L’hélicoptère monétaire fait chauffer ses rotors par jim RICHARDS

L’hélicoptère monétaire fait chauffer ses rotors

▪ J’estime à 76% environ les chances que nous nous trouvions d’ores et déjà en tout début de récession. Tous les indicateurs économiques américains sont négatifs.

Par ailleurs, le comportement actuel du marché actions reflète précisément ce à quoi je m’attends en début de récession. Les marchés actions sont des indicateurs « précurseurs » des récessions. Traditionnellement, ils chutent pendant six mois environ avant que ces dernières ne débutent.

Les économistes conventionnels mettent du temps à s’en rendre compte. Dans un an, ils diront la chose suivante : « la récession a débuté en janvier, ou début février 2016 ». A ce stade, cette information ne sera plus utile. En revanche, en étudiant les bonnes informations, on peut voir ce qui s’annonce.

Par exemple, aucune croissance des salaires réels n’a été enregistrée. D’autres indicateurs précurseurs, tels que la diminution des échanges commerciaux dans le monde ainsi que la baisse des produits manufacturés, des ratios stock/vente et des ventes d’automobiles, évoquent également que nous nous orientons vers une récession.

PROFITEZ DE « L’HEURE H »
Volatilité, marchés agités, inquiétudes, incertitudes…

… Transformez tout ça en plus-values grâce à une méthode de trading spécifiquement conçue pour les conditions boursières actuelles.

C’est « l’heure H » pour les traders : à votre tour d’en profiter — c’est probablement bien plus simple que vous le pensez.

Cliquez ici pour tout savoir.

Les forces déflationnistes étant encore fortes, l’objectif de la Fed, qui est de produire de l’inflation, prend un caractère encore plus urgent. Quant aux élites mondiales, chaque trimestre écoulé les rapproche un peu plus du jour du jugement dernier. Elles ont besoin d’inflation car c’est la seule façon de régler le problème des dettes souveraines.

Quant aux élites mondiales, chaque trimestre écoulé les rapproche un peu plus du jour du jugement dernier

Bien que les Banques centrales aient été incapables de générer de l’inflation, elles pensent qu’il faut relancer la croissance de l’économie mondiale. Aux Etats-Unis, la Fed n’a pas réussi à générer de l’inflation pendant sept ans consécutifs, malgré les assouplissements quantitatifs Q1, Q2 et Q3. La Banque centrale européenne n’y est pas parvenue non plus, et la Chine est également en train d’échouer.

▪ Pour les élites mondiales, voici la question qui se pose : d’où viendra cette inflation ?
Beaucoup de gens pensent que pour obtenir de l’inflation il suffit d’imprimer de l’argent. C’est ce qu’a déclaré Milton Friedman. Ce n’est pas vrai. Imprimer de l’argent, en soi, ne provoque pas d’inflation. Les gens doivent faire quelque chose de cet argent. Ils doivent l’emprunter, le dépenser ou l’investir. Les banques doivent le prêter où l’investir dans des projets. Cet argent frais ne doit pas rester inerte.

L’impression d’argent ne représente que la moitié de ce qui est nécessaire pour générer de l’inflation. L’autre moitié, c’est la nécessité que cet argent soit prêté… que les gens sortent et le dépensent…que les banques exercent un effet de levier via le crédit, et ainsi de suite. Or, cela ne s’est pas produit.

Cela ne se produit pas car les responsables, au sein des banques et des entreprises, ne se sont pas encore remis des dégâts de l’effondrement de 2008. Les citoyens ordinaires économisent leur argent et remboursent leurs dettes. Voilà pourquoi nous nous trouvons encore dans un cycle de désendettement. C’est également la raison pour laquelle l’assouplissement quantitatif a échoué. Cet argent n’est pas allé dans l’économie réelle. Il a été retenu dans le secteur bancaire.

