OnePeterFive:The Loneliness of Christ at the Cross by Maike Hickson

OnePeterFive is a US 501(c)(3) organization which relies on your =

The Loneliness of Christ at the Cross
Maike Hickson Maike Hickson March 16, 2017

Editor’s Note: This article written by Maike Hickson has been originally published in Lent of 2015 by Professor Roberto de Mattei on the Italian website Corrispondenza Romana. Subsequently, it was republished in German on Giuseppe Nardi’s website Katholisches.info and in English on a smaller website in the U.S – by the now-deceased Father Peter Carota, may he rest in peace. Since it has not yet been widely distributed in the English language, we thought to post it here for its obvious relevance to the current Church crisis.

In the current shifting state of the Catholic Church’s ambiguous disorders, some Catholic families, and individual Catholics too, feel an unmistakable agony over the sad fact (and indeed a psychological fact) that they have few people with whom they can even talk about these matters with a wholehearted candor and in depth. And this form of trial is especially the case if one also wants to take action: to consider a cooperative, engaged and active resistance to some of the things that are unfaithfully now coming out of Rome. In this challenging situation and individual probation of character there often seems to occur a growing “isolation of the human soul” and thus an enervating and dispiriting loneliness. And this trial inclines us to consider afresh the loneliness of Christ Himself, not only in His final Passion, but also in those other portions of His Life amongst us in His own Sensitively Passible Sacred Humanity. Those who fully believe that “the Incarnation happened,” also fittingly affirm that “God has a Human Heart.” And He intimately knows of the agony that we may also now have in our hearts—and also knows if we have it for the right reasons.

After publishing my own [2014] Open Letter to Pope Francis—where I expressed my own resistance against the novel ideas coming from Rome concerning marriage and the family—several of our family’s friends called us or came to talk to us in person, telling us about their sense of being lost in the face of a Pope (with a small group of Cardinals surrounding him) who seems to want to change the Unchangeable: to alter Irreformable Moral Doctrines, and maybe even to subvert some defined Dogmas of the Faith. They have come to this conclusion after Pope Francis’ explicit support of Cardinal Kasper’s proposal to admit “remarried” couples to Holy Communion,” after the shocking “Mid-term Report” of the Synod of Bishops of last October [2014], which was approved beforehand by the Pope, and by Pope Francis’ own words in the interview with La Naćion (Dec. 2014), where he said that admitting these “remarried” divorcees to Holy Communion is not the solution alone, but that they have to be fully integrated in the life of the Church and be able to become God parents and Lectors at Holy Masses.

Nonetheless, some of our other Catholic friends said: “But a Pope cannot do that.” Or: “God will surely not allow it.” After such denials or evasions, another friend told us about her resultant sense of loneliness, since almost none of her Catholic friends wants to face this unsettling situation, and most of them would rather avoid this topic altogether. (Yet, should we not all act, as if the Holy Ghost would want to use US as His instrument to prevent such a possible disastrous destruction of the Faith?)

After having sent out to a few friends my own public act of resistance and cri de coeur to the Pope, I felt nearly the same. For, only a few the friends and acquaintances even responded to my letter. And most of the responses commented on my sincerity, not at all on the specific substance of the Letter.

What is troubling in this fact is that there seems to be a certain lack of robust willingness to fight for Christ, and an inclination not to want to resist any equivocal development that comes right out of Rome. It seems to be even more uncomfortable for them to make that further step of resisting a pope directly and forthrightly.

Yes, that is what still troubles me. Where is the sustained outcry from the loyal Catholic world at the gathering onslaught against Christ and His irreformable teaching? Do we not owe Him so much, so sacrificially much, to the extent that we feel obliged to act in concert and intelligently? And are we not even honored to be able to defend Him? As many of us know, the attack on the marriage and the family and the little children is finally an attack on the Divinity of Christ Himself. It is, after all, His Teaching that is regarded now to be out-of-date, too strict, too unrealistic, too inflexible, too uncharitable, even if the advocates of these proposed reforms would not quite put it in that way. But such a disjunctive “evolution of doctrine” is implied.

Finally, indeed, the attack on the Church’s longstanding doctrine on marriage and the family—hence the protection and education of the vulnerable children unto Eternal Life—is an attack on Christ Himself and His Redemptive Mission for our now-possible Salvation under Grace.

To what extent, and how soon, are we going to stand up and defend Him and His Teaching and instructive Example?

While on my walks some ten years ago around the hills and paths of the Swiss Pilgrimage Shrine of the Nativity of Mary at St. Pelagiberg (near Sankt Gallen)—during my gradual conversion to the Catholic Faith—I suddenly discovered the following inscription written in Gothic Script on a Field Cross along the path, and it was beneath the sheltered presentation of Our Lord on His Crucifix:

“This I did for you. And what do you do for me?” (“Das tat ich für dich. Und was tust du für mich?”)

These incisive and very piercing words confused and troubled me at the time – because I did not then yet have our supernatural faith – but, more and more over the years these words have touched my heart; and this inscription, dare I say it?, inspires me now. For, I regard it to be a special time in Church history to be able to be part of a doctrinal and moral struggle that is not only a matter of integrity, but also so fundamentally serious and which goes to the very roots of our Faith.

Many have gone before us and have fought this kind of fight, people with such a fervent love for Christ that it made them wince when they saw His words trampled upon and besmirched and mocked: especially His words about our More Abundant Life, our possible Eternal Salvation, and the Glorified Kingdom of His Father. These fervent and loyal disciples called aloud in manifold ways when Rome appeared to mingle promiscuously with other religions both in prayer and in festive song, as if Our Lord’s words did not matter any more and were not still to be our standard: “No man cometh to the Father, but by Me.” (John 14:6) In their diligence, these loyal disciples of the Lord sat down and wrote studies – just as some courageous and good Cardinals have recently done about the matter of the family and sacramental marriage – in defense of Christ’s Truth and with the intention of helping us to remain in that Truth. And with our Loyal Love.

These Catholics who have gone before us should still be honored by us. They will one day perhaps even be counted among the Saints. For, they were attentively perceptive and woke up early to the subversive disorders in doctrine and the moral order; and they had to face just the same kinds of derision and loneliness that some of us are now more hesitant to face: the isolating loneliness. Loneliness in the battle. Loneliness in the heart. Our questions: Where are those expected and cooperative comrades who still receive daily Our Lord in Holy Communion, who have received His other fortifying Sacraments and have regularly received the Sacrament of Penance and even pray the Rosary every day? When will they also give Him back what is still owed in action and in what Jean Ousset called “doctrinal action”? Lest our inaction become a culpable omission—the sluggishness and inner unrest of spiritual sloth or of passive quietism.

Now is the time to act in certain truly prudent ways—as the first cardinal virtue should teach us—and in a timely and intelligently decisive way, before it is too little too late. The Catholic authorities in Rome must see and feel the ardent earnestness of the Catholic resistance and effective indignation that is loyal to Christ.

“How dare you to want to change God’s Laws!?” some of us might want to vociferate! “Do you think that human nature has changed since God laid down His Laws—His “Manufacturer’s Instructions” to make things work well and better?”

How must Christ Himself have felt when He walked upon this earth, in comparison to what we poor sinners feel in our weakness. He gave so much, all of Himself, and even unto the end. But even before His final and mortal Passion, He healed bodies and souls, He loved the Little Ones, He cried for the death of His friend, he had wonder at the faith and trust of the pagan Centurion, He had pity again and again on the maimed and impurely vulnerable, He instructed and He rebuked, not only the hypocrites and the defiling money-changers and the scandalizers of the Little Ones.

And in the end, in the final test, many still did not understand Him and many even walked away and left him (except, of course, for Our Lady and Saint John and Saint Mary Magdalene and a few other loyal women). He was largely alone. O, how alone must He have felt in His Sacred Humanity, hanging there on the Cross. So derided and so ignored. The preceding Gethsemane trials may even have tempted Him almost utterly, not only by suggesting the futility of His approaching Sacrifice, but also by tempting Him even to abandon His Redemptive Mission that would merit the salvation of man. These are deep and unsearchable mysteries. As G.K. Chesterton even once said: “Man must not tempt God; but God may (and can) tempt God.”

It nearly seems that the same might soon happen with the Passion and Loneliness of His Church – or perhaps, it is already perceptibly happening to His Mystical Body on earth – His Church Militant. “Saul, Saul, why persecutest thou Me [My Church]?” (Acts 22:7) Is He already stripped of His garments? Did He already fall for the third time?

Within my own grave limitations of knowledge and understanding, I do not think He is already hanging on the Cross. But perhaps that will come, too, and soon. For sure, Christ is hunted again, even as He was at His birth.

So, therefore, for all of us who sometimes have this agony of loneliness in our struggles to attain and sustain a greater fidelity to Christ, and thus to include the struggle for the conversion and grace-filled salvation of souls – let us more fully try to unite ourselves here with Him and His beloved Mother. Let us unite ourselves with the Loneliness of Christ at the Cross and the Com-Passion of Our Blessed Mother. And, as was the case on Good Friday and on Holy Saturday, when the lights seemed nearly to go out, may we attentively await and robustly trust and hope for His Resurrection in the more abundant Life of Grace of His Militant Mystical Body still supra terram. “What we have is Nature; what we need is Grace.” (Father John A. Hardon, S.J.)

(Maike Hickson would like to dedicate this re-published text to Dom Gregor Hesse (R.I.P), Brother Francis M.I.C.M. (R.I.P.), Arnaud de Lassus (R.I.P), Anthony S. Fraser (R.I.P), and John Vennari.)

Update: There occurred an error by calling Professor de Mattei the author of this article; the error has been now discovered and corrected; Maike Hickson ist the author of this article.
Print Friendly
c60af2a5166f1485871300-OnePeterFiveIcon-2015.png
We Need Your Support!
Every day, we bring you the Catholic news and analysis you won’t find
© 2016 OnePeterFive, Inc. All rights reserved.
:)

Par défaut

Trump is absolutely right about one thing… John-Henry Westen | LifeSiteNews

Trump is absolutely right about one thing…

John-Henry Westen | LifeSiteNews
,

I know you’re as passionate about ending abortion as our entire team here at LifeSite is! That’s why I feel confident asking for your help today, as we launch our crucial 2017 Spring fundraising campaign.

As you may already know LifeSite is by far the #1 most-visited pro-life website…on the Internet!

In fact, just since Jan. 1 of this year, an incredible 7 MILLION individual people have visited LifeSite to learn the truth about abortion and related life and family issues! That translates into a whole lot of hearts and minds changed, and lives saved!

Since LifeSite’s humble beginnings 20 years ago, we have been been crowd-funded by a growing army of passionate pro-life warriors like you.

To keep this now-global truth-mission afloat for the next quarter, we need to raise a minimum of $225,000 by March 31. The amazing thing is, we would easily hit that goal if just a tiny fraction of our readers donated even as little as $10 or $15!
Please, support LifeSite pro-life work with a generous gift today!

