Koztoujours : Le pape François a-t-il fermé la porte aux migrants ?

Le pape François a-t-il fermé la porte aux migrants ?
by Koz

papemigrantsJe ne me suis pas mis à genoux, je n’ai pas prié, je ne me suis pas fait confiance et voilà, le pape a parlé dans l’avion. Si j’en crois les échos médiatiques, il aurait déclaré qu’il fallait arrêter un peu, avec les migrants. Sort of.

A tout le moins a-t-il évoqué la nécessité de faire preuve de « prudence » dans l’accueil des migrants et des réfugiés – en distinguant les uns et les autres – et souligné l’obligation de les intégrer à la culture comme de prendre garde à la capacité d’accueil du pays ((Vous en trouverez divers verbatims, que ce soit dans La Croix, au Figaro, sur Crux, le Catholic Herald ou la Stampa, sans compter bientôt les sites du Vatican, à n’en pas douter)).

De vous à moi, cela me rend malade. Certes pas les propos du pape, mais le vol des charognards sur ses déclarations. Ceux qui, demain, croiront pouvoir prendre appui sur les propos mêmes du pape pour justifier leur rejet compulsif. Ceux pour lesquels le premier pied posé d’un migrant est l’annonce imminente de toute-la-misère-du-monde, et le deuxième, les prémices du Grand Remplacement.

Oui, il m’est insupportable que des chrétiens s’effarouchent à l’idée d’une trop grande générosité quand il est si évident que le réflexe humain n’est pas l’accueil de l’étranger (sans quoi le Christ n’aurait eu nul besoin d’en faire l’un de ses enseignements majeurs). Il m’est insupportable de trouver des chrétiens dans des manifestations contre l’accueil de migrants. Parce qu’ontologiquement, qu’un seul chrétien manifeste contre l’accueil d’une autre personne, cela ne passe pas. Il y a d’autres moyens de faire connaître ses désaccords, et des voisinages que l’on devrait avoir la dignité de s’épargner.

[pullquote align= »left »]Le pape François a-t-il jamais manqué de « prudence » en appelant chaque paroisse à accueillir une, rien qu’une, famille de réfugiés ? [/pullquote]Le pape François manquait-il de prudence lorsqu’il appelait l’an dernier chaque paroisse à accueillir une famille de réfugiés ? Une famille, une seule, rien qu’une, et par paroisse. ((Car ce qui est malvenu, à Calais jusqu’à il y a peu comme à Stalingrad voire dans les projets pour l’Ouest parisien, c’est la concentration – et je l’avais écrit déjà l’an dernier)). Le pape François manquait-il de prudence et de lucidité lorsqu’il évoquait lui-même, il y a un an, le « risque d’infiltration » terroriste ? Le pape François manquait-il de prudence quand il appelait les Européens, et les chrétiens au premier rang, à se laisser d’abord toucher -juste toucher – par le sort de ceux qui meurent par centaines au fond de notre mer ? A-t-il jamais appelé à accueillir sans discernement, sans limite ? Ou n’a-t-il pas plutôt toujours aiguillonné la générosité chancelante des pays riches et de ceux pour lesquels le premier réfugié dépasse déjà leur capacité d’accueil personnelle ?

Est-ce donc un revirement, une correction, une volte-face – comme je l’ai lu – lorsqu’il déclare : « les gouvernements doivent être prudents et calculer comment installer [les réfugiés]. Il ne s’agit pas seulement de recevoir des réfugiés mais de considérer comment les intégrer » ? Est-ce une correction lorsqu’il conseille de tenir compte de la « capacité d’accueil » d’un pays ? Rappelons que, dans La Croix en mai dernier, il employait déjà des mots similaires : « Le pire accueil est de les ghettoïser alors qu’il faut au contraire les intégrer. (…) Cela montre pour l’Europe l’importance de retrouver sa capacité d’intégrer ». Car l’obligation est double : il ne s’agit pas seulement d’accueillir, il s’agit d’intégrer également.

