Danone, forum des Halles : à quand l’obligation du français pour la publicité ? Blog gaulliste libre

Danone, forum des Halles : à quand l’obligation du français pour la publicité ?
Boîte de réception
x
Blog gaulliste libre Se désabonner

09:06 (Il y a 0 minute)

À brandenburg.ol.
Danone, forum des Halles : à quand l’obligation du français pour la publicité ?

Danone, forum des Halles : à quand l’obligation du français pour la publicité ?

Posted: 22 Apr 2016 10:59 PM PDT
On est sans doute jamais mieux trahi que par les siens, comme Peugeot, au slogan énigmatique « Motion et Emotion ». Après nous avoir infligé un « Live Young » pour vendre Evian, Danone fait de la réclame pour Actimel en promettant « Stay Strong ». Encore plus effarant, le nouveau forum des Halles est vendu à Paris par le slogan « Unexpected opening ». A quand la fin de l’invasion de l’anglais ?

Entre snobisme et aplatissement globalisant

Les raisons de la progression de l’anglais dans la publicité sont multiples, mais deux dominent. D’abord, on peut y voir une forme de snobisme des communiquants globalisés parisiens, qui travaillent parfois en anglais et qui ne se rendent même pas compte de ce que représente la non utilisation de la langue officielle de notre pays. Car cette généralisation de l’anglais est aussi extrêmement pratique pour les multinationales, pour qui il est bien plus simple de concevoir des éléments de communication sans avoir besoin de les traduire et de les adapter aux nuances et subtilités de chaque langue nationale. Ce faisant, plus besoin d’équipes locales : une équipe globale peut alors tout gérer, ou presque… Car ce choix de l’anglais est aussi un grand vecteur d’économie et une assurance de contrôle de ce qui est fait.

Et c’est l’autre aspect particulièrement gênant de ce choix : en choisissant des campagnes en anglais pour tous les pays, les multinationales, toujours promptes à dire qu’elle valorise la diversité, aplatissent le monde en uniformisant plus encore notre quotidien. Non seulement ce sont les mêmes produits, mais également les mêmes publicités, jusque dans la langue utilisée ! Il est assez effarant que les marques ne se rendent pas compte à quel point elles deviennent étrangères pour une partie des consommateurs qu’elles pensent viser. Car comment est reçue une telle publicité par des personnes qui maitrisent mal la langue de Shakespeare, si ce n’est avec distance, voir même irritation de voir des marques, françaises qui plus est, ne pas daigner s’exprimer aux Français dans leur propre langue ?

Dans la communication, le laisser-faire donne lieu à beaucoup d’abus. Outre les fautes de communication ou le choix de mannequins bien trop maigres, le choix grandissant de l’utilisation de l’anglais en est sans doute le plus répandu. A quand une réponse de nos dirigeants ?

PIB en parité de pouvoir d’achat : quand l’instrument de mesure trahit les rêves secrets du FMI 1/2 (billet invité)

Posted: 22 Apr 2016 10:50 PM PDT
Billet invité de Marc Rameaux, qui a publié « Portrait de l’homme moderne »

Le FMI a publié récemment son classement comparatif des puissances mondiales, selon un nouveau mode de calcul : le PIB en parité de pouvoir d’achat.

La nouvelle a soulevé quelques débats, notamment parce que selon ce nouveau moyen de mesure la France doit être considérée comme la 9ème puissance économique mondiale, au lieu du 6ème rang que lui confère l’ancien calcul en PIB brut.

La discussion est vite retombée, et semble avoir été bien plus provoquée par le résultat final et le soufflet adressé à la France, que par l’analyse économique de fond.

La superficialité médiatique est une fois de plus regrettable, car la publication de ce résultat par le FMI est porteuse d’informations très importantes.