Will you help us reach the goal today with a gift of $35 or more?
DONATE NOW
Whatever you think of Donald Trump, there no question he’s absolutely right about one thing – the mainstream media are often shamelessly and incurably “dishonest.”

And that’s never more true than when it comes to the issues you and I care about the most: the sanctity of life, the family, faith, and freedom.

I thought I’d seen everything, but I was truly flabbergasted recently when The Atlantic published a bizarre article complaining about the invention of the ultrasound, and how it has been “used” to “push” the idea that “a fetus is a person.” (Imagine that!)

The author of the article even had the gall to complain that the ultrasound has been used “to create an imaginary (!) ‘heartbeat,’” asking “What is a fetal heartbeat? And why does it matter?”

The article was so riddled with glaring factual errors about embryology and other topics, that The Atlantic was eventually forced to issue a 176-word correction to the piece!

This is the madness of the pro-abortion position. And THIS is how far the pro-abortion media will go to defend the “right” for mothers and fathers to kill their own children.

And that’s just the tip of the iceberg. These days much of the mainstream media are pushing an increasingly extreme, dangerous and intolerant sexual agenda, often (and as a father this is what really gets me) aimed directly at our kids!

We can’t let the media get away with this.

And that is precisely why LifeSite exists!

Call us crazy, but at LifeSite we have always aimed to stand up to these media juggernauts, like David to Goliath, believing in the power of Divine Providence and the TRUTH, to reach hearts and minds…and save lives.

When you support LifeSite, you aren’t just supporting another pro-life and pro-family apostolate. You are giving inspiration and support to our fiercely dedicated team of 25+ experienced pro-life and pro-family journalists, editors and support staff, who are in the trenches, fighting for truth every single day.

And you are supporting the countless pro-life and pro-family leaders, activists, and citizens who find themselves out-numbered, out-funded, and under relentless attack by media forces that distort their message, and drown their voices. These culture warriors are begging for help get their voice out to millions of people.

That’s what LifeSite does!

With 3-5 million people reading LifeSiteNews each month, only 1% of readers would have to contribute just $5 to reach our 2017 spring campaign goal!

Just imagine what you could help us accomplish if just 10% of our readers gave only $5? Click here to donate.
DONATE NOW
While our quarterly campaign goals cover only the bare minimum required to keep your pro-life and pro-family news agency afloat at its current levels of operation – your donation of $100, $250, or $500 or more today could mean that this alternative news will be reach even many more people than it does now!

Thank you for your support.

God bless you,

John-Henry Westen
Editor-in-Chief and Co-Founder
LifeSiteNews.com
Copyright © 2017 LifeSiteNews.com, All rights reserved.
You are receiving this e-mail because you signed a petition on the LifePetitions website, and opted in to receive updates about the petition and related issues.

Our mailing address is:
LifeSiteNews.com
104 Bond St, third floor
Toronto, Ontario M5B1X9
Canada

Par défaut

Olivier Demeulenaere :« Arrêtons d’armer des terroristes » : Le projet de loi de la représentante au Congrès Tulsi Gabbard arrive devant le Sénat américain

Olivier Demeulenaere

« Arrêtons d’armer des terroristes » : Le projet de loi de la représentante au Congrès Tulsi Gabbard arrive devant le Sénat américain
Publié le 16 mars 2017 par Olivier Demeulenaere

J’encourage les militants de l’UPR à transmettre ce projet de loi à François Asselineau. Il pourra s’en servir pour clouer le bec aux journalistes qui le chatouilleront encore sur son “complotisme”… OD

Note du traducteur :

« Après être allée en Syrie pour évaluer elle-même la situation sur place et avoir écrit son rapport « Le peuple de Syrie veut désespérément la paix » avec la plus grande honnêteté, la politicienne démocrate, membre du Congrès et vétéran de l’armée des USA anti-guerre Tulsi Gabbard voit l’arrivée de son projet de loi antiterroriste devant le Sénat – un projet de loi dont le texte implique clairement l’existence de financements de groupes terroristes islamistes par les USA. Que dire de plus sinon bravo, Madame ! »

Communiqué de presse officiel
Source : Gabbard.house.gov

Washington, DC— Le projet de loi « Arrêtons d’armer des terroristes » de la Représentante au Congrès Tulsi Gabbard a été présenté au Sénat par le Sénateur Rand Paul. La législation bipartisane (H.R.608 et S.532) interdirait à toutes les agences fédérales des USA d’utiliser l’argent des contribuables pour fournir des armes, des fonds, des renseignements ou tout autre soutien à al-Qaïda, Daech et autres groupes terroristes, et il interdira au gouvernement d’acheminer des fonds et des armes à travers des pays tiers qui soutiennent directement ou indirectement des terroristes.

Le projet de loi est actuellement coparrainé par les Représentants John Conyers (Dém-MI), Scott Perry (Rép-PA), Peter Welch (Dém-VT), Tom Garrett (Rép-VA), Thomas Massie (Rép-KY), Barbara Lee (Dém-CA), Walter Jones (Rép-NC), Ted Yoho (Rép-FL) et Paul Gosar (Rép-AZ), et soutenu par les Démocrates Progressistes d’Amérique (PDA), les Vétérans pour la Paix, et l’US Peace Council.

« Pendant des années, le gouvernement a soutenu des groupes militants armés qui travaillaient directement pour, et étaient souvent sous le commandement de groupes terroristes comme Daech et Al-Qaïda, dans leur combat pour abattre le gouvernement syrien. Plutôt que dépenser des milliards de dollars dans des guerres de changement de régime au Moyen-Orient, nous devrions nous concentrer sur l’éradication de terroristes comme Daech et al-Qaïda, et utiliser nos ressources pour investir dans la reconstruction de nos communautés ici, chez nous », a dit la Représentante au Congrès Tulsi Gabbard. « Le fait que des dollars du contribuable soient utilisés pour renforcer les groupes terroristes mêmes que nous devrions être occupés à combattre devrait alarmer chaque membre du Congrès et chaque Américain. Nous en appelons à nos collègues et à l’Administration présidentielle pour qu’ils se joignent à nos efforts pour faire adopter ce projet de loi. »

« Une des conséquences indésirables des interventions illimitées est que des fonds et des armes américains bénéficient à ceux qui nous haïssent », a dit le Sénateur Rand Paul. « Ce projet de loi renforcera notre politique étrangère, améliorera notre sécurité, et sauvegardera nos ressources. »

Contexte : Le projet de loi « Arrêtons d’armer des terroristes » vise à interdire que des fonds gouvernementaux soient utilisés pour soutenir Al-Qaïda, Daech ou d’autres groupes terroristes. De la même façon que l’amendement Boland a été voté pour interdire le financement et l’assistance aux Contras du Nicaragua soutenus par la CIA au cours des années 80, ce projet de loi interdira la CIA ou d’autres activités gouvernementales fédérales dans des lieux comme la Syrie, en s’assurant que des fonds américains ne pourront pas être utilisés pour soutenir al-Qaïda, le Front al-Nosra, Daech ou d’autres groupes terroristes travaillant avec les précités. Il interdira également au gouvernement fédéral de financer une assistance à des pays qui soutiennent directement ou indirectement ces groupes terroristes. Dans ce but, ce projet de loi se propose de :

Rendre illégale toute utilisation de fonds fédéraux gouvernementaux à des fins d’assistance à des groupes terroristes couverts par ce projet de loi. Cette assistance comprend les armes, les munitions, les plate-formes d’armes, les renseignements, la logistique, l’entraînement et les financements.
Rendre illégal pour le gouvernement des USA d’apporter toute assistance couverte par le projet de loi à tout pays qui a accordé ou qui continue d’accorder cette assistance à des terroristes.
Demander au Directeur des renseignements nationaux (DNI) [1] de déterminer les groupes et individus qui doivent être considérés comme terroristes, pour servir le dessein de ce projet de loi, en déterminant (a) les individus et groupes associés avec, affiliés à, adhérents de, ou coopérant avec al-Qaïda, le Front al-Nosra, ou Daech ; (b) les pays qui apportent toute assistance couverte par ce projet de loi à ces individus et groupes.
Demander au DNI d’examiner et de mettre à jour la liste des pays et des groupes interdits d’assistance tous les six mois, en consultation avec le Comité des Affaires étrangères et les Comités des forces armées, ainsi que de la Commission de la Chambre des représentants sur le renseignement.
Demander au DNI de rapporter ses conclusions au Congrès.

[1] NdT, Le DNI, Director of national intelligence, est le bureau directeur qui supervise les 17 agences de renseignements américaines. Il a été créé après les attentats du 11 septembre 2001.

Traduction Entelekheia, le 15 mars 2017

(via Le Saker francophone)

.

Par défaut

La Chronique Agora: LES NOTES DE NICOLAS PERRIN: Doutes sur la dette et donc sur l’assurance-vie-la dette réelle de la France est de 4 à 6 000 milliards d’euros compte-tenu des engagements à long terme de l’Etat et notamment des retraites des fonctionnaires soit 2 à 3 fois un PIB annuel gonflé aux hormones

La Chronique Agora

a

Paris, jeudi 16 mars 2017

Simone Wapler : Un impôt inique mais très profitable pour certain
Deux candidats parlent de supprimer l’impôt sur la fortune. Tragique désespoir de l’industrie financière qui prospérait grâce à cette niche.
Bill Bonner : Le dollar n’est pas de l’argent réel… L’Amérique n’est pas une vraie république
Le Deep Sate regroupe des membres du gouvernement, des financiers et des industriels. Il contrôle ce qui est important avec de l’argent falsifié.
Nicolas Perrin : Investir dans le petit peut vous rapporter gros
L’assurance-vie voit son rendement attaqué. Le cadre réglementaire a choisi son camp : la protection de l’industrie financière et non celle des épargnants.

LES NOTES DE SIMONE WAPLER
Simone Wapler

Un impôt inique mais très profitable pour certains

Deux candidats parlent de supprimer l’impôt sur la fortune. Tragique désespoir de l’industrie financière qui prospérait grâce à cette niche.

« Si un homme politique constatait qu’il y a des anthropophages parmi ses électeurs, il leur promettrait des missionnaires pour le dîner »
Henry Louis Mencken.

La campagne électorale française devient comique.

Le Figaro du jour nous apprend que deux candidats remettent en cause l’impôt sur la fortune : François Fillon et Emmanuel Macron.

La plupart des impôts sont idiots. L’ISF est l’un des plus idiots. Il chasse les riches de notre pays, dissuade ceux qui voudraient s’y installer et les producteurs de pommes de terre de l’Île de Ré le payent.

Spécial Présidentielles

Qui est le meilleur candidat pour vos intérêts ?

Ce n’est pas celui que vous croyez… Pour le découvrir, cliquez ici.

