En marche vers une mortelle contraction du crédit ? La Chronique Agora-et varia

En marche vers une mortelle contraction du crédit ?

La Chronique Agora

Paris, mardi 4 avril 2017

Simone Wapler : En marche vers une mortelle contraction du crédit ?
Le numéro 2 de la BCE a indiqué que les déficits allaient désormais coûter plus cher. Personne ne semble vraiment s’en préoccuper en France…
Bill Bonner : L’arme de destruction massive du système de l’argent à crédit
Lorsque le crédit se contracte, la masse monétaire diminue. Avec 200 000 Mds$ de crédit en cours, la moindre contraction peut causer une dépression.
Le Mogambo Guru : De retour… Bonjour Dante !
Les masses monétaires et de dette ont augmenté sans aucun rapport avec la richesse créée. La valeur de la monnaie sera à terme détruite.

LES NOTES DE SIMONE WAPLER
Simone Wapler

En marche vers une mortelle contraction du crédit ?

Comme vous le savez, cher lecteur, nous vivons dans un système monétaire qui est le « créditisme ». L’argent existe majoritairement sous forme de crédit. Les autorités voudraient d’ailleurs que « majoritairement » devienne « exclusivement » et souhaiteraient abolir totalement l’usage des espèces.
2000€ à gagner !

Les autorités ont tort car ce système est vicié. Autrefois, lorsque la monnaie représentait la richesse déjà créée, l’économie dans son ensemble était peu dépendante du cycle de crédit.

Maintenant, avec le créditisme, toute contraction du crédit se transforme en contraction de la masse monétaire. Moins de crédit = moins de monnaie. Ce qui veut dire que toute contraction du crédit entraîne, au mieux, une récession ou, au pire, une dépression. Avec plus de 200 000 Mds$ de crédit (trois fois la taille de l’économie mondiale), préparez-vous au pire. C’est ce qu’explique Bill Bonner dans sa chronique du jour.

+ 3 496 euros… ou + 11 119 euros : où en sont vos investissements ?

Découvrez un moyen simple et efficace de faire fructifier votre épargne : ne vous contentez plus de 0,75% de votre Livret A… alors que vous pourriez engranger +15% par an en moyenne !

Tout est expliqué ici.

La récession survient quand peu de gens sont concernés par la contraction du crédit. Imaginons, par exemple, que le crédit automobile diminue ; a priori, seul le secteur automobile sera concerné et il y aura récession.

La dépression frappe quand tout le monde est concerné. Imaginons que le crédit automobile, le crédit immobilier, les allocations publiques… se contractent simultanément ; alors, tout le monde est concerné et il y a dépression.

C’est ce que craignent de plus en plus d’observateurs…

Récemment, en Europe, Benoît Coeuré – considéré comme le numéro 2 de la Banque centrale européenne – a averti les gouvernements : les taux bas ne seraient pas éternels. Comprendre : la période des crédits pas chers pour financer les déficits des Etats est révolue, les déficits deviendront de plus en plus coûteux. Donc les Etats auront moins d’argent à redistribuer.

Le monde de l’économie réelle se prépare déjà à cette hausse des taux. Ainsi, Le Figaro du jour nous signale : « première baisse des renégociations des crédits immobiliers… ». Les Français renégociaient leurs vieux prêts pour profiter de la baisse des taux mais ce n’est plus le cas. La hausse des taux est dans l’air, ce qui signifie qu’il y aura moins de crédits et moins d’acheteurs potentiels pour un même bien immobilier.

Le Figaro

Par ailleurs, l’emprunt à taux fixe est une « exception française ». Dans l’immense majorité des pays, les dettes privées sont contractées à taux variable. Dès que la banque centrale relève son taux directeur, l’ensemble des crédits déjà contractés devient plus cher. C’est ce qui explique les tensions actuelles sur le crédit automobile aux Etats-Unis dont vous parlait Bill Bonner.

La dépression pourrait devenir mondiale.

Baignant et se complaisant dans une bienheureuse ignorance, la plupart de nos candidats à la magistrature suprême prétendent avoir des solutions.

Les souverainistes monétaires pensent que le créditisme est mieux lorsqu’il est national et qu’il suffit d’imprimer son propre argent pour devenir riche. Direction le Venezuela, dont Jean-Luc Mélenchon est un grand admirateur.