Toute banque détenant un excédent de réserves auprès de la Fed peut se baser sur ce dernier pour consentir des prêts. Mais les banques ne le font pas, alors l’intégralité du système ne fonctionne pas. Ce que l’on appelle le « mécanisme de transmission [de la politique] monétaire » est rompu.

L’expression « de l’argent par hélicoptère » — helicopter money — correspond avant tout à des dépenses que l’Etat effectue directement afin de stimuler l’économie. L’idée, c’est d’imposer des dépenses, puisque le secteur privé n’en fait pas suffisamment en ce moment.

Ce que l’on appelle le « mécanisme de transmission [de la politique] monétaire » est rompu

Qui effectue ces dépenses ? L’Etat.

▪ Retour à la Grande dépression
Cette politique nous ramène à la Grande dépression et à John Maynard Keynes. Il affirmait que les dépenses publiques pouvaient sortir l’économie de la dépression. C’est le b.a.-ba du keynésianisme.

L’idée est simple. Lorsque l’Etat dépense, l’économie commence à se relancer. Selon cette préconisation, peu importe, même, à quoi sont affectées ces dépenses. De nombreuses élites y croient.

Bien entendu, l’Etat excelle en matière de dépenses. Aux Etats-Unis, les démocrates affecteront probablement cet argent à des organisations collectives ou à des syndicats d’enseignants. Les républicains les affecteront probablement à des prestataires de la défense. Tout le monde a sa liste de favoris.

C’est ce qu’a fait Paul Ryan (président de la Chambre des représentants, au Congrès américain), en décembre, lorsqu’il a fait passer cette loi de finances à la Chambre des représentants. Le Sénat l’a adoptée et, naturellement, Obama l’a signée.

Tout le monde est tombé d’accord, à Washington. Les politiciens adorent dépenser de l’argent en cours d’année électorale.

Mais réfléchissons aux conséquences. A présent, le déficit va encore plus se creuser. Comment le Congrès va-t-il combler ce trou ? Le Trésor va emprunter de l’argent.

Qui va prêter de l’argent au Trésor ? C’est simple. La Fed imprimera de l’argent pour acheter les obligations. Voilà qui nous ramène à l’impression d’argent.

Mais il y a une différence entre l’helicopter money et l’assouplissement quantitatif (QE). Dans le cadre d’un QE, la Fed imprime de l’argent et l’utilise afin d’acheter aux banques des obligations existantes. Ensuite, l’argent reste normalement dans les banques. J’ai expliqué de quelle manière cette politique a échoué.

Avec l’helicopter money, toutefois, c’est le Congrès qui dépense l’argent. Il couvre son déficit en empruntant plus, et la Fed imprime de l’argent afin de couvrir ces emprunts. Il s’agit essentiellement d’une monétisation de la dette. La différence, c’est que dans le cas du QE, il n’y a pas de dépenses supplémentaires. Dans le cas de l’helicopter money, il y en a car le Congrès dépense tout cet argent.

Cela signifie, en dernière analyse, que l’helicopter money mène tout droit à l’inflation.

Cette politique est plus imminente que vous ne le pensez.

[NDLR : Comment vous préparer aux bouleversements économiques et monétaires qui menacent ? Découvrez l’entretien exclusif entre Jim Rickards et Simone Wapler pour avoir toutes les réponses : cliquez ici]

______________

Bill Bonner

Les notes de Bill Bonner

Donald et sa fortune

▪ Ces derniers jours, nous méditons sur la nature des taux négatifs — vous pouvez retrouver nos précédentes chroniques ici et ici.

La plupart de nos lecteurs ont certainement mieux à faire… comme par exemple toiletter leur chien.

Nous aussi, nous avons mieux à faire. Mais chaque fois que nous essayons d’oublier, les taux négatifs nous reviennent en tête comme le souvenir d’un terrible accident. Le crâne du malheureux conducteur écrasé contre le pare-brise… le capot défoncé de la voiture… les traces de pneu et les sirènes de police.