C’est un impôt qui déchaine des passions. Quoi de plus prometteur, de plus simple à comprendre et de plus agréable que de « faire payer les riches » ? Etabli par le grand sorcier François Mitterrand, ce totem des étatistes de gauche n’a pas été abattu par les étatistes de droite. Trop dangereux politiquement. Car si les riches ne paient plus, il faudrait faire payer les pauvres ou les pauvres auraient moins. Difficile à défendre, difficile d’éduquer les masses maintenues dans une bienheureuse ignorance des principes économiques élémentaires…

Les producteurs de pommes de terre de l’Île de Ré – destination estivale fréquentée par d’éminents membres de la Parasitocratie – ont donc été sacrifiés sans remord au pied du totem. La pomme de terre de l’Île de Ré atteint des prix exorbitants (comme la grenaille de Noirmoutier) ; les « sans-dents » qui n’appartiennent pas à la Parasitocratie peuvent se rabattre sans inconvénient sur le bintje des Pays-Bas, beaucoup plus abordable.

Source Wikicommons

En attendant la disparition de l’ISF, savez-vous évaluer correctement vos biens ? La question paraît farfelue et pourtant… Pour établir une déclaration de patrimoine, organiser une mutation ou une donation, régler une succession, sortir d’une indivision,… vous avez besoin d’évaluer précisément la valeur de vos biens immobiliers, fonciers ou titres de société. Comment faire, quelles décotes appliquer ? Notre rapport « La juste évaluation » vous indique les différentes méthodes applicables et notamment celles que le fisc utilisent lui-même et ne pourra donc contester. Il vous guide pas à pas dans vos calculs. Pour vous le procurer, c’est ici.

A défaut d’être supprimé, l’impôt stupide a été aménagé (comprenez « compliqué », « opacifié »). Des lois de finance ont créé des niches pour ces chiens de contribuables riches. La Parasitocratie a alors pu développer toute une industrie lucrative autour desdites niches. Maintenant qu’il est question de supprimer l’impôt, tout le milieu du charity business et de l’industrie financière spécialisée « niche fiscale » est en émoi.

Qui va désormais investir dans les fonds de PME et d’entreprises innovantes ou dans ces fondations caritatives — investissements ou dons qui étaient déductibles jusqu’à 50% ? Parmi les rares pays à avoir adopté un tel impôt, la France est le seul à l’avoir conservé. Il faut croire que les riches non français sont plus généreux ou téméraires dans leurs investissements que les riches français. Les investissements en capital-risque et les fondations se portent très bien dans les autres pays.

Les protestations des gérants de ces fonds ISF dit FCPI ou FIP sont comiques. Durant des années, ils ont confortablement vécu de collectes sans grandes exigences de performances. Si un investisseur avait mis 100 (et déduit 50 de son ISF), il suffisait de rendre 51 à ce client pour qu’il soit content… Sans surprise, les performances de beaucoup de ces fonds oscillent entre lamentables et pitoyables.

Certes, selon Morningstar, en moyenne les 20 meilleurs fonds ont une performance annualisée de :
• +5,6 % en FCPI ;
• +4,6 % en FIP.

Mais la moyenne des 20 moins bonnes performances annualisées est de
• -14,9 % en FCPI ;
• -14,7 % en FIP.

Des investissements sains doivent pouvoir se passer de carottes, de bâtons, de complications fiscales et ne passent pas par des niches. C’est le but de notre nouveau service Profits Réels, actuellement en test. Son lancement officiel aura lieu avant l’été — nous vous tiendrons bien entendu au courant.

Vous avez 200 euros ?
Alors… vous avez de quoi vous construire une retraite de ministre

Grâce à ce plan secret, simple et applicable par tous, vous pourriez toucher jusqu’à 11 875 euros supplémentaires par mois.

Rien d’immoral ni d’illégal, vous verrez : tout est expliqué ici.

LES NOTES DE BILL BONNER
Bill Bonner

Le dollar n’est pas de l’argent réel… L’Amérique n’est pas une vraie république

Le Deep Sate regroupe des membres du gouvernement, des financiers et des industriels. Il contrôle ce qui est important avec de l’argent falsifié.

Pendant vingt ans, nous avons roulé… exploré… fait des découvertes…

Nous avons commencé en supposant que nous ne « savions » rien… alors nous avons gardé les yeux bien ouverts.

Aujourd’hui, nous en savons encore moins.

Mais nous avons couvert énormément de terrain. Alors faisons une petite pause pour voir faire le point…

Les lecteurs qui viennent de rejoindre La Chronique doivent savoir où nous en sommes. Cela les aidera à comprendre ce qu’ils liront demain et à l’avenir.

Le monde de l’argent n’est pas ce qu’il est censé être

Nous explorons une région sauvage, inconnue de la plupart des humains : un monde de l’argent qui est très différent de ce qu’il est censé être. Dans la presse, dernièrement, on évoque de « fausses informations ». Eh bien, devinez quoi ? Le système monétaire est falsifié, lui aussi.

Si vous investissez… ou si vous vous apprêtez à prendre votre retraite… ou que vous vous intéressez simplement à la façon dont fonctionne le monde, écoutez bien.

Car il ne fonctionne pas de la manière dont le racontent les livres d’éducation civique… les ouvrages de vulgarisation consacrés à l’économie… ou la presse grand public. Il s’agit de quelque chose de bien plus complexe, corrompu et dangereux.

La domination des « renards » de Pareto

Commençons avec le gouvernement, qui contrôle – directement ou indirectement – environ la moitié de l’économie américaine. Au départ, il ne devait pas être aussi vaste, puissant et intrusif. Mais voilà, il n’a plus grand-chose à avoir avec le modèle décrit dans la Constitution.

Les élections ont bien moins d’importance que vous ne le pensez.

Comme l’explique Vilfredo Pareto, l’éminent économiste italien, peu importe le nom que vous donnez à votre gouvernement car, au fil du temps, de rusés initiés et arrivistes en prennent le contrôle : il les appelle les « renards ».

Il y a toujours des gens malins, capables de manipuler, contrôler et corrompre le gouvernement, et d’utiliser le pouvoir de police (les gouvernements revendiquent le monopole de l’usage de la violence) pour obtenir ce qu’ils veulent.

Que veulent ces renards ?

De l’argent. Du pouvoir. Un statut. Les choses habituelles.

Cela n’a rien de fourbe, de sinistre, ou de surprenant. Et il n’est pas nécessaire de croire à des complots pour le comprendre.

La subversion se déroule au grand jour. Mais elle est tellement différente de ce que à quoi nous nous attendons, que nous ne la voyons même pas.

C’est vraiment très simple : vous passez votre temps à gagner de l’argent. Les renards passent leur temps à imaginer une façon de vous le prendre : par la fiscalité, la législation, la réglementation, ou un ingénieux système fondé sur de l’argent bidon.

Le Deep State décide seul de ce qui est vraiment important

Le concept de Deep State a d’abord été appliqué à des pays tels que la Turquie et l’Egypte. Ce sont des endroits où les initiés de l’armée, de la police et de la sécurité ont recours à la force, vous obligent à faire ce que l’on vous dit. Les élections ont modifié les partis au pouvoir ainsi que leurs dirigeants. Mais le véritable pouvoir était ailleurs.

Certains auteurs tels que Mike Lofgren ont rendu ce terme populaire, aux Etats-Unis. Mais Logfren a une vision bien plus vaste du Deep State. Voici ce qu’il écrit :

Le Deep State… c’est l’histoire de notre époque. C’est ce fil rouge qui parcourt la Guerre contre le terrorisme et une politique étrangère militarisée, la financiarisation et la désindustrialisation de l’économie, et une structure sociale qui a produit la répartition des revenus la plus inégale [jamais constatée] en pratiquement un siècle.

Lofgren a été membre du personnel du Congrès, et titulaire d’une habilitation « top secret » pendant des dizaines d’années. Il a remarqué que les affaires suivaient leur cours quel que soit le parti qui remportait la Maison Blanche.

Progressivement, il a découvert que le spectacle public que l’on voit à la télévision, et que nous appelons « la politique », n’est qu’une modeste partie du système au gouvernement.

Les décisions importantes sont prises par les « renards » : des bureaucrates, des lobbyistes, ceux qui contribuent au financement des campagnes électorales et des entreprises fondées sur la connivence.

Ce n’est pas un hasard, par exemple, si pas un seul membre du Congrès n’a pris la peine de lire la loi relative à l’Obamacare : un programme de grande envergure qui a touché pratiquement tout le monde et transformé un septième du PIB du pays.

[NDLR : Une autre loi vient de changer et a touché le secteur pharmaceutique. Il s’agit de la légalisation de la culture du cannabis à des fins médicales. Découvrez ici quelles sont les petites entreprises de ce nouveau secteur promises à une croissance exponentielle.]

Ils savaient qu’ils ne pouvaient rien y faire.

Une association hybride de membres du gouvernement, des financiers et des industriels

Le Deep State est vaste… diffus… et adaptable. Lofgren dit qu’il s’agit d’une « association hybride » d’éléments clés du gouvernement et de certaines strates supérieures de la finance et de l’industrie.

Il est respectable, voire prestigieux, compte des professeurs d’université et des analystes membres de think-tanks, ainsi que des lobbyistes et des prestataires privés. Peu importe le passeport que vous détenez, pour quel parti vous votez, ou ce que vous pensez.

On y trouve des adeptes du social-libéralisme et des conservateurs. Des républicains et des démocrates. Des platoniciens et des aristotéliciens.

En interne, ces différents intérêts rivalisent autour de l’argent et du pouvoir.

Les « conservateurs », par exemple, veulent détourner encore plus votre argent vers les secteurs de la défense et de la sécurité. Les adeptes du « social-libéralisme » veulent favoriser leurs compères des secteurs sociaux.

Et même à l’intérieur des secteurs, il existe une concurrence. La Marine veut davantage de navires. L’Armée de l’air veut davantage d’avions. L’Armée de terre veut davantage de chars.

Comment se gagnent ces luttes, qui décide des gagnants et des perdants, c’est ce que nous verrons demain.

LES NOTES DE NICOLAS PERRIN

Doutes sur la dette et donc sur l’assurance-vie

L’assurance-vie voit son rendement attaqué. Le cadre réglementaire a choisi son camp : la protection de l’industrie financière et non celle des épargnants.

Nous avons déjà évoqué la politique monétaire menée par la BCE, les craintes qui pèsent sur la viabilité de l’euro ainsi que la baisse du rendement moyen des fonds euros. Voici d’autres faits et annonces concernant vos placements — et plus spécifiquement le marché de l’assurance-vie.

Les rendements s’effondrent sur les produits à taux fixe

Dans l’une de ses publications mensuelles de février, la Banque de France a indiqué que tous produits confondus, le rendement moyen des dépôts bancaires des ménages est passé sous la barre symbolique des 1% (0,99%) (1).

En Allemagne, certaines banques ont annoncé qu’elles vont prélever des « rétributions » sur les comptes à vues de leurs plus gros clients (0,40% pour la Stadtsparkasse de Munich sur les dépôts supérieurs à 250 000 €, 0,2% pour la Volksbank de Hambourg à partir de 500 000 € de dépôts) (2). En France, selon Le Figaro, seuls le groupe Banque Populaire Caisse d’Epargne (BPCE) et Natixis pratiquent déjà de genre de traitement sur certains grands comptes, ce qui revient à appliquer un taux négatif (3).

