salon beige: Incontournable témoignage d’un missionnaire français sur le martyre des chrétiens en Corée du Nord-et varia

Incontournable témoignage d’un missionnaire français sur le martyre des chrétiens en Corée du Nord
« Il serait déstabilisant que la petite fille soit privée de tout contact avec sa deuxième maman »…
L’hommage du cardinal Sarah à Jérôme Lejeune
Le président d’Anticor membre d’En Marche ?
Non lieu à statuer dans l’affaire de la crèche en mairie de Beaucaire
Liberté scolaire : l’APEL interroge les candidats
Un sénateur veut-il faire condamner la presse pour diffusion de fausses nouvelles ?
Le sexe pour tous
1er avril à Lorient : mission Angélus sur l’évangélisation des musulmans
Le Sanctuaire d’Alençon organise un week-end Educatio les 22 et 23 avril pour les parents
La loi morale nous condamnerait-elle à l’impossible ?
Retour sur l’affaire « Théo »
7-8 avril : pèlerinage nocturne pour la France
Père Boulad : « Si jamais il n’y a pas un changement en profondeur en France avec les prochaines élections, nous allons vers une guerre civile »
30 mars à Rennes : comment l’école aborde la sexualité avec les élèves ?
Parquet financier : Chronologie d’un piège
Philippe Migault viendra parler au colloque international « l’Occident contre l’Europe »
Reportage sur Le Rocher
Alexandre Del Valle : l’ennemi principal n’est pas la Russie, mais le totalitarisme islamiste
Pédophilie : selon un expert de gauche, le risque de récidive est plus fort si la personne est homosexuelle
L’initiative Mum, Dad & Kids s’achève règlementairement le 3 avril 2017 à minuit!
L’aérotrain militant
L’Association Nationale Laissez-les Servir cherche d’urgence un Directeur titulaire du BAFD
Macron : après un zéro pointé en géographie, la même note en histoire de France

C’est arrivé un 29 mars…

Posted:

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

le 29 mars 487 (date peu sûre): naissance de Saint Malo (en latin Maclovius, Maclou), l’un des sept saints fondateurs de la Bretagne.
le 29 mars 537 : début du pontificat du pape Vigile.
le 29 mars 1058 : décès du pape Étienne IX (Fréderic de Lorraine).

Étienne IX élu pape le 3 août 1057 est le fils de Gothelon Ier, de la famille des ducs de Lorraine. Il est également le frère de Godefroi II le Barbu, le duc de Toscane. Avant d’être pape, il est bénédictin et abbé du Mont-Cassin. Désigné pape sans l’aval de l’empereur, il meurt, probablement assassiné, à Florence, après huit mois de pontificat.

Premier pape à s’émanciper de la tutelle de l’empereur, il propose que le souverain pontife soit élu par un collège de cardinaux, mode d’élection qui sera institué par son successeur. Canonisé, il est fêté le 29 mars, jour de sa mort.

le 29 mars 1139 : le pape Innocent II fulmine la bulle Omne datum optimum, qui accorde certains privilèges à l’Ordre du Temple.

La bulle reconnaît la règle du Temple, accorde à ses membres tout butin conquis sur les Sarrasins en Terre Sainte et place l’ordre sous la protection directe du Saint Siège. Le Temple est donc libre de toute dîme et de tout hommage. Les Templiers, relevant directement de l’autorité papale, ne peuvent contracter un hommage envers un seigneur, qui est, par nature, un laïc.

le 29 mars 1179 : élection de l’antipape Innocent III.

Il est élu en tant que successeur de Calixte III par quelques cardinaux voulant continuer à s’opposer à Alexandre III, mais personne ne le reconnaît, ce qui explique la brièveté de son règne. Il est déposé en juin 1180, ce qui met donc fin au schisme né avec Victor IV.

le 29 mars 1382 : entrée triomphale de Charles VI à Rouen.

Il vient, plus d’un mois après la révolte de la Harelle, pour rétablir l’autorité royale bafouée et sanctionner les coupables. Il décide de supprimer Rouen afin de mettre en place une municipalité régie par l’autorité du bailli royal. Finalement, il accorde son pardon à la ville le jour de Pâques, se contentant de détruire plusieurs bâtiments, d’augmenter les impôts et de supprimer certains privilèges.

le 29 mars 1632 : Traité de Saint-Germain en Laye.

L’Angleterre reconnaît l’Acadie et le Canada, la Nouvelle France, possession française, par le Traité de St-Germain, elle rend la ville de Québec. La ville avait été conquise par les frères Kirke trois mois après la fin des hostilités. (Cf. les chroniques du 5 décembre et du 1er mars sur Samuel Champlain, et du 19 juillet sur la chute de Québec.)

le 29 mars 1790 : Pie VI, dans une allocution, « le Syllabus » condamne les principes de la Révolution française.

Le pape condamne le texte de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et manifeste son inquiétude en présence des principes de la Révolution et des projets de la Constituante en matière religieuse. Extraits :

« Quand la religion est bannie de la société civile, quand la doctrine et l’autorité de la révélation divine sont rejetées, la vraie justice ou plutôt la vraie notion de la justice et du droit humain s’obscurcit, se perd, et la force matérielle prend la place de la justice et du vrai droit. Qui ne voit, qui ne sent très bien qu’une société soustraite aux lois de la religion et de la vraie justice ne peut avoir d’autre but que d’amasser, d’accumuler des richesses et, dans tous ses actes, d’autre loi que l’indomptable désir de satisfaire ses passions et de se procurer des jouissances ? Voilà pourquoi les hommes de ce caractère poursuivent d’une haine cruelle les ordres religieux, sans avoir égard aux immenses services rendus par eux à la religion, à la société et aux lettres. Non contents de bannir la religion de la société, ils veulent l’exclure de la famille. Enseignant et professant la funeste erreur du Communisme et du Socialisme, ils affirment que « la société domestique ou la famille emprunte toute sa raison d’être du droit purement civil et, en conséquence, que de la loi civile découlent et dépendent tous les droits des parents sur les enfants, même le droit d’instruction et d’éducation ». Tous ceux qui ont entrepris de bouleverser l’ordre religieux et l’ordre social, et d’anéantir toutes les lois divines et humaines, ont toujours fait conspirer leurs conseils coupables, leur activité et leurs efforts à tromper et à dépraver surtout la jeunesse. Voilà pourquoi le clergé régulier et séculier, malgré les plus indubitables et les plus illustres témoignages rendus par l’histoire à ses immenses services est, de leur part, l’objet d’atroces et incessantes persécutions, et pourquoi ils disent que « le clergé étant ennemi du véritable et utile progrès dans la science et la civilisation, il faut lui ôter l’instruction et l’éducation de la jeunesse » …

le 29 mars 1796 : le général François-Athanase Charette de La Contrie, dit «Charrette», chef de l’Armée catholique et royale du Bas-Poitou et du Pays de Retz, est fusillé à Nantes, sur la place Viarme.