Les taux négatifs sont plus qu’une politique insensée. C’est un avertissement : « prudence… route verglacée… brouillard… et peut-être un radar ».

Aujourd’hui, nous examinons les deux personnes les plus innovantes de la politique américaine, Donald Trump et Bernie Sanders… et nous essayons de voir s’il y a un lien avec les taux négatifs.

Pour lire la suite…

______________

Si vous êtes Français, ce message vous concerne

L’incroyable confession d’une spécialiste financière reconnue, auteur de 4 « best-sellers » économiques.

ATTENTION : ce qu’elle a à vous dire pourrait absolument tout changer pour votre épargne et votre mode de vie dès cette année.

Cliquez ici pour en savoir plus… et n’attendez pas pour agir.

______________

Logo Agora

Articles supplémentaires et commentaires :

Logo Agora
(©) Les Publications Agora France, 2002-2016

La reproduction partielle ou totale de la présente Chronique STRICTEMENT INTERDITE sans accord écrit de la société éditrice.

__________________________

Logo Agora

La Chronique Agora est une lettre électronique quotidienne gratuite publiée par la société Publications Agora.

Le lecteur reconnaît et accepte que toute utilisation du service et des informations le constituant, de même que toute décision relative à une éventuelle opération d’achat ou de vente de valeurs mobilières qu’il prendrait suite à ce message, sont sous sa responsabilité exclusive. Les informations données et les opinions formulées ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions. De ce fait, la responsabilité de La Chronique Agora, de ses partenaires et de ses rédacteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’investissement inopportun.

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr/
http://la-chronique-agora.com/

Vous souhaitez recevoir la Chronique Agora quotidiennement ?
c’est par ici…

Une question, une remarque ? Il suffit de nous écrire à
la-redaction@publications-agora.fr

Vous souhaitez vous désabonner de la Chronique Agora ?
cliquez ici

Cliquez ici pour Répondre ou pour Transférer le message.
12,06 Go (80 %) utilisés sur 15 Go
Dernière activité sur le compte : Il y a 23 minutes

Détails

L’hélicoptère monétaire fait chauffer ses rotors

▪ J’estime à 76% environ les chances que nous nous trouvions d’ores et déjà en tout début de récession. Tous les indicateurs économiques américains sont négatifs.

Par ailleurs, le comportement actuel du marché actions reflète précisément ce à quoi je m’attends en début de récession. Les marchés actions sont des indicateurs « précurseurs » des récessions. Traditionnellement, ils chutent pendant six mois environ avant que ces dernières ne débutent.

Les économistes conventionnels mettent du temps à s’en rendre compte. Dans un an, ils diront la chose suivante : « la récession a débuté en janvier, ou début février 2016 ». A ce stade, cette information ne sera plus utile. En revanche, en étudiant les bonnes informations, on peut voir ce qui s’annonce.

Par exemple, aucune croissance des salaires réels n’a été enregistrée. D’autres indicateurs précurseurs, tels que la diminution des échanges commerciaux dans le monde ainsi que la baisse des produits manufacturés, des ratios stock/vente et des ventes d’automobiles, évoquent également que nous nous orientons vers une récession.

PROFITEZ DE « L’HEURE H »
Volatilité, marchés agités, inquiétudes, incertitudes…

… Transformez tout ça en plus-values grâce à une méthode de trading spécifiquement conçue pour les conditions boursières actuelles.

C’est « l’heure H » pour les traders : à votre tour d’en profiter — c’est probablement bien plus simple que vous le pensez.

Cliquez ici pour tout savoir.

Les forces déflationnistes étant encore fortes, l’objectif de la Fed, qui est de produire de l’inflation, prend un caractère encore plus urgent. Quant aux élites mondiales, chaque trimestre écoulé les rapproche un peu plus du jour du jugement dernier. Elles ont besoin d’inflation car c’est la seule façon de régler le problème des dettes souveraines.