Nous ne sommes plus seuls à La Chronique Agora à critiquer la politique de taux négatifs et les mécanismes prudentiels européens. Mi-décembre, l’Association actuarielle européenne (AAE) publiait un document intitulé Les taux d’intérêt négatifs et leurs conséquences techniques (4)(5). L’AAE y éreinte le modèle de Solvabilité II, notamment parce qu’il incite les assureurs à investir dans les obligations d’Etat, handicapant au final le financement de l’économie plus qu’il ne contribue à sa sécurisation.

Ne perdez jamais de vue que l’objectif primordial des décideurs politiques est de permettre au système de se perpétuer, c’est-à-dire de faire en sorte que les Etats puissent continuer à dépenser plus qu’ils ne collectent.

Natixis a publié un Flash Eco dans lequel la banque estime qu' »au niveau actuel de l’écart entre croissance et taux d’intérêt, une réduction de moitié de la dette publique de la Zone euro prendrait 27 années ». La note suggère que c’est cette solution du « défaut lent » sur les dettes souveraines que préconise l’équipe de recherche (6).

Dette, créances douteuses et stress test

Mi-février, l’agence de notation Standard & Poor’s estimait justement l’encours de la dette souveraine mondiale au montant sans précédent de 44 300 Mds$, soit une augmentation de plus de 2% par rapport à l’année passée.

Vous vous demandez peut-être qui sont les plus gros emprunteurs ? Et bien la France rate de près le podium, la troisième place nous ayant été ravie par l’Italie, qui se place elle-même derrière la Chine. A tout seigneur tout honneur, la médaille d’or est décrochée par les Etats-Unis, avec un montant de 2 200 Mds$ empruntés (7) (8).

Emettre de la dette, c’est très bien, mais encore faut-il pouvoir la vendre. En Europe, cela n’est pas un problème puisque la BCE rachète tout ce qui bouge. Les choses se compliquent au niveau des banques commerciales européennes, dont les bilans sont gorgés de créances douteuses. Début février, l’Autorité bancaire européenne (ABE) sonnait l’alarme, déplorant que dix pays affichent un taux de créances douteuses supérieur à 10%. La « solution » proposée par l’ABE ? Créer une bad bank européenne… Si le simple fait de jeter ses ordures au dépotoir suffisait à rendre la planète plus propre, ça se saurait (9) !

On a d’ailleurs récemment eu des nouvelles du gros morceau, l’Italie, avec 16,4% de créances douteuses. Le conseil d’administration de la Monte dei Paschi di Siena a donné son feu vert pour le plan de restructuration avec une recapitalisation par… devinez qui ? Mais l’Etat « stratège » italien, bien sûr (10) ! Il ne faudrait surtout pas priver le contribuable d’un investissement dans une maison qui a enregistré une perte de 3,24 Mds€ en 2016 (11) ! Ah, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour maintenir en vie le plus vieux zombie la plus vieille banque encore en activité…

Mais les banques ne sont pas les seules entités à être truffées de dettes. Mi-décembre, l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (AEAPP) publiait les résultats d’un stress test réalisé sur 236 compagnies d’assurance (12). Il en ressort que dans un scénario de baisse durable des taux avec diminution soudaine du prix des actifs, les assureurs assumeraient des moins-values de 160 Mds€.

La solution recommandée par l’AEAPP ne vous surprendra pas : il s’agit d’un appel aux autorités de supervision nationale pour qu’elles incitent les assureurs à rémunérer les épargnants le moins possible…

Les assureurs abandonnent la garantie à 100% des fonds euros et en augmentent les frais sur versements

Fin décembre, c’est Spirica, le troisième assureur web français, qui annonçait abandonner la garantie en capital net de frais de gestion sur les fonds euros et sur les fonds immobiliers (13). Assureur après assureur, la tendance à la généralisation de la garantie en capital hors frais de gestion se confirme.

La Mutuelle d’assurance des professionnels de la santé (MACSF) a choisi une autre solution. Pour inciter les épargnants à prendre plus de risques, que la mutuelle a tout simplement décidé d’augmenter sensiblement les frais sur versements de son contrat monosupport, rapporte l’UFC-Que Choisir (14). Désormais, les épargnants qui voudront bénéficier d’une garantie à 100% en capital devront payer non plus 1% de frais sur leurs versements, mais 3% !

Les présidentielles vont-elles sonner le glas du régime de faveur dont bénéficie l’assurance-vie lors des rachats ?

Une annonce récente d’Emmanuel Macron a fait couler beaucoup d’encre. L’ancien ministre de l’Economie a révélé vouloir mettre en place un prélèvement à taux unique sur les revenus du capital d’environ 30% (prélèvements sociaux inclus).

Certes, la part d’intérêts au sein des retraits effectués avant huit années de détention serait moins taxée qu’elle ne l’est aujourd’hui, mais la situation s’inverserait après huit ans avec une taxation beaucoup plus lourde (23% actuellement après abattement – et c’est un point très important – de 4 600 € pour un célibataire et de 9 200 € pour un couple).

Une telle réforme aurait néanmoins un avantage considérable. En effet, les banquiers ne pourraient plus user du prétexte fallacieux selon lequel « l’argent est bloqué 8 ans » (si j’avais reçu 1 € à chaque fois que j’ai entendu cette phrase en clientèle…) pour contraindre leurs clients à conserver leur argent au sein de leur enseigne.

A noter que François Fillon propose lui aussi de mettre en place une taxation des revenus du capital à 30% (toujours prélèvements sociaux inclus). Mais aux dernières nouvelles, il ne semble pas encore avoir décidé si l’assurance-vie a vocation à être concernée ou non par ce projet… On espère que le candidat de la droite et du centre aura fini de réfléchir avant le premier tour des élections (15).

Déclaration des contrats souscrits à l’étranger : majoration des amendes pouvant aller jusqu’à 80% en cas de manquement !

Quoi qu’il en soit, si vous avez opté pour un contrat d’assurance-vie luxembourgeois ou si vous comptez le faire (16), n’oubliez pas de le signaler lors de votre déclaration de revenus (déclaration 3916).

[NDLR : Contrats de droit luxembourgeois, meilleurs arbitrages pour votre assurance-vie sans casser votre contrat « existant : découvrez notre dossier spécial et recevez tous les trimestres la meilleure allocation d’actifs proposée par notre spécialiste analyste risque-crédit. Pour télécharger notre dossier spécial, cliquez ici.]

En effet, dans un BOFIP en date du 8 mars, l’administration fiscale a précisé les sanctions relatives aux manquements aux obligations déclaratives concernant les comptes, contrats d’assurance-vie et trust à l’étranger (17). Elles se montent à 1 500 € par contrat non déclaré, ou à 10 000 € lorsque l’obligation déclarative concerne un État ou territoire non coopératif (18). La nouveauté est que certains cas de majoration de droits peuvent aller jusqu’à 80% ! A bon entendeur…

_______________COMMUNIQUE

Publications AGORA © Tous droits réservés 2002-2017

Ajoutez la-chronique@publications-agora.fr à votre carnet d’adresses
La reproduction partielle ou totale de la présente Chronique Agora est strictement interdite sans accord écrit de la société éditrice.
La Chronique Agora est une lettre électronique quotidienne gratuite publiée par la société Publications Agora.
Le lecteur reconnaît et accepte que toute utilisation du service et des informations le constituant, de même que toute décision relative à une éventuelle opération d’achat ou de vente de valeurs mobilières qu’il prendrait suite à ce message, sont sous sa responsabilité exclusive. Les informations données et les opinions formulées ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions. De ce fait, la responsabilité de La Chronique Agora, de ses partenaires et de ses rédacteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’investissement inopportun.
Retrouvez-nous nos publications et nos services sur :
http://www.publications-agora.fr/
http://la-chronique-agora.com/

Vous souhaitez recevoir La Chronique Agora quotidiennement ?
Inscrivez-vous gratuitement

Une question, une remarque ? Il suffit de nous écrire à la-redaction@publications-agora.fr.

Vous souhaitez vous désabonner de La Chronique Agora ?
cliquez ici

Par défaut

Gaullisme.fr:« Pas de confusion des caisses ». L’irréprochable morale du Général de Gaulle

Gaullisme.fr

« Pas de confusion des caisses ». L’irréprochable morale du Général de Gaulle
« Pas de confusion des caisses ». L’irréprochable morale du Général de Gaulle

Publié le 16 mars 2017 par Alain Kerhervé dans A la une // 0 commentaire
Général de Gaulle, président de la République, à l’Elysée, le 9 septembre 1968. (MARCEL GUERARD / MAXPPP)

vidéo

« Pas de confusion des caisses« … par franceinfo
Et si, plutôt que de citer en permanence le général de Gaulle,
les politiques français s’inspiraient de sa probité morale ?

Il est de bon ton de se réclamer du général de Gaulle. De tenter d’en capter l’héritage en vantant son courage et sa probité. Comme dirait François Fillon : « Qui imagine un seul instant le Général de Gaulle mis en examen ? ». Évidemment personne et s’il fut condamné, même à mort par contumace, c’était par le régime de Vichy.

En 1998, quelques années avant sa mort, un vieux compagnon du général de Gaulle, Michel Jobert, justifiait l’admiration qu’il lui portait : « Chez le général, ce que j’ai admiré, c’est que cet homme vivait de façon spartiate à l’Élysée et quand il ne recevait pas pour la République, tout le reste était comptabilisé à part et était payé par lui » explique Michel Jobert. « Alors, je dis ça aux Républicains, à la République, je n’en ai pas vu un autre faire ça et pour moi, c’est un sujet d’admiration. »

Une vie simple, modeste avec une séparation stricte et absolue entre les affaires de l’État et les affaires personnelles, entre le public et le privé. Le Général de Gaulle a toujours tenu à payer ses factures de gaz et d’électricité à l’Élysée, qu’Yvonne avait acheté au Bon Marché sa propre vaisselle pour ne pas avoir à utiliser celle de l’Élysée dans sa salle à manger particulière ou encore que lorsque les de Gaulle quittaient l’Élysée pour la Boissière à Colombey-les-deux-Eglises, le général payait l’essence. Comme le disait le général : « Pas de confusion des caisses. »
Aucun passe-droit pour ses enfants

Le général refusera, par exemple, de faire de son fils un compagnon de la Libération, même s’il aurait pu y prétendre. « Je ne pouvais pas » lui dira le Général de Gaulle craignant d’être accusé de népotisme.