Exécution de François Athanase de Charette de La Contrie en 1796 à Nantes, par B. Van Deschamp (1866).

Ayant prononcé distinctement un acte de contrition, il embrasse son confesseur, l’abbé Guibert l’exhorte au courage. Charrette lui répond :

« Monsieur l’abbé, j’ai bravé cent fois la mort. J’y vais pour la dernière fois, sans la braver, sans la craindre. »

Il s’avance, la tête haute, vers l’emplacement de l’exécution, s’arrête devant son cercueil avec un sourire ironique avant de hocher la tête d’un air approbateur, obtient de mourir debout, sans avoir les yeux bandés, et donne lui-même l’ordre du tir. Les soldats chargés d’exécuter la sentence de la mort, prononcée le matin même par le tribunal ont été choisis dans le bataillon de chasseurs qui avait réussi à le capturer le 23 mars dans le bois de la Chabotterie. Les autorités viennent constater la mort et vont le déterrer deux jours plus tard pour s’en assurer encore !

le 29 mars 1863 : les Français de Forey lancent le 1er assaut sur le fort San-Javier de Puebla au Mexique.

Après l’échec du 5 mai 1862, les Français, dont le général a été « limogé » (verbe créé suite à la purge de près de 90% des généraux français après les débuts catastrophiques de la guerre de 1914), se lancent, aux ordres du général Forey, de nouveau à l’assaut de la ville de Puebla.

L’encerclement de la ville, débuté le 16 mars et achevé le 22 mars. Le 29 mars le fort San Javier tombe après 20h00 de combats. A partir du 31 mars les Français doivent conquérir la ville maison par maison, avant de recevoir un renfort d’artillerie. Bazaine repousse une tentative mexicaine de rompre le siège, le 5 mai. Aussi le 16 les assiégés demandent l’armistice et la ville se rend le 19 mai. La route de Mexico est ouverte.

L’épisode de Camerone où un convoi logistique de 62 hommes de la Légion va se sacrifier pour retarder une colonne mexicaine, a lieu dans le cadre de cette campagne, et permettre au ravitaillement d’arriver aux assiégeants.

Prise du fort San Xavier à Puebla, Tableau de Beaucé, musée de Versailles.

le 29 mars 1880 : Jules Ferry institue en France l’enseignement laïc, gratuit et obligatoire, il en profite pour faire passer deux décrets contre les congrégations.

Jules Ferry prend deux décrets : le premier contraint, dans un délai de trois mois, les Jésuites à quitter leurs établissements, alors que le second oblige les congrégations non autorisées à faire une demande d’autorisation. Le XIXe siècle est celui de l’essor des congrégations et du renouveau de la foi en France, il marque également le début d’une « persécution » de la part des gouvernements successifs aboutissant à la sécularisation forcée ou à la dispersion des congréganistes.

Républicain athée et franc-maçon, issu d’une riche famille de libres penseurs de Saint-Dié, Jules Ferry donne aux enseignants des congrégations catholiques le même délai pour se mettre en règle avec la loi nouvelle sous peine de quitter aussi l’enseignement. Cela aboutit à l’expulsion de 38 congrégations masculines soit plus de 5000 religieux.

Voulant « arracher l’âme de la jeunesse française », Jules Ferry engage la lutte contre les congrégations religieuses. La veille Jules Ferry propose une loi instituant l’obligation scolaire de 6 à 13 ans. Déjà un premier décret a imposé aux jésuites d’évacuer les établissements scolaires d’ici à trois mois. Un second va inviter les compagnies non autorisées à régulariser leur situation dans le même délai. L’application de ses décrets aboutit à la dispersion de cinq mille congréganistes.

Les écrits de Renée Casin rejoignent ceux de Jean Guiraud dans son livre Les Catholiques et la révolution française. En effet, avec le tome 3 de son livre Histoire partiale – Histoire vraie, au chapitre XIII, il rétablit la vérité sur l’état de l’enseignement en France avant la révolution :

« La légende révolutionnaire s’évanouit devant les constatations de la science historique. Les nombreux érudits qui, dans toutes les régions de la France, ont interrogé les archives locales, sont unanimes à proclamer qu’avant 1789, et en général pendant les deux siècles qui ont précédé la Révolution, les écoles populaires ont été multipliées dans les villes et les campagnes dispensant l’instruction aux ouvriers et aux paysans, le plus souvent gratuitement. »

Son chapitre s’appuie sur de nombreuses sources officielles entre autres les rapports alarmistes des préfets pour Napoléon Bonaparte. Beaucoup comparent la situation de l’enseignement d’avant la révolution pour la louer en comparaison du désert intellectuel d’alors. Surtout, l’enseignement, très souvent gratuit, n’était pas assumé par l’Etat mais par l’Eglise sans aucune contrepartie financière.

Et Jean GUIRAUD de conclure sur une citation du fondateur de l’école positiviste, Auguste Comte :

« Le catholicisme fut le promoteur le plus efficace du développement populaire de l’intelligence humaine. […] C’était d’ailleurs ce que lui reprochaient les philosophes du XVIIIe siècle. Dans une lettre à son ami Damilaville datée du 1er avril 1766 et se terminant par son cri habituel de guerre contre le christianisme « Ecrasons l’infâme ! » Voltaire déplore le développement de l’instruction populaire de son temps : « Je crois que nous ne nous entendons pas sur l’article du peuple que vous croyez digne d’être instruit. J’entends par peuple la populace qui n’a que ses bras pour vivre. Je doute que cet ordre de citoyens ait jamais le temps ni la capacité de s’instruire… Il me paraît essentiel qu’il y ait des gueux ignorants. Si vous faisiez valoir, comme moi, une terre et si vous aviez des charrues, vous seriez bien de mon avis. Ce n’est pas le manœuvre qu’il faut instruire, c’est le bon bourgeois, c’est l’habitant des villes ; cette entreprise est assez forte et assez grande. ». […] Un autre philosophe, le procureur général La Chalotais, reprochait aux Frères de la Doctrine chrétienne l’enseignement qu’ils donnaient au peuple : « Les Frères de la Doctrine chrétienne qu’on appelle ignorantins sont survenus pour achever de tout perdre. Ils apprennent à lire et à écrire à des gens qui n’eussent dû apprendre qu’à dessiner et à manier le rabot. Le bien de la Société demande que les connaissances du peuple ne s’étendent pas plus loin que ses occupations. Parmi les gens du peuple il n’est presque nécessaire de savoir lire et écrire qu’à « ceux qui vivent par ces arts ou que ces arts font vivre ».

Et Voltaire écrivait à La Chalotais pour le féliciter de penser ainsi. »

Voir aussi la chronique du 15 mars.

le 29 mars 1880 encore: le capitaine Gallieni arrive à Bafoulabé, au Mali.