Mélenchon

D’autres pensent qu’il suffit de transformer la France en Guyane de l’Allemagne. Nous pourrions vivre des subventions, il suffit de « mutualiser les dettes » et l’Allemagne (qui a accès au crédit pas cher) paiera.
[NDLR : Tant que le système monétaire reste fondé sur le « créditisme », les élus changent mais l’arnaque reste la même. Les belles promesses électorales et le train de vie de la Parasitocratie sont financés par la ruine de la classe moyenne et des épargnants. Regardez bien les faits et prenez les mesures qui s’imposent pour protéger votre épargne de la débâcle qui s’annonce quelle que soit l’issue du scrutin. Tout est ici.]

Si jamais vous décidez que vous avez du temps de cerveau disponible pour regarder le « débat » télévisé de ce soir… essayez de souffler aux animateurs la questions suivantes (à poser à chaque candidat qui brandit ses solutions magiques) : pourquoi personne n’y a pensé avant, à votre super bonne idée ?

Voyez-vous, cher lecteur, les très, très, très bonnes idées sont rares. Quand c’est le cas, elles sont très, très, très vite adoptées. Elles deviennent universelles.

Un candidat (Jacques Cheminade, HEC, ENA) a l’ambition de coloniser la planète Mars. Si c’est vraiment le chemin de la prospérité, pourquoi diantre personne n’y a-t-il pensé avant ?

Va pour coloniser Mars à crédit… Tant qu’à faire, embarquons Mélenchon et Chavez dans le vaisseau spatial.

En attendant ce merveilleux moment, Le Mogambo Gurou vous conseille un truc très terre à terre pour contrer la destruction monétaire qui s’annonce.

LES NOTES DE BILL BONNER
Bill Bonner

L’arme de destruction massive du système de l’argent à crédit

Hier soir, nous sommes arrivés dans notre ranch familial, au nord de l’Argentine…

Ce matin, nous avons frotté nos paupières ensommeillées et regardé par la fenêtre.

Holà… C’est plus vert que nous ne le pensions. Nous étions dans une deuxième année de sècheresse redoutable.

Que s’est-il passé ?

Nous le découvrirons bien…

En attendant…

Les rapports gagnant-perdant dans la vie privée

L’un de mes amis m’a expliqué la chose suivante :

« Vous savez, votre description de ces accords gagnant-perdant s’applique aussi bien aux individus, dans leur vie privée, qu’à l’économie.

Certains pensent que la vie consiste à lutter avec les autres… et n’avancent qu’en tirant le meilleur parti d’autrui. Ils ne sont bien dans leur peau que lorsqu’ils vous mettent mal à l’aise.

Je crois qu’ils pensent que le bonheur est un jeu à somme nulle… qu’il est si limité dans le monde qu’on ne peut l’atteindre qu’en le dérobant à quelqu’un d’autre.

Ils pensent que nous évoluons dans un monde gagnant-perdant… et qu’il faut être coriace pour gagner. Alors ils tentent tout le temps de faire perdre quelqu’un d’autre.

Je l’ai même constaté chez des couples mariés. L’un des conjoints a l’impression d’être en concurrence avec l’autre, le critique… et s’en plaint, tente de le soumettre. J’imagine que c’est une façon de se valoriser.

Je connais un type qui a même fait pression sur sa petite amie pour qu’elle l’épouse. Il était sûr que c’était ce qu’il voulait. Lorsqu’elle a hésité… il lui a cassé les pieds et l’a harcelée jusqu’à ce qu’elle accepte.

Cela ne s’est pas très bien terminé. Ils ont divorcé au bout de quelques années. Il s’est avéré qu’elle n’avait jamais vraiment voulu l’épouser, dès le départ.

Certains ont un comportement politique. Ils avancent en manipulant les autres… en les dénigrant… en les poignardant dans le dos… en se livrant à des intrigues… en étant durs en affaires.

Ils ont besoin de dominer les conversations. Ils tentent de contrôler les autres pour qu’ils fassent ce qu’ils veulent. En affaires, ils pensent qu’il faut battre l’autre. Dans leur vie privée, ils essaient sans arrêt de prouver qu’ils sont plus intelligents, plus rapides et plus beaux.

Les psychologues ont probablement un qualificatif, pour ces gens.