De manière plus anecdotique, Jacques Vendroux, directeur des sports de Radio France, me racontait que le Général, son grand-oncle, passait des coups de fils pour que ni ses enfants ni ses neveux ne disposent de passe-droit pour le service militaire, Jacques Vendroux qui devait se la couler douce à Balard en plein Paris, finira en Guyane !
Testament d’une simplicité exemplaire

Le testament du général de Gaulle est à la hauteur de la modestie du personnage ; « Je ne veux pas d’obsèques nationales, ni président, ni ministre, ni bureau d’Assemblée, ni corps constitué. Aucun discours ne devra être prononcé ni à l’église, ni ailleurs. Pas d’oraison funèbre au parlement. Aucun emplacement réservé pendant la cérémonie, sinon à ma famille, à mes compagnons membres de l’Ordre de la Libération, au conseil municipal de Colombey. Je déclare refuser d’avance toute distinction, promotion, dignité, citation, décoration, qu’elle soit française ou étrangère. »

Et il y a quelques années, Jean Raulet, le maire de Colombey-les-Deux-Eglises au moment de la mort du général, se souvenait. « Il voulait être enterré comme les gens du village, c’est pour ça que j’ai proposé que ça soit les jeunes du village qui le portent, que le cercueil soit réalisé par le menuisier comme pour un simple habitant du village », raconte Jean Raulet.

« Un simple habitant du village », mais son village c’était la France, qu’il aura servi avec une très grande rectitude morale. Pour le général de Gaulle, légal et moral allaient toujours de pair. Mais que son comportement force aujourd’hui l’admiration, quand il devrait être la norme en dit long sur les dérives morales de notre temps… Et cela nous rappelle aussi qu’il ne suffit pas de citer le général de Gaulle pour être gaulliste.
Partager :

.

Tous droits réservés © 2017 | Alain Kerhervé

Par défaut

Le Colonel : La Voix de son maître de Francis Barraud (domaine public)-résumé des crétineries du lumpen prolétariat intello-journalistique

Le Colonel

(La Voix de son maître)

de Francis Barraud (domaine public).

Il s’agit ici d’un condensé de florilèges d’articles parus sur internet et se rapportant à la situation des médias en France. L’auteur en a effectué une synthèse en les mettant bout à bout afin d’en sortir un texte à peu près lisible. Le titre seul est de l’auteur.

On y trouve entre autres des articles de :
– de l’Express
– De Laurent MAUDUIT et de ses livres « Main basse sur l’information » l’abominable vénalité de la presse et tiré de son blog : Le réveil
– De Claude BAUDRY (printemps de l’humanité » et de Magali Cohen Laure Ancelin (virée du nouvel obs )

Les médias votent oui, le peuple vote non, le président annule le vote

Lorsque les médias ne parviennent pas à faire voter le peuple dans le sens voulu par l’oligarchie, le pouvoir politique en France n’hésite pas à annuler le vote sur la Constitution Européenne en barrant le vote d’un trait de plume sous la forme d’une nouvelle procédure mécaniquement adoptée par un Parlement aux ordres.

Les journalistes tentent naturellement d’y répondre en niant être de connivence avec l’oligarchie, comme cherche à le montrer l’ouvrage « Média Paranoïa » de Laurent Joffrin qui illustre cet article.

De façon presque comique, Alain Duhamel, qui est employé par Laurent Joffrin en tant que chroniqueur de Libération, se charge de formuler un jugement positif sur cet ouvrage dans un article du Point du 15 janvier 2009. D’après lui et en toute objectivité, l’ouvrage « se caractérise par sa franchise et sa vivacité, par sa clarté et par sa force de conviction ». Il rappelle que les Français ne font pas confiance aux médias français, mais qu’ils ont tort. Il rappelle les « clichés » dont sont victimes les médias : « les médias malhonnêtes travestissant régulièrement la réalité ; les médias conformistes véhiculant une pensée unique ; les médias dépendants, aux ordres des puissances économiques ; les médias connivents, entretenant des relations incestueuses avec le pouvoir politique …»

« Autant d’idées reçues, ajoute Duhamel, auxquelles adhèrent malheureusement une forte majorité de Français, autant d’idées fausses » notamment le cliché de « la manipulation de l’opinion par les médias : y croire, c’est sous-estimer l’autonomie des citoyens ». On se demande du coup pourquoi les éditorialistes et chroniqueurs de France persistent à nous asséner leurs vérités sans avoir l’air de penser une seule seconde que nous sommes susceptibles de ne pas y croire. Ainsi, Alain Duhamel s’exprime régulièrement dans le Point, dans Libération, sur Canal+, sur RTL, sur France 2 et dans la Presse régionale quotidienne, sans avoir peur d’écrire que l’on aurait tort d’estimer qu’une « pensée unique » sévit dans l’univers médiatique.

Mais cette pensée unique, qui n’existe d’ailleurs pas d’après Alain Duhamel, ne s’impose pas toujours. Dans de rares situations, les médias se trouvent dans l’obligation de s’aligner sur l’opinion après avoir tenté en vain de la manipuler. Ces situations présentent l’avantage de montrer clairement que les medias ont pour objectif d’imposer leur opinion et non d’informer leurs publics.

Or, avec le temps, les médias ont été rassemblés au sein de groupes contrôlés par quelques financiers. Les journalistes de leur côté, de peur de perdre leur emploi, sont devenus de plus en plus dociles et ont dû remplacer, de gré ou de force, le souci de l’information par la volonté de commenter les évènements dans un sens favorable au pouvoir.
Pour prendre le cas de la France, les médias sont si étroitement sous contrôle qu’aucun journaliste français n’ose afficher de préférence partisane en dehors du « politically correct » qui correspond en gros à celui de SciencesPo Paris. On l’observe avec limpidité lorsque les journalistes se croient obligés d’interviewer avec une hostilité sous-jacente les représentants du FN, afin d’être disculpés de tout soupçon de complaisance pour des thèses qu’ils qualifient eux-mêmes de « nauséabondes ».

L’arrogance médiatique a pour effet de créer une rupture entre les médias et l’opinion. S’il est impossible pour l’opinion d’être entendue des médias, il est en retour tout aussi impossible pour les médias d’influencer l’opinion, sinon négativement. Si bien que l’on constate de plus en plus souvent que les électeurs votent contre le camp des médias, ce qui pourrait bien expliquer, au moins en partie, les résultats des votes sur la constitution européenne en 2005 jusqu’à l’élection de Trump en passant récemment par le referendum sur le Brexit.
C’est qu’en s’emparant des médias, les financiers, forcément proches du pouvoir, ont fait disparaître la pluralité des opinions, accélérant en conséquence la disparition programmée de l’autorité des médias

Cette autorité est morte, elle ne reviendra plus, l’opinion se forgeant désormais au travers de divers échanges sur Internet, que le pouvoir politique s’efforcera en vain de contrôler.
Les journalistes ne sont plus que des agents publicitaires du pouvoir

Tant que les médias n’auront pas compris qu’ils sont ni plus ni moins crédibles qu’une annonce publicitaire, ils se fourvoieront dans un rôle qui ne leur sera plus jamais reconnu, celui d’intermédiaire entre le pouvoir et les citoyens.
Anne Hommel de l’ombre à la lumière

Elle qui apparaissait toujours en second plan sur les images aux côtés de DSK, de Gasquet, Cahuzac, de Riss et de Philippe Val (Charlie Hedbo), Maïtena Biraben… La liste est longue… Mais bon ce ne sont que des noms.
Gasquet c’est le clan Lagardère, par exemple.

Maïtena Biraben, c’était Bolloré

Adieu République, adieu Démocratie bienvenue dans l’obéissance programmée.
Car l’opinion publique cela se travaille. Cela se plie, se tord, se contourne, se détourne. Bref, le consentement cela se fabrique

Pour mémoire le mot « indépendance » apparaît en 1610. Il se définit clairement comme une « absence de dépendance ».

Entrer dans une rédaction, c’est déjà faire un choix, c’est déjà accepter une ligne éditoriale. Une stratégie, une vision. Par principe de cohérence ou de conformité, on se plie à la règle. Sinon les risques sont là : relégation à d’autres tâches, perte de son job, le traitement retardé du paiement des piges, etc.

Nous « lisons » ce que l’on nous met entre les mains… Vous savez le matin dans l’urgence des transports pour aller au bureau.

La revue de Presse française est un concentrée… Pas d’inquiétude pour qui possède quoi ? Tout est concentré…

Tout est consterné ou consternant…

En d’autres termes, il suffit de savoir quel(s) titre(s) vous lisez, pour savoir à qui votre cerveau appartient ! Ou votre opinion, votre bulletin de vote…
Mais alors comment garantir la liberté de la Presse ? La liberté peut-elle se réduire à la question de son indépendance ?
C’est la question que le Sénat a soulevé à la suite d’un texte adopté au Parlement.
« Jeudi 6 octobre 2016, le Parlement a définitivement adopté la proposition de loi visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias.
Lundi 10 octobre 2016, au moins 60 sénateurs et au moins 60 députés ont saisi le Conseil constitutionnel sur la proposition de loi visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias. »

A l’heure du diktat émotionnel, la vidéo envahit la sphère médiatique et les informations sont des titres, des bandeaux qui s’accrochent, se lisent dans les mains, les poches vides d’expression réelle.
L’indépendance c’est perdue dans la tautologie.
Qui détient les lignes téléphoniques, détient l’information !

Qui possède le média, dénonce sa ligne éditoriale, change les équipes, balance des bons mots sur des livres à défendre (normal, ils appartiennent au même groupe)…
Exemple Patrick Drahi (SFR)

« Mais quiconque cherche à démêler l’invraisemblable lacis de holdings, groupes, sociétés, filiales ou sous-filiales de l’empire Drahi se perd dans un organigramme d’une infinie complexité, qui passe par d’innombrables pays et paradis fiscaux, et qui fait l’objet d’incessantes modifications »

les jeux d’influence de Matthieu Pigasse, Alain Minc, DSK, Xavier Niel et de tout ce petit monde de Euro-RSCG (Havas)… N’oublions pas Anne Hommel au milieu de cet univers. N’oublions pas non plus que souvent leur plume est Gilles Finchelstein (directeur de la Fondation Jean-Jaurès -)

Et puis, évidemment, arrive dans quelques pages le chouchou des médias. Le « jeune loup », vous ne voyez toujours pas, attention, il porte rarement des cravates et est « en marche »…
Et oui tout ne serait pas parfait sans cet autre banquier : Emmanuel Macron.

Même Robespierre (qui avait déclaré « la Liberté de la presse doit être entière et indéfinie, ou elle n’existe pas. Je ne vois que deux moyens de la modifier : l’un d’en assujettir l’usage à de certaines restrictions et à de certaines formalités, l’autre d’en réprimer l’abus par des lois pénales ; l’un et l’autre de ces deux objets exigent la plus sérieuse attention » (Cf. p. 316)) amende ses propres convictions le 19 avril 1793 en rétablissant la censure…

L’heure est malheureusement à l’écrasement des consciences, à l’oppression encore plus grande, au prolongement du consentement… Avant la refonte des médias, avant le réveil des plumes engagées, il y aura un long moment d’asservissement moderne. Un esclavage qui ne dit pas non nom : celui des esprits.
les grands médias français sont tombés dans l’escarcelle d’une poignée de milliardaires.

