 dollars (environ 885 euros) par personne, « généreusement » abondé en cas de présence d’enfants au foyer, le revenu garanti permet sans doute de vivre ou au moins de vivoter convenablement.

« Je dis “généreusement” à dessein, puisque l’opération est indolore pour les bureaucrates distribuant cette largesse. C’est la plaisanterie de la grande Maggie Thatcher : “Le problème du socialisme c’est qu’avec le temps on arrive au bout de l’argent d’autrui.” Les enfants peuvent dès lors avoir leurs deux parents à la maison à plein temps, parents qui n’auront jamais besoin de sortir sinon peut-être pour faire les courses alimentaires ou aller dépenser une partie de leur allocation chez McDonald’s ».

D’où vient l’argent ? A propos de cette question « pertinente », Meenan répond :

« Ceux qui vivent dans les limites étroites d’un revenu “gouvernemental” se la posent rarement de manière profonde, à ce que je constate. Je suppose qu’ils ont la vague idée de pouvoir augmenter la part qu’ils prélèvent sur la rémunération de ceux qui travaillent pour vivre, ces “travailleurs” dont parle Léon XIII dans Rerum Novarum, “par le travail desquels les Etats s’enrichissent”. Ce disant il désigne tous ceux qui manufacturent des biens et des produits, la vraie richesse, que l’on peut échanger sur le marché libre. »

« Notre gouvernement en pleine métastase dépense bien au-delà de ses moyens depuis le milieu du XXe siècle ».

Le résultat ? L’endettement. Cette dette que les gouvernements tentent de rendre psychologiquement plus acceptable sous le vocable du « déficit ». Celui-ci, toujours plus lourd, les gouvernements modernes ne cherchent pas à le rembourser, mais à le financer par le paiement indéfini des intérêts – pour le plus grand intérêt de la Haute finance, qui par là-même accroît aussi son pouvoir sur les Etats. Mais ce n’est même pas le plus grave.

« Bien plus fondamentalement se pose la question des conséquences sur l’âme humaine, sur la personne humaine et spécialement à la moitié mâle de la population, de la dépendance envers gouvernement. Voici le hic : les sociétés sont constituées de familles, et non d’individus, et comme l’a dit Jean-Paul II dans Evangelium vitae, “Une politique familiale doit être la base et la force agissante de toute politique sociale”. Pour éviter toute confusion : une famille, c’est “un mari et une femme avec leurs enfants”, où il est naturel et bon que la mère reste à la maison pour élever les petits, et que le père subvienne aux besoins de ce foyer par le biais de cette notion bientôt surannée du travail rémunéré ».

« Le pire aspect du revenu garanti, c’est qu’il sapera la volonté, la force et la vitalité du peuple. On pourrait penser : pourquoi un tel revenu minimum ne soutiendrait-il pas les familles en difficulté ? Peu sont ceux qui nieraient que les familles ont en effet besoin d’aide et de soutien, mais ce dispositif gigantesque d’assistance sociale nous rendra tous, effectivement, pupilles de l’Etat, en remplaçant le père et la mère, en nous possédant, au fond, en nous disant ce que nous pouvons faire et ne pas faire. Après tout, si la docilité n’est pas au rendez-vous, ils peuvent tout simplement fermer la bonde à billets, et alors… quoi ? ».

Et de noter que le nombre de familles propriétaires ne cesse de décroître, tandis que celles qui le sont toujours sont soumises à des taxes et des « réglementations byzantines » qui leur « dictent la manière d’élever leurs enfants et surveillent ce qu’elles peuvent dire et écrire ».

« Si la “propriété privée” signifie quelque chose, c’est un lieu où l’on est libre, non seulement de vivre, mais d’assurer la subsistance, de maintenir et parfaire cette propriété et tous ceux qui y vivent, par le travail que l’on réalise. Une bonne part de cette liberté consiste à obtenir des revenus par ses compétences et ses talents, de manière à voir le fruit de son labeur. Sans quoi la liberté n’existe pas, et reste un mot vide. Car sans la liberté de façonner sa vie comme on l’entend, en utilisant les dons que Dieu nous a donnés selon notre conscience, il ne peut y avoir de perfection. Etre payé à ne rien faire doit sembler assez débilitant même aux yeux d’un socialiste indécrottable. Nous sommes tous en danger assez proche d’être emmaillotés jusqu’à en mourir. »

« Bien user de notre liberté, et protéger cette liberté, exige un dur labeur et, sans incitation, ce labeur n’est que trop facilement esquivé. “A la sueur de ton front”… »

