Pour une école libre au Québec:Bilan mitigé pour le projet-pilote sur l’éducation sexuelle-il faut des « travaux pratiques »

Pour une école libre au Québec

Conférence : révolution française et révolution tranquille

Deux historiens : Marion Sigaut et Jean-Claude Dupuis

Révolution française – La philosophie des Lumières par Marion Sigaut
Révolution tranquille – La Réforme Parent par Jean-Claude Dupuis

Mercredi, le 10 mai 2017 à 19h00
Cathédrale Marie-Reine du Monde
1110, rue Mansfield, Montréal (entrée sur le côté de la Cathédrale)
Métro Bonaventure

Contribution libre

Association des Parents catholiques du Québec (APCQ)
Informations : 514-276-8068 Info@ParentsCatholiques.org

Bilan mitigé pour le projet-pilote sur l’éducation sexuelle

Posted: 30 Apr 2017 06:59 AM PDT
Improvisation, retards, malaises au sujet du contenu pédagogique : une série de difficultés a marqué la première année du projet-pilote d’éducation à la sexualité dans 18 écoles primaires et secondaires du Québec, révèle un bilan obtenu par Le Devoir. Ce projet-pilote a été lancé à la rentrée scolaire de l’automne 2015, en pleine période de négociation (et de moyens de pression) entre les employés de l’État et le gouvernement, note le document de 88 pages classé « confidentiel ». La formation des enseignants et la livraison du matériel pédagogique ont été retardées. Cela a entraîné le report ou même l’annulation de certains apprentissages en classe, indique le bilan de l’an 1 du projet-pilote, préparé par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES).

Très peu de réponses au questionnaire du Ministère

Pour dresser ce bilan (daté du 20 avril 2017), le ministère a envoyé un questionnaire à tous les enseignants, tous les professionnels, toutes les directions d’école et tous les responsables de commission scolaire qui prennent part au projet-pilote de deux ans. Le faible taux de réponse, notamment auprès des directions d’école — aucune école privée n’a répondu au questionnaire —, incite les analystes du MEES à recommander la « prudence » dans l’interprétation des résultats. Dix-huit écoles ont été choisies pour participer à ce programme amélioré d’éducation à la sexualité (aucune à Montréal), qui s’étend sur toute la durée des études primaires et secondaires. Devant les difficultés qui s’accumulaient, une école s’est retirée du projet-pilote. Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a décidé la semaine dernière de retarder l’implantation du programme dans toutes les écoles, laquelle implantation était envisagée pour la rentrée de l’automne prochain. Des écoles s’ajouteront en septembre, mais cette nouvelle version de l’éducation à la sexualité ne deviendra pas obligatoire dans tout le réseau.

Des contenus qui dérangent

Des ajustements doivent prendre place pour la suite du programme, note le bilan de la première année du projet-pilote (2015-2016). « Globalement, les directions d’écoles primaires et, surtout, les directions d’écoles secondaires étaient peu à l’aise avec le contenu des apprentissages en éducation à la sexualité », indique le document. La formation sur les agressions sexuelles — en première, en troisième et en cinquième année du primaire — provoque un malaise chez la plupart des intervenants, y compris chez les enseignants. L’apprentissage intitulé Globalité de la sexualité (enseigné au primaire et au secondaire) suscite aussi un questionnement, tout comme des éléments du programme secondaire : vie affective et amoureuse, agir sexuel, violence sexuelle, infections transmissibles sexuellement et par le sang, ainsi que grossesse. Certaines écoles ont omis d’enseigner ces contenus aux élèves parce qu’elles manquaient de personnel compétent. Les enseignants sont mal préparés pour aborder ces enjeux délicats en classe. Les deux tiers des enseignants du primaire et la moitié de ceux du secondaire qui participent au projet-pilote n’ont aucune formation en sexologie (à part les sessions offertes par le MEES, les commissions scolaires ou les directions d’école), note le bilan.