Mais le séisme Bolloré-Niel-Drahi de ces dernières années a achevé ce travail de déconstruction. Nous voici en somme revenu à la presse au temps du Comité des forges.

Pierre Bergé. Cet homme amoureux de la presse venait, quelques mois auparavant, de racheter avec Matthieu Pigasse et Xavier Niel le Groupe Le Monde.

«Aujourd’hui ce sont les milliardaires qui vous informent»
La concentration des médias bat son plein dans le monde et en France. La finance et les grands industriels du CAC 40 investissent dans la presse, dans l’audiovisuel et dans les télécoms.

les quotidiens qui perçoivent le plus d’aides à la presse sont aussi ceux qui sont adossés aux milliardaires de ce pays.

Le phénomène est global. Tous les continents sont touchés par la concentration des médias. En quelques années, de nouveaux acteurs, souvent de l’Internet et des télécoms, de riches industriels sont venus bouleverser l’univers médiatique et mettre la main sur l’information mondiale. Dans son dernier rapport, Reporters sans frontières (RSF), qui estime que la concentration des médias n’a jamais été aussi forte dans le monde, relève qu’aux États-Unis, 6 groupes (GE, News Corp, Disney, Viacom, Time Warner, CBS) possèdent 90 % des médias. Ils étaient une cinquantaine de « compagnies » en 1983.

En France aussi, selon ce rapport, une poignée de milliardaires contrôle 90 % des médias. De nouveaux acteurs, aux stratégies d’acquisition très agressives, ont fait leur apparition comme Vincent Bolloré, Xavier Niel ou Patrick Drahi. 57e fortune mondiale, 3e française, Drahi pèse plus de 20 milliards d’euros. Le chiffre d’affaires du groupe Altice, qu’il a fondé, représentait, en 2014, 13,5 milliards d’euros. À la tête du câblo-opérateur Numericable, l’homme d’affaires a acquis l’opérateur SFR, mis sur le marché par Vivendi, multiplié les rachats dans le câble, la téléphonie mobile et l’Internet. Et le groupe, par l’intermédiaire de sa filiale Altice Media Group, est devenu l’un des principaux acteurs financiers du marché de la presse et des médias. L’Express, l’Expansion, Libération… une vingtaine de magazines sont passés sous sa coupe. BFMTV, RMC, du groupe NextRadio, suivent le chemin qui mène à Drahi, lequel poursuit ses emplettes à coups de réduction des coûts et de plans sociaux, tout en s’endettant (40 à 45 milliards d’euros). Le résident suisse possède la chaîne d’information israélienne i24news, basée à Tel-Aviv, dont le patron des rédactions est aujourd’hui Paul Amar, ancien journaliste de la télé française.

« Aujourd’hui, en France, avance Michel Diard, journaliste, docteur en sciences de l’information et de la communication, cinq des sept quotidiens nationaux sont la propriété de quatre des dix plus grandes fortunes du pays : la première (Bernard Arnault) contrôle les Échos et le Parisien, la cinquième (Serge Dassault), le Figaro, la sixième (Patrick Drahi), Libération, la dixième (Didier Niel), le Monde ; seuls la Croix et l’Humanité sont indépendants des milieux industriels et financiers. Le constat ne s’arrête pas aux quotidiens nationaux ; l’audiovisuel privé (chaînes de télévision et de radio), la presse magazine et la presse spécialisée sont contrôlés par des conglomérats industriels ; la presse régionale est, elle, sous l’étroite dépendance des banques, le Crédit mutuel et le Crédit agricole essentiellement. »

Les faits de censure et d’autocensure se multiplient
Depuis le rachat du Figaro par l’avionneur Serge Dassault en 2004, puis, en 2007, des Échos par le leader du luxe Bernard Arnault, on a changé d’époque. Arnault rachète Investir, le Monde de la musique, Radio Classique, puis, plus récemment, le Parisien-Aujourd’hui en France au groupe Amaury. Un trio d’actionnaires – Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse – va, lui aussi, faire parler de lui en investissant 110 millions d’euros dans le rachat du Monde. Niel, le fondateur de Free, et Pigasse, codirecteur de la banque Lazard et propriétaire des Inrockuptibles, se joignent au milliardaire Pierre Bergé pour acquérir le Monde, qui a déjà mis la main sur les publications de la Vie catholique (Télérama, la Vie). Le Monde acquiert avec sa nouvelle équipe le Nouvel Observateur, devenu depuis l’Obs, ainsi que Rue89.

Les plus grands magazines français, l’Express, l’Obs, le Point, Paris Match, appartiennent tous à des milliardaires, dont certains vivent de commandes de l’État et sont proches des pouvoirs. Parmi eux, Vincent Bolloré, l’homme qui a prêté son yacht, le Paloma, à Nicolas Sarkozy juste après l’élection présidentielle de 2007. Bolloré est aujourd’hui à la tête d’un groupe diversifié qui fait aussi bien dans la voiture électrique, le commerce en Afrique ou dans les médias. Vincent Bolloré est devenu le premier actionnaire de Vivendi, en a pris la présidence du conseil de surveillance, avec elle celle de Canal Plus. Dès sont arrivée, il ne s’est pas privé de mettre son nez dans les programmes et a renouvelé quasiment toutes les directions. Les Guignols sont passés en crypté, avant une mort prochaine. Des têtes tombent ou vont tomber, comme celle de Patrick Menais, le M. Zapping, coupable d’avoir passé des extraits d’une enquête sur l’évasion fiscale du Crédit mutuel, diffusée sur France3 après avoir été interdite sur Canal Plus. Le magazine Spécial Investigation voit également nombre de ses sujets retoqués. Aujourd’hui, comme le dit Michel Diard, ex-secrétaire général du SNJ-CGT, ce sont « les milliardaires (qui) vous informent ».

D’une petite cour de vedettes vendues aux actionnaires, qui s’agitent sur les plateaux télévisés ou dînent au « Siècle ».

Au début des années 2000, les cadres du journalisme lisaient parfois encore Faulkner, tandis que depuis 2010, ils regardent The Voice – insistant par là sur la chute vertigineuse de l’exigence intellectuelle dans les rédactions.

Ces dernières années, avec l’arrivée d’un nouveau type d’actionnaires dans les médias, cette dégradation s’est accélérée. Je ne parle évidemment pas seulement des actionnaires du « Monde Libre », Xavier Niel en premier lieu, mais également de Patrick Drahi ou Vincent Bolloré, entre autres.

Il est impressionnant de constater à quel point le profil des cadres promus dans leurs titres a changé, ce qui montre au passage que la soi-disant étanchéité entre actionnariat et contenu éditorial y est largement bidon. Ceci est lié à plusieurs facteurs. Ces groupes industriels, dont le cœur de métier n’est pas la presse, privilégient l’idéologie managériale aux contenus, et les fondés de pouvoir qu’ils nomment, animés par le souci de « plaire au maître », adoptent les mêmes tics mentaux qu’eux.

On est passé du grand patron de presse à l’idéologie bien affirmée à des actionnaires voraces, en fait. Des mecs fascinés par « le progrès » et tout ce qui dissimule le néolibéralisme le plus classique.

Au sens large, il s’agit en effet d’imposer une vision libérale du monde, où la casse sociale la plus sordide se voit réenchantée en modernité ubérisée, de promouvoir un monde fluide, pseudo-innovant, sans alternative. Il s’agit également d’infuser dans le milieu du journalisme de nouvelles méthodes de « management », importées d’autres univers, comme celui de la banque.
Cette « vision libérale du monde », comme vous dites, est quelque chose de pernicieux, de dépolitisé, qui ne s’assume jamais en tant que tel.
la grande limite de ce système de prédation, c’est que dès que ce genre d’actionnaires s’empare d’un média, il est détruit en quelques années.

Pour Le Monde, ça ne se voit pas encore, parce que pour ses actionnaires il est le « joyau de la couronne », au détriment des autres titres du groupe qu’ils laissent péricliter (L’Obs), ou dont ils siphonnent les caisses (Télérama)
Que vous preniez la presse de Drahi ou le groupe Le Monde Libre, on tombe à chaque fois sur des catastrophes industrielles : la base d’abonnés de L’Obs s’est effondrée depuis son rachat en 2014, une vraie chute libre désormais. Ne parlons pas de Canal+ : avec plus 500 000 abonnés en moins depuis l’arrivée de Bolloré, on est dans la dinguerie, là.
À terme, je ne pense pas que Le Monde puisse être une réussite économique, même si pour le moment, jouer la carte « quotidien de référence » s’avère bien sûr un recours efficace. À cet égard, sa dernière innovation, Le Décodex…

Comment les journalistes d’un groupe appartenant à deux milliardaires issus du luxe et des télécoms et un banquier d’affaires peuvent-ils se penser bien placés pour décerner des points de bonne conduite intellectuelle à qui que ce soit ? Comment peut-on notamment attendre d’un tel titre qu’il promeuve des idées dérangeantes ?

Le cas des Crises, l’un des rares sites alternatifs en ce qui concerne les affaires internationales, est particulièrement évocateur. Son approche de la crise ukrainienne, à rebours de celle du Monde qui est plus ou moins réglée sur celle d’un Bernard-Henri Lévy, lui a sans doute valu cette mise à l’index. Ne peut-on pourtant dire que ce dernier, BHL, est l’un des principaux propagateurs de fake news des vingt dernières années en France ? Souvenez-vous du nombre d’erreurs factuelles relevées par la presse américaine dans Qui a tué Daniel Pearl ?, souvenez-vous des contrevérités brandies par ce personnage pour justifier une intervention guerrière en Libye.

Dans une telle presse, il y a une pensée autorisée, et une pensée interdite.

Les journalistes chargés de mettre en place le Décodex ont-ils le cadre intellectuel suffisant pour déterminer ce qu’on a le droit ou non de penser sur des situations aussi mouvantes et complexes que celle qui règne aujourd’hui en Syrie ? Qu’un groupe comme Le Monde demande à des journalistes de desk, pour certains issus de sites d’infotainment, de dire la messe sur des affaires aussi importantes est en soi un symptôme. Je plaide à leur égard l’indulgence, ce n’est décidément pas de leur faute… Compte tenu de l’énormité de ce qu’on leur demande, que peuvent-ils faire sinon reprendre la doxa officielle ?

Un phénomène politique comme Emmanuel Macron est l’émanation politique directe de cette presse-là, prétendument neutre et « objective », ni-de-droite-ni-de-gauche, mais qui mène en réalité des opérations idéologiques très agressives. Imaginez : on a tout de même là un ancien banquier d’affaires chez Rothschild, hier encore secrétaire général adjoint de l’Élysée, et qui s’érige désormais en candidat antisystème. Hormis sur les réseaux sociaux, qui dans les grands médias est là pour dénoncer sérieusement la profondeur de cette imposture ?