Rappel aux 700 000 signataires de la pétition CESE jetée à la poubelle par JP Delevoye

Posted:

Il préside la commission d’investiture d’En Marche :

C-6luVFXcAAh6ZX

Jean-Paul Delevoye, président de la commission nationale d’investiture d’En Marche !, vient d’être épinglé par un rapport concernant la gestion du Conseil économique, social et environnemental, du temps où il en était le président :

« Les termes sont édifiants : « crise de modernisation », « augmentation du stress et des facteurs anxiogènes », « dévalorisation des agents », « confusion des missions et des moyens ». En 2013, le Conseil économique, social et environnemental commande un rapport au cabinet Technologia (proche du syndicat Force Ouvrière) pour évaluer le management après cinq années de présidence de Jean-Paul Delevoye, un homme de 70 ans devenu depuis président de la commission nationale d’investiture du mouvement En Marche !.

Le texte de ce rapport de 103 pages sera tellement accablant qu’il aurait alors été soigneusement enterré. Mais le site Internet « L’oeil pour le dire » a réussi à « l’exhumer ». En effet, les salariés de l’institution y dénoncent notamment une ambiance “tendue” (pour 62 % d’entre eux), « conflictuelle” (58 %), “anxiogène” (53 %) ou encore “malveillante” (30 %). Par ailleurs, 27,5% des répondants sont exposés de manière élevée ou très élevée à l’épuisement professionnel. Les conséquences sont alors multiples : « multiplication des arrêts de travail et des cas de burn out, tentative de suicide avérée par la médecine du travail, plainte en justice pour harcèlement, distributions de tracts syndicaux à l’intérieur et à l’extérieur de la maison – une première dans l’histoire du Conseil- mobilisation des partenaires sociaux », liste « L’oeil pour le dire ».

Mais le rapport ne s’arrête pas là et pointe du doigt une suspicion de conflits d’intérêts corroborée, selon les experts, par des témoignages internes. En effet, Jean-Paul Delevoye est également maire de Bapaume, une ville de 15 000 habitants dans le Pas de Calais. Est alors évoqué un « certain malaise quant à une confusion des missions et des moyens due à la détention en parallèle d’un mandat électif par le Président a également été relevé ».

Le rapport aurait dû être rendu public en 2014… mais son contenu est si explosif qu’il sera tout bonnement enterré, à la demande expresse de Jean-Paul Delevoye, selon le cabinet d’expertise. Le texte, qui aurait coûté la bagatelle de 30.000 euros, aurait même acquis le surnom de « rapport fantôme ». »

Contre Macron ce soir à Odéon

Posted:
Suite aux révélations sur le compte aux Caïmans ouvert par un certain Emmanuel Macron le 4 Mai 2012, la Manif ce soir place de l’Odéon à 20h30 sera une accusation de #MacronCahuzac.
IMG_06841

Alain Toulza vote Marine Le Pen

Posted:

La patrie est en danger :

Unknown-10
Non, ce n’est pas jouer avec les mots que de le prétendre et nul d’entre nous n’échappe à l’angoisse de ce qui peut survenir dimanche prochain. L’évidence est là : la franc-maçonnerie était bien derrière le rideau, à mettre en branle ses réseaux de la haute finance, des sociétés industrielles et commerciales mondialistes, des appareils politiques corrompus et des medias tant publics que privés. Macron-Baroin, tout est dit. Les ennemis de la foi chrétienne, de la famille et de l’amour vrai sont là. Et ce sont les mêmes que ceux de la France, de son identité, de sa culture, de son histoire unique. Dans le Salon beige j’ai eu l’occasion de montrer ma défiance à l’égard de Marine Le Pen, au regard de ses positions sur la culture de vie. Mais il faut savoir discerner ce qui prime. Elle est la seule garante de la souveraineté de notre pays et des libertés fondamentales qui nous permettront de continuer le combat pour une civilisation respectueuse de la loi naturelle et de la dignité humaine. Je le dis nettement à mes amis et à ceux qui leur ressemblent, s’abstenir dimanche, ce n’est pas être neutre, c’est prendre parti pour un des pires ennemis de la foi et de la France et livrer l’une et l’autre aux loges maçonniques. On n’a pas le droit de jouer avec ça. Sans hésitation, sans état d’âme, en ma conscience de chrétien, pour mes enfants et petits-enfants, je voterai Marine Le Pen dimanche.

Alain Toulza

Ce face-à-face entre la Nation et le monde va bien au-delà des frontières de la France (BBC)

Posted:

Il est difficile, en toute objectivité, de se satisfaire de ce débat de l’entre deux tours. Le temps viendra, sans doute après les législatives, où Marine Le Pen et le FN devront en faire une critique à froid. Les limites de la ligne « ni droite ni gauche » prônée par Florian Philippot étaient évidentes hier soir.

