Metamag : Macron en marche dans les pas de Bayrou. Il n’est pas sûr que cela lui porte chance-étrange accouplement entre un tombeur de femmes et un tombeur d’autres choses

 

Macron en marche dans les pas de Bayrou. Il n’est pas sûr que cela lui porte chance

Bayrou Henri 4

Macron en marche dans les pas de Bayrou. Il n’est pas sûr que cela lui porte chance

Raoul Fougax, journaliste ♦

François Bayrou, le béarnais, rêvant de réconcilier les factions de France comme Henry IV, a toujours pensé que jouer un rôle politique valait bien des renoncements. Cette fois c’est Macron qui vaut bien une messe.

Bayrou est un personnage politique dépassé. Il l’a parfaitement bien analysé. Incapable de se présenter sans prendre le risque de se ridiculiser, incapable de renoncer aux feux de la rampe politique, il a trouvé une solution. Elle est astucieuse et insolite. Médiatiquement ça marche, mais politiquement, c’est moins sûr.

Bayrou est un européiste moralisateur. Partisan d’un grand Centre, il ne voit, pour l’avenir de la France, que l’Europe. La moralisation de la vie politique est, depuis trente ans c’est vrai, la colonne vertébrale de son discours politique. C’est pourquoi, après avoir trahi Sarkozy, il poignarde Fillon. Le seul problème, c’est que cette droiture affichée comme un drapeau, ne connait que des parcours politiques sinueux en contradiction avec ses grands principes.

François Bayrou est un homme qui a un ton, un pouvoir de conviction, mais un comportement politique qui a toujours été nuisible pour la France. Il a trahi ses compagnons naturels en faveur de Hollande par haine de Sarkozy. Où est la droiture ? Aujourd’hui donc il rejoint par une alliance bien délicate, un Macron qu’il détestait il y a peu. Car s’il y a bien un candidat qui prendra ses ordres à Wall Street ou la city, c’est Emanuel Macron. Le candidat du fric c’est lui plus que le bienfaiteur de Pénélope.

Bayrou a donc choisi une fenêtre pour rentrer dans la course politico médiatique. Mais il a cependant un autre but encore plus politicien, obtenir de quoi former, par des accords d’appareil, un groupe à l’assemblée nationale à l’issue des législatives. Macron l’inculte colonial, se réjouit d’une annonce qui, pour lui, tourne l’intérêt des médias vers autre chose que ses difficultés et sa baisse de popularité. Mais il n’est pas sûr que cette alliance le renforce. En fait, elle le ringardise avec un politicien de la génération des Juppé et Sarkozy.

Les deux hommes tentent de sortir, pour l’un d’une mauvaise passe, pour l’autre d’une impasse. Pour les journalistes militants, ils changeraient la donne et apporteraient l’offre politique que les Français attendraient. Ah bon ! En fait ils souhaitent que ça marche pour contre carrer Marine Le Pen et Fillon. La première est au sommet, le second remonte alors que la belle alliance d’Hamon s’enlise.

Une fois de plus Bayrou parle droit mais dans un chemin courbe qui fait le jeu de la gauche. En Marche avec lui, ce n’est certes pas le chemin le plus court pour atteindre l’objectif. Macron l’apprendra à ses dépends, car le béarnais n’est certes pas un mousquetaire et sa devise n’est pas » un pour tous et tous pour lui . Il est le seul à croire que son panache est encore blanc et peut rallier pour Macron un peuple du centre.

 

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s