Breizh info : Après l’attaque de Viry-Châtillon : à Rennes, Vannes, Nantes, Brest, la police est en colère !

Après l’attaque de Viry-Châtillon : à Rennes, Vannes, Nantes, Brest, la police est en colère !

policiers_nantes

12/10/2016 – 04H30 Bretagne (Breizh-info.com) – Les policiers ont à nouveau manifesté  mardi 11 octobre à Rennes, à Brest, à Saint-Malo, à Vannes, à Nantes devant le Commissariat Waldeck Rousseau en solidarité avec leurs quatre collègues attaqués au cocktail Molotov le 8 octobre à Viry Châtillon dans l’Essonne.  Deux policiers y ont été très grièvement blessés – l’un d’eux est toujours plongé dans un coma artificiel- par des agresseurs qui avaient manifestement l’intention de tuer.

Environ 200 policiers se sont rassemblés en silence.  Colère et détermination se lisaient sur leurs visages. Ils ont écouté deux brèves interventions syndicales avant d’applaudir longuement.

Les orateurs ont une nouvelle fois marqué le « ras le bol » de la police : manque de moyens et d’effectifs, dégradation des conditions de travail  et dénoncé  la suppression de 13 000 postes durant la présidence de Nicolas Sarkozy. « Pas de discours des actes… la hiérarchie doit assumer » a déclaré un syndicaliste qui a aussi réclamé plus de sévérité de la justice, les délinquants « n’ayant aucune certitude d’être punis ». 

« Les rappels à la loi,c’est fini, les hommages ne suffisent plus… nous devons revenir à notre  cœur de métier » a-t-il conclu.

Pour Thierry Spitz , Secrétaire régional d’Alliance police,  il faut aussi des effectifs et des moyens supplémentaires, mais il faut « surtout modifier la loi sur la légitime défense ».

Elle n’accorde pas plus de droits aux forces de l’ordre, souvent mises  en danger, qu’au simple citoyen. Interrogé sur le terme de « sauvageon » utilisé  par le Ministre de l’Intérieur Cazeneuve, le syndicaliste policier répond : « le mot sauvageon avait déjà été employé il y a 20 ans par le ministre Chevènement, cela montre que rien n’ a changé ! ». Il appelle tous ses collègues au «  service minimum dans les commissariats et à n’intervenir que sur les missions de police secours ».

Interrogé sur le refus de Madame le maire de Nantes d’armer la police municipale, Thierry Spitz regrette cette décision. Pour lui la police municipale nantaise est «  bien  rodée et travaille en parfaite complémentarité avec la police nationale ».

Aujourd’hui la police marque plus que de l’Inquiétude ou de l’énervement, elle est en colère. Qu’en sera-t-il demain ?

En mai dernier les policiers nantais s’étaient déjà retrouvés devant le Commissariat de police   Waldeck Rousseau   pour dénoncer « la haine anti flic » après deux mois de violentes manifestations anti-loi travail. Au cours de l’une d’entre elles un commandant de police avait été violemment frappé. Les syndicalistes policiers avaient alors déclaré : « la haine a pris des proportions hallucinantes ».

Photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s