Olivier Demeulenaere :Présidentielles : le point de vue d’un lecteur premier tour des élections caudines Par Jean Lenoir

Olivier Demeulenaere
Présidentielles : le point de vue d’un lecteur

premier tour des élections caudines
Par Jean Lenoir

Depuis la première guerre mondiale, la France a été mêlée à des événements qui, peu à peu, ont érodé son influence, sa civilisation et sa richesse. En se reportant à l’histoire officielle – sur laquelle il y a beaucoup à redire, nous nous sommes battus à deux reprises contre les « méchants » allemands, cela a dégénéré en conflits mondiaux et en déstabilisations successives lesquelles, à partir d’un empire colonial, l’ont transformée en petite puissance dans le concert des grandes puissances.

Le chapelet des 14 juillet, des réceptions à l’Elysée, Conseil Européen à Strasbourg sont des images d’Epinal destinées à faire croire que l’on tient son rang…

Depuis l’infamie Pompidou Giscard, eux qui ont livré l’Etat à la banque, les déficits n’ont fait que de s’empiler les uns sur les autres. Le chômage réel n’a cessé d’augmenter, et le pouvoir d’achat et les acquis sociaux de diminuer.

La dette publique, qui n’a cessé de s’accumuler pendant 40 ans, représente une année de produit intérieur brut.

Au nom de la mondialisation et de l’Europe, progressivement toutes les libertés ont été sabrées et les conditions règlementaires et commerciales ont été mises à mal.

Pire, l’année dernière, un flot de « réfugiés » entretenu de l’extérieur n’a fait que créer désordres, sacrifices supplémentaires. Ceci s’ajoute à la paupérisation de l’Education Nationale, à l’institutionnalisation de la destruction de la famille et de la Société, à la dégradation extrême des conditions de la Santé Publique ainsi qu’à l’épée de Damoclès qui pèsent sur nos comptes en banque et sur la consistance des contrats d’Assurance-vie..

Le tissu des entreprises n’a fait que diminuer au nom de la mondialisation, les conditions de travail n’ont cessé de se dégrader, et les professions libérales et les artisans souffrent comme jamais.

Si le lecteur n’est pas d’accord ou pense que les élections ne vont pas entamer ses standards de vie ou (en apparence) les améliorer, surtout qu’il ne perde pas son temps et ne lise pas le reste !

***

N’importe quelle société ou entreprise qui montrerait des dissensions managériales de cette ampleur, de la perte de marchés, d’augmentation de ses dettes, présentant de surcroît un cash-flow négatif, et de l’inadéquation de ses produits tout autant que de son management irait soit :

– au dépôt de bilan en cas d’inertie – à la convocation d’un Conseil d’Administration lequel sortirait son ou ses dirigeants principaux – et à la nomination d’une nouvelle équipe, avec le cas échéant, convocation d’une Assemblée Générale Extraordinaire

Dans les deux dernières options, la situation peut se voir rétablie ainsi que la stabilité financière – dans la mesure où les conditions de la production et de la commercialisation sont revues et les bonnes stratégies mises en place.

QUE PROPOSENT LES CANDIDATS À LA MAGISTRATURE SUPRÊME, PARMI LESQUELS L’ÉLU SERA LE PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE LA FRANCE ?

Force est de constater tout d’abord, que, depuis 40 ans, le navire a pris eau de toute part sans que l’AGE (en l’occurence les Actes Généraux Electifs, autrefois tous les sept ans puis tous les cinq ans) marque de significatives avancées. Cela revient à dire que, rapportée aux cas des sociétés et entreprises, il y a belle lurette que la France serait en dépôt de bilan et ses actifs liquidés – songez à la Grèce, rien qu’à elle !

Nathalie ARTHAUD : n’est pas une imbécile, cependant elle ne connaît que la lutte des classes (rappelez-vous Georges Marchais !)

François ASSELINEAU : fort de constats qu’il a forgés dans les cabinets ministériels et de sa réflexion sur plus d’Europe et d’Euro, nous propose, sans aventure, de sortir de l’Europe, de l’Euro et de l’OTAN. C’est précis, documenté – sans impasses

Jacques CHEMINADE : est un homme courtois, intelligent, a la vision de la dette. Dommage peut-être qu’il n’ait pas vingt ans de moins …75 ans étant l’âge de la retraite pour les cardinaux !