Ils vont travailler à la l’Armée du Salut ou au gouvernement : n’importe où, du moment qu’ils peuvent avoir un peu de pouvoir sur les autres ».

Comment la contraction du crédit peut causer une dépression

Revenons au monde de l’économie…

Dans tout le secteur bancaire – des prêts commerciaux au crédit-bail, en passant par les prêts immobiliers – le crédit s’effondre.

Ambrose Evans-Pritchard écrit la chose suivante, dans le quotidien britannique The Telegraph :

« Les stratèges du crédit sont de plus en plus perturbés par une contraction soudaine et bizarre des prêts bancaires américains, et craignent cette année un ralentissement synchronisé aux Etats-Unis et en Chine qui pourrait prendre par surprise des marchés euphoriques…

Des données provenant de la Réserve fédérale américaine indiquent que le marché de 2 000 Mds$ des crédits commerciaux et industriels a enregistré un pic en décembre.

Ce secteur s’est brutalement affaibli, à mesure que les prêteurs resserraient le crédit, notamment en ce qui concerne l’immobilier non résidentiel. Au cours de ces trois derniers mois, il a chuté de 5,4% sur une base annuelle, soit à un rythme jamais enregistré depuis décembre 2008. »

Si de nouveaux prêts ne sont pas accordés, l’offre d’argent à crédit va se contracter. Telle est l’arme apocalyptique enfouie dans notre système fondé sur l’argent à crédit : il est soumis à des chutes brutales et désastreuses de la masse monétaire.

Lorsque les prêts sont remboursés ou passés en perte, le volume de crédit en cours (l’argent) disparait. Cela réduit la masse monétaire… et déclenche des corrections, des récessions, ou des effondrements de marché.
[NDLR : Les marchés signent record sur record mais peuvent aussi se retourner à tout moment. Nous vous proposons d’essayer gratuitement durant deux semaines les services de notre expert en trading. Recevez un e-mail chaque jour à midi, suivez les instructions… et vous pourriez enchaîner des opportunités de gains de +15% à +20% quatre fois par semaine. Tout est là.]

L’argent réel ne disparaît pas lors d’une contraction du crédit. Mais notre « argent à crédit » falsifié, oui. Cela rend tout le système vulnérable au cycle du crédit. Le crédit augmente, puis il diminue.

A mesure que l’argent à crédit disparaît, la récession se creuse… aggrave le resserrement du crédit… et fait encore plus disparaître l’argent.

Et voilà pourquoi une contraction du crédit est dangereuse, dans le monde d’aujourd’hui. Avec plus de 200 000 Mds$ de dettes en cours, la moindre contraction pourrait aboutir à une dépression mondiale.

Voilà pourquoi la Fed ne va pas prendre le risque faire grimper les taux, trop haut et trop vite.

Au contraire, elle va suivre l’inflation… puis fera immédiatement volte-face lorsque le cycle de crédit se retournera.
Découvrez comment profiter de 8 000 euros par mois

Vous gagnez moins de 50 euros de l’heure ?

Découvrez comment profiter de 8 000 euros par mois !

Oubliez les actions boursières
Oubliez les produits de trading
Oubliez les livrets ou autres assurances-vie

Découvrez une stratégie simple, concrète et applicable par tous immédiatement.
Toutes les infos en cliquant ici…

LES NOTES DU MOGAMBO GURU
Le Mogambo Guru

De retour… Bonjour Dante !

Hé ! Regardez ! Me voilà ! Juste là ! Je suis de retour ! (Tonnerre d’applaudissements). Merci, merci ! C’est merveilleux d’être ici !

Oui, vous êtes probablement en train de vous gratter la tête en vous demandant : « qui est ce crétin qui dit s’appeler le Splendide et Puissant Mogambo au paragraphe suivant, ce qui est insensé en soi ?

Et qui donc cela intéresse-t-il qu’il soit de retour ? Et d’ailleurs, pourquoi suis-je en train de lire cet article stupide ? »

Ou peut-être vous dites-vous : « Où étais-tu donc parti tout ce temps, ô Splendide et Puissant Mogambo (SPM) ? A présent tu annonces ton retour triomphant pour nous gratifier de tes réflexions éclairées sur des sujets comme disons : Nous Sommes Tous Fichtrement Condamnés (NSTFC) par les sommes insensées et les quantités de dette insensées qui vont avec, créées par cette diabolique Réserve fédérale et toutes ces autres sales banques centrales à travers le monde durant toutes ces nombreuses années ».