Le ministère ne se demande pas, toutefois, si c’est le rôle de l’État de prescrire une philosophie sur la « globalité de la sexualité » ou des conseils en termes de « vie affective et amoureuse » ou sur l’« agir sexuel » (qu’est-ce à dire ?)…

Apprentissages inégaux

Ces « apprentissages » en éducation à la sexualité ne sont pas une matière en bonne et due forme. Il s’agit de « contenus » à transmettre au moment choisi par les enseignants ou par les directions d’école. Les participants au projet-pilote ont choisi d’intégrer ces notions dans les cours de français, de mathématiques, d’éthique et culture religieuse ou encore de sciences et technologie, révèle le rapport. Ces apprentissages en sexualité doivent atteindre 5 heures par année au primaire et 15 heures au secondaire, mais des variations importantes sont survenues entre les écoles participantes. Aussi, « des écoles ont développé du matériel pédagogique complémentaire parce que les canevas pédagogiques [fournis par le ministère pour le projet-pilote] ne répondaient pas entièrement à leurs besoins », indique le bilan. « Le souhait que le MEES produise des activités “clé en main” a été clairement exprimé, comme celui d’avoir accès à un matériel en langue anglaise. Comme la production de matériel didactique ne fait pas partie de la mission du MEES, ce résultat est surprenant », poursuit le document.

Improvisation

Des retards sont survenus dans la livraison du matériel pédagogique. Mais ces « canevas » pédagogiques répondaient généralement bien aux besoins des enseignants lorsqu’ils devenaient accessibles, note le bilan. L’identité de la personne qui livre l’éducation à la sexualité est laissée à la discrétion des directions d’école. La majorité de ces « animateurs » (des animatrices, en fait) sont des enseignantes, parfois appuyées par des psychoéducateurs, des travailleurs sociaux ou des psychologues. « Bien que, collectivement, toute l’équipe soit volontaire pour participer au projet-pilote, quand est venu le temps de s’impliquer individuellement, personne n’a voulu s’impliquer », dit un cadre scolaire dans le bilan. La majorité des « animatrices » au primaire ont été désignées par les directions d’école, souligne le rapport. Au secondaire, elles avaient plutôt manifesté de l’intérêt pour cette tâche délicate. La tâche pouvait même devenir ingrate : les enseignantes ont dû « improviser, en quelque sorte », à cause des retards dans la planification des apprentissages et dans la livraison de certains canevas, note le bilan. Les écoles ont « manqué de temps et de ressources financières pour la planification des apprentissages et l’appropriation du contenu ». Il faut libérer les enseignants pour les former. Le MEES a prévu des budgets pour embaucher des suppléants pendant la formation, mais l’existence de ces fonds était méconnue, indique le document.

Conclusion du ministre : accélérer la mise en place

Le ministre Sébastien Proulx compte tout mettre en œuvre pour implanter l’éducation sexuelle dans l’ensemble des écoles primaires et secondaires du Québec en septembre 2018. D’ici là, il prévoit d’accélérer la mise en place de projets-pilotes dans les écoles dès la prochaine rentrée scolaire. Des sources indiquent que la volonté du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) est de créer un projet-pilote par commission scolaire à l’automne 2017, mais le ministre refuse de s’avancer aussi clairement. « Ce qu’on veut, c’est être capables de passer à la vitesse grand V pour l’implantation, a dit le ministre Proulx à des journalistes, mercredi, en marge des travaux de l’Assemblée nationale. J’anticipe déjà que dès l’an prochain, pas en septembre 2017 mais dès l’an prochain, on pourra penser à aller beaucoup plus loin, voire à rendre obligatoire [l’éducation à la sexualité]. » Chose certaine, le ministre de l’Éducation entend s’assurer que toutes les écoles désireuses d’offrir le projet-pilote d’enseignement de la sexualité ont accès au matériel pédagogique du MEES et peuvent former leurs enseignants. Le bilan de la première année du projet-pilote (2015-2016), dévoilé mardi dans Le Devoir, a ciblé des lacunes dans la formation et dans la livraison des canevas pédagogiques. Le matériel et la formation sont jugés de bonne qualité, mais peu accessibles. Résultat : des enseignants et d’autres professionnels (psychologues, infirmières, etc.) chargés de donner les enseignements en éducation à la sexualité sont mal à l’aise. C’est délicat, faire l’éducation sexuelle d’enfants du primaire ou du secondaire. Surtout quand il est question d’agressions sexuelles, d’infections transmises sexuellement ou de grossesse non désirée.

Sources Le Devoir (26/IV) et Le Devoir (27/IV)

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s