Il obtient un traité avec les chefs locaux et établit un protectorat.

le 29 mars 1896 : le commandant Esterhazy est identifié comme le traitre de l’affaire Dreyfus.

Un télégramme, dit  » petit bleu « , émanant de l’ambassade d’Allemagne et adressé au commandant Walsin-Esterhazy, est intercepté par la Section de Statistique en mars. Picquart, après consultation du  » dossier secret  » de 1894, acquiert la conviction que le bordereau qui a fait condamner Dreyfus émane en réalité d’Esterhazy. Ce dernier est à l’origine des fuites dont a été rendu responsable le capitaine Dreyfus, condamné au bagne.

le 29 mars 1901 : vote de la loi de 1901 qui régit le fonctionnement des associations.

Elle entre en vigueur le 1er juillet suivant.

le 29 mars 1918 : tirs des Pariser Kanonen ou Parisgeschütz (canon de Paris).

Tiré de cent kilomètres de Paris par l’artillerie allemande, un obus atteint l’église Saint-Gervais; la voûte s’écroule et quatre-vingt-onze fidèles sont tués, lors de l’office du Vendredi Saint.

Église Saint-Gervais aujourd’hui

En tout, 367 obus tombent sur Paris, causant la mort de 256 personnes dont 91 dans la seule église Saint-Gervais le 29 mars 1918.

le 29 mars 1933 : déclaration de Fulda.

Par cette déclaration les évêques allemands affirment que le christianisme est incompatible avec le nazisme. Les catholiques ne peuvent donc pas adhérer au parti national-socialiste

le 29 mars 1967 : la France lance le « Redoutable ».

Le premier sous-marin nucléaire français est mis à l’eau dans le port de Cherbourg. Le vaisseau de 7 500 tonnes possède 16 missiles. De la même classe que le « Redoutable » un deuxième sous-marin nucléaire est lancé en décembre 1969, le « Terrible ».

Incontournable témoignage d’un missionnaire français sur le martyre des chrétiens en Corée du Nord

Posted:

Ici à partir de 1h15 :

« Il serait déstabilisant que la petite fille soit privée de tout contact avec sa deuxième maman »…

Posted:

On ne remercie pas la loi Taubira :

« « Que se passe-t-il pour un enfant né d’une procréation médicalement assistée (PMA) en Espagne quand il y a divorce au sein d’un couple lesbien ? » Il s’agit d’ « un cas non prévu » par la loi Taubira en 2013, que le tribunal de Bordeaux a dû trancher. Se basant sur un article de loi « qui permet à un tiers ‘sans lien de parenté’ mais qui a noué ‘des liens affectifs durables avec un enfant’ de bénéficier d’un droit de visite ou d’hébergement», les juges ont reconnu à « la deuxième maman » un droit de visite de l’enfant de son « ex-épouse ».

L’enfant est né en 2014 par insémination en Espagne d’une des deux femmes, « la mère biologique ». Sa compagne ne l’a pas adopté. Les deux femmes se séparent en 2015 et la mère biologique refuse que la procédure d’adoption aille à son terme.

Le tribunal de Bordeaux a estimé qu’il serait « déstabilisant que la petite fille âgée de 3 ans soit aujourd’hui privée de tout contact avec sa deuxième maman, avec laquelle elle a partagé sa vie jusqu’ici ». La plaignante explique quant à elle qu’il s’agissait d’un « projet commun ».

La mère biologique a fait savoir qu’elle ferait appel de ce jugement. »

L’hommage du cardinal Sarah à Jérôme Lejeune

Posted:

Cardinal Sarah : du transhumanisme à la GPA… par bvoltaire

Le président d’Anticor membre d’En Marche ?

Posted:

Anticor, l’association qui lutte contre la corruption des élus, a interrogé la Haute Autorité pour la Transparence sur la sincérité de la déclaration de revenus du candidat Macron. Laquelle a répondu « Circulez il n’y a rien à voir ».

Or, le président d’ANTICOR, Monsieur Jean-Christophe Picard, s’est dit satisfait de cette réponse, pourtant appuyée sur aucun élément probatoire.

« Nous souhaitions nous assurer qu’un contrôle approfondi avait bien été fait, c’est le cas. Le dossier est clos. »

Un internaute commente ainsi :

Capture d’écran 2017-03-28 à 19.31.50

Fake new ? Peut-être, mais ce monsieur a été candidat PRG aux élections départementales de 2015 à Nice avec le soutien du PS, du MRC, EELV, de GE (Génération écologie) et de FD (Front démocratique).

Non lieu à statuer dans l’affaire de la crèche en mairie de Beaucaire

Posted:

La LDH devra payer 1200€ à la Ville de Beaucaire !

C8BR143W0AAnwX0

Liberté scolaire : l’APEL interroge les candidats

Posted:

A l’occasion de l’élection présidentielle, Famille & éducation a interrogé les cinq principaux candidats pour connaître leurs réponses aux propositions formulées par l’Apel ainsi que les principaux points de leur programme concernant l’éducation. Les réponses sont ici. Extraits sur l’autonomie des établissements :

François Fillon :

« Notre école est malade de la bureaucratisation et du pédagogisme : à force de refuser de faire confiance aux enseignants, aux parents et aux établissements, on obtient des résultats médiocres dans les évaluations internationales. C’est pourquoi mon projet consiste à changer l’organisation du système en accordant aux établissements des marges de liberté et de responsabilité nouvelles, notamment en matière de ressources humaines. Je veux donc confier progressivement aux chefs d’établissement du second degré public le recrutement des professeurs sur la base de l’adhésion au projet éducatif et pédagogique de l’établissement. Le choix des méthodes d’apprentissage sera, lui aussi, confié aux équipes pédagogiques. La contrepartie de cette liberté nouvelle doit être une évaluation rigoureuse et indépendante des résultats des établissements, qui seront transmis aux familles. »

Marine Le Pen :

« Je suis extrêmement attachée aux services publics, particulièrement à celui d’éducation. Or pour que les services publics accomplissent leurs missions, il est essentiel qu’ils soient administrés à partir d’un centre, l’État stratège, et que ses agents aient le statut de fonctionnaires d’État. C’est pourquoi, je suis opposée à une plus grande autonomie des établissements scolaires. Ce n’est pas en effet au niveau des établissements que doit s’opérer le recrutement des enseignants, mais par le biais de concours nationaux. Et ce n’est pas non plus à ce niveau que doivent être décidés les contenus enseignés ou les orientations pédagogiques, mais par des directives et des programmes nationaux. C’est enfin à une instance interne à l’Éducation nationale, où les enseignants de terrain seront pleinement représentés, qu’il appartiendra d’évaluer les effets de la politique scolaire conduite. »

Emmanuel Macron :

