philo-info: Journée d’étude – Le refus d’être père, aspect de la redéfinition contemporaine de la condition masculine-crétineries « populaires » de pères-péteux-et la « philosophie » populaire du cassoulet?

 

 

 

[philo-info] Journée d’étude – Le refus d’être père, aspect de la redéfinition contemporaine de la condition masculine

Boîte de réception
x

 

)



JOURNÉE D’ÉTUDE LE SAMEDI 18 FÉVRIER 2017

http://www.alderan-philo.org/content/inscription-aux-activités



LE REFUS D’ÊTRE PÈRE
Aspect de la redéfinition contemporaine de la condition masculine

Conférence et débat par François Faucon, de 14H à 18H


Imposer une grossesse non-désirée à une femme est considéré comme une violence, pareil si on l’empêche délibérément d’avoir un enfant. C’est la même chose pour les hommes qui ne veulent pas être père, sauf que la perception sociale de ces situations masculines est encore loin de les reconnaitre comme des violences, voir une forme de sexisme. L’évolution sociale contemporaine oblige à une redéfinition de la condition masculine et paternelle, autant en raison de celles de la condition féminine, que par l’apparition de nouveaux modèles de masculinité, notamment par rapport à la paternité ou à la non-paternité.
Alors qu’on reconnaît aujourd’hui le droit des femmes à refuser de devenir mère,
qu’en est-il pour les hommes qui ne veulent pas devenir père, qui ne veulent pas d’enfant ? Il est encore assez tabou qu’un père avoue ne pas avoir voulu être père, de s’être retrouvé avec une paternité imposée, comme si cela faisait de lui un père indigne. Refus parfois assimilé au refus de devenir adulte, comme si le fait d’être un adulte et un homme obligeaient à être père, passaient par la paternité. Ou bien on va le taxer d’égoïsme, de personne sans amour et  individualiste. Or, ne pas désirer avoir d’enfant est un choix de vie aussi valide et digne que ceux qui en désire, qu’ils soient femmes ou hommes.
Ce refus de la paternité se trouve aussi au carrefour de certaines conséquences de la libération sexuelle et de l’émancipation féminine, qui permettent à certaines femmes «d’imposer» un enfant à des hommes qui n’en voulaient pas, comme si le père n’avait pas son mot à dire dans la venue de cet enfant.
Pour essayer de mieux comprendre ces diverses questions et situations liées à la redéfinition contemporaine de la masculinité, nous vous invitons à une journée d’étude sur ces questions. Si la cause des femmes est aussi celle des hommes, la cause des hommes est aussi celle des femmes.

François Faucon a publié Du refus d’être père, Contours de l’infécondité masculine, éditions du Cygne, 2008.
Une séance de dédicace aura lieu lors de la conclusion.

14H : conférence : LE REFUS D’ÊTRE PÈRE – Sans enfant par choix

Ne pas vouloir d’enfant, ne pas vouloir être père… S’il faut en croire l’opinion générale, il n’est rien de mieux pour un homme que de devenir père, de s’occuper de ses enfants, de s’accomplir via la paternité. Que l’homme veuille réellement devenir père ou qu’il ne s’agisse que d’une résignation pour coïncider avec les obligations sociétales, voilà une question qui n’est guère posée. Que l’homme veuille construire une vie sans enfants, voilà une attitude qui le range immanquablement dans la catégorie des gens suspects, à la limite de la trahison envers toute la société. Pourtant, c’est bien de cela dont il s’agit ici : refuser d’être père. Au-delà des références historiques autour de cette question, cette conférence analysera les présupposés et préjugés attachés à la paternité et à la parentalité masculine, ainsi que les raisons d’un tel choix (plus qu’un refus). Ce sera aussi l’occasion de montrer que les hommes qui ont effectué un tel choix et qui en assument les conséquences sont plus nombreux qu’on ne le pense et se font entendre chaque jour davantage.


16H : ciné philo – débat philo autour de RENDEZ-VOUS À KIRUNA, d’Anna Novion, 2012


Après la conférence, nous aborderons ces questions à partir du film Rendez-vous à Kiruna, d’Anna Novion : Ernest, un architecte renommé, ne vit que pour son travail. Un jour, il reçoit un appel de la police suédoise qui le décide à entreprendre un long voyage jusqu’à Kiruna, en Laponie. Il doit y reconnaître le corps d’un parfait étranger, son fils qu’il n’a jamais connu. Son chemin va croiser celui de Magnus, un jeune homme sensible et perdu que tout oppose à Ernest, autoritaire et méfiant. Ce voyage en compagnie d’un fils possible, va révéler à Ernest une part inconnue de lui-même et l’aider à mieux comprendre ce rendez-vous à Kiruna.

17H30 : CONCLUSION

Table ronde et débats autour de ces sujets.



INSCRIPTION PRÉALABLE INDISPENSABLE

http://www.alderan-philo.org/content/inscription-aux-activités

Le nombre de places est limité, l’inscription préalable est donc indispensable.
Seul le règlement vaut inscription, aucune inscription ne sera validée sans le règlement.


MAISON DE LA PHILOSOPHIE

Association ALDÉRAN pour la promotion de la philosophie
29 rue de la Digue, 31300 Toulouse – Tél. : 05.61.42.14.40
Email : philo@alderan-philo.org

Programme complet sur notre site internet : www.alderan-philo.org

Désinscription : Pour vous désinscrire, cliquez sur le lien ci-dessous
et envoyez simplement le mail sans rien indiquez à : philo-info-unsubscribe@alderan-philo.org

——————————————————————–s

 

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s