La Méduse: nouveaux articles sur le site; Le mauvais poisson d’avril des CFF;A quand un QI du foot?

La Méduse: nouveaux articles sur le site

Le mauvais poisson d’avril des CFF

Posted: 01 Apr 2017 03:22 AM PDT

Une centaine de personnes en rade sur le quai de la gare de Fribourg. Ce n’est pas une première, sauf que cette fois il est près d’une heure du matin, samedi 1er avril 2017. Le train attendu ne viendra jamais et il n’y en aura pas d’autre avant plusieurs heures. Une voix féminine vient de confirmer laconiquement que le train à destination de Romont et Lausanne a été supprimé. «Manque de personnel»… sic! On attend des précisions, l’annonce de la mise à disposition d’un bus de remplacement, par exemple, car il s’agit du dernier train avant la pause nocturne. Silence radio, rien!

Les voyageurs se regardent sidérés: que faire? Une seule solution: prendre un taxi, 270 francs pour Lausanne. Trois jeunes personnes arrivent, elles acceptent de partager les frais. Un convoi de véhicules se forme, qui prend la direction du Léman. A l’arrivée, Place St-François, l’un des passagers fait ce commentaire: « Pas drôle, ce poisson d’avril! » Tout le monde s’échange son adresse courriel, sait-on jamais, si les CFF font des histoires pour le remboursement.

Il n’en sera rien, heureusement. Le matin suivant au guichet de la gare de Lausanne, l’employé tire une mine étonnée en apprenant les faits. Un téléphone à la centrale et l’affaire est réglée. La somme figurant sur le reçu du taxi est payée rubis sur ongle, avec les excuses des CFF. Ne manquaient ce jour-là que les explications.

A quand un QI du foot?

Posted: 01 Apr 2017 02:23 AM PDT

Samedi soir 25 mars 2017, Stade de la Praille, Genève, Suisse- Lettonie, qualifications pour le Mundial.

PAR PASCAL AUCHLIN

Un public chauffé à blanc, que des gens sympas. Même Christian Levrat et sa famille; à côté de nous, ma fille et moi, un sextet d’Uranais, des vrais, des purs, ceux qu’on est sûr de ne pas comprendre. Juste pour confirmer Delamuraz («les Suisses s’entendent bien parce qu’ils ne se comprennent pas»). A voir…

Et puis la «Ola», quinze minutes à se lever et se rasseoir. Là, un Uranais va chercher des bières, pour eux et… pour nous! Sympa les gars… L’équipe suisse domine certes, mais ne marque pas, stérile, sans idées… Finalement, ouf, un but de Drmic libère ce stade qui en attendait bien plus.

Quelle belle ambiance! La Suisse a un beau public, un réel soutien. Au sortir du match on se serait cru en Espagne… avec la file d’anonymes qui rit et commente tout en marchant vers ce train qui attend les Welsches et les autres.

C’est alors que, dans ma tête ressurgit mon vieil ami Norbert Eschmann, à la fois mon entraineur à Martigny, fondateur du LUC (Lausanne Université Club), puis plus tard, chef des Sports à 24 Heures, où il fut aussi mon Maître de stage de journaliste. Lui, qui très longtemps plus tôt, m’avait permis de serrer la main du Dieu Pelé, dans son dernier match en Europe joué à Paris. Lui qui analysait tout, si juste et si cruel parfois. Toujours avec un zeste de tendresse quand même.

Et, attendant le train, je me prends à écrire dans ma tête ce papier que Norbert Eschmann aurait peut-être écrit…

Il aurait sans doute commencé par dire que Petkovic l’entraineur, si décrié dans les gazettes à deux sous de Zurich comme le Blick, aux compétences sportives guère plus éclairées que celles de RTS Sport, avait fait son boulot. Et, en confiant les clés du match aux tauliers (Lichtsteiner, Shaqiri, Xhaka) l’entraîneur avait misé sur des valeurs sûres… Norbert aurait aussi su reconnaître les qualités humaines énormes de Petko, ce migrant arrivé presque «sans papiers» et qui avait œuvré pour Caritas.

Mais bon. Comment expliquer que cette Suisse dont la plupart des joueurs s’exportent en Allemagne, en Italie, en France et en Angleterre, où les salaires sont mirifiques et démesurés, cette Suisse de mercenaires dorés, devienne tout soudain, contre une équipe arque-boutée sur ses derniers 20 mètres, la Lettonie, 112 ème nation mondiale ( ?), un tout petit club de province? «Même les juniors d’Echallens (anciennement coachés par Lucien Favre) auraient trouvé des solutions à ce match».

Tout un public qui appuie des stars, et se retrouve avec des bras noueux et des socs en bois!

Et, sur ce sujet précis, Norbert aurait été sans tendresse. Je l’entends me glisser: «si tu regardes le match des tauliers de l’équipe, tu comprends mieux le désarroi de l’entraîneur».

En effet, qu’ont réalisé les Xhaka, Shaqiri, Lichtsteiner, pour ne citer que les trois principaux. Rien… Ils ne sont jamais parvenus à donner une passe correcte, jamais bien placés, se marchant dessus, enfermant leur compère au lieu de s’offrir, donnant des balles à contre-temps. Pur désastre, que ces trois locomotives présumées, et sûrement déjà dépassées.

A propos, mais ça ce n’est pas de Norbert Eschmann, et je l’assume. Ne devrait-on pas introduire en football la mesure du QI? L’intelligence ou au moins l’instinct de foot? On leur mesure tout à ces héros, le poids, la nourriture, la résistance cardiaque, la densité d’efforts, pourquoi pas ce qu’ils ont, ou auraient, ou encore n’auraient pas dans la tête?

Prenez le cerveau des trois hommes cités plus haut, les trois présumés tauliers de l’équipe suisse, mettez-y des électrodes et des lumières jaunes ou vertes, vous verrez, il y a peu d’étincelles.

Pas de quoi, en tout cas, faire un feu d’artifice du 1er août!

P.S. Et ne comptez pas sur les journalistes sportifs suisses, romands compris, pour que le débat autour de ce thème puisse s’élever d’un demi-étage. Sacré Norbert, tu nous manques!

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s