« Les chefs d’établissement disposent de trop faibles marges de manœuvre pour individualiser les parcours et adapter les enseignements à leurs élèves. Nous proposons que les programmes et les horaires consacrés à chaque discipline restent définis nationalement mais, par exemple au collège, que 20 % des heures soient véritablement rendues. Dès la rentrée scolaire 2018-2019, nous souhaitons rendre possible l’expérimentation d’une part d’autonomie de recrutement pour des établissements pilotes – volontaires –, principalement en éducation prioritaire. Tous les trois ans, chaque collège et chaque lycée bénéficiera d’un diagnostic qui embrassera l’ensemble de ses missions (enseignement, résultats et progrès des élèves, projets pédagogiques, infrastructures, etc.). Il mobilisera l’équipe de direction, conduite par le chef d’établissement, véritable chef de file du diagnostic de son établissement et responsable de la mise en œuvre des recommmandations, et l’équipe pédagogique. Les parents et les élèves seront également consultés. »

Benoît Hamon :

« Qu’entend-on par autonomie ? S’il s’agit de considérer les enseignants comme des professionnels à qui il faut faire confiance pour trouver les réponses aux besoins de leurs élèves, j’y suis favorable. J’y suis farouchement opposé, s’il s’agit de supprimer le caractère national de l’éducation en mettant en concurrence les établissements. Lier les méthodes d’apprentissage et les résultats n’est pas une bonne façon de poser la question du défi que doit relever l’école française : reconstruire une égalité des chances. Je veux mettre au premier plan les conditions dans lesquelles les enseignants travaillent. »

Jean-Luc Mélenchon :

« Laisser les chefs d’établissement choisir leurs enseignants ? Cette mesure parachèverait “l’autonomie” des établissements. Nous en constatons pourtant les échecs : aggravation des inégalités, concurrence exacerbée entre personnels, dépossession du métier d’enseignant, contrôles hiérarchiques. Elle aggraverait la précarité des personnels et serait contraire au principe d’égalité de traitement de notre projet républicain pour l’école. »

Un sénateur veut-il faire condamner la presse pour diffusion de fausses nouvelles ?

Posted:

… A moins qu’il ne s’agisse que de lutte contre la liberté d’expression sur internet :

Capture d’écran 2017-03-28 à 18.53.37La sénatrice UDI Nthalie Goulet explique :

« La présente proposition de loi s’est imposée au regard de l’actualité récente concernant notamment le référendum au Royaume-Uni du 23 juin 2016, l’élection présidentielle aux États-Unis d’Amérique du 8 novembre 2016 et les débats parlementaires en Allemagne, au Royaume-Uni et aux États-Unis d’Amérique. […]

Cependant, la presse écrite a connu ces dernières années une métamorphose sans précédent avec l’émergence d’internet et du monde numérique. M. Robert BADINTER, lors des débats au Sénat en 2004 rappelait déjà que « la technique a fondamentalement modifié les données du problème. […] Nous ne sommes plus au temps de la presse imprimée ! Nous sommes tous ici des défenseurs de la liberté de la presse et j’ai, pour ma part, beaucoup plaidé pour elle au cours de ma vie. Mais nous sommes là devant un outil qui est sans commune mesure avec la presse écrite que nous avons connue, et qui était en fait celle de 1881. L’internet pose des problèmes considérables et il faut prendre des dispositions adaptées. » En effet, la presse n’est plus constituée majoritairement de journalistes de métier, consciencieux et expérimentés, ou de jeunes pigistes animés par les idéaux éthiques de la profession. Et comme la profession de journaliste n’est, à juste titre, pas une profession réglementée, chacun peut aujourd’hui publier ses écrits depuis un ordinateur ou un téléphone portable. C’est en soi une très bonne chose, mais il faut prendre acte de cette transformation de la presse qui est aussi et malheureusement à l’origine d’abus de plus en plus nombreux. Par ailleurs, les écrits diffusés n’ont plus cette dimension éphémère qu’avait la presse du XIXe siècle et qui justifiait des délais de prescription très courts ; aujourd’hui les publications en ligne peuvent être consultées en continu et ne disparaissent presque jamais de la toile.

[…] Pour l’essentiel il ressort de ces textes que, concernant l’auteur du texte, il n’y a pas de restriction : toute personne pouvant inventer de fausses nouvelles. C’est le fait de publier, diffuser, reproduire qui est incriminé. La seule élaboration de fausses nouvelles ne suffit pas, sauf à répondre d’un dol pour les matières relevant du droit privé. Le fait de mettre l’information à la disposition du public démontre l’accomplissement d’une étape supplémentaire dans l’iter criminis, étape essentielle justifiant l’incrimination du comportement. S’agissant des « fausses nouvelles », la législation utilise parfois plusieurs termes voisins : il est ainsi question d’informations mensongères, de bruits calomnieux, de nouvelles trompeuses ou destinées à tromper. […] »

Le sexe pour tous

Posted:

Surtout pour les moins de 15 ans :

Capture d’écran 2017-03-28 à 18.49.28

1er avril à Lorient : mission Angélus sur l’évangélisation des musulmans

Posted:

Mission Angelus

Le Sanctuaire d’Alençon organise un week-end Educatio les 22 et 23 avril pour les parents

Posted:

Capture d’écran 2017-03-27 à 19.11.46

La loi morale nous condamnerait-elle à l’impossible ?

Posted:

Thibaud Collin critique longuement le livre du Père Bordeyne, Recteur de l’Institut catholique de Paris, intitulé Divorcés remariés Ce qui change avec François (Salvator, 2017), dans lequel il justifie l’admission à la réconciliation sacramentelle et à la communion eucharistique des fidèles remariés ne respectant pas les conditions énoncées par saint Jean Paul II dans Familiaris consortio. Extrait :

Capture d’écran 2017-03-27 à 21.46.25
« […] « Certains ont proposé une sorte de double statut de la vérité morale. En plus du niveau doctrinal et abstrait, il faudrait reconnaître l’originalité d’une certaine considération existentielle plus concrète. Celle-ci, compte tenu des circonstances et de la situation, pourrait légitimement fonder des exceptions à la règle générale et permettre ainsi d’accomplir pratiquement, avec une bonne conscience, ce que la loi morale qualifie d’intrinsèquement mauvais. Ainsi s’instaure dans certains cas une séparation, voire une opposition, entre la doctrine du précepte valable en général et la norme de la conscience de chacun, qui déciderait effectivement, en dernière instance, du bien et du mal. Sur ce fondement, on prétend établir la légitimité de solutions prétendument “pastorales”, contraires aux enseignements du Magistère, et justifier une herméneutique “créatrice”, d’après laquelle la conscience morale ne serait nullement obligée, dans tous les cas, par un précepte négatif particulier. »