Je suis ravi de répondre à votre question – ou de répondre à toute question autre que « Mangez-vous toujours comme un porc ? » (la réponse est : non, pas systématiquement.)

La véritable réponse est que je suis resté hébété, abasourdi et assommé, dans une sorte « d’état de choc, » au vu des événements économiques titanesques, cataclysmiques, encore jamais vus, à propos de la politique monétaire et budgétaire, dont je ne peux qu’à peine constater les effets monstrueux, non sans frissonner.

Tout a commencé, comme c’est parfois le cas, de manière assez innocente. Je regardais un épisode de Gilligan’s Island* (« Ne cueille pas ces étranges fleurs, Gilligan espèce d’imbécile ! ») dans l’espoir de tomber sur une scène où apparaîtrait l’adorable Mary Ann.

Gilligan’s Island

En même temps, je lisais la lettre d’information de Chuck Butler, Daily Pfennig, pendant les temps morts de l’action – comme par exemple dans la scène où il n’y a personne sauf Gilligan et le Skipper (« Ecoute donc Le Sage Mogambo (LSM) et ne cueille pas ces étranges fleurs, Gillian espèce d’imbécile ! »).

Puis, soudain, surgie de nulle part, je reçus une gifle métaphorique (« Clac ! ») de M. Butler lorsqu’il révéla le fait alarmant que l’évaluation de la Masse Monétaire M2 était de 4 673 Mds$ en 2000, et qu’elle est aujourd’hui de 13 386 Mds$ !

Si mon utilisation des points d’exclamation dans cette dernière phrase ne vous a pas terrifié comme elle le fait pour d’autres Junior Mogambo Rangers (JMR) à travers le monde et le cosmos, alors permettez-moi de corriger votre optimisme béat en vous faisant remarquer que ceci est Quelque Chose de Vraiment, Vraiment Important (QCVVI) !

Et le point d’exclamation, je ne vais pas vous apprendre à quoi il sert.

La masse monétaire américaine a augmenté de 6,4% par an pendant 16 ans

Donc, M. Butler – peut-être pour s’assurer de notre compréhension totale malgré le fait que nous soyons déjà alertés par mon usage intelligent et judicieux des points d’exclamation dans les paragraphes ci-dessus – continue sur le mode « imaginez la situation suivante ! »… Cette partie de phrase, comprend un point d’exclamation, que je mets bien en valeur afin que vous soyez pleinement préparé à arriver à l’information suivante (roulement de tambour) : une « augmentation de 186% de la masse monétaire aux Etats-Unis depuis 16 ans. »

Argh !

Au cas où votre sang ne s’est pas figé dans vos veines, j’ai laborieusement procédé aux calculs nécessaires (d’abord, en essayant de trouver un gars qui sache encore faire le calcul sur une calculette Hewlett Packard HP12C) pour découvrir, à ma grande horreur, que cela signifie que la masse monétaire a augmenté de 6,4% par an ! Par Foutue Année (PFA) !

Argh ! Argh !

Mais, mais, mais… ça s’est passé alors que la croissance du PIB était à moins d’un quart de cela ! Argh ! Argh ! Argh ! Pas étonnant que la vitesse de circulation monétaire se soit ralentie !

Le hurlement de terreur – et les postillons dégoûtants – qui s’échappent de mes lèvres s’expliquent facilement par le fait simple et laid que l’inflation de la masse monétaire signifie nécessairement une inflation des prix !!!

Vous savez à présent ce que signifient trois points d’exclamation, je n’en doute pas.

L’inflation des prix détruit les économies ; le PIB chute lorsque de moins en moins de personnes peuvent se permettre des dépenses discrétionnaires ; les économies s’effondrent lorsque de moins en moins de personnes peuvent se permettre d’acheter des produits de première nécessité.

La dette mondiale atteint 230 000 Mds$ pour un PIB mondial de 80 000 Mds$

Et quelle quantité de dette a jailli de cette source empoisonnée de monnaie fiduciaire ? Selon Egon von Greyerz, de Matterhorn Asset Management AG, « la dette mondiale est passée de presque zéro il y a un siècle à 230 000 Mds$ aujourd’hui.

