Vers où va-t-on ? Zombie Apocalypse : notre avenir ?

Vers où va-t-on ?

Zombie Apocalypse : notre avenir ?

Posted: 30 Mar 2017 03:23 AM PDT
Article original de Ugo Bardi, publié le 17 Mars 2017 sur le site CassandraLegacy
Traduit par le blog http://versouvaton.blogspot.fr
Image de « Teehunter«
Attention, c’est probablement l’article le plus catastrophique que j’aie jamais publié : famines, cannibalisme, extermination massive et plus encore. Mais, hé, c’est juste un scénario !

Pour ceux d’entre nous qui se réjouissent d’étudier les tendances à long terme, la montée des zombies comme genre de film est un puzzle fascinant. Il ne fait aucun doute que c’est une tendance forte : regardez ces résultats de Google Ngrams.

Le terme « zombie » était entièrement inconnu en anglais avant les années 1920, puis il a lentement commencé à attirer l’attention. Dans les années 1970, il a explosé, principalement après le succès du film de 1968 par George Romero La nuit des morts-vivants. Le terme « zombie » n’a pas été utilisé dans le film, mais le concept est devenu rapidement populaire et il a créé le genre appelé « apocalypse zombie ». Aujourd’hui, l’idée est répandue : elle implique l’apparition soudaine d’un grand nombre de morts-vivants, hantant les banlieues et les centres commerciaux, à la recherche d’humains vivants à manger. Ils sont normalement la cible de groupes, fortement armés mais beaucoup moins nombreux, de personnes qui ont échappé à l’épidémie ou à ce qui a transformé la plupart des gens en zombies.

Maintenant, si quelque chose existe, il doit y avoir une raison. Alors, pourquoi cette fascination pour les zombies ? Comment avons-nous créé un genre qui n’a jamais existé auparavant, dans l’histoire de la littérature humaine ? Pouvez-vous imaginer Homère nous dire que la ville de Troie a été assiégée par des zombies ? Est-ce que Dante Alighieri a trouvé des zombies dans sa visite en Enfer ? Que diriez-vous, si Shakespeare nous racontait Henry V combattant des zombies à Azincourt ?
Je pense qu’il y a une raison : la littérature reflète toujours les craintes et les espoirs de la culture qui l’a créée ; parfois de façon très indirecte et symbolique. Et, ici, il se peut bien que les zombies reflètent une peur non dite de notre époque, une peur présente principalement dans notre subconscient : la faim.

Commençons par une caractéristique typique des zombies : les cercles noirs autour des yeux. Les zombies sont censés être des « morts-vivants », des cadavres qui, en quelque sorte, sont revenus à un semblant de vie. Mais les cadavres ont-ils ce genre d’yeux ? Je dois avouer que je n’ai pas beaucoup d’expérience en autopsie (en fait, aucune), mais d’après ce que j’ai vu sur le Web, il me semble qu’il est rare de voir des cadavres avec des orbites noires autour des yeux ; c’est-à-dire, à moins qu’ils n’aient développé des ecchymoses avant de mourir. Il est vrai qu’un cadavre en décomposition va lentement perdre les tissus mous et, finalement, les yeux disparaîtront, laissant seulement des trous sombres dans un crâne momifié. Mais cela ne semble pas être en accord avec l’aspect facial des zombies qui apparaissent dans les films. (Je sais, c’est une recherche macabre, je l’ai faite au nom de la science.)

Au lieu de cela, pour ce que j’ai pu trouver, les orbites sombres autour des yeux sont peut être une caractéristique des personnes sous-alimentées, souvent à la suite du développement d’un œdème du visage. Voici, par exemple, une photo d’une jeune Hollandaise pendant la famine de 1944-1945 en Hollande.

Ce n’est pas toujours une caractéristique des personnes mal nourries, mais cela semble se produire assez fréquemment. Un autre exemple est la Grande Famine en Irlande, qui a commencé en 1845. Nous n’avons pas de photos de cette époque, mais les artistes qui ont dessiné des photos de la faim des Irlandais ont clairement perçu ce détail. Voici, par exemple, une image bien connue de Bridget O’Donnell, une des victimes de la Grande Famine. Remarquez ses yeux sombres.

Donc, nous avons une idée de qui ces zombies pourraient représenter. Ils sont affamés. Ils ont faim, c’est clair. Dans les films, ils sont décrits comme trébuchant, cherchant désespérément de la nourriture. Ils semblent être l’image parfaite de l’effet d’une famine. Regardez le mémorial de la famine irlandaise, à Dublin :

Est-ce qu’ils ressemblent aux zombies d’un film moderne ? Oui, clairement. Cela ne signifie pas un manque de respect pour les hommes et les femmes irlandais qui ont péri dans l’une des plus grandes tragédies des temps modernes. Il s’agit seulement de noter comment, dans notre imagination, de vrais gens affamés peuvent être transformés en zombies morts-vivants imaginaires.