Sur tous ces points, des philosophes comme Jacques Rancière sont perçus comme de vrais dangers publics, car ils dévoilent le mensonge constitutif de notre système démocratique. Pour Rancière, le summum de la dépossession du citoyen aujourd’hui, c’est la présidentielle, alors qu’on nous rebat les oreilles en permanence dans les médias avec ce soi-disant « point culminant » de notre démocratie, et qu’on culpabilise sempiternellement les abstentionnistes.

On peut espérer que les lecteurs soient les juges de paix, au final. Nous approchons du moment de rupture, tout peut s’effondrer très vite. Comme je vous l’ai dit, économiquement parlant, ça ne marche pas ! Le système entier s’est enrayé : le business de ces tycoons obsédés par le business est un désastre, avouez que c’est assez ironique

On observe une grande homogénéité idéologique dans le milieu journalistique, où les gens passent d’un titre fièrement néolibéral à un titre dit « de gauche » sans ciller.

On peut avoir à assister à de « faux débats », à des semblants d’adversité entre gens qui partagent en réalité le même flux de convictions. Dans la mesure où les vrais opposants n’ont en réalité que très peu droit à la parole, ou même pas du tout, le système sécrète de faux rebelles. Ce n’est pas nouveau.

Le succès de ce qu’on a appelé les « nouveaux philosophes », à partir de la fin des années 1970, vient de là. Un tel logiciel de pensée a permis pendant quarante ans de prendre des postures engagées, de recycler l’esprit soixante-huitard, tout en adoptant des positions en réalité totalement conformes à l’ordre établi – en tenant le plus possible à distance la question de l’injustice sociale par exemple.

Bon, aujourd’hui ils sont largement discrédités, mais on essaie toujours de renflouer cette vieille affaire avec des figures plus fraîches comme Raphaël Glucksmann. Là, la ficelle est d’autant plus grosse qu’il s’agit du fils même de l’un desdits « nouveaux philosophes ». Mais au-delà de ce lien familial, c’est troublant de voir à quel point ce dernier pioche dans le même sac de farces et attrapes que ses aînés : l’indignation permanente, le chantage sentimental, le cri de révolte à échéance fixe.

Une indignation à géométrie tout à fait variable qui plus est, car on l’entend beaucoup moins sur Florange que sur l’Ukraine ou la Syrie par exemple. Quand je l’ai aperçu en une de M Le magazine Le Monde, je me suis dit qu’une opération de renflouage de ce genre était en cours. Ce n’est pas réjouissant.

Mais j’ai une mauvaise nouvelle pour tous ces gens qui font aujourd’hui encore le pari du boniment humaniste : ça ne marchera pas. La dégradation du pays est telle que rien n’arrêtera désormais le tsunami de merde qui pointe à l’horizon. La symétrie avec la situation américaine est d’ailleurs assez frappante.

Quand on observe les violentes diatribes dispensées des mois durant par le New Yorker ou le New York Times au sujet de Trump… Tout cela n’a eu aucune prise sur l’élection, bien au contraire. Je crains qu’il n’en aille exactement de même en France. Et le jour où la catastrophe électorale se produira, les médias mainstream en porteront largement la responsabilité.

Par défaut

La Gauche m’a tuer !: D’après Wikileaks Emmanuel Macron serait sous influence de la CIA

La Gauche m’a tuer

D’après Wikileaks Emmanuel Macron serait sous influence de la CIA
macron
D’après Wikileaks Emmanuel Macron serait sous influence de la CIA
De Bulletin de réinformation,
. Politique
16 mars 2017
1 View
Bulletin de réinformation
Bulletin de réinformation

Partager sur Facebook

Twitter

Google +

Un article publié en mars sur le blogue « network point zero », et abondamment repris par la suite, met en perspective plusieurs éléments sur l’ascension d’Emmanuel Macron et pose la question : Macron a—t‑il été ciblé par la CIA ?

Tout part d’une révélation de Wikileaks, le mois dernier

Julian Assange a révélé qu’en 2012, la CIA avait demandé à la NSA de suivre de près la campagne présidentielle française. Le futur ministre de l’Economie apparaît dans un courriel de Hillary Clinton en 2012. Alors banquier, il est déjà qualifié de futur haut fonctionnaire au ministère de l’Economie, ce qui pourrait signifier ministre.

Comment un simple banquier d’affaires français alors inconnu peut‑il intéresser le secrétaire d’Etat américain ?

Pas si inconnu, apparemment. Le parcours de Macron depuis sa sortie de l’ENA est émaillé de rencontres avec des représentants de la super classe mondiale, relais de l’influence américaine. Ainsi, en 2004, il est repéré par Jean‑Pierre Jouyet alors à la tête de l’inspection des finances. Proche à la fois de Sarkozy, Fillon et Hollande, Jouyet est aujourd’hui le président de la section française de l’Aspen, une émanation de la NED, fondation nationale pour la démocratie.

La NED est un vecteur d’influence des Etats‑Unis dans le monde

La NED dit agir pour le progrès de la démocratie dans le monde. Parrainée par les démocrates, les républicains et les principales multinationales, elle pratique, en fait une véritable ingérence dans les affaires politiques nationales en faisant la promotion systématique des alliances droite‑gauche contre les populismes. La NED finance plusieurs organismes dans le monde, dont l’Aspen, dont la branche française avait mis au point une stratégie d’éducation des cadres de droite et de gauche après la victoire du non au référendum de 2005.

Macron serait‑il l’un de ces cadres ?

Plusieurs éléments vont dans ce sens. Jouyet pousse d’abord Macron pour intégrer la commission Attali pour la « libération de la croissance française », où socialistes et libéraux communient dans un européisme assumé. Macron y rencontre Serge Weinberg, de la Trilatérale, et François Henrot, membre du conseil d’administration de la French‑American Foundation, qui le recrute à la banque Rothschild en 2008. Quatre ans plus tard, c’est sous l’impulsion de Jouyet que Macron devient secrétaire général de l’Elysée, puis ministre de l’Economie et des finances.

Un beau faisceau d’indices concordants…

On peut constater que le programme économique d’Emmanuel Macron reprend les principales orientations de la NED. Ainsi, son emploi récurrent du mot progressisme, son ambition de dépasser la droite et la gauche contre les populismes. Surtout, sa proposition de création d’un ministère européen du budget est directement inspirée des propositions de la commission Attali en matière de gouvernance mondiale.

Par défaut

Psychanalyse du libéralisme-ou l’insoutenable légèreté du néant- argoul

Psychanalyse du libéralisme

argoul

Nouvel article sur argoul

Psychanalyse du libéralisme
par argoul

charles-melman-l-homme-sans-gravite

Répétons-le, le libéralisme n’est pas le capitalisme :

Le capitalisme est une technique d’efficacité économique qui vient de la comptabilité née à la Renaissance italienne et qui recherche l’efficience maximum, prouvée par le profit.
Le libéralisme est une doctrine politique des libertés individuelles, née en France et en Angleterre au 18ème siècle contre le bon plaisir collectif aristocratique, et qui s’est traduite dans l’économie tout d’abord par le laisser-faire, ensuite par la régulation.

Le libéralisme économique a utilisé le capitalisme comme levier pour démontrer sa croyance. Laissez faire les échanges, l’entreprise, l’innovation – et vous aurez les libertés, la richesse et le progrès. Mais s’il est vrai que l’essor des découvertes scientifiques, des libertés politiques et du capitalisme économique sont liés, il s’agit d’un mouvement d’ensemble dont aucune face n’est cause première.

Comme il est exact que la compétition des talents engendre l’inégalité dans le temps, le libéralisme politique cherche un permanent rééquilibrage : d’abord pour remettre en jeu la compétition, ensuite pour préserver la diversité qui est l’essence des libertés. Toute société est organisée et dégage des élites qui la mènent. Les sociétés libérales ne font pas exception. Ce sont ces élites qui sont en charge du rééquilibrage. Mais elles sont dégagées selon la culture propre à chaque pays :

l’expérience dans le groupe en Allemagne,
l’allégeance clanique au Japon,
l’efficacité financière et le bon-garçonnisme aux Etats-Unis,
l’appartenance au bon milieu social « naturellement » compétent en Angleterre,
la sélection par les maths dès la 6ème et l’accès social aux grandes écoles en France…

Tout cela est plus diversifié et moins injuste que le bon vouloir du Roy fondé sur la naissance aux temps féodaux, ou la cooptation et le népotisme fondé sur le respect des dogmes aux temps communistes. Pour appartenir à l’élite, il ne suffit plus d’être né ou d’être le béni oui-oui du Parti, il faut encore prouver certaines capacités. Le malheur est que la pente du népotisme et de la conservation guette toute société, notamment celles qui vieillissent et qui ont tendance à se figer. Ainsi de la France où le capitalisme devient “d’héritier”, tout comme la fonction politique.

C’est là qu’intervient la « vertu » dont Montesquieu (après Aristote) faisait le ressort social. La « vertu » est ce qui anime les hommes de l’intérieur et qui permet à un type de gouvernement de fonctionner sans heurt.

la « vertu » de la monarchie serait l’honneur, ce respect par chacun de ce qu’il doit à son rang ;
la « vertu » du despotisme (par exemple communiste ou Robespierriste jacobin) serait la crainte, cette révérence à l’égalité imposée par le système ;
la « vertu » de la république serait le droit et le patriotisme, ce respect des lois communes et le dévouement à la collectivité par volonté d’égale dignité.

Cette « vertu », nous la voyons à l’œuvre aux Etats-Unis – où l’on explique que la religion tient lieu de morale publique. Nous la voyons en France – où le travail bien fait et le service (parfois public) est une sorte d’honneur. Nous la voyons ailleurs encore. Mais nous avons changé d’époque et ce qui tenait lieu de cadre social s’effiloche.

C’est le mérite du psychanalyste Charles Melman de l’avoir montré dans L’homme sans gravité, sous-titré « Jouir à tout prix ». Pour lui, la modernité économique libérale a évacué l’autorité au profit de la jouissance. Hier, un père symbolique assurait la canalisation des pulsions : du sexe vers la reproduction, de la violence vers le droit, des désirs vers la création. Freud appelait cela « sublimation ». Plus question aujourd’hui ! Le sexe veut sa satisfaction immédiate, comme cette bouteille d’eau que les minettes tètent à longueur de journée dans le métro, le boulot, en attendant de téter autre chose au bureau puis au dodo. La moindre frustration engendre la violence, de l’engueulade aux coups voire au viol. La pathologie de l’égalitarisme fait de la perversion et de la jouissance absolue des « droits » légitimes – bornés simplement par l’avancement de la société. Les désirs ne sont plus canalisés mais hébétés, ils ne servent plus à créer mais à s’immerger : dans le rap, le tektonik, la rave, la manif, le cannabis, l’ecstasy, l’alcool – en bref tout ce qui est fort, anesthésie et dissout l’individualité. On n’assume plus, on se désagrège. Nul n’est plus responsable, tous victimes. On ne se prend plus en main, on est assisté, demandant soutien psychologique, aides sociales et maternage d’Etat (« que fait le gouvernement ? »).

