Une fois de plus… par conseilesperanceduroi

Une fois de plus…
par conseilesperanceduroi

Notre pays est endeuillé par un attentat terroriste islamique et nos forces de police continuent de payer un lourd tribut au maintien de la sécurité de nos compatriotes. Le Conseil dans l’Espérance du Roi veut aujourd’hui rendre hommage à la mémoire du policier tombé sous les balles de son assassin et former des voeux pour que ses deux collègues grièvement blessés ne perdent pas la vie.

Mais le Conseil dans l’Espérance du Roi est, une fois de plus, en colère.

Il juge intolérable que le terroriste responsable du drame des Champs-Elysées, hier au soir, fut un récidiviste en liberté.

Racaille allogène de banlieue, ce  » Français  » (par l’insupportable droit du sol) de 39 ans, né à Livry-Gargan en Seine-Saint-Denis, était suivi par la DGSI ces derniers mois, visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers. Il avait été arrêté en février dernier et placé en garde à vue à Meaux (Seine-et-Marne). Mais il avait été relâché, faute de preuves suffisantes…

« Il a été interrogé longuement par les policiers, a affirmé Audrey Goutard, journaliste à France 2, parce que des informateurs avaient indiqué aux policiers que cet homme était à la recherche d’armes pour tuer des policiers. Mais faute d’éléments, parce que son profil ne correspondait pas à celui d’un terroriste et à un homme islamisé, le parquet antiterroriste a décidé de le relâcher. »

Cet homme, déjà  » défavorablement connu des services de police « , avait été condamné à plusieurs reprises. La dernière fois en 2005 à quinze ans de réclusion pour trois tentatives d’homicide volontaire, dont deux visaient des policiers.

L’assaillant avait alors 27 ans. A bord d’un véhicule volé, il avait percuté accidentellement une voiture banalisée à bord de laquelle se trouvait un policier. Ce dernier avait alors cherché à arrêter le chauffard, qui lui avait tiré dessus avec un revolver. Deux jours plus tard, alors qu’il sortait de garde à vue, il avait saisi l’arme d’un autre policier et lui avait aussi tiré dessus.
Que faisait-il donc en liberté ?

De son côté, le groupe Etat islamique, qui a revendiqué l’attaque dans le courant de la soirée, l’a identifié comme étant « Abou Youssef le Belge », précisant qu’il était « l’un des combattants de l’Etat islamique », mais laissant aussi suspecter que des informations précises des services belges auraient pu ne pas avoir été pris en compte par la justice française pour prévenir cet attentat.

Heureusement, grâce à l’efficacité de nos forces de police, ce terroriste a été immédiatement abattu. Une peine de mort appliquée malgré tout, avec la bénédiction des pouvoirs publics, sans demander l’assentiment des juges ni du législateur…

Alors, notre proposition sera simple et de bon sens : donnons tout simplement un cadre légal à ces exécutions de salubrité publique et rétablissons la peine de mort.

Le 21 avril 2017.

Pour le CER, Jean-Yves Pons, Conseiller aux affaires intérieures, à l’ordre public et à l’organisation du territoire.

conseilesperanceduroi | avril 21, 2017 à 8:33 | Catégories : 3- Communiqués officiels du CER | URL : http://wp.me/p2prhf-i4w

Advertisements
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s