Ce qui n’a pas été observé est que l’adoption du nouveau moyen de mesure par le FMI trahit un point au moins aussi critique que le résultat de la mesure elle-même. Lorsqu’un organisme économique change de méthode statistique, cela signifie qu’il a décidé de chausser de nouvelles lunettes pour appréhender la réalité. Et le changement de point de vue trahit aussi l’évolution d’une mentalité interne.

Une mesure du PIB plus proche des gens, vraiment ?

En première approche, le calcul du PIB en PPA (parité de pouvoir d’achat) apparaît comme une bonne idée. La valeur ajoutée brute produite par un pays ne traduit pas une richesse concrète de sa population si celle-ci doit faire face à un coût de la vie très élevé.

Le calcul selon la PPA corrigeant cet effet, il traduit la paupérisation des classes moyennes dans nos pays industrialisés et montre que la qualité de la vie d’un pays doit tenir compte de l’accès au pouvoir économique par le plus grand nombre, non de sa seule richesse brute. En cela, la PPA semble plus proche des préoccupations concrètes des gens, et de leurs difficultés à constituer le panier mensuel de la ménagère dans la cotation de la richesse d’un pays.

L’élément ironique de ces nouvelles lunettes chaussées par le FMI est que le très mondialiste organisme revient à la considération d’un marché national et de préoccupations économiques propres à la population de chaque pays. La PPA retourne aux conditions nationales concrètes de chacun, non à la considération de grandes zones économiques uniformes et ouvertes au marché, appréhendant les populations comme autant de masses indistinctes.

Double ironie, ce sont des arguments propres à la mondialisation – ceux que le FMI emploie habituellement – qui montrent les limites d’un tel indicateur.

Le judo des rapports de parité entre pays

Une objection à la PPA est que si le coût de la vie est plus élevé dans un pays que dans un autre, les habitants du premier seront dotés de fait d’un pouvoir d’achat bien plus important dans le second pays que dans leur pays d’origine. Cela ne concerne pas seulement le plaisir de pouvoir se payer de nombreux produits pendant un voyage touristique, mais plus sérieusement d’avoir des capacités d’investissement supérieures dans le second pays.

Le différentiel de pouvoir d’achat est ce qui permet des investissements externes, ou encore la pratique de l’offshoring, très néo-libérale s’il en est. La puissance de niveau de vie d’une population est donc plus complexe que son pouvoir d’achat national. Le coût de la vie élevé est une faiblesse qui devient une force du fait des échanges trans-nationaux et se traduit en une force de frappe financière et une capacité d’achat supérieure dans des pays classés comme « plus compétitifs ».

Cette relativité des rapports de force et faiblesse dans les échanges mondialisés est généralement très mal appréhendée par les néo-libéraux, capables uniquement de raisonnements simplistes. Il en est de même des avantages comparatifs de Ricardo : si les néo-libéraux n’en retiennent que l’ouverture des frontières à tout crin, ils ne remarquent pas que leur pendant inévitable est le maintien de compétences différenciées dans chaque pays pour que les mécanismes ricardiens fonctionnent, c’est-à-dire de nécessaires politiques interventionnistes permettant de conserver jalousement un cœur de compétences propres à chaque pays.

Dès lors que l’on fonctionne en économie ouverte, un véritable tao des échanges économiques est nécessaire à la compréhension des situations, où chaque faiblesse est une force potentielle et où chaque force peut devenir un point faible, non par les raisonnements simplistes et univoques des néo-libéraux, ne sachant que prôner toujours plus de dérégulation et toujours plus d’ouverture. La véritable économie ressemble aux sciences du vivant, au maintien d’équilibres fragiles et contradictoires, tandis que les recettes néo-libérales ne savent mettre en œuvre qu’une radicalité court-termiste.

Une préoccupation pour les gens ou un idéal famélique ?