Il y a de moins en moins de « culture » dans la mesure ou n’importe quelle expression spontanée devient pour les snobs « culturelle » et que toute tradition est ignorée, méprisée, ringardisée par les intellos. L’esthétisme est révolutionnaire, forcément révolutionnaire, même quand on n’en a plus ni l’âge, ni l’originalité, ni la force – et que la « transgression » est devenue une mode que tous les artistes pratiquent… Le processus de « civilisation » des mœurs régresse car il est interdit d’interdire et l’élève vaut le prof tout comme le citoyen est avant tout « ayant-droit ». Il élit son maître sur du people et s’étonne après ça que ledit maître commence sa fonction par bien vivre. La conscience morale personnelle s’efface, seule l’opinion versatile impose ce qu’il est « moral » de penser ici et maintenant – très influencée par les séries moralistes américaines (plus de seins nus, même pour les garçons en-dessous de 18 ans) et les barbus menaçants des banlieues (qui va oser encore après le massacre de Charlie dessiner « le Prophète » ?).

Je cite toujours Charles Melman : plus aucune culpabilité, seuls les muscles, la thune et la marque comptent. A la seule condition qu’ils soient ostentatoires, affichés aux yeux des pairs et jetés à la face de tous. D’où la frime des débardeurs moule-torse ou des soutien-gorge rembourrés, du bling-bling si possible en or et en diamant qui brillent à fond et des étiquettes grosses comme ça sur les fringues les plus neuves possibles (une fois sale, on les jette, comme hier la voiture quand le cendrier était plein). Quand il n’y a plus de référence à l’intérieur de soi, il faut exhiber les références extérieures pour exister. On « bande » (nous étions 20 ou 30) faute d’être une bande à soit tout seul – Mandrin contre Renaud. La capacité à se faire reconnaître de son prochain (son statut social) devient une liste d’objets à acheter, un viagra social. En permanence car tout change sans cesse.

Pour Charles Melman, cet homme nouveau est le produit de l’économie de marché. La marchandisation des relations via la mode force à suivre ou à s’isoler. D’où le zapping permanent des vêtements, des coiffures, des musiques, des opinions, des idées, de la ‘morale’ instantanée – comme la soupe. Les grandes religions dépérissent (sauf une, en retard), les idéologies sont passées, il n’y a plus rien face aux tentations de la consommation. D’où le constat du psychanalyste : « La psychopathologie a changé. En gros, aux ‘maladies du père’ (névrose obsessionnelle, hystérie, paranoïa) ont largement succédé les ‘maladies de la mère’ (états limites, schizophrénie, dépressions). »

tocqueville-de-la-democratie-en-amerique

Il nous semble que cette réflexion, intéressante bien que « réactionnaire », est un peu courte. Charles Melman sacrifie à la mode « de gauche » qui fait de l’Amérique, de la consommation et du libéralisme anglo-saxon le bouc émissaire parfait de tous les maux occidentaux – et surtout français.

L’Amérique, Tocqueville l’avait déjà noté à la fin du 19ème siècle, est le laboratoire avancé des sociétés modernes car c’est là qu’on y expérimente depuis plus longtemps qu’ailleurs l’idée moderne d’égalité poussée à sa caricature. Egalité qui permet le savoir scientifique (contre les dogmes religieux), affirmée par la politique (contre les privilèges de naissance et de bon plaisir), assurée par les revenus (chacun peut se débrouiller en self made man et de plus en plus woman). Cet égalitarisme démocratique nivelle les conditions, mais aussi les croyances et les convictions. Big Brother ne s’impose pas d’en haut mais est une supplique d’en bas : le Big Mother de la demande sociale.

L’autorité de chacun est déléguée – contrôlée mais diffuse – et produit cette contrainte collective qui soulage de l’angoisse. On s’en remet aux élus, jugés sur le mode médiatique (à la Trump : plus c’est gros, plus ça passe), même si on n’hésite pas à les sanctionner ensuite par versatilité (attendons la suite). Ceux qui ne souscrivent pas à la norme sociale deviennent ces psychopathes complaisamment décrits dans les thrillers, qui servent de repoussoir aux gens « normaux » : blancs, classe moyenne, pères de famille et patriotes un brin protectionnistes et xénophobes (le contraire même du libéralisme).

La liberté est paternelle, elle exige de prendre ses responsabilités ; l’égalité est maternelle, il suffit de se laisser vivre et de revendiquer. « Les hommes ne sauraient jouir de la liberté politique sans l’acheter par quelques sacrifices, et ils ne s’en emparent jamais qu’avec beaucoup d’efforts. Mais les plaisirs que l’égalité procure s’offrent d’eux-mêmes. Chacun des petits incidents de la vie privée semblent les faire naître et, pour les goûter, il ne faut que vivre. » (Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique II.1) La marchandisation, c’est le laisser-aller groupal des modes et du ‘tout vaut tout’. Y résister nécessite autre chose que des slogans braillés en groupe fusionnel dans la rue : une conscience de soi, fondée sur une culture assimilée personnellement. On ne refait pas le monde sans se construire d’abord soi-même. Vaste programme…

Charles Melman, L’homme sans gravité, 2003, Folio essais 2005, 272 pages, €7.20

Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique tome II, Garnier-Flammarion 1993, 414 pages, €7.00
argoul | 17 mars 2017 à 03:56 | Étiquettes : acheter, alexis de tocqueville, angoisse, assisté, autorité, avancement, économie, égalitarisme, égalité, élite, bande, big brother, big mother, bon vouloir, bouc émissaire, canalisation, capacités, capitalisme, charles melman, charlie, conscience morale, conservation, consommation, contrainte collective, cooptation, crainte, croyance, culpabilité, culture, dépression, désirs, despotisme, doctrine, droit, droits, esthétisme, etats-unis, france, freud, frime, frustration, fusionnel, gauche, groupe, héritier, honneur, immédiat, inégalité, individu, intellos, interdit, jouissance, laisser-vivre, libéralisme, libertés, marchandisation, maternelle, médiatique, mode, modernité, moeurs, monarchie, montesquieu, morale, népotisme, névrose, norme sociale, nu, opinion, ostentatoire, paranoïa, parti, patriotisme, père symbolique, perversion, politique, psychanalyse, psychopathes, psychopathologie, pulsions, références, république, religion, responsable, revendiquer, s’immerger, satisfaction, schizophrénie, seins nus, sexe, slogans, société, spontané, statut social, sublimation, technique, tradition, transgression, trump, vertu, victime, viol, violence, zapping | Catégories : Economie, Livres, Politique | URL : http://wp.me/p1cxNX-65E

Par défaut

Le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders, qui espérait remporter le scrutin, échoue loin derrière celui du Premier ministre libéral Mark Rutte-« les gueux de la mer » sont devenus des gueux libéraux-sociaux-Le vif-Belgique

© Reuters

le Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders, qui espérait remporter le scrutin, échoue loin derrière celui du Premier ministre libéral Mark Rutte – avec 20 élus contre 33 au VVD selon des résultats provisoires – il n’en gagne pas moins cinq sièges par rapport aux précédentes élections de 2012.

Loin d’encaisser une défaite, il marque « objectivement » des points, relève Jean-Yves Camus, spécialiste des extrémismes en Europe à l’Institut de Relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris.

Les leaders nationalistes et relais d’opinion « antisystème » se sont d’ailleurs engouffrés dans la brèche, à moins de 40 jours de l’élection présidentielle en France et à six mois des législatives allemandes.

« Le Parti de la Liberté de Wilders est le deuxième du pays (…) Changer l’Europe, sauver l’emploi et bloquer l’invasion, les bonnes idées avancent », s’est félicité en Italie Matteo Salvini, le chef de la Ligue du Nord, un mouvement d’extrême droite anti-immigration.

« C’est la preuve que les idées communes que nous avons avancent dans les différents pays européens », a renchéri la présidente du Front national, Marine Le Pen, en tête des intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle en France, le 23 avril prochain.

En Allemagne, le parti anti-islam AfD, qui enregistre un léger recul dans les sondages depuis trois semaines, s’est montré un peu moins serein. « Nous espérions un meilleur score pour le PVV », a lâché une des figures du parti, Frauke Petry.
Des dirigeants rassurés

Le camp libéral mené par Mark Rutte n’en a pas moins perdu huit sièges et les travaillistes, membres de la coalition sortante, sortent laminés du scrutin. « Le +système+ en a pris un coup », claironne le blog britannique ultraconservateur Westmonster.

Les dirigeants européens, qui redoutaient un nouveau triomphe du nationalisme après le Brexit et l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, ont certes poussé un soupir de soulagement.

Le président François Hollande a salué « une nette victoire contre l’extrémisme » et le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, « un vote pour l’Europe ».

Mais pour le politologue français Stéphane Rozès, président de Cap (Conseils, analyses et perspectives), la progression des populismes n’en demeure pas moins « constante » en Europe et ils avancent vers « les portes du pouvoir » même si les électeurs font pour l’instant encore barrage.

« Le danger dans cette +bonne nouvelle+ des Pays-Bas, c’est que les gouvernants européens ne s’attaquent pas à la racine de la montée du populisme », s’inquiète M. Rozès. Car selon lui, de l’UE aux affaires du monde, « les peuples ont le sentiment d’être peu à peu privés de la maîtrise de leur destin ».

Même s’ils restent à la porte du pouvoir – le leader d’extrême-droite Nobert Hofer a été recalé à la présidentielle autrichienne en décembre – les nationalistes n’en diffusent pas moins avec succès leurs idées dans la société, jusque dans les partis de gouvernement.
Contenir, sinon battre

« Quand on pèse 46% en Autriche, quand on pèse ce que pèse M. Wilders aux Pays-Bas, incontestablement on pèse sur le cours des choses », note l’expert français Jean-Yves Camus.

« La réaction de M. Rutte à la question des meetings turcs aurait-elle été la même si on n’avait pas été en période électorale, avec un Wilders en embuscade ? Incontestablement non », affirme-t-il.

A quelques jours du scrutin, les autorités néerlandaises ont fermement refoulé deux ministres turcs, dont celui des Affaires étrangères, qui voulaient participer à un meeting en faveur du président Recep Tayyip Erdogan aux Pays-Bas.

De la même manière, la coalition entre sociaux-démocrates et conservateurs au pouvoir à Vienne a durci ses positions sur l’immigration ou le port du voile.

« Marke Rutte a gagné en englobant les thématiques qui étaient celles de son adversaire populiste », estime Leonardo Morlino, professeur de Sciences politiques à l’université Luiss de Rome.

« Si les partis traditionnels parviennent à s’emparer de façon opportune des thématiques qui sont habituellement celles des populistes, ils peuvent, si ce n’est les battre, au moins les contenir », conclut-il.

Par défaut