La loi morale nous condamnerait-elle alors à l’impossible ? Dieu poserait-il sur nos frêles épaules un fardeau trop lourd à porter ? Et faut-il par bonté pastorale alléger ce fardeau et proportionner les normes morales ? L’indissolubilité et l’exclusivité du mariage ne seraient-elles pas des exigences idéales vers lesquelles il faudrait tendre mais qui dépasseraient les capacités concrètes de la plupart des fidèles conditionnés par l’esprit du monde et blessés par de nombreuses structures de péché ? De telles questions sont légitimes mais elles ne sont pas nouvelles. La vie chrétienne s’identifie-t-elle à ce moralisme exigeant de faire usage de son libre-arbitre pour croître dans le respect des commandements ? Comment ne pas voir qu’une telle approche fait l’impasse sur la puissance de la grâce divine offerte simultanément aux commandements ? Paradoxalement une certaine conception de la miséricorde n’est que le complément de cette attitude foncièrement pélagienne, autrement dit la (fausse) solution à un problème mal posé. Dieu donnant des commandements trop difficiles à observer, il fermerait les yeux sur nos manquements. Qui ne voit qu’une telle miséricorde se nomme en réalité tolérance ? La patience de Dieu n’est pas pusillanimité. Dieu veut le vrai bien de l’homme et il lui donne la grâce de l’accomplir. La vocation universelle à la sainteté, centre névralgique de Vatican II, n’est pas une option facultative réservée à quelques happy few ou à quelques maximalistes à tendance pharisaïque.

« On peut vaincre les tentations, dit saint Jean Paul II, et l’on peut éviter les péchés, parce que, avec les commandements, le Seigneur nous donne la possibilité de les observer : “Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît lui-même toutes les œuvres des hommes. Il n’a commandé à personne d’être impie, il n’a donné à personne licence de pécher” (Si 15, 19-20). […] »

Retour sur l’affaire « Théo »

Posted:

7-8 avril : pèlerinage nocturne pour la France

Posted:

17522672_396774154014686_1444760027542901735_n

Père Boulad : « Si jamais il n’y a pas un changement en profondeur en France avec les prochaines élections, nous allons vers une guerre civile »

Posted:

Suite de l’entretien du père Boulad avec Philippe Pellet (lire la première partie ici) :

Vu de L’Égypte, que pensez-vous de l’Europe ?

B
L’Egyptien a une profonde admiration pour l’Europe. Et pas seulement l’Egyptien, mais le monde arabe. Il est fasciné par l’Europe. Il y a deux ans, je lisais un article dans une revue koweitienne, un article en arabe intitulé : « Un jour, on regrettera l’Europe ». Cet article constatait que l’Europe était en train de se faire démolir de l’intérieur par l’immigration et affirmait que si l’Europe s’écroulait, ce serait une catastrophe, non seulement pour l’Europe, mais pour tous.

L’Islam a vis-à-vis de l’Europe un sentiment ambivalent : fascination et rejet. Amour et haine. En psychologie, on connait cela, l’ambivalence. L’Islam a d’autant plus de haine et de rejet qu’il admire l’Europe, car il voudrait être comme elle. Mais il n’y arrive pas, à cause des contraintes de la religion dans laquelle il se débat, qui l’empêche d’ouvrir son esprit et d’entrer dans ce processus des valeurs de droits de l’homme, de démocratie et de réflexion critique. Alors, ce qu’on n’arrive pas à imiter et à être, on le démolit, par dépit face à un défi qu’on n’arrive pas à relever. Le monde arabe est complexé par rapport à son retard culturel et civilisationnel. Alors beaucoup de musulmans veulent être comme les Européens, mais comme ils n’y arrivent pas, ils réagissent par la haine et le dépit. Je souhaiterais citer l’exemple d’une enseignante française, qui a pendant 20 ans enseigné dans cinq lycées des quartiers chauds musulmans des banlieues autour de Paris. Elle a tout essayé, elle a donné le meilleur d’elle-même pour enseigner la culture et la langue française, les valeurs de la république, l’histoire. Elle dit avec beaucoup de peine et de dépit qu’elle n’a reçu en contrepartie que rejet, refus, haine, rancœur, agressivité de ses élèves. Pas un seul lycée mais cinq ! La troisième génération qui était censée s’intégrer ne veut pas de la France ! Ce qu’ils veulent c’est l’argent, le bien-être, la couverture sociale, mais ils ne veulent absolument pas être Français. Je comprends tout à fait la réaction de l’Australie qui dit : vous êtes les bienvenus chez nous si vous voulez vous intégrer, mais si vous ne voulez pas, rentrez chez vous immédiatement. C’est ce que l’Europe n’arrive pas à faire, n’a pas le courage de faire, c’est pour cela qu’elle est en train de s’autodétruire. Il y a un livre d’Erice Zemmour très connu maintenant en France qui s’appelle le suicide français. Eric Zemmour est un auteur brillant, il y en a beaucoup d’autres qui sont dans la même perspective. La France est en train de se suicider. Mais le peuple ne comprend pas, ne réagit pas, se laisse faire. Seul un courant de la droite est conscient du danger, réagit, et aussitôt on veut le faire taire en le traitant d’islamophobe et de raciste. C’est là que je dénonce l’idéologie de la gauche libérale comme une idéologie mortifère qui veut tuer et détruire ce qui est beau, bien et positif. Une culture de la mort si je puis dire. Je ne sais pas si j’ai répondu à la question, mais vu de L’Égypte et de l’Orient, l’Europe est une chance extraordinaire, qui fascine à bon droit, car l’Europe a apporté au monde la civilisation. Mais avec ce complexe d’infériorité d’une religion qui n’arrive pas à sortir de la pétrification dans laquelle elle est, et sa civilisation qui n’arrive pas à se développer, le monde arabe est ambivalent par rapport à L’Europe.

Comment voyez-vous la crise actuelle en France et le problème de l’immigration ?

Cette crise tient à deux facteurs. Tout d’abord, elle est liée à l’idéologie de la gauche libérale qui détruit la France de l’intérieur depuis des décennies pour des raisons obscures, surtout d’ordre financier et économique, liées à la mondialisation. Le deuxième facteur est l’islamisation exponentielle de la France qui est parmi les pays occidentaux les plus atteints par ce phénomène. Je pense que la gauche et l’Islam font bon ménage, on appelle cela l’islamo-gauchisme, en visant à déstabiliser la société française, la vider de toute identité, de tout dynamisme, pour remplacer cette identité par l’Islam. Pour dire les choses simplement, d’ici quelques années la France et l’Europe seront musulmanes par le triple jeu de l’immigration, de la démographie et des conversions, l’Islam étant une religion par nature conquérante et prosélyte.

Nous avons le devoir d’accueillir l’étranger et de lui donner le maximum de possibilités pour s’intégrer, pour qu’il construise le pays en même temps que lui-même. Mais lorsque cet immigré refuse de s’intégrer, il n’y a plus qu’une seule solution, c’est de le mettre à la porte. Ou tu es content ici, alors fait l’effort de t’intégrer en apprenant la langue et en assumant la culture, ou bien tu ne veux pas, alors rentre chez toi.