Nicolas DUPONT-AIGNAN : se présente avec des convictions souverainistes …toutefois sans sortir de l’Europe ou de l’Euro. Il fait partie de ceux qui pensent que l’on peut négocier (alors qu’il faut 28 accords nationaux pour le moindre changement de virgule)

François FILLON : bien le seul à vouloir appliquer les potions amères à ses compatriotes et des « traitements » royaux pour lui-même

Benoît HAMON : vient de se rallier à Mélenchon dans l’optique du second tour. Choix …à moins d’aimer les perdants et les recettes perdantes de la gauche

Jean LASSALLE : aime les communes (c’est bien) mais ne ferait qu’un ministre lucide de l’Agriculture

Marine LE PEN : fait des constats pertinents mais, mis à part le fait de s’inscrire dans une dynastie, ce qui n’est pas forcément un péché, ne peut pas nous convaincre qu’elle saura renégocier quoi que ce soit sur l’Europe, à l’instar de Nicolas Dupont-Aignan

Emmanuel MACRON : on a tout dit du creux et inaudible candidat parachuté de la Banque. Limpidité égale à celle du Giscard des premiers temps, aussi tordu que Mitterand. Avec tous les recyclés de la politique en soutien, ceux qui croient dur comme fer dans la véracité des sondages…

Jean-Luc MÉLENCHON : avec MLP le politicien dans toute sa splendeur, prêt à tous les pactes, est un franc-maçon qui ne veut surtout pas se déclarer. Si vous aimez les frangins et le Nouvel Ordre Mondial – en attendant qu’on interdise la franc-maçonnerie ainsi qu’on a banni du sol français l’Eglise de la Scientologie !

Philippe POUTOU : ce n’est pas un syndicaliste qu’il faut à la France mais un président. Partage les vues de Nathalie Arthaud sur la Société

***

CONSÉQUENCES

Les conséquences du vote des électeurs sont capitales. En effet on se trouve en face d’un choix où, in fine, dix candidats nous emmènent à plus d’Europe avec, en filigrane, des possibilités de changements qui sont autant de chimères sur la comète !

Rappelez-vous qu’on vous a dupés lorsque vous ne vouliez pas de l’Europe et de ses Institutions ! Le Parlement et le Sénat, réunis en Congrès à Versailles, ont ratifié le traité de Lisbonne, en opposition avec le vote des Français au référendum.

Rappelez-vous que la plupart des candidats sont issus de l’alternance gauche-droite qui a si mal fonctionné depuis plus de quarante ans.

Rappelez-vous que les gouvernements successifs ont été dépensiers au-delà des recettes pourtant toujours en tendance à l’augmentation.

Rappelez-vous que les castes au pouvoir sont prodigues par nature car l’argent leur vient toujours.

Et, par-dessus tout, n’oubliez pas quel avenir « souriant » pour un pays « souverain » alors que tout est décidé en dehors de ses frontières…

***

Le seul à vouloir préserver le système français et à le défendre contre les dérives du pouvoir est François Asselineau.

Pour l’essentiel, je partage ses vues. (Si je vous écris, hors de France et aux Antipodes où j’ai choisi de vivre, c’est parce que j’ai eu trop peur de voir, entre toutes autres raisons, tous mes efforts pour établir le capital de ma retraite confisqué d’une manière ou d’une autre). Cependant comme pour ma descendance qui vit, pour sa quasi totalité, en France, il me paraît être de mon devoir de vous sensibiliser à l’extrême gravité de la situation. J’ai pratiqué de nombreux métiers et ai été formé à l’économie et, déjà, en 1970 je ne croyais pas, à titre d’exemple, à la solidité future des retraites par répartition…). J’interviens aussi, presque quotidiennement, sur le site d’Olivier Demeulenaere où vous pouvez lire mes commentaires, également…

Si François Asselineau ne vous est pas encore familier, il est temps de prendre connaissance des déclarations et des mesures sages qu’il a élaborées pour gouverner la France et la sortir des griffes puissantes de la destructrice mondialisation , et lui éviter d’être impliquée dans des conflits « fabriqués » bien plus loin.

Ses projets ont la constance de la limpidité depuis 10 ans.

C’est le candidat le plus transparent et le plus visité sur Internet – dix fois plus visité que le produit CADUM-PALMOLIVE Emmanuel Macron, lequel n’a pas les compétences d’un président mais la servilité du bon larbin de l’Extérieur.

***

En un mot comme en mille, n’écoutez pas les journalistes et les prophètes du toujours pareil, toujours meilleur. Ne cédez pas à la panique viscérale qu’on veut installer en vous comme on veut l’installer chez les mougeons – sinon il y a du mouron dans l’air pour votre avenir !

NE VEAUTEZ PAS POUR UN CANDIDAT, VOTEZ POUR VOUS !

Jean Lenoir, le 17 avril 2017

 

Olivier Demeulenaere – Regards sur l’économie

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s