Maintenant, imaginez qu’une famine frappe notre société aujourd’hui. Il est vrai que le monde n’a pas connu de grandes famines depuis 40 ans, mais cela ne veut pas dire qu’elles ne peuvent plus apparaître. Aujourd’hui, notre système commercial mondialisé est fragile, basé sur une longue chaîne d’approvisionnement qui comprend le transport maritime et la distribution par les routes. Le système a besoin de combustibles fossiles à faible coût pour fonctionner et, plus que cela, il a besoin d’un système financier mondial fonctionnel. Si la nourriture voyage dans le monde entier, c’est parce que quelqu’un paie pour cela. Une crise monétaire bloquerait l’ensemble du système. Les conséquences seraient… Eh bien, essayons d’imaginer l’inimaginable.

Les gens vivant dans les banlieues n’ont pas d’autre source de nourriture que leurs centres commerciaux. Maintenant, imaginez que, subitement, les navires et les camions cessent de rouler. Les étagères des supermarchés ne pourraient plus être réapprovisionnées. Les banlieusards seraient d’abord surpris, puis fâchés, puis désespérés et, enfin, affamés, alors que leurs stocks de nourriture à la maison s’épuisent. Même avant cela, ils auraient manqué d’essence pour leurs voitures ; le seul système de transport à leur disposition. Maintenant, supposons que les élites décident qu’il leur est plus facile de laisser les banlieusards mourir de faim et mourir tout court, plutôt que de tenter de les nourrir. Supposons qu’ils décident d’emmurer les banlieues et de charger l’armée de tirer à vue sur quelqu’un qui tenterait de s’échapper. Qui pourrait les forcer à faire autrement ?

Nous pouvons imaginer quels seraient les résultats. Les habitants des quartiers suburbains deviendraient émaciés, maladroits, affamés, hantant le quartier et les centres commerciaux, à la recherche désespérée de quelque chose à manger ; n’importe quoi. Se tourneraient-ils vers le cannibalisme ? Probablement, c’est même assez certain. Certains d’entre eux pourraient être en mesure de mettre la main sur un bon approvisionnement en armes et en munitions, puis ils pourraient jouer au roi de la colline, rassembler la plus grande partie de la nourriture restante et tuer les misérables qui continuent à traîner dans les rues, au moins jusqu’à manquer eux aussi de nourriture et de munitions. Ce serait l’apocalypse zombie, rien de moins que cela.

Ce n’est, bien sûr, qu’un scénario. Je pense néanmoins qu’il est intéressant, comme une illustration de la façon dont l’esprit humain fonctionne. Dans un article précédent, j’ai noté comment le mème de la « surpopulation » a disparu du cyberespace, à la suite d’une « résistance à l’infection » que les gens ont progressivement développée autour de ce sujet. Le mème des zombies semble être lié à la même question, mais c’est un mème beaucoup plus infectieux et il est toujours en croissance et se diffuse dans la population mondiale.

Il y a des raisons pour le succès du mème zombie. Les catastrophes fictionnalisées (« c’est seulement un film ! ») sont certainement moins menaçantes que celles décrites comme susceptibles de se produire pour de vrai. Ainsi, le concept de « préparation Zombie » fait son chemin dans de nombreux domaines. Apparemment, préparer une apocalypse zombie est plus socialement et politiquement acceptable que de se préparer aux conséquences de l’épuisement des ressources et du changement climatique. C’est un trait curieux de l’esprit humain, mais si c’est sa façon de fonctionner, qu’il en soit ainsi. Cela rend le concept de « fiction climatique » (cli-fi) attrayant pour la préparation au changement climatique.

Il se peut que la seule façon pour notre esprit de comprendre les catastrophes à venir est de les voir comme des contes. En Irlande, avant la grande famine, il y avait quelque prémonition du désastre en train d’arriver. Voici ce que le poète irlandais Clarence Mangan a écrit en 1844, au sujet d’un « événement » non décrit, qu’il s’attendait à voir surgir à l’avenir.

Obscurcir la lampe, puis, et enterrer le bol,Vous avez le cœur le plus fidèle !Et, comme vos années agiles se hâtent vers l’objectifOù les mondes sont partis,Usez votre force, vos tendons, votre âme, sur votre labeur pour expierPour l’oisiveté et les erreurs passées ;Ainsi vous supporterez mieux de rencontrer seul
L’événement et ses terreurs.

Les Irlandais ont peut-être eu une sorte de prémonition de l’« événement » qui allait les frapper, la Grande Famine de 1845, même si cela ne les a pas beaucoup aidés à l’éviter. Un « événement » semblable vient-il aussi pour nous ? Peut-être que cela commence déjà.

Ugo Bardi

Advertisements
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s