Les gouvernements qui se succèdent en France semble encourager l’immigration malgré ce rejet de la France, la police est dépassée lorsque l’on brûle les voitures et les magasins. C’est un désastre à tous les points de vue, la gauche libérale est un échec retentissant en France et ailleurs.

Que doivent faire les chrétiens face à cette situation de crise de l’Europe ?

Les chrétiens devraient étudier et analyser la situation de l’Europe et de l’Eglise en toute objectivité pour la comprendre. Toute action suppose au préalable une analyse. On ne peut pas résoudre un problème si on ne l’a pas bien posé. Il faut sortir du politiquement correct, sortir du bourrage de crâne des grands médias pour étudier en toute objectivité la question de l’Eglise, de l’Islam, et de l’Europe. Cela suppose que l’on fasse venir des personnes susceptibles de donner un éclairage différent que celui de l’opinion manipulée. Les chrétiens devraient donc d’abord procéder à une analyse et une connaissance en profondeur. Deuxièmement, à une action concertée. Que faire dans le contexte actuel ? Il faut agir non seulement pour protéger les chrétiens d’Orient et d’Egypte, mais aussi pour protéger les musulmans ouverts et modérés, qui veulent réformer l’Islam, mais qui ne peuvent pas s’exprimer car eux aussi sont opprimés. Donc la question n’est pas tant « chrétiens contre musulmans », il ne s’agit pas que les chrétiens européens s’occupent seulement des chrétiens persécutés, car les chrétiens du Moyen-Orient sont solidaires des musulmans qui souffrent de l’Islam oppressant qui les étouffe ! C’est au nom de mon amour pour les musulmans que je veux les libérer du « fascisme islamique » tel que décrit par un auteur musulman, Hamed Abdel-Samad, dans son livre paru très récemment en français, dont le titre est justement « Le fascisme islamique ».

Il faut libérer la parole, libérer l’homme, lui donner son humanité, la possibilité de s’exprimer. Le sortir de ce carcan religieux étroit qui est celui de l’Islam, et dont il n’arrive pas à se débarrasser. Il s’agit moins d’aider les chrétiens d’Egypte et du Moyen-Orient que d’aider à promouvoir un discours libre et vrai, accès sur la liberté, l’homme, la démocratie, les valeurs. C’est là qu’un dialogue est nécessaire avec des personnes qui peuvent vous orienter et conseiller.

L’Eglise catholique elle-même est tombée dans le piège, et elle y est toujours. Elle ne veut pas comprendre un autre langage que celui de ces « experts » en Islam formés à Oxford, Paris, Berlin, ou à Washington, qui ne connaissent l’Islam que de façon très théorique, académique, qui ne veulent pas comprendre qu’il y a un autre dialogue possible, nécessaire et impératif avec l’Islam, qui n’est pas celui qu’ils ont mené jusqu’à présent et qui a été un échec total et une impasse. Car depuis 50 ans qu’on a instauré ce dialogue après Vatican II, on est au point zéro, et on a même reculé.

Quel message souhaiteriez-vous adresser au Français ?

Un sursaut, un refus, un rejet de cette manipulation dont ils font l’objet. D’ailleurs, il semble que les Français sont de plus en plus conscients, il y a un réveil depuis quelques mois qui se fait en France, vers une revendication d’identité. Ils refusent de laisser leur identité française et leur culture se dissoudre. Il y a dans le peuple français, avec toute la bonté, la douceur et l’accueil qui le caractérise, un nerf, une volonté de vie et de survie, de révolte. Si jamais il n’y a pas un changement en profondeur en France avec les prochaines élections, nous allons vers une guerre civile, car je ne pense pas que les Français vont se laisser marcher sur les pieds, se laisser écraser et effacer de la carte de l’Europe et du monde. La France est un très grand peuple, une culture qui est la mienne que j’ai reçue depuis ma petite enfance, que j’admire, qui est une richesse extraordinaire. Je trouverais dommage que la culture française s’écroule, que l’Europe disparaisse elle aussi, car la France et l’Europe sont un message, à l’avant-garde de la pensée, de l’art, de la culture, de la philosophie. Ce serait catastrophique que cela soit remplacer par l’Islam. Je n’ai rien contre les musulmans, mais j’en veux beaucoup à l’Islam, dont les musulmans sont les premières victimes. Victimes de ce fascisme islamique décrit par l’auteur musulman Hamed Abdel-Samad dont j’ai parlé avant.

Après vous être débarrassés du communisme et du nazisme, ce serait tragique de tomber dans un fascisme bien pire que les précédents car il se réfère à Dieu lui-même, ce qui fait que ce serait plus difficile de l’éradiquer. Donc une fois qu’il aura pris racine, vous aurez ce que nous avons connu pendant des siècles chez nous au Moyen-Orient et que je connais dans ma propre famille qui a vécu le massacre de 20.000 chrétiens en 1860, qui a fait que mon grand-père s’est réfugié en Egypte.

30 mars à Rennes : comment l’école aborde la sexualité avec les élèves ?

Posted:

2017-03 – 30 – LMPT35 – Affiche BdC Ecole & Sexe

Une heure pour savoir comment l’école aborde la sexualité avec les élèves : « En quoi consiste l’éducation sexuelle ? Vers quels livres et sites internet sont renvoyés les élèves ? A quel âge commence la sensibilisation des enfants à la sexualité ? », autant de sujets qui seront présentés, parce qu’en tant que parents, vous avez le droit de savoir.

Parquet financier : Chronologie d’un piège

Posted:

Synthèse intéressante de Jean-Yves Robert-Carteret, avocat à la Cour, spécialiste en Procédure d’Appel :

Acte 1 : 19 décembre 2013, Jean-Louis Nadal, ancien conseiller au cabinet de Robert Badinter, ex-inspecteur général des services judiciaires dous Elisabeth Guigou, qui a requis l’ouverture d’une enquête à l’encontre de Christine Lagarde devant la Cour de Justice de la République, qui en 2012 soutient le candidat François Hollande, est nommé par ce même François Hollande à la tête de la haute Autorité pour la transparence de la Vie Publique.

Acte 2 : le 1er février 2014 – Création du parquet national financier par Christiane Taubira

Acte 3 : Eliane Houlette est proposée par Christiane Taubira le 14 janvier 2014 comme procureur du parquet national financier

Acte 4 : le 31 janvier 2014 Ariane Amson est nommée substitut du procureur du PNF

Acte 5 : 04 juillet 2014, Jean Michel Hayat, membre du syndicat de la magistrature, conseiller au cabinet de Ségolène Royal de 1997 à 2000, … et également mari d’Adeline Hazan, présidente du syndicat de la magistrature de 1986 à 1989, ex-eurodéputée et ancienne maire PS de Reims, est nommé président du TGI de Paris

Acte 6 : 09 septembre 2014, Jean Michel Hayat crée la 32e chambre correctionnelle dédiée aux affaires traitées par le PNF.

Acte 7 : 01 septembre 2015, Peimane Ghaleh-Marzban, un très proche de François Hollande est nommé président de la 32ème chambre correctionnelle du TGI de Paris.