En examinant par ailleurs ce à quoi le FMI exhorte, le sens à donner à ce changement d’indicateur nous apparaît plus clairement. Les bons élèves ont changé : le modèle économique est maintenant celui des BRICS : Inde, Brésil, Chine, … c’est-à-dire de pays dont le faible coût de la vie repose sur une précarité et une légèreté de l’aide sociale.

Le raisonnement du FMI est celui des sports mécaniques : pour faire une moto performante, il faut concilier une grande puissance du moteur avec une légèreté de l’ensemble de l’engin. L’on préfère ainsi aux grosses et lourdes cylindrées des moteurs légèrement moins puissants mais des châssis ultra-légers, le rapport poids / puissance étant la clé de la performance.

Si le raisonnement est incontestable dans les sports mécaniques, il est simpliste en économie. Avant de montrer pourquoi, il faut comprendre ce que donne la transposition à l’économie. L’optique du FMI sous-tend toute la mode du « lean management », l’économie de moyens à tout prix, l’allègement de toute structure support à commencer par celle de l’état.

Dans les modèles connus de l’économie industrielle, le « lean and hungry dog » a remplacé le « top dog » : la puissance de l’animal en forme est remplacée par la rage de survie de l’animal famélique, agressif parce qu’il est maigre.

L’on retrouve cet état d’esprit dans les départements achats de beaucoup de groupes industriels : un bon fournisseur est un fournisseur qui a faim, ce qui le force à aller au-delà de ses limites par survie. Les départements achats les plus cyniques considèrent même qu’un bon contrat avec un fournisseur est celui qui l’étrangle juste assez pour qu’il survive pendant la durée du projet, puis soit tué faute de ressources à la fin de celui-ci. Cette « méthode » est d’ailleurs recommandée de façon explicite dans certains cursus de « management ».

Les nouvelles lunettes du FMI n’ont donc rien à voir avec un raisonnement sur le pouvoir d’achat des personnes. Elles ne sont que le prolongement de la thèse néo-libérale du toujours moins d’état, jusqu’à idéalement faire disparaître celui-ci, et un faible coût de la vie obtenu au prix d’un désengagement de toute structure sociale : le FMI passe sous silence que bon nombre de pays obtiennent un coût de la vie limité en contrepartie d’une forte précarité de leur population.

Le FMI a ainsi remplacé son classique idéal de puissance économique par un « idéal famélique », un modèle consistant à placer sciemment le plus grand nombre de personnes en conditions de précarité et de survie pour en tirer le maximum. Le nouveau modèle économique est celui de populations toujours plus exsangues (sauf pour une petite minorité de privilégiés), dont on extorque l’énergie de la survie.

Nous pouvons être rassurés : si nous avions cru l’espace d’un instant que le FMI avait une quelconque préoccupation pour la vie quotidienne des personnes, nous voyons que comme à l’habitude il n’en est rien. L’on se souvient du fameux slogan de Lénine « le communisme c’est les soviets plus l’électricité ». Sa paraphrase libérale pourrait-être : « le néo-libéralisme c’est la production maximale par la rage du désespoir plus les favelas ».

La vision du futur selon le Fonds est de généraliser à toute la planète le modèle mexicain ou brésilien : une majorité de crève-la-faim constituant le plus gros de la population, et une petite minorité de privilégiés obligés de vivre barricadés.

Les chiffres globaux montreront quant à eux que nous avons un excellent ratio de PIB en PPA, que ce mode de vie rend tout le monde heureux et a accru la richesse globale de la planète, argument classique – et faux – des néo-libéraux.

Suite demain
You are subscribed to email updates from Blog gaulliste libre.
To stop receiving these emails, you may unsubscribe now. Email delivery powered by Google
Google Inc., 1600 Amphitheatre Parkway, Mountain View, CA 94043, United States

Cliquez ici pour Répondre ou pour Transférer le message.
9,96 Go (66 %) utilisés sur 15 Go
Gérer
Conditions d’utilisation – Confidentialité
Dernière activité sur le compte : Il y a 2 heures
Détails

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s