Ce chiffre astronomique comprend les dettes personnelles ne pouvant être remboursées et la dette publique qui ne sera pas remboursée. Et n’oublions pas, il y a des dettes et leurs dérivés non provisionnés qui se comptent en millions de milliards. »

Des millions de milliards de dollars ! Plus de deux milles millions de millions de dollars ! Ca fait beaucoup de fric !

Sachant que le PIB de l’Ensemble de ce Foutu Monde (EFM) totalise environ 80 000 Mds$, le chiffre le plus bas de 230 000 Mds$ représente (gloups !) presque 300% du PIB !

Aux Etats-Unis, il ne faut pas oublier la dette nationale colossale de 20 000 Mds$ ni les 500 Mds$ par an de déficit commercial, ni les déficits fédéraux annuels de 1 300 Mds$ !! Argh et Argh, comme je l’indique commodément par l’utilisation de deux points d’exclamation !

Et n’oublions pas ces marchés surévalués et largement endettés.

Des dizaines de milliers de milliards de dollars pourraient disparaître de ces valorisations encore jamais vues et qui sont toujours bien au-dessus de la valeur réelle long terme !

Cela signifie que tous ceux qui sont impliqués (c’est-à-dire vous, moi et tous ceux qui ont deux sous en poche, que cela leur plaise ou non) sont, ou devraient être, totalement obnubilés par le fait d’être sûrs, sûrs, sûrs, que rien, rien, rien, de mauvais n’arrive aux marchés actions, obligations ou immobilier du fait d’une funeste insuffisance – même bénigne et temporaire –dans l’injection d’argent frais avec lequel il est possible d’acheter et faire monter les prix toujours plus hauts.

Trump est devenu l’associé du « vampire des abysses » pour prolonger la fête

A présent nous savons pourquoi le président Trump s’est entouré d’une armada de collaborateurs associés à Goldman Sachs (« le vampire des abysses ») et au secteur des services financiers, qui ont apparemment toujours prouvé qu’ils sont plus que partants pour manigancer des choses secrètes, obséquieuses, corrompues afin de récolter les bénéfices de l’inflation des prix des actifs, utilisant l’argent que la diabolique Réserve fédérale crée, ce qui provoque l’inflation des prix en premier lieu !

Avec une monnaie fiduciaire, un Congrès volontaire et une Réserve fédérale diabolique et complice grâce à qui tout est possible, il semble de plus en plus évident que Beaucoup, Beaucoup Plus de Milliers de Milliards de Dollars (BBPMMD) seront créés ces prochaines années et que ce que vous achetez va devenir de plus en plus cher.

Le Dow Jones Industrial Average à 30 000 ? D’accord ! A 50 000 ? Pas de problème ! A 100 000 ? Simple comme bonjour !

Un taxi à 25 $ ? D’accord ! A 50 $ ? Pas de problème ! A 100 $ ? Simple comme bonjour !

Oublie donc ces étranges fleurs, Gilligan ! Facilite-toi la vie et reviens à l’épisode précédent où tu es en train de creuser à la recherche d’or et d’argent sur cette île déserte. Tu tombais sur d’énormes pépites, facilement trouvées dans le sable avec une pelle de fortune fabriquée à partir d’une carapace de tortue.

Pourquoi ?

Seule la valeur de l’or et de l’argent survivra à ces folies

Parce que l’histoire a montré que la valeur de l’or et de l’argent-métal survit toujours à de telles folies monétaires, en particulier à l’insensé charabia keynésien qui tient actuellement captif le système monétaire mondial et qui est directement responsable de la pagaille dans laquelle nous sommes.
[NDLR : C’est maintenant que vous pouvez profiter du « Facteur Ɛ » en achetant de l’or encore en terre. Les cours des petites minières exploseront lorsque tout le monde voudra de l’or ou de l’argent. Lesquelles choisir pour avoir le maximum de levier ? Tout est ici.]

Reviens donc à l’or et à l’argent, Gilligan.

Et débrouille-toi pour te faire aider par cette adorable Mary Ann : peut-être que son gracieux déhanchement nous permettra d’oublier un instant que nous nous dirigeons vers un enfer économique que même Dante n’avait osé décrire.

Bientôt, vous direz avec moi que « Youpi ! Investir c’est facile ET amusant ! »

* Série américaine produite en 1964

________

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s