Quant aux élites mondiales, chaque trimestre écoulé les rapproche un peu plus du jour du jugement dernier

Bien que les Banques centrales aient été incapables de générer de l’inflation, elles pensent qu’il faut relancer la croissance de l’économie mondiale. Aux Etats-Unis, la Fed n’a pas réussi à générer de l’inflation pendant sept ans consécutifs, malgré les assouplissements quantitatifs Q1, Q2 et Q3. La Banque centrale européenne n’y est pas parvenue non plus, et la Chine est également en train d’échouer.

▪ Pour les élites mondiales, voici la question qui se pose : d’où viendra cette inflation ?
Beaucoup de gens pensent que pour obtenir de l’inflation il suffit d’imprimer de l’argent. C’est ce qu’a déclaré Milton Friedman. Ce n’est pas vrai. Imprimer de l’argent, en soi, ne provoque pas d’inflation. Les gens doivent faire quelque chose de cet argent. Ils doivent l’emprunter, le dépenser ou l’investir. Les banques doivent le prêter où l’investir dans des projets. Cet argent frais ne doit pas rester inerte.

L’impression d’argent ne représente que la moitié de ce qui est nécessaire pour générer de l’inflation. L’autre moitié, c’est la nécessité que cet argent soit prêté… que les gens sortent et le dépensent…que les banques exercent un effet de levier via le crédit, et ainsi de suite. Or, cela ne s’est pas produit.

Cela ne se produit pas car les responsables, au sein des banques et des entreprises, ne se sont pas encore remis des dégâts de l’effondrement de 2008. Les citoyens ordinaires économisent leur argent et remboursent leurs dettes. Voilà pourquoi nous nous trouvons encore dans un cycle de désendettement. C’est également la raison pour laquelle l’assouplissement quantitatif a échoué. Cet argent n’est pas allé dans l’économie réelle. Il a été retenu dans le secteur bancaire.

Toute banque détenant un excédent de réserves auprès de la Fed peut se baser sur ce dernier pour consentir des prêts. Mais les banques ne le font pas, alors l’intégralité du système ne fonctionne pas. Ce que l’on appelle le « mécanisme de transmission [de la politique] monétaire » est rompu.

L’expression « de l’argent par hélicoptère » — helicopter money — correspond avant tout à des dépenses que l’Etat effectue directement afin de stimuler l’économie. L’idée, c’est d’imposer des dépenses, puisque le secteur privé n’en fait pas suffisamment en ce moment.

Ce que l’on appelle le « mécanisme de transmission [de la politique] monétaire » est rompu

Qui effectue ces dépenses ? L’Etat.

▪ Retour à la Grande dépression
Cette politique nous ramène à la Grande dépression et à John Maynard Keynes. Il affirmait que les dépenses publiques pouvaient sortir l’économie de la dépression. C’est le b.a.-ba du keynésianisme.

L’idée est simple. Lorsque l’Etat dépense, l’économie commence à se relancer. Selon cette préconisation, peu importe, même, à quoi sont affectées ces dépenses. De nombreuses élites y croient.

Bien entendu, l’Etat excelle en matière de dépenses. Aux Etats-Unis, les démocrates affecteront probablement cet argent à des organisations collectives ou à des syndicats d’enseignants. Les républicains les affecteront probablement à des prestataires de la défense. Tout le monde a sa liste de favoris.

C’est ce qu’a fait Paul Ryan (président de la Chambre des représentants, au Congrès américain), en décembre, lorsqu’il a fait passer cette loi de finances à la Chambre des représentants. Le Sénat l’a adoptée et, naturellement, Obama l’a signée.

Tout le monde est tombé d’accord, à Washington. Les politiciens adorent dépenser de l’argent en cours d’année électorale.

Mais réfléchissons aux conséquences. A présent, le déficit va encore plus se creuser. Comment le Congrès va-t-il combler ce trou ? Le Trésor va emprunter de l’argent.

Qui va prêter de l’argent au Trésor ? C’est simple. La Fed imprimera de l’argent pour acheter les obligations. Voilà qui nous ramène à l’impression d’argent.