A trop insister sur l’économie et la monnaie, sujet mal maîtrisée par la candidate, à ne plus vouloir choisir entre une sortie de l’UE et d’hypothétiques négociations avec les 26 autres membres de l’UE et les 18 de la zone euro, Marine Le Pen en a oublié les fondamentaux. A part sur le terrorisme islamiste et l’accusation de crime contre l’humanité où elle a été percutante, les électeurs de Fillon attendaient qu’elle leur parle d’identité de la France, de sécurité et surtout d’immigration !

Dans ce débat depuis le début, pas un mot sur l’immigration. L’un des sujets le plus important, et rien du tout. Bravo. 👏 #2017LeDébat
— Julien Rochedy (@JRochedy) 3 mai 2017

Marine le Pen est au second tour et le débat d’entre deux tours n’a pas abordé l’immigration…
— Laurent Dandrieu (@Dandryeu) 3 mai 2017

Mais au delà des critiques immédiates et sans nuance des médias français acquis à 95% à la cause d’Emmanuel Macron, à l’image de Ruth Elkrief se délectant dès la fin du débat à enfoncer Marine Le Pen de manière tellement visible, il est intéressant de constater que ce débat a été perçu à l’étranger de manière beaucoup plus nuancée et laissant transparaître le véritable enjeu du 7 mai :

« Pour le New York Times, le face-à-face a plus eu l’air d’une « empoignade dans le style de la télévision américaine qu’une discussion raisonnée telle que les Français en ont pris l’habitude ». « C’était un cas de violent combat verbal : les deux ont été agressifs, se coupant la parole, remuant les poings, pointant du doigt, laissant les modérateurs perplexes et impuissants », poursuit le quotidien, qui y voit « la démonstration frappante de deux visions radicalement différentes de la France ».

Le Washington Post, l’autre grand titre de la côte est des Etats-Unis, insiste lui aussi sur le fait que ce type de débat est « d’ordinaire sobre et mesuré », mais que celui-ci a été « une rixe à l’américaine » où « les insultes ont volé » (…)

Sur le site Politico, on peut lire que les deux candidats « se sont affrontés pendant plus de deux heures dans un débat tendu qui a mis en évidence leurs désaccords sur tout, de l’école à l’Union européenne ».

Le site référence sur la vie politique américaine décrit une Marine Le Pen au « sourire suffisant » face à un Emmanuel Macron adoptant « à l’occasion un ton professoral ». Politico considère que le candidat d’En marche ! l’a « emporté aux points, apparaissant plus précis » mais qu’aucun des deux n’aura su convaincre les indécis (…)

Le correspondant de la BBC à Paris n’hésite pas à lancer de son côté qu’il a assisté « à un grand débat, de ceux dont les gens se souviennent », un duel entre « l’agression de la démagogue » et la « rationalité cartésienne du technocrate brillant ». Pour lui, ce face-à-face « entre la nation et le monde » va « bien au-delà des frontières de la France, c’est pour cela que cette confrontation explosive restera dans les annales » (…)

L’analyse diffère nettement dans Le Temps, qui parle d’un « débat au goût très amer », en partie parce que « la candidate d’extrême droite, en le harcelant, n’a jamais été ébranlée malgré ses contre-vérités ». Ce « dialogue de sourds » n’a pas permis à M. Macron « d’imposer son discours pédagogique », commente le journal suisse. L’erreur de l’ancien ministre de l’économie, « piégé par ses formules de technocrates » : « Laisser au nom de la courtoisie la candidate du Front national dicter le rythme du débat. »

Conclusion du quotidien : le face-à-face pourrait « creuser la pente déjà glissante qu’une partie de l’électorat de droite pourrait décider d’emprunter le 7 mai. Soit en s’abstenant. Soit en votant Le Pen au nom de la France des “valeurs”. »

Des gagnants de la mondialisation voteront Marine Le Pen

Posted:

Lu ici :

« Nous sommes du bon côté de la mondialisation. Nous sommes « jeunes cadres dynamiques » et habitons dans les grandes métropoles mondialisées. Nous ne sommes pas atteints par le communautarisme, la désindustrialisation, le chômage. Nous sommes entourés de ceux qui se réjouissent qu’Emmanuel Macron ne parle pas des problèmes d’identité, d’intégration, de ceux qui pensent que la crise de notre pays est seulement économique et que le retour de la croissance s’accompagnera de la fin des problèmes identitaires.