Acte 8 : 10 septembre 2015, Jean Louis Nadal est chargé de signaler les cas suspects à la 32ème chambre du TGI de Paris.

Acte 9 : 13 juin 2016, Jean-Pierre Jouyet embauche comme conseillère pour la justice à l’Élysée Ariane Amson qui quitte le PNF. Elle est la compagne de Pierre Heilbronn, qui lui devient directeur adjoint de cabinet de Michel Sapin.

Acte 10 : novembre 2016, un dossier est constitué à l’Elysée sur la base des fiches de salaire et déclarations de revenus des époux Fillon transmis par Pierre Heilbronn et suivi par Boris Vallaud, le mari de Najat Vallaud Belkacem.

Acte 11 : 15 décembre 2016, Thomas Cazenave, ex Directeur de Cabinet d’Emmanuel Macron est nommé Secrétaire Général Adjoint de l’Elysée. Il remet le dossier à Jouyet.

Acte 12 : François Hollande transmet le dossier à Gaspard Gantzer, de la même promotion Senghor à l’ENA qu’Emmanuel Macron, en lui recommandant d’en faire « bon usage »

Acte 13 : 09 janvier 2016, le dossier est transmis simultanément par Gaspard Gantzer à Michel Gaillard, directeur de la Rédaction du Canard Enchaîné et à Eliane Houlette par Ariane Amson.

Acte 14 : 25 janvier 2017, soit le même jour où « l’enquête du Canard enchainé » est publiée, une enquête préliminaire est ouverte par le parquet national financier pour des chefs de détournement de fonds publics, abus de biens sociaux et recel de ces délits.

Acte 15 : Le 5 février 2017, les copies des PV d’audition des époux Fillon sont récupérés auprès du PNF par Ariane Amson et transmis par Gantzer aux journalistes du Monde, Davet et Lhomme.

Acte 16 : 15 février 2017, Jean-Louis Nadal transmet au PNF un signalement concernant un soupçon de déclaration incomplète de François Fillon à la HATVP.

Acte 17 : 24 février le PNF ouvre une information judiciaire contre X devant le risque de prescription encouru par le vote de la loi du 16 février 2017.

Acte 18 : 25 février 2017, Jean Michel Hayat, président du TGI désigne Serge Tournaire, le magistrat qui a mis en examen Nicolas Sarkozy, malgé l’avis contraire de van Ruynbeck dans l’affaire Bygmalion, comme premier juge d’instruction.

Acte 19 : 28 février 2017, le juge Tournaire signifie à Fillon une convocation pour le 15 mars 2017 en vue d’audition.Quatre jours plus tôt l’information judicaire avait été ouverte contre X, faute d’élements suffisants contre personne dénommée.

Il n’y a peut-être pas de cabinet noir à l’Elysée mais la république irréprochable de François Hollande y ressemble étrangement…

Philippe Migault viendra parler au colloque international « l’Occident contre l’Europe »

Posted:

M
Philippe Migault est spécialiste des questions stratégiques. Ancien Grand reporter au Figaro, correspondant de guerre, il est auditeur de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale et du Centre des Hautes Etudes de l’Armement. Ancien Directeur de rercherche à l’IRIS en tant que spécialiste des questions stratégiques dans l’espace post-soviétique et des relations franco-russes, il dirige aujourd’hui le Centre Européen d’Analyses Stratégiques.

Il interviendra au colloque sur le thème « l’Occident : une notion dévoyée ? » et nous explique sa présence :

« En tant que spécialiste des questions stratégiques j’ai pu observer depuis près de vingt ans la mutation des valeurs que nous autres, « Occidentaux », prétendons défendre sur la scène internationale. A l’effacement de certains principes ont succédé de nouveaux dogmes, au nom desquels nous partons de plus en plus en guerre, suscitons de plus en plus de fractures, de violences et de ressentiment, non seulement à l’international, mais aussi au sein de notre opinion publique. Parce que ces principes vont à l’encontre des intérêts de la France, il convient de les dénoncer. »

Inscription au colloque

Reportage sur Le Rocher

Posted:

Alexandre Del Valle : l’ennemi principal n’est pas la Russie, mais le totalitarisme islamiste

Posted:

2e partie de notre entretien avec Alexandre Del Valle à propos de son livre Les Vrais ennemis de l’Occident (première partie ici) :

Alexandre-del-valle
Mais les intérêts de la Russie ne sont-ils pas profondément différents de ceux de l’Europe de l’Ouest?

Non ! s’ils sont totalement opposés aux intérêts et idéologie de McWorld et de l’atlantisme, ils sont par contre très convergents avec ceux de l’Occident identitaire ou « alterOccident » car l’énergie, le territoire, les cerveaux, les ressources naturelles et la force militaire russes puis le modèle alter-occidental souverainiste et néo-orthodoxe-chrétien de la Russie post-soviétique doteraient l’Europe, si celle-ci était libérée du joug atlantiste, d’une autonomie et d’une force de frappe géostratégique qui en ferait la première puissance du monde. Et c est justement ce que craignent les Etats-Unis et les stratèges de l’OTAN… Mais il est clair que notre intérêt serait de développer les richesses énergétiques de la Russie et d’importer le gaz et le pétrole russe plutôt que de dépendre des monarchies du Golfe et du Maghreb qui ont des intérêts et des valeurs géocivilisationnelles non seulement opposées mais menaçantes puisque les puissances islamiques escomptent conquérir religieusement et démographiquement l’Europe.

Pensez-vous que la lutte commune contre le totalitarisme islamique suffise à unifier l’ensemble de la civilisation occidentale ou bien les divergences internes ?

Bien sûr que non, mais cette lutte commune aurait le mérite de clarifier l’ennemi principal, qui n’est pas la Russie, mais les pôles du totalitarisme islamiste, composé d’Etats et organisations sunnites qui projettent de nous conquérir et donc de détruire tout simplement note civilisation… Des Etats-Unis à la Russie en passant par l’Australie et la Vieille Europe, les défis sont communs : immigration, vieillissement, menace islamiste, individualisme, et les origines sont communes, christianisme, pensée gréco-latine, substrat celto-germanique ou latin et slave. Nos valeurs sont bien plus proches que nous le croyons et du point de vue de l’islamisme conquérant, nous ne faisons qu’un, en vertu de l’adage islamique, les Croisés et les impies ne sont qu’une seule nation (Kufru Millatün wahida »).

Est-il encore possible de lutter efficacement contre le totalitarisme islamique quand nous dépendons autant financièrement des principaux financiers de ce totalitarisme, notamment les monarchies du Golfe?