La question de la capacité d’accueil ne s’appréhende pas indifféremment. D’aucuns la trouvent dépassée par définition. Des politiques, pas même à l’extrême-droite, s’enflamment à la vue de… « 14 migrants », ou se réjouissent de n’en accueillir aucun. Non, le pape le dit, à deux reprises dans cette brève réponse : les migrations doivent être toujours appréhendées « avec l’ouverture du cœur ». Son propos est encadré par ces paroles : « On ne peut pas fermer le cœur à un réfugié », « Il n’est pas humain de fermer les portes, il n’est pas humain de fermer les cœurs ».

Qu’en conscience et pour lui-même chacun s’interroge sur son ouverture de cœur. Combien de temps leur faut-il pour que la compassion s’efface devant la crainte ?

Au demeurant, le pape n’a pas varié durant son voyage en Suède. La veille même de son départ, en audience générale, le pape s’était exprimé très clairement :

Aujourd’hui, le contexte de crise économique favorise malheureusement l’apparition d’attitudes de fermeture et de refus d’accueillir. Dans certaines parties du monde s’élèvent des murs et des barrières. Il semble parfois que l’œuvre silencieuse de nombreux hommes et femmes qui, de diverses manières, se prodiguent pour aider et assister les réfugiés et les migrants soit obscurcie par la rumeur d’autres personnes qui donnent voix à un égoïsme instinctif. Mais la fermeture n’est pas une solution, elle finit même par favoriser les trafics criminels. L’unique voie pour trouver une solution est celle de la solidarité. Solidarité avec le migrant, solidarité avec l’étranger…

Au cours de son voyage, dans l’ensemble de ses interventions officielles – et l’on rappellera tout de même que, s’il est plus facile de rebondir sur un échange papal aérien, un discours et une homélie sont d’une portée différente.

Ainsi, à Malmö, le pape a-t-il adressé un remerciement tout particulier aux gouvernements qui secourent les réfugiés, poursuivant ainsi : « toutes les actions en faveur de ces personnes qui ont besoin de protection représentent un grand geste de solidarité et de reconnaissance de leur dignité. Pour nous chrétiens, c’est une priorité d’aller à la rencontre des personnes rejetées – car elles sont rejetées par leur patrie -et des personnes marginalisées de notre monde, et de rendre palpables la tendresse et l’amour miséricordieux de Dieu, qui n’écarte personne, mais qui accueille tout le monde. » Dans l’historique déclaration conjointe entre les Luthériens et les Catholiques, il est encore précisé ceci : « Nous exhortons les Luthériens et les Catholiques à travailler ensemble pour accueillir les étrangers, pour aider ceux qui sont forcés à fuir à cause de la guerre et de la persécution, et pour défendre les droits des réfugiés et de ceux qui cherchent l’asile. »

[pullquote align= »right »]Je lance un défi à ceux qui se réjouissent du propos du pape : celui de la cohérence de l’Eglise. Qu’ils reprennent aussi publiquement à leur compte l’exhortation à accueillir les étrangers ![/pullquote]Si certains se réjouissent aujourd’hui de cette évocation de la « prudence », alors je leur lance un défi, celui de la cohérence, du pape et de l’Eglise : qu’ils reprennent aussi, publiquement, à leur compte, l’exhortation à accueillir les étrangers !

Et puis, enfin, soyons sérieux penchons-nous de plus près sur cet échange de questions-réponses. Car la question qui est posée au pape est celle des pays qui commencent à fermer leurs frontières et, plus précisément, « même la Suède », qui a rencontré des difficultés l’an passé ((en même temps qu’un certain bénéfice économique, ceci dit non pour y voir une bonne affaire mais pour répondre à ceux qui en voient une mauvaise)). Le pape illustre donc sa réponse par le cas de la Suède, longtemps terre d’immigration, qu’il n’entend pas critiquer pour les mesures qu’elle entend prendre aujourd’hui. La Suède, qui a accueilli l’équivalent de 0,71% de sa population en 2015, quand la France accueillait l’équivalent de 0,08% de la sienne… La France se classe ainsi en 14ème position des pays européens. Certains prendront argument des difficultés qui conduisent précisément la Suède à vouloir désormais restreindre cet accueil. Il n’en reste pas moins que la dynamique n’est pas précisément la même, et qu’il serait présomptueux de tirer argument de l’exemple Suédois quand on accueille proportionnellement dix fois moins de réfugiés

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s