Mais il y a une différence entre l’helicopter money et l’assouplissement quantitatif (QE). Dans le cadre d’un QE, la Fed imprime de l’argent et l’utilise afin d’acheter aux banques des obligations existantes. Ensuite, l’argent reste normalement dans les banques. J’ai expliqué de quelle manière cette politique a échoué.

Avec l’helicopter money, toutefois, c’est le Congrès qui dépense l’argent. Il couvre son déficit en empruntant plus, et la Fed imprime de l’argent afin de couvrir ces emprunts. Il s’agit essentiellement d’une monétisation de la dette. La différence, c’est que dans le cas du QE, il n’y a pas de dépenses supplémentaires. Dans le cas de l’helicopter money, il y en a car le Congrès dépense tout cet argent.

Cela signifie, en dernière analyse, que l’helicopter money mène tout droit à l’inflation.

Cette politique est plus imminente que vous ne le pensez.

[NDLR : Comment vous préparer aux bouleversements économiques et monétaires qui menacent ? Découvrez l’entretien exclusif entre Jim Rickards et Simone Wapler pour avoir toutes les réponses : cliquez ici]

______________

Bill Bonner

Les notes de Bill Bonner

Donald et sa fortune

▪ Ces derniers jours, nous méditons sur la nature des taux négatifs — vous pouvez retrouver nos précédentes chroniques ici et ici.

La plupart de nos lecteurs ont certainement mieux à faire… comme par exemple toiletter leur chien.

Nous aussi, nous avons mieux à faire. Mais chaque fois que nous essayons d’oublier, les taux négatifs nous reviennent en tête comme le souvenir d’un terrible accident. Le crâne du malheureux conducteur écrasé contre le pare-brise… le capot défoncé de la voiture… les traces de pneu et les sirènes de police.

Les taux négatifs sont plus qu’une politique insensée. C’est un avertissement : « prudence… route verglacée… brouillard… et peut-être un radar ».

Aujourd’hui, nous examinons les deux personnes les plus innovantes de la politique américaine, Donald Trump et Bernie Sanders… et nous essayons de voir s’il y a un lien avec les taux négatifs.

Pour lire la suite…

______________

Si vous êtes Français, ce message vous concerne

L’incroyable confession d’une spécialiste financière reconnue, auteur de 4 « best-sellers » économiques.

ATTENTION : ce qu’elle a à vous dire pourrait absolument tout changer pour votre épargne et votre mode de vie dès cette année.

Cliquez ici pour en savoir plus… et n’attendez pas pour agir.

______________

Logo Agora

Articles supplémentaires et commentaires :

Logo Agora
(©) Les Publications Agora France, 2002-2016

La reproduction partielle ou totale de la présente Chronique STRICTEMENT INTERDITE sans accord écrit de la société éditrice.

__________________________

Logo Agora

La Chronique Agora est une lettre électronique quotidienne gratuite publiée par la société Publications Agora.

Le lecteur reconnaît et accepte que toute utilisation du service et des informations le constituant, de même que toute décision relative à une éventuelle opération d’achat ou de vente de valeurs mobilières qu’il prendrait suite à ce message, sont sous sa responsabilité exclusive. Les informations données et les opinions formulées ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions. De ce fait, la responsabilité de La Chronique Agora, de ses partenaires et de ses rédacteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d’investissement inopportun.

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr/
http://la-chronique-agora.com/

Vous souhaitez recevoir la Chronique Agora quotidiennement ?
c’est par ici…

Une question, une remarque ? Il suffit de nous écrire à
la-redaction@publications-agora.fr

Vous souhaitez vous désabonner de la Chronique Agora ?
cliquez ici

Cliquez ici pour Répondre ou pour Transférer le message.
12,06 Go (80 %) utilisés sur 15 Go
Dernière activité sur le compte : Il y a 23 minutes

Détails

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s