Oui parfaitement ! Une chose est claire : nous ne pourrons pas vaincre le totalitarisme « chez lui », c est à dire dans les pays musulmans, car seuls les musulmans et les responsables politiques et religieux de es pays pourront réformer leur religion, jamais revisitée depuis le 11ème siècle et restée figée dans une théologie de la guerre et de l’intolérance, source à laquelle puisent les islamistes radicaux pour disqualifier les modernistes. Cette guerre interne nous échappe largement. Nous pouvons certes aider les pays les plus anti-islamistes, comme les derniers nationalistes arabes et les Etats qui combattent la subversion des Frères musulmans (Egypte, général Haftar en Libye, Syrie de Bachar, forces chiites modérées en Irak, Kurdes, Liban, Jordanie, Maroc, etc). Mais par contre, sur notre sol, si nos dirigeants renouent avec un volontarisme et une politique de souveraineté, nous pouvons reprendre en main les institutions de représentations de l’islam et couper l’influence de l’islamisme mondial nos communautés musulmanes d’Europe puis bannir les Frères musulmans et les mouvances salafistes, radicales, wahhabites, tablighies, milli görüs,etc, bref toutes les tendances de l’islam extérieur dont l’objectif est d’empêcher l’intégration de nos concitoyens musulmans à qui sera proposée une « charte de l’islam de France » qui posera les conditions de la compatibilité entre les règles et rituels islamiques et nos valeurs et lois. Il suffira d’appliquer la loi et de n’accepter de l’islam que ses mouvances réformistes conformes à nos valeurs et règles. La chose est possible. Des imams modérés existent mais nos politiques ont préféré depuis des décennies confier nos musulmans aux forces islamiques obscurantistes et étrangères. Il est temps de revenir à la raison.

Pédophilie : selon un expert de gauche, le risque de récidive est plus fort si la personne est homosexuelle

Posted:

Unknown-22
Alain Christnacht est président de la commission d’expertise sur la pédophilie créée en 2016 par l’Église catholique en France. Auparavant, il a été fondateur et membre du think tank de gauche Terra Nova ainsi que directeur de cabinet de Christiane Taubira.

Il est interrogé dans Le Figaro pour faire le bilan de son action. Or cet entretien comporte une assertion particulièrement intéressante :

« le risque de récidive est d’autant plus fort que la pédophilie était homosexuelle et non pas hétérosexuelle ».

Si même les experts socialistes le disent …

L’initiative Mum, Dad & Kids s’achève règlementairement le 3 avril 2017 à minuit!

Posted:

Extraits d’une tribune cosignée par Ludovine de La Rochère dans Le Figaro à propos de la pétition Mum Dad and Kids pour inscrire la définition du mariage au niveau européen et faire cesser les pressions idéologiques subies par certains pays :

« C’est sans doute en raison de son manque de transparence et de sa grande complexité que l’Union européenne intéresse peu les Français: à quelques exceptions près, l’énorme travail réalisé quotidiennement à Bruxelles, dont l’impact est très important sur notre propre législation, n’est suivi ni par les médias, ni par les politiques, ni par les intellectuels. Quant aux associations françaises présentes à Bruxelles, elles se comptent à peine sur les doigts d’une main.

C’est évidemment très grave puisque cela conduit les responsables, les politiques et les fonctionnaires européens à agir hors de tout contrôle démocratique.

Sont en particulier concernés par cette opacité et cette sorte d’autonomie l’ensemble des sujets anthropologiques et sociétaux: quoique règlementairement hors de la compétence européenne, ces sujets font l’objet de nombreux textes, rapports et directives votés par le Parlement européen de sa propre initiative ou sur initiative de la Commission européenne. Or ces textes sont systématiquement oublieux des droits et besoins de l’enfant et déconnectés de la réalité humaine, dérive que la France connaît si bien depuis le début du quinquennat de Monsieur Hollande.

C’est ainsi que, dans le dos des habitants des Etats membres, l’Union européenne promeut la mise en œuvre des concepts de de l’idéologie de genre, laquelle nie la réalité et les implications de la différence et de la complémentarité des sexes. L’Europe cherche donc à élargir le cercle des pays qui reconnaissent le mariage de deux hommes ou de deux femmes. Elle intervient par exemple pour obtenir que les pays qui n’ont pas légalisé le mariage homosexuel reconnaissent quand même le mariage des couples de même sexe qui viennent s’installer chez eux, une manière insidieuse de faire avancer ce que l’Union européenne appelle «l’agenda LGBT». […]

Dans ce contexte, des associations issues de nombreux pays membres de l’Union européenne qui défendent la famille ont lancé ensemble l’initiative citoyenne européenne Mum, Dad & Kids, dont la licéité a été validée par la Commission européenne. L’objectif de Mum, Dad & Kids est de proposer l’adoption par l’Europe d’une double définition du mariage et de la famille: «le mariage est l’union durable d’un homme et d’une femme, et la famille est fondée sur le mariage et/ou la descendance.» Cette définition correspond au socle commun à tous les pays d’Europe. Son adoption serait un signe de concordance, facteur d’unité européenne.

Certes, en ce qui concerne le mariage de deux hommes ou deux femmes, il est trop tard pour la France – pour le moment en tout cas, n’injurions pas l’avenir! Mais nous avons un devoir de responsabilité et de solidarité vis-à-vis des autres pays qui subissent de fortes pressions afin de reconnaître le mariage de deux hommes ou de deux femmes en dépit de leur opposition. Par ailleurs, la France est directement concernée par cette initiative citoyenne puisque l’Europe tente par tous les moyens de faire reconnaître partout la PMA sans père et la GPA.

Le succès de Mum, Dad & Kids suppose deux conditions: sept pays au moins doivent atteindre un seuil minimum de signatures, lequel dépend du nombre d’habitants, et un million de signatures doivent être récoltées sur l’ensemble de l’Union Européenne. Dix pays ont déjà atteint ce seuil minimum et plus de 700.000 signatures ont été recensées. C’est immense… mais encore insuffisant pour que la commission européenne se trouve dans l’obligation de statuer sur cette proposition et, plus important encore, pour faire comprendre aux responsables européens que leurs orientations sociétales rencontrent une forte opposition. Cette double définition du mariage et de la famille est partagée par l’immense majorité des habitants des Etats membres de l’Union européenne. Mais encore faut-il qu’ils le fassent savoir, et en particulier les Français, qui n’ont pas encore atteint le seuil minimal requis. Et il y a urgence: l’initiative Mum, Dad & Kids s’achève règlementairement le 3 avril 2017 à minuit!

Il est tout à fait possible d’atteindre, et même de dépasser, ce million de signatures. La démarche est simple: il suffit de se rendre sur le site http://www.mumdadandkids.eu et de signer en ligne ou sur papier. Cette démarche est assortie d’une confidentialité maximale protégée par la loi: personne ne peut accéder aux noms et coordonnées des signataires. Les générations d’enfants à venir, qui comme nous tous auront besoin d’un père et d’une mère, ont besoin de nous: accordons-leur deux minutes de notre tem


activité sur le compte : Il y a 20 heures
Détails

Advertisements
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s