Pourtant, nous sommes persuadés que ce qui se joue dans notre société est avant tout une crise de sens, une crise identitaire dont la crise économique est un des facteurs aggravants. La priorité de notre époque est de ré-enraciner l’homme, de le protéger face à la mondialisation.

Emmanuel Macron est porté par une vision essentiellement économique de la société. La France est pour lui une entreprise à diriger sans grande considération pour son histoire, son passé, ses traditions. Il fait la promotion des cultures d’origine comme un directeur marketing répond à une segmentation de clientèle. Rien ne doit entraver la libre circulation des marchandises : les accords de libre-échange tels le CETA et le TAFTA ne sont pour lui qu’une nouvelle voie vers plus de rentabilité économique.

De même, pour Emmanuel Macron, rien ne doit s’opposer au désir individuel de l’homme : il prône la PMA et la reconnaissance des enfants nés à l’étranger par GPA. Il s’oppose aux frontières naturelles comme aux frontières étatiques. Or un homme déraciné est un homme déboussolé livré à la toute-puissance du marché.

Au contraire, Marine le Pen est porteuse d’un projet qui répond par des mesures concrètes à ce besoin d’enracinement et de protection : le rétablissement des frontières nationales, la restitution au peuple français de sa souveraineté, la réduction à son strict minimum de l’immigration, la lutte contre le communautarisme, la lutte contre l’islamisme, la réécriture de la loi Taubira pour ré-ancrer l’homme dans une filiation naturelle, le refus de toute reconnaissance de la GPA. La défense de notre identité et de notre souveraineté sont prioritaires.

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle reflèteraient un vote de classe : ceux qui se trouvent du bon côté de la mondialisation auraient voté pour Emmanuel Macron, et ceux qui subissent la concurrence déloyale et l’insécurité culturelle qu’elle engendre pour Marine Le Pen.

Pourtant nous, les gagnants de la mondialisation, avons aussi le droit de voter pour protéger ceux qui en sont les premières victimes.

L’objectif aujourd’hui est de lutter contre le mouvement de déracinement de l’homme. L’homme n’est pas une catégorie marketing à laquelle on vend un produit. Nous ne voulons pas d’un pays où tout s’achète et se vend.

Nous voulons préserver la France et son histoire millénaire. Le 7 mai prochain ce sont deux visions de civilisation qui s’affronteront. Nous voulons que le prochain Président de la République gouverne un peuple et non une masse. Emmanuel Macron serait le président d’un territoire, Marine Le Pen d’une nation. »

Appel de jeunes à l’Union sacrée contre un nouveau quinquennat perdu

Posted:

Lu ici :

« Nous sommes tous étudiants, jeunes actifs, salariés du privé ou du public, chômeurs, entrepreneurs, ou retraités, et nous avons en commun de déplorer le bilan du précédent quinquennat. Nous attendons un profond changement. Ce changement, ce n’est pas Emmanuel Macron qui l’apportera, candidat du consensus et de la continuité.

Quel que soit notre penchant politique, voire notre engagement, à droite comme à gauche, nous ne nous reconnaissons ni dans ce bilan, ni dans cette candidature. Emmanuel Macron entend gouverner avec les mêmes qui ont échoué dans tout ce qu’ils ont entrepris depuis dix ans.

Il faut une rupture. Il faut du renouveau. Qu’on acquiesce ou non aux idées de Marine Le Pen, il n’y a pas d’inquiétudes à avoir, car elle ne pourra avoir de majorité à l’Assemblée, et sera donc contrainte de discuter de tous les sujets, qui n’ont été abordés que trop rapidement pendant la campagne. Macron entend, lui, gouverner par ordonnances, ce qui ferme la possibilité, pendant cinq ans encore, de faire entendre nos idées, quelles qu’elles soient ! D’un côté, un renouveau démocratique possible, de l’autre, le 49.3.

Là où Macron entend gouverner par décrets, l’élection de Marine Le Pen permettra de garder ouverte la porte des discussions. Marine Le Pen ne pourra prendre aucune décision sans majorité à l’Assemblée, ou sans référendum, ce qui rend impossible la sortie de l’euro, mais qui conduira à un vrai débat d’idées pour les législatives, pour la remise à plat des erreurs qu’ont pu faire les différents partis et à une cohabitation constructive, à l’écoute de tous !

Que nous soyons ou non engagés dans un parti, de quelque bord que ce soit, nous ne devons plus être tributaires de quelques caciques qui s’arrogent le droit de trahir leur engagement et notre vote, sitôt élus ou sitôt défaits !

C’est pourquoi

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s